Navigation – Plan du site
Micro-récits et frontières dans les textes espagnols du Siècle d'Or

Avatars cervantins d’un stéréotype : le « récit de tempête » et le brouillage des frontières textuelles dans Los trabajos de Persiles y Sigismunda

Avatares cervantinos de un estereotipo: el «relato de tempestad» y la confusión de las fronteras textuales en Los trabajos de Persiles y Sigismunda
Some cervantine realizations of a stereotype: the «storm scene» and the blurring of textual frontiers in Los trabajos de Persiles y Sigismunda
Michel Moner

Résumés

Le « récit de tempête », riche de ses antécédents – notamment homériques et bibliques –, pose le problème de son statut dans le genre romanesque où il se perpétue, sous une forme hybride, à la charnière du narratif et du descriptif. L’usage singulier qu’en fait Cervantès, dans le Persiles, à travers un savant dispositif de brouillage des frontières et des catégories textuelles, permet de mettre en évidence les ressources insoupçonnées de ce « micro-récit » érigé, dès l’Antiquité, au rang de stéréotype.

Haut de page

Notes de l’auteur

Avertissement : cette communication marque une étape dans un travail en cours ou, plus précisément, dans une réflexion dont certains aspects ont déjà été abordés dans des publications antérieures (signalées en note). C’est le cas des exemples, tirés des Travaux de Persiles et Sigismonde, que je reprends ici d’un autre point de vue, en les envisageant sous l’angle contraint de la frontière.

Texte intégral

1Le « récit de tempête » – et son corollaire, plus ou moins inévitable : la description du naufrage – se singularise, dans la catégorie des micro-récits, dans la mesure où il est probablement l’une des plus anciennes formes connues et, tout à la fois, l’une des plus utilisées, au point d’avoir été érigée très tôt au rang de stéréotype : lieu commun, morceau de bravoure ou passage obligé. En témoignent, pour ne citer que quelques grands textes, parmi les plus célèbres, la Bible, L’Odyssée ou Les Mille et une nuits, à travers les tribulations maritimes de Jonas, d’Ulysse ou de Sindbab.

2L’effet recherché est, à n’en pas douter, d’abord et avant tout, un effet de sidération : un impact sur la sensibilité du lecteur, transporté, de façon plus ou moins abrupte, dans une séquence catastrophe, où les protagonistes affrontent les éléments déchaînés. Spectacularité et suspense y sont de règle : émotions et frisson et garantis… Mais le succès même de ce genre de récit lui vaut de dépasser cette fonction première. Instrumentalisé, il devient un outil, un exemple ou une cible.

3Pour les poéticiens, il tient lieu de critère. Incontournable, dans un récit épique, et tout particulièrement dans le roman grec, il est reconnu comme un enjeu poétique, à la fois par les auteurs, qui rivalisent, à travers lui, dans l’imitation du modèle, et par les théoriciens, qui distribuent les bons et mauvais points, en comparant les performances.

  • 1 Jules César Scaliger, La Poétique, Livre V : Le Critique, prés., trad., et notes de J. Chomarat, (...)

4Ainsi – pour s’en tenir à un seul exemple – Scaliger, dans sa Poétique, compare-t-il Homère et Virgile, à travers leurs récits de tempêtes, avant de donner la palme à l’Énéide, au détriment de l’Odyssée, pour servir sa démonstration en faveur de la précellence de la langue latine, sur la langue grecque1.

5De leur côté, les moralistes vont surtout retenir du « récit de tempête » la séquence du naufrage, propre à stigmatiser l’ambition conquérante ou l’appât du lucre, chez les navigateurs. Les exemples ne manquent pas de cette fonction de « repoussoir », dont l’un des plus emblématiques est inscrit, sous la plume de Fray Luis, dont on me pardonnera de rappeler ici les vers inoubliables :

  • 2 « Oda a la vida retirada » ; la citation est prise dans l’édition du Père Ángel Custodio Vega O.S (...)

Ténganse su tesoro
los que de un flaco leño se confían:
no es mío ver el lloro
de los que desconfían
cuando el cierzo y el ábrego porfían.
La combatida antena
cruje, y en ciega noche el claro día
se torna; al cielo suena
confusa vocería,
y la mar enriquecen a porfía
2.

  • 3 Outre les exemples mentionnés en note par Carlos Romero (Los trabajos de Persiles y Sigismunda (2 (...)

6Enfin, c’est le propre des stéréotypes que de se faire épingler. Le « récit de tempête » n’échappe pas à la règle – loin de là –, qui fait figure de cible et inspire abondamment les imitateurs, dans le registre de la dérision : pastiche, parodie, caricature, détournement3. Et, bien sûr, Cervantès, grand pourfendeur de stéréotypes, ne pouvait manquer d’apporter sa contribution, sur ce versant, où il se montre, comme toujours, insurpassable, comme on va le voir, à travers ces quelques exemples pris dans son dernier roman – Los trabajos de Persiles y Sigismunda –, dont il n’est peut-être pas inutile de rappeler qu’il le tenait en grande estime.

7Transportons-nous à la fin du premier Livre (Persiles I, 23). Nous sommes sur un navire, dans les mers du Septentrion. Un groupe de personnages, parmi lesquels se trouve l’héroïne, Auristela (de son véritable nom Sigismunda), écoute le récit du capitaine du vaisseau, qui occupe l’avant-dernier chapitre (I, 22). Or, celui-ci vient d’évoquer une scène, d’où il ressort que l’amant d’Auristela, Periandro (de son véritable nom, Persiles, et qui se fait passer pour son frère) n’aurait pas été insensible aux charmes de la belle Sinforosa : une fille de roi, parée, comme il se doit, de toutes les qualités.

8Le chapitre 22 se clôt ainsi sur l’évocation de cette scène, où Sinforosa se déprend d’une couronne de fleurs, qui ornait sa chevelure, pour la poser sur la tête de Periandro, vainqueur d’une série de joutes, en lui adressant des paroles plus qu’aimables… Là-dessus, le chapitre suivant, intitulé « De lo que sucedió a la celosa Auristela cuando supo que su hermano Periandro era el que había ganado los premios del certamen », s’ouvre sur une apostrophe du narrateur, qui prend le lecteur à témoin, tout en s’adressant directement au personnage, à la façon d’un jongleur :

  • 4 I, 23, éd. cit., p. 272.

¡Oh poderosa fuerza de los celos! ¡Oh enfermedad que te pegas al alma de tal manera que sólo te despegas con la vida! ¡Oh, hermosísima Auristela, deténte, no te precipites a dar lugar en tu imaginación a esta rabiosa dolencia! Pero ¿quién podrá tener a raya los pensamientos, que suelen ser tan ligeros y sutiles que, como no tienen cuerpo, pasan las murallas, traspasan los pechos, y ven lo más escondido de las almas4?

De son côté, Auristela ne peut réprimer un soupir, ni dissimuler son angoisse, et elle se plaint auprès de l’une de ses compagnes, de ce que son « frère » court après les lauriers dans des joutes exotiques, et l’abandonne, elle, aux dangers de la mer :

  • 5 Ibid.

Ándase buscando palmas y trofeos por las tierras ajenas y déjase entre los riscos y entre las peñas, y entre las montañas que suele levantar la mar alterada, a esta su hermana que por su consejo o por su gusto no hay peligro donde no se halle5.

Voici donc la tempête qui s’annonce… Et le narrateur de poursuivre :

  • 6 I, 23, éd. cit., p. 273.

Estas razones escuchaba atentísimamente el capitán del navío y no sabía qué conclusión sacar de ellas; sólo paró en decir… Pero no dijo nada, porque en un instante le arrebató la palabra de la boca un viento que se levantó tan súbito y tan recio, que le hizo poner en pie, sin responder a Auristela, y dando voces a los marineros que amainasen las velas y las templasen y asegurasen.
Acudió toda la gente a la faena; comenzó la nave a volar en popa, con mar tendido y largo, por donde el viento quiso llevarla
6.

9Suspense, donc : on s’attend au pire ! Mais bizarrement, Auristela et le petit groupe qui l’entourait se mettent à l’abri et, contre toute attente et au mépris de toute vraisemblance, poursuivent leur conversation, comme si de rien n’était. Enfin, pour couronner le tout, la tempête finit aussi soudainement qu’elle avait commencé, sans autre conséquence ni dommage, pour le navire ou ses passagers :

  • 7 Ibid.

Amansó en tanto el viento, sin haber dado lugar a que los marineros temiesen, ni los pasajeros se alborotasen.
Volvió el capitán a verlos y a proseguir su historia, por haber quedado cuidadoso del sobresalto que Auristela tomó, oyendo el nombre de Periandro
7.

10On imagine le lecteur perplexe, sinon pantois. À quoi bon cette tempête ? Du moment qu’elle n’a aucune incidence sur le récit, hormis son interruption.

  • 8 I, 23, éd. cit., p. 279.

11La réponse semble se trouver, à quelques pages de là, dans le chapitre suivant, qui est aussi le premier chapitre du Livre II, et qui s’intitule : « Donde se cuenta cómo el navío se volcó, con todos los que dentro dél iban »8. C’est là que s’inscrit le véritable « récit de tempête », qui va conduire au naufrage du navire et à l’engloutissement de la protagoniste et de ses compagnons…

  • 9 Voir Michel Moner, « La retórica de los celos en Los trabajos de Persiles y Sigismunda », dans Ac (...)

12Autrement dit, la première tempête – inoffensive – semble jouer le rôle d’un effet d’annonce, au regard de la seconde – dévastatrice, celle-là, puisqu’elle mène au naufrage et à la mort. Catastrophe qui survient peu après, dans la même séquence narrative, curieusement scindée en deux par le passage abrupt du Livre I au Livre II. En réalité, comme j’ai déjà eu l’occasion de le montrer, il n’est que trop évident que la première tempête – que l’on pourrait qualifier d’inutile –, n’est qu’une tempête métaphorique : une tempête des sentiments, plus qu’une tempête des éléments9.

13Le moment est venu de risquer un commentaire, avant de poursuivre, et de se rapprocher de la problématique de ce colloque : « Micro-récit et frontière ».

14On pourrait croire, au vu de ce qui vient d’être dit, que le « récit de tempête », en tant que micro-structure narrative, fait l’objet, dans le récit cervantin, d’un processus de fractionnement, dans la mesure où il nous est, en quelque sorte, livré en trois temps : d’abord, une brève évocation du danger que représente l’éventualité d’une tempête, puis un simulacre de tempête (psychologique) et enfin, une véritable tempête (météorologique), suivie d’un naufrage funeste. En réalité, cette série de diffractions aboutit à instaurer un véritable brouillage des frontières et des catégories textuelles. On assiste, en effet, à une multiplication de franchissements et de transgressions dont le caractère systématique ne fait guère de doute et qui a pour effet de déconcerter le lecteur, confronté au brassage et à la superposition de figures de rhétorique : hypotypose, paralipse, métaphore et autres métalepses qui sont autant de défis à la logique discursive et aux codes narratifs.

  • 10 C’est, du moins, le point de vue de Carlos Romero, exprimé en note, éd. cit., p. 275.

15Pour faire bref, le Livre I se termine, dans l’articulation de ses deux derniers chapitres, sur un entrecroisement des niveaux diégétique et métadiégétique, marqués par une série de décrochages extrêmement abrupts. Le récit de paroles placé dans la bouche du capitaine du navire, est soumis à des ruptures (césure entre le chapitre 22 et le chapitre 23) et à des digressions plus ou moins intempestives (excursus du narrateur sur la jalousie en forme d’apostrophe adressée à la protagoniste, dialogues intercalés, incises et parenthèses), sans compter le basculement impromptu du registre narratif dans celui de l’introspection (tempête métaphorique), au point que la relation du capitaine finit quasiment par se dissoudre dans une sorte de magma narratif proche de la confusion. Et s’il est vrai que la pseudo-tempête qui agite le for intérieur d’Auristela constitue, de ce point de vue, une véritable chausse-trape pour le lecteur qui ne peut manquer de se laisser prendre, le point d’orgue de cette mise en récit – ô combien tarabiscotée – est assurément l’embrouillamini des fils de la narration et l’extrême dilution des contours des différentes instances narratrices dont les meilleurs exégètes ont fini par reconnaître qu’ils étaient quasiment inextricables10. Le point de non retour est atteint, ici, avec le surgissement de deux nouvelles figures, qui viennent prendre place ex abrupto dans le dispositif narratif : celle d’un archi-narrateur (qui commente le propos de « l’auteur ») et celle d’un « traducteur », dont la présence oblique va même jusqu’à modifier le statut du récit. Car voilà que nous apprenons, au détour d’une phrase, et quasiment dans une incise, que ce que nous lisons n’est pas un original – comme tout portait à le croire – mais une « traduction ». La rupture se produit, en position inaugurale, dès la première phrase du premier chapitre du livre II, qui est aussi celle qui ouvre le véritable « récit de tempête », annonciateur de naufrage imminent :

  • 11 II, 1, éd. cit., p. 279 et sqq.

Parece que el autor de esta historia sabía más de enamorado que de historiador, porque casi este primer capítulo de la entrada del segundo libro le gasta todo en una d[e]finición de celos, ocasionados de los que mostró tener Auristela por lo que le contó el capitán del navío; pero en esta traducción (que lo es), se quita, por prolija y por cosa en muchas partes referida y ventilada, y se viene a la verdad del caso, que fue que, cambiándose el viento y enmarañándose las nubes, cerró la noche, escura y tenebrosa, y los truenos [...]11.

16Je vous fais grâce de la suite : un « récit de tempête » en bonne et due forme, qui se termine, comme il se doit, par la catastrophe, à la fois attendue et redoutée : le naufrage du navire.

17Le chapitre suivant (II, 2), intitulé « Donde se cuenta un extraño suceso » (ce qui laisse ouvertes toutes les attentes), se poursuit avec le même parti-pris de confusion et de brouillage puisque, s’il faut en croire l’archi-narrateur qui semble avoir pris les rênes, l’auteur de l’histoire aurait perdu le fil, hésitant sur la suite à donner à la tempête et au naufrage, qui viennent d’engloutir la protagoniste et ses compagnons de voyage :

  • 12 II, 2, éd. cit., p. 282.

Parece que el volcar de la nave volcó o, por mejor decir, turbó el juicio del autor de esta historia, porque a este segundo capítulo le dio cuatro o cinco principios, casi como dudando qué fin en él tomaría.
En fin se resolvió diciendo que las dichas y las desdichas suelen andar tan juntas que tal vez no hay medio que las divida; andan el pesar y el placer tan apareados, que es simple el triste que desespera y el alegre que se confía, como lo da fácilmente a entender este extraño suceso12.

18Par où l’on voit que le « récit de tempête », après avoir été utilisé comme métaphore du trouble intérieur de la protagoniste, semble également avoir la propriété de troubler l’esprit de « l’auteur ». Bref, la confusion est à son comble, le niveau diégétique et métadiégétique s’avèrent indiscernables, pris dans un même continuum, qui semble faire fi des catégories textuelles. Il n’y a plus de frontières. En tout cas le lecteur a toutes les chances d’y perdre ses repères. Sans compter que, soit dit en passant, on pourrait ajouter ici, dans ce contexte d’effacement systématique des limites, les remarques concernant la frontière qui est censée séparer le bonheur du malheur, d’où il ressort qu’elle est à ce point ténue, qu’ils sont – comme nous le rappelle le narrateur, dans l’incipit de ce chapitre clé quasiment inséparables.

19Autant dire que nous voici préparés à un renversement de situation, qui devrait permettre le retour à la vie de la protagoniste : retour d’autant plus nécessaire que nous sommes au début du roman, et qu’il est difficile d’envisager la disparition prématurée de l’héroïne. Ce qui nous fait franchir encore un degré et nous amène à ce point décisif, et emblématique, du point de vue de la problématique de la frontière, puisqu’il s’agit de mettre en cause la barrière des barrières : la Frontière par excellence, car impossible à effacer (sauf, précisément, dans le récit de fiction) : celle qui sépare les vivants et les morts.

  • 13 On retiendra, parmi l’abondante bibliographie, la thèse de Georges Molinié, Du roman grec au roma (...)

20Comme dans le roman grec – qui l’exploite ad nauseam –, Cervantès fait appel à la paralipse – réticence délibérée du narrateur – pour mettre en scène le motif de la « fausse mort », stéréotype incontournable du genre13. Mais, encore une fois, il le fait à sa manière : unique. Insurpassable.

  • 14 Voir Michel Moner «En los confines de la especie: fieras, monstruos y bichos raros en Los trabajo (...)

21J’ai déjà eu l’occasion de montrer, dans des travaux antérieurs, consacrés à cet épisode, que la fin de ce récit de tempête fait implicitement référence au mythe de Jonas. La façon dont est décrit, par exemple, l’échouage du navire, que des ilotes prennent pour une baleine, et dont il est dit tour à tour qu’elle va « accoucher » et « vomir » des êtres vivants. C’est plus qu’il n’en faut pour rappeler à la mémoire du lecteur les tribulations de Jonas14.

22Il n’y a donc pas lieu – ni place, au demeurant – de revenir ici sur cette frontière, pourtant primordiale, entre l’intérieur et l’extérieur, si profondément liée au mythe de Jonas. Ni à toute la symbolique que suppose, de ce point de vue, le motif de l’engloutissement, symétrique de l’accouchement et de la régurgitation, qui sont à l’œuvre dans le texte cervantin. Je citerai, simplement, à l’appui de ce qui vient d’être dit au sujet de la frontière entre la vie et la mort, ce fragment de l’épisode, qui correspond au moment du sauvetage des naufragés sortant de cette carcasse (qui a été tour à tour, navire, sépulcre, baleine, et enfin navire à nouveau), d’où on les extirpe, morts ou vifs :

  • 15 II, 2, éd. cit., p. 285-286.

—Pues ¿a qué aguardamos? —dijo el rey—. Siérrese luego el buco y veamos este misterio: que si este vientre vomita vivos, yo lo tendré por milagro.
Grande fue la priesa que se dieron a serrar el bajel y grande el deseo que todos tenían de ver el parto. Abrióse, en fin, una gran concavidad, que descubrió muertos muertos y vivos que lo parecían. Metió uno el brazo y asió de una doncella que el palpitarle el corazón daba señales de tener vida: otros hicieron lo mismo, y cada uno sacó su presa, y algunos, pensando sacar vivos, sacaban muertos: que no todas veces los pescadores son dichosos15.

23Je rappellerai, enfin, pour terminer, un dernier effet de brouillage, dû à l’extrême porosité de l’écriture cervantine et à sa grande fluidité, qui lui permet de procéder à des décloisonnements génériques, aussi périlleux qu’inédits. C’est déjà le cas, avec l’hybridation du mythe de Jonas, qu’il greffe sur le motif romanesque de la « fausse mort », tout en faisant appel à la mémoire d’un fait divers, pour en élucider le prétendu mystère. Mais c’est aussi le cas de notre premier exemple : celui de la tempête « psychologique », qui bouleverse la protagoniste.

  • 16 C’est quasiment le procédé, utilisé dans le Don Quichotte de 1605, où le lecteur est tenu en hale (...)

24À y regarder de plus près, on constate, en effet, que Cervantès, non seulement réalise le tour de force de placer un récit de tempête, au lieu et place d’une incise introspective, évoquant le trouble qui s’empare d’Auristela, mais que, dans le même temps, il fait de ce récit un véritable conte attrape-nigaud. Je rappelle que le lecteur, qui s’est inquiété du danger qui semblait menacer Auristela, voit tout à coup la tension retomber, sans explication aucune. Comme qui dirait : « Circulez, il n’y a rien à voir »16.

  • 17 La charnière des Livres I et II du Persiles est marquée par des procédés d’écriture inédits dans (...)

25Conclusion (provisoire)17

26Chez Cervantès le « récit de tempête » ne se réduit pas, comme c’est souvent le cas, dans d’autres récits, à une simple bulle de turbulences, lâchée dans le flot du récit, afin de tenir le lecteur en haleine. Histoire d’aller titiller son adrénaline… Ce peut être aussi – on vient de le voir – un point d’incandescence, par où il nous invite à découvrir les replis des sentiments qui peuvent bouleverser un personnage.

27Son simulacre de tempête est, de ce point de vue, l’équivalent d’une échographie du cœur d’Auristela, dont on perçoit les battements accélérés, et dont on partage l’émoi, sans même savoir de quoi il retourne : en craignant pour sa vie, que l’on croit menacée par la tempête, alors que, de son côté, et dans le même temps, elle craint pour son amour, menacé par une rivale.

28Cervantès joue. Il joue à secouer les figures, les concepts, les catégories textuelles : les fait entrer en vibrations, les disloque. Mais il est aussi très exigeant avec son lecteur qu’il contraint de recomposer le puzzle dont il a malicieusement dispersé les pièces. Et comme si ce n’était pas assez, voilà qu’il se moque de nous, et applique à la lettre l’idée exprimée dans ce passage du Persiles, à la charnière des deux premiers livres : à savoir que la frontière est ténue et ne tient qu’à un fil, entre le malheur et le bonheur. Pris au piège du conte attrape-nigaud, le lecteur est sur le gril, tour à tour angoissé et soulagé, en passant par des hauts et des bas, comme le navire jeté dans la tempête, jusqu’à ce que l’auteur démiurge, après tergiversé et brouillé les pistes, lui laisse entrevoir les délices du happy end.

Haut de page

Notes

1 Jules César Scaliger, La Poétique, Livre V : Le Critique, prés., trad., et notes de J. Chomarat, Genève, Droz, 1994, chap. 12, p. 259-267.

2 « Oda a la vida retirada » ; la citation est prise dans l’édition du Père Ángel Custodio Vega O.S.A., Poesías (IVa ed.), Madrid, Cupsa editorial, 1978, p. 11-12.

3 Outre les exemples mentionnés en note par Carlos Romero (Los trabajos de Persiles y Sigismunda (2a ed. revisada, Madrid, Cátedra, 2002, p. 280 et 283), on peut rappeler le dialogue sarcastique d’Érasme, intitulé « Le naufrage » (Les Colloques, trad. par Victor Develay, Paris, Librairie des Bibliophiles, 1885-1886, 3 vols., t. I, p. 243-256), ou encore, dans un registre très différent, le récit de l’engloutissement du navire – d’un burlesque proprement échevelé – qui prélude aux aventures subaquatiques de Lazarillo, Segunda Parte del Lazarillo,Pedro M. Piñero Ramírez (ed.), Madrid, Cátedra, 1988, p. 283-286 ; cf. ibid., p. 132-136.

4 I, 23, éd. cit., p. 272.

5 Ibid.

6 I, 23, éd. cit., p. 273.

7 Ibid.

8 I, 23, éd. cit., p. 279.

9 Voir Michel Moner, « La retórica de los celos en Los trabajos de Persiles y Sigismunda », dans Actas del IV congreso internacional de la Asociación internacional Siglo de Oro (AISO), María Cruz García de Enterría y Alicia Cordón Mesa (eds.), Alcalá de Henares, Universidad de Alcalá, 1998 (2 vols.), II, p. 1057-1062.

10 C’est, du moins, le point de vue de Carlos Romero, exprimé en note, éd. cit., p. 275.

11 II, 1, éd. cit., p. 279 et sqq.

12 II, 2, éd. cit., p. 282.

13 On retiendra, parmi l’abondante bibliographie, la thèse de Georges Molinié, Du roman grec au roman baroque, (2e éd.), Toulouse, PUM, 1994. Voir particulièrement p. 261-278.

14 Voir Michel Moner «En los confines de la especie: fieras, monstruos y bichos raros en Los trabajos de Persiles y Sigismunda», dans Peregrinamente peregrinos. Actas del V Congreso Internacional de la Asociación de cervantistas, Alicia Villar Lecumberri (ed.), Palma de Mallorca, Asociación de Cervantistas, 2004, (2 vols.), vol. I, p. 703-720 ; «Retórica y mayéutica: estrategias dialógicas en el Persiles», dans El personaje literario y su lengua en en siglo xvi, Consolación Baranda y Ana Vian (eds.), Madrid, Instituto Universitario Menéndez Pidal-Universidad Complutense, 2005, p. 341-350 ; « Monstres et bizarreries de la faune marine dans Les travaux de Persilès et Sigismonde », dans L’imaginaire des espaces aquatiques, François Delpech (éd.), Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2009, p. 275-280.

15 II, 2, éd. cit., p. 285-286.

16 C’est quasiment le procédé, utilisé dans le Don Quichotte de 1605, où le lecteur est tenu en haleine pendant tout un chapitre (I, 20), tandis que Don Quichotte et Sancho sont cloués sur place, toute une nuit, paralysés par un fracas épouvantable accompagné d’un inquiétant bruit de chaînes, dont ils ignorent l’origine. On sait ce qu’il en est en réalité…

17 La charnière des Livres I et II du Persiles est marquée par des procédés d’écriture inédits dans le corpus cervantin et, à ma connaissance, jamais relevés jusqu’ici dans le roman classique, sur lesquels je reviendrai. L’étude qui doit parachever cette série d’analyses sera publiée dans les actes du VIIIe congrès international de l’Association des cervantistes (CINDAC, Oviedo, 2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Moner, « Avatars cervantins d’un stéréotype : le « récit de tempête » et le brouillage des frontières textuelles dans Los trabajos de Persiles y Sigismunda », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 14 | 2013, mis en ligne le 26 juin 2013, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/2467 ; DOI : 10.4000/framespa.2467

Haut de page

Auteur

Michel Moner

Professeur émérite, Université de Toulouse II, FRAMESPA, UMR 5136.
michel.moner@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org