Navigation – Plan du site
Les traités d'architecture à l'épreuve des monuments

Glorifier dans la pierre : nouvelles observations sur la production épigraphique de Guillaume Philandrier (1505-1565) à Rodez

Writing in stone for the glory of God: new observations on the epigraphic production of Guillaume Philandrier in Rodez during the 16th century
Caroline de Barrau-Agudo
Traduction de Lisa Barber

Résumés

La cathédrale de Rodez est un édifice gothique dont la construction s’est échelonnée de 1277 jusqu’aux années 1580. En 2006, un chantier de fouilles a permis la mise au jour de 2500 fragments sculptés (destructions révolutionnaires de la statuaire médiévale et moderne), parmi lesquels des inscriptions composées par Guillaume Philandrier, chanoine de Rodez et secrétaire du Cardinal d’Armagnac. Cette communication portera sur les résultats d’analyse de ces blocs mais également sur les questions d’historiographie, suite à la découverte d’un document d’archive en rapport avec ces inscriptions. Ceci nous permettra d’aborder la question du goût pour l’épigraphie de Philandrier, dont la biographie est aujourd’hui documentée par les nombreuses études de Mme Frédérique Lemerle.

Haut de page

Notes de la rédaction

Lisa Barber est membre de la Société archéologique du Midi de la France

Texte intégral

  • 1  In decem libros M. Vitruvii Pollionis de Architectura Annotationes. Ad Franciscum Valesium Regem C (...)
  • 2  Au sujet du cardinal d’Armagnac, se conférer à la récente publication de Nicole Lemaitre, Correspo (...)
  • 3  « PHILANDER, Guillermus », chanoine de Rodez (1554-1561) et archidiacre de Saint-Antonin (décembre (...)
  • 4  Voir les études de Frédérique Lemerle et plus particulièrement : Les Annotations de G. Philandrier (...)

1Guillaume Philandrier est plus célèbre pour ses annotations en latin du De architectura de Vitruve1 ou pour son rôle de lecteur auprès du cardinal d’Armagnac2 que pour son canonicat ruthénois (de 1554 à 1561)3. Il a fait l’objet d’études attentives ces dix dernières années, notamment par le biais des recherches de Frédérique Lemerle4. Une récente découverte archéologique permet d’apporter un éclairage supplémentaire sur un aspect particulier de son activité : l’épigraphie monumentale et la composition d’inscriptions commémoratives.

Une découverte fortuite

Sous le dallage… l’histoire

2Lors de travaux d’électrification de la nef de la cathédrale gothique de Rodez (1277 - vers 1580) (fig. 1) et à l’occasion de la pose d’une gaine dans le sol de la chapelle du Jardin des Oliviers, des fragments sculptés ont été signalés, enfouis sous le dallage (fig. 2).

Figure 1

Figure 1

Cathédrale de Rodez (Aveyron), vue de la façade occidentale : frontispice, tour sud et plaques en calcaires armoriées incrustées dans la maçonnerie

Cliché C. de Barrau-Agudo

Figure 2

Figure 2

Chantier de fouilles de la chapelle du Jardin des Oliviers de la cathédrale de Rodez, vue des fragments sculptés.

© Cliché J.-F. PEIRÉ, DRAC Midi-Pyrénées.

  • 5  Voir Caroline de Barrau-Agudo, Laurent Fau, « Découverte et résultat d’analyse de statuaire médiév (...)

Une première opération archéologique de sauvetage a été effectuée en 1998 et a permis la mise au jour et l’inventaire de 160 fragments. En avril 2006, une opération de fouille programmée d’une plus grande ampleur a abouti à l’extraction de plus de 2500 fragments, issus de destructions révolutionnaires et enfouis vers 18305. Dans cet ensemble, une trentaine de morceaux ont pu être isolés, de petits blocs en calcaire blond, portant des inscriptions latines. Ils mesurent un peu moins de 10 centimètres de hauteur et les lettres gravées présentent un remplissage de plomb (fig. 3 et 4). La question qui s’est alors très rapidement posée était celle de l’identification de ces fragments et de la signification de l’inscription. Le mot « REX » (fig. 3) a permis de faire le lien avec une commande de l’évêque de Rodez Georges d’Armagnac (1500-1585, évêque de 1529 à 1562) à Guillaume Philandrier afin de composer des inscriptions commémoratives, dans la première moitié du XVIe siècle.

Figure 3

Figure 3

Reconstitution de la plaque en calcaire portant les inscriptions commémoratives composées par Philandrier en 1533 (b).

© Cliché C. de BARRAU-AGUDO

Figure 4

Figure 4

Reconstitution de la plaque en calcaire portant les inscriptions commémoratives composées par Philandrier en 1535

© Cliché C. de BARRAU-AGUDO

  • 6  Hippolyte de BARRAU, « Inscriptions et monuments », Mémoires de la Sociétés des Lettres, Sciences (...)
  • 7  Philibert De La Mare, Philiberti De la Mare Divionensis De Vita, moribus, et scriptis Guillelmi Ph (...)

3L’historiographie fait effectivement mention de ces inscriptions. Dès le XIXe siècle, elles furent d’ailleurs publiées par deux historiens ruthénois Hippolyte de Barrau et Henri Affre6. Mais tous deux avaient une source commune : la première publication connue de ces transcriptions dans un ouvrage sur la vie de Philandrier, écrit par Philibert de la Mare et daté de 16677.

4Les inscriptions et traductions ont été retranscrites avec, en caractères soulignés, l’indication des fragments retrouvés en fouilles :

« FRANCISCVS. VALESIVS. REX. P.P. ET. BONARUM. LITTERARVM. MELIORVMQVE. ARTIVM. VINDEX. CVM. MASSILIAM. AD. CLEMENTEM. VII. P. M. MAGNIS. ITINERIBVS. GRAVISSIMA. ANNI. TEMPESTATE. CONTENDERET. DE. SUMMA. RERVM. COLLOCVTVRVS. QVO. IN. CONGRESSV. INITVM. CATHARINÆ. MEDICEÆ. CLEMENTIS. PRONEPTIS. MATRIMONIVM. CVM. HENRICO. DVCE. AVRELIANENSI. RVTHENAS. COHORTANTE. PONTIF. GEORGIO. ARMAGNACIO. REGIO. MORE. INGRESSVS. EST. ET. MAGNIFICENTISSIME. EXCEPTUS. MDXXXIII. NONO. CAL. AVGVSTI. EODEM. APPARATV. ALTERO. POST DIE F. DELPHINVS. ATQ. DVCES. H. AVRELIANENSIS. ET. C. ENGOLISMENSIS. ACCEPTI SVNT. ».

  • 8  Transcription des inscriptions selon Philibert De La Mare, op. cit., 1667, p. 17-18 (reproduites d (...)

« François de Valois, Père de la Patrie [Pater Patriae] et protecteur des Belles Lettres et Beaux Arts, s’acheminait à grandes étapes vers Marseille, à la saison la plus pénible de l’année, afin de rencontrer le souverain pontife Clément VII, pour s’entretenir d’un sujet important, à savoir l’union matrimoniale de Catherine de Médicis, nièce de Clément, avec Henri, duc d’Orléans. Il fit son entrée dans Rodez, de manière royale, sous les exhortations de l’évêque Georges d’Armagnac, et fut accueilli avec la plus grande magnificence l’an 1533, le 9 des calendes d’août. Avec le même apparat, François le Dauphin, les ducs Henri d’ Orléans et Charles d’Angoulême furent reçus le lendemain »8.

  • 9  Pour une description de l’entrée de 1535, voir aussi Henri Affre, Lettres pour l’histoire de Rodez(...)
  • 10  Pierre Benoît, Le Vieux Rodez, Rodez, 1912, p. 119-125, selon les archives de la Cité, BB 4, Regis (...)

5Cette première inscription, commémore donc le passage de François Ier à Rodez, en 15339. Ce dernier traverse le royaume afin de se rendre à Marseille pour y rencontrer le pape Clément VII. En effet, dans l’optique de rétablir en Italie, un équilibre politique mis à mal par le traité de Cambrai (1529), le souverain pontife souhaite s’allier avec le roi de France et propose l’union de sa nièce Catherine avec le jeune duc d’Orléans, second fils de François Ier. Une entrevue qui a lieu le 28 octobre 1533 est à l’origine du mariage. Cette inscription commémore donc l’entrée du roi dans la ville de Rodez, comme il en sera de même à Toulouse (1er août) et à Nîmes (30 août). L’historien ruthénois Benoît, grâce à la consultation des archives communales, donne des détails de la préparation et du déroulement de cette entrée10.

6Une seconde inscription est connue, et concerne quant à elle le passage et l’entrée d’Henri d’Albret et de Marguerite d’Angoulême à Rodez en 1535. Elle était ainsi composée : 

 « HENRICVS ALBRETIVS. NAVAR. REX. ET. MARGARETA. VALESIA. CONIVX. INCOMPARABILIS. IVSTITIÆ. INNOCENTIÆ. CASTIMONIÆ. PIETATIS. ET. RELIGIONIS. HEROINA. PELLVCIDVM. MARGARITVM. ET. VNICVM. TOTIVS. ORBIS. LVMEN. ET. ORNAMENTVM. RVTHENAS. SPLENDIDO. AC. PROPE. REGIO. APPARATV. INGRESSI. ET SOLEMNI. POMPA. PER. VRBEM. DEVECTI. AD. ARAM. MAXIMAM. SVPPLICATVM. DEDVCTI. SVNT. MDXXXV. IDIBVS. IVLIIS. POSTRIDIE. GEORGIO. ARMAGNACIO. INTER. SACRA. CORONATI. RVTHENENSES. COMITES. ET. SALV’TA’TI. ».

7Cette inscription peut être traduite de la façon suivante : « Henri d’Albret, roi de Navarre, et Marguerite de Valois, son épouse, héroïne incomparable de justice, de vertu, de pureté (chasteté), de piété et de dévotion, perle et lumière éclatantes et ornement unique de la terre entière, entrèrent dans Rodez, avec un faste splendide et presque royal. Ils parcoururent la ville dans une pompe solennelle, et furent amenés au pied du grand autel pour prier l’an 1535, aux ides de juillet. Le lendemain, les Comtes ruthénois furent couronnés et honorés cérémonieusement par Georges d’Armagnac ».

8En effet, l’été 1535, le Roi et la Reine de Navarre, Henri II (1503- 1555) et Marguerite d’Angoulême (1492-1549) venant de Gascogne se rendent à Lyon afin de rejoindre François Ier. Après une entrée solennelle à Albi le samedi 10 juillet, où le cardinal d’Armagnac les avait déjà rejoints, ils séjournent dans cette ville le lendemain. Puis ils se dirigent vers Rodez à partir du 12 juillet et logent à Caumont de Plancatge, chez le baron d’Arpajon le mercredi 14. Ils arrivent enfin à Rodez le 15 juillet. H. Bousquet précise qu’il ne s’agit pas ici de la première visite que le roi de Navarre faisait à Rodez. En effet, il y était passé le 18 juillet 1533, soit six jours avant la venue de François Ier. Un chroniqueur, P. Vitalis, greffier de la Cité, relate dans son récit qu’à cette date, le roi de Navarre refusa les honneurs des Consuls et « ne fiste ne voulsist faire entrée comme Conte de Rodez », car il n’était pas encore couronné.

  • 11  Antoine Bonal, Comté et comtes de Rodez, Rodez, Carrère, 1855, p. 743 et suiv. et du même Histoire (...)

9En effet, Henri était comte de Rodez à la suite de son mariage en 1526 avec Marguerite, la sœur de François 1er, ancienne épouse de Charles II, duc d’Alençon et héritière de la maison d’Armagnac. Dès 1194 le protocole d’une cérémonie de couronnement avait été mis en place et celle-ci avait lieu dans le chœur de la cathédrale11.

  • 12  Matthieu Desachy, Cité…, p. 25, n. 64 et 65.

« Le comte d’Armagnac bénéficie également d’un siège dans le chœur. Lors des cérémonies d’intronisation du nouveau comte, l’évêque conduit le comte au grand autel de la cathédrale où il récite une oraison. La cérémonie de couronnement du nouveau comte se fait ensuite dans le chœur, où le comte s’installe dans un siège élevé, placé en avant de la stalle épiscopale […] D’après Gaujal, ce siège se voyait encore en 1789 et aurait été détruit peu après la révolution, comme souvenir de la féodalité. Il est possible cependant que ce siège soit installé seulement lors des cérémonies d’intronisation »12.

  • 13  « Confirmation des privilèges des habitants du Bourg de Rodez, accordée par Henri d’Albret, Roi de (...)
  • 14  Selon l’expression de Matthieu Desachy, Cité…, p. 87.

10L’évêque, au sein de son église cathédrale, représente la Cité et le pouvoir spirituel, auxquels s’ajoute (et bien souvent s’oppose) le Bourg, au sein de la ville médiévale, où se situe le pouvoir temporel13. La bipolarité de la cité ruthénoise, ce « cœur deux ventricules »14 et de ses pouvoirs n’est toutefois pas un unicum au sein de l’organisation des villes médiévales. Un évènement tel que l’entrée d’un roi dans la ville mettait, de ce fait, toute la ville et ses différentes autorités en ébullition, non sans une pointe de rivalité…

  • 15  Voir la relation de Jean Bonal dans Baron de Gaujal, Études historiques, IV, 1859, p. 411-414.
  • 16  Voir le récit dans P. Benoît, op. cit, p. 125, n. 2 et M.-A.-F. de Gaujal, op. cit., t. IV, p. 362 (...)
  • 17  Selon le récit de P. Vitalis, archives communales, BB. 4, Cité, fol. 323.
  • 18  Gaujal ne tient compte que des deux premières relations.

11Il existe trois relations de l’entrée royale de 1535. La première fut rédigée par Jean Bonal, secrétaire et greffier des conseils du comte et de la comtesse de Rodez15, la seconde, La entrada novela del rey et reyna de Navara, comte et comtesse de Rodez, fut écrite par Durand Besombes, greffier du consulat du Bourg16. La troisième est un récit de Pierre Vitalis, déjà évoqué, extrait d’un registre des archives municipales de la ville17. Les narrations de ces chroniqueurs diffèrent en bien des points. En effet, le premier semble avoir rédigé son texte dans l’intérêt des régents alors que le second semble quant à lui avoir favorisé le Bourg de la ville de Rodez. Un procès verbal de l’hommage, rédigé par Bonal est aussi conservé. L’entrée des souverains et le protocole d’accueil ainsi que les préparatifs y sont décrits, plus ou moins en détails selon les cas. La lecture et la combinaison de toutes ces informations a permis à l’auteur des Annales du Rouergue de témoigner en ces termes18 : 

  • 19  Il doit s’agir d’une erreur d’interprétation car ces titres sont à cette date ceux de l’évêque G. (...)
  • 20  M.-A.-F. de Gaujal, op. cit., t. IV, p. 363-364.

« Le samedi 16 juillet, eut lieu la cérémonie du couronnement. Le Roi et la Reine, avec leur suite, se rendirent, à neuf heures du matin, à l’église cathédrale, où l’évêque, vêtu de ses habits pontificaux et accompagné encore de l’évêque de Cahors, [de l’abbé de Conques, dom d’Aubrac]19 et de son chapitre, les reçut à la porte et les conduisit dans sa propre stalle, où ils prirent place l’un et l’autre ; il alla ensuite au grand autel dire la messe. Au moment de l’offrande le Roi et la reine allèrent, suivant l’usage, présenter un drap d’or que l’évêque reçut, et alors se fit l’hommage du comte et de la comtesse à l’évêque, comme il a été déjà expliqué sous l’année 1195. Ce dernier les conduisit après au siège de pierre placé en avant de sa stalle et appelé la chaire du comte : on en avait fait un trône, c’est-à-dire qu’il était couvert de drap d’or et surmonté d’un dais. Le Roi et la Reine s’y étant assis, l’évêque leur mit successivement sur la tête la couronne comtale et leur présenta dans un bassin d’argent, les clefs du palais épiscopal, de la tour de Corbières et du château de Caldegouse. En même temps furent arborés sur ce château cette tour et la porte du palais, des panonceaux portant les armoiries de la comté. L’évêque acheva ensuite sa messe, après laquelle le Roi et la Reine retournèrent au palais épiscopal, précédés de Jacques de Villemur, Sr de Pailliès, leur Sénéchal, portant entre ses bras la couronne comtale, qui fut replacée dans les archives du comté, où elle était gardée »20.

  • 21  Folios 341 et 342 r°.
  • 22  Archives municipales de Toulouse, Livre II, BB 274, 1532-1533 et 1534-1535 et pour le récit : AA 5 (...)
  • 23  Comme le remarque Roy Strong, la tradition médiévale de l’entrée triomphale fit preuve d’une vital (...)
  • 24  Antoinette Huon, « Le thème du Prince dans les entrées parisiennes au XVIe siècle », Les fêtes de (...)

12Le récit de Vitalis est précédé d’une délibération relative aux frais exigés et engagés pour la réception du roi et de la reine et pour les présents qui leur avaient été faits21, ce qui représentait, comme pour toutes les villes qui préparent cette réception, un engagement financier conséquent. S’il est possible de s’imaginer le cortège évoluant dans la ville, à l’image de celui de Toulouse, représenté dans le livre II des Annales de Toulouse22, les détails du déroulement de la fête ne sont toutefois pas connus. Y’a-t-il eut des décorations spécifiques, outre le décor des rues ? Des scènes, de petites représentations ont-elles eut lieu ? Sommes nous à Rodez dans une célébration et un protocole encore « médiévaux » ou y a-t-il eut des nouveautés qui caractérisent par la suite les entrées « Renaissance » 23 ? Car comparativement, il est possible de savoir que la réception de la Reine Éléonore en 1531 à Paris « est pleinement une Entrée de la Renaissance », pour laquelle le Bureau de la ville (où siégeait Guillaume Budé) avait engagé des artistes italiens24. En effet, comme le précise Roy Strong : « cette évolution, les Français avaient déjà commencé à l’assimiler vers 1530 ; ils l’adoptèrent définitivement lors de l’entrée d’Henri II à Rouen en 1550 ». Pour Rodez, l’étude serait à mener de manière plus précise.

13Parmi les témoins matériels visibles liés à ces entrées, restent aujourd’hui ces dalles de pierres brisées. Une reconstitution de ces inscriptions a été proposée, mais l’état fragmentaire des blocs n’a pas permis leur assemblage complet. La première est composée de 17 blocs (fig. 3) la seconde de 14 blocs (fig. 4). À la vue de ces éléments gravés, il faut souligner la simplicité d’exécution, le volontaire retour à une graphie lisible, à la langue latine et aux lettres majuscules romaines (présences de ligatures, notamment les « e dans l’a ») qui les caractérisent. Il est aussi possible de reconstituer une partie d’une bordure polychrome noire ornée de rinceaux dorés (fig. 5) qui encadrait les inscriptions. Mais où se trouvaient ces plaques avant leur destruction, en 1793 ?

Figure 5

Figure 5

Détail des bordures polychromes qui ornaient les inscriptions.

© Cliché C. de BARRAU-AGUDO

L’apport des archives

  • 25  Archives de la Société des Lettres de l’Aveyron, 3 E n° 400. Nous remercions ici M. Pierre Lançon (...)
  • 26  Ces notaires ont pu être identifiés, après des recherches et par comparaisons de leurs signatures. (...)

14Si l’ouvrage de 1667 de Philibert La Mare est une source de référence au sujet de Philandrier, la transcription qu’il donne des deux inscriptions ne peut désormais plus être considérée comme la plus ancienne du genre. En effet, il faut mentionner l’existence d’un document conservé dans les archives de la Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron, intitulé « acte qui contient le couronnement d’Henry d’Albret, comte de Rodez » et sur lequel on peut lire un relevé de l’inscription relative à l’entrée des rois et reine de Navarre25 (fig. 6). En fin d’acte il est précisé : « Il est ainsin à l’original dont le presant extraict a etsé tiré par nous notaire royaux de la ville de rodez, soubzignés, à Roudez le 21 fevrier 1645 ». S’ensuit la signature des notaires Rames et Castanier26. Il s’agit donc bien ici d’un document présentant une transcription de l’inscription antérieure de vingt-deux ans à l’édition de l’ouvrage de Philibert de la Mare.

Figure 6

Figure 6

Acte rédigé par les notaires RAMES et CASTANIER en 1645 et mentionnant l’inscription de 1535. Archives de la Société des Lettres de l’Aveyron.

© Cliché C. de BARRAU-AGUDO.

15Certes, ce document manuscrit n’a pas connu la même diffusion que l’ouvrage imprimé, mais il faut envisager que les notaires aient pu retranscrire de visu une des inscriptions.À défaut de connaître les raisons exactes qui ont nécessité la rédaction d’un tel acte, nous pouvons constater que la transcription diffère de celle proposée par La Mare. La voici ici retranscrite avec, en caractères soulignés, les passages divergents :

« Henricus Albretius, [navarrae rex : manquant] Et Margarita Valesia coniux incomparabilis Iustitiae, [probitatis : rajout], innocentiae, castimoniae pietatis, ac Religionis heroina, perlucidum Margaritum Et unicum totius orbis lumen et ornamentum Ruthenas splendido ac prope regio apparatu ingressi, Et solemni pompa per urbem devecti, ad aram maximam supplicatum deducti sunt. M. D. XXXV Idibus Julii : [Et : rajout] postridie [a pontifice : rajout] Georgio Armaignacio inter sacra coronati Ruthenae comites et salutati ».

  • 27  Le préfixe « per » ou « pell » ne change toutefois pas véritablement le sens du mot : perlucidus o (...)

16Si certains mots semblent avoir été rajoutés (« probitatis », « et », « a pontifice »), peut être pour une meilleure compréhension du texte ou son enrichissement, d’autres sont manquants. La comparaison avec les fragments retrouvés est sans appel : les mots « Navarrae rex » étaient bien inscrits dans la pierre et pourtant les notaires les ignorent. Une variation sur le mot « pellucidum », transcrit par La Mare se remarque également : il est écrit « perlucidum » dans l’acte des notaires27.

17Outre les différences notables soulignées ci-dessus, cette nouvelle transcription permet aussi de préciser plusieurs points. Le premier concerne l’emplacement de ces inscriptions. Alors qu’il était spécifié dans les textes du XIXe siècle que l’inscription de 1535 se trouvait « sur une table de marbre incrustée dans une colonne de l’église cathédrale de rodez, près du chœur », l’intitulé de la lettre de 1645 précise : « inscription taillée dans un pilier de la nef de l’église cathédrale de Rodez, le premier à main droite en sortant du chœur ». Il faut donc en déduire que pour une personne sortant du chœur (par le jubé) que l’inscription de 1535 se trouvait à droite et donc sur le premier pilier nord de la nef, alors que celle de 1533 (entrée de François 1er) se trouvait à gauche (donc sur le premier pilier sud de la nef) (fig. 7).

Figure 7

Figure 7

Plan de la cathédrale et de ses alentours avec indications des emplacements des différentes inscriptions.

© DAO, C. de BARRAU-AGUDO.

  • 28  Dans le cas des inscriptions de Philandrier, il s’agit d’un fin calcaire blond, présentant quelque (...)
  • 29  Voir Frédérique Lemerle, « Venise (1536-1539) », op. cit., p. 14-15.

18Deuxième point et nouvelle information fournie par la confrontation de l’étude archéologique et des textes : ces plaques ne sont pas en marbre comme annoncé au XIXe siècle, mais bien en calcaire blond. Cette affirmation était d’autant plus surprenante que l’utilisation du marbre est quasiment inexistante en la cathédrale à l’époque gothique et au début de l’époque moderne28. Enfin, la troisième et dernière information concerne la composition de ces épitaphes, par Philandrier. Il est envisageable qu’il les ait écrites avant son départ pour Venise lors de l’ambassade de Georges d’Armagnac, en 153629. Mais en ce qui concerne la réalisation de ces inscriptions gravées, nous en sommes réduits à des suppositions et à des interrogations : par qui et à quelle date ont-elles précisément été faites ? L’étude archéologique permet seulement de supposer qu’elles ont été réalisées en même temps, comme en témoignent leurs similitudes structurelles, matérielles et stylistiques. Il faut envisager que c’est la seconde entrée, celle des rois de Navarre qui a engendré la commande de ces plaques. Il convient donc de proposer comme datation ante quem pour la conception des textes des deux plaques, la fin du mois de juillet 1535.

Glorifier les hommes par l’architecture

19Ces inscriptions, retrouvées en 2006, permettent donc de confirmer la création d’inscriptions commémoratives à Rodez par Guillaume Philandrier. Le commentaire et l’analyse de ces œuvres soulèvent plusieurs interrogations : comment interpréter leur commande et leur mise en place au sein de la cathédrale ? Quelle est la place de cette production au sein de l’activité de Philandrier ? Et enfin, comment expliquer et replacer cette création au sein du contexte historique et artistique caractéristique de l’Humanisme et de la Renaissance ?

Commémorer et glorifier, des souverains… et une cathédrale

20L’entrée de François Ier à Rodez en 1533 fut un évènement majeur mais c’est la seconde entrée, celle des rois et reines de Navarre qui provoqua la mise en place des deux plaques commémoratives au sein de l’église cathédrale. L’inscription de 1533 est d’ailleurs d’une sobriété notable face à l’éloge qui est contenu dans celle de 1535. Il faut cependant noter que les termes les plus élogieux ne sont pas destinés à Henri d’Albret mais à son épouse, Marguerite d’Angoulême. Ce fait s’explique aisément, à la lueur d’informations biographiques concernant Georges d’Armagnac, le commanditaire de ces inscriptions et Guillaume Philandrier, qui en est l’auteur.

  • 30  Jacques Bousquet, « Guillaume Philandrier… », p. 241.
  • 31  C’est aussi la reine qui obtient sa nomination de cardinal en 1544.
  • 32  François Ier et Léon X ayant établi le concordat de 1516, l’Église française était soumise à la Ro (...)
  • 33  Frédérique Lemerle, op. cit., p. 13 n. 21.
  • 34  Ibid.

21Georges d’Armagnac est issu d’un grand lignage du Sud-ouest de la France. Né vers 1500, il est le fils naturel de Pierre d’Armagnac et est donc, de ce fait, le petit fils du comte Charles Ier d’Armagnac (1425-1497). Il est donc parent avec les souverains de Navarre et c’est un intime de la reine Marguerite, qui à plusieurs reprises dans sa correspondance le nomme son « fils »30. Élevé à Albi, dans le goût des arts et des lettres dans un milieu humaniste et érudit, sous la gouverne de l’évêque Louis d’Amboise, il eut comme précepteur Pierre Gilles. Il fait ensuite ses études à Toulouse et reçoit ses premiers ordres des mains de Guillaume Briçonnet, évêque de Meaux et directeur de conscience de la reine dont il devient l’aumônier. Protégé par la souveraine tout au long de sa carrière, il obtient grâce à elle l’évêché de Rodez en 1529, où, pour la première fois dans l’histoire du diocèse, la royauté intervient dans l’élection d’un prélat31. Dès sa nomination, il devient lieutenant et gouverneur des terres d’Armagnac et de Rouergue pour le roi et la reine de Navarre. C’est en cette qualité qu’il préside, en 1535, à l’entrée solennelle des souverains32. De son côté, Guillaume Philandrier, entré au service de l’évêque en 153233 fait également partie du cercle de personnalités bénéficiant, ou recherchant la protection de mécènes. Ainsi, lors du passage de la reine à Rodez, ce dernier lui offre les prémisses de son travail sur les douze livres de l’Institution oratoire de Quintilien34.

  • 35  Ainsi on retrouve « dédicace du Livre III Serlio » : « … à vous, roi françois, parce que vous étie (...)
  • 36  Frédérique Lemerle, op. cit., p. 63.
  • 37  Ibid., p. 61.

22Les « formules » utilisées par Philandrier dans les inscriptions ruthénoises ne sont pas exceptionnelles au regard de la production littéraire du XVIe siècle. Il ne s’agit là que de termes très usités dans les écriture dédicatoires et c’est aussi un topos de la poésie lyrique, qui a toujours célébré les grands personnages (rois, mécènes, muses…) à l’image des textes de Ronsard35. Ces louanges se retrouvent également dans la dédicace des Annotations qu’il adresse à François Ier : « J’écris pour un roi sous les auspices et la libéralité duquel sont élevés dans le monde les églises, les palais, les forteresses les plus fameux, pour un roi qui a si bien montré la voie que l’édifice qui avant lui avait été la plus belle demeure de France, n’obtient plus le centième rang »36. À la lecture de ces dédicaces, il faut également souligner une idée importante qui a été mise en avant par Frédérique Lemerle, à savoir la proche la collaboration du prélat et de son secrétaire. Il est en effet difficile de connaître l’investissement de chacun dans la création de ces formules, tout comme il sera délicat de connaître quelle fut la part d’implication intellectuelle du cardinal au sein de la production architecturale de Philandrier. Ce dernier signale bien dans sa dédicace des Annotations au prélat, (François Ier étant mort en 1547, il y a une nouvelle dédicace à d’Armagnac) qu’ils étudiaient ensemble : « vous qui vous m’avez beaucoup aidé à connaître Vitruve quand tous deux nous le lisions attentivement »37.

  • 38  Cf. note 23 pour des références bibliographiques et il faut aussi noter l’activité du Groupe de re (...)
  • 39  Bernard Guenée, Françoise Lehoux, op. cit., p. 56.
  • 40  Voir à ce sujet le récapitulatif des inscriptions de l’entrée de Henri II à Paris en 1550, V. L. S (...)
  • 41  Henri Affre, Lettres…, p. 272.
  • 42  Ce qui signifie : « François, roi de France, père de la patrie, les magistrats et la peuple de Nîm (...)

23Les deux hommes étaient liés aux souverains de Navarre et ils louent leurs qualités par le biais de ces inscriptions. Mais une seconde remarque doit porter sur la mise en place de ces plaques au sein même de l’édifice cathédral, alors qu’elles étaient liées à un évènement civil. Car ce fait, a priori anodin, est en réalité hautement symbolique. La commande et la mise en place de ces inscriptions est relative à la célébration d’un évènement d’importance pour une ville : une entrée royale. Cette cérémonie, coutumière et traditionnelle est connue des historiens depuis sa mise en place et son déroulement, ses prérogatives, son organisation ont fait et font encore l’objet de nombreuses études38. À la période médiévale, dès la fin du XIIIe et au début du XIVe siècle, l’exercice du droit de gîte par le souverain existe et il est accompagné de prestations en nature39. L’apparat et le faste de ces fêtes seront toutefois amplifiés et transformés à la période moderne, selon des codes et références spécifiques du « retour à l’antique » qui caractérisent la Renaissance. Le Roi est ainsi assimilé à l’Empereur victorieux entrant dans un triomphe magistral. De nombreux panneaux portant des inscriptions de louanges, placées sur des monuments (souvent éphémères), ponctuent le cheminent du souverain40 . À Rodez, lors du passage de François Ier, elles étaient nombreuses et Henri Affre évoque à ce propos les « devises que l’histoire aurait dû nous conserver »41. Parfois aussi le souhait de célébrer le souverain est accompagné de la production d’un « monument » destiné à perdurer dans le temps. Ainsi, en 1531 à Nîmes, on érigea une colonne sur laquelle on fit figurer une salamandre et une inscription : FRAN. F. RE. PP. M. P. Q. NEMAVSI. DD42, ce qui, dans l’idée, est proche des plaques ruthénoises.

24Ces inscriptions, qui ont existé le temps d’une fête, étaient parfois retranscrites dans des livres.

  • 43  Selon W. Mc Allister Johnson, « Critique interne des livres d’entrées », Les fêtes de la Renaissan (...)

« Totalement évanouie sitôt qu’elle s’achève, l’entrée, passagère, ne nous est souvent connue, transmise et conservée qu’à travers le livre qui nous est parvenu. Chaque entrée n’a pas toujours eu son livre. Parfois le livre n’est pas allé à l’impression et est resté à l’état de manuscrit »43.

25Or, à Rodez, mis à part les relations précitées des témoins de l’événement, rien de tel ne subsiste, ni ne prouve que de tels livres ont été créés. Ces inscriptions ont certes été transmises dans le temps par l’écrit, où leur transcription s’est répétée, mais cela s’est fait grâce aux témoignages et aux travaux d’historiens et d’érudits locaux. Les fragments lapidaires retrouvés en fouilles sont donc, à ce jour, les seules transcriptions pérennes, sur la pierre, de la venue des souverains à Rodez. Leur reconstitution et la confirmation de leur existence au sein de l’église cathédrale permet également de souligner que la commémoration des souverains s’accompagne de celle du lieu : ce sont aussi la ville, la cathédrale et son évêque qui sont célébrés.

26Effectivement, par deux fois le nom du prélat apparaît sur les plaques. En 1533, François Ier « fit son entrée dans Rodez, de manière royale, sous les exhortations de l’évêque Georges d’Armagnac » et en 1535, « les Comtes ruthénois furent couronnés et honorés cérémonieusement par Georges d’Armagnac ». La cathédrale est aussi mentionnée comme l’aboutissement du cheminement du cortège : « Ils parcoururent la ville dans une pompe solennelle, et furent amenés au pied du grand autel pour prier ». C’est la mémoire de ces faits qui perdure aussi dans ces inscriptions, qui n’ont d’ailleurs pas été placées à l’extérieur de l’édifice, en façade ou sur un portail, mais bien à l’intérieur de l’église et précisément à proximité du chœur, lieu symbolique de l’activité pastorale et lieu du déroulement des cérémonies de couronnement. Il faudrait savoir, en comparaison, si une démarche similaire a été effectuée par les autorités du Bourg. Une chose est sûre, au sein de la Cité, au sein de son église, l’évêque entend bien garder le souvenir de ces évènements. Ces inscriptions ont effectivement été réalisées postérieurement et s’il on en croit l’historiographie, Georges d’Armagnac en aurait passé « commande » à Philandrier.

  • 44  Il s’agit d’une plaque de bronze portant une inscription latine en grandes capitales romaines, bor (...)
  • 45  Frédérique Lemerle, op. cit, p. 22. L’épitaphe est reproduite par Guillaume Catel Mémoires de l’hi (...)

27Ce dernier fait n’est avéré par aucun texte ni sources d’archives. Il faudrait dès lors nuancer le propos et envisager une possible intervention de la part du cardinal dans la rédaction de ces inscriptions. Ce dernier a, en effet, été à l’origine de celle dédiée à Louis II d’Amboise, dans la basilique de Lorette en Italie44 et certains auteurs lui attribuent également les épitaphes funéraires de Philandrier et Paschal (morts tous deux en 1565)45, aussi est-il possible qu’il ait contribué à composer celles de la cathédrale de Rodez. Mais qu’en est-il du reste de la production épigraphique monumentale visible à Rodez ?

Une production épigraphique monumentale

  • 46  Robert Favreau, Épigraphie médiévale, L’atelier du Médiéviste 5, 1997, Brepols, Turnhout, 360 p. P (...)

28À Rodez et dès le XIXe siècle, comme dans de nombreuses autres villes, la création d’une société savante (Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron) a dynamisé les recherches archéologiques et les érudits locaux ont pris soin de relever les nombreuses inscriptions présentes sur les monuments de la ville, ou d’en rechercher des traces dans des livres. Ainsi, les inscriptions de la cathédrale étaient, comme cela a déjà été souligné, connues des chercheurs. Toutefois, si l’épigraphie antique a fait l’objet d’études attentives et suivies dès le XVIe siècle, si l’épigraphie médiévale a été scrutée plus tardivement46, en ce qui concerne les inscriptions de la Renaissance et des périodes suivantes, un constat s’impose pour lequel nous empruntons ici les termes de Philippe Bruneau :

  • 47  Philippe Bruneau, « L’épigraphie moderne et contemporaine », Revue d’Archéologie moderne et d’Arch (...)

« L’épigraphie, depuis le siècle dernier, s’est en même temps que l’archéologie, progressivement désintéressées du moderne en sorte qu’il est aussi peu de voix aujourd’hui pour parler d’une épigraphie que d’une archéologie contemporaines (…) Il est en grand nombre des inscriptions post-médiévales et c’est une raison suffisante d’en débattre et de s’interroger sur l’abstention quasi-totale des chercheurs en la matière »47.

  • 48  Citation selon Jacques Bousquet, « Guillaume Philandrier… », p. 296. Ce dernier est le seul auteur (...)
  • 49  Cette porte fut démolie en 1823. Pour des illustrations cf. Pierre Benoît, op. cit., p. 272 et 343

29Effectivement, la bibliographie et les références manquent en la matière. À Rodez, les inscriptions modernes ont été signalées et retranscrites pour ce qu’elles sont, à savoir des témoignages historiques, mais elles n’ont jamais fait l’objet d’études systématiques et exhaustives (inventaire, relevé récent, normalisation de transcription, campagne photographique…). Quant à Philandrier, les auteurs ont remarqué la chose suivante : « l’épigraphie et les devises énigmatiques ou « emblèmes », voilà une des spécialités de Philandrier, mais l’étude de cet aspect de sa production reste moindre48. Il faut signaler à ce propos que d’autres inscriptions ont été composées par Philandrier, en relation avec d’autres édifices. L’une d’elle concerne la porte Saint-Martial, structure aujourd’hui disparue49 mais qui se trouvait insérée dans la muraille, entre la cathédrale et l’évêché (fig. 7). Georges d’Armagnac y avait fait rajouter une structure composée dans le plus pur style classique, vraisemblablement selon les plans de Philandrier. Il y était inscrit, en latin et lettres capitales : 

  • 50  Selon Hippolyte de Barrau, op. cit., p. 489, datées entre 1545 et 1560.
  • 51  Au n° 25 de la rue de Bonald, selon Jacques Bousquet, « Guillaume Philandrier… », note 182 et les (...)

30« ORNAMENT URBIS AC CIVIUM OBLECTAMENTO ATQUE EPISCOPII COMMODATI GEORGIUS ARMAGNIACUS CARDINALIS RUTHENENSIS EPISCOPUS PORTAM HANC NON INVENUSTAM NEC INELEGANTI SPECIE UT EST INGENIO AD PRAECLARA QUAEQ COMPOSITION CUM TECTA ITIONE SUA IMPENSA EXTRUENDAM CURAVIT », qui se traduit : « Pour l’ornement de la ville et la plaisir des citoyens et la commodité de l’évêché, Georges d’Armagnac évêque de Rodez a pris soin de faire construire cette porte, qui n’est pas sans beauté, ni d’une forme sans élégance, faite avec intelligence et bien composée à ses frais »50. Un fragment de quatre lignes de cette inscription (fig. 8), sauvé lors de la démolition, est incrusté sur un mur au revers du corridor d’entrée d’une maison de Rodez (n° 25 de la rue de Bonald)51. Il s’agit bien d’une plaque en calcaire, sur laquelle on devine encore partiellement quelques bribes de l’inscription.

Figure 8

Figure 8

Plaque en calcaire incrustée dans le mur du n° 25 rue de Bonald et initialement sur la porte Saint-Martial.

© Cliché C. de BARRAU-AGUDO

  • 52  Traduction Jacques Bousquet, « Guillaume Philandrier… », p. 295.

31Deux autres inscriptions se trouvent encastrée dans le rempart qui forme le mur ouest de l’évêché actuel. Ce dernier est constitué de neuf arcades surmontées d’un chemin de ronde (fig. 7). Cette structure venait prolonger la porte Saint-Martial, précédemment évoquée. Les inscriptions se situent quasiment aux deux extrémités, en hauteur, et elles sont taillées dans deux grandes plaques de pierre blanche, bordées d’un encadrement mouluré. L’inscription de droite est composée de la manière suivante : « LABANTI EPISCOPIO DVM ERISMATE ET SVBSTRUCTIONIBVS ILLVSTRISSIMVS CARDINALIS ARMAGNIACVS MEDETVR OPERA EADEM VRBIS SECVRITATI ET ORNAMENTO CONSVLIT » (fig. 9), ce qui peut être traduit par : « L’évêché s’écroulant, le cardinal d’Armagnac, pour l’étayer et assurer ses substructions, s’est soucié en même temps de la sécurité de la ville et de son ornement 52 ».

Figure 9

Figure 9

Vue de la première plaque en marbre disposée sur les terrasses de l’évêché, formant rempart.

© Cliché C. de BARRAU-AGUDO.

  • 53  Traduction Jacques Bousquet, « Guillaume Philandrier… », p. 295. Voir également au sujet de ces in (...)

32Cela correspond effectivement aux travaux que Jacques de Corneilhan réalise vers 1562, mais sous la gouverne et le financement de son oncle, comme l’indique la seconde inscription : « IACOB CORNELIANVS EPISC (COPUS). RVTHEN (ENSIS). HOC ALIOQVI PERNECESSARIVM OPVS SCVLPT (VM). QVIDEM ILLVD ET EXPOLITVM SED TAMEN QVOD NISI MAGNA PROPE DICAM NVLLA VI LABEFACTARI QVEAT IVSSV IMPENSA ATQVE ARBITRATV ILLVSTR(ISSIMI) CARD (INALIS). ARMAIGNACII EXTRVENDVM CVRAVIT » (fig. 10). Il y est donc indiqué « Cet ouvrage a été bien sculpté et poli, et fait de telle sorte qu’il ne puisse être démoli par presque aucune force, je dirais même par aucune53 », déclaration prophylactique, que dément à peine une mention de restauration (en bas à droite) en 1959 ! Dans le cadre d’une attribution à Philandrier, la datation post quem serait 1565, date de sa mort.

Figure 10

Figure 10

Vue de la seconde plaque en marbre disposée sur les terrasses de l’évêché, formant rempart.

© Cliché C. de BARRAU-AGUDO.

  • 54  Bruno Tollon, « Dans le Rouergue : à l’heure de la Renaissance », Vieilles maisons françaises, jui (...)

33Il faut bien évidement souligner que les inscriptions répertoriées ici ne prétendent à aucune exhaustivité. Ce processus d’identification des commanditaires par l’inscription dédicatoire à été largement utilisé sur les bâtiments civils ou privés, comme en témoigne également, pour le cardinal d’Armagnac, l’inscription « GEORGIVS ARMANIACO CAR. », présente sur la porte du château des Bourines54.

  • 55  Louis Lempereur, « A propos de l’inscription de la cathédrale qui rappelle l’incendie de 1510 », P (...)
  • 56  Voir la transcription inédite de l’inscription par Louis Bion de Marlavagne, Histoire de la cathéd (...)

34Les inscriptions commémoratives composées et mises en place sous l’épiscopat de Georges d’Armagnac sont nombreuses. L’implication de Philandrier dans cette production est fortement probable, sans que toutefois un document d’archives n’atteste de façon catégorique de son activité. La nomination du cardinal puis son éloignement du siège épiscopal ruthénois sont compensées par la nomination au siège épiscopal, dès 1562, de son neveu Jacques de Corneilhan qui aura également à cœur de témoigner de l’activité construction de son oncle. Mais d’une manière générale, ce phénomène consistant à inscrire dans la pierre des « preuves », des « témoins » de l’entreprise (et du financement !) n’est pas un phénomène nouveau. Il est effectivement possible de remarquer la présence de nombreuses clefs de voûtes armoriées et de blasons ornant des retables, des tombeaux ou des vitraux. Cela est visible en la cathédrale dès le XIVe siècle puis cela se développe de façon importante sous l’épiscopat de François d’Estaing. Les armoiries de ce dernier timbrent en plusieurs endroits le clocher flamboyant, dont il est le maître d’ouvrage dès 1512. À l’intérieur du clocher se trouvent des plaques en calcaire présentant des motifs antiquisants (rinceaux, grotesques…) annonçant le développement de l’art de la Renaissance au sein de l’édifice. À l’extérieur du clocher encore, se trouve une large plaque commémorative de l’incendie du clocher en 151055 et en haut de cette même tour, l’inscription « Consummatum est 1526 » signale la fin des travaux. Cette dernière présente encore des caractéristiques médiévales car elle est composée de fines lettres onciales, dans un style gothique affirmé : c’est bien là encore un exemple de la coexistence, au sein d’une même structure, de deux styles. Ce clocher, monumental, est donc célébré par son commanditaire qui est à son tour lui-même honoré par la présence de ses armoiries. À l’intérieur même de la cathédrale, se remarque un même phénomène. Au sein de la structure gothique, au niveau du chœur, une clôture Renaissance commandée par François d’Estaing présente dès 1531, une utilisation de caractères latins et lettres capitales. Cela est également visible sur le retable de la Mise au Tombeau, commandé par le chanoine Galhard Roux (1523) qui orne la chapelle du saint Sépulcre56.

  • 57  C’est effectivement à cette période, vers 1530 que s’effectue la transition entre les deux calligr (...)
  • 58  Un de ces élément semble être encore conservé dans les réserves du Musée Fenaille, voir Caroline A (...)

35Le répertoire décoratif « Renaissance » est donc déjà utilisé avant 1529 en parallèle avec l’adoption, pour les inscriptions commémoratives ou les épitaphes, des caractères romains57, dans le but d’une mise en valeur identitaire des maîtres d’ouvrages. Ainsi, au milieu du XVIe siècle, Georges d’Armagnac ne fait que suivre une impulsion déjà amorcée en apposant ses armes sur deux culées des arcs butant de la nef (au niveau de la troisième travée). Ces derniers présentent une décoration (niches ornées de statues, culots sculptés des fenêtres) jusqu’alors inédite dans la construction. À plusieurs endroits se trouvent également des plaques carrées, en calcaire blond, ornées d’armoiries et incrustées dans les assises des murs (fig. 11). Ces éléments n’ont jusqu’à aujourd’hui, jamais retenu l’attention des chercheurs. Ils n’ont été utilisés que comme « marqueurs chronologiques » afin d’établir un phasage de la construction. Mais ils sont pourtant des témoignes (certes très endommagés) de la production sculptée58. Les inscriptions qui sont composées au sein de la cathédrale et dans son entourage immédiat entrent dans ce jeu de mise en valeur explicite du bâtiment, et par ce biais là, des hommes qui le financent.

Figure 11

Figure 11

Détail d’une niche abritant une plaque en calcaire armoriée d’une Vierge à l’Enfant (Armes du chapitre ruthénois).

© Cliché C. de BARRAU-AGUDO.

  • 59  Traduction Jacques Bousquet, « art. cit », p. 288. Les auteurs antérieurs proposaient : « Admirons (...)

36Enfin, une dernière inscription doit être signalée. Il s’agit de celle qui se situe en haut de la tour Sud-ouest, dont il est admis que la construction fut entreprise sur ses conseils et selon les plans de Philandrier, par le maître d’œuvre Jean Salvanh. Ce projet est inachevé : à cause d’un manque de financement et de l’émergence des troubles liés à la Réforme, l’érection de la tour fut stoppée (fig. 12). Entreprise dans un style à l’antique, elle est composée d’un soubassement massif quasiment aveugle, réminiscence de son insertion dans l’enceinte fortifiée de la ville et donc de sa fonction active dans le système défensif. Le couronnement avorté est quant à lui composé d’un entablement, puis d’une corniche ornée de mufles de lions et enfin de niches entourées de colonnes engagées.Il est possible de distinguer à son sommet des bases de colonnes toscanes érigées jusqu’à mi-hauteur puis une interruption ainsi qu’une inscription qui court sur les faces ouest et sud : vers le sud « FACESSANT ÆGYPTIORUM INSANÆ PIRAMIDUM MOLES VALEANT ORBIS MIRACULA » et vers l’ouest « NOS AUGUSTI SANCTÆ QUÆ CONSACRAT LOCI SPECIEM MIREMUR » qui peut se traduire par : « Que s’effacent les masses absurdes des pyramides des Égyptiens. Salut aux vraies merveilles du monde », « nous autres, admirons la beauté du lieu auguste consacré par la sainte (Vierge)59 ».

Figure 12

Figure 12

Tour Sud de la façade occidentale dont la construction fut interrompue. Détail d’une partie de l’inscription.

© Cliché C. de BARRAU-AGUDO

37Face à une formule dédicatoire si singulière, toujours citée et commentée par les auteurs, une dernière question se pose alors : est-il possible de préciser quelles sont les sources probables d’inspiration ou les influences possibles dans le processus de création de ces inscriptions ?

Épigraphie, emblèmes et livres d’architecture

38Si ces sculptures et inscriptions présentes sur l’édifice témoignent d’une volonté de marquer une action dans le temps en commémorant les hommes et le bâtiment, il s’agit également d’une production caractéristique de la période humaniste. Leur création se comprend et s’explique au regard du contexte intellectuel, artistique et culturel dans lequel ont évolué Georges d’Armagnac, Philandrier et leurs proches collaborateurs. Nous proposons ici quelques pistes de réflexion et remarques, guidées par des recherches en cours.

  • 60  Jacques Bousquet, « art. cit. », p. 289-291.
  • 61  Jean-Jacques Gloton, « Les obélisques romains de la Renaissance au néo-classicisme », Mélanges d’a (...)
  • 62  Alison Adams, Stephen Rawles, Alison Saunders, A Bibliography of French emblem books of the sixtee (...)
  • 63  Louis Bosc, Mémoires pour servir à l’histoire du Rouergue, Rodez, 1879, p. 452.

39Premièrement, la référence faite aux monuments égyptiens ne doit pas ici surprendre. Comme l’a fait très justement remarquer Jacques Bousquet, le terme est déjà très connoté à l’époque moderne. Voir dans les pyramides des monuments d’orgueil est redondant depuis l’antiquité romaine60. À la période médiévale, le milieu romain n’a pas ignoré ni dénigré l’art Égyptien61. Les humanistes de la Renaissance se sont naturellement intéressés à cet art, dont on trouve de multiples occurrences dans des ouvrages comme les Hieroglyphica d’Horapollon, dont la traduction grecque est publiée en 1505 à Venise par Alde Manuce puis rapidement rééditée et traduite en latin et le Hypnerotomachia Polyphili (le Songe de Polyphile) de Francesco Colonna, récit fantastique à caractère archéologique publié à Venise en 1499, ou bien encore l’ouvrage, Hieroglyphica de Pierio Valeriano (1556). C’est d’ailleurs à la suite de ces ouvrages que vont se développer les livres d’emblèmes62 (Emblematæ), en relation avec un engouement des érudits pour les images et formules ésotériques. Cette vaste production de livres consacrés à ces devises illustrées devient un genre littéraire à la mode dont s’emparent les humanistes, les poètes, mais aussi les religieux et les moralistes chrétiens de toute l’Europe. Philologue et érudit, Philandrier connaissait et composait lui même des devises et des emblèmes. Selon l’historien rouergat Bosc « dans ses loisirs, il s’amusoit à faire des emblèmes tirés de l’écriture sainte. Il en fit un sur un cordon de saint François, dont François d’Estaing avoit entouré son armorial. La gerbe de froment qui formait l’écusson de Georges d’Armagnac, lui fit naître l’idée d’un autre aussi peu piquant que le premier. Celui-ci faisoit allusion à la patience de Georges d’Armagnac à supporter les injures et les calomnies de Calvinistes : in flagella paratus pro domino »63.

  • 64  Frédérique Lemerle, op. cit., p. 64, et dans les annotations : III, 1, n. 55.
  • 65  Guillaume de La Perrière, Le théâtre des bons engins, 1539 , [introduction Alison Saunders], Menst (...)
  • 66  Frédérique Lemerle, « Guillaume Philandrier et la bibliothèque du cardinal d’Armagnac », Études Av (...)

40Philandrier connaissait l’ouvrage intitulé Emblemata (1531, Ausbourg), d’Andrea Alciat (1492-1550) qui est aujourd’hui considéré comme le créateur et le père de l’épigraphie moderne. Il l’avait rencontré et évoque ainsi dans ses Annotations : « L’existence de cette inscription fit affirmer devant moi, [à Ferrare], au [juriste] André Alciat, homme très savant (…) »64. Il est tout à fait possible de rapprocher cette production de celle, de Guillaume de la Perrière (1499-1565), à Toulouse65. Nous retrouvons dans l’activité de ce dernier de nombreux points communs avec celle de Philandrier. Il est l’auteur de l’ouvrage Le théâtre des bons engins, (1539, Paris), livre d’emblèmes réputé. C’est également lui qui confectionne des médailles en or afin de commémorer le passage du roi dans la cité en 1533 et il est l’auteur des Chroniques des Annales manuscrites de la ville de Toulouse. Il serait intéressant, à ce propos, de regarder quelle était la place de tels ouvrages au sein de la bibliothèque du cardinal d’Armagnac, à laquelle Philandrier avait accès66.

  • 67  Les hiéroglyphes sont alors utilisés différemment de leur signification originelle et déformés. Vo (...)
  • 68  En 1549 par exemple, Philibert Delorme et Jean Goujon réalisent pour célébrer l’entrée solennelle (...)

41Ainsi donc, apparaissent en architecture comme dans les livres, une quantité de monuments : arc de triomphes, temples portant des inscriptions classiques ou bien édifices égyptiens : obélisques, colonnes, pyramides, arcs décorés de hiéroglyphes67. Ces monuments se retrouvent également incorporés dans les décorations des entrées royales68. Dans les livres d’architecture, la référence est également visible, comme par exemple chez Serlio, qui écrit dans son chapitre sur les « choses merveilleuses de l’Égypte » (Livre III) : 

  • 69  Roy Strong, op. cit, et la citation suivante également.

« Certes, les choses des Anciens Romains sont merveilleuses à nos yeux. Mais si l’on pouvait voir les choses de la Grèce, aujourd’hui toutes disparues, dont les dépouilles ornent Rome et Venise, peut-être l’emporteraient elles sur les choses des Romains. Mais que dirons-nous des choses si merveilleuses de l’Egypte, qui paraissent plus des songes et des chimères que des choses réelles ? »69.

42Ce dernier décrira également dès 1548, dans son Second Livre de Perspective :

« Parmi toutes les choses exécutées par la main de l’homme, que l’on peut contempler pour la plus grande satisfaction des yeux et le plaisir de l’âme, il en est une qui me ravit : celle de découvrir la décoration d’une scène, où l’on peut voir dans un espace réduit, crée par l’art de la perspective, de superbes palais et toutes sortes d’ornements et de près comme de loin, de vastes places bordées d’édifices les plus divers, de longues droites que croisent d’autres rues, des arcs de triomphe, des colonnes de stupéfiante hauteur, des pyramides, des obélisques et mille autres belles choses, parées d’une infinité de lumières ».

43Mais il est aussi et surtout nécessaire de souligner que cette idée, des pyramides, monuments « insensés » est déjà en germe dans l’esprit de Philandrier dès 1541, comme le prouve cet extrait de sa dédicace des Annotations à François Ier :

  • 70  Frédérique Lemerle, op. cit., p. 62.

 « Lorsqu’ils eurent biens et loisirs en abondance, qu’ils furent stimulés et poussés par des conditions favorables, ils en arrivèrent à rechercher en plus ce qui leur permettait de satisfaire leurs plaisirs, à rajouter dans les bâtiments toutes les inventions pouvant contribuer au luxe et à l’agrément : ils jugeaient dérisoire de se satisfaire du nécessaire, désagréable de songer à la commodité si le bâtiment était sans élégance. D’où les prodigieuses pyramides, les gigantesques amphithéâtres, les substructions insensées des palais, les voûtes étonnantes des temples. D’où les arcs, les portiques, les mausolées, les thermes construits à la mesure de provinces. Les hommes d’alors construisaient de grands édifices dans l’espoir de passer aux yeux de la postérité pour de grands hommes. Ils se laissaient facilement convaincre que la beauté des constructions inciterait leurs ennemis à modérer leur violence et à ne pas les détruire »70.

  • 71  Jean-Philippe Garric, Valérie Nègre, Alice Thomine, La construction savante : les avatars de la li (...)

44Une seconde remarque peut s’appliquer à la théorie architecturale et à la typographie en elle-même. Nous avons précédemment souligné que l’adoption d’une typographie majuscule romaine était effective et se démarquait de ce fait des caractères gothiques encore utilisés, en France, jusqu’au début du XVIe siècle. Olivier Deloignon a récemment évoqué ce fait et les références qu’il propose permettent de bien appréhender la question71 :

  • 72  Erwin Panosky, Architecture gothique et pensée scolastique, Paris, Éd. de Minuit, 1974.
  • 73  Erwin Panosky, La Renaissance et ses avant-courriers dans l’art d’Occident, Paris, Flammarion, 199 (...)
  • 74  Henri Zerner, L’Art de la Renaissance en France. L’invention du classicisme, Paris, Flammarion, 19 (...)
  • 75  Henri-Jean Martin, « Politique et typographie sous François Ier : l’avènement de la lettre romaine (...)
  • 76 . Hypnerotomachia Poliphili, Venise, 1499, édité par Alde Manuce. Voir aussi Olivier Deloignon, « a (...)
  • 77  Olivier Deloignon, « art.cit. », p. 230.

« Erwin Panosky a pointé le rapport organique entre l’architecture, les lettres gothiques72 et l’ordonnance de la page manuscrite, soulignant le caractère transitoire des lettres gothiques par rapport à la pérennité des caractères romains73. Plus récemment, Henri Zerner a suivi l’installation en France d’une conscience esthétique dans l’emploi du romain à la Renaissance74. Henri-Jean Martin a exposé comment le romain s’impose dans les publications en langue française à partir des années 1530, sous l’impulsion de la politique royale75. Cette étroite correspondance entre la forme du texte et sa représentation graphique trouve son expression dans les livres produits par Alde Manuce au début du XVIe siècle à Venise. Il diffuse des ouvrages en lettera antiqua, romaines ou italiques, dans des mises en pages novatrices. Les ouvrages d’Alde ont un impact considérable sur les amateurs de livres. Particulièrement l’Hypnerotomachia Poliphili76, qui recourt largement aux représentations d’architectures antiques couvertes d’inscriptions épigraphiques » (…) « De nombreux modèles d’écritures antiques sont mis en circulation dès la fin du XVe siècle, particulièrement en Italie. Le XVIe siècle est friand de ce genre de traités : dans les trois premières décennies une douzaine d’ouvrages en partie ou entièrement consacrés à la lettre seront publiés et réédités. Ces études se subdivisent en deux familles, les traités d’écriture antique à vocation calligraphique et à usage curial ; les ouvrages théoriques justifiant une construction mathématique de la lettre. Cette dernière famille utilise les proportions géométriques vitruviennes pour la construction des lettres romaines77.

  • 78  Ibid., p. 230.
  • 79  Voir Franck Chouteau Brown, Letters and Lettering. A Treatise with 200 examples, Bates and Guild C (...)
  • 80  Georges d’Armagnac est nommé Ambassadeur à Venise le 5 juin 153. Il y rencontre Serlio et particip (...)

45Il est donc possible de souligner, par le biais de traités ou plutôt de livres d’architecture, une théorisation visant à traiter de la typographie. L’ouvrage Champfleury, de Geofroy Tory (Paris, 1529), qui traite de « …Lart & Science de la deue & vraye Proportion des Lettres Attiques qu’on dit autrement Lettres Antiques, & vulgairment Lettres Romaines proportionnées selon le Corps & Visage humain »78 en est un des meilleurs exemples. D’autres auteurs, dès le début du XVIe siècle ont théorisé sur les liens entre perspective, architecture et calligraphie, comme Pacioli (1501) ou Dürer (1525 mais il faut souligner encore l’activité de Sebastiano Serlio en la matière, puisque ce dernier propose dans son quatrième livre d’architecture, un alphabet en lettres romaines capitales, dessiné selon les principes vitruviens et pouvant être utilisées en imprimerie79. Or, c’est bien auprès de ce dernier, dans les séminaires du « professor di Architectura », que Philandrier reçoit un enseignement sur l’architecture, dès son séjour à Venise lorsqu’il accompagne son patron en ambassade en 153680. L’influence de Serlio est donc un point essentiel à retenir dans la formation et dans la poursuite de la création théorique ou artistique de Philandrier. La Disgression sur les ordres qu’il rédige en 1544 dénote d’une grande érudition et modernité, et d’un éloignement des préceptes serliens. Mais dans certains autres aspects de sa production, l’influence reste visible et prégnante.

  • 81  Cf. Nathalie Dauvois, « La familia du cardinal d’Armagnac à Rome : curiosité humaniste et découver (...)
  • 82  Le regain d’intérêt pour la ville romaine et ses ruines se concrétise véritablement dans les année (...)
  • 83  Les érudits savent que l’antiquité gréco-romaine n’est pas la seule référence, voir à ce sujet l’a (...)
  • 84  Jacques Bousquet, « art. cit. », p. 240.
  • 85  Olivier Deloignon, « art. cit. », p. 231.
  • 86  La recherche n’aura pas uniquement lieu à Rome, l’intérêt pour les vestiges antiques se développan (...)
  • 87  Frédérique Lemerle, op. cit., p. 19 et voir « les antiques », p. 31-33.
  • 88  Frédérique Lemerle, op. cit., p. 95-96.

46Philandrier, très au fait de ces nouveautés, utilise logiquement cette graphie pour composer ses inscriptions, mais une autre source d’inspiration doit être évoquée : l’influence directe du terrain, de l’archéologie81. L’intérêt des érudits, les « antiquaires » pour les ruines romaines (mais aussi, dans le même contexte, la numismatique et la topographie) n’est pas un fait nouveau. Dès le quinzième siècle, les recherches s’orientent vers une meilleure connaissance des vestiges antiques82 et très rapidement aussi, vers toutes les sortes d’antiquités83. Ainsi, des ouvrages comme l’Epigrammata antiquae urbis de Mazzocchi (Rome, 1521), ou l’ouvrage du prêtre et antiquaire florentin Francesco Albertini Opusculum de mirabilibus novae et veteris urbis Romae (seconde mi XVe siècle – mort entre 1517 et 1521) correspondent aux premiers guides de la Rome antique et moderne où d’autres ouvrages voient aussi le jour, comme par exemple Topographia urbis Rome ad Franciscum regem Gallorum (Rome 1548) par Marliani. Il semble que même Rabelais ait envisagé de faire un guide des ruines, lorsqu’il est à Rome, auprès de Jean du Bellay, en 153484. Cet intérêt pour les monuments antiques fut primordial dans l’adoption de la graphie romaine. En effet, comme le souligne Olivier Deloignon, « ces livres présentent des inscriptions épigraphiques polysémiques et plurilingues, légitimées par l’archéologie et disposées sur des édifices antiques se posant comme la norme absolue de l’élégance graphique »85. Philandrier, comme d’autres de son temps, est connaisseur de ces théories et écrits86. Il profitera de ses séjours romains pour parcourir « aussi avec ses amis les ruines, toujours à l’affut de quelques découverte archéologique, épigraphique … il rencontre à cette époque l’helléniste Jean Matal qui avait accompagné à Rome Antonio Agustin. Celui qu’il faut estimer le plus grand épigraphiste de son époque », et il fait de même avec son ami Logorio, qui s’apprête également à publier un plan de Rome87. Il y fera d’ailleurs référence lui-même dans ses Annotations, après avoir retranscrit plusieurs inscription antiques, il déclare : « Du reste, pour en finir ici avec toutes ces inscriptions antiques gravées sur le marbre que j’ai vues en très grand nombre à Rome »88. Initié à l’architecture par Serlio à Venise, puis grâce à la fréquentation des milieux vitruviens romains tels que la setta sangallesca et l’Accademia della Virtù, dont il est membre, Philandrier acquiert une excellente maîtrise théorique et archéologique qu’il faut prendre en compte dans l’étude de sa production épigraphique.

47Sous le dallage de la cathédrale se trouvaient donc quelques « morceaux d’histoire » qui, outre le fait d’enrichir la connaissance de leur auteur, renouvellent paradoxalement une nécessaire « archéologie de la Renaissance ». En effet, comme pour la Rome antique, des fragments épigraphiques permettent de documenter et d’étudier un moment clef, politique et artistique, de l’histoire d’un grand monument.

Haut de page

Bibliographie

BARRAU-AGUDO Caroline de, Laurent FAU, « Découverte et résultat d’analyse de statuaire médiévale et moderne de la cathédrale de Rodez », Archéologie du Midi Médiéval,tome 27 – 2009 [à paraître].

BARRAU-AGUDO Caroline de, « Des hommes et des pierres. Le chantier de la cathédrale de Rodez et son portail méridional », 134e congrès du CTHS, Célèbres ou obscurs. Hommes et femmes dans leurs territoires et leur histoire, Bordeaux 20-24 avril 2009 [à paraître].

BARRAU-AGUDO Caroline de, FAU Laurent, « Nouvelles découvertes archéologiques à la cathédrale de Rodez », Études Aveyronnaises, Rodez, 2006, p. 163-178.

BION DE MARLAVAGNE Louis, Histoire de la cathédrale de Rodez, Rodez, 1875, p. 222.

BOUSQUET Jacques, « Guillaume Philandrier et l’architecture de la Renaissance en Rouergue », Études Aveyronnaises, Rodez, 1997, p. 225-301.

BOUSQUET Jacques, « Le cardinal d’Armagnac et les artistes. Le problème de l’art religieux dans l’école de Fontainebleau », Revue du Rouergue, 41, 1995, p. 3-28.

CARPO Mario, L’architecture à l’âge de l’imprimerie. Culture orale, culture écrite, livre et reproduction mécanique de l’image dans l’histoire des théories architecturales, Editions de la Villette, Paris, 2008.

DAUVOIS Nathalie, « La familia du cardinal d’Armagnac à Rome : curiosité humaniste et découvertes archéologiques d’après la correspondance de Pierre Paschal (Epistolae Petri Paschali in italica peregrinatione exaratae, Venise, 1548) », in Anabases, 2007, p. 125-136.

De LA MARE Philibert, Philiberti De la Mare Divionensis De Vita, moribus, et scriptis Guillelmi Philandri Castilionii, Civis Romani Epistola, [Dijon], MDCLXVII.

DESACHY Matthieu, Cité des hommes. Le chapitre cathédral de Rodez (1215-1562), Rodez, Éditions du Rouergue, 2005, p. 438-439.

GARRIC Jean-Philippe, NÈGRE Valérie, THOMINE Alice, La construction savante : les avatars de la littérature technique. Actes du colloque « Les avatars de la littérature techniques, formes imprimées des savoirs liés à la construction », Paris, Picard, Centre d’histoire des techniques et de l’environnement, Institut national d’histoire de l’art, 2008.

GUENÉE Bernard, LEHOUX Françoise, Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Sources d’histoire médiévale 5, Édition du CNRS, 1968.

JACQUOT Jean, Les fêtes de la Renaissance, Paris, Éd. du Centre national de la recherche scientifique, 3 tomes, vol. I, 1956, vol. II, 1960, vol. III, 1975.

LEMAITRE Nicole, Correspondance du Cardinal Georges d’Armagnac, t. I, 1530 – 1560, collection de documents inédits, Section d’histoire du monde moderne, de la Révolution française et des révolutions, série in 8°, volume 41, Éditions du CTHS, Paris, 2007, 551 p.

LEMAITRE Nicole, « Le cardinal d’Armagnac et les humanistes des petites villes du Midi », dans L’Humanisme à Toulouse (1480-1596), Acte du colloque de Toulouse 2004 réunis par N. Dauvois, Paris, Champion, 2006, p. 203-221.

LEMERLE Frédérique, « Genèse de la théorie des ordres : Philandrier et Serlio », Revue de l’Art, 103, 1994, p. 33-41.

LEMERLE Frédérique, « Guillaume Philandrier et la bibliothèque du cardinal d’Armagnac », Études Aveyronnaises, Rodez, 2003, p. 228-244.

LEMERLE Frédérique, Les Annotations de G. Philandrier sur le De Architectura de Vitruve, Livres I à IV, Paris, Picard, 2000, 241 p.

LEMERLE Frédérique, « Philandrier et le texte de Vitruve », Mélanges de l’École française de Rome, Italie et Méditerranée, 106, 1994-2, p. 517-529.

LEMERLE Frédérique, « Le cardinal Georges d’Armagnac et Guillaume Philandrier : le frontispice de la cathédrale Notre-Dame de Rodez », dans Les cardinaux … p. 121-134.

LEMERLE Frédérique, PAUWELS Yves, TOSCANO G. (dir.), Les cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve d’Ascq, IRHIS/CEGES, 2009.

PAUWELS Yves, « Les Antiques romains dans les Traités de Philandrier, de l’Orme et Bullant », dans Mélanges de l’Ecole française de Rome, Italie et Méditerranée, 1994, 106-2, p. 531-547. Pour d’autres références sur l’épigraphie en France, cf. note 50.

SAMARAN Charles, La maison d’Armagnac au XVe siècle et les dernières luttes de la féodalité dans le Midi de la France, 1907.

STRONG Roy, Les fêtes de la Renaissance (1450-1650). Art et pouvoir, Arles, Solin, 1991.

Haut de page

Notes

1  In decem libros M. Vitruvii Pollionis de Architectura Annotationes. Ad Franciscum Valesium Regem Christianissimum Cum Indicibus Graeco e Latino locupletissimis, publié à Rome en 1544, chez Andrea Dossena et une version augmentée publiée à Lyon en 1552 chez Jean de Tournes : M. Vituvii Pollionis de Architectura Libri decem Ad Caesarem Augustum, omnibus omnium editionibus longè emendationes, collatis veteribus exemplis. Accesserunt, Gulielmi Philandri Castilionii, civis Romani annotationes castigatiores, e plus tertia parte locupletiores. A diecta est Epitome in omnes Georgii Agricolae de mensuris et ponderibus libros, eodem autore, Cum Graeco pariter e Latino indice locupletissimo .

2  Au sujet du cardinal d’Armagnac, se conférer à la récente publication de Nicole Lemaitre, Correspondance du Cardinal Georges d’Armagnac, t. I, 1530 – 1560, collection de documents inédits, Section d’histoire du monde moderne, de la Révolution française et des révolutions, série in 8°, volume 41, Éditions du CTHS, Paris, 2007, 551 p., Nicole Lemaitre, « Le cardinal d’Armagnac et les humanistes des petites villes du Midi », L’Humanisme à Toulouse (1480-1596), Acte du colloque de Toulouse 2004 réunis par N. Dauvois, Paris, Champion, 2006, p. 203-221, et antérieurement Le Rouergue flamboyant. Le clergé et les fidèles du diocèse de Rodez, 1417-1563, Paris, 1988, 652 p. Sur son mécénat : Matthieu Desachy, « De livres en tapisseries. Le cardinal Georges d’Armagnac (1500-1585), collectionneur et mécène », Les cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique (dir. F. Lemerle, Y. Pauwels, G. Toscano), Villeneuve d’Ascq, IRHIS/CEGES, 2009, p. 105-120 (voir dans les notes 34 et 58 de cet article les autres références du même auteur concernant les livres de G. d’Armagnac) et A. Ergond, « Quelques fragments de la collection du cardinal d’Armagnac, conservés dans une collection privée du département de l’Allier », Collectionneurs et collections en Auvergne. Peintures, sculptures et objets d’art du Moyen Âge à nos jours, numéro thématique de Revue d’Auvergne, t. 117, n° 567, 2003, p. 73-81. Il faut également citer l’ouvrage de référence de P. Maruéjouls, Étude biographique sur le cardinal d’Armagnac 1500-1585, thèse inédite de l’École des Chartes, 1896, 2 vol ; exemplaire manuscrit, Rodez, Sociétés des Lettres, Sciences et Arts de l’Aveyron (SLSAA) et enfin Jacques Bousquet, « Le cardinal d’Armagnac et les artistes. Le problème de l’art religieux dans l’école de Fontainebleau », Revue du Rouergue, 41, 1995, p. 3-28. Pour le tableau des deux hommes peint par Titien : voir les écrits de M. Jaffé et C. Samaran au sein des bibliographies des ouvrages cités ci-dessus, références auxquelles nous ajoutons une plus récente : A. Bradley, C. Campbell, J. Dunkerton, M. Falomir, J. Flechter, C. Hope, D. Jaffé et N. Penny, Titian, Londres, National Gallery Company, 2003, 192 p. (notice n° 22).

3  « PHILANDER, Guillermus », chanoine de Rodez (1554-1561) et archidiacre de Saint-Antonin (décembre 1561-1562), voir la notice qui lui est consacrée dans M. Desachy, Cité des hommes. Le chapitre cathédral de Rodez (1215-1562), Rodez, Éditions du Rouergue, 2005, p. 438-439.

4  Voir les études de Frédérique Lemerle et plus particulièrement : Les Annotations de G. Philandrier sur le De Architectura de Vitruve, Livres I à IV, Paris, Picard, 2000, 241 p., « Genèse de la théorie des ordres : Philandrier et Serlio », Revue de l’Art, 103, 1994, p. 33-41, « Philandrier et le texte de Vitruve », Mélanges de l’École française de Rome, Italie et Méditerranée, 106, 1994-2, p. 517-529 et plus récemment « Le cardinal Georges d’Armagnac et Guillaume Philandrier : le frontispice de la cathédrale Notre-Dame de Rodez », Les cardinaux … p. 121-134. Se référer également à l’article de Jacques Bousquet, « Guillaume Philandrier et l’architecture de la Renaissance en Rouergue », Études Aveyronnaises, Rodez, 1997, p. 225-301.

5  Voir Caroline de Barrau-Agudo, Laurent Fau, « Découverte et résultat d’analyse de statuaire médiévale et moderne de la cathédrale de Rodez », à paraître dans le tome 27 – 2009 de la revue Archéologie du Midi Médiéval, et « Nouvelles découvertes archéologiques à la cathédrale de Rodez », Études Aveyronnaises, Rodez, 2006, p. 163-178.

6  Hippolyte de BARRAU, « Inscriptions et monuments », Mémoires de la Sociétés des Lettres, Sciences et Arts de l’Aveyron, t. III, 1842, p. 467- 468 et M.-A.-F. de Gaujal, Études historiques, t. IV, 1858-59, p. 488.

7  Philibert De La Mare, Philiberti De la Mare Divionensis De Vita, moribus, et scriptis Guillelmi Philandri Castilionii, Civis Romani Epistola, [Dijon], MDCLXVII.

8  Transcription des inscriptions selon Philibert De La Mare, op. cit., 1667, p. 17-18 (reproduites dans les annexes de l’ouvrage de Frédérique Lemerle). Traduction par Messieurs Jean-Loup Abbé et Jean-Paul Debuiche ; qu’ils soient ici vivement remerciés.

9  Pour une description de l’entrée de 1535, voir aussi Henri Affre, Lettres pour l’histoire de Rodez, Rodez, 1874, p. 232-284.

10  Pierre Benoît, Le Vieux Rodez, Rodez, 1912, p. 119-125, selon les archives de la Cité, BB 4, Registre p. 322 et suiv. et également archives du Bourg, Registre Vobiscum, A.A. 7.

11  Antoine Bonal, Comté et comtes de Rodez, Rodez, Carrère, 1855, p. 743 et suiv. et du même Histoire des évêques de Rodez, éd. par Jean-Louis Rigal, Rodez, 1935-1938, t. II, p. 494-497., M.-A.-F. Gaujal, op. cit., Paris, 1858, t. I, p. 242. , Charles Samaran, La maison d’Armagnac au XVe siècle et les dernières luttes de la féodalité dans le Midi de la France, 1907, p. 25 et suiv.

12  Matthieu Desachy, Cité…, p. 25, n. 64 et 65.

13  « Confirmation des privilèges des habitants du Bourg de Rodez, accordée par Henri d’Albret, Roi de Navarre, et Marguerite de Valois, son épouse, en 1535 », publié par J.-L. Rigal et P. Verlaguet, Note pour servir à l’histoire du Rouergue (dans la collection Doat), IIe série, Rodez, 1926, p. 297-303. Pour les conflits entre l’évêque et le bourg, voir Jacques Bousquet, « Mort et résurrection des fonctions urbaines (IVe siècle- 1304) », Histoire de Rodez, Toulouse, Privat, 1981, p. 49-78.

14  Selon l’expression de Matthieu Desachy, Cité…, p. 87.

15  Voir la relation de Jean Bonal dans Baron de Gaujal, Études historiques, IV, 1859, p. 411-414.

16  Voir le récit dans P. Benoît, op. cit, p. 125, n. 2 et M.-A.-F. de Gaujal, op. cit., t. IV, p. 362, n. 1.

17  Selon le récit de P. Vitalis, archives communales, BB. 4, Cité, fol. 323.

18  Gaujal ne tient compte que des deux premières relations.

19  Il doit s’agir d’une erreur d’interprétation car ces titres sont à cette date ceux de l’évêque G. d’Armagnac.

20  M.-A.-F. de Gaujal, op. cit., t. IV, p. 363-364.

21  Folios 341 et 342 r°.

22  Archives municipales de Toulouse, Livre II, BB 274, 1532-1533 et 1534-1535 et pour le récit : AA 5/ 97, 1152-1539, Registre, parchemin, 885 feuillets.

23  Comme le remarque Roy Strong, la tradition médiévale de l’entrée triomphale fit preuve d’une vitalité et d’une endurance tout à fait surprenantes. Pour le détail et l’évolution des cérémonies des entrées, voir le chapitre intitulé « l’entrée triomphale » dans son ouvrage Les fêtes de la Renaissance (1450-1650). Art et pouvoir, 1991, Arles, Solin, p. 15- 52. Pour les entrées médiévales, voir Bernard Guenée, Françoise Lehoux, Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Sources d’histoire médiévale 5, Édition du CNRS, 1968. Pour les entrées modernes : Josèphe Chartrou, Les entrées solennelles et triomphales à la Renaissance, 1484-1551, Paris, Les Presses universitaires de France, 1928. , Jean Jacquot, Les fêtes de la Renaissance, Paris, Éd. du Centre national de la recherche scientifique, 3 tomes, vol. I, 1956, vol. II, 1960, vol. III, 1975. À titre comparatif, pour des détails sur l’organisation et le déroulement de ces entrées, voir Pierre Lelièvre, « Entrée royales à Nantes à l’époque de la Renaissance (1500-1551) », Les fêtes de la Renaissance, t. III, 1975, p. 81- 91 et enfin Marie-France Wagner (dir.), Les jeux d’échanges : entrées solennelles et divertissements du XVe au XVIe siècle, Paris, Champion, 2005 et de la même avec Daniel Vaillancourt, Le Roi dans la ville. Anthologie des entrées royales dans les villes françaises de provinces (1615-1660), Paris, Champion, « Sources classiques », n° 33, 2001, 336 p.

24  Antoinette Huon, « Le thème du Prince dans les entrées parisiennes au XVIe siècle », Les fêtes de la Renaissance, t. I, p. 23.

25  Archives de la Société des Lettres de l’Aveyron, 3 E n° 400. Nous remercions ici M. Pierre Lançon qui nous a communiqué ce document.

26  Ces notaires ont pu être identifiés, après des recherches et par comparaisons de leurs signatures. Il s’agit de Noël Rames, notaire de Rodez : Arch. dép. Aveyron, 1 E 2034 (1630-1651) et de Castanier, notaire de Saint-Chély d’Aubrac : Arch. dép. Aveyron, 3E 2480.

27  Le préfixe « per » ou « pell » ne change toutefois pas véritablement le sens du mot : perlucidus ou pellucidus qui sous entend la notion de transparence ou d’éclat pour une étoile par exemple « perlucida stella », ce qui dans les deux cas correspond au ton élogieux de l’inscription dédiée à la reine.

28  Dans le cas des inscriptions de Philandrier, il s’agit d’un fin calcaire blond, présentant quelques petites incrustations de quartz. En effet, le marbre n’a pas été fréquemment utilisé au sein de la cathédrale et quant il l’a été, cela correspond à un matériau d’importation. À l’époque romane notamment. Voir à ce sujet Claire Delmas, « Deux exemples de matières et de productions importées en Rouergue de la Préhistoire au Moyen Âge : le marbre et l’albâtre », Échanges, circulation d’objets et commerce en Rouergue de la Préhistoire au Moyen Âge, Musée archéologique de Montrozier, Guide d’archéologie n° 2, 1993, La Primaube, p. 161-166. Pour la période gothique on observe une utilisation d’un calcaire tendre pour la sculpture monumentale (portail sud, jubé..) ou ornementale, cf. C. de Barrau-Agudo, « Des hommes et des pierres. Le chantier de la cathédrale de Rodez et son portail méridional », 134e congrès du CTHS, Célèbres ou obscurs. Hommes et femmes dans leurs territoires et leur histoire, Bordeaux 20-24 avril 2009 (article soumis). Ensuite, l’utilisation du marbre est effective mais plus tardivement et pour des commandes ponctuelles : tombeaux du XIXe siècle ou retables modernes et contemporains.

29  Voir Frédérique Lemerle, « Venise (1536-1539) », op. cit., p. 14-15.

30  Jacques Bousquet, « Guillaume Philandrier… », p. 241.

31  C’est aussi la reine qui obtient sa nomination de cardinal en 1544.

32  François Ier et Léon X ayant établi le concordat de 1516, l’Église française était soumise à la Royauté et selon le premier article de cette convention, le Roi avait le droit d’élire les évêques et les abbés, ce qui se produisit à Rodez avec la nomination de G. d’Armagnac au détriment de Pierre d’Estaing, neveu du prélat précédent, qui avait été élu par le chapitre ruthénois, selon P. Benoît, op. cit., p. 116.

33  Frédérique Lemerle, op. cit., p. 13 n. 21.

34  Ibid.

35  Ainsi on retrouve « dédicace du Livre III Serlio » : « … à vous, roi françois, parce que vous étiez un prince très puissant ainsi que très savant, le père de notre patrie, et que tous les peuples voyaient en vous le défenseur et le protecteur des Belles-Lettres », reproduit Ibid., p. 131.

36  Frédérique Lemerle, op. cit., p. 63.

37  Ibid., p. 61.

38  Cf. note 23 pour des références bibliographiques et il faut aussi noter l’activité du Groupe de recherche sur les entrées solennelles dans les villes françaises à la Renaissance (1484-1615) de l’université de Concordia, Canada.

39  Bernard Guenée, Françoise Lehoux, op. cit., p. 56.

40  Voir à ce sujet le récapitulatif des inscriptions de l’entrée de Henri II à Paris en 1550, V. L. SAULNIER, « Sebillet, du Bellay, Ronsard. L’entrée de Henri II à Paris et la révolution poétique de 1550 », Les fêtes de la Renaissance, 1956, t. I, p. 46-53.

41  Henri Affre, Lettres…, p. 272.

42  Ce qui signifie : « François, roi de France, père de la patrie, les magistrats et la peuple de Nîmes ont élevé cette colonne », voir également A.-M. Lecoq, « La salamandre royale dans les entrées de François Ier », Les fêtes de la Renaissance, 1975, t III, p. 93 -104.

43  Selon W. Mc Allister Johnson, « Critique interne des livres d’entrées », Les fêtes de la Renaissance, 1975, t. III, p. 189. Voir aussi Yves Pauwels, « Les entrées : la fête, l’architecture, le livre », introduction au catalogue de l’exposition Les entrées solennelles à Avignon et Carpentras. XVIème-XVIIIème siècles, sous la direction de F. de Forbin, Avignon, Bibliothèque Municipale, sept-oct 1997, Direction du Livre et de la Culture, 1997, p. 13-29.

44  Il s’agit d’une plaque de bronze portant une inscription latine en grandes capitales romaines, bordée d’une moulure au contour renaissance. Elle mesure 1 m de large sur 60 cm de haut. L’inscription indique comment G. d’Armagnac, venu pour y accomplir un cœur, a trouvé le tombeau du cardinal « menaçant ruine » et qu’il « a jugé convenable de lui élever ce monument, le XV des calendes d’octobre 1548 » (trad. Samaran), voir le paragraphe intitulé « Un monument élevé par le cardinal d’Armagnac à la mémoire du cardinal d’Amboise, 1548 » dans l’article de Louis d’Adhémar du Panat, « Autour du Cardinal d’Armagnac. Documents inédits », Revue du Rouergue, 1960, n° 56, p. 381- 386 et sa reproduction p. 382.

45  Frédérique Lemerle, op. cit, p. 22. L’épitaphe est reproduite par Guillaume Catel Mémoires de l’histoire du Languedoc, Toulouse, 1633, p. 168.

46  Robert Favreau, Épigraphie médiévale, L’atelier du Médiéviste 5, 1997, Brepols, Turnhout, 360 p. Pour des références sur l’histoire de l’épigraphie en France, voir Jean Leclant, « Une tradition : l’épigraphie à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres », Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Années 1988, Volume 132, Numéro 4, p. 714-732.

47  Philippe Bruneau, « L’épigraphie moderne et contemporaine », Revue d’Archéologie moderne et d’Archéologie Générale, Presses Universitaire de Paris Sorbonne, Fasc. 6, 1988, p. 13-39.

48  Citation selon Jacques Bousquet, « Guillaume Philandrier… », p. 296. Ce dernier est le seul auteur à s’être penché sur la question et nous proposons ici d’ajouter de nouvelles observations.

49  Cette porte fut démolie en 1823. Pour des illustrations cf. Pierre Benoît, op. cit., p. 272 et 343.

50  Selon Hippolyte de Barrau, op. cit., p. 489, datées entre 1545 et 1560.

51  Au n° 25 de la rue de Bonald, selon Jacques Bousquet, « Guillaume Philandrier… », note 182 et les indications de M. Pierre Lançon.

52  Traduction Jacques Bousquet, « Guillaume Philandrier… », p. 295.

53  Traduction Jacques Bousquet, « Guillaume Philandrier… », p. 295. Voir également au sujet de ces inscriptions Mario Carpo, L’architecture à l’âge de l’imprimerie. Culture orale, culture écrite, livre et reproduction mécanique de l’image dans l’histoire des théories architecturales, Editions de la Villette, Paris, 2008, p. 70.

54  Bruno Tollon, « Dans le Rouergue : à l’heure de la Renaissance », Vieilles maisons françaises, juillet 2007, n° 218, p. 54-61 et Jacques Bousquet ont déjà souligné le caractère serlien de cette porte. Là encore se pose la question de la transposition d’un modèle existant (issu de Extraordiario libro di architettura ?) à un édifice. La mention de cardinal permet de dater cette porte après 1544.

55  Louis Lempereur, « A propos de l’inscription de la cathédrale qui rappelle l’incendie de 1510 », Procès verbaux de la Société des Lettres, sciences et arts de l’Aveyron, XXVII, 1920, p. 160-162.

56  Voir la transcription inédite de l’inscription par Louis Bion de Marlavagne, Histoire de la cathédrale de Rodez, Rodez, 1875, p. 222.

57  C’est effectivement à cette période, vers 1530 que s’effectue la transition entre les deux calligraphies, voir la citation d’Olivier Deloignon, ci-après, p. 14.

58  Un de ces élément semble être encore conservé dans les réserves du Musée Fenaille, voir Caroline Agudo-Montiel, « La cathédrale de Rodez : architecture et sculpture (1277- vers 1580), Mémoire de DEA, Université de Toulouse –Le Mirail, 2005.

59  Traduction Jacques Bousquet, « art. cit », p. 288. Les auteurs antérieurs proposaient : « Admirons la beauté de ce lieu auguste et consacré à la sainte Vierge. Éclipsez-vous masses insensées des Pyramides d’Égypte, palissez, merveilles du monde ».

60  Jacques Bousquet, « art. cit. », p. 289-291.

61  Jean-Jacques Gloton, « Les obélisques romains de la Renaissance au néo-classicisme », Mélanges d’archéologie et d’histoire, 1961, vol. 73, p. 440.

62  Alison Adams, Stephen Rawles, Alison Saunders, A Bibliography of French emblem books of the sixteenth and seventeenth centuries, Genève, Droz, 1999-2002, Laurence Grove, Daniel S. Russel, The French emblem : bibliographie of secondary sources, Genève, Droz, 2000, Jean-Marc Chatelain, Livres d’emblèmes et de devises : une anthologie (1531-1735), Paris, Klincksieck, 1993, Marie-Thérèse Jones-Davies (dir.), Emblèmes et devises au temps de la Renaissance, Jean Touzot, série « Centre de recherches sur la Renaissance, 6 », Paris, 1981,Yves Giraud (dir.), L’Emblème à la Renaissance : Actes de la 1ère journée d’études du 10 mai 1980, Société d’édition d’enseignement supérieur (SEDES), Paris, 1982.

63  Louis Bosc, Mémoires pour servir à l’histoire du Rouergue, Rodez, 1879, p. 452.

64  Frédérique Lemerle, op. cit., p. 64, et dans les annotations : III, 1, n. 55.

65  Guillaume de La Perrière, Le théâtre des bons engins, 1539 , [introduction Alison Saunders], Menston, Scolar Press, 1973, Guillaume de La Perrière, Le théâtre des bons engins ; La morosophie, [introduction Alison Saunders], Aldershot, Scolar Press, 1993, Alison Sauders, « The Theatre des bons engins through English eyes (La Perrière, Combe and Whitney) », Revue de littérature comparée, 64.4, 1990, p. 653-73, Stephen Rawles, « The earliest editions of Guillaume de la Perrière’s Theatre des bons engins », Emblematica, 2.2, 1987, p. 381-386 et Géraldine Cazals, Guillaume de la Perrière (1499-1554). Un humaniste à l’étude du politique, Thèse de doctorat d’histoire du droit, Université des Sciences Sociales, Toulouse I, 2003.

66  Frédérique Lemerle, « Guillaume Philandrier et la bibliothèque du cardinal d’Armagnac », Études Aveyronnaises, Rodez, 2003, p. 228-244.

67  Les hiéroglyphes sont alors utilisés différemment de leur signification originelle et déformés. Voir à se sujet Claudie Balavoine, « De la perversion du signe égyptien dans le langage iconique de la Renaissance », L’Égypte imaginaire de la Renaissance à Champollion (dir. Chantal Grell), Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2001, p. 27-47. Et dans le même ouvrage, cf. « Introduction », p. 5-12 et « Repères chronologiques », p. 15.

68  En 1549 par exemple, Philibert Delorme et Jean Goujon réalisent pour célébrer l’entrée solennelle de Henri II et de Catherine de Médicis à Paris un obélisque orné de hiéroglyphes dressé sur un rhinocéros. Jean Martin utilise les gravures du Hypnerotomachia Polyphili pour constituer les décors de l’entrée d’Henri II. La pyramide devient également un élément récurrent dans les décorations des entrées royales : une d’elle décorait le port Saint-Paul pour l’entrée d’Eléonore d’Autriche à Lyon en 1533. Ce motif se retrouve également dans les livres d’architecture : ainsi Serlio inclut dans un de ses livres d’architecture le dessin et la description d’une pyramide, cf. Jacques Bousquet, « art.cit. », p. 289.

69  Roy Strong, op. cit, et la citation suivante également.

70  Frédérique Lemerle, op. cit., p. 62.

71  Jean-Philippe Garric, Valérie Nègre, Alice Thomine, La construction savante : les avatars de la littérature technique. Actes du colloque « Les avatars de la littérature techniques, formes imprimées des savoirs liés à la construction », Paris, Picard, Centre d’histoire des techniques et de l’environnement, Institut national d’histoire de l’art, 2008. Nous remercions ici Mme Émilie d’Orgeix qui nous a signalé cette référence.

72  Erwin Panosky, Architecture gothique et pensée scolastique, Paris, Éd. de Minuit, 1974.

73  Erwin Panosky, La Renaissance et ses avant-courriers dans l’art d’Occident, Paris, Flammarion, 1993, p. 163.

74  Henri Zerner, L’Art de la Renaissance en France. L’invention du classicisme, Paris, Flammarion, 1996, p. 15 et 16.

75  Henri-Jean Martin, « Politique et typographie sous François Ier : l’avènement de la lettre romaine », La Naissance du livre moderne, XVIe-XVIIe siècle, Éd. du Cercle de la librairie, 2000.

76 . Hypnerotomachia Poliphili, Venise, 1499, édité par Alde Manuce. Voir aussi Olivier Deloignon, « art.cit. », n. 16, p. 231.

77  Olivier Deloignon, « art.cit. », p. 230.

78  Ibid., p. 230.

79  Voir Franck Chouteau Brown, Letters and Lettering. A Treatise with 200 examples, Bates and Guild Compagny, 1921, p. 5, ill. 39 et 40 (consultable en Ebook # 20590, février 2007). Voir également Mario Carpo, L’architecture à l’âge de l’imprimerie…, p. 61-63. L’auteur y expose l’exemple d’une traduction française du Quatrième Livre en 1549 par l’architecte et polygraphe Pieter Coecke van Aelst et publie la planche des lettres typographiques (fig. 6, p. 63).

80  Georges d’Armagnac est nommé Ambassadeur à Venise le 5 juin 153. Il y rencontre Serlio et participe à ses séminaires d’architecture. Il fut donc initié à la théorie architecturale la plus moderne, selon Frédérique Lemerle, op. cit. , p. 14-15.

81  Cf. Nathalie Dauvois, « La familia du cardinal d’Armagnac à Rome : curiosité humaniste et découvertes archéologiques d’après la correspondance de Pierre Paschal (Epistolae Petri Paschali in italica peregrinatione exaratae, Venise, 1548) », Anabases, 2007, p. 125-136, et plus particulièrement p. 126-127 et 135-136.

82  Le regain d’intérêt pour la ville romaine et ses ruines se concrétise véritablement dans les années 1430-40 au sein de la curie pontificale par le développement d’activités savantes nouvelles telles que l’épigraphie et l’essor d’une production littérature spécifique visant à décrire et à interpréter les traces de la Rome Antique. Selon Clémence Revest, « Se souvenir de Rome : Humanisme et pédagogie de la mémoire dans l’Italie du XVe siècle », Camenulae, 1er octobre 2007. L’auteur précise qu’un certain nombre d’études ont déjà mis en lumière les principaux jalons et aspects de ce phénomène de redécouverte de la ville antique, parmi lesquelles nous retiendrons : Claudia Moatti, À la recherche de la Rome antique, Paris Gallimard, 1989, 208 p., Sabine Forero-Mendoza, Le temps des ruines, Paris, Champ Vallon, 2002, 224 p., Alessandro Viscogliosi, « Roma rinonosciuta. Dallo studio delle rovine all’idea di Roma antica », F.P. Fiore (éd.), La Roma di Leon Battista Alberti. Umanisti, architetti e artisti alla scoperta dell’antico nella città del Quatrocento, Milan, Skira, 2005, p. 68-79, Eugenio Garin, L’humanisme italien, tr. Fr., Paris, Albin Michel, 2005, 320 p.

83  Les érudits savent que l’antiquité gréco-romaine n’est pas la seule référence, voir à ce sujet l’article de Sylvie Deswarte-Rosa, « Antiquité et nouveaux mondes. À Propos de Francisco de Holanda », Revue de l’Art, 1985, vol. 68, n° 1, p. 55-72.

84  Jacques Bousquet, « art. cit. », p. 240.

85  Olivier Deloignon, « art. cit. », p. 231.

86  La recherche n’aura pas uniquement lieu à Rome, l’intérêt pour les vestiges antiques se développant en Europe, comme en témoignent aussi les travaux de Pierre Apianus et Bartholomée Amantius : Inscriptiones sacrosanctae vetustatis non illae quidem romanae, sed totius fere orbis summo studio ac maximis impensis Terra Mariq(ue) consquistae feliciter incipiunt , commande qui sera offerte à l’empereur Charles Quint (1534). En France, certains auteurs, tel Jacques Androuet du Cerceau commencent également à se pencher sur les inscriptions de la Gaule antique : Frédérique Lemerle, « Jacques Androuet du Cerceau et les antiquités », Journal de la Renaissance, 2, 2004, p. 135 et La Renaissance et les antiquités de la Gaule, Bruxelles, Brepols, 2005, ch. II., et enfin Yves Pauwels, « Les Antiques romains dans les Traités de Philandrier, de l’Orme et Bullant », Mélanges de l’Ecole française de Rome, Italie et Méditerranée, 1994, 106-2, p. 531-547. Pour d’autres références sur l’épigraphie en France, cf. note 50.

87  Frédérique Lemerle, op. cit., p. 19 et voir « les antiques », p. 31-33.

88  Frédérique Lemerle, op. cit., p. 95-96.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Cathédrale de Rodez (Aveyron), vue de la façade occidentale : frontispice, tour sud et plaques en calcaires armoriées incrustées dans la maçonnerie
Crédits Cliché C. de Barrau-Agudo
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/235/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 2
Légende Chantier de fouilles de la chapelle du Jardin des Oliviers de la cathédrale de Rodez, vue des fragments sculptés.
Crédits © Cliché J.-F. PEIRÉ, DRAC Midi-Pyrénées.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/235/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 3
Légende Reconstitution de la plaque en calcaire portant les inscriptions commémoratives composées par Philandrier en 1533 (b).
Crédits © Cliché C. de BARRAU-AGUDO
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/235/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 4
Légende Reconstitution de la plaque en calcaire portant les inscriptions commémoratives composées par Philandrier en 1535
Crédits © Cliché C. de BARRAU-AGUDO
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/235/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 5
Légende Détail des bordures polychromes qui ornaient les inscriptions.
Crédits © Cliché C. de BARRAU-AGUDO
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/235/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 6
Légende Acte rédigé par les notaires RAMES et CASTANIER en 1645 et mentionnant l’inscription de 1535. Archives de la Société des Lettres de l’Aveyron.
Crédits © Cliché C. de BARRAU-AGUDO.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/235/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 7
Légende Plan de la cathédrale et de ses alentours avec indications des emplacements des différentes inscriptions.
Crédits © DAO, C. de BARRAU-AGUDO.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/235/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 8
Légende Plaque en calcaire incrustée dans le mur du n° 25 rue de Bonald et initialement sur la porte Saint-Martial.
Crédits © Cliché C. de BARRAU-AGUDO
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/235/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 9
Légende Vue de la première plaque en marbre disposée sur les terrasses de l’évêché, formant rempart.
Crédits © Cliché C. de BARRAU-AGUDO.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/235/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 10
Légende Vue de la seconde plaque en marbre disposée sur les terrasses de l’évêché, formant rempart.
Crédits © Cliché C. de BARRAU-AGUDO.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/235/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 11
Légende Détail d’une niche abritant une plaque en calcaire armoriée d’une Vierge à l’Enfant (Armes du chapitre ruthénois).
Crédits © Cliché C. de BARRAU-AGUDO.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/235/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 12
Légende Tour Sud de la façade occidentale dont la construction fut interrompue. Détail d’une partie de l’inscription.
Crédits © Cliché C. de BARRAU-AGUDO
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/235/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline de Barrau-Agudo, « Glorifier dans la pierre : nouvelles observations sur la production épigraphique de Guillaume Philandrier (1505-1565) à Rodez », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 5 | 2010, mis en ligne le 15 juin 2010, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/235 ; DOI : 10.4000/framespa.235

Haut de page

Auteur

Caroline de Barrau-Agudo

Doctorante en histoire de l’art médiéval, 4e année, TRACES (UMR 5608) et FRAMESPA (UMR 5136), Allocataire monitrice (2005-2008), chargée de cours. Sujet de thèse : Notre-Dame de Rodez : architecture et sculpture (1277– vers 1580). Nouvelle histoire artistique d’une cathédrale. carolinedebarrau@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org