Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de manifestations scientifiques

Journée d’étude « Offices de plume en Espagne et en Amérique (xiie-xviie siècles)»

Amaia Arizaleta & Sonia V. Rose (coords.), Laboratoire FRAMESPA, Thématique 1, 30 novembre 2012, Université de Toulouse II.
Johan Puigdengolas

Texte intégral

1Le 30 novembre 2012, à l’initiative de Mmes Amaia Arizaleta et Sonia V. Rose, a eu lieu, à l’Université de Toulouse II, la journée d’étude intitulée « Offices de plume en Espagne et en Amérique (xiie-xviie siècles) ». Cette table ronde, réunissant des spécialistes de diverses périodes et aires géographiques, donna l’opportunité de partager les approches d’une réalité socio-historique qui semble trop faiblement représentée dans l’historiographie hispanique. L’approche des offices de plumes impliquait une étude de la multiplicité desdits offices, donc des réalités sociales ou professionnelles que suppose le terme. Il fut ainsi rappelé que la dénomination sert à désigner l’ensemble des métiers d’écriture au service des puissants dans les sociétés d’Ancien Régime. À travers l’examen de ces charges, il s’agissait donc de rendre compte d’un aspect de l’histoire sociale qui lie le politique, le religieux et le profane. Ainsi, la journée partageait des affinités avec le projet du LaBex SMS dédié à l’étude des mondes sociaux.

2Après une introduction consacrée à la polysémie de la plume, comprise à la fois comme objet de l’écrit, symbole de l’écriture et synecdoque de l’écrivant, Amaia Arizaleta a inauguré la journée en évoquant l’entrée des clercs au palais à la fin du xiie siècle et au début du xiiie. Il s’agissait de proposer une approche du secteur de la société qui constitue la pépinière des officiers de plume. Le clergé médiéval, par sa formation et son ascendant, constitue l’ordre privilégié du savoir. Nécessaire au fonctionnement de l’État et pourvue d’hommes de compétence, la chancellerie qui emploie ces hommes devient, selon les mots d'Amaia Arizaleta, un vaste réseau de plume au service du monarque. Au-delà du seul aspect humain, il s’agissait de comprendre l’évolution de l’activité scripturaire permise par l’institution. Ne se limitant pas aux seules tâches administratives, les techniciens de l’écrit rattachés à la chancellerie traduisent et produisent de nombreux savoirs. Cette polyvalence conduit à une auto-inflexion de leur rôle social. À la fois producteurs et théoriciens de l’écrit, ces hommes se savent écrivants et se pensent en train d’écrire. Par leur entrée au service du roi, les clercs deviennent donc des acteurs capitaux de l’évolution sociale puisqu’ils lient le politique, le religieux et le profane.

3Poursuivant la réflexion sur l’évolution sociale des offices de plume, Laura Baquedano s’est interrogée, pour sa part, sur les changements d’allégeance des écrivants au xve siècle. Expliquant le progressif effacement de l’officier de plume face à la machinerie de plomb, dans un contexte qui est celui de l’émergence de l’imprimerie, Laura Baquedano a mis l’accent sur la progressive translation de ces hommes du patronage royal vers celui des nobles lettrés, puis des imprimeurs. Afin de mieux saisir les modalités de ce basculement d’un éditeur politique, – le roi ou le noble commanditaire , vers une politique éditoriale propre à certains imprimeurs, Laura Baquedano a d’abord envisagé le problème de la traduction à partir de quelques figures exemplaires du xve siècle. L’essor de la noblesse lettrée et de l’imprimerie, qui caractérise la période, semble reléguer les traducteurs à un rôle secondaire ; or, paradoxalement, on assiste à un renouveau de la traduction motivé aussi bien par les besoins de la noblesse de plume que du monde éditorial. Aussi, nous nous trouvons face à une sorte de rapport aporétique dans la mesure où les offices de plume sont plus que jamais nécessaires à l’activité littéraire de ce temps, mais plus que jamais menacés par celle-ci. Afin d’illustrer les besoins d’un lectorat nouveau, Laura Baquedano s’est appuyée sur le cas précis de la traduction en castillan du Roman de Mélusine réalisée dans les cercles éditoriaux toulousains.

4Renouant avec les questions liées à la chancellerie et approfondissant la relation entre écriture et pouvoir, Guillaume Gaudin s’est intéressé aux infra-letrados madrilènes au xviie siècle. Alors que la machinerie administrative de l’Empire croit de façon exponentielle, le système polysynodal mis en place par l’État monarchique a besoin de plus en plus de commis pour préparer la tenue des divers Conseils et assurer les fondements de l’expédition documentaire. Il fallait donc de nombreux hommes, « mains » ou « petites mains ? » , afin d’assurer les tâches premières de ce grand manejo de papeles. À partir de la trajectoire exemplaire de Juan Díez de la Calle, Guillaume Gaudin a soulevé des interrogations relatives au pouvoir, aux caractéristiques et aux attributions de ces acteurs clés du fonctionnement de l’État. Il fut ainsi question de la capacité de ces hommes à hâter les promotions ou décisions par un ordonnancement nouveau desdocuments à leur charge. L'exposé de Guillaume Gaudin a donc  permis d'évoquer les rouages de ce soubassement hiérarchique dont les ressorts semblent souvent dépendre de la compétence personnelle et de la bonne grâce des puissants, sans pour autant se limiter à celles-ci.

5La seconde partie de la journée était plus spécialement consacrée aux liens entre l’espace péninsulaire et les Indes occidentales. Cette translation géographique et thématique nous amenait à prendre conscience de l’importance de la territorialité des savoirs. Les espaces considérés, leurs caractéristiques et frontières, semblent constituer autant de facteurs de promotion ou de résistance permettant d’appréhender de façon très concrète les contextes de production et de diffusion des écrits. À travers l’étude des offices de plume semblent s’esquisser quelques unes des lignes de force de réseaux intellectuels dont l’étendue dépasse bien souvent les seules frontières péninsulaires. À partir de ce constat, une réflexion a été menée sur la possibilité d’une spatialisation et d’une spécialisation des compétences, voire des savoirs, selon les aires envisagées.

6Louise Bénat-Tachot s’est intéressée de près à cet aspect du sujet en proposant une intervention sur l’influence qu’a pu avoir l’écriture de l’histoire dans les Indes occidentales sur le genre historiographique européen. À partir d’un examen des œuvres de Gonzalo Fernández de Oviedo et Francisco López de Gómara, mais aussi de données prosopographiques relatives à ces deux chroniqueurs, Louise Bénat-Tachot a démontré que la production des historiens de ce temps puisait à de nombreuses sources. Ces divers textes, promoteurs d'une écriture nouvelle, contribuaient à l’évolution du genre historiographique dans son ensemble. Sous la plume de ces deux hommes, aux méthodes et aux parcours très différents, nous retrouvons les ferments d’une rénovation profonde. Un vaste réseau se tisse alors, dont les rets, fondés sur l’interconnection des figures intellectuelles mais aussi des textes, suppose un impact profond sur les écrits postérieurs. Nous touchons à travers cette approche à la possibilité d’une universalité référentielle, qu’elle soit sociologique ou littéraire, dont chaque plume est en partie actrice et matrice.

7La dernière communication de la journée, prise en charge par Sonia V. Rose, était dédiée à la Academia del Antártico, projet avorté de fondation d’une république de lettres dans la vice-royauté du Pérou. À travers l’examen de la figure de Pedro de Oña, intellectuel rattaché à ce groupe fantôme, il s’agissait de proposer un abord de la question du mécénat. En effet, cet aspect crucial de la réflexion sur les offices de plume nous invite à examiner les mécanismes les plus concrets de l’activité scripturale. Tout service de plume suppose paiement ou récompense, mettant en relation étroite les doctes et les puissants. Or, l’espace américain offre de nouvelles perspectives en ce qui concerne le mécénat, dans la mesure où il met en jeu des aspects tels que l’origine ethnique et la complexification de l’appareil étatique. Les hiérarchies, les mobilités et les jeux de pouvoir diffèrent donc grandement de ceux de l’espace péninsulaire, offrant ainsi de nouvelles opportunités aux hommes de lettres pour se rendre utiles aux puissants. Néanmoins, la fraîcheur du système colonial ainsi que le renouvellement constant des fonctionnaires d’état contribuent à précariser la renommée des lettrés.

8Au terme de la journée, nous sommes ainsi parvenus à saisir quelques unes des caractéristiques qui permettent d’affiner notre connaissance de la réalité socio-professionnelle que recouvre l’étiquette « office de plume ». En effet, notre attention s'est portée, tout au long des échanges, sur la nécessité de prendre en compte certains facteurs permettant de mieux appréhender la nature de l’office en question. Ce fut le cas pour le type d’institution auquel est rattaché ledit office et qui détermine la capacité de celui qui l’exerce à s’élever ou non socialement. Souvent situés à l’ombre des puissants, les officiers de plume entretiennent des rapports complexes avec les autorités. Entre soumission et subversion, ces professionnels de l’écrit savent tirer profit de leur rôle, si minime soit-il, pour se mouvoir dans des sphères elles-mêmes mouvantes. Exposés aux revers de fortune, ces hommes ont su adapter leur plume à des contextes politiques et géographiques divers et en exploiter les potentialités. Ainsi, au-delà des dimensions institutionnelles et spatiales, la question des modalités de leur production semble cruciale pour tenter de saisir l’étendue de leur savoir-faire ainsi que les caractéristiques et les limites des charges qui leur incombent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johan Puigdengolas, « Journée d’étude « Offices de plume en Espagne et en Amérique (xiie-xviie siècles)» », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 11 mars 2013, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://framespa.revues.org/2313

Haut de page

Auteur

Johan Puigdengolas

Doctorant, Atelier LEMSO (dir. Amaia Arizaleta), thématique 1 de FRAMESPA, Université de Toulouse II. Thèse de littérature hispanique médiévale en cours, sous la direction de Mme Amaia Arizaleta : « Étude des réseaux intellectuels autour d’Alphonse X (1252-1284) ».
johan.puig@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org