Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de manifestations scientifiques

Séminaire « Sénèque et la littérature hispanique »

Johan Puigdengolas (coord.), Laboratoire FRAMESPA, Thématique 1, Atelier LEMSO, 11 février 2013, Université de Toulouse II.
Jean-Christophe Courtil et Johan Puigdengolas

Texte intégral

1Le séminaire « Sénèque et la littérature hispanique », organisé par Johan Puigdengolas dans le cadre de l’atelier LEMSO (dir. Amaia Arizaleta), s’est tenu le 11 février 2013 à l’Université de Toulouse II. À partir de l'ouvrage fondateur de Karl Alfred Blüher (Seneca in Spanien, 1969), il s’agissait de rouvrir le dossier de la réception de Sénèque en péninsule Ibérique, en associant l’étude de la réalité hispanique aux savoirs des spécialistes de l’Antiquité. Afin de mieux saisir les enjeux de la fortune du philosophe cordouan, les deux interventions de la journée ont été plus précisément consacrées à l’abord de Sénèque comme figure exemplaire.

2Le premier intervenant, Jean-Christophe Courtil, ATER de langue et littérature latines à l’Université de Toulouse II, a centré son intervention sur la question de la construction de la figure du modèle dans l’œuvre philosophique de Sénèque. La question ayant été déjà amplement abordée par la critique, il précise qu’il choisit de l'envisager ici sous un angle particulier, celui de l’état de santé de l’auteur comme matière de l’exemplarité. Après avoir procédé à une rapide présentation de Sénèque et de ses œuvres, il s’est attaché à étudier leur réception dans l’Antiquité. Trois éléments reviennent systématiquement : les commentaires sur le style de Sénèque, sur son état de santé et enfin sur son hypocrisie, éléments qui ont transmis à la postérité une image déformée du philosophe, dont on trouve des traces jusqu’à nos jours. Du point de vue du style, Sénèque est considéré comme un modèle de maîtrise de la rhétorique, plus précisément de l’asianisme, caractérisé par l’exagération, l’emphase et l'emploi de phrases au rythme saccadé. C’est pourquoi Quintilien, qui était, lui, partisan de l’atticisme, affirme que le style de Sénèque a corrompu l’éloquence de la jeunesse, et qu’il ne faut donc pas l’imiter, mais le refuser comme modèle. Un autre élément fréquemment mentionné par les auteurs de l'Antiquité est le mauvais état de santé de Sénèque. Ces affirmations, et tout particulièrement le récit du suicide du philosophe fait par Tacite, constituent le point de départ de la construction d’une figure de philosophe fantasmée. Un signe très révélateur de cette construction réside dans les représentations que l'on a longtemps cru posséder de lui. En effet, il existe trois portraits sculptés de Sénèque, dont deux ont été identifiés à tort comme le représentant. La raison de ce mépris de la réalité archéologique est à rechercher du côté de la perception de l'image de Sénèque. D’un côté, deux statues représentent un personnage au corps émacié, dans lequel on a pensé reconnaître l’incarnation artistique des idéaux du stoïcisme ; de l’autre, un buste représente un homme au visage charnu et sensuel qui semble caractériser davantage un individu jouissant de la vie qu’un ascète ou un malade. Ce dernier portrait, bien qu’authentique, n’est pas conforme à l’image que la postérité s’est faite du sage stoïcien, et n’est donc que très rarement choisi pour illustrer ses œuvres. Dernier élément évoqué par la réception contemporaine : l’hypocrisie de Sénèque. C’est Dion Cassius qui présente l’attaque la plus virulente en soulignant l’incohérence qui semble exister entre la vie fastueuse menée par le philosophe et son discours moral. Tacite, lui, l’accuse plus précisément d’avoir donné intentionnellement une image déformée de la réalité de son état de santé afin d’échapper à des situations délicates. Ce reproche a eu lui aussi pour conséquence de façonner pour la postérité une figure, cette fois négative, de modèle d’hypocrisie, qui a perduré jusqu’au xxe siècle. Dans un second temps, Jean-Christophe Courtil s’est demandé si, outre l'existence de cette image construite par la postérité, Sénèque avait tenté lui-même de faire de sa personne une figure de modèle au sein de son œuvre. En examinant trois extraits de sa correspondance dans lesquels le philosophe parle de son état de santé, il a démontré qu’au lieu d’utiliser l’exemplum historique ou mythique, le philosophe utilisait sa propre expérience de victoire sur la maladie comme exemple. L’image de sa vie constitue ainsi pour les hommes un modèle sur lequel conformer la leur, par la création d’une émulation qui les pousse à l’égaler, voire à le surpasser. Tout en confirmant de manière directe la validité de son enseignement, Sénèque devient la preuve vivante qu’endurer courageusement la maladie est possible, et incarne par là même la définition du sage comme generis humani paedagogus (« pédagogue du genre humain »). Toutefois, le philosophe ne donne pas de lui l’image d’un surhomme surmontant sans aucune difficulté la souffrance physique, mais celle d’un malade conscient de sa maladie, et la supportant avec courage grâce à une philosophie pratique qu’il présente au lecteur. C’est précisément à travers cette figure de valétudinaire que Sénèque souhaite mettre en place un exemplum personnel d’un genre particulier, celui du proficiens (« le progressant ») qui doit avancer sur la voie de la sagesse. Loin des exemples héroïsés, l’auteur construit l’ethos d’un modèle de victoire sur la souffrance, plus accessible, moins éloigné, car simplement humain, et donc plus facilement imitable.

3La seconde communication, prise en charge par Johan Puigdengolas, était consacrée à la réception de Sénèque en Castille dans la seconde moitié du xiiie siècle. Il s’agissait plus précisément de proposer une approche du traitement littéraire de la figure du philosophe dans les œuvres en langue vernaculaire patronnées par Alphonse X et Sanche IV. Comme préalable à cette démarche, il fut tout d’abord question de la fortune manuscrite des œuvres de Sénèque. Qu’il s’agisse de textes effectifs ou apocryphes, de fortune directe ou indirecte, cette question amplement développée par Blüher dans son étude synoptique semble encore dépendre de nombreuses inconnues qui ont ainsi été signalées. Johan Puigdengolas a néanmoins mis l’accent sur le fait que cette apparente distinction entre sources directes et indirectes n’est guère opérante au Moyen Âge puisque chaque citation était considérée comme originale. En remontant aux origines de la polémique qui existait autour du philosophe, il est possible de reconstruire partiellement la liste des écrits qui ont contribué à sa postérité. Toutefois, l’absence notable d’inventaires satisfaisants pour les lieux de savoir castellano-léonais du Moyen Âge induit un abord pour le moins approximatif de la question. Il est possible de proposer un panorama général des textes ayant présidé à sa connaissance directe, mais les voies indirectes de sa transmission restent encore obscures. Pour pallier à ces inconnues, il convenait donc de revenir aux textes. La collecte d’informations réalisée grâce au CREA-CORDE de la Real Academia a ainsi permis à l’intervenant de mettre à jour un grand nombre d’occurrences d'allusions au philosophe ainsi que de citations extraites de quelques-uns de ses textes dont les conditions de réception demeurent incertaines. Le classement des données recueillies semblait souligner une nette inflexion dans l’abord de Sénèque sous Sanche IV. La traduction du dialogue De ira, en 1293, avait ainsi amorcé un emploi plus conséquent de sentences et maximes attribuées au cordouan. Restait donc à analyser, dans un second temps, le traitement réservé à Sénèque dans les œuvres produites par les deux monarques. Là où les œuvres attribuées à Alphonse X synthétisent les éléments biographiques voire prosopographiques présents dans les diverses sources décrites en première partie d’exposé, et donnent de Sénèque surtout une image de figure historique, la récurrence plus marquée du philosophe dans les écrits de Sanche IV offre plutôt un regard politique sur ce personnage. Devenu pleinement précepteur et source d’enseignements moraux, Sénèque passe des productions historiographiques alphonsines aux travaux didactiques de Sanche, non sans quelques nuances. Il faudra toutefois attendre l’aube du Siècle d’Or pour que ses œuvres connaissent un succès fulgurant et puissent être tenues au rang des sources antiques les plus appréciées.

4Au terme de cette journée d'étude, de nombreux points de convergence furent établis entre les questionnements des antiquisants et les incertitudes des hispanisants. En dépit de la persistance de quelques inconnues, il a été possible, grâce à la conjonction de ces deux exposés, de proposer une vision complémentaire de la réception de Sénèque dans l'Antiquité et au Moyen Âge. Beaucoup de pistes restent encore à explorer pour cette dernière période, où la transmission manuscrite et la poétique des textes posent des problèmes particuliers. En rompant avec une vision étroite de l’abord de ce personnage, on a pu souligner que Sénèque, même s’il n'apparaît que de façon ponctuelle, voire implicite, dans les textes étudiés, se cache parfois là où on ne l’attend pas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Christophe Courtil et Johan Puigdengolas, « Séminaire « Sénèque et la littérature hispanique » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 15 mars 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://framespa.revues.org/2303

Haut de page

Auteurs

Jean-Christophe Courtil

ATER de langue et littérature latines à l’Université de Toulouse II, laboratoire PLH-CRATA, Atelier Corps, santé et représentations (dirs. Nahema Hanafi et Pierre C. Lile), thématique 5 de FRAMESPA. Thèse de littérature latine en cours, sous la direction de Mme Mireille Armissen-Marchetti : « Le corps souffrant dans l’œuvre philosophique de Sénèque ».
courtil.jean-christophe@orange.fr

Johan Puigdengolas

Doctorant, Atelier LEMSO (dir. Amaia Arizaleta), thématique 1 de FRAMESPA, Université de Toulouse II. Thèse de littérature hispanique médiévale en cours, sous la direction de Mme Amaia Arizaleta : « Étude des réseaux intellectuels autour d’Alphonse X (1252-1284) ».
johan.puig@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org