Navigation – Plan du site
Forêts et sociétés dans la longue durée

Reconstitution de l'histoire méconnue de la gestion de la petite forêt privée

Reconstructing the Unrecognized History of Small Private Forest
Reconstitución de la historia desconocida de la gestión de los pequeños bosques privados
Émilie Andrieu

Résumés

Malgré une récente prise de conscience sur l'importance de considérer l'histoire des pratiques humaines pour comprendre les facteurs structurant la biodiversité, peu d'études parviennent à rassembler des données historiques quantitatives et spatialisées sur un pas de temps de plus de quelques décennies. Ceci est particulièrement vrai pour les petites forêts privées, qui constituent l'essentiel de la forêt française. Contrairement aux forêts publiques, les modalités et temporalités de la gestion sylvicole qui y sont pratiquées sont souvent inconnues. La reconstitution et l'analyse de l'histoire des pratiques forestières dans la petite forêt privée, et plus précisément des cycles de déboisement et reboisement (depuis 1771) et des coupes réalisées (depuis 1942), sont illustrées ici à travers une étude menée dans le Sud-Ouest de la France.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Millennium Ecosystem Assessment, Ecosystems and Human Well-being : Biodiversity Synthesis, World (...)

1Comprendre ce qui détermine les changements d'abondance et de répartition géographique des espèces animales et végétales est une problématique majeure en écologie. Elle est devenue particulièrement d'actualité dans le contexte de forte érosion de la biodiversité consécutive aux changements globaux1. Parmi ces derniers, les modifications des activités humaines peuvent avoir des conséquences sur la faune et la flore, en modifiant ou détruisant certains habitats – par exemple les zones humides – ou en modifiant leur régime de perturbations – par exemple par l'intensification de l'agriculture ou au contraire par la déprise agricole consécutive à l'exode rural. Outre l'impact immédiat des modifications des activités humaines sur l'environnement, il a été mis en évidence que leur succession dans le temps, leur histoire, pouvait aussi induire des changements dans les cortèges d'espèces observés. Comprendre les liens entre l'histoire des activités humaines et la biodiversité actuelle est donc essentiel pour mettre en œuvre des pratiques permettant de conserver durablement la biodiversité. Il existe cependant peu d'études à ce sujet qui portent sur plus de quelques décennies, en partie à cause de la difficulté à rassembler des informations à la fois précises et spatialisées sur les modalités de gestion et sur leur histoire, et car elles nécessitent de réaliser des travaux interdisciplinaires (par exemple combinant histoire et écologie, mais aussi ethnologie ou économie).

Déboisement et gestion sylvicole

  • 2 Jean-Luc Dupouey, Étienne Dambrine, Jean-Denis Laffite, Concha Moares, «Irreversible impact of pa (...)

2L'histoire des hommes et celle des forêts sont intimement liées : dans le sud et l'ouest de l'Europe, l'homme a déboisé ou exploité les forêts au moins depuis le Néolithique2. Parmi les différentes perturbations anthropiques pouvant se produire dans les environnements forestiers, nous nous focalisons ici sur les déboisements et les coupes forestières.

  • 3 Martin Hermy, Kris Verheyen, «Legacies of the past in the present-day forest biodiversity : a rev (...)

3La perturbation la plus intense est le déboisement, qui correspond à la suppression de tout ou partie d'une forêt, par exemple lors de sa conversion en des terres agricoles ou en pâturages. Son contraire est le reboisement, c'est-à-dire la transformation d'une terre agricole en forêt, qu'il soit volontaire (plantation) ou non (reforestation spontanée). L'histoire des déboisements et reboisements successifs d'un territoire donné conduit à la définition de deux types de bois : les bois récents, se trouvant sur d'anciennes terres non boisées, et les bois anciens qui, sur la période étudiée, ont toujours été des bois, et ce, quelle que soit la gestion sylvicole qu'ils ont subie. La notion d'ancienneté des bois ne se réfère donc pas à l'âge des arbres, ou à la maturité du peuplement, mais bien à la permanence de l'état boisé et donc à l'âge de la forêt. Ainsi, un bois ancien peut être constitué d'arbres jeunes car soumis à des coupes régulières, et un bois récent peut être constitué d'arbres plus âgés car n'ayant jamais été exploités. Comme elle dépend des documents disponibles, la notion d'ancienneté n'a pas de valeur absolue, mais dépend du recul historique que l'on possède3.

  • 4 Une synthèse des études portant sur le sujet a été réalisée par Martin Hermy, Olivier Honnay, Les (...)
  • 5 Martin Hermy, Kris Verheyen, art. cit. ; Martin Hermy, Olivier Honnay, Les Firbank, Carla Grashof (...)
  • 6 Jörg Brunet, Goddert von Oheimb, «Migration of vascular plants to secondary woodlands in southern (...)

4En comparant les listes d'espèces végétales de bois récents et de bois anciens, des études4 ont mis en évidence que les bois anciens avaient une flore caractéristique, non seulement dans leur composition (c'est-à-dire les espèces qui les constituent), mais aussi dans l'abondance en individus des différentes espèces. Cependant, ces listes sont difficilement généralisables car les flores diffèrent entre zones géographiques, par exemple en fonction de l'altitude ou de la latitude. Par contre, ces espèces typiques des bois anciens partagent des caractéristiques biologiques communes, comme par exemple une durée de vie longue, une fécondité faible et des capacités de dissémination de leurs graines limitées5. Le fait de les rencontrer plus souvent ou en plus grand nombre dans les fragments forestiers récents s'explique donc en partie par le temps qu'il leur faut pour les atteindre puis les coloniser. Une étude6 a pu montrer que dans le cas de forêts récentes contiguës à des forêts anciennes, les espèces des bois anciens avaient parcouru seulement une cinquantaine de mètres dans les bois récents en environ cinquante ans. On imagine alors le temps nécessaire pour atteindre un bois récent situé à plusieurs kilomètres d'un bois ancien, qui plus est séparé par un environnement défavorable pour des espèces forestières, telles des zones agricoles !

  • 7 Jean-Hugues Jussy, Waltraud Koerner, Étienne Dambrine, Jean-Luc Dupouey, Marc Benoît «Influence o (...)
  • 8 Étienne Dambrine, Jean-Luc Dupouey, Laure Laüt, Lionel Humbert, Michel Thinon, Thérèse Beaufils, (...)

5Une autre conséquence des cycles de déboisements / reboisements est la modification des caractéristiques du sol – sa structure, sa concentration en éléments minéraux – et donc de sa qualité pour l'installation et la croissance des plantes, ce qui détermine en partie les assemblages d'espèces végétales (par exemple, les communautés végétales sont différentes si l'on se trouve en présence d'un sol riche ou pauvre en azote). Or les modifications de la qualité du sol dues à l'agriculture peuvent encore être perceptibles plusieurs dizaines d'années7, voire plusieurs siècles plus tard8. À deux reprises, les auteurs ont observé que les variations dans la flore d'une forêt ancienne étaient dues à la présence d'une exploitation agricole romaine ayant durablement modifié les caractéristiques du sol. Dans le premier cas, la composition chimique et la structure du sol reflétaient l'utilisation des différentes parties d'une exploitation romaine datant du premier au troisième siècle (bâtiments, enclos, terrasses,…). Ces variations de disponibilité en nutriments dans le sol, encore perceptibles deux mille ans plus tard, provoquent encore aujourd'hui des variations de diversité végétale. Dans le second cas, les auteurs ont pu mettre en évidence une corrélation entre la structure d'une autre exploitation romaine (datée entre le premier et le quatrième siècle) et les patrons de diversité végétale sur le site, en lien avec la composition chimique du sol. Par exemple, le pH et la concentration actuelle du sol en azote augmentaient avec la proximité de l'exploitation, se traduisant par une augmentation de la présence d'espèces végétales neutrophiles et demandeuses en azote.

  • 9 Marion Gosselin, Olivier Laroussinie, Biodiversité et gestion forestière : connaître pour préserv (...)

6La gestion sylvicole, et plus particulièrement les coupes d'arbres, sont des perturbations de moindre intensité que les déboisements, mais qui peuvent être plus fréquentes et régulières. Les conséquences à court terme des coupes sur la biodiversité forestière sont souvent contradictoires car elles dépendent entre autres du type de sylviculture menée (futaie, taillis,...), de l'intensité de la coupe (par exemple une éclaircie ou une coupe rase) et de sa surface9. On observe classiquement une augmentation de la richesse en espèces végétales après une coupe, correspondant à l'arrivée de nouvelles d'espèces dites héliophiles. Puis cette richesse diminue lors de la repousse des arbres, les espèces héliophiles disparaissant avec la densification du couvert. Par contre, le nombre d'espèces forestières n'augmente pas. Il existe peu d'études portant sur les conséquences de l'histoire à plus long terme de cette gestion sur la flore, qui considèrent par exemple l'effet du nombre de coupes successives réalisées en un lieu donné ou le temps écoulé entre deux coupes successives. Une raison est la difficulté à recueillir des informations qualitatives et quantitatives précises sur les pratiques forestières sur le temps long, combinée à la nécessité d'obtenir des informations spatialisées.

Histoire de la gestion de la petite forêt privée

La petite forêt privée en France

  • 10 CNPF, IDF, FPF, Private forest property in France : key figures 2008-2009 [En ligne], 2009, consu (...)

7En France, les trois quarts de la surface boisée, soit 10 à 11 millions d'hectares10, appartiennent à des propriétaires privés. Cette forêt est fortement morcelée entre plus de 3,5 millions de propriétaires. En conséquence, les propriétés sont de petite taille : seulement 9 hectares en moyenne et les deux tiers ont une superficie de moins d'un hectare. La moitié de la surface occupée par la forêt privée correspond à des propriétés d'une superficie de moins de 25 hectares. Or en France, les propriétés forestières de moins de 25 hectares ne sont pas soumises à un Plan Simple de Gestion, document réglementaire agréé par le Centre Régional de la Propriété Forestière, qui est à la fois un guide de la gestion forestière et un document de traçabilité. Il n'existe donc pas ou très peu de documents historiques pouvant nous renseigner sur les modes de gestion de la forêt privée, contrairement à la forêt publique pour laquelle ces documents sont nombreux et grâce auxquels le recul historique est important. Alors que la petite forêt privée compose l'essentiel de la surface forestière française, les informations quantitatives et spatialisées sur sa gestion sont donc rares et reposent souvent sur la mémoire des propriétaires ou des exploitants, ce qui est un frein important à la reconstitution de l'historique de la gestion de ces bois.

L'histoire de gestion d'un groupe de petites forêts privées

  • 11 Ce travail a fait l'objet de plusieurs publications portant sur l'histoire de la gestion du bois à (...)

8L'objectif de cette étude était de reconstituer l'histoire de la gestion d'un ensemble de petits bois privés situés dans le Sud-Ouest de la France, préalable à l'étude des relations entre la distribution spatiale des plantes de sous-bois et cette histoire. Nous nous sommes plus particulièrement intéressée à deux questions : quelle est l'organisation spatiale et temporelle des événements de déboisement et de coupe ? Quels en sont les déterminants, par exemple des conditions écologiques favorables, une facilité d'accès aux parcelles ou à la qualité du sol pour l'agriculture ?11

9Les petits bois étudiés, d'une surface totale d'une centaine d'hectares, sont localisés sur quatre communes de la plate-forme d'études socio-économiques et écologiques du laboratoire Dynafor « Vallées et Coteaux de Gascogne », faisant partie du réseau d'études à long terme LTER Europe (Long Term Socio-Ecological Research)12. Ces bois partagent une histoire commune car ils ne formaient qu'une seule et même entité au XVIIIe siècle.

Figure 1

Figure 1

Localisation des bois étudiés sur la carte dite de Cassini (1771) et sur la carte des bois issue de la photographie aérienne de l'IGN de 2006.

Carte IGN. Reproduction autorisée.

10Ils sont typiques des bois de la région : composés essentiellement de chênes (Quercus petraea Lieblein, Quercus robur L. et Q. pubescens L.), ils sont gérés en taillis – pour le bois de chauffage – avec ou sans réserves (arbres préservés pour le bois d'œuvre). Leurs propriétaires sont principalement des exploitants agricoles.

  • 13 Références des photographies aériennes utilisées (IGN) : mission 1942 F 2045-1845 P 20000 (photos (...)
  • 14 Julien Muraz, Sylvie Durrieu, Sylvain Labbé, Vazken Andreassian, Mamoutou Tangara, « Comment valo (...)
  • 15 Émilie Andrieu, Gaëtan du Bus de Warnaffe, Sylvie Ladet, Wilfried Heintz, Anne Sourdril, Marc Dec (...)
  • 16 Cassini de Thury, « Carte générale de la France », feuille n◦ 75, Tarbes (W3 –E54 /N43◦ 21 –N42◦ (...)
  • 17 Émilie Andrieu, Gaëtan du Bus de Warnaffe, Sylvie Ladet, Wilfried Heintz, Anne Sourdril, Marc Dec (...)
  • 18 Bureau de Recherches Géologiques et Minières, « Carte géologique de la France », carte 1033 Le Fo (...)

11Pour cartographier l'histoire de la gestion de ces bois, nous avons utilisé des cartes et des photographies facilement disponibles sur tout le territoire. La reconstitution précise de l’histoire des coupes est basée sur la photo-interprétation de photographies aériennes de l'Institut Géographique National (IGN), seuls documents possédant le niveau de précision nécessaire à l'étude : la plus ancienne datant de 1942, nous disposons ainsi de 65 ans de recul (1942, 1953, 1962, 1977, 1984, 1996, 2006)13. L'utilisation de lunettes stéréoscopiques a permis d'identifier les zones récemment coupées, les régénérations et les peuplements adultes en fonction de la hauteur des arbres14. La présence ou non d'arbres de réserves permet de différencier les taillis des taillis avec réserve. Nous avons adapté la méthode de photo-interprétation dite progressive afin d'obtenir la plus grande précision possible15, en particulier pour éviter de confondre une coupe de petite taille avec un décalage de photographies successives dues au processus de géo-référencement. La reconstitution de l'histoire des déboisements et reboisements a été fondée sur l'utilisation de deux cartes anciennes16 : la carte dite de Cassini (1771), sur laquelle sont représentés les bois, et le cadastre napoléonien (autour de 1825) indiquant la nature de chaque parcelle cadastrale, complétées par les photographies aériennes de 1942 et 2006, ont été géo-référencées et photo-interprétées de façon à minimiser au maximum les imprécisions17. Enfin, pour déterminer les facteurs ayant influencé l'histoire de la gestion, nous avons utilisé d'autres cartes et d’autres bases de données18 comme les cartes géologiques et pédologiques, le Modèle Numérique de Terrain (IGN), dont ont été extraites les pentes et les expositions, les distances aux routes et chemins, aux cours d'eau et aux lisières à différentes dates.

12En 235 ans, la surface initiale du bois a été divisée par deux, passant de 200 à 100 hectares.

Figure 2

Figure 2

Évolution de la forme et de la taille du bois entre 1771 et 2006.

Propriété de l'auteur.

  • 19 Jörg Brunet, «Plant colonization in heterogeneous landscapes : an 80-year perspective on restorat (...)
  • 20 David R. Foster, «Insights from historical geography to ecology and conservation : lessons from t (...)

13Dans un premier temps (1771-1825), ce sont les zones les plus favorables à l'agriculture qui ont été déboisées, c'est-à-dire celles qui présentaient soit les meilleures conditions pour les cultures (type de sol plus favorable, exposition sud-ouest, faible pente facilitant les interventions agricoles), soit une facilité d'accès (zones proches des chemins et des lisières). Les zones qui ont été déboisées dans un second temps (1825-1942) n'étaient pas spécialement favorables à l'agriculture (plus éloignées des chemins, sans caractéristiques de sol ou d'exposition particulière), sans doute car les terres les plus favorables avaient déjà été converties en terres agricoles. Le phénomène s'inverse durant la période la plus récente (1942-2006), consécutivement à la déprise agricole. Ainsi, certaines parcelles abandonnées se sont reboisées spontanément, formant de nouveaux bois ou agrandissant les bois existants, et les lisières ont lentement progressé dans les parcelles agricoles, franchissant les limites cadastrales. En parallèle de ces changements de surfaces boisées, la forêt d'origine s'est morcelée en une multitude de petits bois – ce que l'on appelle la fragmentation – tout d'abord à cause des déboisements réalisés entre 1771 et 1942, puis à cause de l'apparition des nouveaux bois et bosquets à partir de 1942. Cette fragmentation pourrait fortement affecter les événements de colonisation par les espèces typiques des bois anciens19. Malgré tout, la majeure partie des bois (71 % de la surface totale actuelle) est ancienne et donc d'un grand intérêt de conservation20, particulièrement dans des paysages très fragmentés.

14L'analyse de l'histoire des coupes a pu être réalisée sur une période certes plus courte, mais de manière plus fine. La superposition sur une même carte des coupes détectées sur les photographies aériennes depuis 1942 révèle une mosaïque extrêmement complexe, mêlant de petites zones d’âge et de densité en arbres différentes.

Figure 3

Figure 3

Carte de synthèse de toutes les coupes réalisées entre 1942 et 2006. Le code couleur correspond au nombre de coupes successives détectées sur la période : vert foncé = aucune coupe, vert clair = une coupe, jaune = deux coupes, orange = trois coupes, rouge = quatre coupes ou plus.

Propriété de l'auteur.

15Ce type d'habitat favorise la présence d’espèces aux exigences écologiques très diverses, selon leur aptitude à faire face à des perturbations plus ou moins fréquentes. Si l'on s'intéresse plus précisément à l'évolution des caractéristiques des coupes, on constate que, si leur nombre annuel reste constant (en moyenne 4,8 coupes par an sur toute la période), leur taille moyenne diminue après 1980, passant de 0,5 ± 0,04 hectares à 0,2 ± 0,02 hectares.

Figure 4

Figure 4

Évolution des caractéristiques des coupes mesurées entre 1942 et 2006.

Propriété de l'auteur.

16Ce changement peut être lié à la baisse des besoins en bois de chauffage, remplacé par d'autres sources d'énergie. La diminution de la surface exploitée a provoqué un grand changement dans la physionomie des bois : alors qu’ils étaient composés à 90 % de zones coupées récemment ou de jeunes taillis en 1942, ils sont aujourd’hui constitués aux deux tiers de peuplements matures.

Figure 5

Figure 5

Changements de la structure en âge des bois entre 1942 et 2006. Les zones de friches sont symbolisées en jaune, les zones immatures (coupes) en vert pâle et les zones matures en vert foncé.

Propriété de l'auteur.

  • 21 Émilie Andrieu, Sylvie Ladet, Wilfried Heintz, Marc Deconchat, art. cit. ; Anne Sourdril, Émilie (...)

17Même si la fréquence et la taille des coupes sont faibles, il est cependant difficile de trouver dans le bois des zones qui ont été préservées de l'exploitation depuis 1942. En effet la majorité des zones qui n'ont jamais été coupées correspondent en fait à des reforestations naturelles contemporaines ou postérieures à 1942. Si on les exclut, il ne reste que 3 % de la surface des bois qui était déjà mature en 1942 et qui n'a jamais été exploitée depuis. De plus, ces zones sont isolées et de petite taille. Si on leur applique un effet de lisière modéré (10 m) afin de considérer uniquement leur cœur, isolé de toute influence du milieu environnant, elles ont toutes une surface de moins de 0,3 hectares. L'absence de réelles zones de vieille forêt pourrait être problématique car un certain nombre d'espèces est inféodé aux micro-habitats que l'on y trouve (cavités, bois mort, etc.). Enfin, si la surface moyenne des coupes diminue, toutes leurs autres caractéristiques ne montrent pas d'évolution entre 1942 et 2006 : leur nombre, leur forme, leur agrégation, le type de coupe (taillis avec ou sans réserves). Ainsi, même si les besoins en bois sont moindres, la tradition de pratiquer des coupes chaque année perdure et reste économiquement viable21.

18Après avoir étudié l'histoire de la gestion de ces bois, l'étape suivante est de relier cette histoire de gestion de la petite forêt privée avec la biodiversité végétale rencontrée dans les sous-bois. À cet effet, à partir de la liste des espèces forestières réalisée dans les bois de la région, nous avons sélectionné toutes celles qui présentaient les traits typiques des espèces de forêt ancienne, en particulier de faibles capacités de dissémination. Neuf de ces espèces ont été trouvées dans les bois étudiés, et ont été méthodiquement cartographiées en parcourant les bois de façon systématique. Il s'agit maintenant de quantifier la part relative des conditions écologiques, de l'histoire des coupes et de l'ancienneté des bois sur l'abondance et la répartition spatiale de ces espèces dites de bois anciens qui, d'après les résultats préliminaires, semblent présenter des réponses très variables aux pressions anthropiques.

Haut de page

Notes

1 Millennium Ecosystem Assessment, Ecosystems and Human Well-being : Biodiversity Synthesis, World Resources Institute, Washington DC, 2005.

2 Jean-Luc Dupouey, Étienne Dambrine, Jean-Denis Laffite, Concha Moares, «Irreversible impact of past land use on forest soils and biodiversity», Ecology, 2002, n° 83, p. 2978-2984 ; Gaetano di Pasquale, Paolo di Martino, Stefano Mazzoleni, «Forest history in the mediterranean region», dans Stefano Mazzoleni, Gaetano di Pasquale, Mark Mulligan, Paolo di Martino, Francisco Rego (eds.), Recent dynamics of the mediterranean vegetation and landscape, Chichester, John Wiley & Sons 2002, p. 281-285 ; Damien Rius, Boris Vannière, Didier Galop, «Holocene history of fire, vegetation and land use from the central Pyrenees (France)», Quaternary Research, 2012, n° 77, p. 54–64.

3 Martin Hermy, Kris Verheyen, «Legacies of the past in the present-day forest biodiversity : a review of past land-use effects on forest plant species composition and diversity», Ecological Research, 2007, n° 22, p. 361-371.

4 Une synthèse des études portant sur le sujet a été réalisée par Martin Hermy, Olivier Honnay, Les Firbank, Carla Grashof-Bokdam, Jonas E. Lawesson, «An ecological comparison between ancient and other forest plant species of Europe, and the implication for conservation», Biological Conservation, 1999, n° 9, p. 9-22.

5 Martin Hermy, Kris Verheyen, art. cit. ; Martin Hermy, Olivier Honnay, Les Firbank, Carla Grashof-Bokdam, Jonas E. Lawesson, art. cit.

6 Jörg Brunet, Goddert von Oheimb, «Migration of vascular plants to secondary woodlands in southern Sweden», Journal of Ecology, 1998, n° 86, p. 429-438.

7 Jean-Hugues Jussy, Waltraud Koerner, Étienne Dambrine, Jean-Luc Dupouey, Marc Benoît «Influence of former agricultural land use on net nitrate production in forest soils», European Journal of Soil Science, 2002, n° 53, p. 367-374.

8 Étienne Dambrine, Jean-Luc Dupouey, Laure Laüt, Lionel Humbert, Michel Thinon, Thérèse Beaufils, Hervé Richard, «Present forest biodiversity patterns in France related to former roman agriculture», Ecology, 2007, n° 88, p. 1430-1439 ; Jean-Luc Dupouey, Étienne Dambrine, Jean-Denis Laffite, Concha Moares, art. cit.

9 Marion Gosselin, Olivier Laroussinie, Biodiversité et gestion forestière : connaître pour préserver - Synthèse bibliographique, Versailles, Quae, 2004.

10 CNPF, IDF, FPF, Private forest property in France : key figures 2008-2009 [En ligne], 2009, consulté le 15 janvier 2012. URL : http://www.foretpriveefrancaise.com/key-figures-217504.html.

11 Ce travail a fait l'objet de plusieurs publications portant sur l'histoire de la gestion du bois à partir des données cartographiques (Émilie Andrieu, Sylvie Ladet, Wilfried Heintz, Marc Deconchat, «History and spatial complexity of deforestation and logging in small private forests», Landscape and Urban Planning, 2011, n° 103, p. 109-117), et à partir des archives lors d'une collaboration avec un historien (Émilie Andrieu, Sébastien Poublanc, « Sur les traces d'une “forêt fantôme” », Midi-Pyrénées Patrimoine,2010, n° 22), sur la durabilité sociale et économique de la gestion forestière (Anne Sourdril, Émilie Andrieu, Alain Cabanettes, Bernard Elyakime, Sylvie Ladet, «Domestic usages, continuity and future of the rural woods in the Coteaux de Gascogne area», Ecology and Society, 2012, n° 17). Une étude portant sur le lien entre données cartographiques et mémoire des propriétaires forestiers à été réalisée sur un ensemble de bois de la région d'étude (Gaëtan du Bus de Warnaffe, Marc Deconchat, Sylvie Ladet, Gérard Balent, «Variability of cutting regimes in small private woodlots of south-western France», Annals of Forest Sciences, 2006, n° 63, p. 915-927).

12 http://www.lter-europe.net/, consulté le 15 janvier 2012.

13 Références des photographies aériennes utilisées (IGN) : mission 1942 F 2045-1845 P 20000 (photos 381, 382, 383, 384, 1/20000e, noir et blanc) ; mission 1953 F 1845-2045 P 25000 (photos 69, 70, 71, 1/25000e, noir et blanc) ; mission 1962 F 1945-2045 P 25000 (photos 129, 130, 131, 132, 1/25000e, noir et blanc) ; mission 1977 FR 2910 P 20000 (photos 68, 69, 70, 71, 1/20000e, noir et blanc) ; mission 1984 IFN 31 P 17000 (photos 996, 997, 998, 1/17000e, noir et blanc) ; mission 1996 IFN 31 P 17000 (photos 1002, 1003, 1004, 1005, 1/17000e, infrarouge) ; mission 2006 FD 31 C 50, Base de données orthophotographique BD Ortho®, (photos numériques 2176–2180, 2237–2241, 4096 × 4096 pixel, résolution 50.0 cm, couleur).

14 Julien Muraz, Sylvie Durrieu, Sylvain Labbé, Vazken Andreassian, Mamoutou Tangara, « Comment valoriser les photos aériennes dans les SIG », Ingénieries, 1999, n° 20, p. 309-333.

15 Émilie Andrieu, Gaëtan du Bus de Warnaffe, Sylvie Ladet, Wilfried Heintz, Anne Sourdril, Marc Deconchat, «Mapping the felling history in small-sized woodlands», Revue Forestière Française, 2008, n° 60, p. 667-676.

16 Cassini de Thury, « Carte générale de la France », feuille n◦ 75, Tarbes (W3 –E54 /N43◦ 21 –N42◦ 55). 1/86400e, gravure noir et blanc 59 × 91 cm, 1771. Cadastre de Lilhac : Cazaux, section C, feuilles 1 et 2, 1/2500e, 1823 ; Cadastre de Castera Vignoles : Dop, section B, 1/2500e, 1833 ; Cadastre de Saint André : Passeman, section F, feuille 1, 1/2500e , 1820 ; Cadastre d'Esparron : Passeman, section A, feuilles 1 et 2, 1/2500e, 1822.

17 Émilie Andrieu, Gaëtan du Bus de Warnaffe, Sylvie Ladet, Wilfried Heintz, Anne Sourdril, Marc Deconchat, «Mapping the felling history in small-sized woodlands», art. cit.

18 Bureau de Recherches Géologiques et Minières, « Carte géologique de la France », carte 1033 Le Fousseret, 1/50 000e, 1974. Chambre Régionale d'Agriculture Midi-Pyrénées, « Les grands ensembles morpho-pédologiques de la région Midi-Pyrénées », 1/50000e, 1995. IGN, « Carte topographique », série bleue, carte 19450 Aurignac, 1/25 000e, 2000 ; IGN, « Base de données altimétrique MNT BD Alti® » 1/25 000e, 2009.

19 Jörg Brunet, «Plant colonization in heterogeneous landscapes : an 80-year perspective on restoration of broadleaved forest vegetation», Journal of Applied Ecology, 2007, n° 44, p. 563-572 ; Kathryn Flinn, Marc Vellend, «Recovery of forest plant communities in post-agricultural landscapes», Frontiers in Ecology and the Environment, 2005, n° 3, p. 243-250.

20 David R. Foster, «Insights from historical geography to ecology and conservation : lessons from the new england landscape», Journal of Biogeography, 2002, n° 29, p. 1269-1275 ; Emma Goldberg, Keith Kirby, Jeanette Hall, Jim Latham, «The ancient woodland concept as a practical conservation tool in Great Britain», Journal for Nature Conservation, 2007, n° 15, p. 109-119.

21 Émilie Andrieu, Sylvie Ladet, Wilfried Heintz, Marc Deconchat, art. cit. ; Anne Sourdril, Émilie Andrieu, Alain Cabanettes, Bernard Elyakime, Sylvie Ladet, art. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Localisation des bois étudiés sur la carte dite de Cassini (1771) et sur la carte des bois issue de la photographie aérienne de l'IGN de 2006.
Crédits Carte IGN. Reproduction autorisée.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2287/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 2
Légende Évolution de la forme et de la taille du bois entre 1771 et 2006.
Crédits Propriété de l'auteur.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2287/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 3
Légende Carte de synthèse de toutes les coupes réalisées entre 1942 et 2006. Le code couleur correspond au nombre de coupes successives détectées sur la période : vert foncé = aucune coupe, vert clair = une coupe, jaune = deux coupes, orange = trois coupes, rouge = quatre coupes ou plus.
Crédits Propriété de l'auteur.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2287/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 4
Légende Évolution des caractéristiques des coupes mesurées entre 1942 et 2006.
Crédits Propriété de l'auteur.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2287/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 5
Légende Changements de la structure en âge des bois entre 1942 et 2006. Les zones de friches sont symbolisées en jaune, les zones immatures (coupes) en vert pâle et les zones matures en vert foncé.
Crédits Propriété de l'auteur.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2287/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Andrieu, « Reconstitution de l'histoire méconnue de la gestion de la petite forêt privée », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 15 mars 2013, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://framespa.revues.org/2287 ; DOI : 10.4000/framespa.2287

Haut de page

Auteur

Émilie Andrieu

Chercheuse en Écologie et Agro-écologie au centre INRA de Toulouse (UMR 1201 DYNAFOR – Dynamiques et écologie des paysages agriforestiers).
emilie.andrieu@toulouse.inra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org