Navigation – Plan du site
Forêts et sociétés dans la longue durée

Froidour avant Froidour : l’action de Louis de Froidour dans les forêts du nord de la France, 1651-1666

Froidour Before Froidour: Louis de Froidour’s Actions in the Forests of Northeastern France, 1651-1666
Froidour antes de Froidour: la acción de Louis de Froidour en los bosques del Norte de Francia, 1651-1666
Jérôme Buridant

Résumés

Personnage emblématique de la sylviculture d’Ancien Régime, Louis de Froidour est surtout connu pour sa vaste entreprise de réformation de la Grande maîtrise des Eaux et Forêts de Toulouse. Une réformation à partir de laquelle il a écrit les traités techniques qui en ont fait le plus connu des forestiers de l’époque et un acteur central de la vie forestière du Midi. C’était alors un homme au faîte de sa science forestière. De sorte que pour saisir les tenants et les aboutissants de ses logiques d’aménagement, il est nécessaire de remonter à la formation du jeune homme picard qui fit ses premières armes aux côtés de Colbert. Visiblement bien formé en droit, Froidour apprit sur le tas les réalités concrètes du métier, les différentes pratiques sylvicoles et l’art difficile du compromis et de l’intimidation avec les populations usagères et les marchands de bois.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Arch. mun. Toulouse, ms. 672. Froidour est nommé « commissaire député par S[a] M[ajesté] pour la (...)
  • 2 Au début du xviie siècle, les traités de Saint-Yon (Les édicts et ordonnances de rois, coutumes d (...)

1Personnage le plus emblématique de la Grande Réformation des forêts à l’époque de Louis XIV, Louis de Froidour est surtout connu pour son action au sein de la grande maîtrise des Eaux et Forêts de Toulouse, à partir de 16661. Il est aussi célèbre par ses publications, diffusées dès 1678, qui peuvent par certains côtés être considérées comme les premiers traités techniques sur la gestion des forêts2. Il apparaît enfin comme l’un des plus grands soutiens à Pierre-Paul Riquet, lors de la création du Canal du Midi. Cette œuvre de grande ampleur, qui a généré une masse considérable d’archives, a suscité et nécessite encore de nombreuses recherches. Cet héritage est tel que certaines biographies du xixe siècle le faisaient naître en Languedoc. Ce serait oublier que Louis de Froidour est né d’une vieille famille de Picardie, et a fait ses premières armes, aux côtés du jeune Colbert, dans la maîtrise particulière de La Fère et dans la grande maîtrise d’Île-de-France. Si cette phase, qui a produit moins de sources d’archives, est bien moins documentée, elle demeure essentielle à étudier pour comprendre la formation et les influences du personnage, et pour mieux saisir ses logiques d’action. En s’appuyant sur les archives des maîtrises picardes et franciliennes, ainsi que sur les papiers personnels de Froidour, il est alors possible de restituer cette période de formation et d’expériences.

Les débuts d'une spécialisation forestière

2Le parcours personnel de Louis de Froidour est assez représentatif de l’ascension sociale de la bourgeoisie d’offices dans le courant du xviie siècle. Mais il révèle aussi la différenciation progressive des institutions locales et l’émergence d’un personnel de plus en plus spécialisé, doté de compétences techniques.

  • 3 Arch. dép. Aisne B 3563-3574.
  • 4 Roman Amat, dans le Dictionnaire de biographie française, Paris, Letouzey et Ané, 1979, mentionne (...)

3La famille Froidour est une vieille famille de La Fère. Cette localité est une petite bourgade, fortifiée aux xiie et xvie siècles. Dans une région frontière particulièrement marquée par les conflits avec la puissance espagnole, cette place occupe une position stratégique, commandant le franchissement de l’Oise entre Saint-Quentin et Laon. C’est aussi une petite ville administrative regroupant municipalité, offices notariaux et tribunal de bailliage. Les parents de Louis de Froidour font depuis longtemps partie de la major et sanior pars de la cité. Son arrière-grand-père et son grand-père, qui se nomment Nicolas de génération en génération, exercent les fonctions de notaires royaux dès la seconde moitié du xvie siècle. Son père achète la charge de substitut du procureur général du roi au comté de Marle et de La Fère, puis celle de procureur du roi au bailliage de 1645 environ à 16543. Il serait anobli vers 1653, élu « mayeur » de La Fère en 16664. Les Froidour tissent naturellement des liens matrimoniaux avec d’autres grandes familles, comme la famille de Mouchy, les Bottée ou les Le Doulx, « marchands bourgeois » de la ville.

  • 5 Arch. com. La Fère E 353/1 (1672-1684), déposées aux Arch. dép. Aisne.
  • 6 Pierre Clément (éd.), Lettres, instructions et mémoires de Colbert, t. 4, Paris, Imprimerie impér (...)
  • 7 Maxime de Sars, Le Laonnois féodal, t. 4, Paris, Champion, 1921, p. 229, 302, 406 et 453 ; Maximi (...)
  • 8 Arch. dép. Aisne B 3563-3574. Pour la liste des officiers de la maîtrise de La Fère, voir Jérôme (...)

4En l’absence de registres paroissiaux avant 1672, la date de naissance de Louis de Froidour, mort à Toulouse en 1685, nous reste inconnue5. Avant d’être nommé procureur à la réformation des forêts d’Île-de-France (1662), il occupe depuis 1651 la fonction de lieutenant général au bailliage et à la maîtrise des Eaux et Forêts de La Fère6. Il possède quelques petits fiefs en Vermandois et dans le Soissonnais, sans doute acquis récemment : Cerizy mais aussi Le Vintre (paroisse de Champs), Vitré, Ricaud et Le Tertre (paroisse de Guny)7. Son frère, Claude, reprend sa charge jusqu’en 16788. L’exercice des charges de judicature au bailliage et à la maîtrise des Eaux et Forêts de La Fère constitue donc alors une affaire familiale.

  • 9 Arch. dép. Aisne B 3543.
  • 10 Arch. dép. Aisne B 3564 et 3579.

5Si l’administration des Eaux et Forêts remonte à l’époque de Philippe le Bel (fin du xiiie siècle), les maîtrises particulières, stables dans le temps et l’espace, sont une création moderne. À partir du milieu du xvie siècle, elles doivent être institutionnalisées dans les ressorts des bailliages et des sénéchaussées, les grandes maîtrises et les tables de marbre des parlements jugeant en appel. Mais ce processus n’est pas toujours immédiat. Dans une grande partie du royaume de France, les maîtrises des Eaux et Forêts se distinguent longtemps mal des bailliages. La maîtrise particulière de La Fère n’y échappe pas. Jusqu’au milieu du xviie siècle, ses archives restent encore largement confondues avec celles du bailliage. Les audienciers, les registres d’enquêtes ou de sentences mêlent encore affaires criminelles et délits forestiers. La plupart des officiers cumulent les charges. Froidour lui-même associe celle de lieutenant général au bailliage et celle de la maîtrise. Le personnel et le siège des deux juridictions étant encore identique, les audiences ont seulement lieu à des jours différents dans la semaine. Pendant la présence de Louis de Froidour, on voit progressivement émerger une institution propre, dotée de fonctions spécifiques et d’archives particulières. Les audienciers des Eaux et Forêts apparaissent par exemple en 16549. Les premières séries continues de martelage, balivage et arpentage de coupes de bois, propres à la maîtrise, apparaissent dès 165510. Avant même la grande réformation et l’ordonnance de 1669, transparaissent nettement dans l’archive des efforts de rationalisation, d’organisation et de spécialisation.

  • 11 Michel Stévenin, Les malheurs des temps et l’assistance en Champagne entre 1620 et 1660, Universi (...)
  • 12 Jérôme Buridant, op. cit. , t. 1, p. 127-136.
  • 13 Pour la trame chronologique, voir : Yves-Marie Bercé, La naissance dramatique de l’absolutisme, 1 (...)
  • 14 Jérôme Buridant, Espaces forestiers et industrie verrière, xviie-xixe siècles, Paris, L’Harmattan (...)

6Il est vrai que le contexte des années 1635-1651, particulièrement troublé, nécessite une reprise en main conséquente, et des institutions, et de la gestion forestière. La guerre de Trente Ans et ses prolongements (1618-1659) ont laissé des traces durables sur un grand arc de cercle allant de la Poméranie à la Picardie, en passant par l’Alsace, la Lorraine et la Champagne. En Champagne, un village sur deux a été incendié lors des passages de troupes. La population a diminué de 50 à 60 % dans les zones les plus parcourues par les armées, de 30 à 40 % plus en retrait11. Quoique moins documentées, les marges picardes paraissent connaître le même destin12. Dès l’engagement de la France dans le conflit européen (1635), les régions frontalières ont été fortement affectées. En 1636, les redoutables tercios espagnols franchissent la frontière au niveau de la Thiérache et suivent l’Oise en poussant jusque Roye et Corbie, affectant au passage les forêts proches de La Fère et notamment celle de Saint-Gobain. Les années suivantes, les raids espagnols sont encore fréquents en Thiérache13. Durant toute cette période souffle un vent de panique. Devant l’avance espagnole, il s’agit dans l’urgence de renforcer les défenses sur l’Oise, de consolider en toute hâte les éventuels points de résistance, en mettant par exemple en état de défense les places fortes de Saint-Quentin, de Chauny et de La Fère14. Les victoires d’Arras (1640) puis de Rocroi (1643) sont heureusement suivies par une reprise du terrain perdu au nord de l’Aisne et une consolidation des positions de part et d’autre. La menace n’est cependant pas levée avant 1654. De 1649 à 1653, les rivalités de la Fronde viennent s’adjoindre au conflit extérieur. Si la Picardie paraît un peu moins touchée que la Champagne, les passages de troupes restent encore incessants, et les habitants trouvent souvent leur ultime refuge, avec leurs troupeaux, sous le couvert des forêts. Aliénations multiples, réquisitions de bois, coupes illicites, incendies accidentels, prélèvement incontrôlé des communautés riveraines, tout aboutit, en moins d’une vingtaine d’années, à la ruine des forêts. Les méthodes, le zèle et la rigueur à laquelle s’applique Froidour dans son œuvre réformatrice ne peuvent se comprendre qu’à l’aune du désastre qu’il a connu, localement, après la guerre de Trente Ans.

  • 15 Arch. dép. Aisne B 744.

7La maîtrise dans laquelle il fait ses premières armes s’étend sur les comtés de Marle, La Fère et Ham, anciens domaines de la maison de Navarre. Elle a juridiction sur des bois incorporés dans le domaine royal à l’avènement du roi Henri IV : les bois de La Haye et de Bergeaumont près de Marle, le bois de la Queue de Monceau, du Tranois, et surtout l’immense forêt de Saint-Gobain, à proximité de La Fère. Mais la situation critique des finances conduit rapidement la monarchie à la dilapidation de son patrimoine. Les lois fondamentales du royaume considérant le domaine comme inaliénable, la solution la plus fréquemment utilisée est celle de l’engagement des bois, c’est-à-dire de leur vente avec faculté théorique de rachat. L’engagiste n’achète pas la forêt, mais sa jouissance. Une partie des bois de l’ancien domaine de Navarre est déjà engagée à partir de 1601 : les bois de la Tombelle, de la Queue de Monceau, des Avouries de Suzy, du Mont de Forest, du Tranois. Au total, ce sont plus de 2000 ha, tous situés en lisière du massif de Saint-Gobain – Coucy, qui sortent du domaine de la couronne. À partir de l’engagement de la France dans la guerre de Trente Ans, la monarchie, aux abois, est poussée à utiliser tous les expédients pour obtenir des finances. La forêt de Saint-Gobain n’est plus épargnée. En 1643, l’ensemble du comté est délaissé par le jeune roi Louis XIV à la reine mère, Anne d’Autriche. Dès 1645, plusieurs projets de coupe à blanc du massif de Saint-Gobain sont avancés. La mise aux enchères a lieu en mai 1654. Le marchand parisien qui emporte la vente obtient le droit insensé de pouvoir… « coupper et exploiter lad[it]e forest quand, comme bon luy semblera, mesme de coupper la vieille haute fustaie […] en rendant la place de lad[it]e forest vuide et n[ouv]elle dans douze ans prochains »15. Mais l’adjudication n’est heureusement pas confirmée par le conseil de la reine mère. Quelques mois plus tard, la forêt est engagée dans sa totalité au cardinal Mazarin, pour 500.000 livres tournois. Alors qu’il ne détenait, à son retour en 1653, aucune terre dans le royaume, celui-ci parvient en quelques années à la tête d’une des plus grandes fortunes foncières, avec notamment de grandes superficies forestières en Nivernais et en Laonnois. L’engagement ne signifie pas, heureusement, la privatisation totale du domaine forestier. Aux termes du contrat, les officiers des maîtrises assurent donc encore l’assiette, le balivage et la surveillance de toutes les coupes de bois.

Des prototypes de réformation ?

  • 16 Bibl. mun. Toulouse, ms. 671.
  • 17 Bibl. nat. Fr., ms. fr.

8Notre forestier n’est pas un autodidacte. Si les conditions de son apprentissage sont encore assez obscures, on constate qu’il ne découvre pas soudainement son métier. Juriste, il connaît parfaitement bien le droit forestier et les conditions pratiques de son application. Ses papiers personnels font référence à la plupart des règlements, qu’il maîtrise parfaitement, tels que les édits de 1561, 1573 ou 161416. Sur le plan pratique, il paraît avoir été initié par son père, Nicolas, qui avait visiblement de réelles connaissances sylvicoles. En 1645, le conseiller d’État Auguste Galland l’avait chargé de trouver les moyens de « remédier aux désordres » et aux dégradations de la forêt de Saint-Gobain, que la reine envisageait de mettre en vente. Son rapport, conservé en un exemplaire unique à la Bibliothèque nationale de France, témoigne déjà d’une véritable réflexion d’aménagiste17. Il ne se limite pas à la dénonciation des spoliations, des abus et des dégradations liées aux guerres, mais pose déjà les questions des structures d’exploitation, de l’organisation spatio-temporelle des coupes, de la durée des rotations, du caractère soutenable des prélèvements ou du calendrier des travaux sylvicoles. Il propose alors de créer une forêt de rapport, en assurant la conversion de l’ensemble des peuplements en taillis à rotation de 15 ans. C’est cette solution qui est partiellement choisie en 1654 par son fils, lorsqu’il a à faire ses propres choix d’aménagement.

  • 18 Arch. dép. Aisne B 3579.
  • 19 Arch. dép. Aisne B 967 et 3579.

9Les années passées à la tête de la maîtrise de La Fère sont décisives pour toute la carrière de Louis de Froidour. Durant cette période, il est conduit à travailler régulièrement avec Jean-Baptiste Colbert, qui fait lui aussi son apprentissage sur le terrain forestier. Après avoir été au service du secrétaire d’État à la Guerre Michel Le Tellier, le jeune rémois est entré au service personnel du cardinal Mazarin, avec le titre d’« intendant général »18. Il partage l’essentiel de son temps entre les forêts du comté de Marle et La Fère et la duché-pairie de Mayenne, acquises la même année, avec pour mission explicite de rentabiliser rapidement les domaines. Aux côtés du personnel de la maîtrise, on le voit inspecter bois, moulins et verreries, et participer aux adjudications19. En six ans de travail commun, Colbert a donc pu apprécier à sa juste valeur les compétences juridiques et techniques de Louis de Froidour.

10La question qui se pose reste de savoir si l’œuvre de Froidour dans la maîtrise de La Fère, entre 1651 et 1662, peut constituer un prototype de la grande réformation. De toute évidence, le massif de Saint-Gobain et les forêts avoisinantes constituent pour lui un terrain d’expérimentation. Sa démarche est encore marquée par de nombreuses hésitations. S’il cherche nettement à réduire les abus, à rationaliser les coupes, à opérer un véritable aménagement des forêts dont il a la charge, on le voit encore faire marche arrière, s’interroger sur l’efficience des mesures mises en œuvre, et surtout dialoguer avec les autres officiers, les populations locales et les marchands de bois. En ce sens, la démarche de Louis de Froidour reste encore empirique, ce qui lui permet de composer avec les acteurs de terrain en tenant compte des rapports de force locaux. Mais le travail de Louis de Froidour est aussi un modèle d’efficacité. En trois ans seulement, de 1654 à 1656, il réussit à imposer un nouvel aménagement de la forêt de Saint-Gobain. Ces opérations intègrent à la fois la reconnaissance des limites de la forêt, la normalisation des mesures, l’arpentage de l’ensemble des parcelles, la définition des droits des usagers et la poursuite des délits, l’organisation spatio-temporelle des coupes ordinaires et la définition d’un strict cahier des charges à l’attention des exploitants. Cet aménagement, qui restera appliqué presque intégralement jusqu'en 1771, distingue trois types de peuplements : 415 arpents (215 ha) de recrus de vieille futaie, devant faire l’objet de coupes extraordinaires tous les 15 ans, 3255 arpents (1683 ha) de taillis sous futaie mis en coupe annuelle avec des rotations de 15 ans, et 1625 arpents (840 ha) de futaie, mise en coupe annuelle avec une révolution de 100 ans. À l’échelle de la forêt, la part consacrée à la futaie représente donc 30 % des peuplements. Les réserves du taillis sont portées, à chaque révolution, à 16 arbres par arpent (31 à l’hectare), d’essence de chêne ou à défaut de hêtre. Selon Froidour, la question des normes de balivage est essentielle :

  • 20 Bibl. mun. Toulouse, ms. 600.

Les coupes que l’on en fait en la forêt de S[ain]t Gobin et au[tr]es bois du domaine de La Fère sont establies par un bon mesnage, parce que, comme on a coutume de laisser dans les coupes de taillis le double des baliveaux que les ordonnances obligent de laisser en chacun arpent, il est nécessaire de les descharger de temps en temps du nombre excessif qui s’y en trouvent, qui empescheroit le taillis de grossir. Et pour cela, dans les ventes de taillis, l’on a tousiours vendu quelque quantité de baliveaux, ce que l’on apelle (pour parler aux termes de cette maîtrise) faire des martelages. Et on a eu d’autant plus d’occasion de les faire à La Fère qu’incontinent après l’adjudication faite à feu Monseigneur le C[ardin]al Mazarin [en 1654], S[on] E[xcellence] a obtenu arrest du Conseil d’Estat portant que tous les arbres estant au dessus de trois âges qui seroient dans les ventes ordinaires de taillis luy seroient delivrez. Et quoy que suivant le reglement des coupes, les trois aages ne montent qu’à quarante cinq ans, neantmoins les officiers de lad[ite] forest, pour empescher l’entière dégradation, ont fait monter les trois aages à 56 et soix[an]te ans, affin qu’il restat quelq[ues] arbres dans le taillis, d’autant que ceux du second et du troisième aage, pour la plus grande partie, ont esté couppez par les gens de guerre, qui ont esté en garnison aux villes, bourgs [et] villages voisins20.

11La mesure qui suscite le plus d’obstacles est surtout la prohibition totale du « furetage », c’est-à-dire, au sens de l’époque, la coupe sans assiette prédéfinie. Bataillant auprès des marchands, il parvient à imposer la pratique du « tire et aire », c’est-à-dire des coupes réglées, de proche en proche. Cette pratique permet un contrôle efficace des ventes, et la détermination exacte de la possibilité par surface.

  • 21 Bibl. mun. Toulouse, ms. 600 et 671.
  • 22 Jérôme Buridant, « Du “modèle” à la pratique : la gestion des peuplements caducifoliés dans la Fr (...)
  • 23 Arch. dép. Aisne B 948, 952, 3563, 3606.

12En 1662, alors que commence la grande réformation des forêts d’Île-de-France, la maîtrise des Eaux et Forêts de La Fère est déjà un modèle d’administration, et la forêt de Saint-Gobain un modèle en matière d’aménagement. Nommé à Toulouse en 1666, Froidour apporte d’ailleurs avec lui de nombreuses copies des procès-verbaux de bornage, d’arpentage ou de visite de bois rédigés en Picardie, pour lui servir de modèle dans son travail ultérieur21. Considérer Saint-Gobain comme un véritable prototype de la réformation serait cependant aller trop loin dans l’interprétation des textes. En matière sylvicole, Froidour n’invente rien. Les normes qu’il impose, comme la distraction du tiers des surfaces en futaie, les normes de balivage en régime de taillis sous futaie ou le « tire et aire », sont des pratiques déjà bien connues dans les Flandres et la France du nord. En gestation à la fin de l’époque médiévale, elles apparaissent parfois déjà dans la réglementation royale de la première modernité, et commencent à être appliquées sur le terrain, avant que les troubles religieux et extérieurs n’en suspendent l’application22. Dans le bailliage de La Fère, des réformes forestières de ce type paraissent déjà avoir été partiellement tentées sous le règne d’Henri IV, même si les sources, malmenées par les guerres, demeurent cruellement fractionnées23. Si la sylviculture n’est pas innovante, le cas de Saint-Gobain offre donc surtout à Froidour l’expérience de la procédure.

  • 24 Michel Devèze, op. cit., p. 87-96. Froidour est nommé le 12 septembre 1661, Bibl. mun. Toulouse m (...)
  • 25 Bibl. mun. Toulouse, ms. 671.

13Les circonstances de sa nomination en tant que procureur du roi, pour la réformation des Eaux et Forêts d’Île-de-France, ont été bien décrites par Michel Devèze. Devant l’inertie des grands maîtres, les réformations sont bien vite confiées à des commissaires nommés spécialement pour l’occasion, révocables en cas d’échec. En Île-de-France, c’est le maître des requêtes Chamillart qui reçoit commission du roi le 10 septembre 1662. Comme tous ses collègues, il n’est pas un technicien forestier. C’est pourquoi Colbert choisit quelques jours plus tard Louis de Froidour pour l’épauler dans sa tâche24. C’est visiblement cette reconnaissance d’un savoir-faire, plus qu’une quelconque sympathie, qui le conduit à le nommer procureur pour la réformation des forêts d’Île-de-France. Sa correspondance témoigne de l’estime qu’il a pour lui25. Mais ses premières lettres envoyées au commissaire réformateur Chamillart montrent qu’il demeure encore une certaine méfiance, qui sera levée au fil du temps :

  • 26 Pierre Clément (éd.), op. cit., t. 4, p. 197-198.

Quoyque je l’aye toujours reconnu pour homme de bien dans les choses auxquelles je l’ay employé, néanmoins, comme ceste matière de forest est fort chatouilleuse, et que d’ailleurs, estant du pays, il pourroit avoir quelque considération ou quelque intention qui ne seroient pas compatibles avec ce qu’il faut faire pour parvenir à une bonne réformation, je vous prie d’avoir l’œil sur sa conduite et de l’observer dans les commencemens de cette réformation26.

  • 27 Bibl. nat. Fr., mss., Cinq cents Colbert 249 ; Bibl. mun. Toulouse, ms. 671.

14Les instructions fournies au commissaire réformateur Chamillart pour sa mission en Île-de-France, ainsi que la grande instruction sur la réformation des forêts du 10 mars 1663, rappellent trait pour trait les protocoles déjà mis en œuvre : concentrer ses efforts sur un seul massif à la fois, récupérer les plans et procéder au plus tôt à un arpentage général, se faire représenter tous les registres déposés au greffe de la maîtrise, reconnaître l’ensemble des titres des propriétaires riverains et des usagers, poursuivre l’ensemble des abus, pour pouvoir enfin établir un nouveau règlement des coupes27. La philosophie d’une telle entreprise est résumée par un Mémoire pour la réformation des forest du roy, écrit de la main même de Froidour :

  • 28 Bibl. mun. Toulouse, ms. 671.

La Réformation des forests du roy a deux parties, l’une regarde le passé, l’autre l’advenir. Celle qui regarde le passé a pour object la réparation qui doibt estre faicte au roy des dommages & interestz faicts à Sa Majesté par les abus & malversations de quatre sortes de personnes, des officiers, des marchands, des délinquants & des usagers coutumiers. Celle qui regarde l’advenir a pour object le restablissement & la conservation des forests28.

  • 29 Bibl. mun. Toulouse, ms. 600.

15Sur le terrain, ce sont les forêts de Coucy haute et basse, et celle dite « de Cuise lès Compiègne », c’est-à-dire l’actuelle forêt de Compiègne, qui font l’objet des premières investigations. Le choix de ces deux massifs s’explique probablement par le désir de mieux organiser la fourniture de bois de la capitale, après la grande crise d’approvisionnement de 1661-1662. Il est contemporain d’un aménagement de l’Oise et de ses affluents, pour le flottage et la navigation. À Coucy, l’équipe réformatrice s’attelle surtout à dénoncer, poursuivre et faire condamner les officiers de la maîtrise pour concussions et malversations29. Leurs pratiques étaient d’autant mieux connues de Louis de Froidour qu’il avait été leur proche voisin durant une dizaine d’années, les forêts de Saint-Gobain et de Coucy ne formant qu’un seul massif. Mais l’application concrète des mesures techniques demeure dans le détail assez mal connue, les archives de la maîtrise ayant été détruites durant la Seconde Guerre mondiale.

  • 30 Bibl. nat. Fr., mss., ms. fr. 16686-16688 ; Bibl. nat. Fr., C&P, GE C-3189 (RES) ; Arch. dép. Ois (...)

16L’ensemble de la procédure est beaucoup mieux renseigné pour le massif de Compiègne30. Une première réformation avait déjà eu lieu en 1563, et un règlement de 1573 avait fixé les coupes à 96 arpents (49,7 ha) de futaie par an. Si ce règlement avait été respecté dans ses grandes lignes, des ventes extraordinaires de 100 à 500 arpents de « bois de recépage de mauvaise nature » étaient venues s’ajouter tous les ans de 1645 à 1661. Selon Froidour lui-même :

  • 31 Procès-verbal de visite et règlement de la forêt de Cuise, mai 1664, Arch. Nat. O3800, cité par (...)

Le mauvais estat auquel nous avons trouvé la forest de Cuise, par la visitation que nous avons faicte d’icelle, proccedde non seulement des délitz et malversations qui y ont esté commis par les délinquans riverains et usagers, mais particulièrement des couppes extraordinaires et desreiglées faictes en lad[ite] forest et du mauvais ordre estably dans les couppes ordinaires qui y ont esté faictes, les plus beaux arbres en ayant esté abbatus sous prétexte de recepage, et lesdictes ventes ordinaires placés sans ordre ny suite ou dans ceux qui estoient les plus forts ou dans ceux qui estoient les plus prochains des ports, les bois de mauvaise nature qui ne profitent plus et qui sont sur le retout ayant été laissez31.

17Mais la lenteur des réformes conduit au remplacement de Chamillart par Barillon d’Amoncourt, le 3 janvier 1664. Devant l’immensité de la tâche, celui-ci prévoit de procéder à une phase transitoire de 18 ans, qui permettra de régulariser les peuplements : coupe des anciens bouquets de vieille futaie, recépage des peuplements de mauvaise nature et des bois abroutis… L’aménagement définitif, ordonné par l’arrêt du 25 septembre 1674, prévoit enfin la coupe annuelle de 80 arpents de taillis à révolution de 10 ans à partir de 1675, et de 100 arpents de futaie à partir de 1685. L’ouest de la forêt, engagée au duc d’Épernon et de Marillac, reste donc dévolu à l’approvisionnement parisien en bois de chauffage, alors que le cœur du massif est surtout géré pour la vénerie. Devant l’urgence des besoins en bois dans tout le Bassin parisien, c’est aussi à marche forcée que Barillon et Froidour entament, durant deux ans, les réformations des forêts de Saint-Germain-en-Laye, Halatte et Fontainebleau. En 1666, Froidour a alors acquis une irremplaçable expérience, qui lui confère un véritable statut d’expert dans le domaine des Eaux et Forêts.

18Les quinze années qui précèdent la nomination de Louis de Froidour à Toulouse, d’abord comme commissaire réformateur, puis comme grand maître, s’avèrent donc décisives à plus d’un titre. Voir dans les forêts de Saint-Gobain ou de Compiègne des prototypes de la réformation serait sans doute exagéré. Car les modèles sylvicoles mis en place à partir de 1661, et plus encore par l’ordonnance de Saint-Germain-en-Laye d’août 1669, s’avèrent beaucoup plus anciens, remontant souvent à la fin de l’époque médiévale. Mais ces forêts constituent des terrains d’expériences irremplaçables. Visiblement déjà bien formé en droit, notre forestier apprend sur le tas les réalités concrètes du métier, les différentes pratiques sylvicoles usitées dans la France du Nord, l’art difficile du compromis et de l’intimidation avec les populations usagères et les marchands de bois. Dans les années 1670, devenu toulousain d’adoption, il parcourt toujours les forêts du Languedoc, des hautes Pyrénées ou du Béarn avec dans les yeux les forêts feuillues qu’il avait tant de fois arpentées, en Picardie, durant sa jeunesse.

Haut de page

Notes

1 Arch. mun. Toulouse, ms. 672. Froidour est nommé « commissaire député par S[a] M[ajesté] pour la réformation générale des eaux et forêts au département de la grande maîtrise de Toulouse », en 1666, et placé à la tête de la grande maîtrise des Eaux et Forêts de Languedoc, en 1673. On trouvera un abrégé de sa carrière dans : Vié, « Dernières années et mort de Louis de Froidour », Bulletin de la Société archéologique du Midi de la France, 1912-1914, n° 42-43, p. 230-234 ; Christophe Chazot et Jean-Charles Rivière, « Louis de Froidour (1620/25-1685) », L’entraide généalogique du Midi toulousain, n° 39, 3e trimestre 2007, p. 41-42 ; Élisabeth Pauly-Charreyre, « L’activité de De Froidour en Languedoc au moment de la grande réformation », Revue forestière française, vol. XXIX, n° spécial Éléments d’histoire forestière, 1977, p. 41-48. L’essentiel de son œuvre réformatrice est présenté par Michel Devèze, La grande réformation des forêts royales sous Colbert (1661-1680), Nancy, École nationale des Eaux et Forêts, 1962, p. 137-168.

2 Au début du xviie siècle, les traités de Saint-Yon (Les édicts et ordonnances de rois, coutumes des provinces, réglemens, arrests et jugemens notables des eaues et forests, Paris, 1610) et de Durant (Edicts et ordonnances des eaues et forests, Paris, L’Angelier, 1614) sont encore de nature juridique. Les publications de Louis de Froidour, initialement destinées au personnel des maîtrises, se positionnent encore sur le terrain du droit forestier. Mais elles intègrent désormais des considérations techniques qui préfigurent les traités de sylviculture du siècle suivant : Instruction pour les ventes des bois du roi, Toulouse, 1678 ; Instruction abrégée pour les gardes des Eaux et Forêts, pêches et chasses du département de Languedoc, Guyenne, Béarn et Navarre, Toulouse, 1683 ; Ordonnances des Eaux et Forêts concernant les fonctions et devoirs des gardes, Toulouse, 1683.

3 Arch. dép. Aisne B 3563-3574.

4 Roman Amat, dans le Dictionnaire de biographie française, Paris, Letouzey et Ané, 1979, mentionne qu’il aurait été condamné en 1668 à 300 livres d’amende pour usurpation de noblesse, mais anobli peu après. Henri Jougla de Morenas, dans le Grand armorial de France, s. l., Société du grand armorial de France, 1939, t. 4, p. 73, indique bien qu’il a été anobli en 1653.

5 Arch. com. La Fère E 353/1 (1672-1684), déposées aux Arch. dép. Aisne.

6 Pierre Clément (éd.), Lettres, instructions et mémoires de Colbert, t. 4, Paris, Imprimerie impériale, 1867, réed. Nendeln (Liechtenstein), Kraus Reprint, 1979, p. 195 et 235.

7 Maxime de Sars, Le Laonnois féodal, t. 4, Paris, Champion, 1921, p. 229, 302, 406 et 453 ; Maximilien Melleville, Dictionnaire historique du département de l’Aisne, Laon, chez l’auteur ; Paris, Dumoulin, 1865, t. 1, p. 203 et 441, t. 2 p. 486.

8 Arch. dép. Aisne B 3563-3574. Pour la liste des officiers de la maîtrise de La Fère, voir Jérôme Buridant, Les espaces forestiers laonnois (début xviie-début xixe siècle) : hommes, environnement et paysages à l’époque pré-industrielle, Université de Paris IV-Sorbonne, thèse de 3e cycle, 1999, t. 3, dactyl., p. 833-837.

9 Arch. dép. Aisne B 3543.

10 Arch. dép. Aisne B 3564 et 3579.

11 Michel Stévenin, Les malheurs des temps et l’assistance en Champagne entre 1620 et 1660, Université de Reims Champagne-Ardenne, thèse, 1996, dactyl., t. 1, p. 44-104.

12 Jérôme Buridant, op. cit. , t. 1, p. 127-136.

13 Pour la trame chronologique, voir : Yves-Marie Bercé, La naissance dramatique de l’absolutisme, 1598-1661, Paris, Seuil, 1992, p. 125-200 ; Maurice Crubellier, « Un temps de guerres (1560-1660) », dans Histoire de la Champagne, Maurice Crubellier (dir.), Toulouse, Privat, 1975, p. 227-229 ; Pierre Deyon, « La Picardie, frontière du royaume (xvie-xviie s.) », dans Histoire de la Picardie, Robert Fossier (dir.), Toulouse, Privat, 1974, p. 255-260.

14 Jérôme Buridant, Espaces forestiers et industrie verrière, xviie-xixe siècles, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 77-82.

15 Arch. dép. Aisne B 744.

16 Bibl. mun. Toulouse, ms. 671.

17 Bibl. nat. Fr., ms. fr.

18 Arch. dép. Aisne B 3579.

19 Arch. dép. Aisne B 967 et 3579.

20 Bibl. mun. Toulouse, ms. 600.

21 Bibl. mun. Toulouse, ms. 600 et 671.

22 Jérôme Buridant, « Du “modèle” à la pratique : la gestion des peuplements caducifoliés dans la France moderne, xvie-xviiie siècle », dans Les forêts d’Occident du Moyen Age à nos jours, actes des XXIVe journées internationales d’histoire de Flaran, Andrée Corvol (dir.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2004, p. 203-220.

23 Arch. dép. Aisne B 948, 952, 3563, 3606.

24 Michel Devèze, op. cit., p. 87-96. Froidour est nommé le 12 septembre 1661, Bibl. mun. Toulouse ms. 671.

25 Bibl. mun. Toulouse, ms. 671.

26 Pierre Clément (éd.), op. cit., t. 4, p. 197-198.

27 Bibl. nat. Fr., mss., Cinq cents Colbert 249 ; Bibl. mun. Toulouse, ms. 671.

28 Bibl. mun. Toulouse, ms. 671.

29 Bibl. mun. Toulouse, ms. 600.

30 Bibl. nat. Fr., mss., ms. fr. 16686-16688 ; Bibl. nat. Fr., C&P, GE C-3189 (RES) ; Arch. dép. Oise Bp 10234-10238.

31 Procès-verbal de visite et règlement de la forêt de Cuise, mai 1664, Arch. Nat. O3800, cité par Monique Harlé d’Ophove, Une forêt des chasses royales : la forêt de Compiègne de la réformation de Colbert à la Révolution, Compiègne, Société historique de Compiègne, 1968.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Buridant, « Froidour avant Froidour : l’action de Louis de Froidour dans les forêts du nord de la France, 1651-1666 », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 15 mars 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://framespa.revues.org/2267 ; DOI : 10.4000/framespa.2267

Haut de page

Auteur

Jérôme Buridant

Professeur de géographie à l’université de Picardie-Jules-Vernes, laboratoire Edysan.
jerome.buridant@u-picardie.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org