Navigation – Plan du site
Forêts et sociétés dans la longue durée

La forêt domaniale de la Sainte-Baume : un espace exceptionnel et protégé en Provence

The National Forest of Sainte-Baume: An Exceptional Space and a Protected Forest in Provence
El monte del Estado de «la Sainte-Baume»: un espacio excepcional y protegido en Provenza
Martine Chalvet

Résumés

La forêt domaniale de la Sainte-Baume présente un écosystème et une histoire exceptionnels en Provence. « Forêt relique », lieu de pèlerinage et de tourisme, espace protégé actuellement géré par l’administration des Forêts, lieu d’étude pour les ingénieurs forestiers, les botanistes et les naturalistes, elle a suscité, comme la forêt de Fontainebleau, de nombreux débats aux xixe et xxe siècles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Philippe Bauby, « La forêt de la Sainte-Baume », Revue des Eaux et Forêts (REF), septembre 1930, (...)

1« Cette forêt est bien petite : elle n’a que 138 hectares. Mais sa renommée est grande »1. « Forêt vierge », « forêt relique », « forêt climax », « forêt primaire » ? Lieu de pèlerinage et de spiritualité, forêt exceptionnelle, admirée par les pèlerins, les visiteurs et les randonneurs, mais aussi par les botanistes, les naturalistes et les forestiers, la forêt domaniale de la Sainte-Baume a posé depuis plus de cent cinquante ans de nombreuses questions quant à sa protection et à son aménagement. Située dans le Var, à 30 kilomètres de Marseille, dans la commune du Plan d’Aups, sur le versant septentrional de la montagne de la Sainte-Baume qui s’étire sur 2 169 hectares avec des sommets qui atteignent 1 148 mètres, la forêt domaniale de la Sainte-Baume présente un cas riche d’enseignements pour l’histoire des forêts.

Figure 1 : Le massif de la Sainte-Baume près de Marseille.

Figure 1 : Le massif de la Sainte-Baume près de Marseille.

Carte réalisée par la DREAL PACA

2Son étude permet de mieux comprendre la mise en place et le maintien d’un écosystème particulier après les grandes glaciations du quaternaire mais aussi la vénération et la fascination que ce lieu suscite depuis le Moyen-Âge. Au-delà d’une analyse fondée sur la longue durée, cette forêt si particulière permet d’appréhender les perceptions et les imaginaires qui naissent au tournant des XIXe et XXe siècles sur le cas d’une forêt vue comme « vierge » par les élites urbaines ou d’une « forêt climax » pour les spécialistes. Enfin, comme la forêt de Fontainebleau, elle soulève de nombreux débats sur les complexes questions techniques de sa protection, de son entretien et de son aménagement.

Un écosystème exceptionnel

  • 2 A. Dugelay, « La hêtraie de la Sainte-Baume. Enseignement du passé, perspectives d’avenir », Revu (...)

3Pour les botanistes et les forestiers, la forêt domaniale de la Sainte-Baume est un modèle de « forêt relique », de « résidu fossile », un « vestige méridional d'une association végétale repoussée vers les régions nordiques lors du réchauffement intervenu au terme de la dernière phase des glaciations quaternaires »2. En effet, sur le flanc nord du massif, une faune et une flore, habituellement présentes dans les forêts plus septentrionales, se sont maintenues. Au-dessus de la partie basse peuplée de chênes, la partie haute recèle des peuplements rarissimes en Provence.

Figure 2 : Les chênes de la Sainte-Baume.

Figure 2 : Les chênes de la Sainte-Baume.

Cliché pris par Claude Dubure et publié dans la Revue le Chêne,
Jean-Marie Bocquentin, « Les forêts du Var », Revue le Chêne, forêts, chasse, pêche, tourisme, n° 12, 4e trimestre 1934, p. 4-34

Libre de droits.

4On y trouve des arbres ayant besoin du froid et de l’humidité ou d’une grande part d’ombre et notamment des hêtres, des ifs, des houx et des érables.

Figure 3 : Les hêtres de la Sainte-Baume.

Figure 3 : Les hêtres de la Sainte-Baume.

Cliché pris par Philippe Bauby et publié dans la Revue le Chêne,
Philippe Bauby, « Les forêts des Bouches-du-Rhône », Revue le Chêne, forêts, chasse, pêche, tourisme, n° 1, octobre 1931, p. 139-170.

Libre de droits.

  • 3 Idem.

5Ces peuplements serrés d’arbres ont permis d’entretenir une relative humidité propice au développement des mousses et des lichens et d’un abondant humus noir résultat de la décomposition d’un épais tapis de feuilles mortes. Les racines gardent ainsi une fraîcheur constante. D’autre part, la position de la hêtraie en ubac évite une sécheresse trop importante en été, et il semblerait qu'un microclimat entretenu par la forêt elle-même permette des précipitations suffisantes au maintien de la hêtraie. Cette forêt peuplée d’essences septentrionales forme un écosystème particulier extrêmement rare en région méditerranéenne. Ce « paradoxe »3 est d’autant plus surprenant lorsque l’on replace la forêt de la Sainte-Baume au sein de la totalité du massif montagneux. Le hêtre, l’if et l’érable contrastent alors avec une végétation méditerranéenne mêlant les garrigues, les genêts et le pin d’Alep. Sur l’ensemble du massif de la Sainte-Baume, deux écosystèmes différents mais voisins se sont mis en place. À côté de la forêt domaniale, on trouve une forêt sèche avec peu de mousses et de lichens sur les arbres et les rochers, peu de feuilles mortes sur le sol, presque pas d’humus sous ce maigre tapis car la sécheresse a nui à sa bonne formation. C’est une forêt ouverte au soleil et au vent et par conséquent plus exposée aux incendies.

6Des conditions naturelles bien particulières expliquent cette distinction. Nichée sur le flanc nord d’une chaîne montagneuse calcaire et blottie au pied d’une falaise abrupte d’une centaine de mètres, la forêt domaniale bénéficie de conditions écologiques exceptionnelles.

Figure 4 : La falaise et la forêt de la Sainte-Baume.

Figure 4 : La falaise et la forêt de la Sainte-Baume.

Cliché pris par Claude Dubure et publié dans la Revue le Chêne,
Jean-Marie Bocquentin, « Les forêts du Var », Revue le Chêne, forêts, chasse, pêche, tourisme, n° 12, 4e trimestre 1934, p. 4-34

Libre de droits.

  • 4 Idem.
  • 5 Ibid., p. 2.
  • 6 Idem.
  • 7 Idem.
  • 8 Idem.

7L’orientation septentrionale et le « puissant écran protecteur vertical »4 des barres rocheuses facilitent les condensations atmosphériques et tempèrent « les effets nocifs d'une excessive luminosité »5. Finalement, la forêt domaniale de la Sainte-Baume est plongée dans « une ambiance d'ombre et de fraîcheur »6. Les précipitations atmosphériques y atteignent de 900 à 1 000 millimètres par an, alors qu’elles ne s’élèvent qu’à 530 millimètres à la station de Marseille, distante d'une trentaine de kilomètres. Pour compléter cette atmosphère bien spécifique, « les brouillards s'y accrochent et persistent souvent » et « la neige y est fréquente en hiver »7. « L'état hygrométrique s'y maintient [donc] à un taux plus élevé que dans les régions avoisinantes »8. Cette humidité est d’autant plus grande que le massif de la Sainte-Baume est un véritable château d’eau dans la région. Il est parcouru par un réseau de rivières souterraines avec des résurgences importantes comme la Castelette au Plan d’Aups et plusieurs rivières y prennent naissance notamment l’Huveaune.

  • 9 Procès-verbal de l’inspecteur des Eaux et Forêts Poulemaire, Brignoles, 20 février 1882, cité par (...)
  • 10 Arch. dép. du Var, 7 P 51. Lettre au préfet du Var par Thomas Allègre, propriétaire de la forêt d (...)
  • 11 A. Dugelay, « La hêtraie de la Sainte-Baume… », art. cit., p. 2.

8L’ambiance d’ombre, d’humidité et de froid qui règne aux pieds des parois contraste avec le caractère xérothermique du versant sud exposé au soleil, à la lumière et à la sécheresse. À l’ubac plus montagnard s’oppose, sur l’adret, une végétation méditerranéenne bien connue. Au-delà de cette classique opposition, les officiers des Eaux et Forêts notent un aspect plus surprenant. Le Procès Verbal de 1882 relevait une ligne de démarcation Est/Ouest tout à fait reconnaissable, en ligne droite9. D’un côté, le bois privé était constitué de pins sylvestres, petits et moyens en mélange avec un taillis de chênes blancs et, sans transition, de l’autre côté, la forêt domaniale était caractérisée par un peuplement serré de hêtres d’une grande hauteur. Certes, la forêt des Béguines à l’est et la forêt du domaine de Saint-Cassien à l’ouest ne bénéficient plus de la protection de la grande barre rocheuse qui offre aux peuplements ombre et fraîcheur. Ceci dit, ce sont surtout les usages des bois qui permettent d’expliquer cette rupture dans les écosystèmes. À l'est de la forêt domaniale, sur 400 hectares environ, la forêt des Béguines a été autrefois un espace de pâture et d’exploitation sylvicole produisant du bois de chauffage et du charbon de bois10. À l'extrémité orientale de la haute chaîne, dans le domaine privé de Saint-Cassien, le bois a aussi été soumis au pâturage, c'est-à-dire aux prélèvements et aux piétinements du bétail, au passage régulier du feu, avec l’utilisation des écobuages, et à des coupes suivant des révolutions très courtes. Placé dans ce contexte d’exploitation, le couvert arbustif a été moins développé. Les arbres plus sensibles à la lumière ont prospéré et le sous-bois plus sec s’est répandu. À l’inverse, la forêt de la Sainte-Baume a été peu exploitée. Pendant plusieurs siècles, elle est restée relativement protégée de la dent des troupeaux et des coupes. Là encore, les facteurs naturels et anthropiques se sont combinés dans le maintien d’un écosystème extrêmement rare en Provence. La « seule ambiance naturelle, propice au maintien de la hêtraie, n'aurait pu suffire […] à assurer de longue date sa pérennité si d'autres facteurs, à vrai dire exceptionnels eux aussi, […] n'avaient joué »11.

Une protection exceptionnelle

  • 12 Arch. dép. du Var, 7 PP, art. 83. Procès-verbal descriptif du bois de la Sainte-Baume dressé par (...)

9Le massif forestier de la Sainte-Baume occupe une situation en apparence très avantageuse pour l’exploitation des produits de la forêt. À 22 km de la côte méditerranéenne et relativement proche de Marseille (30 km) et d’Aix, les richesses naturelles des bois auraient dû être fortement exploitées. Pourtant, dans le cas de la future forêt domaniale de la Sainte-Baume, il n’en fut rien. En effet, la région du Plan d’Aups, relativement peu peuplée, est restée isolée, entourée de pentes escarpées avec de mauvais chemins qui ne facilitaient pas l’évacuation des produits forestiers12. D’autre part, cette forêt bien particulière a été extrêmement protégée comme lieu de culte.

  • 13 Jean de Joinville, Vie de saint Louis, Paris, Garnier, Classiques, réed. 1995.
  • 14 Jacques Ravat, Récit du pèlerinage du roi Louis XIII à la Sainte-Baume et de son entrée triomphan (...)
  • 15 Père Vincent Reboul, Le pèlerinage de St Maximin et de la Sainte-Baume, Aix-en-Provence, Garcin, (...)

10Si l’on en croit la tradition, Marie-Madeleine fuyant les persécutions se serait rendue aux Saintes-Maries-de-la-Mer, puis après avoir évangélisé la Provence, se serait retirée dans cette « solitude boisée » pour y passer le reste de ses jours, soit une trentaine d’année, dans la pénitence et la contemplation. La grotte qui lui aurait servi d’abri (Baoumo en provençal) a alors été appelée Sainte-Baume et a été vénérée par les populations christianisées. Dans le contexte du vaste mouvement médiéval de retraite spirituelle au sein d’espaces très isolés, les moines de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille, puis les Dominicains, fondèrent un prieuré, puis un couvent, dans ce « désert forestier ». La grotte devint alors un lieu de culte extrêmement honoré. Au Moyen Âge, elle attirait les papes, les rois, les croisés et les pèlerins13. À l’époque moderne, elle recevait la visite de François Ier, Charles IX, Henri IV, Louis XIII14, Anne d’Autriche et Louis XIV15.

  • 16 Émission d’Emmanuel Laurentin sur France culture, « La Fabrique de l’Histoire » consacrée à « la (...)
  • 17 Cet historique apparaît dans le procès-verbal du 20 février 1882, op. cit.
  • 18 Idem.
  • 19 Idem.

11Ce succès valut au prieuré de nombreuses donations, mais surtout une protection de ses « solitudes boisées ». Dès le Moyen-Âge, le bois entourant la grotte devenait une foresta, c’est-à-dire un espace réservé et protégé de toute exploitation des paysans16. Plus tard, ces interdictions d’exploitation ont été sans cesse renouvelées. En 1403, le comte de Provence, Louis II, reprenait la défense anciennement faite de chasser dans la forêt de la Sainte-Baume, d’y couper du bois et d’y faire paître les troupeaux sous peine de payer 10 livres de couronnats17. En 1538, François Ier mettait la forêt sous sa « sauvegarde royale » et réitérait les prohibitions « à l’égard de tous arbres pour quelque cause que ce fût »18. En 1564, Charles IX interdisait à ses capitaines « de couper du bois pour faire des galères, navires et autres vaisseaux de mer et prescrivait de laisser intacte toute la forêt de la Sainte-Baume pour la décoration du lieu où de toutes parts y abondent personnes »19.

12Accordée sur une très longue durée, cette protection du massif proche de la grotte lui a évité d’importantes transformations tout en préservant un écosystème original en Provence. Ceci dit, la forêt de la Sainte-Baume n’est pas restée à l’état de « forêt vierge ». Ce constat se lit à la fois dans les paysages et dans les archives.

13À l’intérieur même de la forêt domaniale de la Sainte-Baume, on peut séparer différentes zones paysagères. Les parties les plus élevées sont peuplées de hêtres, d’ifs et d’érables alors que les parties basses sont composées de chênes et non plus d’essences d’ombre. Là encore, les facteurs naturels ont pu jouer. L’altitude mais aussi la situation des peuplements par rapport à la protection des barres rocheuses ont modifié les écosystèmes. D’un autre côté, les archives témoignent aussi de l’existence d’une exploitation anthropique dans certains secteurs forestiers. S’étalant sur une très longue durée, du Moyen-Âge à nos jours, la protection des bois proches de la grotte et du prieuré n’a pas été totale et continue. Le renouvellement à plusieurs reprises des mesures de protection des bois montre bien qu’elles n’étaient pas toujours observées. Les prescriptions du xvie siècle, notamment, semblent indiquer que des coupes auraient été pratiquées pour alimenter les chantiers navals. D’autre part, les religieux du prieuré et de l’ancien couvent ont aussi exploité le bois pour leur propre alimentation en bois d’œuvre et en bois de chauffe en utilisant un sentier encore visible de nos jours. Enfin, le long de l’ancien chemin qui se dirige vers Nans et vers les divers centres de population, des exploitations délictueuses, et par conséquent peu prudentes, auraient eu lieu à diverses époques et notamment pendant la période révolutionnaire.

  • 20 A. Dugelay, « La hêtraie de la Sainte-Baume… », art. cit., p. 5.
  • 21 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. Procès-verbal descriptif du bois de la Sainte-Baume, 22 septembr (...)
  • 22 Philippe Bauby, « La forêt de la Sainte-Baume », art. cit., p. 700.

14Avec la chute de la royauté, les différentes protections de la forêt furent remises en cause. Sous la Révolution, le couvent fut détruit et on pratiqua « des exploitations désordonnées »20 tout en respectant un bon nombre de vieux arbres dont on voyait encore, à la fin du xixesiècle, les restes sur pied. Dans le procès-verbal de 1814, les agents décrivent, le long des voies de pénétration du massif et sur les espaces les mieux desservis, des cantons de taillis, de friches, de terrains incultes et de pâtures. En revanche, pour les parties plus hautes et isolées, ils relèvent des futaies composées de hêtres, d’ifs, de chênes et d’ormeaux avec des peuplements souvent âgés de plus de 100 ans. L’exploitation du bois dans la partie basse a donc favorisé le développement des essences de lumière et le chêne, notamment, s’est fortement déployé au détriment du hêtre21. Dès le xixesiècle, les officiers des Eaux et Forêts notaient déjà ce constat : « les conditions naturelles ne paraissent être pour rien dans cette répartition du chêne et du hêtre »22. Les peuplements de chêne témoignent de l’existence d’une partie de la forêt plus domestiquée que l’autre.

Une forêt au cœur des polémiques

  • 23 Arch. dép. du Var, 7P 51. Extrait du conseil d’arrondissement de Brignoles lors de la 1e session (...)
  • 24 Arch. dép. du Var, 7 P 51. Lettre du ministre des Finances au préfet du Var, du 20 décembre 1820. (...)
  • 25 Arch. dép. du Var, 7 P 51. Observations sur la forêt de la Sainte-Baume comprise dans les états d (...)
  • 26 A. Dugelay, « La hêtraie de la Sainte-Baume… », art. cit., p. 6.
  • 27 Idem.
  • 28 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. Instruction de l’inspecteur des Forêts de Brignoles au garde gén (...)

15Confisquée aux religieux pendant la Révolution, la forêt de la Sainte-Baume a posé la question de sa propriété et de son exploitation. En 1820, un projet d’aliénation fut repoussé par les autorités religieuses et civiles23. Finalement, cette prestigieuse forêt devint un bien domanial et le ministre des Finances mit un terme à son exploitation24. Ceci dit, la question de la mise en valeur des produits forestiers est restée ouverte au xixesiècle. Comprenant que l’aliénation lui rapporterait beaucoup moins que l’exploitation, le ministère des Finances avait bien renoncé à vendre cette forêt si singulière, mais non à en tirer partie avec la coupe « de ses arbres d’un mètre de circonférence et au-dessus qui sont rares dans la contrée [et] doivent présenter pour la vente les chances les plus avantageuses »25. Dès 1838, l'administration forestière pratiqua des coupes de « desserrement, désignées coupes d'arbres, coupes de futaie, coupes de taillis avec réserves de semis, de baliveaux, de brins de certaines dimensions, avec nettoiement et éclaircies du sous-bois »26. Mais les autorités civiles et religieuses obtinrent la suspension de ce type d’exploitation par une décision ministérielle du 12 mai 185827. Les Eaux et Forêts se limitèrent alors à extraire les arbres morts ou dépérissants. Quelques vingt ans plus tard, conformément aux dispositions du procès-verbal d'aménagement du 20 février 1882 prorogé en 1892, l’administration put pratiquer l’« extraction d'arbres morts ou complètement dépérissants », mais aussi des coupes de régénération avec « des éclaircies en dix années et par coupes annuelles sensiblement égales »28. Là encore, l’opinion publique fit pression et obtint la suspension de ces aménagements.

16Au xxe siècle, la question rebondit avec de nouveaux acteurs prônant des perceptions et des usages des bois inédits. Depuis le mouvement romantique mais aussi l’industrialisation et l’urbanisation, l’arbre s’était paré de toutes les vertus et la forêt de toutes les beautés. Conçu comme un ornement et un ami, le bois n’était plus considéré en fonction de sa seule utilité dans la vie quotidienne comme élément de chauffage, d’éclairage ou de construction. Désormais, ce que l’on aimait en lui n’était plus qu’il soit utile ou rentable mais justement qu’il échappe à l’avidité et à la volonté de profit. À travers la protection de la sylve, on cherchait à préserver la beauté de la nature et de l’ensemble du paysage.

17À ce titre, la forêt domaniale de la Sainte-Baume apparaissait bien particulière. Peuplée de vieux hêtres et de vieux chênes, elle attirait le respect et l’admiration des populations. Dans ces nouvelles perceptions, la coupe de ses « ancêtres » majestueux et splendides était ressentie comme une véritable douleur, une meurtrissure. « Forêt relique », envisagée comme l’héritage d’un lointain passé, elle était contemplée en opposition à la vision négative des paysages issus de l’industrialisation et de l’urbanisation. Elle était devenue le symbole d’un passé perdu qu’il faudrait absolument conserver. Imaginée comme une « forêt vierge », elle figurait aussi un espace « préservé » de l’action « néfaste » des hommes et devint un véritable modèle de l'équilibre naturel et de l’harmonie d’un monde sans homme. Contrairement à la vision défendue par les Eaux et Forêts, elle ne devait donc pas être entretenue et les vieux arbres ne devaient pas être coupés.

  • 29 A. Dugelay, « La hêtraie de la Sainte-Baume… », art. cit., p. 6.

18Conscientes de l’importance de ce « monument historique »29, différentes associations de défense des forêts, comme la Société Forestière Provençale, le Chêne, (créée en 1909), ou de développement du sport, comme le Club Alpin Français (CAF, 1875) et les Excursionnistes Provençaux (1892), ou encore de promotion du tourisme comme le Touring Club de France (TCF, 1890) menèrent une active propagande en faveur de la protection de la Sainte-Baume, du tourisme et des excursions. Dans leur logique, cet exemple édifiant devait susciter l'admiration, mais aussi l'amour et la protection des arbres.

  • 30 En 1931, le TCF organise une tournée forestière dans le delta du Rhône avec la participation de C (...)
  • 31 André Micoud (dir.), Des hauts lieux ; la construction sociale de l’exemplarité, Paris, Edition d (...)
  • 32 Franck Tavernier, Guides illustrés de Provence. La Sainte-Baume et sa région, Marseille, 1914, Ge (...)
  • 33 Arch. dép. du Var, 7 P 51. Lettre du président de la section marseillaise du CAF, novembre 1920. (...)
  • 34 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. En octobre-décembre 1946 puis en juin-août 1948, les Eaux et For (...)

19À travers l'organisation de rencontres et de voyages d’étude30 ou la publication de guides illustrés, ces « amis de la forêt » et ces promoteurs du tourisme commencèrent à construire une représentation idéale d’un « haut lieu »31, en proposant des commentaires mais aussi des plans, des illustrations et des itinéraires spécifiques32. Sur le terrain, ces associations soutenues par l’administration mirent en valeur la prestigieuse forêt et son massif montagneux. À travers un réseau de chemins et de signalisations, doublé de la construction d’une table d’orientation, les aménageurs proposaient le paysage comme un véritable spectacle33. À 30 kilomètres de Marseille, avec son prieuré, ses hautes falaises, ses hêtres et ses chênes centenaires, la forêt de la Sainte-Baume était devenue un cadre paysager enchanteur, sublime, pittoresque et grandiose. Au-delà des pèlerinages, ce site se transforma vite en lieu touristique attirant une foule croissante de randonneurs et de visiteurs venus admirer et aimer le témoignage exceptionnel d’une nature préservée34.

20Cette nouvelle optique esthétique et affective s’intégrait parfaitement aux modalités des politiques de protection des monuments historiques et naturels nées dans la première moitié du xxe siècle. Le 22 avril 1942, la Société Linéenne de Provence, présidée par Henri Pratt, professeur à la Faculté des Sciences de Marseille, demandait la création d’un parc national qui « formerait un domaine d’un très haut intérêt à la fois scientifique, historique et touristique », englobant l’actuelle forêt domaniale et les terrains avoisinants sur une superficie totale de 2 600 hectares.

Figure 5 : Croquis du projet de parc national de la Sainte-Baume, exécuté sur un claque par Henri Pratt, professeur à la Faculté des Sciences de Marseille et président de la Société Linnéenne de Provence.

Figure 5 : Croquis du projet de parc national de la Sainte-Baume, exécuté sur un claque par Henri Pratt, professeur à la Faculté des Sciences de Marseille et président de la Société Linnéenne de Provence.

Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83, dossier sur le projet de Parc National de la Sainte-Baume. Lettre de M. Pratt, président de la Société Linnéenne de Provence adressée au secrétaire d’État, Max Bonnafous, lettre du 22 avril 1942.

Libre de droits.

  • 35 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. Dossier sur le projet de Parc National de la Sainte-Baume. Lettr (...)
  • 36 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. Arrêté du ministère de l’Éducation Nationale, Direction générale (...)

Appuyé par l’administration des Forêts, le projet ne verra jamais le jour35. Par arrêté du 31 juillet 1945, « la forêt, la falaise et les crêtes de la forêt de la Sainte-Baume sur les communes du Plan d’Aups et de Riboux [étaient] inscrits sur l’inventaire des sites légendaires ou pittoresques du Var »36.

Figure 6 : La sainte-Baume : un site inscrit sur l’inventaire des sites légendaires ou pittoresques du Var

Figure 6 : La sainte-Baume : un site inscrit sur l’inventaire des sites légendaires ou pittoresques du Var

Carte réalisée en avril 2011 par la DREAL PACA

  • 37 Par l’article 4 de la loi du 2 mai 1930 modifiée par la loi du 27 août 1941, l’inscription n’entr (...)

21Différente d’un classement, cette décision n’entravait guère les activités des propriétaires mitoyens de l’espace domanial. Ces derniers restaient libres de pratiquer les exploitations courantes en Provence : coupes, pâturage, maintien des taillis avec des révolutions de 17 à 25 ans37.

  • 38 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. Lettre du Directeur Général des Eaux et Forêts, Charles Colomb, (...)
  • 39 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. Avis du conservateur des Eaux et Forêts de Nice, A. Dugelay, au (...)
  • 40 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. Lettre de l’inspecteur principal, Roger Ducamp, au Directeur Gén (...)

22Déçus, les officiers des Eaux et Forêts jugèrent ces mesures insuffisantes. Bien au-delà d’une simple inscription, ils souhaitaient protéger l’espace domanial en intervenant sur les bois avoisinants. Avec ses 138 hectares, la forêt de la Sainte-Baume leur semblait trop petite pour résister aux dégradations des propriétés voisines notamment les incendies, les coupes et le pâturage. En 1944, le Directeur Général des Eaux et Forêts, Charles Colomb souhaitait classer ces bois mitoyens comme forêts de protection, voire si possible racheter les terrains38. De son côté, A. Dugelay, conservateur à Nice, réclamait « une interdiction formelle et absolue d’exploiter dont il est nécessaire que bénéficie l’ensemble du massif de la Sainte-Baume »39. Dans le même sens, l’inspecteur principal Roger Ducamp se montrait « favorable à toute mesure qui tendra à sauver les boisements de la région contre le découvert, l’incendie, les lotissements, les exploitations minières et le tourisme non contrôlé »40.

  • 41 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. Différents dossiers témoignent de ces exploitations. Avis du con (...)
  • 42 Arch. dép. du Var, 1790 W art. 48. Rapport de Roger Millo, ingénieur des Travaux, Brignoles, 28 o (...)
  • 43 Arch. dép. du Var, 1790 W art. 48. Lettre au conservateur des Eaux et Forêt à Nice de Mme Jean Ro (...)

23À l’impossibilité de classer ces terres privées comme forêts de protection et au manque de crédits s’ajouta l’opposition des propriétaires hostiles à abandonner la gestion de leur bois. Jusque dans les années 1950-1960, les espaces boisés étaient encore exploités et les Eaux et Forêts recevaient même des demandes d’autorisation de pâturage et de coupes extraordinaires dans les bois limitrophes41. À partir des années 50, ces pratiques commencèrent à décliner. Dans le cadre des dispositions prévues dans l’aménagement du périmètre de restauration de l’Huveaune à Plan d’Aups, l’État, par l’administration des Eaux et Forêts, a pu procéder à l’acquisition du Domaine des Beguines (380 ha)42. Toutefois, certains propriétaires domiciliés à Marseille désiraient conserver « l’entière propriété » d’un « lieu plaisant », d’un « petit bois plein d’ombre et de fraicheur »43. Au-delà de l’exploitation rurale, les terrains de la Sainte-Baume étaient devenus un enjeu spatial dans le vaste mouvement des résidences secondaires.

24Désormais intégrée dans la gestion totale du massif de la Sainte-Baume, la sauvegarde de la forêt domaniale touchait les intérêts multiples des communes, des exploitants agricoles et des propriétaires urbains. La problématique des politiques de protection des paysages dépassait la simple question de la défense d’un « monument historique », aussi prestigieux soit-il, pour toucher à la question du développement local et régional.

  • 44 Non classée, la forêt de la Sainte-Baume est tout de même inscrite sur l’inventaire des sites lég (...)

25Contrairement aux sites provençaux de la Sainte-Victoire, des Gorges du Verdon, des Calanques ou de l’Esterel, le classement de la forêt domaniale de la Sainte-Baume ne sera pas obtenu44.

Figure 7 : Classement du massif de la Sainte-Baume en Site d’Importance Communautaire

Figure 7 : Classement du massif de la Sainte-Baume en Site d’Importance Communautaire

Carte réalisée en octobre 2011 par la DREAL PACA

  • 45 Site http://www.ecomusee-saintebaume.u-3mrs.fr (juillet 2012). Le site de l’écomusée met en ligne (...)
  • 46 Idem. En février 1997, le ministère lance la procédure avec des études pour la délimitation du pé (...)
  • 47 Site http://opnr.fr (juillet 2012), l’OPNR (Objectif PNR, association pour la création du parc na (...)
  • 48 Rapport du Président du Conseil Régional : projet de création d’un parc naturel régional sur le t (...)
  • 49 Site http://opnr.fr (juillet 2012), l’OPNR met en ligne une partie de la réponse de la préfecture (...)
  • 50 Idem.

26En novembre 1996, les associations locales se sont de nouveau mobilisées pour le réclamer45 et en février 1997, le ministère a entamé une procédure46. Mais, là encore, le dossier a été abandonné et le massif n’est toujours pas classé. En juin 2011, les associations ont relancé le ministère47. Cette fois, elles espèrent obtenir gain de cause dans un contexte local et national inédit. En effet, évoqué dès les années 1988-89, un projet de parc naturel régional a été voté le 10 juillet 2009. Il englobera 28 communes sur 108 000 hectares entre Aubagne et Brignoles et sera connecté au parc national des Calanques par des corridors écologiques48. Désormais, la préfecture de région souhaite que le projet de classement du massif fasse « partie intégrante de la réflexion relative au projet de parc naturel régional »49. Ceci dit, le dossier progresse lentement. Il a fallu attendre le 17 mars 2012, pour obtenir la constitution du Syndicat Mixte de Préfiguration du futur PNR de la Sainte-Baume qui établira une charte, étape cruciale avant d’obtenir un décret de création du parc50.

  • 51 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. De nombreux dossiers évoquent les demandes des professeurs Laure (...)
  • 52 La forêt de la Sainte-Baume a donné lieu à de nombreuses publications de la part de tous ces aute (...)

27S’étendant sur les deux départements des Bouches-du-Rhône et du Var sur une superficie de 45 000 hectares, regroupant neuf municipalités, avec de nombreuses propriétés communales et privées, le massif de la Sainte-Baume ne pouvait facilement faire l’objet d’une politique concertée de protection. En-deçà de cet objectif ambitieux, la question même de l’entretien des 138 hectares de forêt domaniale faisait débat. Au-delà de la sauvegarde d’un paysage et d’un « monument historique », il s’agissait de conserver des richesses végétales et faunistiques incomparables. Dans cette optique, l’aménagement de la forêt de la Sainte-Baume posait de nombreuses questions aux scientifiques et aux forestiers. Ayant eu en charge la forêt domaniale de la Sainte-Baume, de nombreux conservateurs et inspecteurs comme Jean Salvador, Philippe Bauby, A. Dugelay, Philibert Guinier, P. Hervé se sont interrogés sur ses écosystèmes mais aussi sur sa gestion et son avenir. En lien avec l’administration forestière51, les botanistes locaux comme Émile Decrock, François Kieffer, Louis Laurent, Émile Liautard, Henri Pialot, René puis Roger Molinier, mais aussi de célèbres botanistes comme Charles Flahaut et Josias Braun-Blanquet, ont cherché à comprendre le maintien exceptionnel du hêtre en région méditerranéenne52.

  • 53 Pierre George, « Les sols et les forêts en région méditerranéenne d'après quelques travaux récent (...)
  • 54 Idem.
  • 55 Henri Gaussen, « Les arbres méditerranéens », REF, juin 1941, p. 397-412 et p. 488-505.

28Dans les années 30, la notion de « forêt climax » a été fortement développée. Dans les classifications établies, ces formations originelles correspondraient à des types « évolués ». Contrairement aux peuplements actuels, elles n’auraient pas encore connu de « dégradation ». Pour remonter à cette époque lointaine, les spécialistes des années 30 ont défini un modèle de l'altération progressive de cette composition d'origine jusqu’aux maquis et aux garrigues. Dans les analyses des scientifiques, la sylve primitive « ressemblait aux forêts de l'Europe moyenne, avec ses hêtraies et ses chênaies fraîches abritant un sous-bois de ronces et de plantules amies de l'ombre »53. À l'inverse, « la forêt créée par le travail de l'homme » serait « une forêt chaude au sous-bois ensoleillé et xérophile »54. Témoignages de cette évolution, « la Sainte-Baume » représenterait « la forêt primitive », « la forêt des Maures » serait « la forêt secondaire », tandis que « le maquis » constituerait « la brousse » enfin, « les Corbières » ressembleraient « presque au désert »55.

  • 56 Philippe Bauby, « La forêt de la Sainte-Baume », art. cit., p. 703.
  • 57 Philippe Bauby, « La forêt de la Sainte-Baume », art. cit. ; A. Dugelay, « Le reboisement dans la (...)

29Dans cette perspective, l'observation de « la forêt primitive de la Sainte-Baume » était considérée comme une « grande leçon »56. Parée de toutes les vertus, la « forêt climax » fut présentée comme le véritable remède pour faire revivre la forêt méditerranéenne. Dans l'esprit des forestiers, elle était devenue l'exemple vivant d'un passé qu'il paraissait alors possible de conserver, voire de recréer57.

30Ces réflexions posèrent à nouveau la question du statut et de l’aménagement de la forêt de la Sainte-Baume. Fallait-il distraire ces bois de manière radicale de toute intervention anthropique et surtout de tout aménagement, voire même d’une action d’entretien ? Au contraire, fallait-il pour maintenir l’écosystème en l’état, intervenir, pratiquer des coupes d’entretien et de régénérescence ? Finalement, fallait-il créer une réserve naturelle, c'est-à-dire un lieu totalement interdit au public, un lieu d’étude des écosystèmes évoluant en dehors de toute action anthropique ? Fallait-il opter pour la mise en place d’une politique de protection moins contraignante ?

  • 58 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. Lettre du Directeur Général des Eaux et Forêts, Charles Colomb, (...)
  • 59 Jean Goberx, « Le Forestier et la nature », Unasylva, vol. 1, n° 3, nov.-déc. 1947 ; Jean Piroton (...)
  • 60 P. Hervé « La forêt domaniale de la Sainte-Baume (Var). Problèmes posés par sa gestion », RFF, se (...)

31Lieu de pèlerinage et de visite, la forêt domaniale de la Sainte-Baume ne pouvait être transformée en réserve intégrale. D’ailleurs opposée à cette idée, une grande partie de l’administration des Eaux et Forêts défendait la thèse d’une sylviculture plus active. Sur le terrain, le service forestier poursuivait sa stratégie d’entretien. Approuvé par le décret du 15 juin 1934, puis par un règlement d’exploitation du 27 juin 1934, l’aménagement prévoyait le passage des coupes dans chaque parcelle tous les 10 ans et la régénération par trouées. Ce type d’intervention fut d’ailleurs maintenu après guerre58 et la forêt domaniale de la Sainte-Baume devint pour les forestiers « une réserve de reconstitution forestière »59. À l'abri des exploitations ordinaires, les peuplements pouvaient tout de même être aménagés en vue de reconstituer les secteurs dégradés mais aussi de sauvegarder et de développer la hêtraie. In fine, il s’agissait « de rechercher les moyens aptes à maintenir et si possible à étendre davantage un peuplement relique miraculeusement conservé grâce à son caractère sacré, et infiniment précieux par les associations non seulement végétales mais également animales qui en font partie et qu’il abrite »60.

  • 61 P. Hervé « La forêt domaniale de la Sainte-Baume… », art. cit.,p. 558.
  • 62 Philippe Bauby, « La forêt de la Sainte-Baume », art. cit., p. 700.

32Dans cet objectif, de nombreux ingénieurs posaient « la grave question  […] de savoir si le libre jeu des forces naturelles ne risquerait pas d’entraîner une évolution régressive ou d’aboutir à des substitutions d’essence indésirables »61. Dès les années 1930, Philippe Bauby, soulignant que « l'if est plus abondant au milieu des hêtres que des chênes », prévoyait que dans un ou deux siècles, la forêt de la Sainte-Baume serait une forêt d'ifs si l'homme n'intervenait pas62.

  • 63 A. Dugelay, « La hêtraie de la Sainte-Baume… », art. cit., p. 2.
  • 64 Arch. dép. du Var, 1790 W art. 48. Les Eaux et Forêts autorisent la levée de menus produits, nota (...)
  • 65 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. Lettre du Directeur Général des Eaux et Forêts, Charles Colomb, (...)
  • 66 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. Lettre de René Molinier à l’inspecteur des Eaux et Forêts de Bri (...)

33Au cours des années 1950, ce débat est à nouveau ressorti autour du problème « délicat » de « la conservation et de l'équilibre de la hêtraie ». Comme le notait A. Dugelay, « depuis plusieurs décades, son vieillissement progressif, autant que la prolifération d'autres essences qui, telles l'if et le houx, envahissent le sous-étage à l'ombre du hêtre et tendent à se substituer à lui, sont devenus en divers cantons de sérieux sujets de préoccupation »63. Sur le terrain, les agents observaient, eux aussi, la progression des ifs et des houx doublée d’une régénération naturelle insuffisante du hêtre. Pour pallier ces problèmes, les Eaux et Forêts fermaient les yeux sur les coupes de houx et d’ifs par les promeneurs et par les marchands de décoration au moment de Noël64. Dans une sylviculture plus active, ils prônaient surtout le retrait des arbres morts, la coupe des arbres dépérissants accompagnée d’éclaircies, voire même l’installation d’une pépinière pour produire du hêtre de « race locale »65. Sur tous ces points, ils recevaient l’appui de botanistes de renom. René Molinier, par exemple, proposait de créer des clairières dans la hêtraie « en éliminant de vieux arbres par petites tâches ». À l’est et à l’ouest de la forêt domaniale, sur des pentes couvertes de pins sylvestres, il conseillait de développer le chêne pubescent et « ses satellites habituels, (érable à feuille d’obier, érable champêtre, érable de Montpellier, tilleuls et sorbiers) ». Dans « le bas des pentes », il évoquait même l’introduction « du Cèdre (?) et surtout du pin noir, mais en mélange avec le pin sylvestre et le chêne blanc »66.

  • 67 P. Hervé, « La forêt domaniale de la Sainte-Baume… », art. cit.,p. 560.
  • 68 Arthur Khndzorian Iablokoff, « Le rôle hygrométrique des arbres morts dans l'équilibre thermo-dyn (...)
  • 69 P. Hervé, « La forêt domaniale de la Sainte-Baume… », art. cit.,p. 561.

34D’un autre côté, de nombreux naturalistes préconisaient que l’enlèvement des bois morts, soit sur pied, soit pourrissant sur place, ne soit « qu’exceptionnel car d’une manière générale la présence des vieux arbres morts sur pied ou gisant est indispensable au milieu très spécial que constitue la forêt »67. Arthur Khndzorian Iablokoff faisait, par exemple, ressortir le très grand rôle des arbres morts dans l’équilibre biologique des forêts, ainsi que dans leur équilibre thermodynamique68. Enfin, « dans le cadre d’un peuplement relique », les différents scientifiques soulignaient le rôle des « microorganismes, champignons, insectes… qui se succèdent au fur et à mesure du dépérissement des arbres et des différents stades de décomposition du bois mort […] », mais aussi des « porte-graines après leur mort dans la formation de l’humus et dans le développement des jeunes plants »69.

  • 70 Idem.
  • 71 Ibid., p. 562.
  • 72 Ibid., p. 563.

35Dans les années 50, les débats mis en avant par la Revue Forestière Française posaient une question centrale pour les spécialistes. Tous étaient d’accord pour conserver un milieu exceptionnel. Mais, au-delà de cet accord, que fallait-il conserver ? Devait-on garder les hêtres et veiller à leur reproduction ? Devait-on se préoccuper de la faune entomologique ? De l’Anthaxia midas Kiesw par exemple ? Dans ce débat, quelques ingénieurs des Eaux et Forêts défendaient justement leur position de techniciens non spécialisés dans une discipline précise affirmant que pour gérer un tel massif, « il n’est pas possible de tenir compte du point de vue du botaniste sans s’occuper de celui de l’entomologiste, du mycologue ou du pédologue qui ont aussi leur mot à dire, ainsi d’ailleurs que des observations et remarques climatiques et surtout microclimatiques »70. Pour eux, « il y a donc lieu de tenir compte de tous les éléments mais non pas d’en choisir certains (végétaux) et d’éliminer les autres (animaux). Ces derniers sont plus cachés et plus difficiles à déceler mais ils peuvent se révéler féconds en enseignements, peu aptes, il est vrai, à être mis à la portée du grand public et, de toutes façons, ils concourent à l’équilibre biocénotique de l’ensemble »71. Dans sa gestion, le forestier devrait ainsi agir « avec prudence en évitant toute initiative susceptible d’avoir des conséquences funestes. Par exemple l’introduction d’éléments étrangers (essences ou même semences d’espèces existantes mais provenant d’autres stations), l’enlèvement massif des arbres morts ou tarés, la lutte chimique contre une invasion temporaire d’insectes nuisibles »72.

  • 73 Arch. dép. du Var, 1790 W art. 48. Rapport de Roger Millo, ingénieur des Travaux, Brignoles, 28 o (...)

36Sur le terrain, l’administration forestière n’a pas entièrement tenu compte de toutes les remarques des naturalistes. Dans les faits, elle a pratiqué une sylviculture active dans le but de régénérer et de préserver la hêtraie. Sur le domaine des Beguines (380 ha) acquis par l’État en 1955, l’ingénieur des travaux de Brignoles proposait « de faire des dégagements méthodiques et progressifs [qui] permettront de conduire le taillis à l’état de futaie sur souche ». Ce programme s’accompagnait aussi d’enrichissements en feuillus dans la moitié sud et en résineux sur les parties dénudées grâce à la création d’une pépinière. Ces travaux avaient « pour but de faciliter et aider la nature, à l’effet de créer un peuplement dense et élevé, susceptible d’assurer à la hêtraie la protection naturelle nécessaire »73.

  • 74 Arrêté du 2 avril 1973 qui classe les 138,2 ha de la forêt domaniale de la Sainte-Baume comme une (...)

37Quelque vingt ans plus tard, l’ONF prônait toujours un aménagement en futaie jardinée. En 1972, les techniciens forestiers entreprirent une description précise de toutes les parcelles de la forêt domaniale en évoquant, pour chacune, les aménagements et les classements souhaitables. Dans de nombreux secteurs, ils constataient toujours l’envahissement du houx et des ifs. Ils déploraient encore une régénération naturelle insuffisante des hêtres et recommandaient des coupes d’éclaircies, voire, parfois, le recours à des semis. Suite à ces avis techniques, la forêt domaniale de la Sainte-Baume devint, en 1973, une réserve biologique domaniale dirigée74. Différente de la réserve biologique intégrale qui laisse cours à la dynamique spontanée des habitats, la réserve biologique dirigée devait permettre d’assurer la conservation d'habitats naturels ou d'espèces remarquables requérant une gestion conservatoire active. La question du type de réserve avait été finalement tranchée par l’ONF et par les ministères en charge de l’environnement et de l’agriculture.

Conclusion

38Lieu de pèlerinage, de randonnée et de visite mais aussi lieu d’études scientifiques pour les botanistes, les naturalistes et les forestiers, la forêt domaniale de la Sainte-Baume recèle un écosystème exceptionnel, relique de l’ère glaciaire. Avec ses essences d’ombre, hêtres et ifs, ses mousses et ses lichens, son humus fertilisant et son humidité, elle s’oppose aux forêts sèches, ouvertes au soleil et au vent, habituellement présentes en milieu méditerranéen. Fruit des conditions naturelles mais aussi des interventions et des protections mises en place par les hommes sur une longue durée, cette « forêt relique » a suscité bien des débats et des controverses. Quel statut mettre en place sur ces espaces protégés ? Réserve intégrale, parc national, réserve biologique dirigée ou contrôlées, réserve de reconstitution forestière, puis plus tard, parc régional ? Si les débats entre les naturalistes, les botanistes et les forestiers ont finalement été tranchés en faveur de la réserve biologique dirigée, il n’en est pas de même en ce qui concerne la mise en place d’une politique concertée de protection et de mise en valeur de l’ensemble du massif. Finalement, la gestion de la forêt domaniale de la Sainte-Baume nous renvoie aux contradictions et aux choix de société liés à la fonction de la forêt et à la place des hommes dans les espaces protégés, mais aussi à la place des paysages et des sites protégés dans la question du développement local et régional des espaces ruraux.

Haut de page

Notes

1 Philippe Bauby, « La forêt de la Sainte-Baume », Revue des Eaux et Forêts (REF), septembre 1930, p. 693-703, p. 693.

2 A. Dugelay, « La hêtraie de la Sainte-Baume. Enseignement du passé, perspectives d’avenir », Revue Forestière Française (RFF), n° 1, janvier 1958, p. 1-26, p. 1.

3 Idem.

4 Idem.

5 Ibid., p. 2.

6 Idem.

7 Idem.

8 Idem.

9 Procès-verbal de l’inspecteur des Eaux et Forêts Poulemaire, Brignoles, 20 février 1882, cité par Philippe Bauby, « La forêt de la Sainte-Baume », op. cit., p. 693-694.

10 Arch. dép. du Var, 7 P 51. Lettre au préfet du Var par Thomas Allègre, propriétaire de la forêt des Béguines, 27 septembre 1875. Thomas Allègre demande une délimitation entre sa propriété et la forêt domaniale de la Sainte-Baume pour éviter les procès-verbaux qui sont dressés à son encontre à cause de son bétail.

11 A. Dugelay, « La hêtraie de la Sainte-Baume… », art. cit., p. 2.

12 Arch. dép. du Var, 7 PP, art. 83. Procès-verbal descriptif du bois de la Sainte-Baume dressé par Pierre-Henri Pontier, inspecteur des Forêts faisant fonction de conservateur à la résidence d’Aix, Joseph Couvin, sous-inspecteur du département du Var à la résidence de Brignoles et César Roubel, garde général du cantonnement de Brignoles, 22 septembre 1814. « Toutes ces années, il n’y a eu autrement aucune consommation de ces bois si ce n’est quelques pièces que l’on pouvait offrir pour le service de la marine, pour la construction des bâtiments et pour le charronnage, mais l’extraction en est très difficile en raison des mauvais chemins qui conduisent à la forêt ».

13 Jean de Joinville, Vie de saint Louis, Paris, Garnier, Classiques, réed. 1995.

14 Jacques Ravat, Récit du pèlerinage du roi Louis XIII à la Sainte-Baume et de son entrée triomphante dans la ville de Marseille en 1662, Paris, imp. V. Goupy et Jourdan, 1880.

15 Père Vincent Reboul, Le pèlerinage de St Maximin et de la Sainte-Baume, Aix-en-Provence, Garcin, 2e éd., 1673.

16 Émission d’Emmanuel Laurentin sur France culture, « La Fabrique de l’Histoire » consacrée à « la forêt médiévale », avec Andrée Corvol-Dessert, Martine Chalvet, Nicolas Schroeder, Christophe Vaschalde, jeudi 31 mai 2012.

17 Cet historique apparaît dans le procès-verbal du 20 février 1882, op. cit.

18 Idem.

19 Idem.

20 A. Dugelay, « La hêtraie de la Sainte-Baume… », art. cit., p. 5.

21 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. Procès-verbal descriptif du bois de la Sainte-Baume, 22 septembre 1814, op. cit.

22 Philippe Bauby, « La forêt de la Sainte-Baume », art. cit., p. 700.

23 Arch. dép. du Var, 7P 51. Extrait du conseil d’arrondissement de Brignoles lors de la 1e session 1820 qui aboutit à la rédaction d’une pétition adressée au gouvernement et au roi qui s’oppose au projet d’aliénation. Lettre du ministre secrétaire d’État de l’Intérieur au préfet du Var signalant que l’archevêque d’Aix adresse les « plus vives réclamations contre l’aliénation de la Sainte-Baume », Paris, 22 juillet 1820.

24 Arch. dép. du Var, 7 P 51. Lettre du ministre des Finances au préfet du Var, du 20 décembre 1820. Le ministre décide l’ajournement indéfini de la vente et opte pour la conservation par le gouvernement de la forêt. Il s’oppose également à son exploitation.

25 Arch. dép. du Var, 7 P 51. Observations sur la forêt de la Sainte-Baume comprise dans les états d’aliénation des bois de l’État, Inspecteur Général des Finances, Draguignan, le 11 juin 1831.

26 A. Dugelay, « La hêtraie de la Sainte-Baume… », art. cit., p. 6.

27 Idem.

28 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. Instruction de l’inspecteur des Forêts de Brignoles au garde général, Brignoles, le 7 juin 1882.

29 A. Dugelay, « La hêtraie de la Sainte-Baume… », art. cit., p. 6.

30 En 1931, le TCF organise une tournée forestière dans le delta du Rhône avec la participation de Charles Flahault, Robert Hickel et Felix Briot. Le célèbre botaniste et les officiers visitent les forêts de Ceystre, de la Sainte-Baume, de l’Esterel, de Notre-Dame de la Garde, de Port-Cros, du cap Nègre et la forêt du Dom près de Toulon puis se rendent en Camargue et en Ardèche, « Voyage d’étude du Touring Club de France », Revue des Eaux et Forêts, 1931, p. 978-984.

31 André Micoud (dir.), Des hauts lieux ; la construction sociale de l’exemplarité, Paris, Edition du CNRS, 1991, 133 p.

32 Franck Tavernier, Guides illustrés de Provence. La Sainte-Baume et sa région, Marseille, 1914, Georges Corroy, Sainte-Baume, histoire géologique sommaire du massif avec itinéraires des excursions, Marseille, 1940.

33 Arch. dép. du Var, 7 P 51. Lettre du président de la section marseillaise du CAF, novembre 1920. Le président demande l’autorisation de poser 5 poteaux indicateurs dans la forêt domaniale de la Sainte-Baume. Il précise que les plaques existent depuis 1911 mais qu’il veut régulariser la situation.

34 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. En octobre-décembre 1946 puis en juin-août 1948, les Eaux et Forêts se plaignent du trop grand afflux des touristes et proposent des solutions d’aménagement pour protéger les parcelles.

35 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. Dossier sur le projet de Parc National de la Sainte-Baume. Lettre d'Henri Pratt, président de la Société Linéenne de Provence adressée au secrétaire d’État, Max Bonnafous, lettre du 22 avril 1942.

36 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. Arrêté du ministère de l’Éducation Nationale, Direction générale de l’architecture, Direction des sites, des perspectives et paysages, Paris, 31 juillet 1945.

37 Par l’article 4 de la loi du 2 mai 1930 modifiée par la loi du 27 août 1941, l’inscription n’entraîne pour les propriétaires que l'obligation de ne pas procéder à des travaux autres que ceux d’exploitation courante, en ce qui concerne les fonds ruraux, et d’entretien normal, en ce qui concerne les constructions, sans avoir avisé quatre mois à l’avance l’administration préfectorale de son intention.

38 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. Lettre du Directeur Général des Eaux et Forêts, Charles Colomb, au conservateur des Eaux et Forêts de Draguignan, Paris, 5 mai 1944, 935 AF 2/2.

39 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. Avis du conservateur des Eaux et Forêts de Nice, A. Dugelay, au Directeur Général des Eaux et Forêts, Nice, le 20 juin 1947.

40 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. Lettre de l’inspecteur principal, Roger Ducamp, au Directeur Général des Eaux et Forêts à Paris, Brignoles, 27 juin 1947.

41 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. Différents dossiers témoignent de ces exploitations. Avis du conservateur des Eaux et Forêts de Nice, A. Dugelay, au Directeur Général des Eaux et Forêts, Nice, le 20 juin 1947. Août-décembre 1944, dossier sur la question du pâturage de troupeaux dans la forêt domaniale de la Sainte-Baume. Demande d’autorisation du père Piprot. Ce pâturage est autorisé sous conditions. Décembre 1950, dossier sur le pâturage dans des secteurs incendiés proches de la forêt domaniale.

42 Arch. dép. du Var, 1790 W art. 48. Rapport de Roger Millo, ingénieur des Travaux, Brignoles, 28 octobre 1955.

43 Arch. dép. du Var, 1790 W art. 48. Lettre au conservateur des Eaux et Forêt à Nice de Mme Jean Rose, épouse Estienne Justin, domiciliée au 48 Bd Chave à Marseille, Marseille, le 26 juin 1954.

44 Non classée, la forêt de la Sainte-Baume est tout de même inscrite sur l’inventaire des sites légendaires ou pittoresques du Var. D’autre part, plusieurs Zones Naturelles d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique ont été délimitées (une ZNIEFF terrestre de type I, une ZNIEFF terrestre de type II et trois ZNIEFF géologiques). Enfin, le massif de la Sainte-Baume fait partie du réseau Natura 2000. Le 19 Juillet 2006 une partie du massif a été inscrite sur la liste méditerranéenne des Sites d’Importance Communautaire (SIC).

45 Site http://www.ecomusee-saintebaume.u-3mrs.fr (juillet 2012). Le site de l’écomusée met en ligne les différents courriers. En novembre 1996, le (COSINA) Comité Pour la Défense des Sites Naturels et le (GIAPE) Groupement Intercommunal des Associations de Protection de l’environnement des Cantons d’Ollioules et du Beausset demandent à la ministre de l’Environnement d’engager la procédure de classement du massif de la Sainte-Baume et de ses abords au titre de la loi du 2 mai 1930 relative à la protection des monuments naturels ou des sites de caractère artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque.

46 Idem. En février 1997, le ministère lance la procédure avec des études pour la délimitation du périmètre à classer et en 2003 le début des concertations.

47 Site http://opnr.fr (juillet 2012), l’OPNR (Objectif PNR, association pour la création du parc naturel régional) a réuni le 29 juin 2011, à Auriol, plusieurs associations dans le but de signer un courrier adressé aux préfets du Var et des Bouches-du-Rhône pour demander la mise en œuvre d’une procédure de classement de site du massif de la Sainte-Baume.

48 Rapport du Président du Conseil Régional : projet de création d’un parc naturel régional sur le territoire de la Sainte-Baume, Assemblée plénière, 10 juillet 2009.

49 Site http://opnr.fr (juillet 2012), l’OPNR met en ligne une partie de la réponse de la préfecture de Région d’octobre 2011.

50 Idem.

51 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. De nombreux dossiers évoquent les demandes des professeurs Laurent et Molinier auprès de l’administration des Eaux et Forêts. On trouve aussi des liens avec des associations, notamment l’Association Internationale de Phytosociologie qui souhaite organiser un séjour dans la forêt de la Sainte-Baume.

52 La forêt de la Sainte-Baume a donné lieu à de nombreuses publications de la part de tous ces auteurs.

53 Pierre George, « Les sols et les forêts en région méditerranéenne d'après quelques travaux récents », Annales de géographie, t. XLII, 1933, p. 194-199.

54 Idem.

55 Henri Gaussen, « Les arbres méditerranéens », REF, juin 1941, p. 397-412 et p. 488-505.

56 Philippe Bauby, « La forêt de la Sainte-Baume », art. cit., p. 703.

57 Philippe Bauby, « La forêt de la Sainte-Baume », art. cit. ; A. Dugelay, « Le reboisement dans la zone méditerranéenne provençale », REF., 1946, p. 492-506, p. 493 ; Louis Lavauden, « Forêts primitives et forêts secondaires », REF., 1935.

58 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. Lettre du Directeur Général des Eaux et Forêts, Charles Colomb, au conservateur des Eaux et Forêts de Draguignan, Paris, 5 mai 1944, 935 AF 2/2.

59 Jean Goberx, « Le Forestier et la nature », Unasylva, vol. 1, n° 3, nov.-déc. 1947 ; Jean Piroton, « Les réserves de reconstitution forestière », RFF, janvier 1950, p. 1-20.

60 P. Hervé « La forêt domaniale de la Sainte-Baume (Var). Problèmes posés par sa gestion », RFF, septembre 1953, n° 9, p. 557-564, p. 558.

61 P. Hervé « La forêt domaniale de la Sainte-Baume… », art. cit.,p. 558.

62 Philippe Bauby, « La forêt de la Sainte-Baume », art. cit., p. 700.

63 A. Dugelay, « La hêtraie de la Sainte-Baume… », art. cit., p. 2.

64 Arch. dép. du Var, 1790 W art. 48. Les Eaux et Forêts autorisent la levée de menus produits, notamment les houx et les ifs. Note de service du conservateur des Eaux et Forêts à Nice, A. Dugelay, 10 novembre 1947. Dans les années 1950, plusieurs lettres de propriétaires ou d’associations abordent les déprédations des promeneurs et des marchands qui coupent le houx et les ifs au moment de Noël.

65 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. Lettre du Directeur Général des Eaux et Forêts, Charles Colomb, au conservateur des Eaux et Forêts de Draguignan, Paris, 5 mai 1944, 935 AF 2/2.

66 Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83. Lettre de René Molinier à l’inspecteur des Eaux et Forêts de Brignoles, le 17 février 1944.

67 P. Hervé, « La forêt domaniale de la Sainte-Baume… », art. cit.,p. 560.

68 Arthur Khndzorian Iablokoff, « Le rôle hygrométrique des arbres morts dans l'équilibre thermo-dynamique des forêts, RFF, n° 1, janvier 1953.

69 P. Hervé, « La forêt domaniale de la Sainte-Baume… », art. cit.,p. 561.

70 Idem.

71 Ibid., p. 562.

72 Ibid., p. 563.

73 Arch. dép. du Var, 1790 W art. 48. Rapport de Roger Millo, ingénieur des Travaux, Brignoles, 28 octobre 1955.

74 Arrêté du 2 avril 1973 qui classe les 138,2 ha de la forêt domaniale de la Sainte-Baume comme une Réserve Biologique Domaniale Dirigée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le massif de la Sainte-Baume près de Marseille.
Crédits Carte réalisée par la DREAL PACA
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2250/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 2 : Les chênes de la Sainte-Baume.
Légende Cliché pris par Claude Dubure et publié dans la Revue le Chêne, Jean-Marie Bocquentin, « Les forêts du Var », Revue le Chêne, forêts, chasse, pêche, tourisme, n° 12, 4e trimestre 1934, p. 4-34
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2250/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 948k
Titre Figure 3 : Les hêtres de la Sainte-Baume.
Légende Cliché pris par Philippe Bauby et publié dans la Revue le Chêne, Philippe Bauby, « Les forêts des Bouches-du-Rhône », Revue le Chêne, forêts, chasse, pêche, tourisme, n° 1, octobre 1931, p. 139-170.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2250/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Figure 4 : La falaise et la forêt de la Sainte-Baume.
Légende Cliché pris par Claude Dubure et publié dans la Revue le Chêne, Jean-Marie Bocquentin, « Les forêts du Var », Revue le Chêne, forêts, chasse, pêche, tourisme, n° 12, 4e trimestre 1934, p. 4-34
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2250/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Figure 5 : Croquis du projet de parc national de la Sainte-Baume, exécuté sur un claque par Henri Pratt, professeur à la Faculté des Sciences de Marseille et président de la Société Linnéenne de Provence.
Légende Arch. dép. du Var, 7 PP art. 83, dossier sur le projet de Parc National de la Sainte-Baume. Lettre de M. Pratt, président de la Société Linnéenne de Provence adressée au secrétaire d’État, Max Bonnafous, lettre du 22 avril 1942.
Crédits Libre de droits.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2250/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Figure 6 : La sainte-Baume : un site inscrit sur l’inventaire des sites légendaires ou pittoresques du Var
Crédits Carte réalisée en avril 2011 par la DREAL PACA
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2250/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 7 : Classement du massif de la Sainte-Baume en Site d’Importance Communautaire
Crédits Carte réalisée en octobre 2011 par la DREAL PACA
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2250/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Chalvet, « La forêt domaniale de la Sainte-Baume : un espace exceptionnel et protégé en Provence », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 15 mars 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://framespa.revues.org/2250 ; DOI : 10.4000/framespa.2250

Haut de page

Auteur

Martine Chalvet

Maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille, laboratoire TELEMME à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence.
martine.chalvet@univmed.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org