Navigation – Plan du site
Les traités d'architecture à l'épreuve des monuments

Conclusion :« Papier, ciseau, caillou » ou le livre d’architecture à l’épreuve des monuments

Émilie d’ Orgeix

Texte intégral

  • 1  Jean-Michel Leniaud, Introduction, Le livre d’architecture. XVe-XXe siècle, Edition, représentatio (...)

1L’intitulé sévère de cette journée d’étude consacrée aux traités d’architecture « à l’épreuve » des monuments laissait entrevoir une relation exigeante et tendue entre le livre d’architecture et son lecteur, une sorte de « joute » entre constructions intellectuelle et matérielle. Cette opposition n’est pas nouvelle en soi. Victor-Hugo n’avait-il pas déjà prétendu, pour illustrer l’un des chapitres de Notre-Dame de Paris que « le livre tuerait l’architecture »1, fidèle à une longue tradition qui, depuis la Renaissance, plaçait le livre en grand concurrent de l’architecture aux yeux des princes-lettrés et des amateurs.

2Pourtant cette confrontation attendue entre architectures de papier et de pierre, qu’illustre parfaitement le jeu d’enfant connu sous le nom de « papier, ciseau, caillou », ne transparaît absolument pas à la lecture des articles publiés dans ce numéro spécial des cahiers de Framespa. Si le papier n’y enveloppe pas la pierre, celle-ci ne se dissimule pas non plus derrière les planches des traités d’architecture. Au contraire, c’est un dialogue tout autre qui s’instaure, une conversation souple et heureuse dont les points forts sont la résonance, l’interprétation et l’adaptation.

  • 2  Voir à ce sujet Jean-Yves Mollier, «  L’histoire de l’édition, une histoire à vocation globalisant (...)
  • 3  Hélène Lipstadt, « Publications, concours et expositions d’architecture », dans Eve Blau (dir.) L’ (...)

3Il faut, en premier lieu, souligner que l’exercice proposé aux auteurs qui consistait à juger de l’adaptation et de l’intégration de modèles imprimés à travers un corpus très divers, allant de la cathédrale d’Auch à la fin du XIVe siècle à l’architecture privée dans les Etats de Languedoc à la fin du XVIIIe siècle, n’était pas facile. Essentiellement axé sur la valeur d’usage des livres d’architecture, il réduisait d’emblée la marge d’analyse aux liens et aux inspirations tangibles unissant modèles et créations en laissant de côté notamment les discours sur la production matérielle et la diffusion des ouvrages2. Ce parti-pris a eu le grand mérite d’envisager les livres d’architecture en tant qu’entités physiques, tenues en main, lues et regardées. Ce jeu de calques appliqué à des objets et des thèmes divers a permis de reprendre le fil de recherches fructueuses et, somme toute, assez inhabituelles de nos jours si l’on considère combien, depuis la fin des années 80, le livre d’architecture a échappé « au processus de la pratique pour rejoindre le monde de la culture architecturale atteignant de façon permanente ou provisoire, le statut de biens culturels plus ou moins indépendants»3.

4C’est oublier que le retour aux sources et l’analyse plus littérale entre ouvrages et conception architecturale sont souvent riches d’enseignement. Mettant en valeur l’intérêt que représente ce type d’expérimentations ponctuelles, ils illustrent très clairement la richesse et la souplesse des liens qui unissent modèles et constructions, inspirations et transcriptions.

Résonance, affleurement et inspiration

  • 4  Colin Debuiche, « L’hôtel de Bernuy et l’influence des Medidas del romano dans l’architecture toul (...)
  • 5  Yves Pauwels, Aux marges de la règle. Essais sur les ordres d’architecture à la Renaissance, Bruxe (...)
  • 6  Ibid., p. 44.

5Cette richesse et cette souplesse s’expriment tout d’abord, à travers la compréhension et la lisibilité très fluctuantes de textes et d’illustrations dont le caractère dogmatique apparaît in fine tout à fait relatif. Colin Debuiche dans son analyse de l’influence des Medidas del romano dans le choix du parti architectural et du décor de l’hôtel de Bernuy, parle très justement de résonances plutôt que d’influences4. Illustrant son propos par la colonne-candélabre, il met en valeur la façon dont la forme et l’ornementation de cet élément de décor architectural, considéré comme un « enrichissement » dans la mesure où il n’est ni utile ni nécessaire à l’édifice, reste très souple. Dans ce cas, la difficulté d’identification d’un modèle princeps laisse libre cours à l’invention et aux interprétations personnelles. Ses propos rejoignent en ce sens ceux d’Yves Pauwels qui livre le même témoignage dans son ouvrage récent intitulé « Aux marges de la règle »5 au sujet de la lecture de Vitruve par Philibert De L’Orme. « Le De Architectura lui semble tellement confus, que De L’Orme s’efforce de trouver des raisons, des excuses plutôt à une telle incohérence […]. Quoiqu’il en soit conclut-il, « son œuvre est si enveloppé, confus, obscur et difficile que […] Dieu donnera le moyen à quelque gentil esprit de réduire tel propos en bon ordre »6. C’est cette lecture vitruvienne empreinte de perplexité, qui, sans nul doute, accorde une liberté précieuse aux architectes pour élaborer leurs propres modèles.

  • 7  Sophie Fradier, « Projets et conception de l’entrée monumentale de la cathédrale Sainte-Marie d’Au (...)

6Dans le même ordre d’idées, les conclusions de Sophie Fradier dans son enquête minutieuse sur l’influence tangible de l’ouvrage d’Alberti De Re Aedificatoria dans la conception de l’entrée de la cathédrale Sainte-Marie d’Auch, sont tout aussi mesurées7. Concluant que l’ouvrage « serait une sorte de figure composite à l’intérieur de laquelle affleurent plus ou moins nettement certains modèles », elle développe dans un autre registre linguistique cette notion de flexibilité et de liberté d’interprétation. Les « morceaux choisis » que composent l’entrée de la cathédrale adoptent la forme d’un « arc triomphant associé à une ordonnance  comparable à celle du Panthéon et des colonnades des déambulatoires et de la coupole de Saint-Pierre ». Dans ce cas, bien que le modèle se substitue à une multiplicité des modèles, la conclusion reste proche de celle tirée pour l’hôtel de Bernuy. Si le parti adopté reflète une grande souplesse d’invention et de conceptualisation, le modèle imprimé ne fait, quant à lui, qu’effleurer l’architecture.

  • 8  Caroline de Barrau-Agudo, « Glorifier dans la pierre : nouvelles observations sur la production ép (...)

7En dernier lieu, l’analyse développée par Caroline de Barrau-Agudo sur les plaques commémoratives de la cathédrale de Rodez attribuées à Guillaume Philandrier suit le même fil conducteur8. Commémorant successivement les entrées royales de François 1er en 1533 et de Henri d’Albret et de Marguerite d’Angoulême en 1535, cette production épigraphique monumentale apparaît comme le fruit savant et délicat d’inspirations croisées dont le Songe de Poliphile deFrancesco Colonna et l’Emblemata de Andrea Alciat constituent des sources majeures. Mêlant érudition, modernité et invention, ces véritables « livres dans le livre », pour reprendre la définition de Diderot qui retrace l’origine matérielle  du livre « aux caractères gravés dans la pierre »,  confirment de manière tout aussi éclatante la souplesse d’inspiration et d’interprétation dont fait preuve Philandrier.

Accommodement, adaptation et ajustement

  • 9  Mélanie Lebeaux, « La stéréotomie en Périgord à la Renaissance : un exemple de persistances archit (...)

8Tout aussi naturellement, les considérations techniques, sous-jacentes dans nombre de ces partis-pris architecturaux et choix esthétiques, participent pleinement de ce dialogue à deux voix que mènent écrit et pratique. Le livre d’architecture, extrait de son contexte historique et géographique originel, apparaît souvent inadapté face à des traditions constructives diverses. Or, ce décalage, qui a souvent été perçu comme un frein à la diffusion de nouveaux modèles, se révèle inversement constituer un véritable catalyseur d’innovations. La coupe des pierres en Périgord a su ainsi profiter des avancées de l’art du trait divulguées dans des ouvrages tel celui de Philibert De L’Orme, publié en 1567, en stimulant le renouvellement de l’art du trait9. Si l’on ne peut pas parler de stéréotomie, à proprement dit, dans ces schémas de taille de pierre, on peut néanmoins y percevoir à travers ce cas d’étude régional combien la tradition des cahiers d’épure bénéficie de l’influence des ouvrages imprimés.

  • 10  Intervention non publiée d’Inès Castaldo, « Pierre Le Muet et les principes de l’architecture priv (...)

9C'est également ce même constat d'influence qui est ressorti de l'analyse faite de l'oeuvre de Pierre Le Muet par Inès Castaldo : « Manière de bastir pour toutes sortes de personnes » à l’échelle des programmes de construction privée menés à Aix-en-Provence10. Si les grands principes constructifs et le vocabulaire ornemental aixois ne coïncident pas ouvertement avec le traité de Le Muet, il n’en demeure pas moins que l’influence majeure de son ouvrage sur la distribution intérieure française, dans ce cas précis adaptée au climat spécifique du midi de la France, y transparaît en filigrane. Dans un ordre naturel des choses, les œuvres présentées s’habillent « à l’aixoise » tout aussi librement que Le Muet avait transcrit « à la française »  sa traduction du premier livre de Palladio publiée en 1645.

  • 11  Marjorie Guillin, « L’enseignement de l’architecture à l’Académie royale de peinture, sculpture et (...)

10L’exemple de la mise en place de l’académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse, étudiée par Marjorie Guillin, met en valeur différemment les innovations de ses élèves et auditeurs11. Elle y étudie ainsi la figure du toulousain, François Félix d’Espie, qui met au  point au milieu du XVIIIe siècle un système de voûtes plates en brique appelé comble briqueté lequel, outre l’avantage d’être incombustible revêt également celui d’être adapté aux pratiques constructives de sa ville natale. Bien que reçu avec circonspection durant ses premières heures par l’académie toulousaine, le travail du comte d’Espie, habile alliance de traditions antique romaine et typiquement régionale,  connait une fortune inégalée en Europe où il est rapidement traduit en anglais (1756), en allemand (1760) et en espagnol (1776).

  • 12  Aurélie Lacourarie, « « L’influence de Palladio dans l’œuvre de l’architecte toulousain Jean-Arnau (...)

11L’œuvre de son contemporain Jean Arnaud Raymond, mise en lumière par Aurélie Lacourarie, illustre également combien la personnalité, l’expérience et le goût de ces praticiens s’imbriquent intimement avec leurs lectures pour en réformer les plus grands topoi12. Admirateur sans borne de Palladio qu’il juge être « un génie supérieur », Raymond s’essaie ainsi dans une forme d’imitation transgressive personnelle à adapter les préceptes de son mentor aux réalités esthétiques et constructives du midi de la France au XVIIIe siècle. L’exemple de la collégiale Saint-Martin à L’Isle-Jourdain constitue un excellent exemple de cette transcription souple de l’œuvre palladienne.

12Ainsi, au fil des contributions, on saisit mieux la valeur d’usage sous-jacente du livre d’architecture, que l’on feuillette, dont on s’inspire avec plaisir et dans lequel on « glane » plutôt que l’on ne copie ou ne « découpe » des références littérales. En peine de réalités historiques, l’histoire de l’architecture gagne à développer ce type d’exercice.  On y voit comment l’imprimé contribue à instiller et diffuser une manière de voir, un esprit, qui s’autonomise et prend des distances vis-à-vis du canon et de l’autorité. L’impact du livre, directement lisible dans ses multiples appropriations et parfois même dans ses contradictions, s’y diffuse de manière souvent libre et heureuse. Car, pour reprendre la définition donnée dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, le livre « est un écrit composé par quelque personne intelligente sur quelque point de science pour l’instruction & l’amusement du lecteur ». Or, à feuilleter l’ensemble de ces contributions,  on y  sent tout autant l’instruction que l’amusement, tout comme le jeu d’enfant évoqué dans le titre de cet article le laissait présager.

Haut de page

Notes

1  Jean-Michel Leniaud, Introduction, Le livre d’architecture. XVe-XXe siècle, Edition, représentations et bibliothèques, Paris, École des Chartes, 2002, p. 5.

2  Voir à ce sujet Jean-Yves Mollier, «  L’histoire de l’édition, une histoire à vocation globalisante », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 43-2, avril-juin 1996, p. 329-348.  Selon son analyse, le champ de l’histoire du livre se définit par l’étude de sa fabrication matérielle, sa diffusion et sa réception.

3  Hélène Lipstadt, « Publications, concours et expositions d’architecture », dans Eve Blau (dir.) L’architecture et son image : quatre siècles de représentation architecturale, Montréal, Centre canadien d’architecture, 1989. Cité par Alice Thomine-Berrada, La construction savante, les avatars de la littérature technique, Paris, Picard 2008, p.17.

4  Colin Debuiche, « L’hôtel de Bernuy et l’influence des Medidas del romano dans l’architecture toulousaine de la Renaissance », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 05 février 2010, Consulté le 05 février 2010. URL : http://lodel.revues.org/09/framespa/159

5  Yves Pauwels, Aux marges de la règle. Essais sur les ordres d’architecture à la Renaissance, Bruxelles, Mardaga, 2008.

6  Ibid., p. 44.

7  Sophie Fradier, « Projets et conception de l’entrée monumentale de la cathédrale Sainte-Marie d’Auch : les apports du De re aedificatoria d’Alberti », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 01 février 2010, Consulté le 05 février 2010. URL : http://lodel.revues.org/09/framespa/185

8  Caroline de Barrau-Agudo, « Glorifier dans la pierre : nouvelles observations sur la production épigraphique de Guillaume Philandrier (1505-1565) à Rodez », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 12 février 2010, Consulté le 21 février 2010. URL : http://lodel.revues.org/09/framespa/235

9  Mélanie Lebeaux, « La stéréotomie en Périgord à la Renaissance : un exemple de persistances architecturales reprises par la tratadistique française du XVIe siècle. », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 05 février 2010, Consulté le 05 février 2010. URL : http://lodel.revues.org/09/framespa/107

10  Intervention non publiée d’Inès Castaldo, « Pierre Le Muet et les principes de l’architecture privée ; applications et adaptations à Aix-en-Provence au quartier Mazarin ».

11  Marjorie Guillin, « L’enseignement de l’architecture à l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 05 février 2010, Consulté le 05 février 2010. URL : http://lodel.revues.org/09/framespa/177

12  Aurélie Lacourarie, « « L’influence de Palladio dans l’œuvre de l’architecte toulousain Jean-Arnaud Raymond à la fin du XVIIIe siècle » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 05 février 2010, Consulté le 05 février 2010. URL : http://lodel.revues.org/09/framespa/128

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie d’ Orgeix, « Conclusion :« Papier, ciseau, caillou » ou le livre d’architecture à l’épreuve des monuments », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 5 | 2010, mis en ligne le 13 mai 2010, consulté le 30 mai 2017. URL : http://framespa.revues.org/225 ; DOI : 10.4000/framespa.225

Haut de page

Auteur

Émilie d’ Orgeix

Pensionnaire INHA, Axe histoire de l'architecture

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org