Navigation – Plan du site
Forêts et sociétés dans la longue durée

Introduction

Sébastien Poublanc

Texte intégral

Figure 1

Figure 1

Archives départementales de la Haute-Garonne, 8 B 166, C 8 : Veue figure de Lisle et de Laboriette par Seguier (forêt royale de l'Isle sise à Roquecourbe, Tarn), s. d.

Cliché auteur

 « Que ces vieux royaumes des ombres,
Ces grands bois, ces noires forêts,
Cachent de charmes et d'attraits,
Dessous leurs feuillages si sombres... »

Jean Racine,

Le paysage ou les promenades de Port-Royal des Champs,

Ode 3, description des bois

1Protéiforme et mystérieuse, telle est la forêt. À la fois objet, actrice, paysage, elle ne peut être résumée : forêt, sylve, nourricière, productive… sont autant de descriptifs qui ne prennent guère la mesure de la réalité. La forêt est tout cela et bien plus encore.

2C’est pour s’interroger sur ses différentes facettes qu’une journée s’est tenue au laboratoire Framespa en octobre 2010. Les textes réunis ici résultent de cette manifestation inscrite dans le cycle de réflexion consacré à l’histoire de l’environnement au sein du séminaire transversal de la thématique 41.

Histoire de l’environnement ou histoire environnementale ?

  • 2  Henri-Irénée Marrou, De la connaissance historique, Paris, Le Seuil, p. 34.

3Dans ce champ d’études, les questionnements propres à la gestion sylvicole s’imposent naturellement du fait de leur fort aspect environnemental. « Fille de son temps2 », l’histoire agrège ces préoccupations autour de la crise écologique actuelle et s’approprie les problématiques relatives à l’anthropisation forestière.

  • 3  Courant historiographique visant à écrire une histoire « sans les hommes ». Celle-ci est axée sur (...)
  • 4  Courant pluridisciplinaire considérant la complexité physique de la nature comme intrinsèquement l (...)
  • 5  Courant géographique s’appuyant sur les caractéristiques physiques et intemporelles de l’environne (...)
  • 6  Grégory Quenet, Fabien Locher, « L’histoire environnementale : origines, enjeux et perspectives d’ (...)

4À ce titre, Clio est à la croisée des chemins puisqu’historiquement, le courant « environnementaliste » n’a jamais réussi à se structurer autour d’un appareil critique commun. Bien à rebours, tout ce qui a trait à l’histoire de l’environnement s’est trouvé divisé entre les tenants de « l’histoire de l’environnement3 » chère à Emmanuel Le Roy Ladurie », « l’éco-histoire4 » de Robert Delort et « l’histoire écologique5 » du géographe Georges Bertrand6. Autant de points de vues qui, s’ils procurent une richesse indéniable dans la multiplicité des objets d’étude et des approches, rendent difficile l’émergence d’un langage consensuel pour interpréter les sources.

  • 7  Marc Jollivet, « Un exemple d’interdisciplinarité au CNRS : le PIREN (1979-1989) », La revue pour (...)

5C’est justement pour pallier à cette absence de koinề diálektos que plusieurs programmes et manifestations dédiés à l’environnement ont vu le jour. Pionnier du genre, le Programme interdisciplinaire de recherche sur l'environnement (PIREN, 1979-1989) a démontré toute la pertinence de l’interdisciplinarité lorsque l’on travaille sur un topic tel que l’environnement. Et également toutes les difficultés mises en œuvre par cette même interdisciplinarité7.

6Lointain successeur, le Réseau Thématique Pluridisciplinaire (RTP) du CNRS « Histoire de l’environnement8 », fondé en 2010, s’est donné pour objet de coordonner les chercheurs des différents domaines afin de passer outre ces résistances disciplinaires. Sa création a été précédée en 2008 par celle du RUCHE, le Réseau Universitaire de Chercheurs en Histoire Environnementale9, émanation française de l’ESEH, l’European Society for Environmental History10. C’est sous leur patronage que s’est tenu en juin 2012 la première École d’été d’histoire rurale11 consacrée aux rapports entre histoire rurale et histoire environnementale. Toutes ces entreprises ont été soutenues par la parution en 2009 d’un numéro de la Revue d’histoire moderne et contemporaine dédié à l’histoire de l’environnement12 et qui a permis de faire porter le débat vers le plus grand nombre.

7À la lumière de cet éclairage, la question de l’histoire et de l’environnement se présente alors comme un sujet d’actualité, éclaté entre plusieurs disciplines et qui tente de se structurer en empruntant aux différentes spécialités de quoi constituer un langage commun afin de répondre aux défis de notre siècle.

Quelle place pour les forêts ?

  • 13  Michel Devèze, La vie de la forêt française au xvie siècle, Paris, École Pratique des Hautes Étude (...)
  • 14  http://www.ghff.ens.fr (consulté le 23/11/12).
  • 15  Louis Bourgenot, « Note sur le Groupe d’Histoire des Forêts Françaises », Revue Forestière Françai (...)
  • 16  Corinne Beck, Robert Delort, Pour une histoire de l’environnement. Travaux du programme interdisci (...)

8Bien avant l’irruption des problématiques environnementales dans la sphère historique, l’histoire des forêts a constitué, avec l’histoire de la faune, l’une des premières thématiques de l’histoire de l’environnement, et ce dès le xixe siècle. Et de la même manière, l’histoire sylvicole s’est trouvée confrontée aux mêmes contraintes disciplinaires que celles qui ont cours au sein du champ d’étude environnemental. Primitivement chasse gardée du personnel des Eaux et Forêts, elle a été progressivement récupérée par les historiens et les géographes. Exception faite de l’œuvre novatrice de Michel Devèze13 – qui a contribué à installer l’historiographie traditionnelle sur la question forestière en y introduisant des problématiques historiques –, il faut attendre la fondation du Groupe d’Histoire des Forêts Françaises (GHFF)14 au début des années 1980 pour qu’un vaste renouvellement ait lieu. Celui-ci résulte de la vocation même du GHFF à être un laboratoire d’échange entre universitaires (historiens, géographes, chartistes…) et professionnels de la forêt (Office National des Forêts, Forêt Privée Française…)15. Cette mise en commun des savoirs a débouché sur une technicisation des études historiques sylvicoles : l’entité forêt est devenue un tout qui ne peut plus être considérée du seul point de vue des sources16. Quand celles-ci sont silencieuses, d’autres spécialités – l’anthracologie, la palynologie et, plus largement, toutes les branches de l’archéobotanique – interviennent afin de combler les manques.

9Le corollaire de ce bouleversement des méthodes de travail est qu’il a induit un renversement des champs : départie de la légitime autorité que lui conférait l’étude de sources, la discipline historique s’est retrouvée marginalisée et s’est assez largement désintéressée du sujet, laissant par là même le champ libre aux sciences de l’environnement. Avec toutefois ce paradoxe que ces dernières ne peuvent convoquer aisément les sources pour conforter ou corroborer leurs résultats…

10De sorte que toute la gageure de l’histoire sylvicole actuelle réside dans l’établissement de nouveaux objets d’étude faisant langue entre les différents protagonistes et ce, au sein de cette histoire de l’environnement française encore balbutiante. Les contributions retenues pour ce numéro spécial font ainsi écho à cet enjeu tout autant qu’au titre de la revue : « Nouveaux champs de l’histoire sociale ».

Une multitude d’histoires de la et des forêts

11Les échelles retenues, tant géographiques que temporelles, s’insèrent dans cette nouvelle dimension de l’histoire forestière et mettent en évidence la multiplicité des manières d’étudier l’objet forêt, souvent à grand renfort d’autres sciences, parfois dans un seul champ disciplinaire.

12Émilie Andrieu, écologue, chargée de recherche à l’INRA de Toulouse, démontre dans son article l’importance de reconstituer l’histoire des forêts pour mieux en comprendre la biodiversité. En ce sens, ses travaux s’inscrivent dans la filiation de ceux menés par son laboratoire DYNAFOR17, et témoignent à la fois de la difficulté d’utiliser les sources historiques tout autant que de la richesse des informations que l’on peut obtenir grâce à la cartographie géohistorique.

  • 18  Martine Chalvet, Une histoire de la forêt, Paris, Éditions du Seuil, coll. « L’Univers historique  (...)
  • 19  Il est possible de prolonger cet article en écoutant l’émission de la Fabrique de l’Histoire du 31 (...)

13L’étude de Martine Chalvet – maître de conférence en histoire contemporaine à l’université d’Aix-Marseille, auteure d’une Histoire de la forêt18 publiée en 2011 – se situe dans la même veine puisqu’elle s’intéresse à la mise en place et au maintien d’un écosystème particulier – la forêt de Sainte-Baume – après les grandes glaciations du quaternaire19. Son analyse fondée sur la longue durée l’amène à s’interroger sur les méthodes d’exploitations de l’espace forestier, sur la protection des bois et sur leurs conséquences pour les écosystèmes.

14Si la technicisation de l’histoire sylvicole est croissante, la discipline historique conserve toutefois quelques fiefs réservés. L’étude des personnages historiques et de leurs legs dans la longue durée est l’un d’entre eux. À ce titre, les articles de Jérôme Buridant et de Sébastien Poublanc se répondent l’un à l’autre autour de la personne de l’un des plus emblématiques sylviculteurs de l’Ancien Régime : Louis de Froidour.

  • 20  Jérôme Buridant, Les espaces forestiers laonnois : début xviie-début xixe siècle) : hommes, enviro (...)

15Historien de formation, Jérôme Buridant est actuellement professeur de géographie à l’université de Picardie Jules Verne. Sa rencontre avec le forestier est ancienne, remontant à sa thèse de doctorat20. Y apparaissait alors un autre Froidour, un homme loin de l’image traditionnellement accolée de l’expert forestier et du grand maître tout puissant. Une personnalité présentée ici comme un homme de son siècle, dépendant de son héritage familial tout autant que du patronage des grands noms qui parsèment sa période de formation et d’expérience.

16À l’opposé, c’est alors un homme affirmé qui se dévoile dans l’article de Sébastien Poublanc, doctorant en histoire moderne au laboratoire Framespa de Toulouse. Mais sous une nouvelle facette, au moins aussi importante que celle de théoricien du jardinage qui le fit connaître. Apparaît ici un homme méticuleux qui crée et organise une véritable base de données à partir des archives de la réformation dans le dessein de s’approprier et de contrôler l’espace forestier méridional.

17Toutefois, la carte n’est pas le territoire : visitée, arpentée, cartographiée, la forêt préserve toute sa symbolique, comme le présente Catherine Heymann, professeure de littérature espagnole au laboratoire Framespa. Son analyse de la place accordée à la Selva amazonienne dans l’œuvre de Vargas Llosa amène ainsi à s’interroger sur sa puissance onirique. En ce sens, cette réflexion fait écho à l’article précédent : quelle recréation de la réalité effectue-t-on lors de la mise en écrit de notions forestières contemplées ou appréhendées ?

Haut de page

Notes

1  http://framespa.univ-tlse2.fr/actualites/thematiques/acteurs-societes-et-economies (consulté le 23/11/12)

2  Henri-Irénée Marrou, De la connaissance historique, Paris, Le Seuil, p. 34.

3  Courant historiographique visant à écrire une histoire « sans les hommes ». Celle-ci est axée sur une scientificité accrue et associe aux historiens les spécialistes de plusieurs autres disciplines afin de reconstituer et d’interpréter les facteurs naturels qui pèsent sur les sociétés humaines.

4  Courant pluridisciplinaire considérant la complexité physique de la nature comme intrinsèquement liée aux sociétés humaines, et qui l’analyse par le biais des structures économiques et sociales et des aménagements qui en résultent. Il s’agit essentiellement de recherches menées par les archéologues, les géographes, et les écologues.

5  Courant géographique s’appuyant sur les caractéristiques physiques et intemporelles de l’environnement afin d’étudier les interrelations entre milieux naturels et hommes à toutes les époques. Ces recherches portent sur l’impact de l’anthropisation, en s’intéressant à la manière dont celle-ci intervient et transforme les milieux bio-physico-chimiques.

6  Grégory Quenet, Fabien Locher, « L’histoire environnementale : origines, enjeux et perspectives d’un nouveau chantier », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2009, vol. 4, no 56, p. 18.

7  Marc Jollivet, « Un exemple d’interdisciplinarité au CNRS : le PIREN (1979-1989) », La revue pour l’histoire du CNRS, 3 mai 2001, no 4, disponible ici : http://histoire-cnrs.revues.org/3092 (consulté le 23/11/12).

8  http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/RTP%20Environnement/presentation.htm (consulté le 23/11/12).

9  http://leruche.hypotheses.org/ (consulté le 23/11/12).

10  http://eseh.org/ (consulté le 23/11/12).

11  http://framespa.univ-tlse2.fr/actualites/thematiques/terrae/1re-ecole-d-ete-d-histoire-rurale-histoire-rurale-vs-histoire-environnementale--173763.kjsp?RH=1300694574999http://framespa.univ-tlse2.fr/actualites/thematiques/terrae/1re-ecole-d-ete-d-histoire (consulté le 23/11/12)

12  « Histoire de l’environnement », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2009, vol. 4, no 56 ; disponible en ligne sur Cairn : http://www.cairn.info/numero.php?REVUE=d-histoire-moderne-et-contemporaine&ANNEE=2009&NUMERO=4 (consulté le 23/11/12).

13  Michel Devèze, La vie de la forêt française au xvie siècle, Paris, École Pratique des Hautes Études, 1961 ; Michel Devèze, Une admirable réforme administrative. La Grande réformation des forêts sous Colbert (1661-1683), Nancy, Imprimerie G. Thomas, 1962.

14  http://www.ghff.ens.fr (consulté le 23/11/12).

15  Louis Bourgenot, « Note sur le Groupe d’Histoire des Forêts Françaises », Revue Forestière Française, 1986, vol. 38, n° 2, p. 187-188.

16  Corinne Beck, Robert Delort, Pour une histoire de l’environnement. Travaux du programme interdisciplinaire de recherche sur l’environnement, Paris, CNRS éditions, coll. « Actes du Programme scientifique et du colloque du CNRS, mars 1991, sur l’histoire de l’environnement et des phénomènes naturels », 1993.

17  https://dynafor.toulouse.inra.fr/web/index.php/fre/Sites/Vallees-et-coteaux-de-Gascogne (consulté le 23/11/12).

18  Martine Chalvet, Une histoire de la forêt, Paris, Éditions du Seuil, coll. « L’Univers historique », 2011.

19  Il est possible de prolonger cet article en écoutant l’émission de la Fabrique de l’Histoire du 31 mai 2012 consacrée à « L’homme et la nature » et où intervient Martine Chalvet : http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-l-homme-et-la-nature-44-2012-05-31 (consulté le 23/11/12).

20  Jérôme Buridant, Les espaces forestiers laonnois : début xviie-début xixe siècle) : hommes, environnement et paysages à l’époque pré-industrielle, Thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne, France, 1999.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Archives départementales de la Haute-Garonne, 8 B 166, C 8 : Veue figure de Lisle et de Laboriette par Seguier (forêt royale de l'Isle sise à Roquecourbe, Tarn), s. d.
Crédits Cliché auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2248/img-1.png
Fichier image/png, 4,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Poublanc, « Introduction », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 15 mars 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://framespa.revues.org/2248 ; DOI : 10.4000/framespa.2248

Haut de page

Auteur

Sébastien Poublanc

Doctorant en histoire à l'université de Toulouse II, FRAMESPA (UMR 5136), thématique 4.
sebastien.poublanc@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org