Navigation – Plan du site

Violence et conflits dans l’armée de la Monarchie Hispanique en Castille : quelques propositions de recherche et de méthodologie

Violencia y conflictividad en el ejército de la Monarquía Hispánica en Castilla: algunas proposiciones de investigación y metodología
Violence and conflict in the army of the Hispanic monarchy in Castile: research and methodology suggestions
Antonio Jiménez Estrella

Résumés

L'armée et la guerre sont, sans aucun doute, la plus importante source de violence dans l'Europe de l'Ancien Régime. Pendant cette période, il y eut une augmentation significative de la taille des armées et une prolifération de conflits entre les grands États européens, avec de graves conséquences pour la population civile. Cependant, cet article sur la Castille aux xvie et xviie siècles traite d'une autre forme de violence, qu'on pourrait appeler structurelle, de longue durée, qui fut provoquée par la présence de l'armée sur ce territoire, et entraîna des problèmes tels que le recrutement des hommes pour la guerre à une période de pression fiscale intense, la désertion, le logement des soldats dans les maisons des particuliers, etc. On étudie également le cas spécifique du Royaume de Grenade, dont le statut de zone frontalière avec l'Afrique du Nord a exigé la présence d'une force militaire importante et permanente, qui a conduit à des conflits. Dans ce cas, la situation était encore plus complexe, parce que la plupart de ces soldats vivaient dans les principales villes du royaume, appartenaient aux élites et réseaux de pouvoir local et souvent avaient recours à des tribunaux militaires pour se protéger des juges ordinaires. On révèle dans cet article de nouvelles approches méthodologiques et différents types de sources d'analyse et de comparaison, afin d'offrir une perspective plus large et complexe de la violence structurelle, qui s'est produite non seulement entre les populations civiles et militaires, mais aussi entre les membres de l'armée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Antonio Domínguez Ortiz, Alteraciones Andaluzas, Madrid, Narcea,1973.
  • 2 Pedro Luis Lorenzo Cadarso, Los conflictos populares en Castilla: siglos xvi y xvii, Madrid, Sigl (...)
  • 3 Parmi diverses approches très différentes mais, sans aucun doute, enrichissantes, il convient de (...)

1L'intérêt porté à l'étude des conflits sous l'Ancien Régime a augmenté ces dernières années dans l'historiographie espagnole. Les premiers travaux d’Antonio Domínguez Ortiz1 et de Pedro Lorenzo Cadarso2 sur les conflits populaires qui ont éclaté en Castille pendant les xvie et xviie siècles, généralement contre les impôts et les représentants de l'administration royale, ont été des études pionnières. Après eux, il s'est produit une augmentation significative du nombre d’études sur la violence et les conflits, grâce à des initiatives individuelles et à la collaboration d’équipes de recherche qui ont permis la publication de plusieurs ouvrages collectifs sur ce sujet3. Ces études nous ont appris que la société espagnole était beaucoup plus violente qu'on ne le croyait et que, comme dans le reste de l'Europe, cette société a été marquée par une violence structurelle qui envahissait tous les espaces de la vie quotidienne.

  • 4 Werner Naef, La idea del Estado en la Edad Moderna, Granada, Comares, 2005.
  • 5 Charles Tilly, Coerción, capital y los Estados europeos, 990-1990, Madrid, Alianza, 1992.
  • 6 On peut étudier ce débat historiographique dans les ouvrages suivants : Michael Roberts, The Mili (...)

2Dans ce cadre social, l’armée et ses membres représentent l’exemple le plus évident de l’action violente dans tous ses excès, surtout à partir du moment où l’État obtient le monopole de la force répressive et de la violence légale, dans le cadre d’un processus qui fera de l’armée un des piliers fondamentaux dans la construction des États absolutistes. C’est ce qu’ont démontré, entre autres, Werner Naef4 et Charles Tilly5, en soulignant l’importance de l’armée dans la formation des États Modernes européens, ainsi que le rôle joué par le contrôle de la violence légitimée dans ce processus. Ce fut le cas de la Monarchie Hispanique qui, depuis la fin du xve siècle, utilisa l’armée comme un instrument essentiel pour la création d’un empire territorial en Europe et de l’autre côté de l’Atlantique. Cependant, l’exemple espagnol n’est pas du tout unique. Depuis la fin du xve siècle, des changements importants se produisent dans les grandes monarchies européennes. D’une part, il y a la formation des armées professionnelles payées directement par les souverains, à la différence des armées médiévales. En outre, il y a des changements importants dans la tactique militaire et logistique, en ce qui concerne la capacité de mobilisation des armées sur de longues distances, l'augmentation énorme du nombre de soldats dans les armées, l'émergence et le développement de nouvelles armes légères et l'apparition de nouvelles places fortes qui résistent beaucoup mieux à l'artillerie et permettent un allongement significatif du conflit, processus connu sous le nom de révolution militaire et qui a suscité d'amples controverses chez différents auteurs6.

  • 7 John Hale, Guerra y sociedad en la Europa del Renacimiento, 1450-1620, Madrid, Ministerio de Defe (...)
  • 8 Matthew Smith Anderson, Guerra y Sociedad en la Europa del Antiguo Régimen, 1618-1789, Madrid, Mi (...)
  • 9 John A. Lynn, Giant of the Grand Siècle. The French Army, 1610-1715, Cambridge, Cambridge Univers (...)
  • 10 André Corvisier, Armées et Sociétés en Europe, de 1494 à 1789, Paris, Presses Universitaires de F (...)
  • 11 Jean Chagniot, Paris et l'armée au xviiie siècle. Étude politique et sociale, Paris, Economica, 1 (...)

3Les conflits entre la France et l'Espagne depuis la fin du xve siècle jusqu’au milieu du xviie, la longue guerre aux Pays-Bas, ou encore les conflits qui ont dévasté l’Europe centrale pendant la Guerre de Trente Ans, sont des exemples très clairs du niveau de violence qui a accompagné l’action des armées, avec une capacité de destruction croissante et des effet dévastateurs sur la population civile, comme le montre la catastrophique augmentation de la mortalité dans de nombreuses régions de l’Europe. À cet égard, John Hale7, Matthew Smith Anderson8, John A. Lynn9, André Corvisier10 ou Jean Chagniot11, à partir d’écoles historiographiques et de points de vue différents, ont présenté des études très ambitieuses sur la relation qui existait entre l'armée et la société de l'Ancien Régime, mettant l’accent sur le niveau élevé de violence dont a souffert la population civile pendant cette période.

4Cependant, l'objet de cet article, centré fondamentalement sur les territoires de Castille pendant les xvie et xviie siècles, n'est pas ce type, mais un autre type de violence, structurelle, quotidienne, développée non pas tant dans le cadre des actions de guerre de l’armée que dans celui de la coexistence entre les soldats installés sur le territoire et la population civile. À cette fin, nous traiterons ici des origines et du développement d’un certain nombre de sources de violence qui ont marqué les relations entre soldats et civils dans le territoire castillan et, plus spécifiquement, dans le royaume de Grenade.

  • 12 Sur la logistique de l'armée espagnole aux Pays-Bas : Geoffrey Parker, El Ejército de Flandes y e (...)
  • 13 Voir ma synthèse sur la capacité de mobilisation des forces militaires locales en Castille pendan (...)

5Un de ces points fut le recrutement des soldats pour la guerre, bien étudié par de nombreux auteurs pour l’époque des Habsbourg12. Le recrutement concerna des hommes en âge de travailler dans les villes, ce qui entraîna une violence structurelle importante, qui porta atteinte à la structure des familles et aux fragiles économies paysannes. Il ne faut pas oublier, par ailleurs, que le recrutement fut également une autre modalité de la charge fiscale dont l’intensité augmentait avec la multiplication des fronts militaires extérieurs. Il faut ajouter à cela que le problème du recrutement fut beaucoup plus marqué en Castille que dans les régions périphériques de la Monarchie. Ces régions avaient une tradition médiévale d'auto-défense, basée sur la mobilisation de leurs milices urbaines13. Cependant, dans ces territoires, la levée des soldats pour les envoyer sur les fronts extérieurs se heurta à d’anciens privilèges constitutionnels que le roi devait respecter et qui obligeaient à de nombreuses négociations avec les députés locaux pour mobiliser des hommes en dehors de leurs territoires, ce qui provoquait des tensions très importantes entre le roi et les royaumes périphériques, surtout pendant le gouvernement d’Olivares.

6Ainsi, le poids de l’enrôlement fut très lourd en Castille, et plus précisément dans certaines régions particulières, en raison de leur proximité avec les grands ports d’embarquement. La Corogne, Carthagène, Málaga et Cádiz sont des exemples de régions qui souffrirent fortement de l’action des recruteurs. Il est vrai que le roi promulgua de nombreuses ordonnances comportant des instructions très précises aux capitaines des compagnies et leur demandant de surveiller leurs soldats et d’éviter ces excès commis contre la population civile. Toutefois, les règlements étaient rarement respectés.

  • 14 Irving Anthony A. Thompson, «El soldado del Imperio: una aproximación al perfil del recluta españ (...)
  • 15 Francisco Andújar Castillo, «Empresarios de la guerra y asentistas de soldados en el siglo xvii», (...)
  • 16 Antonio Jiménez Estrella : «El reclutamiento en la primera mitad del xvii y sus posibilidades ven (...)
  • 17 Antonio José Rodríguez Hernández, «La venta de títulos nobiliarios a través de la financiación de (...)
  • 18 Anthony Bruce, The Purchase System in the British Army, 1660-1871, London, Royal historical socie (...)
  • 19 David Parrott, Richelieu's Army. War, Government and Society in France, 1624-1642, Cambridge, Cam (...)
  • 20 Guy Rowlands, The Dynastic State and the Army under Louis XIV. Royal Service and Private Interest (...)
  • 21 François Gorau, La vénalité des charges militaires en France au xviie et xviiie siècles, Villeneu (...)
  • 22 Jean Chagniot, Hervé Drévillon, « La vénalité des charges militaires sous l’Ancien Régime », Revu (...)

7Un autre problème, comme l’a démontré Irving Anthony A. Thompson14, est dû à la décroissance démographique et au manque d’intérêt des populations pour la carrière militaire, depuis la fin du xvie siècle. Cela a entraîné une réduction drastique de la capacité de la Monarchie à recruter des soldats et a nécessité le recours à des méthodes différentes de celles qui avaient été traditionnellement employées pendant presque tout le xvie siècle. On voit ainsi apparaître des recruteurs dépourvus de l’ancienneté et des services requis par les ordonnances, et qui recrutent des compagnies a su costa (avec leur argent propre), en échange du grade de capitaine, créant une forme de recrutement qui commence à jouer un rôle important durant les années trente du xviie siècle et qui atteint son apogée sous le règne de Charles II. On voit également, afin d'accélérer l’enrôlement des soldats, et surtout depuis les années 1630, la participation d’intermédiaires et de membres des élites locales, chargés d’enrôler des soldats en échange d'argent, d'honneurs ou de grades d’officiers et de sous-officiers. Des articles récents, réalisés, entre autres, par Francisco Andújar Castillo15, Antonio Jiménez Estrella16 et Antonio José Rodríguez Hernández17, démontrent que les procédures de recrutement au moyen d'intermédiaires, impliquant le développement de la vénalité dans l'armée (étudiée, pour les armées française et anglaise, par Anthony Bruce18, David Parrott19, Guy Rowlands20, François Gorau21, Jean Chagniot et Hervé Drévillon22), ont également existé dans les territoires de la Monarchie Hispanique. Ces travaux nous permettent de connaître parfaitement ces procédures de recrutement qui utilisent la concession de patentes de reclutamiento en blanco (autorisations de recruter, sans le nom des bénéficiaires), avec des cédulas de suplimiento (autorisations signées par le roi qui permettent d’être capitaine sans les années de services requises), permettant aux grands recruteurs de négocier ces postes avec les candidats en échange de grades d’officiers, ou, mieux encore, de titres de noblesse, ou en échange du financement des coûts de recrutement des compagnies et des tercios (régiments). Tout cela, la plupart du temps, sans l'expérience et les années de service exigées par les ordonnances militaires.

8Ces nouvelles procédures, pour lesquelles l’argent était plus important que les mérites ou l’expérience, produisaient donc des tensions au sein de l’armée entre les nouveaux officiers et les vétérans, ces derniers considérant les nouvelles formules de promotion comme une barrière pour leur carrière. De plus, ces changements ont ouvert la porte de l’armée à des soldats de la « pire qualité » puisque, surtout à partir des années trente du xviie siècle, le recrutement volontaire ne donnant pas les résultats escomptés, le roi a dû décréter le recrutement de vagabonds, de délinquants coupables d’infractions mineures, et même de déserteurs. Il est vrai que, de cette façon, les villes évitaient le départ de leurs habitants et en même temps expulsaient les indésirables de leurs terres. Mais cela entraînait la circulation de ce genre de soldats à travers de nombreux territoires de la Monarchie, avec des conséquences néfastes.

  • 23 Ruth Mackay, Los límites de la autoridad real. Resistencia y obediencia en la Castilla del siglo (...)

9À partir de 1635, la guerre avec la France augmente la pression de l'enrôlement sur la population de Castille jusqu’à un niveau particulièrement élevé, facteur qui s'est ajouté à l'augmentation notable de la charge des impôts en Castille. Les villes, comme l’a démontré Ruth Mackay, ont joué un rôle clé dans l’enrôlement des soldats. Pour cette raison, leurs dirigeants et les élites locales ont utilisé toutes sortes de mécanismes de résistance au recrutement, certains très efficaces, comme la négociation fiscale avec le roi23. Une autre possibilité était la désertion, qui deviendra sans doute un problème crucial dans les armées levées en territoire espagnol, problème principalement causé par la relative proximité du domicile des soldats, mais aussi par l'absence de contrôle de la part des agents recruteurs, ainsi que par l'existence d'un système qui permettait la désertion. Les soldats reçoivent leur premier salaire et désertent dès qu'ils en ont l'occasion, attendent quelque temps, se déplacent dans les différents territoires de la Monarchie à la recherche d'un travail temporaire dans les villes et, plus tard, quand c’est possible, s'inscrivent dans une autre compagnie.

  • 24 Ibid., p. 169-170.
  • 25 Enrique Martínez Ruiz, Los soldados del rey. Los ejércitos de la Monarquía Hispánica (1480-1700), (...)
  • 26 Antonio José Rodríguez Hernández, Los tambores…, op. cit., p. 77, 79, 82, 84, 85, 255.

10Bien que le roi ait essayé de poursuivre et de punir les déserteurs, avec l'aide de juges ayant reçu des pouvoirs extraordinaires24, la désertion fut un problème qui contribua à détériorer les compagnies recrutées avant même qu'elles n'atteignent leurs ports d'embarquement, problème particulièrement intense dans les campagnes de Catalogne et du Portugal. Aux dires d'Enrique Martínez Ruiz, nous manquons encore d’une véritable recherche ou d’une étude générale qui nous révèle vraiment les dimensions de la désertion, et permette d'évaluer son intensité à des moments différents, ainsi que de réaliser une mesure aussi exacte que possible de son impact sur le recrutement25. Jusqu'à présent, nous n'avons que les chiffres proposés par Antonio José Rodríguez dans son étude sur le recrutement en Castille dans la seconde moitié du xviie siècle26. Cependant, nous pouvons dire que la désertion était un mécanisme de réponse individuelle très répandu dans les villes, au point qu’un pourcentage fixe d’hommes (30-40 % quelquefois) n’arrivait jamais à leur port d’embarquement. En outre, le plus remarquable est sans doute que la désertion a été une modalité de résistance cachée, avec la collaboration de la population civile.

  • 27 René Quatrefages, La revolución militar moderna. El crisol español, Madrid, Ministerio de Defensa (...)
  • 28 Enrique Martínez Ruiz, Magdalena de Pazzis Pi Corrales, «Un ambiente para una reforma militar: la (...)
  • 29 Archivo de la Alhambra de Granada (désormais, AAlhGr), leg. 232, fol. 1-34.
  • 30 Enrique Martínez Ruiz, Los soldados…, op. cit.

11Parallèlement à la pression exercée par le recrutement, se développait une des formes les plus importantes de conflit structurel : le logement des soldats. À cette époque, la population civile était obligée de loger aussi bien les compagnies de passage s’embarquant vers l’extérieur que les membres des Guardias Viejas de Castilla, unique force de défense professionnelle en territoire castillan, dont les compagnies se trouvaient déployées dans les zones de frontière comme la Navarre, Guipúzcoa, le Royaume de Grenade ou les « Quatre Villes » (actuel Santander). Depuis le début du xvie siècle, tout comme d’autres puissances européennes, la Monarchie Hispanique essayait de résoudre le problème en publiant des ordonnances militaires. Les ordonnances de 150327 ont été les premières à tenter de régler la procédure de logement des soldats, les attributions des capitaines et des officiers chargés du logement, le contrôle des soldats et la prévention des abus, la distribution des soldats dans les maisons qui leur avaient été attribuées (en précisant, en cas de vol, ce qui devrait être restitué aux propriétaires), les normes de base pour la coexistence avec la population civile, la quantité de provisions que les habitants devaient donner aux soldats et leur « juste » prix, le temps de séjour maximum, etc. Par la suite, de nouvelles ordonnances furent promulguées, en 1525 notamment28, qui soulignaient les mêmes aspects. Citons encore les ordonnances de 155129, beaucoup plus importantes car elles renforcèrent le rôle que devrait jouer le veedor general (inspecteur général), ou bien, enfin, celles de 1613 et 1624, qui reprirent les mêmes points30.

  • 31 Cortes de León y Castilla (désormais, CLC), t. IV, p. 423.
  • 32 CLC, t. IV, p. 468 y 469.
  • 33 CLC, t. IV, p. 667.
  • 34 CLC, t. V, p. 251.
  • 35 Actas de las Cortes de Castilla (désormais, ACC), t. VII, p. 393.
  • 36 ACC, t. IX, p. 405-407.
  • 37 En 1543, le roi devait quatre années de salaire aux guardias viejas de Castilla, Archivo General (...)

12Mais cette législation n’a jamais éliminé les problèmes. Par exemple, les protestations des représentants des villes castillanes aux Cortès (institution similaire aux États Généraux en France), sont une source d’information de très grande valeur pour comprendre ces difficultés. Les Cortès de 152531, 152832, 153733 et 154234 ont souvent dénoncé devant Charles Quint les abus et les nombreux vols commis par les soldats, et elles ont sollicité auprès des juges ordinaires et des magistrats des villes la prise de mesures drastiques contre des membres de l’armée. Ces accusations, en outre, se répètent, par exemple, pendant le règne de Philipe II, comme le montrent les déclarations des représentants des villes aux Cortès en 1583 y 158535, ou 1586 et 158836. Les Cortès dénonçaient une violence structurelle causée par plusieurs facteurs. L'un d’entre eux était la composition sociale elle-même de la troupe, avec la présence de fugitifs, de malfaiteurs, de délinquants ayant purgé des peines mineures ou de vagabonds forcés à servir dans l’armée. Un autre facteur était la possibilité des soldats de se protéger derrière la juridiction militaire qui leur donnait un certain degré d’impunité devant les juges. Mais, sans doute, un facteur déterminant, souvent dénoncé à l’époque, fut-il l'important retard dans le versement des soldes des militaires, chose qui contribuait de manière décisive à détériorer leurs conditions de vie et à provoquer des troubles graves dans les foyers où ils étaient logés, et les poussait à commettre des délits contre la population civile pour survivre37.

  • 38 Par exemple, Mikel Berraondo Piudo, dans une étude sur la violence à Pamplona entre 1500 et 1700, (...)
  • 39 Disputes avec des dagues et des épées, très différentes des duels classiques.
  • 40 Sur cette question, voir Tomás Mantecón Movellán, «Lances de cuchilladas y justicia en la práctic (...)

13De façon générale, la circulation d'un nombre croissant de soldats à travers les territoires de Castille est un problème structurel qui s'est aggravé parce que la loi de l'époque des Habsbourg a permis à tous les membres de l'armée de porter des armes blanches (épées et dagues), ce qui fut un facteur clé dans l’accroissement des violences sur les personnes à cette époque38 et, tout particulièrement, des rixes (lances de cuchilladas39) liées à la défense de l'honneur40.

  • 41 Antonio Luis Cortés Peña, «Alojamientos de soldados y levas: dos factores de conflictividad en la (...)
  • 42 Fernando Cortés Cortés, Alojamiento de soldados en la Extremadura del siglo xvii, Mérida, 1996.
  • 43 Antonio Jiménez Estrella, «La otra violencia. Presencia militar, tensión y conflictos con la pobl (...)
  • 44 Antonio Jiménez Estrella, «El problema de los alojamientos de la tropa en el reino de Granada (15 (...)
  • 45 Cela est promulgué dans les ordonnances de 1551, AAlhGr, leg. 232, fol. 1-34.
  • 46 Il faut rappeler qu'en 1550, les morisques ont payé un peu plus de 40.000 ducats en impôts extrao (...)
  • 47 Real cédula du 8 Décembre, 1526, AAlhGr, leg. 46, fol. 40.
  • 48 Real cédula du 11 Mars, 1552, AAlhGr, leg. 167, fol. 6.

14Les témoignages des députés aux Cortès révèlent un problème très fréquent qui a été étudié par divers spécialistes pour quelques territoires castillans comme l’Andalousie41 ou l’Estrémadure42, à partir de nombreux procès causés par la présence de l’armée dans le territoire et déclenchés par les protestations des représentants des villes. Nous avons déjà étudié en détail le cas de la Castille43 et, plus spécifiquement, du royaume de Grenade44, à partir des sources judiciaires, sans qu’il soit nécessaire d’y revenir ici. Mais il faut souligner que les procès nous donnent des informations sur la baisse démographique dans certaines régions, ainsi que sur la violence extrême, sur les punitions infligées par les militaires à ceux qui ne voulaient pas loger les soldats ou qui se refusaient à obéir aux ordonnances sur le logement ; ils nous renseignent encore sur les menaces, les vols de vivres et d’avoine pour les chevaux, les agressions verbales et physiques contre les paysans et les autorités municipales, les viols, les fraudes pour le non-paiement des victuailles et les violences faites aux habitants. Les nombreux témoignages dont on dispose décrivent avec insistance un problème dont la résolution était difficile ; un problème aggravé souvent par les inégalités dans la répartition de la troupe pour son logement. Par exemple, les seigneurs ne voulaient pas de la présence des soldats sur leurs territoires. Bien que les ordonnances précisent clairement que les compagnies devaient être réparties de manière égale dans les domaines seigneuriaux et les domaines royaux45, beaucoup de seigneurs tentèrent avec succès de dispenser leurs villes du logement des troupes, principalement parce que le logement était considéré comme une forme de taxation indirecte qui pouvait affecter les économies de leurs propres vassaux et, par conséquent, pouvait également porter atteinte à leur capacité à supporter de nouvelles taxes. Un autre exemple est celui de beaucoup de villages qui ont obtenu des privilèges d’exemptions octroyés par le roi. De ce fait, les villes et villages des environs devaient supporter une pression plus grande. En plus, il y avait des municipalités capables de « payer » pour qu’une compagnie ne passe pas sur leur territoire. Cette pratique supposait le non-accomplissement des itinéraires et une surcharge pour les villes, qui mettaient ensuite beaucoup de temps à s’en remettre. Il faut aussi mentionner le cas du royaume de Grenade, où la population morisque, écrasée par une lourde pression fiscale46, devait supporter, dans les endroits où ils cohabitaient avec les vieux chrétiens, un traitement assez différent, sur le plan du logement des troupes. En effet, dans certaines localités, les vieux chrétiens qui vivaient avec les morisques, ou se mariaient avec eux, jouissaient de privilèges d’exemption de logement des soldats octroyés par Charles Quint, en 1526, afin de faciliter l'endoctrinement de ces morisques qui pratiquaient encore leurs rites musulmans secrètement47. Cette situation provoquait des protestations et de longs procès judiciaires de la part des morisques qui se plaignaient de souffrir d’une extrême surcharge économique par rapport à leurs voisins vieux chrétiens. Il est vrai qu’en 1552, Philipe II avait aboli ce type d’exemptions faites aux vieux chrétiens48, mais les abus et les différents partages de la troupe sur la population morisque ont continué à être un problème jusqu’à leur expulsion définitive du royaume en 1569-70 et devaient nécessairement contribuer, avec la pression fiscale et les décrets d’acculturation de 1567, à augmenter les tensions à la veille de la rébellion morisque de 1569-71.

  • 49 On peut trouver quelques exemples de l'importance de la juridiction militaire pour les théoricien (...)
  • 50 Citons quelques uns de ces travaux : Sebastián Monserrat Alsina, «El Ejército Real y la jurisdicc (...)
  • 51 Citons, par exemple, Irving Anthony A. Thompson, Guerra y decadencia…, op. cit. ; Francisco Andúj (...)

15La violence occasionnée par la présence de la troupe parmi la population civile était aggravée par la juridiction militaire, chose qui ne doit pas étonner à une époque où on appliquait des juridictions multiples - ordinaire, seigneuriale, ecclésiastique, universitaire, etc. - et où, par conséquent, ceux qui jouissaient de privilèges judiciaires spécifiques essayaient d'en bénéficier face à la justice ordinaire. La juridiction militaire et sa réglementation ont été un thème récurrent parmi les théories militaires de l'époque49 et, plus récemment, elles ont été abordées sous des angles différents par les historiens du droit et les spécialistes de l'histoire politique et de l'administration de la Monarchie Hispanique. Les historiens du droit ont mis l'accent sur l'analyse des textes juridiques et des règlements militaires50. D'autre part, ces derniers ont tenté de replacer dans un contexte plus large la question de la juridiction militaire ainsi que les nombreux conflits de compétences existant entre le Conseil de Guerre - conseil suprême de la juridiction et du gouvernement militaire de la Monarchie - et les autres institutions et magistratures de l’administration royale, et aussi les répercussions de la juridiction militaire sur les relations des membres de l'armée avec le reste de la société de l'Ancien Régime51.

16Les soldats et les officiers étaient très conscients de la protection que leur donnait la juridiction militaire face aux juges du roi. De son côté, le Conseil de Guerre défendait très fortement la justice militaire, en utilisant l’argument de son utilité pour maintenir la discipline dans l’armée. Cette dernière affirmation peut être exacte dans certains territoires comme les Flandres, où la correcte application de la juridiction militaire pouvait servir d’instrument pour resserrer les liens de fidélité entre officiers et subordonnés, tellement nécessaires en temps de guerre. Mais, dans la Péninsule Ibérique, la question était plus complexe. En Guipúzcoa, Navarre et Galice, zones de frontières très militarisées, la présence de soldats n’était pas limitée aux compagnies d'infanterie de passage. Ces territoires de particulière importance stratégique étaient dotés d'une troupe professionnelle permanente et stable pour leur défense. La préservation de la juridiction militaire pouvait donc faciliter certains abus et aggravait l’image négative des soldats, ceux-ci étant perçus par la population civile comme des hommes qui jouissaient d’une situation juridique privilégiée.

  • 52 Voir mon analyse institutionnelle, politique et sociale de l’institution, de ses membres et du ré (...)

17Un de ces territoires est le royaume de Grenade, lequel, depuis le départ des musulmans, à la fin du xve siècle, n’avait pas perdu de son importance stratégique, d’abord en raison de sa condition de frontière avec l’Afrique du nord, ensuite en raison de l’importance de Malaga comme port d’embarquement dans la Méditerranée Occidentale. Enfin et surtout, ce territoire abritait les morisques jusqu’à leur expulsion, une population que l’administration percevait comme un ennemi intérieur, difficile à assimiler sur le plan politique et idéologique. C’est pour cela que le territoire avait été fortement militarisé, avec un système de défense composé de 1500 ou 1800 hommes, comportant trois niveaux de défense : la première ligne de défense comprenait les tours fortifiées garnies de sentinelles ; une deuxième ligne de défense était composée de différentes forteresses, gouvernées par les alcaides, dans lesquelles se trouvaient des garnisons de soldats ; une troisième ligne, enfin, la plus dynamique et la plus importante, formée de compagnies de cavalerie légère et de soldats d’infanterie et localisée dans les grandes villes de la côte, se consacrait à défendre le territoire contre les attaques des corsaires musulmans. Tous ces soldats, officiers et fonctionnaires militaires étaient sous l’autorité de la Capitainerie Générale du Royaume, institution créée lors de la conquête de Grenade et contrôlée pendant près de 80 ans par les Mendoza - comtes de Tendilla et marquis de Mondéjar -, qui avaient acquis de vastes pouvoirs militaires, politiques, judiciaires et fiscaux, comparables à ceux d'un vice-roi52.

  • 53 Antonio Jiménez Estrella, «Militares y oficiales de la administración militar: estrategias de asc (...)
  • 54 On peut voir certains de ces litiges dans les documents suivants : AAlhGr, leg. 31, fol. 19 ; AAl (...)
  • 55 Antonio Jiménez Estrella, Poder, ejército…, op. cit., p. 431-435.

18L’intérêt du cas du royaume de Grenade (comme pour Guipúzcoa, pour la Galice ou pour Valence), réside dans l'intégration des militaires au sein des populations et des élites locales. D’ailleurs, une partie de leur stratégie d’ascension sociale et d’insertion dans les oligarchies municipales s'est précisément faite au moyen du contrôle et de la patrimonialisation des charges militaires. En effet, Ferdinand et Isabelle ont effectué le repeuplement du territoire du royaume de Grenade avec des colons d'origine castillane liés à l'administration militaire ou à l’armée, principalement parce que le territoire n’était rien d'autre qu’une longue frontière militaire. Cela a permis la création de lignages et de dynasties de capitaines, de gouverneurs de forteresses et de fonctionnaires militaires qui ont réussi à contrôler et à s’approprier leurs offices pendant plusieurs générations et, surtout, à obtenir et à conserver leur salaire, leurs attributions, leur prestige et leurs honneurs53. Cette présence militaire dans les villes côtières - Marbella, Málaga, Almuñécar, Salobreña, Motril, Adra ou Almería - était la cause d’une importante violence structurelle, qui a laissé des traces dans les sources historiques. On y voit revenir de façon insistante les noms de certains officiers : ceux des capitaines Ginés Rodríguez de Hinestrosa, à Marbella, Diego de Herrera, à Adra, ou don Luis de Valdivia, à Motril ; ils sont tous protagonistes de nombreux conflits avec les paysans, et de certains abus : vol de bétail et de poissons, appropriation illégale de terres et d’usage de l’eau, utilisation de faux soldats dans leurs unités militaires pour percevoir leurs salaires, création de groupes de pression locaux pour s’approprier les ressources communales, viols - surtout des femmes morisques -, agressions verbales et physiques et altercations avec les gouvernements municipaux54. L'exemple des capitaines Gil González de Quesada et Sancho de Viedma est particulièrement important. Gil González de Quesada, conseiller municipal à Motril depuis 1533, a réussi à transformer sa charge en un instrument de promotion sociale et de coercition et a créé un groupe de subordonnés, les membres de sa compagnie, dont l'influence sur la ville a été particulièrement intense entre 1540 et 1550. Au cours de cette période, il a été en conflit avec les habitants, avec le capitaine Sancho de Viedma et avec d'autres ennemis politiques qui lui disputaient le contrôle de la ville55.

  • 56 À cet égard, Charles Quint a promulgué le 3 mars 1543 une concordia (accord), pour arbitrer tous (...)

19Tout cela fut aggravé par le recours à la juridiction militaire, parce que les juges ordinaires ont estimé que celle-ci était une sorte de juridiction exclusive visant principalement à protéger les membres des forces armées sur le territoire et à renforcer les liens de loyauté entre le capitaine général, les officiers et leurs subordonnés. Un problème encore plus grand, si l'on tient compte de ce qu’ils étaient des militaires professionnels, mais aussi des habitants des villes où ils travaillaient. La difficulté était que le Capitaine Général, de même que le Conseil de Guerre, défendait fortement leurs attributions juridictionnelles face à la Chancellerie, face aux corregidores et aux alcaldes mayores, représentants de la justice royale. Malgré les efforts de l’administration centrale pour légiférer56, les affrontements entre Capitaine Général, Conseils et Chancelleries sur des questions juridictionnelles sont restés l’expression habituelle des conflits de compétences entre institutions pendant l’Ancien Régime, mais aussi une manifestation de la forte rivalité politique entre Mendoza et la Chancellerie, qui a culminé dans les mois précédant la rébellion morisque de 1568.

20Néanmoins, il ne faut pas oublier un aspect important : les membres du système de défense étaient non seulement les auteurs de violences structurelles contre leurs voisins et contre la population civile, mais aussi entre eux. Trop souvent, les études sur les relations entre militaires et population civile sont basées sur l’image traditionnelle de la confrontation entre parties opposées et inconciliables, alors que la réalité était beaucoup plus complexe. Souvent, on ne prête pas suffisamment attention à d’autres sortes de conflits et de violence qui concernent uniquement les relations entre les propres membres de l’armée, alors que la recherche à partir de la documentation judiciaire nous ouvre une autre perspective et permet des lectures différentes du problème qui, sans doute, peuvent aider à améliorer la vision que nous avions jusqu’à présent de ce secteur de la société de l’Ancien Régime.

21Les capitaines commettaient des abus envers leurs subordonnés, les contraignant à se mettre personnellement à leur service sans salaire, leur infligeant des punitions physiques, pratiquant des licenciements illégaux et utilisant fréquemment la force comme moyen de dissuasion. Tout cela faisait partie des relations entre officiers et soldats, une réalité parfaitement documentée pour le royaume de Grenade. Il est intéressant de constater que, fréquemment, la juridiction militaire n’a pas été un privilège pour ces subordonnés, mais plutôt un dangereux instrument utilisé par des capitaines sans scrupules. Beaucoup d’entre eux commettaient de graves abus envers leurs subordonnés, dont ils monnayaient illégalement les emplois et les salaires, ou bien qu'ils obligeaient à accomplir des tâches non rémunérés, ou encore qu'ils considéraient comme des domestiques. Certains capitaines comme Sancho de Viedma, Gil González de Quesada, Leonardo de Valdivia et Luis de Valdivia, à Motril, sont des exemples d'hommes dont les pratiques étaient proches de la corruption. Leur présence dans le milieu local était problématique et suscitait d’importantes disputes avec leurs subordonnés. On connaît une longue liste d’exemples qui montre clairement combien la troupe résidant dans le royaume était sujette à une violence structurelle, latente même en temps de paix, et issue de ses propres relations internes.

  • 57 Irving Anthony A. Thompson, «Milicia, Sociedad y Estado en la España Moderna», dans La Guerra en (...)

22La présence militaire dans la société de l’époque était, sans doute, complexe. La Monarchie devait maintenir une ambitieuse politique hégémonique en Europe, et pour cela devait déployer à l’extérieur une machine de guerre aux vastes proportions, en même temps qu’elle devait assurer la défense de son territoire. Par contre, comme l’a démontré Thompson dans une clairvoyante étude sur les relations entre l’armée et la société, il était difficile de concilier cette politique belliciste avec les intérêts de la population castillane qui voyait sacrifier une bonne partie de ses ressources économiques et humaines au nom d'objectifs stratégiques trop lointains, et percevait les soldats comme une charge trop difficile à supporter, comme un élément étranger qui, protégé par la juridiction militaire, était synonyme de destruction, de violence et de déshonneur57.

  • 58 Les procès sont conservés dans les Archives historiques de l'Alhambra de Grenade (AAlhGr), qui a (...)

23Dans cet article, nous avons tenté de résumer les principales origines des tensions et conflits responsables de cette violence structurelle, hors affrontements armés. Dans cette perspective de recherche, nous nous appuyons sur différentes sources historiques. Par exemple, dans les territoires comme le royaume de Grenade, on dispose d'une source encore à peine utilisée et qui offre de grandes possibilités pour l’étude de la violence quotidienne générée par la présence des troupes : les procès qui étaient jugés par le Capitaine Général58. L’analyse systématique des procès dans lesquels étaient engagés les soldats peut nous offrir une vision beaucoup plus complète de la question ; la typologie des plaintes et des violences que montrent ces procès – violence verbale et physique, vols, abus, viols, homicides – , l’identité des inculpés et de leurs témoins – très importants dans de nombreux cas – et le contenu consistant des témoignages, peuvent aider à comprendre l’image des militaires aux yeux de la population civile. On peut aussi suivre la trace des arrêts, des sentences, des peines, des punitions appliquées et des conflits de juridiction avec les autres institutions judiciaires.

24Par contre, les limites des sources juridiques font qu'il est nécessaire de compléter l’information afin d’obtenir une perspective multiple, ce qui nous renvoie à la nécessaire comparaison des sources historiques. Les actes des Cortes de Castilla offrent une information précieuse, qui nous arrive à travers les protestations et propositions présentées par les représentants des villes et qui expriment la violence créée par la présence de l’armée. Une autre information provient des institutions municipales elles-mêmes, des traités écrits par les théoriciens militaires de l’époque, et surtout, de cette documentation produite par l’administration centrale que sont les rapports envoyés par les visitadores (inspecteurs de guerre), rapports faisant remonter auprès du roi les plaintes formulées par les villes, par les officiers de l’armée et par les représentants de la juridiction royale ; elle provient aussi des copies des procès et des jugements conservées par le Conseil de Guerre, des décrets et ordres du roi qui font référence à certains conflits de juridiction, des minutes et archives des affaires jugées, de la correspondance, et de toute espèce d’information contenue dans les rapports que le conseil faisait remonter au roi.

25Néanmoins, notre actuelle perspective de recherche pose plusieurs questions pour lesquelles il est difficile de trouver une réponse. L'une d’entre elles concerne le véritable rôle des officiers militaires et du Conseil de Guerre dans la médiation de ces conflits. Les officiers devaient assurer le bon fonctionnement du système de défense, l’obéissance, la discipline, mais viser à ce que l’administration de la justice entre leurs subordonnés puisse faciliter la cohabitation entre soldats et civils, chose qui était loin d'être facile. Entre ces deux objectifs, il fallait conjuguer l’exercice de la juridiction militaire avec l’inévitable esprit de corps qui régnait dans la société de l’Ancien Régime, et la défense des attributions des institutions militaires face à la justice ordinaire. Il faut ajouter à cela l’existence d’un réseau de loyauté et de fidélité entre les membres de l’armée, qui se développait dans les clientèles et les réseaux du pouvoir politique local et compliquait énormément la résolution des conflits.

26Un autre problème concerne les possibilités et les limites des sources permettant l’étude de cette violence quotidienne. L’analyse doit en être faite avec précaution, parce qu’il est facile de répéter le stéréotype, amplifié par les autorités civiles, du soldat parasite, indiscipliné, violent, face à une population sans défense. Il ne faut pas oublier non plus que, dans de nombreux procès étudiés, les accusations peuvent être fausses et répondre à des vengeances et à des conflits personnels, propres à la vie locale. Il faut donc considérer que les sources historiques sont tendancieuses. Elles présentent des limites, parce qu’elles nous montrent la face la plus violente des conflits, précisément quand ils se radicalisent, quand ils ne se résolvent pas par la négociation, et qu'émergent des plaintes, des procès et des jugements. Les périodes de paix, de coexistence et de solidarité, de relations d’amitié, d'alliances familiales, matrimoniales et patrimoniales, n’ont pas laissé de traces aussi visibles dans les sources, bien qu’elles aient dû certainement être plus importantes en intensité et en durée. De plus, les relations conflictuelles et la violence entre les soldats et la population civile n’ont absolument pas été un problème unidirectionnel, ni si simples qu'elles puissent faire penser que les officiers et les soldats étaient les seuls responsables, et ceci d'autant plus que la frontière qui séparait les uns des autres était pratiquement inexistante. Il faut donc associer correctement la documentation historique et une lecture appropriée des sources, pour avoir une vision plus ample et plus proche de la réalité de ces conflits et de la violence structurelle de la troupe sur le territoire.

Haut de page

Notes

1 Antonio Domínguez Ortiz, Alteraciones Andaluzas, Madrid, Narcea,1973.

2 Pedro Luis Lorenzo Cadarso, Los conflictos populares en Castilla: siglos xvi y xvii, Madrid, Siglo XXI, 1996.

3 Parmi diverses approches très différentes mais, sans aucun doute, enrichissantes, il convient de citer les derniers ouvrages collectifs qui ont été publiés sur le sujet en Espagne : Lo conflictivo y lo consensual en Castilla. Sociedad y poder político, 1521-1715. Homenaje a Francisco Tomás y Valiente, Francisco Javier Guillamón Álvarez, José Javier Ruiz Ibáñez (eds.), Murcia, Universidad de Murcia, 2001 ; Furor et rabies. Violencia, conflicto y marginación en la Edad Moderna, José Ignacio Fortea, Juan Eloy Gelabert, Tomás A. Mantecón (eds.), Santander, Universidad de Cantabria, 2002 ; Violencia y conflictividad en el universo barroco, Julián José Lozano Navarro, Juan Luis Castellano (eds.), Granada, Comares, 2010.

4 Werner Naef, La idea del Estado en la Edad Moderna, Granada, Comares, 2005.

5 Charles Tilly, Coerción, capital y los Estados europeos, 990-1990, Madrid, Alianza, 1992.

6 On peut étudier ce débat historiographique dans les ouvrages suivants : Michael Roberts, The Military Revolution, 1569-1660, Belfast, Queen’s University of Belfast, 1956 ; Geoffrey Parker, La Revolución Militar. Las innovaciones militares y el apogeo de Occidente, 1500-1800, Barcelona, Crítica, 1990 ; The military revolution: Readings on the military transformation of early modern Europe, Clifford J. Rogers (ed.), Boulder, Westview Press, 1995 ; Jeremy Black, A Military Revolution? Military change and european society, 1500-1800, London, 1995.

7 John Hale, Guerra y sociedad en la Europa del Renacimiento, 1450-1620, Madrid, Ministerio de Defensa, 1990.

8 Matthew Smith Anderson, Guerra y Sociedad en la Europa del Antiguo Régimen, 1618-1789, Madrid, Ministerio de Defensa, 1990.

9 John A. Lynn, Giant of the Grand Siècle. The French Army, 1610-1715, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

10 André Corvisier, Armées et Sociétés en Europe, de 1494 à 1789, Paris, Presses Universitaires de France, 1976.

11 Jean Chagniot, Paris et l'armée au xviiie siècle. Étude politique et sociale, Paris, Economica, 1985.

12 Sur la logistique de l'armée espagnole aux Pays-Bas : Geoffrey Parker, El Ejército de Flandes y el Camino Español, 1567-1659, Madrid, Revista de Occidente, 1976. En outre, sont particulièrement intéressantes les pages où Thompson traite des procédures de recrutement et de leur évolution depuis la fin du xvie siècle : Irving Anthony A. Thompson, Guerra y decadencia. Gobierno y administración en la España de los Austrias, 1560-1620, Barcelona, Crítica, 1981. De plus, l'intérêt porté à l'enrôlement au xviie siècle a augmenté récemment. À cet égard, il faut souligner de nombreux articles écrits par Antonio José Rodríguez et sa monographie sur le recrutement des soldats dans la seconde moitié du xviie siècle : Antonio José Rodríguez Hernández, Los tambores de Marte. El reclutamiento en Castilla durante la segunda mitad del siglo xvii (1648-1700), Valladolid, Universidad de Valladolid-Castilla Ediciones, 2011.

13 Voir ma synthèse sur la capacité de mobilisation des forces militaires locales en Castille pendant les xvie et xviie siècles ainsi que sur divers projets généraux de milice menés par le roi : Antonio Jiménez Estrella, «Las milicias en Castilla: evolución y proyección social de un modelo de defensa alternativo al ejército de los Austrias», dans Las milicias del rey de España. Política, sociedad e identidad en las Monarquías Ibéricas, José Javier Ruiz Ibáñez (ed.), Madrid, Fondo de Cultura Económica, 2009, p. 72-103.

14 Irving Anthony A. Thompson, «El soldado del Imperio: una aproximación al perfil del recluta español en el Siglo de Oro», Manuscrits, 2003, n° 21, p. 17-38.

15 Francisco Andújar Castillo, «Empresarios de la guerra y asentistas de soldados en el siglo xvii», dans Guerra y sociedad en la Monarquía Hispánica. Política, estrategia y cultura en la Europa Moderna (1500-1700), Enrique García Hernán, Davide Maffi (eds.), Madrid, CSIC-Fundación MAPFRE-Ediciones Laberinto, 2006, t. II, p. 375-394.

16 Antonio Jiménez Estrella : «El reclutamiento en la primera mitad del xvii y sus posibilidades venales», dans El poder del dinero. Ventas de cargos y honores en el Antiguo Régimen, Francisco Andújar Castillo, María del Mar Felices de la Fuente (eds.), Madrid, Biblioteca Nueva, 2011, p. 169-190. Aussi, du même auteur : «Servir al rey, recibir mercedes: asentistas militares y reclutadores portugueses al servicio de Felipe IV antes de la Guerra de Restauración», dans Cargos e ofícios nas monarquias ibéricas: provimento, controlo e venalidade (séculos XVII e XVIII), Roberta Stumpf, Nandini Chaturvedula (orgs.), Lisboa, Universidade Nova de Lisboa - Universidade dos Açores, 2012, p. 239-266.

17 Antonio José Rodríguez Hernández, «La venta de títulos nobiliarios a través de la financiación de nuevas unidades militares durante el siglo xvii», dans El poder del dinero..., op. cit., p. 274-300.

18 Anthony Bruce, The Purchase System in the British Army, 1660-1871, London, Royal historical society, 1980.

19 David Parrott, Richelieu's Army. War, Government and Society in France, 1624-1642, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

20 Guy Rowlands, The Dynastic State and the Army under Louis XIV. Royal Service and Private Interest, 1661-1701, Cambridge, Cambridge University Press, 2002.

21 François Gorau, La vénalité des charges militaires en France au xviie et xviiie siècles, Villeneuve d’Asq, Presses Universitaires du Septentrion, 2002.

22 Jean Chagniot, Hervé Drévillon, « La vénalité des charges militaires sous l’Ancien Régime », Revue historique de droit français et étranger, 2008, nº 86, p. 483-522.

23 Ruth Mackay, Los límites de la autoridad real. Resistencia y obediencia en la Castilla del siglo xvii, Salamanca, Junta de Castilla y León, 2007.

24 Ibid., p. 169-170.

25 Enrique Martínez Ruiz, Los soldados del rey. Los ejércitos de la Monarquía Hispánica (1480-1700), Madrid, Actas, 2008, p. 914, 976 et suivantes.

26 Antonio José Rodríguez Hernández, Los tambores…, op. cit., p. 77, 79, 82, 84, 85, 255.

27 René Quatrefages, La revolución militar moderna. El crisol español, Madrid, Ministerio de Defensa, 1996, p. 381-397.

28 Enrique Martínez Ruiz, Magdalena de Pazzis Pi Corrales, «Un ambiente para una reforma militar: la ordenanza de 1525 y la definición del modelo del ejército del interior peninsular», Studia Histórica. Historia Moderna, 1999, nº 21, p. 191-216.

29 Archivo de la Alhambra de Granada (désormais, AAlhGr), leg. 232, fol. 1-34.

30 Enrique Martínez Ruiz, Los soldados…, op. cit.

31 Cortes de León y Castilla (désormais, CLC), t. IV, p. 423.

32 CLC, t. IV, p. 468 y 469.

33 CLC, t. IV, p. 667.

34 CLC, t. V, p. 251.

35 Actas de las Cortes de Castilla (désormais, ACC), t. VII, p. 393.

36 ACC, t. IX, p. 405-407.

37 En 1543, le roi devait quatre années de salaire aux guardias viejas de Castilla, Archivo General de Simancas (désormais, AGS), Estado, leg. 66, fol. 43.

38 Par exemple, Mikel Berraondo Piudo, dans une étude sur la violence à Pamplona entre 1500 et 1700, fait observer que 60 % des homicides, dans cette période, ont été commis avec une épée ou une arme blanche, «La violencia interpersonal en una ciudad fronteriza: el caso de Pamplona (1500-1700)», Manuscrits, 2010, nº 28, p. 207-242.

39 Disputes avec des dagues et des épées, très différentes des duels classiques.

40 Sur cette question, voir Tomás Mantecón Movellán, «Lances de cuchilladas y justicia en la práctica en la Castilla del siglo xvii», dans Conflicto, violencia y criminalidad en Europa y América, José Antonio Munita Loinaz (coord.), Bilbao, Universidad del País Vasco, 2004, p. 192-228. Le même auteur affirme précisément que, sous l'Ancien Régime, la violence interpersonnelle est réduite, en particulier le nombre d’homicides, «Did interpersonal violence decline in the Spanish Old Regime?», Memoria y civilización, 1999, nº 2, p. 117-140.

41 Antonio Luis Cortés Peña, «Alojamientos de soldados y levas: dos factores de conflictividad en la Andalucía de los Austrias», Historia Social, 2005, 52, p. 19-34.

42 Fernando Cortés Cortés, Alojamiento de soldados en la Extremadura del siglo xvii, Mérida, 1996.

43 Antonio Jiménez Estrella, «La otra violencia. Presencia militar, tensión y conflictos con la población civil en Castilla (siglo xvi)», dans Violencia y conflictividad en el universo barroco, op. cit., p. 95-117.

44 Antonio Jiménez Estrella, «El problema de los alojamientos de la tropa en el reino de Granada (1503-1568)», Chronica Nova, 1999, nº 26, p. 191-214.

45 Cela est promulgué dans les ordonnances de 1551, AAlhGr, leg. 232, fol. 1-34.

46 Il faut rappeler qu'en 1550, les morisques ont payé un peu plus de 40.000 ducats en impôts extraordinaires, ce que n’ont pas payé les vieux chrétiens, voir Bernard Vincent, «Las rentas particulares del reino de Granada en el siglo xvi: fardas, habices y agüela», dans Andalucía en la Edad Moderna: economía y sociedad, Granada, Diputación Provincial de Granada, 1985, p. 81-122.

47 Real cédula du 8 Décembre, 1526, AAlhGr, leg. 46, fol. 40.

48 Real cédula du 11 Mars, 1552, AAlhGr, leg. 167, fol. 6.

49 On peut trouver quelques exemples de l'importance de la juridiction militaire pour les théoriciens militaires dans les travaux de Bernardino de Mendoza, Teórica y práctica de guerra, Madrid, 1998 ; Baltasar de Ayala, De iure et officiis bellicis et disciplina militari, Libri III, Antuerpen, 1597 ; Cristóbal de Lechuga, Discurso del Capitán Cristóbal de Lechuga en que trata del cargo de Maestre de Campo General y de todo lo que de derecho toca en el ejército, Milan, Pandolfo Malatesta imp., 1603.

50 Citons quelques uns de ces travaux : Sebastián Monserrat Alsina, «El Ejército Real y la jurisdicción de Guerra», Revista Española del Derecho Militar, 1996, nº 21, p. 9-52 ; Nicolás González-Deleito, La evolución histórica de la jurisdicción militar en España, Madrid, 1979 ; Susana San Cristóbal, La jurisdicción militar. De jurisdicción especial a jurisdicción especializada, Granada, 1996 ; Juan Carlos Domínguez Nafría, «Conflictos de competencias entre la jurisdicción ordinaria y la militar en el Antiguo Régimen», Anuario de historia del derecho español, 1997, nº 67 (2), Ministerio de Justicia, Madrid, p. 1546-1566. Pour une analyse plus complète de la juridiction militaire sous l'Ancien Régime, voir José Luis de las Heras, La justicia penal de los Austrias en la Corona de Castilla, Salamanca, Universidad de Salamanca, 1991.

51 Citons, par exemple, Irving Anthony A. Thompson, Guerra y decadencia…, op. cit. ; Francisco Andújar Castillo, «El fuero militar en el siglo xviii. Un estatuto de privilegio», Chronica Nova, 1996, nº 23, p. 11-31 ; Enrique Martínez Ruiz, «Legislación y fuero militar», dans Guerra y sociedad…, op. cit., t. II, p. 11-32.

52 Voir mon analyse institutionnelle, politique et sociale de l’institution, de ses membres et du réseau de patronage créé par les Mendoza au xvie siècle dans le royaume, Antonio Jiménez Estrella, Poder, ejército y gobierno en el siglo xvi. La Capitanía General del Reino de Granada y sus agentes, Granada, Universidad de Granada, 2004.

53 Antonio Jiménez Estrella, «Militares y oficiales de la administración militar: estrategias de ascenso social e integración en las élites del reino de Granada durante el siglo xvi», dans La movilidad social en la España del Antiguo Régimen, Inés Gómez González, Miguel Luis López-Guadalupe Muñoz (eds.), Granada, Comares, 2007, p. 193-221.

54 On peut voir certains de ces litiges dans les documents suivants : AAlhGr, leg. 31, fol. 19 ; AAlhGr, leg. 35, fols. 19 y 26 ; AAlhGr, leg. 125, fols. 13 y 17 ; AAlhGr, leg. 33, fol. 30 ; AAlhGr, leg. 139, fols. 24, 25 y 27.

55 Antonio Jiménez Estrella, Poder, ejército…, op. cit., p. 431-435.

56 À cet égard, Charles Quint a promulgué le 3 mars 1543 une concordia (accord), pour arbitrer tous les cas possibles de conflit juridictionnel entre le capitaine général et le gouverneur de l'Alhambra, et la Chancellerie et les autres juges ordinaires du royaume, afin d’éviter les conflits de compétences, AGS, Guerra Antigua, leg. 27, fol. 161. Un nouveau décret a été publié 31 ans plus tard, le 10 Août 1574, dont le but était le même, AGS, Guerra Antigua, leg. 201, fol. 43. Cependant, comme d'habitude, ces ordres n'ont pas eu beaucoup d'effet.

57 Irving Anthony A. Thompson, «Milicia, Sociedad y Estado en la España Moderna», dans La Guerra en la Historia, Ángel Vaca Lorenzo (coord.), Salamanca, Universidad de Salamanca, 1999, p. 115-134.

58 Les procès sont conservés dans les Archives historiques de l'Alhambra de Grenade (AAlhGr), qui a accueilli l'institution entre 1492 et 1567. Cette caractéristique (et le fait que les seuls documents bien conservés datent de 1530 à 1570) limite considérablement les possibilités d'une étude sérielle pour le siècle entier, bien qu'elle soit possible pour cette période-là.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antonio Jiménez Estrella, « Violence et conflits dans l’armée de la Monarchie Hispanique en Castille : quelques propositions de recherche et de méthodologie », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 12 | 2013, mis en ligne le 01 février 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://framespa.revues.org/2138 ; DOI : 10.4000/framespa.2138

Haut de page

Auteur

Antonio Jiménez Estrella

Profesor Contratado, Doctor. Universidad de Granada, Departamento de Historia Moderna y de América.
jimeneze@ugr.es

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org