Navigation – Plan du site

Texte intégral

Affiche de la journée d’étude

Affiche de la journée d’étude

Jérôme Bosch, Le portement de croix avec Sainte Véronique, 1515-16, détail, huile sur bois 76,7 x 85,5, Musée des Beaux-Arts de Gand.

Libre de droits : domaine public
Conception graphique de l'affiche : Benoît Colas, UTM/CPRS-UMS 838.

1Au cours de l’année universitaire 2011-2012, l’atelier 2 de la thématique 4 du laboratoire FRAMESPA, intitulée « Acteurs, Économies, Réseaux » a assuré la coordination du séminaire transversal de cette thématique. Sur la base des travaux menés par les divers chercheurs qui y participent, la réflexion a porté sur les phénomènes de violences sociales articulées à la recherche de consensus sociaux. À partir de terrains variés, et sur le temps long, les diverses séances du séminaire ont envisagé la question de l’ordre social et des modèles sociaux qui le préservent, afin de comprendre comment stabilité et concorde en viennent à s’imposer. Le plus souvent par une approche « au ras du sol », il s’est agi d’étudier les mécanismes d’action, les formes des relations, ainsi que les fonctionnements sociaux en œuvre dans des sociétés stables.

2La réflexion développée s’est articulée autour d’un double constat. Certains conflits opèrent comme des régulateurs, en général intégrés, souvent instrumentalisés par les acteurs sociaux eux-mêmes, et contribuent ainsi à l’équilibre des sociétés. D’autres, au contraire, peuvent échapper aux acteurs, publics ou privés, et évoluer vers des ruptures plus brutales, des situations de désordre, de révoltes ou de soulèvements. Qu’est-ce qui explique que certains systèmes politiques ou sociaux parviennent à se maintenir en évitant la rupture, tandis que d’autres basculent dans le désordre? C’est à cette question que l’on s’est efforcé de répondre, tout au long des six journées d’étude, fort riches et diverses. De la Scandinavie aux espaces latino-américains en passant par l’espace français ou le monde médiéval vénitien et, bien sûr, le monde hispanique, ces journées ont offert des analyses de situations dans des contextes spatiaux-temporels fort variés. Les unes et les autres se sont attachées à proposer tout à la fois des approches globales, des analyses de l’action des élites et/ou de celle du « peuple », tout en articulant également les discours et les pratiques des uns et des autres. Tout au long de ces séminaires, l’objectif a bien été d’appréhender les sociétés considérées comme un tout, en choisissant de porter prioritairement l’attention sur les acteurs, et en utilisant à cette occasion notamment les propositions d’analyse provenant de la sociologie de l’action et plus généralement des théories de l’acteur.

3Sur la base de ces réflexions, on peut ébaucher quelques-unes des réponses apportées à la question posée initialement. D’une manière générale, on peut classiquement considérer que l’ordre social s’impose par plusieurs biais. En premier lieu, la puissance publique et les groupes dominants prescrivent un système de normes et de lois, combinées à des principes, des valeurs et une idéologie, et défendues par les forces de coercition et d’arbitrage que sont la police et la justice. On pourrait y ajouter les structures de solidarité et les valeurs de cohésion, produites à l’intérieur de la société par les institutions publiques ou les acteurs eux-mêmes afin de garantir le « vivre ensemble », autant de structures sur lesquelles s’adosse le « lien social ». Longtemps dominée par une approche marxiste, l’étude des processus de domination et de maintien de l’ordre a bénéficié, à partir des années 1980, des recherches en termes d’articulation d’échelles macro et micro et de combinaisons entre structures et pratiques (échelles d’analyse, sociologie de l’action et théories de l’acteur). Dès lors, les orientations méthodologiques plus récentes sont des invitations à reconsidérer la question de l’ordre/désordre et donc des conflits sociaux de façon plus pragmatique, en essayant de comprendre comment s’exerce, en situation, le jeu des acteurs. À savoir, comment la stabilité sociale est-elle pratiquement garantie?

4Parmi les outils théoriques mobilisés dans le cadre de ces réflexions, la notion d’institution occupe une place centrale. À la catégorie d’institution, et conformément à l’approche développée par Douglass C. North dans sa réflexion sur le fonctionnement et les logiques économiques, nous accordons un sens beaucoup plus large que celui que lui octroie aujourd’hui, et spontanément, le sens commun quand il l’applique aux « institutions politiques ». Dans les grands débats suscités dans les années 1960 par le marxisme, le structuralisme, ou encore dans « l’école des Annales », l’institution n’avait pas réellement de place. Tout spécialement pour cette dernière, qui lui préférait l’histoire économique ou l’histoire sociale au détriment de l’histoire politique, l’institution n’occupait pas, tout au moins en apparence, un quelconque rôle conceptuel ou moteur. Aussi ne s’étonne-t-on pas de voir réserver alors son usage, de manière presque exclusive, aux juristes qui vont en développer une conception relativement étroite. Pour ces derniers, parler d’institution, dans le sens le plus général du mot, renvoie à des structures organisées, juridiquement fondées, chargées d’assurer le maintien d’un état social précis. Ce faisant, ils en offrent une conception non seulement restrictive mais surtout relativement statique.

  • 1 Alain Guéry, Qu’a-t-on appris des institutions ?, Paris, Éditions L'Harmattan, 2003.

5Avec la remise en cause, à compter des années 1980, des paradigmes qui triomphaient jusque là, l’usage de cette catégorie est devenu de plus en plus fréquent dans les sciences sociales. Au point que l’on peut considérer qu’elle y occupe aujourd’hui une position centrale. Dans le fonctionnement d’une société qui articule modes de pouvoir et modes de relations sociales nous reconnaissons tout autre chose que des « institutions ». Pourtant elles y sont omniprésentes. La parenté, les échanges et les services rendus, les conflits entre personnes, familles ou groupes, à propos de l’une comme des autres, y provoquent un mouvement d’ensemble perpétuel fait de relations multiples de court ou très court terme. Seuls les usages, les croyances et les coutumes propres à la communauté concernée règlent ces rapports de parenté, ces échanges et ces conflits. C’est très précisément l’application de ces normes, de ces usages, la mise en œuvre de ces pratiques routinières, au nom de croyances plus ou moins anciennes, qui, régulant les rapports personnels à chaque niveau de l’échelle sociale, assurent la reproduction, pour l’essentiel, des traits les plus fondamentaux d’un état social initial1. Sur cette base, nous pouvons considérer que l’institution correspond ainsi aux croyances, usages et coutumes, normes et règles qui assurent la régulation d’une société. Nous pouvons donc admettre que les institutions représentent l’ensemble des contraintes forgées par une société qui structurent les interactions politiques, économiques et/ou sociales. En ce sens elles consistent à la fois en des contraintes informelles (tabous, coutumes, sanctions…) et des règles formelles (constitutions, lois, droit de propriété…). En créant un ordre, en réduisant l’incertitude dans les échanges, les « institutions » fournissent les structures de régulation dont toute société ressent le besoin afin de se maintenir.

  • 2 Jean-Pierre Dupuy, « Introduction », « L’économie des conventions », Revue économique, vol. 40, n (...)
  • 3 Robert Salais, « Analyse économique des conventions du travail », ibid., p. 213.
  • 4 André Orléan, « Pour une approche cognitive des conventions économiques », ibid., p. 265.

6L’institution, envisagée selon cette perspective, rejoint alors la « convention » telle qu’elle a été définie par l’économie des conventions, qui suppose que « l’accord entre individus, même lorsqu’il se limite au contrat d’un échange marchand, n’est pas possible sans un cadre commun, sans une convention constitutive »2. Ainsi, une convention peut être définie comme « un système d’attentes réciproques sur les compétences et les comportements, conçus comme allant de soi et pour aller de soi »3. À ce titre, « l’organisation sociale, au travers de laquelle la communauté se dote d’une référence commune, produit une représentation collective extériorisée qui fonde les anticipations individuelles »4. La convention suppose un compromis, un cadre dans lequel les acteurs savent pouvoir puiser des références communes.

  • 5 Jean Pierre Dedieu, Après le roi. Essai sur l’effondrement de la Monarchie espagnole, Madrid, Cas (...)

7Dans la perspective qui est la nôtre, l’institution et la convention restent bien de simples « vedettes américaines », à savoir des prismes d’analyse sans jamais véritablement constituer des objets d’étude en soi. Elles deviennent plutôt les révélateurs, dans toutes leurs potentialités, du rôle des acteurs dans la vie politique, économique et/ou sociale observée. En ce sens, les diverses « institutions » prises en considération configurent des modèles sociaux qui constituent, dans leurs diversités, l’un des premiers objets d’analyse de notre collectif. Dans ce domaine, et compte tenu de l’orientation historienne et hispanique du dossier présenté, nous renvoyons à l’usage exemplaire qu’a pu faire Jean Pierre Dedieu de cette approche dans une étude récente sur la monarchie espagnole et les causes de son effondrement en 18085.

8Le dossier qu’accueillent aujourd’hui les Cahiers de Framespa correspond à l’une de ces journées d’étude, à savoir celle qui s’est tenue les 29 et 30 mars 2012 à l’Université de Toulouse6. Cette journée, placée sous le signe de l’ouverture internationale, proposait une réflexion sur les conflits et la conflictualité sociale dans les sociétés méditerranéennes entre les xvie et xixe siècles. À cette occasion, nous avons accueilli plusieurs collègues provenant de diverses universités espagnoles qui travaillent précisément sur cette question des conflits dans le monde hispanique. Le dossier que nous proposons est le produit des travaux présentés à cette occasion durant lesquels ont été abordées autant des questions de méthodes que des analyses de cas. Tous s’inscrivent dans l’approche théorique ici présentée même s’ils la mobilisent de manière variée. Un ensemble de contributions propose une analyse des conflits sous l’angle ou dans un cadre prioritairement institutionnel au sein de la société espagnole : l’armée, l’administration royale ou encore dans l’appareil judiciaire lui-même. D’autres choisissent d’aborder ces mêmes conflits à partir des acteurs qui les vivent : les femmes et l’approche en termes de genre, les étrangers ou encore la société andalouse étroitement liée à la circulation des hommes et des biens entre les deux rives de l’Atlantique. Les deux derniers textes proposent, quant à eux, une réflexion d’une autre nature, plus théorique ou conceptuelle et méthodologique. Le premier des deux part d’une interrogation qui combine l’histoire sociale et l’histoire des concepts dans le cadre d’une approche d’histoire connectée, tout en y ajoutant un volet méthodologique organisé autour d’une base de données conjuguant étude des réseaux et lexicométrie. Quant au dernier texte, relevant d’une démarche que l’on qualifie aujourd’hui « d’histoire numérique », il présente un outil informatique remarquablement performant au service de ce type d’approche.

Haut de page

Notes

1 Alain Guéry, Qu’a-t-on appris des institutions ?, Paris, Éditions L'Harmattan, 2003.

2 Jean-Pierre Dupuy, « Introduction », « L’économie des conventions », Revue économique, vol. 40, n° 2, 1989, p. 142.

3 Robert Salais, « Analyse économique des conventions du travail », ibid., p. 213.

4 André Orléan, « Pour une approche cognitive des conventions économiques », ibid., p. 265.

5 Jean Pierre Dedieu, Après le roi. Essai sur l’effondrement de la Monarchie espagnole, Madrid, Casa de Velázquez, 2010.

6 URL : http://framespa.univ-tlse2.fr/actualites/thematiques/fronteras/conflits-et-conflictualite-sociale-dans-les-societes-mediterraneennes-16eme-19eme-siecles--147853.kjsp?RH=Autresinfos_FRAMESPA

Haut de page

Table des illustrations

Titre Affiche de la journée d’étude
Légende Jérôme Bosch, Le portement de croix avec Sainte Véronique, 1515-16, détail, huile sur bois 76,7 x 85,5, Musée des Beaux-Arts de Gand.
Crédits Libre de droits : domaine publicConception graphique de l'affiche : Benoît Colas, UTM/CPRS-UMS 838.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2084/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Bertrand, « Introduction », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 12 | 2013, mis en ligne le 01 février 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/2084

Haut de page

Auteur

Michel Bertrand

Historien, est professeur à l'Université de Toulouse, membre de l'Institut Universitaire de France et actuellement directeur-adjoint du laboratoire FRAMESPA (UMR 5136 du CNRS).
Spécialiste des sociétés coloniales et postcoloniales d'Amérique latine, ses recherches actuelles portent sur les élites sociales de Nouvelle-Espagne, tout particulièrement dans le cadre de la ville de Puebla. Afin de dépasser les interprétations réductrices qui tendent à enfermer les acteurs dans des catégories sociales à vocation identitaire (telles que créoles versus péninsulaires) il développe des analyses relationnelles pour reconstituer la complexité des jeux sociaux au sein de ces élites urbaines coloniales.
mbertran@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org