Navigation – Plan du site
Dossier

Les Jésuites et la dévotion à saint Louis au xviie siècle : la célébration du Roi très chrétien

The Jesuits and the Cult of Saint Louis in the 17th Century: the Celebration of the Most Christian King
Los jesuitas y la devoción a San Luis en el siglo xvii: la celebración del Rey Cristianísimo
Géraldine Lavieille

Résumés

Protégés et soutenus par la monarchie française à partir de leur retour en 1603, et néanmoins toujours critiqués, notamment par les plus fervents gallicans, les Jésuites rendent hommage tout au long du xviie siècle au Roi très chrétien à travers le culte de saint Louis, figure miroir du roi Bourbon régnant et nouveau patron du Royaume. Le culte et l’iconographie louent le roi protecteur, tout en rendant publique et commémorant la faveur royale face à des détracteurs virulents. Ils prouvent ainsi leur fidélité au roi régnant et, plus généralement, à la Monarchie française, en même temps qu’ils témoignent de leur dévouement au bien du Royaume, et justifient dès lors leur intégration au sein de la France. L’iconographie de saint Louis dessine alors un portrait très élogieux du Roi très chrétien, à la fois modèle et premier des fidèles, dont la mission est de mener son Royaume sur le chemin du Salut.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Émile Mâle, L'Art religieux après le Concile de Trente : étude sur l'iconographie de la fin du xv (...)
  • 2 Églises Saint-Louis repérées : collèges d’Aix-en-Provence, Angoulême, Béziers, Blois, La Flèche, (...)

1Dès 1932, Émile Mâle repérait la récurrence du choix de saint Louis au sein des églises jésuites de l’assistance de France, et l’associait à une forme d’allégeance politique1. Depuis, la question n’a été reprise que pour des analyses locales. Étudier l’ensemble des décors intégrant le saint roi permet pourtant de dégager des caractéristiques communes et, sans nier l’existence de spécificités locales, de comprendre l’attachement à Louis IX, alors que les Jésuites n’hésitent pas à célébrer directement le roi régnant. Le choix du saint déplace la célébration sur le plan religieux2.

  • 3 Voir Henri IV et les Jésuites, actes de la journée d'études universitaires du samedi 18 octobre 2 (...)

2En effet, si célébrer c’est faire un éloge public ou commémorer un événement, c’est aussi accomplir solennellement une cérémonie, avant tout religieuse. Le développement du culte jésuite de saint Louis prend place dans un renouveau plus général de l’engouement qu’il suscite, suite à sa promotion comme patron du royaume en 1618. L’hagiographie de Louis IX, insistant sur ses croisades et sur sa piété, manifestée notamment par l’acquisition de reliques de la Passion, rencontrait assez bien certaines préoccupations de la Compagnie au xviie siècle. Toutefois la célébration du saint avait aussi une portée politique, permettant de publier le rapport privilégié que la Compagnie entretenait avec la monarchie française et de revendiquer une place à part face à ses détracteurs. Le contexte du xviie siècle influença en effet l’attitude des Jésuites vis-à-vis de la royauté3 : leur expulsion partielle, suivie de leur rappel, et la reconstruction henricienne tissèrent des liens forts entre une Compagnie contestée et une monarchie inventant de nouvelles formes d’exercice de l’autorité, liens qui furent progressivement renforcés par l’essor de l’absolutisme royal, tandis que les mutations des sensibilités et des pratiques religieuses remaniaient les liens entre les sphères politique et religieuse. Naquit ainsi une association entre le roi et la Compagnie où s’échangèrent protection, faveur et louange. En dépit du lien de dépendance alors instauré, il faut interroger leur rôle respectif et envisager la part de liberté des Jésuites, en particulier à propos des modalités et des ressorts de la construction de l’éloge du roi. En comparant l’iconographie jésuite du saint patron des Bourbons à d’autres images contemporaines, on peut déceler des spécificités. L’homogénéité relative de la représentation de saint Louis par les Jésuites autorise l’étude d’un certain nombre de positions publiques prises par plusieurs établissements et membres de la Compagnie, n’impliquant pas pour autant une uniformité de l’ensemble de l’assistance.

3L’étude du corpus permet d’analyser comment la célébration du saint patron des Bourbons et du Royaume dresse le portrait en miroir d’un roi qui tire son prestige et sa puissance de son dévouement, voire de sa soumission, à la religion. Le caractère politique de la figuration de saint Louis permet en effet de commémorer l’alliance nouée entre les Jésuites et la monarchie, voire de justifier leur intégration au sein du royaume. Ce faisant, ils dressent un éloge du roi fondé sur l’exaltation du dévouement à la foi.

Commémoration et légitimation

Une coopération progressive

  • 4 Le cardinal de Bourbon est le fondateur de la maison professe parisienne, ce qui explique la dédi (...)

4L’association entre les Bourbons et la Compagnie via la figure de saint Louis, d’origine familiale4, acquiert une autre portée avec l’avènement d’Henri IV, qui adopte cette figure à des fins de légitimation politique et religieuse. Il multiplie les références au saint roi, et décide de lier cette figure illustre à la sienne au sein de l’une de ses plus prestigieuses fondations, le collège de la Flèche, auquel il donne son nom, tandis qu’il voue l’église à son ancêtre. L’importance de la fondation pour le roi se lit dans son insertion au sein de l’édit de Rouen (1603) qui rétablit les Jésuites en France tout en les plaçant sous sa dépendance. La perpétuation de cette alliance symbolique entre la monarchie, saint Louis et les Jésuites, sous Louis XIII et Louis XIV, se fait alors sous le signe de la continuité dynastique. Ainsi, en dépit de la consécration de l’église du collège de Poitiers en 1613 au Saint-Nom-de-Jésus, un brevet royal change sa dédicace dès 1615, au nom de l’imitation du modèle paternel :

  • 5 Lettres patentes du 12 septembre 1615, citées par Joseph Delfour, Les Jésuites à Poitiers, Paris, (...)

Sa Majesté, en suivant la piété et la bienveillance de son feu seigneur et tres honoré pere, veut que l’Eglise du College des Peres Jesuites de Poictiers soit dediée et consacrée à l’honneur de saint Louys, roi de France5.

  • 6 Contrat du 26 décembre 1685, cité par Pierre Delattre (dir.), Les Établissements des Jésuites en (...)

5Bien entendu, le dessein de ces dédicaces évolue, et est souvent lié à la situation spécifique de chaque établissement. Si Henri IV souhaite encourager une éducation favorisant l’adhésion de la jeune noblesse à la royauté, Louis XIII et Richelieu, en finançant une partie du décor de l’église parisienne, cherchent à démontrer la piété de la monarchie à la bonne société et, notamment, à la cour, qui fréquente l’église avec assiduité. Les fondations de Louis XIV semblent viser l’adhésion des récentes conquêtes protestantes et, plus globalement, faire progresser les conversions dans tout le royaume. Ainsi le roi décide-t-il de confier aux Jésuites le Séminaire royal des Aumôniers de la Marine, à Brest, pour lequel il promet de faire construire à ses frais une chapelle, qui fut dédiée à saint Louis ; il s’agissait pour le roi de donner à « ceux de la Religion prétendue réformée, servant sur les […] vaisseaux […] les instructions nécessaires pour les obliger à faire une bonne et véritable conversion »6. Une telle fondation souligne en outre son désir de susciter l’attachement des milieux militaires, déjà manifesté par l’église Saint-Louis des Invalides (1674) et la maison royale de Saint-Cyr (1686), ultérieurement confirmé par l’ordre de Saint-Louis (1693).

  • 7 Pierre Delattre (dir.), op. cit., vol. 5, 1957, p. 152.
  • 8 Contrat d’établissement des Jésuites au Collège d’Angoulême du 11 juin 1622 publié par Jean Antoi (...)
  • 9 Arch. dép. Sarthe, 4 E VI 328/247, contrat entre les Jésuites et Pierre Corbineau, 20 juin 1633 ; (...)

6Toutefois, même si elle est fréquente, cette association entre les Bourbons, les Jésuites et saint Louis n’a rien de systématique : les établissements de fondation royale et confiés aux soins de la Compagnie ne comportent pas tous une église Saint-Louis, et inversement les églises jésuites qui lui sont vouées, ou qui comportent des œuvres le figurant, ne sont pas uniquement des fondations royales. Certaines de ces églises sont issues d’initiatives locales, comme à Vienne7, ou à Angoulême, où le contrat stipule que les représentants du corps de ville « accordent & délaissent [aux Jésuites] la Maison de leur Collège, qui sera nommé doresnavant le Collège de Saint-Louis, en l’honneur de Sa Majesté »8. En outre, les fondateurs ne décident pas seuls du patronage, de l’élaboration des plans, ou de la commande d’œuvres ; même dans le cas de fondations royales, les décors ne sont pas automatiquement de la responsabilité royale, comme le prouvent plusieurs contrats concernant le décor de l’église fléchoise où des dessins signés devant notaire ont été confiés par les Jésuites aux artisans chargés de les reproduire scrupuleusement9.

7Et en effet, si, pour la royauté, associer saint Louis à certaines églises jésuites pouvait s’avérer utile, inversement, pour la Compagnie, un tel partenariat se révélait particulièrement propice. La période de transition entre le xvie et le xviie siècle est difficile pour elle : mal appréciée des gallicans, compromise par l’engagement d’une partie de ses membres dans la Ligue et la publication d’ouvrages sur le tyrannicide, elle est directement accusée lors de l’attentat de 1594 contre le roi ; si son expulsion partielle du royaume n’est que temporaire, elle reste après son retour en 1603 l’objet de critiques, ravivées par l’assassinat d’Henri IV. Pourtant, les conditions du rappel de la Compagnie veillent à s’assurer du bon comportement de ses membres (serment de loyauté au roi) et soumettent toute nouvelle fondation au bon vouloir du roi. La légitimité de la Compagnie réside alors en majeure partie dans son rapport avec le monarque.

8Associer saint Louis à leurs églises permet donc aux Jésuites de France de justifier leur présence tant sur les plans juridique que théorique, ce qu’enseigne par exemple une gravure du début des années 1610 figurant saint Louis entre Henri IV et Louis XIII agenouillés devant le collège de la Flèche : le laurier, le lierre et les palmes suggèrent que la piété des Bourbons garantit victoire et renommée, mais aussi protection divine car non seulement le saint transmet ses commandements au jeune roi, mais encore l’église (dédiée à saint Louis) est encadrée par un pélican et un aigle, symboles du sacrifice et de la résurrection du Christ.

Figure 1

Figure 1

Isaac Jaspar, Saint Louis, Henri IV, Louis XIII devant le collège de la Flèche, début du xviie siècle. Gravure, 217 × 277 mm. BnF., département des Estampes et de la Photographie, Réserve Fol-Qb-201(18), coll. Hennin, n° 1624.

Cliché BnF/Gallica

9L’image témoigne donc d’un régime de faveur royale temporelle et spirituelle pour la Compagnie ; la confiance monarchique prouve la légitimité de la présence jésuite, tandis que les cartouches au bas de la gravure rappellent toute son utilité intellectuelle.

  • 10 Voir Barbara Gaehtgens, « À toutes les gloires de l’État. Richelieu, les Jésuites et le maître-au (...)

10Une telle légitimation peut aussi s’effectuer sur le plan symbolique en associant à saint Louis des saints jésuites, ce que l’on constate par exemple dans les deux églises les plus prisées par la monarchie, et dont les décors furent élaborés simultanément, probablement par le même architecte : le père François Derand. Ainsi, la façade de l’église de la maison professe de Paris (1631-1634) était ornée au second ordre des statues de saint Ignace et saint François-Xavier, tandis qu’au dernier prenait place celle de saint Louis ; à l’intérieur, le maître-autel (vers 1641) comportait aussi les statues des deux saints jésuites, encadrées par celles de Charlemagne et Louis IX, reprenant en cela la disposition du retable fléchois (1633-1636) ; tous les deux intégraient en outre un portrait peint de saint Louis10.

11La coopération cruciale entre la monarchie et la Compagnie est donc rendue publique par l’usage de saint Louis, dont le culte prouve la fidélité de la Compagnie au roi régnant et va jusqu’à témoigner d’une réelle intégration des Jésuites.

Culte monarchique, culte national

  • 11 Arch. dép. Sarthe, 4 E VII 5/448, contrat entre les Jésuites et Pierre Dionise pour la peinture d (...)
  • 12 Édit de fondation reproduit dans Alain de Dieuleveult, Jean-Claude Ménard, et al, 1604-2004 : du (...)
  • 13 Pour la façade et le maître-autel, voir Barbara Gaehtgens, art. cit.

12La portée politique actuelle de la représentation de saint Louis pouvait être explicitée par son association avec la figure de l’un des Bourbons. L’association réelle entre Henri IV et les Jésuites au collège fléchois se complète d’une association symbolique au sein du décor : sur le retable du maître-autel figure deux fois saint Louis, accompagné des « armes du Roi »11, lequel retable est encadré des monuments des cœurs royaux ; de plus, aux messes traditionnelles et offices de saint Louis s’ajoutent, selon l’édit de fondation de 1607, différentes messes pour Henri IV12. On retrouve cette association réelle et symbolique démultipliée dans tout le décor de l’église de la maison professe parisienne13, ce dont témoigne par exemple une toile offerte à l’église où Louis XIII dédie l’édifice à saint Louis qui apparaît dans une nuée, en présence des pères jésuites qui assistent à la scène en toute humilité ; la construction de l’image qui dispose dans une même ligne les pères, Louis XIII et l’église montre que la dédicace place le roi sous la protection du saint, et les pères sous celle du roi.

Figure 2

Figure 2

Simon Vouet (atelier), Louis XIII offrant à saint Louis le modèle de l’église Saint-Louis, 1639-1642. Huile sur toile, 3,88 × 3,59 m. Paris, église Saint-Paul-Saint-Louis.

Cliché auteur

13Parfois c’est à d’autres membres illustres de la monarchie que saint Louis est associé, comme aux maîtres-autels de La Flèche et de Paris, dont l’iconographie semble s’inspirer de la chapelle du château de Fontainebleau où des statues de Charlemagne, sous les traits d’Henri IV, et de saint Louis, sous ceux de Louis XIII, ornent le retable datant de 1628-1633. Le frontispice du Lys Sacré du père Rousselet, quant à lui, figure dans les trois pétales d’un lys Clovis, le roi de guerre qui se dévoue à la religion, Louis IX, le roi saint et juste, et Louis XIII, le roi pieux.

Figure 3

Figure 3

Grégoire Huret, frontispice pour le père Georges-Étienne Rousselet, Le Lys Sacré, justifiant le bonheur de la piété par divers Parangons du Lys avec les vertus, & les miracles du Roy S. Louys, & des autres Monarques de France..., Lyon, L. Muguet, 1631, in-quarto, n. p.

Cliché BnF/Gallica

  • 14 Frédéric Cousinié, Le Saint des Saints. Maîtres-autels et retables parisiens du xviie siècle, Aix (...)

14Les regards du premier roi chrétien et du roi régnant convergent vers le sommet du lys où irradie la sainteté de Louis qui veille sur son descendant, tandis que le Saint-Esprit apporte la Sainte Ampoule, évoquant ainsi l’élection divine de la monarchie avec Clovis qui bénéficie du cadeau « venant d’en haut » (« Anôthen ») ; l’alliance sacrée est renouvelée par saint Louis, lui-même imité par Louis XIII, pour le bien de la monarchie entière. La coupole de l’église parisienne, quant à elle, figurait Clovis, Charlemagne, Robert le Pieux et saint Louis14 ; surplombant le maître-autel, la fresque manifestait l’élection de la monarchie qui pouvait s’enorgueillir de compter parmi ses membres deux saints et deux rois associés à des miracles : Clovis et la Sainte Ampoule, Robert et le pouvoir thaumaturgique.

15Enfin, la manifestation par les Jésuites d’une alliance conclue avec la monarchie élue se complète d’une revendication d’intégration nationale. Dès avant la promulgation du saint comme patron du Royaume, la gravure du collège fléchois figure derrière le jeune Louis XIII une allégorie de la France tenant un médaillon orné du monogramme des Jésuites et d’un cœur surmonté d’une couronne impériale, en référence au cœur d’Henri IV transporté au collège : la France soutient ici l’alliance contractée entre la Compagnie et la monarchie, soudée par l’intercession du saint qui est à la fois patron de l’église jésuite et des Bourbons, et déjà protecteur du royaume comme le confirme l’inscription « hoc lumen columenque mihi » (« j'ai pour moi cette lumière et ce pilier »). Un peu plus tard, une toile peinte pour l’église de la maison professe de Paris semble reprendre cette idée. En effet, elle se distingue des autres peintures de saint Louis ornant l’église, qui le représentent avec des traits physiques similaires ; dans la toile où Louis XIII offre l’église à son saint patron, ce dernier a un visage nettement plus fin et féminin, des cheveux plus longs et plus ondulés. On peut penser ici à une esquisse d’assimilation entre saint Louis et la France : tout se passe comme si l’intercesseur du Royaume était privilégié au point de pouvoir le personnifier. Or la protection du Royaume est montrée explicitement en phase d’être confiée aux Jésuites par le roi, preuve de leur parfaite intégration.

16Si le culte de saint Louis a donc une fonction légitimatrice pour les Jésuites, il est aussi une forme de glorification qui dresse le portrait d’un roi chrétien idéal.

L’exaltation de la gloire du Roi

Saint Louis roi de gloire

  • 15 Publié plusieurs fois entre 1653 et 1671 : Pierre Le Moyne, Saint Louys, ou le héros chrestien. P (...)

17Les églises jésuites consacrées à saint Louis ou intégrant le roi dans leur décor sont pour une partie d’entre elles dépendantes des établissements les plus prestigieux, mais c’est surtout le traitement iconographique qui construit l’image d’un roi glorieux. L’analyse des thèmes de représentation montre en effet l’insistance des Jésuites sur la piété ou l’apothéose du roi plus que sa charité, dont un seul exemple existe à notre connaissance, alors que le thème forme une composante notable de l’iconographie du saint au xviie siècle. Plus encore, les modalités de représentation de l’acquisition des reliques de la Passion visent à rendre visible l’élection divine. La réalité – l’achat de la Couronne d’épines – est systématiquement transfigurée en miracle, comme on peut l’observer sur les gravures du livre XVIII du Saint Louys du père Le Moyne qui figurent la scène finale du poème 15 :

Figure 4

Figure 4

Jean Lepautre, planche pour le livre XVIII du père Pierre Le Moyne, Saint Louys, ou La Sainte Couronne reconquise, poème héroïque, dans Œuvres poétiques du P. Le Moyne, Paris, L. Billaine, 1671, in-folio, p. 222.

Cliché BnF/Gallica

  • 16 Simon Vouet (atelier), Saint Louis recevant la Couronne d'épines des mains du Christ apparaissant (...)
  • 17 Saint Louis et les croisades, xviie siècle. Peinture murale. Poitiers, collège Henri IV, église ; (...)

18Le roi priant pour distinguer la relique authentique de sa copie voit ses supplications entendues et le feu divin consumer les fausses richesses tandis que la relique s’illumine et se pose sur la tête du roi ; les deux compositions mettent en valeur la Couronne lumineuse au centre de l’image, soulignant à quel point le roi bénéficie du soutien divin. Ailleurs, l’iconographie va jusqu’à faire de cette acquisition une récompense du Christ qui apparaît au roi16, tandis qu’à Poitiers et à Blois ce sont des anges qui le secondent17. Les commandes jésuites évacuent donc de la représentation la cérémonie de translation des reliques pour mieux mettre en évidence la figure du saint et le miracle.

19Surtout l’apothéose du roi, thème plusieurs fois intégré dans des décors jésuites, reste un motif iconographique assez rare pour le siècle. Le tableau le plus emblématique est probablement celui de Simon Vouet, qui ornait le registre supérieur du retable de l’église de la maison professe parisienne.

Figure 5

Figure 5

Simon Vouet, Le Ravissement de Saint Louis, vers 1641. Huile sur toile, 2,797 × 1,77 m. Rouen, musée des Beaux Arts, Inv. 803 21.

Cliché auteur

  • 18 Synthèse récente : Barbara Gaehtgens, art. cit.

20La comparaison avec une autre Apothéose de saint Louis permet de compléter les études de la peinture et de son contexte d’exposition18.

Figure 6

Figure 6

Claude François, dit frère Luc (attribué à), Apothéose de saint Louis, deuxième moitié du xviie siècle (avant 1685). Huile sur toile, 2,86 × 2,18 m. Villeneuve-sur-Lot, Musée de Gajac.

Inventaire général du Patrimoine culturel d’Aquitaine, 1999/Cliché Michel Dubau

  • 19 Giovanni Gherardini, La Glorification de Saint Louis, 1692-1698. Peinture murale. Paris, lycée Ch (...)

21Alors qu’à Villeneuve, le saint humble, agenouillé, est accueilli au ciel par le Christ, la Vierge et quelques saints, Simon Vouet figure le roi montant au ciel, debout, et seulement accompagné d’angelots. Et si, à Villeneuve, c’est un ange qui vide la bourse du roi, à Paris il semble avoir de lui-même abandonné ses richesses et son pouvoir, comme le suggèrent les deux angelots qui peinent à élever sa couronne. Les tons dorés de la toile et sa place au sommet du retable confirment l’idée d’une royauté élue. Cette thématique se retrouve en outre dans les bâtiments conventuels, au plafond du grand escalier d’honneur qui desservait la bibliothèque19 : le roi élevé au ciel par des anges accueille la lumière divine à bras ouverts ; l’emplacement, l’effet de l’escalier et la perspective en trompe-l’œil renforcent nettement l’effet d’ascension du roi.

  • 20 François Chauveau, frontispice pour le P. Pierre Le Moyne, Saint Louys…, op. cit., 1658, n. p.

22Le père Le Moyne ayant prêché dans cette église, il n’est pas étonnant de retrouver dans son poème l’image du saint glorieux : Louis IX devient le héros d’une épopée où le roi en croisade vainc tous les obstacles pour reprendre aux Infidèles la Couronne d’épines. Le frontispice annonce la récompense de cette quête, l’accueil du roi au Ciel20 : le Christ couronne d’étoiles le roi qui lui offre pieusement la Sainte Couronne, tandis qu’un ange confirme la transformation de l’humilité terrestre en gloire céleste : « Jam stella est, quae spina fuit » (« ce qui fut une épine est désormais une étoile »).

Un modèle de Roi chrétien

  • 21 Saint Louis, premier quart du xviie siècle. Peinture murale, 4,96 × 3,18 m. Dijon, bibliothèque d (...)
  • 22 Henri-Stéphane Gulczynski propose d’y voir les trois vertus théologales : « Le mobilier et le déc (...)

23En effet, si gloire il y a, ce n’est pas en référence à celle du prince, mais bien à celle du saint ; la gloire est abandon des vanités, et donc des regalia, comme on peut le voir sur le Ravissement de saint Louis de Simon Vouet, ou sur les gravures du huitième chapitre du Saint Louys. D’ailleurs les images figurent bien moins le roi justicier que le défenseur de la foi, ce dont témoigne la fresque ornant une chapelle de l’église du collège de Dijon : au sommet, dans un espace baigné de lumière dorée d’où émergent des têtes d’anges, saint Louis arbore la Couronne d’épines, tandis qu’un personnage porte les trois Clous21 ; la représentation du pouvoir temporel (main de justice) est en revanche reléguée sur un pan de mur dans un espace clairement distingué du ciel par les nuages et la couleur22.

24L’abandon du temporel est aussi détachement du corps, avant qu’il ne devienne glorieux et lumineux. Jacques de Létin figure le roi malade qui s’est jeté à terre pour recevoir les derniers sacrements, oubliant les souffrances corporelles.

Figure 7

Figure 7

Jacques de Létin, Saint Louis mourant de la peste à Tunis, 1639-1642. Huile sur toile, 2,82 × 3,56 m. Paris, église Saint-Paul-Saint-Louis.

Cliché auteur

25Déjà la lumière divine frappe son visage, et son corps reste digne, contrastant avec d’autres représentations de sa mort, telle celle d’Isaac Moillon où le roi est souffrant, pâle et maigre ; peinte pour l’hôtel-Dieu de Beaune, la toile montrait aux malades que, dans la même situation qu’eux, même un roi et saint en devenir pouvait craindre la mort, sans pour autant négliger de s’y préparer.

Figure 8

Figure 8

Isaac Moillon, La mort de saint Louis, 1665. Huile sur toile, 1,86 × 2,60 m. Beaune, Hôtel-Dieu, salle Saint-Louis.

Cliché auteur

26À Paris, tout évoque la mort imminente du roi, mais la souffrance liée à la maladie est seulement connotée. La sanctification du roi est sur le point de se produire, et c’est ce sur quoi la peinture insiste ; le roi qui va recevoir le corps du Christ est déjà assuré de rejoindre la lumière divine dans la cour céleste.

  • 23 Pierre Le Moyne, Saint Louys…, op. cit., 1666, « Argument general », n. p.
  • 24 Ibid., p. 228-233.

27Plus encore, l’humilité du roi fait référence à la soumission de son pouvoir aux intérêts de la foi pour le Salut du royaume. Ainsi, sur le frontispice du Lys sacré, Louis IX, au sommet du lys, confirme l’élection du royaume manifestée par le miracle de la Sainte Ampoule, tant que sa descendance l’imite et perpétue le Royaume des Lys ; la citation de l’Ancien Testament - « je serai pour Israël comme la rosée, il fleurira comme le lys et il enfoncera ses racines comme la forêt du Liban » (Osée 14.6 ) – confirme l’idée que les Français forment le nouveau peuple élu grâce à la piété des rois, qui le guideront vers l’Éden paradisiaque figuré en arrière-plan. C’est cette idée que le P. Le Moyne reprend en plaçant au cœur de l’intrigue la volonté de Louis IX de reprendre la Couronne d’épines pour « l’apporter en son royaume, afin qu’elle soit à l’avenir un gage sacré, qui oblige le ciel à le protéger »23. Désirant imiter le Christ, il ceint la Couronne d’épines afin de laver son péché par le sang du Rédempteur24 ; sa sainteté est donc un sacrifice qui sauve sa lignée et, par là même, son Royaume.

  • 25 Ibid., p. 95, 279, 477.
  • 26 Ibid., p. 115, 313, 533.

28La question reste cependant de savoir si ce sacrifice sauve définitivement ses successeurs et son royaume, ou bien si leurs œuvres doivent témoigner de leur piété pour que la faveur divine perdure. Sur le frontispice du Lys sacré, l’imitation de saint Louis par Louis XIII apparaît à la fois nécessaire et déjà réalisée : le roi est agenouillé, la main sur le cœur, devant Louis IX sur lequel il a les yeux rivés : en imitant son ancêtre devenu son modèle, il assure la perpétuation de la protection divine. Plusieurs vignettes illustrant la deuxième édition du poème du P. Le Moyne vont dans le même sens, en soulignant la nécessaire soumission du pouvoir royal à la foi. Sur l’une d’elles, la couronne royale ceinte de la Couronne d’épines dit « Vincior hac vincoque » (« elle me tient enfermée et je triomphe »)25 ; la soumission de Louis IX à la cause religieuse est aussi plus largement inféodation du pouvoir politique à la religion, et c’est en servant celle-ci que le roi peut acquérir la vraie gloire et mener son royaume au Salut. Une autre vignette ajoute l’idée que le dévouement du pouvoir à la cause religieuse est gage d’éternité pour celui-ci : « hoc nexu immota manebunt » (« ils demeureront inébranlables par cet enchaînement ») annonce le phylactère qui accompagne le sceptre et la main de justice entrecroisés avec la Couronne d’épines26.

  • 27 Ibid., p. 2 ; Pierre Le Moyne, Œuvres poétiques…, op. cit., p. 1-2.

29Le texte du poème est plus explicite, et ses modifications successives semblent indiquer un durcissement de la position du P. Le Moyne quant à la nécessité pour le pouvoir de placer la foi en premier. Pour que la protection divine perdure, il suffit, en 1658/1666, que règnent les descendants de saint Louis ; en revanche, en 1671, il ne leur suffit plus de régner, il leur faut encore défendre la religion « d’un zèle égal au sien »27 : l’élection divine confirmée par le zèle de Louis IX est conditionnée à la défense de la foi. Ces évolutions peuvent permettre de comprendre l’écart entre les deux planches du livre VIII où le roi élevé au ciel rencontre le Christ qui lui offre la Couronne d’épines. Si, en 1658/1666, le contact entre le roi et le Christ est direct, en 1671, l’échange se fait par des anges, alors que le Christ en trône désigne d’un bras ferme les couronnes et que le roi courbé n’ose lever les yeux.

Figure 9

Figure 9

François Chauveau, planche pour le livre VIII du père Pierre Le Moyne, Saint Louys, ou La Sainte Couronne reconquise, poème héroïque, Paris, A. Courbé, 1666, in-12°, p. 208.

Cliché BnF/Gallica

Figure 10

Figure 10

Jean Lepautre, planche pour le livre VIII du père Pierre Le Moyne, Saint Louys, ou La Sainte Couronne reconquise, poème héroïque, dans Œuvres poétiques du P. Le Moyne, Paris, L. Billaine, 1671, in-folio, p. 84.

Cliché BnF/Gallica

30La première gravure montre l’élection divine de la royauté garantie par la dévotion de saint Louis, alors que la seconde insiste plus sur sa soumission. Le Roi est toujours l’homme le plus proche de Dieu, mais le trône divin doit le forcer à s’humilier devant sa grandeur. Une telle évolution rend compte plus globalement de la diversité des conceptions théologico-politiques au sein de la Compagnie. Si l’image du roi de gloire semble bien répandue et commune, celle du roi dévoué à la cause religieuse ressortit dans certains cas de l’éloge du pouvoir institué et voulu par Dieu et, dans d’autres, de la revendication d’un pouvoir temporel soumis aux nécessités du spirituel.

Conclusion

31Le choix réitéré de saint Louis par les Jésuites de France relève donc de facteurs cultuels doublés de nécessités politiques, qui s’apparentent parfois à de l’opportunisme. La célébration n’est pas pour autant pure flatterie : le portrait de saint Louis est glorification du Roi, mais bien d’un Roi chrétien dont la dévotion est gage de félicité et signe de la grâce divine pour le Royaume des Lys, et dont la vocation est de guider son peuple vers le Salut.

  • 28 Voir Jean-Pascal Gay, « Voués à quel royaume ? Les Jésuites entre vœux de religion et fidélité mo (...)

32Quel en fut l’impact ? Au-delà du public des fidèles assistant aux offices – collégiens et citadins attirés par la qualité des prédicateurs et la somptuosité des célébrations – ce sont peut-être les membres de la Compagnie elle-même qui en ont senti les effets ; l’éloge obligé a pu finalement renforcer le sentiment de loyauté à l’égard du monarque, au même titre que les ouvrages de la première moitié du siècle auraient contribué à l’émergence d’un gallicanisme politique chez les Jésuites de l’assistance de France dans la seconde moitié du siècle28. Sans négliger la part de louange intéressée et la nécessité de publier la protection royale face à des détracteurs virulents, la dévotion à saint Louis pourrait ainsi témoigner de voies possibles pour un gallicanisme politique jésuite.

Haut de page

Notes

1 Émile Mâle, L'Art religieux après le Concile de Trente : étude sur l'iconographie de la fin du xvie siècle, du xviie, du xviiie siècle : Italie, France, Espagne, Flandres, Paris, Colin, 1932.

2 Églises Saint-Louis repérées : collèges d’Aix-en-Provence, Angoulême, Béziers, Blois, La Flèche, Poitiers, Rouen, Sedan, Strasbourg et Vienne ; maison professe de Paris ; séminaire des aumôniers de la marine de Brest. Des décors le figuraient aussi dans des églises ne portant pas son nom (collèges de Dijon et de Lyon), ou encore en dehors de l’église (Dijon, Paris, Poitiers).

3 Voir Henri IV et les Jésuites, actes de la journée d'études universitaires du samedi 18 octobre 2003 à La Flèche, La Flèche, Prytanée national militaire, 2004 ; Eric Nelson, The Jesuits and the Monarchy: Catholic Reform and Political Authority in France (1590-1615), Rome, Institutum Historicum Societatis Iesu, 2005.

4 Le cardinal de Bourbon est le fondateur de la maison professe parisienne, ce qui explique la dédicace de la chapelle en l’honneur de son ancêtre, dédicace maintenue lors des deux reconstructions de l’édifice (à partir de 1582, puis de 1627).

5 Lettres patentes du 12 septembre 1615, citées par Joseph Delfour, Les Jésuites à Poitiers, Paris, Hachette, 1902, p. 67-68.

6 Contrat du 26 décembre 1685, cité par Pierre Delattre (dir.), Les Établissements des Jésuites en France depuis quatre siècles. Répertoire topo-bibliographique publié à l'occasion du quatrième centenaire de la fondation de la Compagnie de Jésus, 1540-1940, vol. 1, Enghien, Institut Supérieur de Théologie, 1949, p. 906.

7 Pierre Delattre (dir.), op. cit., vol. 5, 1957, p. 152.

8 Contrat d’établissement des Jésuites au Collège d’Angoulême du 11 juin 1622 publié par Jean Antoine Gazaignes, Annales de la Société des soi-disans Jésuites, ou Recueil historique-chronologique de tous les actes… contre la doctrine, l’enseignement, les entreprises & les forfaits des soi-disans Jésuites depuis 1552… jusqu’en 1763, t. 2, Paris, s. n., 1765, p. 692.

9 Arch. dép. Sarthe, 4 E VI 328/247, contrat entre les Jésuites et Pierre Corbineau, 20 juin 1633 ; Arch. dép. Sarthe, 4 E VII 231, convention pour les statues du grand-autel entre Gervais Delabarre et les Jésuites, 17 décembre 1633.

10 Voir Barbara Gaehtgens, « À toutes les gloires de l’État. Richelieu, les Jésuites et le maître-autel de Saint-Louis à Paris », dans Jean-Claude Boyer, Bénédicte Gady, Barbara Gaehtgens (dirs.), Richelieu, patron des arts [Actes du colloque international, Paris, 2003], Paris, Éd. de la MSH, 2009, p. 215-249 ; Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Direction régionale des Pays de la Loire, La Flèche. Le Prytanée. Sarthe, Nantes, ADIG, 1995.

11 Arch. dép. Sarthe, 4 E VII 5/448, contrat entre les Jésuites et Pierre Dionise pour la peinture du retable du maître-autel, 29 juillet 1636.

12 Édit de fondation reproduit dans Alain de Dieuleveult, Jean-Claude Ménard, et al, 1604-2004 : du Collège Royal au Prytanée Militaire. Quatre cent ans d’éducation à La Flèche, Paris, Association Amicale des Anciens Élèves du Prytanée Militaire, 2004, p. 9.

13 Pour la façade et le maître-autel, voir Barbara Gaehtgens, art. cit.

14 Frédéric Cousinié, Le Saint des Saints. Maîtres-autels et retables parisiens du xviie siècle, Aix-en-Provence, PUP, 2006, p. 219.

15 Publié plusieurs fois entre 1653 et 1671 : Pierre Le Moyne, Saint Louys, ou le héros chrestien. Poème héroïque, Paris, C. du Mesnil, 1653 et 1656 ; Saint Louys, ou La Sainte Couronne reconquise, poème héroïque, ill. par François Chauveau, Paris, A. Courbé, 1658 ; ibid., L. Billaine, 1666 ; « Saint Louys, ou La Sainte Couronne reconquise, poème héroïque », ill. par Jean Lepautre, dans Œuvres poétiques du P. Le Moyne, Paris, L. Billaine, 1671, p. 1-235.

16 Simon Vouet (atelier), Saint Louis recevant la Couronne d'épines des mains du Christ apparaissant à lui, 1639-1642. Huile sur toile, 2,82 × 3,56 m. Paris, église Saint-Paul-Saint-Louis ; planches du Saint Louys, VIII : fig. 9 et 10.

17 Saint Louis et les croisades, xviie siècle. Peinture murale. Poitiers, collège Henri IV, église ; Saint Louis déposant la Couronne d’épines sur un autel, 1670. Sculpture. Blois, église Saint-Vincent-de-Paul, retable du maître-autel.

18 Synthèse récente : Barbara Gaehtgens, art. cit.

19 Giovanni Gherardini, La Glorification de Saint Louis, 1692-1698. Peinture murale. Paris, lycée Charlemagne.

20 François Chauveau, frontispice pour le P. Pierre Le Moyne, Saint Louys…, op. cit., 1658, n. p.

21 Saint Louis, premier quart du xviie siècle. Peinture murale, 4,96 × 3,18 m. Dijon, bibliothèque des Godrans.

22 Henri-Stéphane Gulczynski propose d’y voir les trois vertus théologales : « Le mobilier et le décor peint du collège des Godrans (1595-1634). Contribution à l’histoire de l’art religieux de la première moitié du xviie siècle à Dijon », Mémoires de l’Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Dijon, 2001, n° 137, p. 242-249.

23 Pierre Le Moyne, Saint Louys…, op. cit., 1666, « Argument general », n. p.

24 Ibid., p. 228-233.

25 Ibid., p. 95, 279, 477.

26 Ibid., p. 115, 313, 533.

27 Ibid., p. 2 ; Pierre Le Moyne, Œuvres poétiques…, op. cit., p. 1-2.

28 Voir Jean-Pascal Gay, « Voués à quel royaume ? Les Jésuites entre vœux de religion et fidélité monarchique. À propos d’un mémoire inédit du P. de La Chaize », xviie siècle, 2005/2, n° 227, p. 285-314.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Isaac Jaspar, Saint Louis, Henri IV, Louis XIII devant le collège de la Flèche, début du xviie siècle. Gravure, 217 × 277 mm. BnF., département des Estampes et de la Photographie, Réserve Fol-Qb-201(18), coll. Hennin, n° 1624.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2025/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 2
Légende Simon Vouet (atelier), Louis XIII offrant à saint Louis le modèle de l’église Saint-Louis, 1639-1642. Huile sur toile, 3,88 × 3,59 m. Paris, église Saint-Paul-Saint-Louis.
Crédits Cliché auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2025/img-2.png
Fichier image/png, 738k
Titre Figure 3
Légende Grégoire Huret, frontispice pour le père Georges-Étienne Rousselet, Le Lys Sacré, justifiant le bonheur de la piété par divers Parangons du Lys avec les vertus, & les miracles du Roy S. Louys, & des autres Monarques de France..., Lyon, L. Muguet, 1631, in-quarto, n. p.
Crédits Cliché BnF/Gallica
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2025/img-3.png
Fichier image/png, 263k
Titre Figure 4
Légende Jean Lepautre, planche pour le livre XVIII du père Pierre Le Moyne, Saint Louys, ou La Sainte Couronne reconquise, poème héroïque, dans Œuvres poétiques du P. Le Moyne, Paris, L. Billaine, 1671, in-folio, p. 222.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2025/img-4.png
Fichier image/png, 269k
Titre Figure 5
Légende Simon Vouet, Le Ravissement de Saint Louis, vers 1641. Huile sur toile, 2,797 × 1,77 m. Rouen, musée des Beaux Arts, Inv. 803 21.
Crédits Cliché auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2025/img-5.png
Fichier image/png, 766k
Titre Figure 6
Légende Claude François, dit frère Luc (attribué à), Apothéose de saint Louis, deuxième moitié du xviie siècle (avant 1685). Huile sur toile, 2,86 × 2,18 m. Villeneuve-sur-Lot, Musée de Gajac.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2025/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 7
Légende Jacques de Létin, Saint Louis mourant de la peste à Tunis, 1639-1642. Huile sur toile, 2,82 × 3,56 m. Paris, église Saint-Paul-Saint-Louis.
Crédits Cliché auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2025/img-7.png
Fichier image/png, 763k
Titre Figure 8
Légende Isaac Moillon, La mort de saint Louis, 1665. Huile sur toile, 1,86 × 2,60 m. Beaune, Hôtel-Dieu, salle Saint-Louis.
Crédits Cliché auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2025/img-8.png
Fichier image/png, 912k
Titre Figure 9
Légende François Chauveau, planche pour le livre VIII du père Pierre Le Moyne, Saint Louys, ou La Sainte Couronne reconquise, poème héroïque, Paris, A. Courbé, 1666, in-12°, p. 208.
Crédits Cliché BnF/Gallica
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2025/img-9.png
Fichier image/png, 145k
Titre Figure 10
Légende Jean Lepautre, planche pour le livre VIII du père Pierre Le Moyne, Saint Louys, ou La Sainte Couronne reconquise, poème héroïque, dans Œuvres poétiques du P. Le Moyne, Paris, L. Billaine, 1671, in-folio, p. 84.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2025/img-10.png
Fichier image/png, 265k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Lavieille, « Les Jésuites et la dévotion à saint Louis au xviie siècle : la célébration du Roi très chrétien », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 23 novembre 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/2025 ; DOI : 10.4000/framespa.2025

Haut de page

Auteur

Géraldine Lavieille

Agrégée d’histoire et ATER à l’université de Toulouse II.
Elle poursuit une thèse en histoire moderne à l’université Jean Moulin Lyon III, portant sur « le Roi de France : image religieuse, image politique (fin du XVI
e – fin du XVIIe siècle) », sous la direction de Bernard Hours (LARHRA, UMR 5190). Elle y analyse les enjeux de la diffusion de l’iconographie religieuse royale sur l’ensemble du territoire comme forme de participation symbolique à la redéfinition du pouvoir, en articulant théories du pouvoir royal, théologies gallicanes et iconographie.
geraldine.lavieille@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org