Navigation – Plan du site
Dossier

Le vœu de Louis XIII et la naissance de Louis XIV : observations iconographiques sur la célébration du roi très chrétien

Louis XIII’s vow and the birth of Louis XIV: iconographical observations on the celebrations of the Christian King
El voto de Louis XIII y el nacimiento de Louis XIV: observaciones iconográficas sobre la celebración del muy cristiano rey
Léo Minois

Résumés

La France du Grand Siècle constitue un terrain privilégié pour l’étude de la relation dialectique entre arts et pouvoir. L’analyse des représentations du vœu de Louis XIII, l’acte par lequel le souverain consacra le royaume de France à Dieu par l’intermédiaire de la Vierge, permet d’appréhender la définition d’une typologie de l’image du roi par la monarchie elle-même et la manière dont celle-ci contribua aux stratégies de légitimation de son autorité durant une période d’affermissement du pouvoir royal. La perception, dans l’évolution de l’iconographie du vœu, d’une ambiguïté volontairement entretenue, déterminée par un contexte historique particulier, renseigne la mise en scène par l’image du roi très chrétien et les modalités de l’articulation entre les arts et le sacré.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Louis XIII, Louis XIV, pouvoir, roi, vœu

Palabras claves :

Louis XIII, Louis XIV, poder, rey, voto
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Maurice Vloberg, Notre-Dame de Paris et le vœu de Louis XIII. La vie de la cathédrale racontée pa (...)

1Étudier les représentations du vœu de Louis XIII signifie s’intéresser à un corpus relativement ignoré jusqu’à présent par les historiens de l’art1. Il permet pourtant d’interroger de façon pertinente les stratégies de représentation du monarque, les motivations et les enjeux du portrait du roi très chrétien et de sa diffusion. Cette iconographie, définie par le pouvoir lui-même, connut ensuite différentes réinterprétations qui furent notamment mises en relation avec la naissance de Louis XIV, dans le but de glorifier la monarchie de droit divin. Son analyse permet ainsi d’interroger les modalités de l’institution iconique du souverain et son rôle dans le déploiement de stratégies de légitimation d’une autorité royale parfois contestée.

1. Historique du vœu, contexte

  • 2 Déclaration du Roy, qui prend la bien-heureuse Vierge pour protectrice de ses Estats, Paris, S. C (...)

2Avant d’examiner les représentations du vœu, il importe de revenir sur les circonstances d’élaboration de cet acte puisqu’elles déterminent en partie l’iconographie de ces œuvres. Le vœu de Louis XIII désigne la consécration du royaume de France à Dieu par l’intermédiaire de la Vierge, promulguée par le souverain le 10 février 1638. Celle-ci était exprimée sous la forme d’une Déclaration, c’est-à-dire un texte ayant valeur de loi et dans ce cas, en outre, à caractère perpétuel2. Conformément à ses recommandations, la première célébration de ce vœu eut lieu le 15 août 1638, le jour de l’Assomption, consistant notamment en des oraisons et processions dans les principales villes du royaume.

  • 3 Il serait impossible d’énumérer ici l’intégralité de ces travaux et toutes les hypothèses dévelop (...)

3Ces dates sont certaines. En revanche, les différentes étapes du processus ayant abouti à la rédaction définitive du texte et à la décision de sa promulgation sont difficiles à reconstituer. La volonté de déterminer les personnes et les événements à l’origine de cette consécration a effectivement suscité les travaux de nombreux historiens depuis presque quatre siècles, donnant lieu à des interprétations différentes3. Par souci de concision, seuls les éléments apparaissant pertinents dans le cadre de l’étude de l’iconographie développée autour du vœu seront récapitulés ici.

  • 4 La parenté de ce texte avec celui de la Déclaration de 1638 est cependant manifeste : « Louis XIII (...)
  • 5 Voir Pierre Chevallier, Louis XIII, Paris, Fayard, 1979. Ignorant vraisemblablement ce manuscrit, (...)

4Les recherches publiées par René Laurentin en 1988, en plus d’offrir un bilan historiographique complet sur ces questions, ont permis de retrouver la trace d’une première pensée du vœu, exprimée dès 1630, soit huit ans avant sa promulgation. Il s’agit d’un manuscrit rédigé par Louis XIII, exprimant déjà la volonté de consacrer le royaume à Dieu, mais dans un style de rédaction plus direct, moins élaboré d’un point de vue théologique que celui adopté finalement pour la Déclaration4. Il constitue une sorte de premier jet et doit sans doute être mis en relation avec la guérison du roi survenue en 1630 à Lyon, considérée comme miraculeuse puisque le souverain avait paru condamné et s’était préparé à mourir5. Ce premier texte témoignerait alors de l’expression de sa gratitude à l’égard de Dieu pour le rétablissement inespéré de sa santé. Il est donc probable que le projet de vouer le royaume de France à Dieu par l’intermédiaire de la Vierge mûrit durant plusieurs années, au moins à partir de 1630, avant d’être officiellement promulgué en février 1638. Entre ces dates, le vœu de Louis XIII a vraisemblablement connu une gestation lente au cours de laquelle certains jalons peuvent effectivement être identifiés.

  • 6 Richelieu écrivit au roi le 19 mai : « On estime que si elle trouvoit bon de faire un vœu à la Vi (...)
  • 7 « Marillac, qui en est mort, et avant lui, Bérulle, considèrent la politique étrangère de Richeli (...)

5Il semble ainsi réapparaître sous différentes formes, laissant deviner les hésitations du monarque quant à la forme que devait revêtir cette consécration. La correspondance échangée entre le roi et Richelieu en 1636, au cours de la guerre engagée l’année précédente contre l’Espagne, renseigne le processus ayant abouti à l’offrande d’une lampe à Notre-Dame de Paris, et sa parenté avec la consécration du royaume6. Il est certain que Louis XIII avait tout intérêt alors à démontrer sa piété de la manière la plus convaincante possible. Le pays se trouvait dans une situation diplomatique délicate. L’alliance conclue par la France avec certains pays protestants pour mener cette guerre contre l’autre grande puissance catholique en Europe était vivement critiquée, y compris à l’intérieur du royaume, notamment par les dévots les plus engagés. Cette situation a certainement favorisé également la consécration du royaume qui s’ensuivit7.

6À la même époque, les retranscriptions des visions qu’eut une calvairienne, Anne de Goulaine (Sœur Anne-Marie de Jésus-Crucifié, après son entrée en religion), concernant principalement le déroulement d’opérations militaires, apprennent que le Christ, lors d’une de ses apparitions, lui aurait également déclaré :

  • 8 Pierre Benoist, Le Père Joseph, l’éminence grise de Richelieu, Paris, Perrin, 2007, p. 305.

Je veux aussy [que le roi] fasse honorer ma mère en son royaume, en la manière que je lui feray connoistre. Je rendray son royaume par l’intercession de ma mère la plus heureuse patrie qui soit sous le ciel8.

  • 9 René Laurentin, op. cit., p. 51.

7Le père Joseph, fondateur de l’ordre auquel appartenait cette mystique, précisa ensuite cette vision en expliquant « qu’il [plut] au Roy de mettre sa personne et ses États sous la protection de la Reine du ciel »9. Manifestement, le projet de consécration se précisait dans les esprits des principaux personnages du royaume.

8Il semble approcher véritablement de sa forme définitive dès le début de l’année 1637, si l’on en croit certains témoignages dignes de foi. Hugo de Groot, diplomate hollandais réfugié à Paris, devenu ambassadeur de Suède de 1635 à 1645, rapporte dans sa correspondance, à la date de novembre 1637

  • 10 Lettre écrite par Grotius, citée par René Laurentin, op. cit., p. 38.

[qu’] au début de cette année, le Roi a consacré et sa personne et son royaume à la Sainte-Vierge. […] Non content de vouloir ériger en l’honneur de la Vierge, dans l’église cathédrale de cette ville, un autel qui coûtera 40 000 livres, il a résolu de donner plus d’éclat à la solennité de l’Assomption10.

  • 11 Richelieu, Mémoires, éditées par M. Petitot, Paris, Foucault, 1823, Collection des Mémoires relat (...)

9De même, les Mémoires de Richelieu comportent, pour le mois d’avril 1637, un passage reproduisant presque intégralement, en style indirect, la Déclaration promulguée en février 1638, laissant entendre que le projet était déjà en cours d’achèvement à cette date11. Ces deux sources concordent donc pour indiquer que dès le début de l’année 1637, le projet du vœu existait sous une forme proche de celle adoptée pour sa promulgation : on parle déjà d’une commémoration le jour de l’Assomption et d’un nouvel autel pour Notre-Dame de Paris.

  • 12 Frédéric Henriet, « Simon Vouet dans l’église de Neuilly-Saint-Front », Annales de la Société his (...)

10Le rappel des événements ayant conduit à la promulgation du vœu, révélant la lente maturation du projet, s’avère nécessaire car il permet d’envisager certaines œuvres avec de nouvelles certitudes. L’histoire de l’art paraît alors conforter les découvertes historiques récentes. En effet, une peinture de Simon Vouet, qu’il faut sans doute accepter de situer en 163312, vraisemblablement effectuée à la demande du roi ou de son proche entourage, semble fournir, parallèlement au manuscrit de 1630 ou aux événements de 1636, une nouvelle preuve, mais par l’image, que la consécration du royaume était déjà présente dans les esprits et en cours d’élaboration bien avant sa date de promulgation officielle.

Figure 1

Figure 1

Le Vœu de Louis XIII, Simon Vouet (et atelier), 1633 (?), Neuilly-Saint-Front (02), mairie.

Médiathèque du patrimoine.

11L’œuvre est d’ailleurs généralement désignée comme Le Vœu de Louis XIII : le monarque y est effectivement représenté offrant ses insignes royaux, sceptre et couronne, au Christ crucifié. De la même manière que les documents historiques indiquent une maturation progressive de la Déclaration et les interventions de plusieurs personnages importants de la cour, le tableau de Vouet pourrait renseigner les réflexions menées à propos de l’iconographie qu’il convenait de fixer pour la représentation d’un tel événement. Toutefois, les circonstances dans lesquelles l’œuvre fut commandée et réalisée demeurent incertaines et obligent à s’en tenir à de simples hypothèses.

  • 13 Voir Paola Pacht-Bassani, Claude Vignon : 1593 – 1670, Paris, Arthena, 1993, p. 269-271 ; Françoi (...)

12En revanche, les commanditaires et la destination du tableau réalisé par Claude Vignon en 1634 (aujourd’hui conservé dans l’église Notre-Dame de Versailles) sont désormais connus, depuis l’apparition sur le marché de l’art d’une esquisse présentant la composition complète13.

Figure 2

Figure 2

« En Jésus et Marie notre amour est uni » (ou Déploration sur le Christ mort avec Louis XIII et Anne d’Autriche), Claude Vignon, 1634, Amiens (80), Musée de Picardie.

Musée de Picardie.

13On y reconnaît Louis XIII, allégorie de la Nobilitas (la noblesse), ainsi qu’Anne d’Autriche, symbolisant pour sa part l’Ecclesia (l’Église). Le roi, sceptre à la main, effectue un geste de révérence à l’intention de la Vierge de Pitié. Cette œuvre ne répondait pas à une commande royale (elle fut commandée par des membres de la Confrérie du Puy Notre-Dame pour être offerte à la cathédrale d’Amiens) et ne doit sans doute pas être directement reliée au projet de consécration du royaume, mais là encore, les similitudes avec les futures représentations du vœu de Louis XIII éveillent la curiosité : elle en constitue presque une préfiguration. L’identité de cet artiste, très réputé, peut laisser supposer que cette œuvre a pu constituer pour certains des protagonistes une référence, une source d’inspiration au moment de l’élaboration du vœu et de son iconographie.

  • 14 « Les pèlerinages à Liesse ne sont pas les seuls qu’accomplisse Anne d’Autriche pour obtenir un f (...)
  • 15 « C’est le 14 janvier 1638 que le premier médecin Bouvard faisait part à Richelieu du nouvel état (...)

14Les différents témoignages de l’antériorité du projet du vœu, dont l’énumération a pu sembler fastidieuse, devaient être signalés car ils permettent, par ailleurs, de dissiper un malentendu, naissant d’une confusion souvent opérée entre la consécration du royaume et un autre vœu, différent dans ses motivations et ses engagements, qui visait à obtenir un héritier et qui fut répété à plusieurs reprises par le couple royal en différents endroits, notamment dans d’importants lieux de pèlerinage mariaux comme Notre-Dame de Liesse14. Tout au plus faut-il considérer que la grossesse de la reine, espérée depuis de nombreuses années et qui fut confirmée quelques jours avant la promulgation du vœu15, a sans doute incité Louis XIII à accélérer son accomplissement. Ces précisions se révèlent indispensables pour comprendre les modifications qui furent ensuite apportées dans le traitement iconographique du vœu, mais il est judicieux de revenir dans un premier temps au texte qui l’établit.

2. La Déclaration : définition d’une iconographie

15La Déclaration, en plus de son caractère constitutionnel, expose les motivations de cet acte, les modalités de sa commémoration, mais fixe aussi une iconographie, puisque Louis XIII prévoit que :

  • 16 Mercure François..., op. cit., p. 287.

pour monument et marque immortelle de la consécration présente que nous faisons, nous ferons construire de nouveau le grand autel de l’Église Cathédrale de Paris, avec une image de la Vierge, qui tienne entre ses bras celle de son précieux Fils descendu de la Croix ; nous serons représenté aux pieds, et du Fils et de la Mère, comme leur offrant nostre Couronne et nostre Sceptre16.

16Ce type de preuve documentaire attestant aussi explicitement et précisément la définition d’une iconographie du pouvoir par le roi lui-même est plutôt rare et doit d’autant plus attirer l’attention.

  • 17 « Nous admonestons le Sieur Archevesque de Paris, et néantmoins luy enjoignons, que tous les ans, (...)

17Le souverain confère par ailleurs une résonance nationale à cet acte, et donc une importance d’autant plus grande, en enjoignant à ses sujets de le célébrer et de le commémorer à travers tout le royaume, d’une part, en exhortant les évêques à élever dans leurs cathédrales un autel pour ces commémorations, d’autre part17.

  • 18 Bernard Dorival, Philippe de Champaigne 1602-1674 : la vie, l’œuvre, et le catalogue raisonné de (...)

18Celui qui devait prendre place dans le chœur de Notre-Dame de Paris ne fut pas réalisé immédiatement, contrairement à l’engagement formulé dans la Déclaration. Cependant, une toile, peinte par Philippe de Champaigne18, prit place dans la cathédrale afin de commémorer le vœu.

Figure 3

Figure 3

Le Vœu de Louis XIII, Philippe de Champaigne, 1638, Caen (14), Musée des Beaux-Arts.

www.er.uqam.ca

  • 19 Cité par Maurice Vloberg, op. cit., p. 37.
  • 20 « Je diray seulement que si la métempsychose passoit en créance, on diroit que l’âme de Sainct Lo (...)

19Cette prestigieuse destination, « paroisse même des rois »19, selon les propres mots de Louis XIII, ainsi que son adéquation avec l’iconographie définie par la Déclaration, expliquent que cette version, habilement et brillamment composée, ait pu être considérée comme sa représentation officielle. Elle offre en quelque sorte une synthèse saisissante de la rhétorique religieuse appuyant l’action politique menée par Louis XIII et dont la consécration du royaume constituait le point d’orgue. Sa piété est bien évidemment ostensiblement exposée, tandis que les parallèles établis entre le roi et son illustre ancêtre, saint Louis20, se trouvent également subtilement évoqués par le jeu de correspondances établi entre la couronne du roi et la couronne d’épines du Christ.

  • 21 Voir, Paola Pacht-Bassani, op. cit., p. 338 ; Véronique Meyer, L'œuvre gravé de Gilles Rousselet, (...)

20Le motif iconographique fixé par la Déclaration fit l’objet d’autres interprétations fidèles, parmi lesquelles une gravure de Gilles Rousselet, d’après une œuvre de Claude Vignon21.

Figure 4

Figure 4

Le Vœu de Louis XIII, Gilles Rousselet (d’après Claude Vignon), vers 1638.

Coll. Privée.

  • 22 L’œuvre de Claude Vignon n’est attestée par aucune autre trace que cette estampe.

21La relative maladresse de l’exécution, qui peut étonner de la part de cet artiste, habile graveur, semble indiquer que cette estampe fut réalisée au tout début de sa carrière, soit très peu de temps après la promulgation du vœu. L’importance et la notoriété de l’artiste à l’origine du modèle, ainsi que le choix de le diffuser par le biais de l’estampe, pourraient indiquer une commande et une destination prestigieuses, sans qu’il soit possible de s’avancer davantage étant donné le peu d’informations disponibles22.

  • 23 La peinture, si le blason correspond effectivement aux commanditaires, fut offerte par une des pl (...)

22Deux autres toiles retiennent particulièrement l’attention car elles démontrent l’adoption de ce motif en dehors de la capitale. À Antigny-la-Ville, Louis XIII est ainsi représenté offrant sa couronne à la Vierge de Pitié23.

Figure 5

Figure 5

Le Vœu de Louis XIII, anonyme, xviie s., Antigny-la-Ville (21), église de l’Assomption.

Médiathèque du patrimoine.

23Il est important de souligner que la scène se conforme à la Déclaration, mais en y ajoutant Anne d'Autriche : faut-il y percevoir la célébration du couple royal à la suite de la naissance de Louis XIV ?

  • 24 La Peinture au xviie siècle dans les Alpes-Maritimes, Charles Astro, Luc  Thévenon (dirs.), Nice, S (...)

24À La Penne, le caractère explicite de la composition dissipe les interrogations puisque François Mimault a représenté la consécration du royaume, toujours selon la même iconographie, en y associant un groupe s’apparentant à une procession des principaux personnages du royaume24.

Figure 6

Figure 6

Le Vœu de Louis XIII, François Mimault, 1639, La Penne (06), église Saint-Pierre.

Cliché auteur.

  • 25 Il est nécessaire de rappeler en quelques mots le rôle du père Joseph, surnommé l’Éminence grise, (...)

25On distingue la présence de Gaston d’Orléans (le frère du monarque), Richelieu ou encore le père Joseph25 et surtout Anne d’Autriche, tenant cette fois le dauphin dans ses bras. L’association du vœu de Louis XIII et de la célébration de la dynastie royale est ici manifeste.

26Ces quelques œuvres, qui se conforment toutes à l’iconographie officielle, mais en comportant parfois des ajouts, offrent pourtant chacune une solution originale, dans des contextes de réalisation bien distincts. Elles posent ainsi la question des modalités et des enjeux de l’adoption et de l’adaptation d’un modèle royal, à la capitale ou dans les provinces.

3. Détournements iconographiques : enjeux de légitimation

  • 26 Roger-Armand Weigert, Inventaire du fonds français, graveurs du xviisiècle (poursuivi par Maxim (...)
  • 27 L’idée d’une instrumentalisation totale de ces almanachs par le pouvoir royal entraînant une abse (...)
  • 28 On lit notamment, dans le texte l’accompagnant : « Je consacre à vos autels / Et mon sceptre et m (...)

27Ce motif iconographique défini par la Déclaration, appliqué à sa représentation « officielle », fut également détourné de manière quasi-instantanée : il s’est en quelque sorte immédiatement démultiplié. Cette constatation se vérifie même pour certaines œuvres qui furent certainement élaborées à la demande du pouvoir et peut-être selon ses directives : la corrélation n’était donc pas systématique entre les représentations « officielles », émanant du monarque ou de son entourage, et la conformité à l’iconographie définie par la Déclaration. Ainsi, une gravure d’Abraham Bosse26, dont le format indique qu’elle illustrait vraisemblablement un almanach, c’est-à-dire un support qui était habituellement utilisé pour célébrer la politique royale27, représente incontestablement le vœu de Louis XIII28, mais d’une façon différente.

Figure 7

Figure 7

Les Vœux du Roi et de la Reine, Abraham Bosse, 1638.

Coll. Privée.

  • 29 Lors de sa prédication pour la deuxième commémoration du vœu, en 1639, le jésuite Maimbourg décla (...)

28Si le souverain est logiquement figuré offrant sa couronne et son sceptre, la médiatrice n’est plus la Vierge de Pitié, mais une Vierge à l’Enfant. Par ailleurs, Anne d’Autriche est intégrée à la scène, en pendant de Louis XIII, dans la même position d’offrande que son mari, à la différence que le dauphin se substitue aux insignes. Ce qui était suggéré dans le tableau conservé à La Penne se trouve ici affirmé, de manière encore plus évidente, par l’image ainsi que par le texte qui l’accompagne. Le titre, Les vœux du roy et de la reyne a la Vierge, explicite en effet cette composition mettant en parallèle les deux membres du couple royal : l’œuvre est une représentation simultanée des différents vœux effectués par les souverains, dont les distinctions ont déjà été évoquées. Délivrer le message selon lequel le caractère miraculeux de la naissance de Louis XIV ne pouvait être interprété que comme une manifestation divine, une réponse à la consécration du royaume29, et établir un parallèle avec la venue du messie explique probablement le choix d’associer Anne d’Autriche à son époux et de substituer à la Vierge de Pitié de la Déclaration une Vierge à l’Enfant, dans cette gravure comme dans plusieurs œuvres analogues.

29Le rapprochement opéré entre les différents vœux fut donc, en partie, le fait d’une instrumentalisation par la royauté, pour qui la naissance du dauphin constitua une preuve de la protection divine. Elle légitimait la politique du souverain, notamment la guerre menée contre l’Espagne avec l’appui d’alliés protestants, et rendait ainsi quasiment sacrilège toute contestation.

30Grégoire Huret adopta une composition différente, davantage adaptée au format vertical, mais qui délivrait un message équivalent.

Figure 8

Figure 8

Les Vœux du Roi et de la Reine, Grégoire Huret, 1638.

BnF/Gallica

  • 30 Une peinture réalisée en 1644 pour l’église de Montgeard, reproduisant quasiment à l’identique le (...)

31L’inscription rapproche à nouveau les différents vœux royaux, à l’instar de la composition qui regroupe dans le même espace le couple monarchique, Louis XIII offrant ses insignes tandis qu’Anne d’Autriche présente le dauphin dans un geste similaire. Les vœux du couple royal sont fondus et confondus dans une action conjointe et parallèle. Louis-Dieudonné est à Dieu rendu, remis entre les mains de la Providence30.

  • 31 Cette œuvre, intitulée L’Adoration et offrande de la France au Dauphin des Cieux et conservée au (...)

32Le rapprochement opéré entre la naissance de Louis-Dieudonné et celle du messie apparaît de manière encore plus forte dans une grisaille réalisée par Juste d’Egmont, puisque l’artiste choisit d’intégrer les trois membres de la famille royale à une représentation de la Nativité et de les assimiler aux rois mages rendant hommage à la venue du messie31. Les nouveau-nés, le messie et le dauphin, se répondent à chaque extrémité de la composition, renforçant le parallèle. Si cet aspect paraît effectivement être mis en avant dans cette œuvre, la gravure qui fut diffusée à partir de cette grisaille insiste cependant davantage sur la consécration du royaume : ce sont les insignes royaux qui sont ostensiblement frappés par la lumière divine émanant de l’étoile annonçant la venue du messie.

Figure 9

Figure 9

L’Adoration et offrande de la France au Dauphin des Cieux, anonyme (d’après Juste d’Egmont), 1640.

Coll. Privée.

  • 32 Cela a déjà été souligné par Martha Mel Stumberg Edmunds ou Barbara Gaehtgens, voir Martha Mel St (...)

33Le vœu de Louis XIII et la naissance de Louis XIV furent donc intimement liés, dans les faits tout d’abord, puis par les images. L’étude de ces œuvres permet de mettre en évidence cette association et d’analyser comment le pouvoir l’a en partie orchestrée. Il apparut nécessaire de rappeler à nouveau le caractère sacré de l’autorité royale après la mort de Louis XIII, pendant la Régence exercée par Anne d’Autriche, et notamment pendant la Fronde32. La glorification du roi et de son essence même, quasi-miraculeuse, à travers la réinterprétation de l’iconographie du vœu de Louis XIII, servit à légitimer un gouvernement âprement contesté et même combattu.

  • 33 À propos de cette estampe, voir notamment Roger-Armand Weigert, op. cit., t. XVII, n° 250, p. 155 (...)

34Plusieurs gravures expriment de manière parfaitement explicite cette volonté. Renforçant la composition et l’incroyable proximité instaurée entre les groupes divin et royal, le texte intégré à une gravure réalisée par Claude Mellan appuie la rhétorique de justification de la Régence, dans la continuité du vœu de Louis XIII, puisqu’on y lit notamment : « Je metz a vos pieds et soubmetz a vostre conduiste la Regence de cette monarchie »33.

Figure 10

Figure 10

Le Dépôt de la Régence du royaume de France fait par la reine mère régente entre les mains de la reine de paix mère de Dieu, Claude Mellan, vers 1645.

Coll. Privée.

  • 34 Si l’on se réfère à l’âge des personnages représentés, on peut dater cette estampe de 1645 enviro (...)
  • 35 Un exemplaire de cette gravure, intitulée Le dépôt de la Régence entre les mains de la Mère de Di (...)
  • 36 Sur cet aspect, voir notamment Hélène Duccini, Faire voir, faire croire : l'opinion publique sous L (...)

35L’autorité exercée par Anne d’Autriche devait sa légitimité aux deux dauphins et à la nécessité de les conduire à la tête du royaume dans les meilleures conditions : ceci se trouvait déjà exprimé dans cette estampe pourtant exécutée avant les moments les plus critiques de la Fronde34. Une autre gravure, exécutée par Grégoire Huret et datée de 1649, reprend de manière quasi-identique cette composition, avec le même rapprochement opéré entre la régente et la Vierge, pour un support identique (la gravure) et très vraisemblablement une diffusion comparable, dans une séquence politique plus critique cependant35. L’estampe offrait en effet un moyen de diffusion de l’image royale commode et efficace, notamment dans des périodes de troubles : il était plus aisé, rapide et économique, et peut-être plus efficace pour toucher un large public, de recourir à la gravure plutôt qu’à l’architecture, la peinture ou la sculpture36.

  • 37 Ce texte renouvelant le vœu de Louis XIII se trouve intégré à la liasse contenant ce dernier, conse (...)

36Le renouvellement du vœu finalement effectué de manière officielle par Louis XIV (largement influencé par sa mère, bien entendu) le 25 mars 1650, à Dijon37, qu’annonçaient donc déjà les textes accompagnant ces gravures, justifie les rapprochements opérés entre le vœu de Louis XIII et ces œuvres, bien que ce dernier n’y apparaisse pas : il s’agit incontestablement du même type de représentations, l’expression d’une perpétuation dynastique où la destinée du royaume est confiée aux mains de la puissance divine.

  • 38 L’habit de veuve, systématiquement présent dans ce type d’œuvres, rappelle avec insistance l’orig (...)

37Il est permis de penser qu’une toile de Philippe de Champaigne, réalisée autour de 1650 (si l’on examine l’âge des personnages, leur costume, par exemple l’habit de veuve d’Anne d’Autriche38), se référait à ce renouvellement et le commémorait sous la forme d’un hommage, qui était presque le pendant de celle de Notre-Dame de Paris.

Figure 11

Figure 11

Louis XIV offrant sa couronne et son sceptre à la Vierge et à l’enfant Jésus, en présence d’Anne d’Autriche et de Philippe d’Anjou, Philippe de Champaigne, vers 1650, Hambourg, Kunsthalle.

Cliché Elke Wadford.

38Il est significatif qu’il ait été demandé à l’auteur du Vœu de Louis XIII de réaliser l’œuvre symbolisant la réitération de cette consécration par Louis XIV. La symétrie des deux compositions accentue le parallèle entre elles et le groupe constitué par la régente accompagné de ses deux héritiers dans la seconde version semble faire écho à la figure esseulée du monarque dans la première.

39Louis XIV prit donc le relais de son père en opérant le renouvellement de son vœu et, bien qu’il n’ait certainement pas constitué par la suite un engagement de nature à infléchir sa conduite politique, le roi ressentit néanmoins le besoin d’exécuter, quoique tardivement, les volontés formulées par son père dans la Déclaration, en engageant en 1699 les travaux de réfection du chœur de Notre-Dame de Paris.

  • 39 Voir François Fossier, Les dessins du fonds Robert de Cotte de la Bibliothèque Nationale de Franc (...)
  • 40 Antoine Coysevox a réalisé la figure de Louis XIV, Guillaume Coustou celle de Louis XIII et Nicol (...)

40Alors que les projets successifs (il fallut plus de vingt ans pour aboutir au monument définitif) ne correspondaient pas systématiquement à l’iconographie préconisée par la Déclaration39, le groupe finalement réalisé par Guillaume et Nicolas Coustou et Antoine Coysevox40 la respecte, perpétuant la tradition d’un lien entre la fidélité à son égard et la destination de l’œuvre, Notre-Dame de Paris, déjà vérifié pour le tableau de Philippe de Champaigne.

Figure 12

Figure 12

Le Vœu de Louis XIII, Guillaume et Nicolas Coustou, Antoine Coysevox, 1712-1723, Paris (75), cathédrale Notre-Dame.

Cliché auteur.

  • 41 Jean-Aimar Piganiol de la Force, Description historique de la ville de Paris et de ses environs…, (...)

41Comme dans l’exemple d’Antigny-la-Ville, cependant, une figure supplémentaire fait son apparition : Louis XIV. Il est bien évidemment tentant, en considérant les antécédents de ce monarque, d’y voir l’expression d’un certain narcissisme et d’une soif d’omniprésence. Sans doute cela est-il vrai, au moins en partie, mais, au regard de l’association qui avait été effectuée, à travers la rhétorique de légitimation du pouvoir monarchique, entre le vœu et la naissance du futur roi, il convient sans doute d’y percevoir également le rappel du caractère indissociable de ces deux événements. Cette interprétation est renforcée par le témoignage de Jean-Aimar Piganiol de la Force, qui rapporte que quatre médailles furent disposées sous les fondations du maître-autel dès le début des travaux41. Elles représentaient le vœu de Louis XIII et un portrait de ce souverain pour la première, Louis XIV et le vœu de son père pour la deuxième, Anne d’Autriche et Louis XIV, enfant, avec le Val-de-Grâce pour la troisième, tandis que la dernière représentait le monument tel qu’il avait finalement été réalisé dans la cathédrale parisienne. L’association de ces différentes scènes témoigne à nouveau des rapprochements opérés entre les différents vœux, exaltant la sacralité du monarque en rappelant le caractère miraculeux de sa naissance.

  • 42 Claire Mazel, « Ils ont “préféré la croix au trône”, les monuments funéraires des premiers Bourbo (...)

42Claire Mazel a, par ailleurs, mis en évidence la dimension partiellement funéraire de ce monument (lors des travaux, une plaque fut déposée signalant la présence au bas des marches des entrailles de Louis XIII et de son fils)42. Louis XIV établit ainsi, en quelque sorte, son testament monumental : il s’agit d’ailleurs du dernier grand chantier artistique engagé sous son règne, et sa mort l’empêchera de le voir achevé. À une époque où les tombeaux royaux disparaissaient ou, en tous cas, connaissaient de profondes modifications de leur typologie, cette œuvre revêtait donc, d’une certaine manière, cette fonction commémorative, tout en exaltant dans le même temps le vœu de Louis XIII, perçu comme la raison de la miraculeuse venue au monde du dauphin : dans ce monument se trouvaient ainsi réunis et symbolisés conjointement sa naissance et sa mort, l’alpha et l’oméga de sa vie.

Conclusion

  • 43 À propos de l’actualité de ces questions, voir notamment « Le portrait du roi : entre art, histoi (...)

43Les représentations du vœu de Louis XIII permettent donc l’analyse de la création d’une iconographie du pouvoir par le pouvoir lui-même, de sa diffusion, et enfin des raisons de ses détournements. Les stratégies de figuration du roi très chrétien et les modalités de l’institution iconique du prince se trouvent ainsi précisées dans la mise en lumière d’une ambiguïté volontairement entretenue par le pouvoir. Une telle analyse souligne l’importance accordée aux œuvres d’art par les souverains dans leurs tentatives de légitimer leur autorité, et le dépassement du simple statut d’illustration qu’elles opèrent43. Ces œuvres ne sont pas uniquement les illustrations d’une rhétorique, elles en constituent davantage des agents performatifs, au même titre que d’autres modes de célébration de la figure royale.

Haut de page

Notes

1 Maurice Vloberg, Notre-Dame de Paris et le vœu de Louis XIII. La vie de la cathédrale racontée par l’image, Paris, Imprimerie Frazier, 1926 ; Pierre Delattre, « Le Vœu de Louis XIII et les arts », L’art sacré, Paris, juin 1938, p. 153-156 ; Pierre-Marie Auzas, « Un “vœu de Louis XIII” méconnu », Revue du Louvre et des musées de France, Paris, 1964, nº 2, p. 85-92 ; Pierre-Marie Auzas, « Observations iconographiques sur le vœu de Louis XIII », dans Ingres, Alain Godeau, Mathieu Méras (dirs.), Montauban, Société des amis du musée Ingres, 1969, p. 1-13.

2 Déclaration du Roy, qui prend la bien-heureuse Vierge pour protectrice de ses Estats, Paris, S. Cramoisy, 1638, reproduite dans le Mercure François ou suite de l’histoire de notre temps…, t. XXII, 1641, p. 284-288. Cette Déclaration est par ailleurs reproduite par René Laurentin, Le vœu de Louis XIII, passé ou avenir de la France ?, (1ère éd. Paris, François-Xavier de Guibert, 1988) Paris, François-Xavier de Guibert, 2004, p. 105-112, l’intérêt résidant notamment dans la comparaison détaillée avec les versions provisoires antérieures. Pour les implications législatives d’un tel acte, voir Bernard Barbiche, Les institutions de la monarchie française à l’époque moderne, Paris, PUF, 1999, p. 68. Les preuves de l’enregistrement de cet acte par le Parlement, étape obligatoire, ont disparu, vraisemblablement à la Révolution. La réimpression officielle du Vœu, effectuée à la demande de Louis XIV, en 1700, comporte néanmoins à la fin du texte la mention « Registré au Parlement », confirmant donc que celle-ci avait bien eu lieu, voir René Laurentin, op. cit., p. 37.

3 Il serait impossible d’énumérer ici l’intégralité de ces travaux et toutes les hypothèses développées, plus ou moins vraisemblables et documentées. Parmi les études les plus récentes, menées notamment à l’occasion du tricentenaire du vœu et permettant l’appréhension de son historiographie, voir, entre autres : Maurice Vloberg, op. cit. ; Pierre Delattre, Le vœu de Louis XIII (1638-1938), Paris, Maison de la Bonne Presse, 1937 ; Gratien de Paris, Les Bénédictines du Calvaire, le Père Joseph du Tremblay et le vœu de Louis XIII, d’après des documents inédits, Paris, éd. librairie Saint François d’Assise, 1938 ; Louis Blond, Notre-Dame des Victoires et le Vœu de Louis XIII : origine et publication du vœu, Paris, Éditions des Presses modernes, Palais-Royal, 1938 ; René Laurentin, op. cit.

4 La parenté de ce texte avec celui de la Déclaration de 1638 est cependant manifeste : « Louis XIII […] se livre lui-même et son royaume, à Dieu en premier, à l’Empire de la Très Puissante Dame, les consacre à la Majesté, […] atteste le motif perpétuel de ce don votif, en érigeant un monument pour le monde et pour l’avenir. Et par un perpétuel édit, il établit que le Très Saint Jour de l’Assomption soit singulièrement célébré […] en commémoration perpétuelle d’une si singulière protection », traduction par René Laurentin, op. cit., p. 94. Ce texte est demeuré à l’état de projet et n’a jamais été rendu officiel.

5 Voir Pierre Chevallier, Louis XIII, Paris, Fayard, 1979. Ignorant vraisemblablement ce manuscrit, Pierre Chevallier indique néanmoins que « les contemporains crièrent au miracle et une tradition veut que ce soit à l’occasion de l’épreuve qu’il venait de subir que Louis XIII forma le projet de faire un vœu à la Vierge », p. 372-373. Un poème rédigé dans les jours qui suivirent ce rétablissement permet de conforter cette hypothèse : « Ce royaume sauvegardé, soumets-le par un vœu au service et à la dépendance de la Très Sainte Vierge, ta Patronne », Pierre Berthault, Soteria regia, sive ad Deiparam Virginem, pro Ludovico Justo votum, Troyes, Moreau, 1630, traduction par René Laurentin, op. cit., p. 92.

6 Richelieu écrivit au roi le 19 mai : « On estime que si elle trouvoit bon de faire un vœu à la Vierge avant que ses armées commencent à travailler, il seroit bien à propos. […] S’il plaist à Vostre Majesté s’obliger d’y donner une belle lampe et la faire entretenir à perpétuité, ce sera assez. » voir Martial Avenel, Lettres, Instructions diplomatiques et papiers d’État du Cardinal de Richelieu, Paris, Impr. Nat., t. V (1635-1637), 1863, p. 467-468. Il s’agit donc d’un vœu différent, soumis à une cause ponctuelle, visant à obtenir l’intercession divine pour le succès des armées. Les hésitations de Louis XIII entre le moment où Richelieu lui suggéra cette idée et l’offrande de la lampe, en octobre, pourraient néanmoins indiquer que le roi projetait déjà quelque chose de plus important et de moins circonstancié, se rapprochant davantage de la Déclaration définitive.

7 « Marillac, qui en est mort, et avant lui, Bérulle, considèrent la politique étrangère de Richelieu comme sacrilège et criminelle. Le vœu de 1638 est incompréhensible en dehors de ce contexte. Il tend à apaiser un trouble immense des consciences », voir la préface de Pierre Chaunu, dans René Laurentin, op. cit., p. 8.

8 Pierre Benoist, Le Père Joseph, l’éminence grise de Richelieu, Paris, Perrin, 2007, p. 305.

9 René Laurentin, op. cit., p. 51.

10 Lettre écrite par Grotius, citée par René Laurentin, op. cit., p. 38.

11 Richelieu, Mémoires, éditées par M. Petitot, Paris, Foucault, 1823, Collection des Mémoires relatifs à l’Histoire de France, t. XXX, p. 143-146. Il convient toutefois de rester prudent car ces Mémoires ont été rédigés a posteriori, et non pas au jour le jour, ce qui peut jeter un doute sur l’exactitude chronologique de certains événements rapportés.

12 Frédéric Henriet, « Simon Vouet dans l’église de Neuilly-Saint-Front », Annales de la Société historique et archéologique de Château-Thierry, Société historique et archéologique de Château-Thierry, C. Cagniard, 1895, p. 70-80 ; Étienne Moreau-Nélaton, Les églises de chez nous - arrondissement de Château-Thierry, Paris, Laurens, 1913, p. 83 ; Pierre-Marie Auzas, art. cit., « Un “vœu de Louis XIII” méconnu » ; Trésors d’art sacré à l’ombre du Val-de-Grâce [catalogue d’exposition, Paris, Mairie du Ve arrondissement, 5 septembre-31 octobre 1988], Jacques Charles (dir.), Délégation à l’Action artistique de la Ville de Paris, 1988, p. 42 ; Vouet [catalogue d’exposition, Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 6 novembre 1990-11 février 1991], Jacques Thuillier (dir.), Paris, RMN (Réunion des Musées Nationaux), 1990, cat. 112. La date portée sur le tableau est aujourd’hui difficilement lisible. Jacques Thuillier propose d’y lire 1638, reliant cette œuvre à la promulgation du vœu. Toutefois, la date de 1633 est celle qui est le plus souvent retenue, notamment dans les études les plus anciennes, lorsque la date devait être plus facilement lisible.

13 Voir Paola Pacht-Bassani, Claude Vignon : 1593 – 1670, Paris, Arthena, 1993, p. 269-271 ; François Bergot, Notre-Dame, église paroissiale et royale de Versailles, Versailles, Artlys, 2005, p. 64-65 ; Matthieu Pinette, Peintures françaises des xviie et xviiie siècles des musées d'Amiens, Somogy, Paris, Musée de Picardie, Amiens, 2006, p. 259.

14 « Les pèlerinages à Liesse ne sont pas les seuls qu’accomplisse Anne d’Autriche pour obtenir un fils. Elle s’est rendue en personne dans trente-quatre lieux de pèlerinage. » voir Bruno Maes, Le Roi, la Vierge et la Nation : pèlerinages et identité nationale entre Guerre de Cent ans et Révolution, Paris, Publisud, 2002, p. 287. Ces vœux étaient ponctuels, liés à un souhait bien précis, la naissance d’un héritier, dont il n’est pas fait mention dans le texte du vœu de Louis XIII qui est une consécration à caractère permanent n’appelant pas de réponse immédiate. La proximité entre la première célébration du vœu de Louis XIII, le 15 août, et la naissance le 5 septembre de l’héritier attendu depuis vingt-deux ans a contribué à ceci : « La reine approchant de son terme, le Saint-Sacrement restait exposé dans toutes les églises de France ; deux semaines encore, et la France en délire saluera de ses acclamations la naissance […] d’un dauphin : Louis-Dieudonné, le futur Louis XIV » voir Pierre Delattre, op. cit., p. 50-51. Cette naissance fut perçue comme un miracle, une réponse divine à la consécration du royaume, entraînant l’association de ces différents vœux, parfois jusqu’à les confondre. La véritable manifestation de la gratitude d’Anne d’Autriche, l’acte de piété qu’elle effectua en réponse à l’accomplissement de son vœu fut la construction du Val-de-Grâce, voir notamment Trésors d’art sacré à l’ombre du Val-de-Grâce [catalogue d’exposition], op. cit. ; Claude Mignot, Le Val-de-Grâce, L’ermitage d’une reine, Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites, 1994.

15 « C’est le 14 janvier 1638 que le premier médecin Bouvard faisait part à Richelieu du nouvel état de la reine : “ Monseigneur, je n’ai pu ni dû tarder de vous faire savoir les signes plus certains que jamais de grossesse de la reine qui font foi d’un enfant déjà conçu et formé de six semaines et, partant, hors des dangers des jours … qu’autrefois elle a souffert ” », voir Pierre Chevallier, op. cit., p. 553.

16 Mercure François..., op. cit., p. 287.

17 « Nous admonestons le Sieur Archevesque de Paris, et néantmoins luy enjoignons, que tous les ans, le jour et feste de l’Assomption, il fasse faire commémoration de nostre présente Déclaration […] et qu’après les Vespres dudit jour, il soit fait une Procession en ladite Église […]. Exhortons pareillement tous les Archevesques et Evesques de nostre Royaume, et néantmoins leur enjoignons de faire célébrer la mesme solemnité en leurs Églises Épiscopales et autres Églises de leurs Diocèses […]. Et d’autant qu’il y a plusieurs Églises Épiscopales qui ne sont point dédiées à la Vierge, nous exhortons lesdits Archevesques et Evesques, en ce cas, de luy dédier la principale Chapelle desdites Églises, pour y estre faite ladite cérémonie ; et d’y élever un Autel avec un ornement convenable à une action si célébre », ibid., p. 287-288. Ce texte fut transmis à tous les archevêques et évêques du royaume.

18 Bernard Dorival, Philippe de Champaigne 1602-1674 : la vie, l’œuvre, et le catalogue raisonné de l’œuvre, Paris, Laget, 1976, vol. I, p. 124-125 ; Louis Marin, Philippe de Champaigne ou La présence cachée, Paris, Hazan, 1995, p. 180 et suivantes ; Le Dieu caché, [catalogue d’exposition, Rome, Académie de France à Rome, 19 octobre 2000-28 janvier 2001], Olivier Bonfait, Neil McGregor (dirs.), Rome, de Luca, 2000, p. 158 ; Lorenzo Pericolo, Philippe de Champaigne, homme sage et vertueux : essai sur l'art et l’œuvre  de Philippe de Champaigne, 1602-1674, Bruxelles, Dexia, 2002, p. 99 et suivantes ; Philippe de Champaigne, entre politique et dévotion, [catalogue d’exposition, Lille, Palais des Beaux Arts, 27 avril-15 août 2007 - Genève, Musée Rath, 20 septembre 2007-13 janvier 2008], Alain Tapié, Nicolas Sainte Fare Garnot (dirs.), Paris, RMN, 2007, p. 114.

19 Cité par Maurice Vloberg, op. cit., p. 37.

20 « Je diray seulement que si la métempsychose passoit en créance, on diroit que l’âme de Sainct Louys seroit revenu au corps de Louis le Juste », Bernard Guyard, Oraison funèbre prononcée à Paris en l’Église de la Magdelaine au service de Louis le Juste…, Paris, Arnould Cotinet, 1643, p. 16-17. Saint Louis était l’ancêtre conférant leur légitimité aux souverains Bourbons, ce qui explique en partie les multiples parallèles établis entre ces derniers et leur illustre prédécesseur. Nous renvoyons pour ces questions à la publication de Géraldine Lavieille dans ce même numéro.

21 Voir, Paola Pacht-Bassani, op. cit., p. 338 ; Véronique Meyer, L'œuvre gravé de Gilles Rousselet, graveur parisien du xviie siècle : catalogue général avec les reproductions de 405 estampes, Paris, Commission des travaux historiques de la ville de Paris - Paris Musées, 2004, p. 172. Une épreuve de cette gravure, conservée à Vienne, porte la mention manuscrite « Vignon. Pinx. ». Les physionomies des figures correspondent, par ailleurs, à celles affectionnées par cet artiste, expliquant qu’on lui attribue la paternité de cette composition.

22 L’œuvre de Claude Vignon n’est attestée par aucune autre trace que cette estampe.

23 La peinture, si le blason correspond effectivement aux commanditaires, fut offerte par une des plus anciennes familles de la noblesse française, les Damas d’Antigny.

24 La Peinture au xviie siècle dans les Alpes-Maritimes, Charles Astro, Luc  Thévenon (dirs.), Nice, Serre, 1985, p. 28 ; Agnès Lory, François Mimault, Mémoire de maîtrise d’Histoire de l’art, soutenu à l’Université de Provence, 2003, sous la dir. de Pascal Julien, p. 24 (vol. II).

25 Il est nécessaire de rappeler en quelques mots le rôle du père Joseph, surnommé l’Éminence grise, dont il a déjà été question à propos des visions des mystiques et qui avait pris part activement à l’élaboration du vœu, puisqu’il avait notamment « établi un programme pastoral pour le faire prêcher dans toute la France, pendant trois ans, à partir de janvier 1639 » voir René Laurentin, op. cit., p. 45. Ce projet fut enterré avec le père Joseph, décédé subitement en décembre 1637. Son rôle transparaît également dans l’iconographie adoptée pour représenter le vœu, rappelant fortement l’Ordre qu’il avait fondé, voué à la contemplation du Mystère de la Passion du Christ et de la compassion de Notre-Dame et dont les membres furent surnommées Filles du Calvaire ou calvairiennes. Sur ces questions, voir Pierre Benoist, op. cit., not. p. 305-307.

26 Roger-Armand Weigert, Inventaire du fonds français, graveurs du xviisiècle (poursuivi par Maxime Préaud), Paris, BnF (Bibliothèque nationale de France), t. I, 1939, p. 512 ; Martha Mel Stumberg Edmunds, Piety and politics: imaging divine kingship in Louis XIV's chapel at Versailles, Newark, DE, University of Delaware Press, 2002 ; Abraham Bosse, savant graveur [catalogue d’exposition, Paris, BnF, 20 avril-11 juillet 2004 - Tours, Musée des Beaux-Arts, 17 avril-18 juillet 2004], Maxime Préaud (dir.), Paris, BnF - Tours, Musée des Beaux-Arts, 2004, p. 199-200 ; Barbara Gaehtgens, « À toutes les gloires de l’État : Richelieu, les Jésuites et le maître-autel de Saint-Louis à Paris », dans Richelieu, patron des arts, Jean-Claude Boyer, Bénédicte Gady et Barbara Gaehtgens (dirs.), Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2009, p. 215-249, not. p. 232-234 .

27 L’idée d’une instrumentalisation totale de ces almanachs par le pouvoir royal entraînant une absence de réserve à son égard a été récemment nuancée, mais la scène ici représentée constitue effectivement une exaltation explicite de la monarchie. Sur ces questions, voir notamment Les Effets du soleil, Almanachs du règne de Louis XIV [catalogue d’exposition, Paris, Musée du Louvre, 19 janvier-17 avril 1995], Maxime Préaud (dir.), Paris, RMN, 1995 ; Hervé Drévillon, Lire et écrire l’avenir, Seyssel, Champ Vallon, 1996, not. p. 97-99 ; Nicolas Milovanovic, « Les almanachs de Louis XIV », dans Louis XIV, l’homme et le roi [catalogue d’exposition, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, 19 octobre 2009-7 février 2010], Alexandre Maral, Nicolas Milovanovic (dirs.), Paris, Skira-Flammarion – Versailles, Établissement public du musée et du domaine de Versailles, 2009, p. 370-374.

28 On lit notamment, dans le texte l’accompagnant : « Je consacre à vos autels / Et mon sceptre et ma couronne ».

29 Lors de sa prédication pour la deuxième commémoration du vœu, en 1639, le jésuite Maimbourg déclarait, par exemple : « Cet événement exquis du ciel [la naissance du dauphin], tu le dois au royal présent que tu fis de toi-même et de la France », cité par René Laurentin, op. cit., p. 127.

30 Une peinture réalisée en 1644 pour l’église de Montgeard, reproduisant quasiment à l’identique le groupe royal, intégré à une composition représentant la Remise du rosaire à saint Dominique, renseigne la circulation de ces gravures et démontre leur diffusion massive. Pour plus de détails sur cette œuvre, voir Léo Minois, « Adaptation provinciale d'une iconographie royale : La Remise du Rosaire de Montgeard », dans Vies d’artisans dans les campagnes françaises, Sophie Duhem (dir.), en cours de publication.

31 Cette œuvre, intitulée L’Adoration et offrande de la France au Dauphin des Cieux et conservée au musée du Louvre (RF 1996-16), représente Louis XIII offrant ses regalia, en guise d’or, tandis que Louis XIV tient un encensoir et Anne d'Autriche une boîte, contenant ce qui peut être entendu comme de la myrrhe.

32 Cela a déjà été souligné par Martha Mel Stumberg Edmunds ou Barbara Gaehtgens, voir Martha Mel Stumberg Edmunds, op. cit. ; Barbara Gaehtgens, « Gouverner avec des images, l’image du roi présentée par la reine régente, de Catherine de Médicis à Anne d'Autriche », dans L'image du roi de François Ier à Louis XIV, Thomas W. Gaehtgens, Nicole Hochner (dirs.), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, 2006, p.  77-109 ; Barbara Gaehtgens, art. cit., « À toutes les gloires de l'État … ».

33 À propos de cette estampe, voir notamment Roger-Armand Weigert, op. cit., t. XVII, n° 250, p. 155 ; Martha Mel Stumberg Edmunds, op. cit., p. 50-51.

34 Si l’on se réfère à l’âge des personnages représentés, on peut dater cette estampe de 1645 environ.

35 Un exemplaire de cette gravure, intitulée Le dépôt de la Régence entre les mains de la Mère de Dieu, et dont deux versions successives sont connues, est conservé à Paris, à la BnF.

36 Sur cet aspect, voir notamment Hélène Duccini, Faire voir, faire croire : l'opinion publique sous Louis XIII, Seyssel, Champ Vallon, 2003.

37 Ce texte renouvelant le vœu de Louis XIII se trouve intégré à la liasse contenant ce dernier, conservée aux Archives Nationales, cote L 499.

38 L’habit de veuve, systématiquement présent dans ce type d’œuvres, rappelle avec insistance l’origine du pouvoir qu’elle détenait lors de la régence. Ceci s’avérait d’autant plus nécessaire que la manière dont Anne d'Autriche l’exerçait ne correspondait pas aux recommandations laissées par Louis XIII dans son testament, voir Françoise Hildesheimer, La double mort du roi Louis XIII, Paris, Flammarion, 2007 ; Cédric Coraillon « Les deux morts de Louis XIII », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1/2008, n° 55-1, p. 50-73. Dans ce type d’œuvres, cela permettait d’accentuer la continuité dynastique qui s’opérait à travers le renouvellement du vœu, voir notamment Barbara Gaehtgens, « Les portraits d’Anne d’Autriche. L’image royale au service de la politique », dans Anne d’Autriche, Infante d’Espagne et reine de France, Chantal Grell (dir.), Paris, Perrin – Madrid, Centro de Estudios Europa Hispánica, 2009, p. 209-241.

39 Voir François Fossier, Les dessins du fonds Robert de Cotte de la Bibliothèque Nationale de France : architecture et décor, Paris, BnF - Rome, École française de Rome, 1997, p. 203-214.

40 Antoine Coysevox a réalisé la figure de Louis XIV, Guillaume Coustou celle de Louis XIII et Nicolas Coustou la Pietà. Voir notamment François Souchal, Les frères Coustou, Paris, De Boccard, 1980, p. 83 et suivantes.

41 Jean-Aimar Piganiol de la Force, Description historique de la ville de Paris et de ses environs…, Paris, chez les Libraires associés, 1742, t. I, p. 413. La description des scènes frappées sur les médailles est parfois approximative mais celles-ci nous sont connues par les dessins du fonds Robert de Cotte, voir François Fossier, op. cit., p. 208-209.

42 Claire Mazel, « Ils ont “préféré la croix au trône”, les monuments funéraires des premiers Bourbons », dans L'image du roi de François Ier à Louis XIV, Thomas W. Gaehtgens, Nicole Hochner (dirs.), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006, p. 169-190 ; Claire Mazel, La mort et l’éclat, Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 192-205.

43 À propos de l’actualité de ces questions, voir notamment « Le portrait du roi : entre art, histoire, anthropologie et sémiologie », points de vue d'Antonio Pinelli, Gérard Sabatier, Barbara Stollberg-Rilinger et Christine Tauber, avec Diane Bodart, Perspective, 2012-1 (« Art et pouvoir »), Paris, INHA-Armand Colin, 2012, p. 11-28.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Le Vœu de Louis XIII, Simon Vouet (et atelier), 1633 (?), Neuilly-Saint-Front (02), mairie.
Crédits Médiathèque du patrimoine.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2009/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Figure 2
Légende « En Jésus et Marie notre amour est uni » (ou Déploration sur le Christ mort avec Louis XIII et Anne d’Autriche), Claude Vignon, 1634, Amiens (80), Musée de Picardie.
Crédits Musée de Picardie.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2009/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Figure 3
Légende Le Vœu de Louis XIII, Philippe de Champaigne, 1638, Caen (14), Musée des Beaux-Arts.
Crédits www.er.uqam.ca
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2009/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Figure 4
Légende Le Vœu de Louis XIII, Gilles Rousselet (d’après Claude Vignon), vers 1638.
Crédits Coll. Privée.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2009/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Figure 5
Légende Le Vœu de Louis XIII, anonyme, xviie s., Antigny-la-Ville (21), église de l’Assomption.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2009/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 6
Légende Le Vœu de Louis XIII, François Mimault, 1639, La Penne (06), église Saint-Pierre.
Crédits Cliché auteur.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2009/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Figure 7
Légende Les Vœux du Roi et de la Reine, Abraham Bosse, 1638.
Crédits Coll. Privée.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2009/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Figure 8
Légende Les Vœux du Roi et de la Reine, Grégoire Huret, 1638.
Crédits BnF/Gallica
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2009/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Figure 9
Légende L’Adoration et offrande de la France au Dauphin des Cieux, anonyme (d’après Juste d’Egmont), 1640.
Crédits Coll. Privée.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2009/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Figure 10
Légende Le Dépôt de la Régence du royaume de France fait par la reine mère régente entre les mains de la reine de paix mère de Dieu, Claude Mellan, vers 1645.
Crédits Coll. Privée.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2009/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Figure 11
Légende Louis XIV offrant sa couronne et son sceptre à la Vierge et à l’enfant Jésus, en présence d’Anne d’Autriche et de Philippe d’Anjou, Philippe de Champaigne, vers 1650, Hambourg, Kunsthalle.
Crédits Cliché Elke Wadford.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2009/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Figure 12
Légende Le Vœu de Louis XIII, Guillaume et Nicolas Coustou, Antoine Coysevox, 1712-1723, Paris (75), cathédrale Notre-Dame.
Crédits Cliché auteur.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/2009/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 539k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léo Minois, « Le vœu de Louis XIII et la naissance de Louis XIV : observations iconographiques sur la célébration du roi très chrétien », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 23 novembre 2012, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://framespa.revues.org/2009 ; DOI : 10.4000/framespa.2009

Haut de page

Auteur

Léo Minois

Doctorant à l’Université de Toulouse II, Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).
leo.minois@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org