Navigation – Plan du site
Compte-rendu de manifestations scientifiques

Journée d'étude « Nouvelles recherches en histoire de l'Amérique Latine »

Journée d'étude « Nouvelles recherches en histoire de l'Amérique Latine », Michel Bertrand, Richard Marin (coords.), Université de Toulouse II, FRAMESPA, 30 mai 2012.
Pierre-Marie Pay

Texte intégral

1Le 30 mai dernier s’est tenu au laboratoire FRAMESPA un séminaire intitulé « Nouvelles recherches en histoire de l'Amérique Latine », dans le cadre de la thématique Fronteras, à l’initiative de Michel Bertrand et de Richard Marin. Cette journée d’étude s’est articulée autour de deux axes. Le premier portait sur les acteurs collectifs et le jeu social et le second se concentrait davantage sur les relectures historiographiques.

2La première intervenante, Évelyne Sanchez, professeur à l’université de Puebla, au Mexique, a exposé l’avancée de ses travaux sur son sujet, « La construction des pouvoirs locaux dans l’État de Tlaxcala (Mexique), 1880-1930 ». La période qui intéresse Évelyne Sanchez concerne, bien sûr, la révolution mexicaine (1910-1917), sans faire l’économie d’une analyse des périodes pré-révolutionnaire et post-révolutionnaire, délivrant ainsi un travail de qualité. Évelyne Sanchez s’intéresse surtout aux institutions, aux structures, aux règles du jeu dans lesquelles les individus évoluent. L’intervenante explique l’importance de l’étude des institutions dans le contexte de la Révolution mexicaine. En effet, le contenu de celles-ci a été profondément altéré, faisant émerger de nouveaux acteurs. Enfin, les institutions sont des canaux de communication privilégiés qui laissent beaucoup de traces dans les archives. La chercheuse revient sur la précocité de la redistribution des terres car les communautés ont un passé de soulèvement, lié au poids de la micro-propriété qui donne une autonomie et une forte marge de manœuvre aux paysans. Évelyne Sanchez s’interroge ainsi sur le poids et la gestion quotidienne de cette micro-propriété. Elle fait une étude de cas en concentrant ses recherches sur l’État de Tlaxcala. Elle se propose donc d’analyser le changement des institutions et les stratégies mises en place par les acteurs (nouveaux, parfois) pour en tirer le meilleur parti, notamment sur les questions agraires, déterminantes.

3La deuxième intervenante, Juliette Dumont, IHEAL, Paris 3, a proposé ses réflexions sur « Les scientifiques brésiliens (1870-1945) : acteurs nationaux, internationaux et intellectuels engagés ». Son travail porte sur la place de ces élites dans la création de réseaux américains. Elle souligne l’importance de l’émergence d’académies, de sociétés savantes dans la création de réseaux de sociabilité à l’échelle internationale. Les scientifiques brésiliens vont devenir des acteurs, des protagonistes de la diplomatie sud-américaine dans l’entre-deux-guerres. Ces scientifiques sont partie prenante des débats portant sur la « brésilianité ». La figure de l’intellectuel revêt alors une place capitale. L’analyse de Juliette Dumont se décline en trois temps. Elle montre d’abord l’existence d’une dynamique transnationale sud-américaine. Dans les années 1870 s’amorce une phase inédite de modernisation pour l’Amérique du Sud. Dans les années 1850, la multiplication des rencontres scientifiques, des congrès panaméricains, annonce l’ère de la coopération régionale sans en passer par l’Europe. Les thèmes traités sont principalement l’hygiène, la santé publique, le progrès, ainsi que la moralisation de la société. Mais il s’agit aussi d’événements politiques : il faut prendre part aux congrès, les organiser, véritable question de prestige. Au Brésil, la république est récente : il est donc important de marquer une vraie rupture avec l’empire. Juliette Dumont montre, ensuite, la structuration et la professionnalisation des milieux scientifiques. Les scientifiques, tout en affirmant leur scientificité, ne renoncent pas à l’écriture : ils publient des romans, ce qui suscite des débats. L’intervenante perçoit deux moments qui structurent ces débats : d’une part, l’abolition de l’esclavage, avec un marché du travail à construire et, d’autre part, la proclamation de la République. Elle souligne l’importance des ingénieurs, des docteurs, agents modernisateurs du pays qui vont utiliser la science comme caution. Enfin, Juliette Drumont met en avant l’importance des ambassadeurs culturels au travers des expositions universelles. Le Brésil participe à tous les congrès scientifiques internationaux tout en cultivant ses spécificités culturelles. Plus encore, l’insertion dans les réseaux internationaux devenait capitale pour faire passer des messages au niveau national. La chercheuse ponctue sa présentation par une hypothèse intéressante, s’inspirant de la thèse d’Anne-Marie Thiesse (La création des identités nationales, 1999) : il n’y a rien de plus international que la création des identités nationales.

4Le troisième intervenant, Mathias Rull vient de l’université de Perpignan. Avec un travail sur « Les formations politiques indigènes dans le Guatemala contemporain », Mathias Rull s’intéresse aux formations politiques indigènes, à la lumière des trois décennies passées. Il s’interroge sur l’ascension des Indiens en politique, dans le cas du Guatemala. S’agit-il d’une nouvelle pratique du pouvoir ? On pourrait s’y attendre, car ils ont longtemps été marginalisés, ils ont une particularité culturelle et, historiquement, ont été exclus des postes-clé. Mathias Rull perçoit deux alternatives pour les Indiens en politique : s’insérer ou créer des réseaux politiques, des partis… L’intervenant repère, toutefois, deux obstacles à la voie de l’insertion : le manque d’ouverture des élites traditionnelles et le manque de ressources financières. Qu’en est-il de l’autre alternative (créer) ? Il existe une peur de s’engager, par crainte de la répression. Par ailleurs, la diversité des sociétés indigènes (au niveau identitaire et en raison de l’isolement géographique) et l’autonomie locale forte constituent une barrière supplémentaire. Celle-ci tend à s’atténuer, mais il faut reconnaître que l’identité ethno-linguistique maya n’est encore que le fait d’intellectuels. Mathias Rull voit deux facteurs susceptibles de structurer les organisations politiques indiennes : l’idée politique et l’ethnie. Le Xe-Ju qui distillait un discours ancien, indianiste et radical, a opéré un changement en adoptant un discours plus socialiste. En réalité, divers discours coexistent et prévalent à différents moments. Le chercheur dresse un état des lieux de la situation actuelle ; il note l’absence de repli communautaire, le développement des idées progressistes ainsi que la volonté d’intégration, mais sans perte d’identité. En définitive, les Indiens apportent du nouveau à la vie politique guatémaltèque. Un grand pas à été franchi, notamment pour ce qui est de l’estime de soi : les Indiens ont réussi à se prouver qu’ils pouvaient gérer les affaires locales. Désormais, les partis nationaux doivent composer avec eux, tant ils sont devenus des acteurs décisifs de la vie politique.

5Le quatrième intervenant, Rodrigo Nabucco de Araujo (Toulouse II/FRAMESPA), a exposé un travail intitulé « Conquête des esprits et commerce des armes : la diplomatie militaire gaulliste au Brésil (1958-1969) ». Il s’intéresse à l’outil militaire dans les relations franco-brésiliennes durant la période gaulliste. En 1958, au Brésil, s’est effectuée une entrée massive de capitaux. Le commerce d’armes va permettre le développement d’échanges, de réseaux d’entrepreneurs et militaires. Rodrigo Nabucco procède en deux temps. Il revient d’abord sur les premiers temps de la relation entre les deux pays. Il identifie trois moments : les industries françaises qui font des prêts à des sociétés brésiliennes, la création de filiales françaises au Brésil après la Seconde Guerre mondiale et, enfin, les apports de matériaux au Brésil, à partir des années 60. Puis, l’intervenant étudie la deuxième période qui voit la primauté du politique sur le militaire (1958-1964). La France se redéploie de l’Asie vers l’Afrique. Le Brésil intéresse la France du fait de sa proximité avec l’AOF. Il faut transmettre le patrimoine spirituel et matériel de la civilisation occidentale. Rodrigo Nabucco revient sur différentes périodes. Entre 1950 et 1960, le commerce avec le Brésil est réduit au niveau militaire. En 1975, on assiste à un retrait des États-Unis. Dès 1972-1973, les ventes d’avions Mirage commencent. L’attaché militaire de la France au Brésil organise des rencontres entre les acteurs politiques, les industriels brésiliens et l’ambassadeur. Ce n’est pas un marchand d’armes, mais il doit convaincre le gouvernement d’acheter : c’est un commercial. La période gaulliste a préparé le terrain au renforcement des relations en établissant des connexions et des réseaux qui se révéleront très utiles par la suite.

6Il faut enfin noter la dimension internationale de cette journée d’étude, du fait de la venue de Berlin, où il participait à un séminaire, de Victor Hugo Acuña, de l’université de Costa Rica. Son exposé (« Más allá de las historias nacionales, conexiones, entrecruces y circulaciones en la América central, s. 19-20 ») propose de relire l’épisode célèbre du flibustier William Walker – qui tenta de conquérir plusieurs pays d'Amérique latine au XIXe siècle et fut même président du Nicaragua de 1856 à 1857 – à l’aune des problématiques de l’histoire interconnectée. Il montre bien comment cet épisode est au carrefour de trois mémoires et de trois historiographies : nicaraguayenne, costaricienne et étasunienne, cette dernière ignorant superbement les deux autres. Le débat qui suit soulèvera tout de même la question de savoir s’il s’agit bien, dans ce cas, « d’histoire croisée ou interconnectée », dans la mesure où il n’y a pas de « réflexivité ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Marie Pay, « Journée d'étude « Nouvelles recherches en histoire de l'Amérique Latine » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 21 décembre 2012, consulté le 30 mai 2017. URL : http://framespa.revues.org/1951

Haut de page

Auteur

Pierre-Marie Pay

JIEP Toulouse, 4° année, spécialité « Europe et Territoires ».
pierre-marie_pay@live.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org