Navigation – Plan du site
Dossier

Les effigies sculptées d’Henri IV à Toulouse au xviie siècle

The Henri IV’s effigy in Toulouse of The 17th century
Las efigies de Enrique IV en Tolosa de Francia en el siglo xvii
Sophie Fradier

Résumés

Sculpter le roi et l’exposer dans la ville : les enjeux d’une telle entreprise ont été largement étudiés pour Louis XIV, beaucoup moins pour les règnes précédents. Pourtant, dès le début du xviie siècle, Henri IV usa de cette pratique à diverses reprises, notamment à Rome et à Paris, à Toulouse également où trois effigies furent sculptées du vivant même du roi. Ces portraits en marbre polychrome furent exécutés entre 1604 et 1607. Ils devaient orner un espace public : le pont de la ville et la Maison commune. Or, si l’on reconnaît habituellement en ces portraits une forme d’allégeance au roi, cet article entend revenir sur une telle interprétation. Suite à la conversion d’Henri IV, les réseaux ligueurs et pro-espagnols ne disparurent pas miraculeusement. Toulouse mit un certain temps avant de revenir dans le giron royal. Par conséquent, la décision d’introduire l’image d’un roi encore contesté ne pouvait émaner que des hautes sphères de l’administration du royaume. D’ailleurs, l’analyse des modalités de représentation et des procédés d’exposition de ces effigies permet d’établir des liens entre elles et les projets qui furent engagés au même moment dans la capitale. Tout porte donc à croire qu’à Toulouse, comme à Paris, Henri IV fut le promoteur de sa propre gloire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pascal Julien, « Des imagiers aux sculpteurs (1500-1610) », dans L’art en France : de la Renaissa (...)
  • 2 Jean-Pierre Babelon, « L’urbanisme d’Henri IV et de Sully à Paris », dans L’Urbanisme de Paris et (...)
  • 3 Voir fig. 1 et fig. 2 ; Pascal Julien, Fabienne Sartre, « L’essor : sous le sceau de la Contre-Ré (...)
  • 4 Jules Chalande, Histoire monumentale de l’Hôtel de ville de Toulouse, Toulouse, éd. Saint-Cyprien (...)
  • 5 Gérard Sabatier, Le prince et les arts. Stratégies figuratives de la monarchie française de la Re (...)
  • 6 Antonio Pinelli, Gérard Sabatier, Barbara Stollberg-Rilinger, Christine Tauber, Diane Bodart, « L (...)

1Sculpter le roi et l’exposer dans la ville. Les enjeux d’une telle entreprise ont été largement étudiés pour Louis XIV, beaucoup moins pour les règnes précédents. Pourtant, dès le début du xviie siècle, Henri IV usa de cette pratique1. Mais principalement à Paris, car à l’exception de Toulouse, peu d’autres villes du royaume se dotèrent d’une statue du monarque2. Dans la capitale du Languedoc, trois effigies en marbre furent sculptées du vivant même du roi3. Elles devaient orner un espace public : le Pont-Neuf et la Maison commune. Ces œuvres ont souvent été assimilées à une forme d’allégeance, une commande de la ville qui marquerait la fin des guerres de religion et le temps de la réconciliation4. Or, au regard de l’historiographie récente, il paraît nécessaire de réinterroger la présence de l’image royale à Toulouse5. En analysant les modalités de représentation, ainsi que les dispositifs d’exposition suivant lesquels Henri IV fut montré dans la ville, le portrait du roi révèle en effet la « mise en œuvre de stratégies complexes, à visées et à destinataires multiples »6.

Figure 1

Figure 1

Anonyme, Buste d’Henri IV, v. 1606, marbre blanc, 63 x 56 x 28 cm, Toulouse, Musée des Augustins.
Musée des Augustins, Toulouse publié dans L’âge d’or de la sculpture : artistes toulousains du xviie siècle, [exposition organisée au musée des Augustins, 14 décembre 1996-31 mars 1997], Paris, éd. Somogy, 1996.

Musée des Augustins-Toulouse.

Figure 2

Figure 2

Thomas Heurtematte, Henri IV en pied, marbre polychrome, 1607, 2, 02 m, Toulouse, Capitole, cour Henri IV.

Cliché auteur.

1. En quatre ans trois effigies

  • 7 Archives municipales de Toulouse, DD 296, fol. 586, acte publié dans Pascal Julien, Fabienne Sart (...)
  • 8 Nous ignorons si cette statue fut effectivement mise en place, cette œuvre est uniquement documen (...)
  • 9 Voir fig. 2.
  • 10 Archives départementales de Haute-Garonne, 3E 2231, 3E 28507, 3E 28511 ; Archives municipales de (...)
  • 11 Voir fig. 1 ; ce buste est mentionné pour la première fois dans Notice des tableaux, statues, bus (...)
  • 12 Archives municipales de Toulouse, AA 16.

2Le 1er juillet 1604, l’« architecte et conducteur » des travaux du Pont-Neuf de Toulouse, Pierre Souffron (1555-1646), reçut mille livres pour avoir « fait et dressé » le portrait d’Henri IV en marbre polychrome7. La statue était destinée à la dernière pile du pont8. Trois ans plus tard, une seconde effigie du roi, également en marbre polychrome, était commandée pour être placée au-dessus du portail de la cour de l’Hôtel de ville9. Pour ce travail, le sculpteur Thomas Heurtematte fut payé cent soixante livres10. Quant au troisième portrait, un buste actuellement conservé au Musée des Augustins11, il peut très vraisemblablement être rapproché d’un mandement d’Henri IV adressé aux capitouls en 160612. À cette date, le roi exprima le désir de faire placer son « effigie en marbre blanc » à l’intérieur des nouvelles galeries de l’Hôtel de ville.

  • 13 Robert Mesuret, « Les galeries du capitole de Toulouse de 1565 à 1793 », dans La Revue du Louvre, (...)
  • 14 Jean Mesqui, « Le Pont-Neuf de Toulouse sur la Garonne », dans Congrès Archéologique de France, P (...)

3De 1604 à 1607, au moins trois effigies sculptées d’Henri IV furent donc exécutées, et deux d’entre elles furent conçues pour un espace public ! Cette forte présence de l’image du roi dans la ville était inédite. Certes, les capitouls avaient pour coutume de commander un portrait peint du souverain régnant, mais il était toujours exposé à l’intérieur de la Maison de ville13. En ce qui concerne le Pont-Neuf, lorsque les travaux débutèrent en 1542, rien n’indique qu’une figure de François 1er y ait été prévue. Le souverain avait pourtant apporté son soutien financier à la construction14.

  • 15 Geneviève Bresc-Bautier, art. cit., p. 13 ; Gérard Sabatier, op. cit., p. 282.
  • 16 Jean-Pierre Babelon, « L’urbanisme d’Henri IV et de Sully à Paris », art. cit., p. 47-60 ; Jean-P (...)

4Un même constat s’impose pour le reste du royaume. Avant le début du xviie siècle, les portraits sculptés de roi furent relativement rares et étaient essentiellement réservés aux châteaux royaux, à la demeure d’un puissant serviteur ou à des chapelles votives ou funéraires15. C’est avec les chantiers engagés à Paris, par Henri IV et son entourage, que naquit l’idée d’envisager la ville « comme lieu d’une encomiastique royale »16. La place Royale (1605), la place Dauphine (1607), la place de France (1610), comme les statues équestres d’Henri IV à l’Hôtel de Ville (1605-1608) ou au Pont-Neuf (1604-1614) marquèrent la capitale du sceau royal. Alors que dans le même temps, à Toulouse, des portraits sculptés étaient commandés pour des lieux similaires. Dans la capitale du Languedoc, comme dans celle du royaume, la main du roi se devine derrière ces projets.

  • 17 Carole Delprat, « Les magistrats du parlement de Toulouse durant la Ligue », dans Annales du Midi(...)
  • 18 Serge Brunet, « Anatomie des réseaux ligueurs dans le sud-ouest de la France (vers 1562-1610) », (...)
  • 19 Serge Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre ! » : les catholiques du sud-ouest de la France fa (...)
  • 20 Serge Brunet, « L’évêque ligueur Urbain de Saint-Gelais (1570-1613). Du Comminges à Toulouse, ou (...)
  • 21 Serge Brunet, « L’attente des espagnols à Toulouse et en Comminges à la fin des guerres de religi (...)

5Durant près d’un demi-siècle, la ville de Toulouse avait été une place forte catholique extrêmement combative dans une région acquise à la Réforme. Dès 1561, le parlement participa à l’émergence de « ligues » et de « syndicats »17. Il œuvra aussi pour l’accueil d’ordres religieux. Ainsi, lorsque les jésuites furent chassés de Pamiers en 1566, ils trouvèrent refuge à Toulouse où ils fondèrent leur collège et contribuèrent par leur enseignement et leurs prédications à ancrer la Ligue18. Les parlementaires et les capitouls menèrent donc très tôt et durablement une politique d’encadrement catholique à l’intérieur et à l’extérieur de la ville19. En 1589, après l’assassinat des ducs de Guise, Urbain de Saint-Gelais, évêque de Comminges et catholique « zélé », prit le contrôle de la Ligue toulousaine20. Ce dernier entretenait depuis longtemps déjà des relations avec Philippe II, il complotait pour une intervention militaire de l’Espagne dans le sud du royaume21.

  • 22 Serge Brunet, ibid., p. 239.
  • 23 Michel de Waele, « La trêve de juillet 1593 : arme de guerre ou arme de paix ? », dans Paix des a (...)
  • 24 Jean-Pierre Souriac, « Comprendre une société confrontée à la guerre civile : le Midi toulousain (...)

6Ce passé ligueur retarda bien sûr le retour de Toulouse dans l’obédience royale. À la mort d’Henri III, le parlement défendit, sous peine de mort, « de reconnaître, de servir, et de favoriser Henri de Bourbon […], inapte à succéder »22. La conversion et le sacre du roi, puis son entrée dans la capitale, n’eurent pas d’effets immédiats à Toulouse. En novembre 1594, les États du Languedoc et le parlement confirmèrent leur soutien à la Ligue23. La sensibilité religieuse des habitants, comme le délicat problème des luttes d’influence entre gouverneurs de province, parlementaires, capitouls et représentants des états généraux, ralentirent la promulgation de l’édit royal « sur la réduction de la ville de Tolose » (1596)24. Toutefois, même à la suite de cette reconnaissance, une partie des ligueurs tarda à abandonner le combat. Un récit des festivités organisées à Toulouse en l’honneur de la paix retrouvée précise que :

  • 25 Michel de Waele, ibid., p. 5.

L’on avait mis aux quatre coins de la place Saint-Étienne un tonneau de vin et fait boire tout le peuple pour les mieux induire à crier « vive le roy », et qu’ils s’en sont bien acquittés25 !

  • 26 « Le cas du parlement de Toulouse est exceptionnel : après avoir vérifié l’édit dès le 19 janvier (...)

7Quant à l’Édit de Nantes, il ne fut vérifié par le parlement de Toulouse qu’en janvier 160026.

8Dans ce contexte de très relative réconciliation, la décision d’exposer dans la ville l’image d’un roi contesté était un acte éminemment politique qui ne pouvait être assumé que par les hautes sphères de l’administration du royaume. Sans une demande expresse du souverain ou de son entourage, les édiles autant que les parlementaires ou le peuple lui-même n’auraient jamais accepté le portrait d’un monarque triomphant.

2. Un roi de guerre victorieux

9Seules deux des trois effigies sculptées d’Henri IV existent encore, celle du Pont-Neuf a disparu, mais un mandement la décrit ainsi :

  • 27 Archives municipales de Toulouse, DD 296, fol. 586.

Le portrait de sa majesté [est une] ronde bosse de marbre blanc, la tête, rabat, écharpe, croix de l’ordre de Saint-Esprit et haut de col ; et cuirasse de marbre noir ; et la couronne de laurier de marbre vert […]27

  • 28 Voir fig. 2.
  • 29 Voir fig. 1 ; Archives municipales de Toulouse, AA 16.
  • 30 Pascal Julien, op. cit., p. 176 ; Vincent Droguet, « La Belle Cheminée, “ un monument de la valeu (...)

10Ce texte permet de constater que cette première statue, réalisée en 1604, servit sans doute de modèle à celle de la cour de l’Hôtel de ville commandée trois ans plus tard28. Dans les deux cas, l’image est celle d’un roi de guerre en armure moderne et lauré, le matériau employé est le marbre polychrome. Quant au buste placé à l’intérieur des galeries de la Maison de ville, il est, comme l’avait stipulé Henri IV, en marbre blanc29. Le souverain y apparaît sous les traits d’un vainqueur couronné de laurier mais en cuirasse à la romaine et revêtu du palundamentum des empereurs antiques. Toutes ces images exaltaient la puissance militaire du monarque, et à l’égal de très nombreuses autres statues, médailles, gravures ou peintures, telle l’Henri IV en Mars du château de Pau, elles donnaient à voir le triomphe du roi30.

Figure 3

Figure 3

Jacob Bunel (attribué à), Henri IV en Mars, v. 1601, huile sur toile, 186×135, Musée national du château de Pau.

Réunion des musées nationaux/base joconde.

  • 31 Anne-Marie Lecoq, François Ier imaginaire : symbolique et politique à l’aube de la Renaissance fr (...)

11Les effigies toulousaines renvoyaient à une réalité historique, la reconquête militaire du royaume, mais elles s’inscrivaient aussi dans une longue tradition iconographique31. Depuis longtemps déjà les faits de guerre participaient à l’imagerie royale, ils étaient aussi systématiquement associés à l’idée de paix, de justice, ou de protection de la Chrétienté. Anne-Marie Lecoq l’a démontré pour François Ier :

  • 32 Anne-Marie Lecoq, ibid., p. 488.

Derrière le cavalier entièrement recouvert d’acier, heaume en tête, lance ou large épée à la main, il y avait depuis longtemps tout un arrière-plan imaginaire, toute une idéologie, celle du cavalier chrétien […] ; [et les] grande figures de l’Antiquité romaine fourniss[aient] des modèles à la fois d’exploits guerriers et de sagesse pratique, de sens de la justice et du bien public, d’amour de la vertu32.

  • 33 Christian Desplat, « Henri IV “ roi de paix ” dans l’historiographie d’Ancien Régime », dans Paix (...)

12Ceci est également vrai pour Henri IV car son image fut très souvent liée, de manière plus ou moins équivoque, au thème de la guerre et à celui de la paix33. Ainsi, dans la cour de l’Hôtel de ville de Toulouse, le roi est en armure, mais plusieurs inscriptions latines sont associées à son portrait afin d’exalter le héros pacificateur :

  • 34 Inscription latine placée en 1605, traduite et publiée par Jules Chalande, « La restauration de l (...)

La supériorité de la paix sur la guerre, de la toge sur le sayon et les armes apparaît en ce noble ouvrage d’une paix bienfaisante […]34

  • 35 Inscription latine placée en 1605, traduite et publiée par Jules Chalande, ibid.

Consacré à la divinité Auguste. À l’auteur de la Liberté publique et de la Paix, au vainqueur, triomphateur magnifique et plus que tous les princes passés, très clément Henri IV, roi des français et de Navarre […]35

13Le roi de guerre victorieux est donc aussi un roi bienveillant, l’idée de paix est ici exprimée par l’héroïsation du sujet.

  • 36 Dominique Cordellier, « Un modèle de Dubreuil pour les portraits de la petite galerie du Louvre » (...)
  • 37 Voir fig. 4-7.
  • 38 Voir fig. 2.
  • 39 Naima Ghermani, Le prince et son portrait. Incarner le pouvoir dans l’Allemagne du xvie siècle, R (...)
  • 40 Voir fig. 8.
  • 41 Nicole Lemaître, « Paix de religion : de la volonté de violence à la volonté d’ordre », dans L’Eu (...)
  • 42 Pascal Julien, « Les niches à figures : un motif ornemental entre peinture et sculpture dans la R (...)

14Les souverains français furent fréquemment représentés en armure ; Louis XII, François Ier et Henri II eurent recours à ce type de représentation. Mais sous le règne d’Henri IV, la figure du roi de guerre se normalisa. Les portraits réalisés pour le décor de la Petite Galerie du Louvre par Jacob Bunel et Frans II Pourbus entre 1607 et 1610, d’après les projets de Toussaint Dubreuil (v. 1601)36, présentent le roi en armure devant un simple rideau, la main posée sur le heaume et le corps à contrapposto37. À Toulouse, le sculpteur Thomas Heurtematte adopta la même composition pour le groupe sculpté de la cour de l’Hôtel de ville (1604)38. Or, ce dispositif était une reprise évidente du modèle impérial de « style espagnol »39. Au milieu du xvie siècle, Charles Quint et Philippe II s’étaient déjà fait représenter ainsi par leur portraitiste, Titien40. En choisissant de reprendre à son compte l’image des défenseurs de la Foi du parti adversaire, Henri IV voulait sans doute montrer son attachement au catholicisme et incarner à son tour les valeurs du roi très chrétien41. Ceci pourrait alors expliquer que l’on ait exposé la statue de l’Hôtel de ville dans une niche à coquille, un motif all’antica traditionnellement associé aux figures de saints, mais qui était ici recouvert de fleurs de lys dorées42.

  • 43 Nicole Hochner, « Réflexion sur la multiplicité des images royales : incohérence ou quête d’ident (...)
  • 44 Extraits des inscriptions latines de la cour de l’Hôtel de ville, traduites et publiées par Jules (...)

15Les images d’Henri IV à Toulouse véhiculaient un ensemble d’idéaux fort divers et depuis longtemps attachés aux rois de France. L’image du roi était plurielle43. Le monarque fut célébré à la fois comme le « Triomphateur magnifique », le « Roi très chrétien des Gaules et de Navarre » et l’empereur « Auguste »44. Toutefois, à la différence de ses prédécesseurs, l’espace public de la ville fut choisi comme lieu de la célébration. Cette mise en scène fut orchestrée à Toulouse par plusieurs agents du roi et un architecte de qualité, Pierre Souffron.

Figure 4

Figure 4

Toussaint Dubreuil, Modello d’un trumeau avec le chiffre d’Henri IV, v. 1601, 0,285 x 0,205, plume, encre brune, lavis brun, pierre noire, Paris, Musée du Louvre, département des arts graphiques (projet de décor pour la Petite Galerie du Louvre).

Musée du Louvre-département des arts graphiques, RMN.

Figure 5

Figure 5

Toussaint Dubreuil, Un prince, v. 1601, 0,151 x 0,105, plume, encre brune, lavis brun, pierre noire, Paris, Musée du Louvre, département des arts graphiques (projet de décor pour la Petite Galerie du Louvre).

Musée du Louvre-département des arts graphiques, RMN.

Figure 6

Figure 6

Jacob Bunel, Portrait d’Henri IV en armure, huile sur toile, 198 x 138, début du xviie siècle, coll. Privée.

Coll. privée / Service d’étude et de documentation du département des peintures-Musée du Louvre-Paris.

Figure 7

Figure 7

Frans II Pourbus, Henri IV roi de France en armure, v. 1610, huile sur toile, 48x28, Paris, musée du Louvre.

Musée du Louvre-RMN.

Figure 8

Figure 8

Titien, Philipe II en armure, 1550-1551, huile sur toile, 193x111cm, Madrid, Museo nacional del Prado.

Museo nacional del Prado-galería online.

3. Les agents du roi à Toulouse

  • 45 Archives départementales de Haute-Garonne, 1 B 1910 ; Barnabé Durosoi, Annales de la ville de Tou (...)
  • 46 En 1599, en 1600 et en 1603, voir Annette Finley Croswhite, Henri IV and the towns: the pursuit o (...)
  • 47 Jean Mesqui, art. cit., p. 325-338.
  • 48 Georges Costa, « L’œuvre de Pierre Souffron au Pont-Neuf de Toulouse », dans Mémoires de la Socié (...)

16Henri IV avait pris soin de placer à Toulouse des hommes de confiance. En 1600, il imposa Nicolas de Verdun, magistrat parisien, comme Premier président du parlement45. Il s’immisça aussi dans les élections capitulaires, les annulant à plusieurs reprises au profit de nominations46. De telles interventions se produisirent également sur le chantier du Pont-Neuf. À la fin du xve siècle, le Grand Conseil de la ville avait envisagé l’édification d’un nouveau pont dont les travaux débutèrent en 154247. Des difficultés financières et techniques retardèrent l’avancement de la construction et après un arrêt prolongé, les capitouls étant exclus de la maîtrise de l’ouvrage depuis 1567, le chantier reprit en 1597, mais sous la direction de commissaires députés par Henri IV48.

  • 49 Voir fig. 9.
  • 50 Georges Costa, « L’œuvre de Pierre Souffron au Pont-Neuf de Toulouse », art. cit., p. 157.
  • 51 AMT DD 186, 3 mars 1598, texte transcrit et publié par Georges Costa, « L’œuvre de Pierre Souffro (...)

17Or, c’est précisément cette année-là que l’architecte Pierre Souffron, natif du Périgord, fut appelé sur le chantier du pont49. Il arriva à Toulouse le 8 mai 1597 et il intervint d’abord en tant qu’expert50. En collaboration avec le Maître des œuvres et réparations royales de la Sénéchaussée de Toulouse, Dominique Capmartin, il rendit un premier rapport en juin 1597. Un mois plus tard, les deux hommes avaient rédigé les articles du contrat pour l’édification de la septième pile du pont. Et à l’automne suivant, ils entreprirent eux-mêmes les travaux. Ils s’associèrent à deux Maîtres charpentiers, Jean Subreville et Antoine Lautier. Puis en mars 1598, alors que le chantier de la septième pile était toujours en cours, Louis de Foix - architecte et ingénieur du roi œuvrant au phare de Cordouan - fut appelé pour vérifier « l’estat de tous les pilliers » et pour dresser : « Ung pourtraict en parchemin contenant le dessaing et modelle desd pilliers, arceaux, maisons et tours qui doivent estre bastis pour la perfection dudit pont […]51 ».

  • 52 Georges Costa, « L’œuvre de Pierre Souffron au Pont-Neuf de Toulouse », art. cit., p. 158.
  • 53 Georges Costa, « L’œuvre de Pierre Souffron au Pont-Neuf de Toulouse », art. cit., p. 158.
  • 54 Georges Costa, « L’œuvre de Pierre Souffron au Pont-Neuf de Toulouse », art. cit., p. 163.
  • 55 Archives municipales de Toulouse, DD 296, fol. 586.
  • 56 Voir fig. 10.

18Le dessin n’est pas connu, mais on sait qu’il fut adopté le 11 avril 159852. Le 27 septembre 1598, le Conseil du roi entérina ce projet estimé à 200 000 écus. Les travaux de fondation de la septième pile se poursuivirent jusqu’en février 1601. Puis Pierre Souffron commença à étudier le projet de la huitième pile. Le 4 juillet 1601, il reçut 100 écus pour en « fere et dresser […] le desseing »53. Ce dernier dut être une nouvelle fois validé par le pouvoir royal. L’architecte fut envoyé à Paris à cette occasion « pour conférer avec les architectes et ingénieurs quy sont employés aulx bastiments de Sad Majesté »54. Or, l’effigie sculptée d’Henri IV devait être placée précisément au niveau de cette dernière pile, « dans une niche faicte en ovalle, avec deux victoires au-dessus portant aux mains deux couronnes de triomphe »55. Ceci laisse donc supposer que la décision d’exposer l’image du roi en ce lieu fut prise dès 1601. Pierre Souffron en assura la mise en œuvre en collaboration avec les artistes du roi. La situation est un peu différente en ce qui concerne les aménagements de l’Hôtel de ville56. Bien que l’architecte toulousain donnât « les plans et devis » des galeries en 1601, soit la même année que son séjour à Paris, il n’entreprit pas les travaux, ceux-ci furent baillés aux Maîtres maçons Dominique Capmartin et Jean Bordes, et la statue du roi fut sous-traitée au sculpteur Thomas Heurtematte.

Figure 9

Figure 9

Toulouse, Pont-Neuf.

Cliché auteur.

Figure 10

Figure 10

Le Capitole, cour Henri IV, carte postale éditions Pyrénées-Océan, Labouche Frères, 1937-1950, Archives municipales de Toulouse.

Archives municipales de Toulouse.

  • 57 La désignation « architecte du roi » masquait des profils d’acteurs très divers.
  • 58 À Cadillac (Gironde), il dirigea entre 1597 et 1603 la construction du château du duc d’Épernon o (...)
  • 59 Sophie Fradier, Pierre Souffron, architecture et sculpture dans les domaines de la maison de Nava (...)

19Ainsi, Pierre Souffron contribua à la diffusion de l’image du roi dans la ville. Il fut associé en tant que concepteur et entrepreneur aux chantiers du Pont-Neuf et de l’Hôtel de ville. Rien n’indique qu’il était « officiellement » un architecte du roi57. D’après la lecture des inventaires des registres du parlement de Toulouse, il ne reçut aucune lettre patente, aucun office. Pourtant, selon toute vraisemblance, il entretint des liens privilégiés avec le pouvoir royal58. Il joua un rôle d’intermédiaire entre Paris et Toulouse. Il fut un architecte et sculpteur au service d’Henri IV et, dans son inventaire après-décès, il est désigné comme « architecte du roi »59.

4. L’image du roi dans la ville

  • 60 Voir fig. 9-10.
  • 61 Jean Guillaume, « Le phare de Cordouan, “ merveille du monde ” et monument monarchique », dans Re (...)
  • 62 Jean Guillaume, ibid, p. 51.

20Le pouvoir royal choisit donc d’investir simultanément deux espaces publics : la Maison commune et le Pont-Neuf60. À l’entrée de la ville, ce dernier ouvrait sur la Gascogne. C’était un lieu d’effervescence et de passage puisqu’une grande partie des activités commerciales étaient concentrées autour de la Garonne. La statue du roi devait être installée sur la dernière pile du pont, du côté de la ville et dans une niche ovale. Mais aucune donnée ne précise quelles furent les dimensions de cette niche, ni dans quelle direction elle devait être orientée. L’ampleur de cette installation ne peut être mesurée. Quoi qu’il en soit, l’association de l’effigie royale et du pont conduisait à une véritable personnification du monument. Le pont était un lien entre le royaume de France et le royaume de Navarre, entre Toulouse la catholique et la Gascogne protestante ; il incarnait donc symboliquement le souverain unificateur. Quelques années auparavant, Louis de Foix avait développé au phare de Cordouan un discours à la louange d’Henri IV basé sur la thématique de l’eau et du « peuple-océan »61. Cette idée fut peut-être reprise et adaptée ici ; l’endroit s’y prêtait. Comme le phare, le pont pouvait être un « moyen d’expression » extrêmement efficace pour véhiculer certains messages politiques, notamment celui du « bon roi pacificateur » vainqueur des « eaux tempestueuses »62.

  • 63 Alexandre Gady, Jacques Lemercier : architecte et ingénieur du roi, Paris, éd. MSH, 2005, p. 215- (...)
  • 64 Georges Costa, « Jacques Lemercier et la construction du Pont-Neuf de Toulouse », dans Mémoires d (...)
  • 65 Alexandre Gady, op. cit., p. 215-218 ; Georges Costa, « Jacques Lemercier et la construction du P (...)

21Cependant, ce grand projet d’urbanisme triomphal ne fut jamais mené à terme. Des problèmes techniques et financiers ralentirent le chantier. En 1614, de nouveaux plans furent donnés par l’architecte Jacques Lemercier63. Il fallait désormais réduire, voire supprimer « les enrichissements qui ne servoient qu’à rendre ceste besogne immortelle »64 ! Engagées sous la régence de Marie de Médicis, puis sous le règne de Louis XIII, ces dernières modifications réduisaient d’un quart le coût des travaux. Ce qui n’empêcha pas d’ériger un arc de triomphe sur lequel fut placé la figure de Louis XIII à cheval (1647)65. Le contexte politique avait évolué, le changement de règne eut pour conséquence de substituer à la célébration d’Henri IV celle de Louis XIII.

  • 66 Voir le plan chronologique publié par Jules Chalande, Histoire monumentale de l’Hôtel de ville de (...)
  • 67 Voir fig. 2 et fig. 10 ; Jules Chalande, Histoire monumentale de l’Hôtel de ville de Toulouse, op (...)

22L’Hôtel de ville, siège du gouvernement municipal, était constitué d’une multitude de bâtiments aux fonctions diverses : arsenal, greffes, prisons, trésoreries et chapelles66. Au début du xviie siècle, deux galeries disposées l’une en face de l’autre et formant un plan en U furent élevées devant le grand consistoire selon les dessins de Pierre Souffron. En 1602, Dominique Capmartin édifia les arcades du rez-de-chaussée de la galerie nord. Puis en 1603, Jean Bordes entreprit la construction de la galerie sud. Le gros-œuvre des deux bâtiments étant terminé, le portail du vestibule fut surmonté d’une niche en 1607. La même année, la statue d’Henri IV y fut installée67. Cette image du roi s’insérait à l’intérieur d’un programme extrêmement ambitieux, dont les bases avaient été projetées dès l’ouverture du chantier.

  • 68 Fabienne Sartre, Marc Arcis, un toulousain sculpteur du roi (1652-1739), thèse de Doctorat sous l (...)

23En effet, même si l’intérieur des galeries ne fut aménagé qu’à la fin du xviie siècle, déjà un siècle auparavant des décors avaient été prévus68. Le buste d’Henri IV devait y prendre place, sans doute au sein d’une généalogie des rois de France, puisque dans l’inventaire après-décès de Jacques Boulbène, peintre de la ville jusqu’en 1605, plusieurs « têtes de rois » sont mentionnées :

  • 69 Simone Tavares, L’inventaire après-décès de Jacques Boulbène, peintre à Toulouse de 1575 à 1605, (...)

24[…] une de M. le Dauphin […], une autre du roi à présent régnant et la reine […], une du roi Henri II […], une du roi Louis le Hutin […], une autre encore de Louis le Débonnaire […], etc69.

  • 70 Voir fig. 10.
  • 71 « […] dôme à faire sur le portail du corps de garde en la maison de ville tant pour garder que la (...)

25Ce discours d’exaltation dynastique devait s’inscrire dans un cadre architectural incarnant lui-même la nouvelle lignée des Bourbons. La galerie nord était recouverte des armes du roi (1602), la galerie sud de celles du dauphin (1603)70. Le portail du vestibule, à l’est de la cour, était surmonté de l’effigie d’Henri IV (1607). Tandis qu’en face, le portail de garde devait être orné des portraits sculptés de « nos seigneurs le Dauphin et Duc d’Orléans »71. L’objectif était clair, il s’agissait de transformer le palais municipal en un monument monarchique. Et ce n’est sans doute pas un hasard si l’on eut recours pour cela à l’adjonction de deux galeries.

  • 72 Antoine de Laval, « Des peintures convenables aux basiliques et palais du roy. Mesmes à sa Galler (...)
  • 73 Jacques Thuillier, « Peinture et politique : une théorie de la galerie royale sous Henri IV », da (...)
  • 74 Jacques Thuillier, art. cit., p. 178.
  • 75 Antoine de Laval, op. cit.
  • 76 Gérard Sabatier, op. cit., p. 242.
  • 77 Gérard Sabatier, op. cit., p. 240.
  • 78 Voir fig. 11 et fig. 12, voir également le frontispice de l’ouvrage de Louis Richeome, L’idolatri (...)

26En 1600 Antoine de Laval, humaniste et géographe du roi, avait rédigé à la demande de Sully un petit traité intitulé : Des peintures convenables aux basiliques et palais du Roy. Mesmes à sa gallerie du Louvre à Paris72. Cet opuscule parut en 1605 dans Desseins de professions nobles et publiques. Mais il circula au moins sous forme manuscrite dès 160073. Or, si l’auteur y commente principalement le décor qu’il conviendrait de faire à la Petite Galerie du Louvre, ceci n’est en réalité qu’un prétexte pour développer sa « conception même de la galerie », qu’il envisage comme « un acte politique »74. Il recommande ainsi de peindre le vrai, c’est-à-dire l’histoire et les arbres généalogiques des rois de France. Il préfère l’éloge dynastique aux « niaiseries de fables, de grotesques, de choses impossibles en nature, et qui ne peuvent rien représenter de solide ni de grave »75. Ces prescriptions furent partiellement mises en pratique pour décorer les galeries des châteaux royaux. Au Louvre, à Saint-Germain-en-Laye et à Fontainebleau, le portrait et la peinture d’histoire furent adoptés, mais toujours associés et enrichis de paysages et de peintures mythologiques76. La galerie, dispositif jusqu’ici réservé aux châteaux royaux, fut donc adaptée à Toulouse à un édifice communal. Henri IV répondait ainsi à un triple besoin de légitimation : dynastique, religieuse et politique77. Le bas-relief des captifs, placé dans la cour sous la statue d’Henri IV, cristallise en quelque sorte toute la complexité et l’ambivalence du discours monarchique. Ce motif, très diffusé alors par la gravure, peut être interprété comme l’image des ligueurs vaincus ou comme l’hérésie et l’idolâtrie enfin soumises78.

Figure 11

Figure 11

Captifs, détail de la porte du vestibule, cour Henri IV.

Cliché auteur.

Figure 12

Figure 12

Thomas de Leu, Composition à la gloire d’Henri IV, v. 1596.

Coll. Privée.

Conclusion

  • 79 Serge Brunet, « L’attente des espagnols à Toulouse et en Comminges à la fin des guerres de religi (...)
  • 80 Jean-François Dubost, « La statue équestre d’Henri IV sur le Pont-Neuf : les hésitations sémantiq (...)
  • 81 Extrait de la réponse du roi aux députés de Toulouse, touchant la vérification de l’Édit de Nantes (...)

27À l’exception de Paris, Toulouse fut une des rares villes françaises ou l’effigie d’Henri IV fut exposée publiquement. Le passé ligueur de la ville, comme ses liens avec l’Espagne expliquent sans doute que le roi ait souhaité, par son image, marquer ce territoire79. Toulouse, ville frontalière, était un point stratégique dans le cadre des enjeux diplomatiques entre la France et l’Espagne80. Et le roi avait parfaitement conscience que les réseaux ligueurs et pro-espagnols du sud-ouest constituaient une menace pour la monarchie : « C’est chose estrange que ne pouvès chasser vos maulvaises volontez. J’aperçois bien que vous avès encore de l’Espagne dedans le ventre81 ! »

Haut de page

Notes

1 Pascal Julien, « Des imagiers aux sculpteurs (1500-1610) », dans L’art en France : de la Renaissance aux lumières, Michèle-Caroline Heck (dir.), Paris, éd. Citadelles et Mazenod, 2011, p. 176 ; Geneviève Bresc-Bautier, « Richelieu et l’effigie royale sculptée », dans Richelieu patron des arts, actes de colloque, Paris, 2003, Jean-Claude Boyer, Barbara Gaethgens, Bénédicte Gady (dirs), Paris, éd. MSH, 2009, p. 13.

2 Jean-Pierre Babelon, « L’urbanisme d’Henri IV et de Sully à Paris », dans L’Urbanisme de Paris et l’Europe (1600-1680), actes de colloque, Paris, 1966, Pierre Francastel (dir.), Paris, éd. Klincksieck, 1969, p. 47-60.

3 Voir fig. 1 et fig. 2 ; Pascal Julien, Fabienne Sartre, « L’essor : sous le sceau de la Contre-Réforme », dans L’âge d’or de la sculpture. Artistes toulousains du xviie siècle, catalogue d’exposition, Musée des Augustins, 1996, Paris, éd. Somogy, 1996, p. 20-56.

4 Jules Chalande, Histoire monumentale de l’Hôtel de ville de Toulouse, Toulouse, éd. Saint-Cyprien, 1922-1925.

5 Gérard Sabatier, Le prince et les arts. Stratégies figuratives de la monarchie française de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, éd. Champ Vallon, 2010 ; Hendrik Ziegler, Der Sonnenkönig und seine Feinde. Die Bildpropaganda Ludwigs XIV in der Kritik, Petersberg, Michael Imhof Verlag, 2010 ; Diane Bodart, Pouvoirs du portrait sous les Habsbourg d’Espagne, Paris, éd. CTHS et INHA, 2011.

6 Antonio Pinelli, Gérard Sabatier, Barbara Stollberg-Rilinger, Christine Tauber, Diane Bodart, « Le portrait du roi : entre art, histoire, anthropologie et sémiologie », dans Perspective, 2012-1, p. 11-28 ; Gérard Sabatier, ibid., p. 8.

7 Archives municipales de Toulouse, DD 296, fol. 586, acte publié dans Pascal Julien, Fabienne Sartre, art. cit., p. 20.

8 Nous ignorons si cette statue fut effectivement mise en place, cette œuvre est uniquement documentée par le mandement du 1er juillet 1604, Archives municipales de Toulouse, DD 296, fol. 586.

9 Voir fig. 2.

10 Archives départementales de Haute-Garonne, 3E 2231, 3E 28507, 3E 28511 ; Archives municipales de Toulouse, DD 51. Ces cotes nous ont été aimablement indiquées par Mme Michèle Éclache et M. Géraud de Lavedan.

11 Voir fig. 1 ; ce buste est mentionné pour la première fois dans Notice des tableaux, statues, bustes, dessins, etc. composant le musée de Toulouse, Toulouse, éd. J. M. Douladoure, 1813, p. 47.

12 Archives municipales de Toulouse, AA 16.

13 Robert Mesuret, « Les galeries du capitole de Toulouse de 1565 à 1793 », dans La Revue du Louvre, 1961, n° 6, p. 70-75.

14 Jean Mesqui, « Le Pont-Neuf de Toulouse sur la Garonne », dans Congrès Archéologique de France, Paris, éd. Société Française d’Archéologie, 2002, p. 325-338.

15 Geneviève Bresc-Bautier, art. cit., p. 13 ; Gérard Sabatier, op. cit., p. 282.

16 Jean-Pierre Babelon, « L’urbanisme d’Henri IV et de Sully à Paris », art. cit., p. 47-60 ; Jean-Pierre Babelon, « Le palais des Tournelles et les origines de la Place des Vosges », dans Annuaire de l’École Pratique des Hautes Études, 1975-1976, p. 695-714 ; Alexandre Gady, De la Place Royale à la Place des Vosges, Paris, éd. Action artistique de la ville de Paris, 1996 ; Gérard Sabatier, op. cit., p. 16.

17 Carole Delprat, « Les magistrats du parlement de Toulouse durant la Ligue », dans Annales du Midi, 1996, p. 39-61.

18 Serge Brunet, « Anatomie des réseaux ligueurs dans le sud-ouest de la France (vers 1562-1610) », dans Religion et politique dans les sociétés du Midi, Nicole Lemaître (dir.), actes du Congrès National des Sociétés Historiques et Scientifiques, Toulouse, 2001, Paris, éd. CTHS, 2002, p. 183.

19 Serge Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre ! » : les catholiques du sud-ouest de la France face à la Réforme (vers 1540-1589), Paris, éd. Champion, 2007, p. 216.

20 Serge Brunet, « L’évêque ligueur Urbain de Saint-Gelais (1570-1613). Du Comminges à Toulouse, ou la voie espagnole », dans Paix des armes, paix des âmes, actes de colloque, Pau, 1998, Paris, éd. Imprimerie nationale, p. 157 ; Philippe Jordy, La ligue toulousaine en 1589 : l’étude des différents pouvoirs, mémoire de Maîtrise sous la dir. de Serge Brunet, Université de Toulouse-le Mirail, 2000.

21 Serge Brunet, « L’attente des espagnols à Toulouse et en Comminges à la fin des guerres de religion (1588-1603) », dans Les hommes et leur patrimoine en Comminges : identités, espaces, culture, aménagement du territoire, Jean-Michel Minovez, René Souriac (dirs.), actes du 52e Congrès de la Fédération Historique de Midi-Pyrénées, Saint-Gaudens, 1999, Saint-Gaudens, éd. Société des Études du Comminges, 2000, p. 220.

22 Serge Brunet, ibid., p. 239.

23 Michel de Waele, « La trêve de juillet 1593 : arme de guerre ou arme de paix ? », dans Paix des armes, paix des âmes, actes de colloque, Pau, 1998, Paris, éd. Imprimerie nationale, p. 70 ; Michel de Waele, Lendemains de guerre civile : réconciliations et restaurations en France sous Henri IV, actes de colloque, Québec, 2007, Québec, éd. Presses de l’Université de Laval, 2011.

24 Jean-Pierre Souriac, « Comprendre une société confrontée à la guerre civile : le Midi toulousain entre 1562 et 1596 », dans Histoire, Économie et Société, 2004, n° 2, p. 262-272 ; Michel de Waele, « Autorité, légitimité, fidélité : le Languedoc ligueur et la reconnaissance d’Henri IV », dans Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, n° 2, 2006, p. 5-34 ; Brigitte Souquet, Le sentiment d’insécurité à Toulouse sous le règne d’Henri IV, mémoire de Maîtrise sous la dir. de Janine Garrisson, Université de Toulouse-le Mirail, 1986.

25 Michel de Waele, ibid., p. 5.

26 « Le cas du parlement de Toulouse est exceptionnel : après avoir vérifié l’édit dès le 19 janvier 1600, […] il ne l’a enregistré (au sens littéral du terme, c’est-à-dire transcrit dans le registre) qu’en octobre 1622 », Bernard Barbiche, « L’Édit de Nantes et son enregistrement : genèse et publication d’une loi royale », dans Paix des armes, paix des âmes, actes de colloque, Pau, 1998, Paris, éd. Imprimerie nationale, p. 252 ; Raymond A. Mentzer, « L’Édit de Nantes et l’établissement de la paix en Languedoc », dans Paix des armes, paix des âmes, actes de colloque, Pau, 1998, Paris, éd. Imprimerie nationale, p. 295-301 ; Henri Bousquet, La vie des parlementaires toulousains sous le règne d’Henri IV : 1589-1610, mémoire de Maîtrise sous la dir. de Janine Garrisson, Université de Toulouse-le Mirail, s.d.

27 Archives municipales de Toulouse, DD 296, fol. 586.

28 Voir fig. 2.

29 Voir fig. 1 ; Archives municipales de Toulouse, AA 16.

30 Pascal Julien, op. cit., p. 176 ; Vincent Droguet, « La Belle Cheminée, “ un monument de la valeur et de la gloire d’Henry le Grand ” », dans Henri IV à Fontainebleau : un temps de splendeur, catalogue d’exposition, Château de Fontainebleau, 7 novembre 2010-28 février 2011, Paris, éd. RMN, 2010, p. 113-117 ; Marie de Médicis : un gouvernement par les arts, catalogue d’exposition, Château de Blois, 19 novembre 2003-28 mars 2004, Paola Bassani Pacht, Thierry Crépin-Leblond, Nicolas Sainte Fare Garnot, Francesco Solinas (dirs.), Paris, éd. Somogy, 2003 ; Les arts au temps d’Henri IV, actes de colloque, Fontainebleau, 1990, Pau, éd. Association Henri IV, 1992 ; Jean-Pierre Babelon, « L’image du roi », dans Henri IV et la reconstruction du royaume, catalogue d’exposition, Château de Pau, juin-octobre 1989, Archives nationales, novembre 1989-février 1990, Paris, éd. RMN, 1989, p. 193-195.

31 Anne-Marie Lecoq, François Ier imaginaire : symbolique et politique à l’aube de la Renaissance française, Paris, éd. Macula, 1987, p. 488 ; Didier Le-Fur, Louis XII : un autre César, Paris, éd. Perrin, 2001 ; L’image du roi : de François Ier à Louis XIV, Thomas W. Gaehtgens, Nicole Hochner (dirs.), actes de colloque, Paris, 2002, Paris, éd. MSH, 2006.

32 Anne-Marie Lecoq, ibid., p. 488.

33 Christian Desplat, « Henri IV “ roi de paix ” dans l’historiographie d’Ancien Régime », dans Paix des armes, paix des âmes, actes de colloque, Pau, 1998, Paris, éd. Imprimerie nationale, p. 405-425 ; Jean-Pierre Babelon, « L’image du roi », art. cit., p. 193-195.

34 Inscription latine placée en 1605, traduite et publiée par Jules Chalande, « La restauration de la cour Henri IV au Capitole », dans Journal de Toulouse, dimanche 13 novembre 1927.

35 Inscription latine placée en 1605, traduite et publiée par Jules Chalande, ibid.

36 Dominique Cordellier, « Un modèle de Dubreuil pour les portraits de la petite galerie du Louvre », Revue du Louvre, 1990, n° 6, p. 484-488.

37 Voir fig. 4-7.

38 Voir fig. 2.

39 Naima Ghermani, Le prince et son portrait. Incarner le pouvoir dans l’Allemagne du xvie siècle, Rennes, éd. Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 276 ; Diane Bodart, op. cit., p. 229 ; Gérard Sabatier, op. cit., p. 30-31.

40 Voir fig. 8.

41 Nicole Lemaître, « Paix de religion : de la volonté de violence à la volonté d’ordre », dans L’Europe et les Réformes au xvie siècle, Paris, éd. Ellipses, 2008, p. 189-199.

42 Pascal Julien, « Les niches à figures : un motif ornemental entre peinture et sculpture dans la Renaissance méridionale », dans Sainte-Cécile d’Albi et le décor peint à la première Renaissance, colloque international, juin 2009, (à paraître) ; Jules Chalande, L’histoire monumentale de l’Hôtel de ville de Toulouse, op. cit., p. 200.

43 Nicole Hochner, « Réflexion sur la multiplicité des images royales : incohérence ou quête d’identité ? », dans L’image du roi : de François Ier à Louis XIV, Thomas W. Gaehtgens, Nicole Hochner (dirs), actes de colloque, Paris, 2002, Paris, éd. MSH, 2006, p. 19-31.

44 Extraits des inscriptions latines de la cour de l’Hôtel de ville, traduites et publiées par Jules Chalande, « La restauration de la cour Henri IV au Capitole », art. cit.

45 Archives départementales de Haute-Garonne, 1 B 1910 ; Barnabé Durosoi, Annales de la ville de Toulouse, Paris, chez la veuve Duchesne, 1771.

46 En 1599, en 1600 et en 1603, voir Annette Finley Croswhite, Henri IV and the towns: the pursuit of legitimacy in French urban society (1589-1610), Cambridge, éd. Cambridge University Press, 1999, p. 77.

47 Jean Mesqui, art. cit., p. 325-338.

48 Georges Costa, « L’œuvre de Pierre Souffron au Pont-Neuf de Toulouse », dans Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, 2000, p. 157.

49 Voir fig. 9.

50 Georges Costa, « L’œuvre de Pierre Souffron au Pont-Neuf de Toulouse », art. cit., p. 157.

51 AMT DD 186, 3 mars 1598, texte transcrit et publié par Georges Costa, « L’œuvre de Pierre Souffron au Pont-Neuf de Toulouse », art. cit., p. 158.

52 Georges Costa, « L’œuvre de Pierre Souffron au Pont-Neuf de Toulouse », art. cit., p. 158.

53 Georges Costa, « L’œuvre de Pierre Souffron au Pont-Neuf de Toulouse », art. cit., p. 158.

54 Georges Costa, « L’œuvre de Pierre Souffron au Pont-Neuf de Toulouse », art. cit., p. 163.

55 Archives municipales de Toulouse, DD 296, fol. 586.

56 Voir fig. 10.

57 La désignation « architecte du roi » masquait des profils d’acteurs très divers.

58 À Cadillac (Gironde), il dirigea entre 1597 et 1603 la construction du château du duc d’Épernon où il apparaît comme « ingénieur et architecte des bastiments de Navarre », voir Marc Favreau, Du palais du « Demi-Roi » au monument historique : le château de Cadillac, de la fin du xvie siècle à l’aube du xxie siècle, mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches sous la dir. de Christian Taillard, Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, 2007, p. 70 ; en 1611, Pierre Souffron fut nommé Conseiller du roi en l’Élection d’Armagnac, voir Alain de Beauregard, La société parlementaire au Grand Siècle, les expressions profanes de la commande privée, thèse de Doctorat sous la dir. d’Yves Bruand, Université de Toulouse-le Mirail, 2001, p. 267 ; Pascal Julien, Marbres de carrières en palais : du sang des dieux à la gloire des rois (xvie-xviiie siècles), Manosque, éd. Le Bec en l’air, 2006.

59 Sophie Fradier, Pierre Souffron, architecture et sculpture dans les domaines de la maison de Navarre (fin xvie-début xviie siècle), thèse de Doctorat en cours, sous la dir. de Pascal Julien (Université de Toulouse-le Mirail), en co-direction avec Javier Ibáñez Fernández (Université de Saragosse), et Delphine Trébosc (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

60 Voir fig. 9-10.

61 Jean Guillaume, « Le phare de Cordouan, “ merveille du monde ” et monument monarchique », dans Revue de l’Art, 1970, p. 33-52.

62 Jean Guillaume, ibid, p. 51.

63 Alexandre Gady, Jacques Lemercier : architecte et ingénieur du roi, Paris, éd. MSH, 2005, p. 215-218.

64 Georges Costa, « Jacques Lemercier et la construction du Pont-Neuf de Toulouse », dans Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, 2001, p. 128-152.

65 Alexandre Gady, op. cit., p. 215-218 ; Georges Costa, « Jacques Lemercier et la construction du Pont-Neuf de Toulouse », art. cit., p. 128-152 ; Catherine Bourdieu, Pierre Affre et la sculpture toulousaine (1637-1670), thèse de Doctorat sous la dir. d’Yves Bruand, Université de Toulouse-le Mirail, 1994.

66 Voir le plan chronologique publié par Jules Chalande, Histoire monumentale de l’Hôtel de ville de Toulouse, op. cit., p. 99.

67 Voir fig. 2 et fig. 10 ; Jules Chalande, Histoire monumentale de l’Hôtel de ville de Toulouse, op. cit., p. 198.

68 Fabienne Sartre, Marc Arcis, un toulousain sculpteur du roi (1652-1739), thèse de Doctorat sous la dir. d’Yves Bruand, Université de Toulouse-le Mirail, 1999 ; Stéphanie Trouvé, « Relations artistique entre Toulouse, Rome et Paris : les décors du Capitole toulousain à la fin du xviie siècle », dans La peinture en province de la fin du Moyen-âge au début du xxe siècle, Jean-Pierre Lethuillier (dir.), Rennes, éd. Presses Universitaires de Rennes, 2002, p. 247-262.

69 Simone Tavares, L’inventaire après-décès de Jacques Boulbène, peintre à Toulouse de 1575 à 1605, mémoire de Master II sous la dir. de Pascal Julien, Université de Toulouse-le Mirail, 2011.

70 Voir fig. 10.

71 « […] dôme à faire sur le portail du corps de garde en la maison de ville tant pour garder que la pluye ne corrompe et gate la muraille, que pour conserver les effigies de nos seigneurs le Dauphin et Duc d’Orléans qu’on y veult mestre », Archives municipales de Toulouse, BB 23, 1609. M. Géraud de Lavedan m’a aimablement indiqué ce document, je tiens à l’en remercier.

72 Antoine de Laval, « Des peintures convenables aux basiliques et palais du roy. Mesmes à sa Gallerie du Louvre à Paris », dans Desseins de professions nobles et publiques, contenant plusieurs traictez divers et rares…, Paris, chez Abel l’Angelier, 1605.

73 Jacques Thuillier, « Peinture et politique : une théorie de la galerie royale sous Henri IV », dans Études d’art français offertes à Charles Sterling, réunies par Albert Châtelet et Nicole Reynaud, Paris, éd. Presses Universitaires, 1975, p. 176.

74 Jacques Thuillier, art. cit., p. 178.

75 Antoine de Laval, op. cit.

76 Gérard Sabatier, op. cit., p. 242.

77 Gérard Sabatier, op. cit., p. 240.

78 Voir fig. 11 et fig. 12, voir également le frontispice de l’ouvrage de Louis Richeome, L’idolatrie huguenote figurée au patron de la vieille payenne : divisée en huict livres et dédiée au roy très chrestien de France et de Navarre Henri IV, à Lyon, chez Pierre Rigaud, 1608.

79 Serge Brunet, « L’attente des espagnols à Toulouse et en Comminges à la fin des guerres de religion (1588-1603) », art. cit., p. 219-251.

80 Jean-François Dubost, « La statue équestre d’Henri IV sur le Pont-Neuf : les hésitations sémantique d’un monument », dans Autour d’Henri IV. Figures du pouvoir, échanges artistiques, colloque international organisé à Paris en novembre 2010, (actes à paraître).

81 Extrait de la réponse du roi aux députés de Toulouse, touchant la vérification de l’Édit de Nantes, voir Serge Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre ! » : les catholiques du sud-ouest de la France face à la Réforme (vers 1540-1589), op. cit., p. 17-18.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Anonyme, Buste d’Henri IV, v. 1606, marbre blanc, 63 x 56 x 28 cm, Toulouse, Musée des Augustins.Musée des Augustins, Toulouse publié dans L’âge d’or de la sculpture : artistes toulousains du xviie siècle, [exposition organisée au musée des Augustins, 14 décembre 1996-31 mars 1997], Paris, éd. Somogy, 1996.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/1930/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 2
Légende Thomas Heurtematte, Henri IV en pied, marbre polychrome, 1607, 2, 02 m, Toulouse, Capitole, cour Henri IV.
Crédits Cliché auteur.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/1930/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 3
Légende Jacob Bunel (attribué à), Henri IV en Mars, v. 1601, huile sur toile, 186×135, Musée national du château de Pau.
Crédits Réunion des musées nationaux/base joconde.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/1930/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 4
Légende Toussaint Dubreuil, Modello d’un trumeau avec le chiffre d’Henri IV, v. 1601, 0,285 x 0,205, plume, encre brune, lavis brun, pierre noire, Paris, Musée du Louvre, département des arts graphiques (projet de décor pour la Petite Galerie du Louvre).
Crédits Musée du Louvre-département des arts graphiques, RMN.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/1930/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 5
Légende Toussaint Dubreuil, Un prince, v. 1601, 0,151 x 0,105, plume, encre brune, lavis brun, pierre noire, Paris, Musée du Louvre, département des arts graphiques (projet de décor pour la Petite Galerie du Louvre).
Crédits Musée du Louvre-département des arts graphiques, RMN.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/1930/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 6
Légende Jacob Bunel, Portrait d’Henri IV en armure, huile sur toile, 198 x 138, début du xviie siècle, coll. Privée.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/1930/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 7
Légende Frans II Pourbus, Henri IV roi de France en armure, v. 1610, huile sur toile, 48x28, Paris, musée du Louvre.
Crédits Musée du Louvre-RMN.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/1930/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 8
Légende Titien, Philipe II en armure, 1550-1551, huile sur toile, 193x111cm, Madrid, Museo nacional del Prado.
Crédits Museo nacional del Prado-galería online.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/1930/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 9
Légende Toulouse, Pont-Neuf.
Crédits Cliché auteur.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/1930/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 10
Légende Le Capitole, cour Henri IV, carte postale éditions Pyrénées-Océan, Labouche Frères, 1937-1950, Archives municipales de Toulouse.
Crédits Archives municipales de Toulouse.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/1930/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 11
Légende Captifs, détail de la porte du vestibule, cour Henri IV.
Crédits Cliché auteur.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/1930/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 12
Légende Thomas de Leu, Composition à la gloire d’Henri IV, v. 1596.
Crédits Coll. Privée.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/1930/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Fradier, « Les effigies sculptées d’Henri IV à Toulouse au xviie siècle », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 20 décembre 2012, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/1930 ; DOI : 10.4000/framespa.1930

Haut de page

Auteur

Sophie Fradier

Doctorante en histoire de l’art moderne à l'Université de Toulouse II.
Elle prépare actuellement une monographie sur l’architecte et sculpteur Pierre Souffron (1555-1646), sous la direction de Pascal Julien (Université de Toulouse II, FRAMESPA, thématique 3), en co-direction avec Javier Ibáñez Fernández (Université de Saragosse) et Delphine Trébosc (Université de Pau et des Pays de l’Adour).
sophiefradier@live.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org