Navigation – Plan du site
Dossier

Introduction

Colin Debuiche, Sophie Fradier et Pascal Julien

Texte intégral

1Le 26 octobre 2010, les doctorants en histoire de l'art moderne de l'université de Toulouse II-le Mirail ont organisé une journée d'étude intitulée « Célébrer le Roy. De François Ier à Louis XV », avec l'appui du laboratoire FRAMESPA (UMR 5136) et de la thématique 3 « Identités, cultures, contacts ». Fondée sur le même principe que la journée qui avait été consacrée un an plus tôt aux Traités d'architecture à l'épreuve des monuments1, cette rencontre fut préparée et organisée par les jeunes chercheurs en suivant deux principes essentiels : prendre la parole et susciter le débat2.

2Ces neuf interventions, concentrées sur une demi-journée, furent ainsi soumises, lors de la table ronde de l'après-midi, aux commentaires et aux discussions des trois spécialistes de la thématique invités pour l'occasion : Diane Bodart, maître de conférences en histoire de l’art moderne à l'université de Poitiers, Gérard Sabatier, professeur émérite des universités en histoire moderne à l'université Pierre-Mendès-France-Grenoble II et membre du comité scientifique du Centre de recherche du château de Versailles, et Hendrik Ziegler, aujourd'hui professeur à l'université de Reims Champagne-Ardenne. Les contributions rassemblées ici ont donc pu s'enrichir au contact des échanges qui animèrent les débats de la table ronde.

  • 3  Gérard Sabatier, Versailles ou la figure du Roi, Paris, Albin Michel, 1999 ; Gérard Sabatier, Le p (...)

3La recherche concernant l'histoire et l'histoire de l'art modernes s'est particulièrement focalisée, ces vingt dernières années, sur l'instrumentalisation des arts en France durant cette période de construction de l'absolutisme. Cette historiographie a notamment été marquée par les ouvrages de référence des trois chercheurs invités, ouvrages consacrés à une lecture politique du Versailles de Louis XIV (Gérard Sabatier, 1999), à la question des relations entre le prince et les arts (Gérard Sabatier, 2010), à l'étude des places royales (Hendrik Ziegler, 2004) et aux pouvoirs du portrait des Habsbourg (Diane Bodart, 2011)3.

  • 4  « Art et pouvoir », Perspective, la revue de l'INHA, n° 1. Voir, notamment, Diane Bodart, Antonio  (...)

4Preuve que ces travaux continuent d'enrichir ces problématiques et de nourrir de nouvelles questions, la revue de l'Institut National d'Histoire de l'Art (INHA), Perspective, au sous-titre explicite, Actualités de la recherche en histoire de l’art, a consacré son premier numéro de l'année 2012 aux liens intrinsèques entre « Art et pouvoir »4.

5Débordant le cadre de la recherche universitaire, cette thématique placée entre histoire et histoire de l'art a même été retenue depuis 2010 (et reconduite pour la session 2013) pour le sujet du Capes d'histoire : « Le prince et les arts en France et en Italie, xive-xviiie siècles ».

6Ainsi, cet engouement et l’émulation autour de l'étude de la célébration du roi expliquent que Les Cahiers de Framespa aient souhaité proposer un numéro spécial autour de cette thématique en publiant, deux ans après son déroulement, cette journée d'étude, Célébrer le Roy.

7À travers ces différentes contributions, c'est l'ensemble de la période moderne qui est considérée, du xvie au xviiie siècle, de François Ier à Louis XV, et étudiée à travers de multiples supports : la peinture, la gravure, la sculpture, l'architecture et le livre. La pluridisciplinarité est effectivement une autre composante de ce dossier qui allie les travaux d'historiens de l'art, d'historiens et de musicologues. Certains sujets, volontairement transversaux, montrent l'évolution des pratiques royales ou courtisanes en termes d'usages du portrait et de stratégies de mise en valeur durant l'époque moderne ; d'autres, au contraire, ont privilégié l'étude de cas pour décrypter, plus en détail, les procédés de glorification du souverain à travers une œuvre ou une iconographie.

8Ainsi, la diversité des approches expose la richesse formelle et sémantique des modalités de l'exaltation princière, envisageant, certes, chaque œuvre en regard avec des exemples analogues, mais en cherchant à saisir également sa part de singularité en révélant les différents mécanismes de l'utilisation de l'image royale par le pouvoir en place, la ville, l'institution ou les particuliers.

9L'étude typologique de Sarah Munoz, Le portrait royal sculpté en médaillon en France aux xvie et xviie siècles : de François Ier à Louis XIV, est centrée sur un ornement sculpté rarement étudié mais s’avérant particulièrement propice à la valorisation royale, à la Renaissance, compte tenu de sa filiation avec les médailles impériales et de sa permanence sur les monnaies. Cette étude, qui montre, par ailleurs, la persistance de ce motif jusqu'au xviie siècle dans l’encomiastique royale, propose une réflexion sur la destination de ce type de portraits, entre espace privé et espace public, entre témoignages d'allégeance et volonté royale.

10Focalisé sur les Triomphes royaux dans les Entrées toulousaines des xvie et xviie siècles et, plus particulièrement, sur la nature des programmes iconographiques consacrés aux entrées de Charles IX, en 1565, et de Louis XIII, en 1621, le travail de Colin Debuiche s'attache, comme la précédente étude, à déceler l'évolution des procédés de célébration du roi sur le long terme. L'évolution de ce rituel monarchique, en pleine mutation de la fin du xvie au milieu du xviie siècle, permet de discuter des divers degrés d’interprétation des stratégies mises en œuvre alors, entre apologie de la politique royale et revendications identitaires, exaltation et exhortations, tandis que de nouvelles problématiques, liées notamment à l’urbanisme, conduisent à la redéfinition des rapports entre le prince et la ville.

11L'image royale dans l’espace public est également abordée par Sophie Fradier dans son étude sur Les effigies d'Henri IV à Toulouse. Dans la capitale du Languedoc qui s’était tant opposée à lui, Henri IV fut l’objet de plusieurs représentations sculptées. Ce que l’on pourrait prendre pour une forme traditionnelle d’allégeance ou une manière habile de faire sa cour apparaît bien plus comme le fruit d’une volonté royale. Revanche, légitimation ou triomphe, la figure du monarque est imposée dans la cité tout en privilégiant habilement une iconographie qui met en valeur sa bienveillance. La statuaire royale allait ainsi connaître, pour les Bourbons, une fortune conséquente dans les provinces. Toutefois, ce type de célébration ne fut pas négligé dans la capitale, preuve de l’importance de la statuaire dans l’imaginaire du pouvoir.

12Alexandra Woolley, dans son article intitulé L’œuvre de miséricorde du Roi : la statue de Louis XIV pour l’Hôtel de Ville de Paris par Antoine Coysevox, 1687-1689, propose ainsi de décrypter le message politico-religieux inscrit dans cette effigie du roi. Cette étude de cas aborde la question de la mise en scène de la piété royale par le biais de l'allégorie, dans un contexte de « saturation de l'espace public » parisien, à une époque où le roi vit loin de la capitale. La statuaire royale n’a pas, en effet, une vocation seulement triomphale, fondée sur la mise en valeur de vertus guerrières et conquérantes. Elle peut être également édifiante, faisant appel aux valeurs religieuses dont le roi se veut le défenseur et le promoteur.

13Les modalités de représentation du Roi très chrétien se trouvent au centre de deux autres articles, complétant l’illustration de la complexité des rapports entre pouvoir, religion et arts au xviie siècle. À travers les représentations du Vœu de Louis XIII, globalement négligées par les historiens de l'art, Léo Minois interroge la création par le pouvoir d'une iconographie spécifique, manifestation et exaltation de la sacralité monarchique, réinterprétée ensuite à la lumière de la naissance du dauphin, futur Louis XIV, dans une optique de glorification et de légitimation d’une autorité royale contestée.

14Géraldine Lavieille examine, quant à elle, la manière dont les représentations du Roi très chrétien pouvaient se trouver également au cœur d’autres préoccupations : les parallèles opérés entre les souverains Bourbons et leur illustre ancêtre, saint Louis, sont examinés à l’aune des relations, très variables, entre le pouvoir royal et les jésuites. L'éloge religieux du roi peut aussi être une stratégie politique de la part de cette illustre Compagnie afin de justifier sa présence sur le territoire et de revendiquer son rapport privilégié avec la monarchie, à laquelle certaines recommandations peuvent être subtilement adressées par le biais des images.

15D'autres festivités organisées pour le roi ont fait l'objet d'une étude dans ce dossier. L'article de Cindy Pédelaborde, consacré à Henri IV et la reconquête du royaume de France : les légendes en faveur du premier roi Bourbon, en musique, démontre que cet art, encore peu abordé par les chercheurs dans les études portant sur la France « baroque », était représentatif des stratégies royales et contribua à l'entreprise de légitimation de la nouvelle dynastie, notamment par le biais des chansons et des récits de ballets.

16Enfin, l'article d'Yvonne Rickert, analyse du livre de l'architecte Pierre Patte, Monumens érigés en France à la gloire de Louis XV, publié en 1765, révèle l’ambivalence de ce qui a pu être trop rapidement interprété comme un simple éloge royal. Si le titre de cet ouvrage augure d'un discours courtisan, l'étude détaillée de son contenu et de la biographie de son auteur démontre au contraire qu'il cache une critique indirecte du monarque, situant cet objet d’étude à la limite de la notion de célébration royale.

17Les recensions et les comptes-rendus rassemblés dans ce numéro des Cahiers de Framespa procèdent d’une double intention : donner un aperçu des travaux les plus récents autour de ces questions pour exposer les orientations majeures et les principales perspectives qui s’offrent encore à la recherche, mais aussi rendre hommage aux chercheurs invités, dont les interventions lors de la table ronde ont considérablement enrichi les contributions réunies dans ce dossier.

Haut de page

Notes

1  http://framespa.revues.org/72

2  La qualité scientifique de la présentation de cette journée d'étude doit beaucoup à Alexandra Woolley et à Léo Minois.

3  Gérard Sabatier, Versailles ou la figure du Roi, Paris, Albin Michel, 1999 ; Gérard Sabatier, Le prince et les arts : stratégies figuratives de la monarchie française de la Renaissance aux Lumières, Seyssel,Champ Vallon, 2010 ; Isabelle Dubois, Alexandre Gady et Hendrik Ziegler (dirs.), Place des Victoires : histoire, architecture, société,Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, 2004 ; Diane Bodart, Pouvoirs du portrait sous les Habsbourg d'Espagne [texte remanié de thèse de doctorat, Paris, EHESS, 2003], Paris, CTHS ; INHA, 2011.

4  « Art et pouvoir », Perspective, la revue de l'INHA, n° 1. Voir, notamment, Diane Bodart, Antonio Pinelli, Gérard Sabatier, Barbara Stollberg-Rilinger et Christine Tauber, « Le portrait du roi : entre art, histoire, anthropologie et sémiologie », p. 11-28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Colin Debuiche, Sophie Fradier et Pascal Julien, « Introduction », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 23 novembre 2012, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://framespa.revues.org/1870

Haut de page

Auteurs

Colin Debuiche

Doctorant en histoire de l'art moderne
Université de Toulouse II, laboratoire FRAMESPA (UMR 5136), thématique 3 : « Identités, cultures, contacts ».
debuiche.colin@gmail.com

Articles du même auteur

Sophie Fradier

Doctorante en histoire de l’art moderne
Université de Toulouse II, laboratoire FRAMESPA (UMR 5136), thématique 3 : « Identités, cultures, contacts ».
sophiefradier@live.fr

Articles du même auteur

Pascal Julien

Professeur d'histoire de l'art moderne
Université de Toulouse II, laboratoire FRAMESPA (UMR 5136), thématique 3 : « Identités, cultures, contacts ». Spécialité : la sculpture et les conditions de sa production du XVIe au XVIIIe siècle. Lecture, réception, valorisation des œuvres.
Julien.pascal.aix@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org