Navigation – Plan du site
Recensions d'ouvrages

Hendrik Ziegler, Der Sonnenkönig und seine Feinde. Die Bildpropaganda Ludwigs XIV in der Kritik

Petersberg, Michael Imhof Verlag, 2010, 320 p.
Inès Castaldo
Référence(s) :

Hendrik Ziegler, Der Sonnenkönig und seine Feinde. Die Bildpropaganda Ludwigs XIV in der Kritik, Petersberg, Michael Imhof Verlag, 2010, 320 p.

Texte intégral

1Tout au long du règne de Louis XIV, l’art fut un moyen de propagande politique considérable qui suscita critiques et interrogations dans toute l’Europe. L’ouvrage d’Hendrik Ziegler, Le Roi soleil et ses ennemis. Réception et contestation de sa propagande par l’image, propose une analyse, à travers l’histoire et les images, de la réception, en son temps et dans toute l’Europe, des stratégies de représentation de Louis XIV. Son analyse aborde, en trois chapitres, l’étude de la symbolique solaire, des monuments élevés à la gloire du roi et du cycle de peintures du château de Versailles célébrant le monarque.

2Le premier chapitre évoque le répertoire iconographique, qui avait déjà été élaboré par le cardinal Mazarin au temps de la jeunesse du monarque, reposant notamment sur une symbolique solaire, immortalisée par la devise Nec pluribus impar qui deviendra plus tard la devise personnelle du roi. Le sujet a été évoqué à maintes reprises, mais il fait ici pour la première fois l’objet d’une investigation très approfondie. L’intérêt de l’étude d’Hendrik Ziegler se caractérise par l’analyse des réactions des états voisins face à cette propagande basée sur le symbole du soleil. Les Hollandais se distinguèrent par exemple par l’édition et la diffusion de médailles satiriques dirigées contre le roi de France. Le reste de l’Europe ne cessa par ailleurs d’attaquer Louis XIV tout au long du règne, à l’aide de tracts, de pamphlets ou d'images accompagnées de sentences satyriques. Ces critiques véhémentes eurent une incidence sur les comportements et les choix stratégiques du monarque, qui prit des mesures contre les attaques permanentes de ses ennemis. Mais, contre toute attente, la réaction du monarque fut, le plus souvent, l’indifférence, voire le renforcement d'une image d'autodérison qu’il cultivait parfois.

3La réorientation des stratégies de célébration royale sont, par ailleurs, exprimées dans le chapitre suivant consacré, notamment, à l’étude comparative de deux monuments majeurs érigés à la gloire de Louis XIV : l’ensemble de la place des Victoires, inauguré en 1686, et la statue équestre du roi, dévoilée au public en 1699, sur la place Vendôme. La statue en pied de la place des Victoires s'inspira de la symbolique du triomphe guerrier en figurant sous les traits de quatre captifs aux pieds du roi les quatre pays voisins vaincus par Louis XIV au cours de la guerre de Hollande (les nations asservies se substituant à la symbolique des vices maîtrisés par le souverain). Les réactions vives et immédiates servirent de leçon au programme iconographique de la statue équestre de la place Vendôme, puisqu’on adopta alors le parti de la sagesse et de la pacification en vantant non seulement les faits de guerre du roi, mais ses actions en faveur de la paix ou de la religion catholique.

4Dans un troisième chapitre, Hendrik Ziegler s’est attaché à la réception du contenu politique du discours iconographique du plafond de la Grande Galerie de Versailles, peint par Charles Le Brun, au début des années 1680. Les commentaires moqueurs des visiteurs, ambassadeurs ou simples bourgeois, devant ce programme iconographique élaboré autour des actions militaires du roi pendant la guerre de Hollande et tout au long de son règne, furent immédiats et se répercutèrent sur l'ensemble du programme versaillais. La transcription de sources inédites, compilées dans un catalogue d’annexes (notamment le mémoire du diplomate impérial Ferdinand Bonaventure, comte d’Harrach, transcrit pour la première fois), illustre la richesse de cette étude, augmentée d’un recueil d’images et de dessins d’archives. Hendrik Ziegler, loin de se contenter de décrire et d’analyser le vaste programme iconographique élaboré pour le roi Louis XIV au cours du Grand Siècle, rapporte et commente, dans cet ouvrage, l’aspect socio-politique et la réception en son temps de cette propagande appuyée, et met également en relief les réactions de populations diverses face à cette manière de « Célébrer le Roy ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Inès Castaldo, « Hendrik Ziegler, Der Sonnenkönig und seine Feinde. Die Bildpropaganda Ludwigs XIV in der Kritik », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 20 décembre 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/1856

Haut de page

Auteur

Inès Castaldo

Docteur en histoire de l’art moderne, laboratoire FRAMESPA (UMR 5136), Université de Toulouse II.
inescastaldo@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org