Navigation – Plan du site
Les traités d'architecture à l'épreuve des monuments

Projets et conception de l’entrée monumentale de la cathédrale Sainte-Marie d’Auch : les apports du De re aedificatoria d’Alberti

Design and drafts for the monumental entrance of the Saint Mary of Auch Cathedral: contributions from De re aedificatoria
Sophie Fradier
Traduction de Caroline Stuart

Résumés

La construction de l’entrée monumentale de la cathédrale Sainte-Marie d’Auch s’étend sur un peu plus d’un siècle, de 1560 à 1680. Si la fin des travaux (XVIIe siècle) est renseignée par une importante série de baux à besogne, peu de documents éclairent la première phase d’édification (XVIe siècle). C’est donc l’identification des sources - textuelles et figuratives - caractéristiques de la culture artistique de cette époque, qui peut permettre de comprendre quel langage architectural fut ici développé. Néanmoins, au-delà de cette question de l’intégration et de l’adaptation des modèles théoriques, l’étude concomitante du chantier de Sainte-Marie d’Auch et du De re aedificatoria d’Alberti ne permet-elle pas de définir quel est l’influence effective du traité sur la pratique ? Entre gravure, conception et réalisation, il existe tout un processus de réflexion que nous essaierons de percevoir dans le cadre de la construction de l’entrée monumentale de la cathédrale d’Auch.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cathérine Chédeau, « La façade d’église en France entre Renaissance et Réformes (XVIe-XVIIe siècle (...)

1La cathédrale d’Auch, fruit d’une longue suite de chantiers, présente une singulière façade qui pose la question de la relation du traité d’architecture avec l’espace édifié1. L’analyse comparative peut servir d’outil pour expliciter en quoi l’étude du traité d’architecture peut offrir un nouvel éclairage sur cette entrée monumentale (fig. 1).

Une longue édification

  • 2  Sous l’épiscopat de Jean d’Armagnac (1390-1408) dont les armes furent apposées sur les contreforts (...)
  • 3  La construction reprit sous l’archevêché de François-Philibert de Savoie, entre 1483 et 1490 : Lou (...)

2Le chantier de la cathédrale d’Auch débuta à la fin du XIVe siècle2. Cependant, en raison de deux incendies, la construction fut momentanément suspendue et ne reprit qu’à la fin du XVe siècle3. L’élévation de la façade intervint à partir du milieu du XVIe siècle, alors que les autres parties de l’édifice n’étaient pas achevées.

  • 4  Ces indications n’ont toujours suscité qu’une même interprétation : le porche aurait été élevé ent (...)
  • 5  Certaines similitudes avec un médaillon italien représentant un Christ de profil - œuvre aujourd’h (...)
  • 6  « […] le grand portal du cotté doccident entrant dans la nef est de largeur douze paumes et demy v (...)

3À ce jour, aucun document concernant le début de l’édification du portail occidental n’a été découvert. Seules subsistent quatre inscriptions lapidaires situées sur le parement extérieur du porche, entre les piédestaux des colonnes encadrant les entrées latérales nord et sud. Il s’agit d’une part du nom Jean de Beaujeu et d’autre part des dates : 1560 au nord, 1562 au sud (fig. 2 et fig. 3)4. Une autre inscription, située sur un médaillon à l’effigie du Christ, semble signifier que certains travaux du porche - les décors sculptés probablement - étaient en cours d’exécution en 1586 (fig. 4). Mais cette donnée doit être utilisée avec prudence car elle figure sur un bas-relief ajouté et dont le style est assez éloigné des autres sculptures du porche. Elle peut indiquer soit la date d’insertion de ce bas-relief, soit celle de son exécution5. Enfin, « le procès-verbal de la visite, vériffication et relation de l’église Sainte-Marie d’Auch » prouve que l’ensemble du premier niveau était terminé en 16096. Le chantier ne reprit ensuite qu’en 1629, date à laquelle un contrat fut passé avec l’architecte Jean Cailhon. Cependant, si le mur pignon et la rose datent de cette période, soit des années 1629-1639, il fallut attendre la seconde moitié du XVIIe siècle pour que les tours fussent érigées.

Figure 1

Figure 1

Auch, entrée monumentale de la cathédrale Sainte-Marie

Cliché S. Fradier

4L’entrée monumentale de la cathédrale Sainte-Marie d’Auch est un massif indépendant du reste de l’édifice. Elle se compose d’un porche de composition triomphale surmonté de deux tours à plan carré (fig. 5 et fig. 6). L’ensemble est articulé suivant la superposition des « trois grands ordres » : le corinthien, le composite et l’attique (fig. 1). Un bail à besogne, passé le 21 Août 1670 pour « l’entreprise des closchers bastiments et eddifices de l’église metropolitaine Sainte-Marie d’Auch », indique également que des dômes devaient à l’origine couronner l’attique des deux tours.

  • 7  Françoise Bagnéris, op. cit. note 2 Sophie Fradier, op. cit note 1.
  • 8  « Faire et parfaire dans lad eglise tous les ouvrages et ediffices qui suivent, lesquel conformeme (...)

5Si la fin du chantier est documentée par des actes notariés qui s’échelonnent de 1670 à 16807, seul le bail de 1670 pour « les clochers bastiments et ediffice de l’église métropolitaine Sainte-Marie d’Auch », permet de savoir que les derniers travaux durent se conformer à d’« anciens dessains »8.

  • 9  Leon Battista Alberti, L’architecture et art de bien bastir du seigneur Leon Baptiste Albert, gent (...)
  • 10  Sebastiano Serlio, Il terzo libro di Sebastiano Serlio, Venise, Francesco Marcolini, 1540 ; Des an (...)

6L’auteur et la date de ces « anciens dessains » ne sont pas précisés ; mais de nouvelles hypothèses peuvent être émises en ce qui concerne les sources de ces dessins. La structure générale de l’entrée monumentale pourrait s’inspirer d’une planche extraite de l’édition française du De re aedificatoria d’Alberti (1553), comme le plan au sol traduit une idée de l’organisation de l’espace assez similaire à celle exprimée par Bramante dans ses projets pour la basilique Saint-Pierre de Rome9. Les ordres quant à eux semblent faire échos aux gravures du Libro Terzo de Sebastiano Serlio10.

Figure 2

Figure 2

Inscription lapidaire sur parement extérieur du porche : A[…]O XPI 1560

Cliché S. Fradier

Figure 3

Figure 3

Inscription lapidaire sur parement extérieur du porche : ANNO PXI 1562

Cliché S. Fradier

Figure 4

Figure 4

Inscription sur bas-relief du Christ all’antica : 1586

Cliché S. Fradier

Figure 5

Figure 5

Auch, entrée monumentale de la cathédrale Sainte-Marie, porche en arc de triomphe

Cliché S. Fradier

Figure 6

Figure 6

Plan au sol de l’avant-nef

G. Montariol, 1937, Service départemental de l’architecture du Gers

L’entrée monumentale : analyse architecturale et modèle théorique

Alberti et le De re aedificatoria

  • 11  Pascal Dubourg Glatigny, « Artifex, architecte, ingénieur : les conditions d’émergence du vocable (...)
  • 12  Françoise Choay, La règle et le modèle, Paris, éd. du seuil, 1980, nouvelle éd. 1996, p. 20 ; Leon (...)
  • 13  « Il est généralement admis qu’Alberti prend connaissance du manuscrit vitruvien lors de son séjou (...)

7Alberti acheva la rédaction du De re aedificatoria en 1452, après avoir pris connaissance deux décennies auparavant (1432-1434), du manuscrit vitruvien, lors de son séjour à Rome11. Ce traité n’est pourtant pas une version améliorée du De architectura de Vitruve. Françoise Choay, à travers son étude La règle et le modèle, a démontré que le projet d’Alberti n’avait jamais été de proposer une traduction de l’auteur antique mais plutôt de doter son propre écrit « d’un statut instaurateur » car selon elle : « le De re aedificatoria fut le premier texte qui se donna pour objectif explicite la constitution d’un appareil conceptuel autonome permettant de concevoir et de réaliser des espaces neufs »12. À cela il faut ajouter que l’édition posthume du De re aedificatoria parut en 1485, soit un an avant la première publication de Vitruve par Giovanni Sulpicio, en 1486 (à Rome) ; c’est dire l’importance qu’il faut accorder au traité d’Alberti, premier traité d’architecture occidentale13.

  • 14  Françoise Choay, op. cit. note 12 ;Mario Carpo, Metodo ed ordini nella teoria archittonica dei pri (...)
  • 15  Mario Carpo, « La traduction française de De re aedificatoria (1553) : Alberti, Martin, Serlio et (...)

8Ces questions - relatives à la fortune intellectuelle du De re aedificatoria et à la définition de la nature même de ce texte - ont été largement abordées depuis une vingtaine d’années ; en témoignent notamment les travaux de Francesco Furlan, Françoise Choay, Robert Tavernor, Howards Burns, Joseph Rykwert, Pierre Caye et Mario Carpo14. Il est cependant possible de prolonger la réflexion entamée par ces auteurs en se concentrant sur une édition illustrée du De re aedificatoria, un traité qui paradoxalement ne fut jamais conçu par Alberti pour être accompagné d’images15.

L’architecture ou art de bien bastir de Leon Baptiste Albert … par deffunct Jean Martin16

  • 16  Leon Battista Alberti, L’architecture et art de bien bastir du seigneur Leon Baptiste Albert, gent (...)
  • 17  Leon Battista Alberti, L’architettura di Leon Batista Alberti tradotta in lingua fiorentina da Cos (...)
  • 18  La traduction française du De re aedificatoria fut le dernier travail littéraire de Jean Martin, l (...)
  • 19  « On ne sait pas […] où, quand et comment Martin a traduit les dix livres d’Alberti. Le privilège (...)
  • 20  Mario Carpo, op. cit. note 15.
  • 21  Sources des autres illustrations : Le livre des antiquités de Serlio (Venise, 1540) ; le Vitruve d (...)
  • 22  Dans certains cas la reprise des gravures provient de l’achat des bois gravés de l’édition origina (...)
  • 23  Leon Battista Alberti, op. cit. note 16.

9En 1550, soit un peu moins d’un siècle après la mort d’Alberti, Cosimo Bartoli publia une première édition illustrée du De re aedificatoria17. Trois ans après, en 1553, Jean Martin et Denis Sauvage proposèrent une autre version illustrée, première traduction française intitulée : L’architecture ou art de bien bastir de seigneur Leon Baptiste Albert…par deffunct Jan Martin18. Selon la thèse de Mario Carpo, Jean Martin aurait établi cette traduction en suivant l’édition latine de Strasbourg (1541) et celle, italienne, de Piero Lauro (1546)19. Les textes des livres VIII, XIX et X auraient été donnés par Denis Sauvage d’après l’édition italienne de Bartoli (1550)20. Les 95 xylographies qui composent ce volume sont pour la majorité des reprises de l’édition de Bartoli (1550)21. L’une d’entre elles, qui fait partie des ces emprunts, est plus particulièrement intéressante car elle fut peut-être reprise à Auch : une tour à plan carrée surmontée d’un dôme (fig. 7)22. Mais à partir de quelle édition fut-elle le plus probablement employée23 ?

Figure 7

Alberti (L.B), L’architecture et art de bien bastir du seigneur Leon Baptiste Albert…par deffunct Jan Martin, Paris, par Jacques Kerner, 1553, f°160

Bnf/Gallica

  • 24  Cosimo Bartoli dédia son traité à Hippolyte d’Este archevêque d’Auch de 1551 à 1563. Mais cet élém (...)
  • 25  L’entrée de François de Tournon (1538-1551) est transcrite dans un manuscrit de Daignan du Sendat (...)

10Un exemplaire de l’édition française est bien conservé à la Bibliothèque municipale de Toulouse, mais aucun ex-libris ne permet d’identifier un éventuel propriétaire. En revanche Denis Sauvage, co-auteur de l’édition française, fut un proche du cardinal François de Tournon24. Or ce dernier, archevêque d’Auch de 1538 à 1551, fit son entrée dans la cité en 1547 : il est par conséquent fort possible que se soit l’édition française du De re aedificatoria qui ait inspiré le projet de l’entrée monumentale de la cathédrale25.

De la gravure aux « tours et avant-pourteaux »

  • 26  Le porche mesure : 15,76m de haut ; le premier registre : 12, 77m ; le troisième registre : 13, 23 (...)
  • 27  ADG, 3E 4097, fol° 311v°-312.

11Comme sur la gravure de l’architecture et art de bien bastir de seigneur Leon Basptiste Albert… par deffunct Jan Martin, les tours de Sainte-Marie sont de plan carré et présentent une réduction progressive des trois niveaux d’élévation Figure 1 et 7)26. De même on y observe la superposition de l’ordre corinthien, du composite et de l’attique et une disposition similaire des ouvertures au niveau des entrecolonnements. Des dômes - même s’ils ne furent jamais réalisés - devaient également, à l’image de la gravure, couronner l’attique des tours27.

12Des similitudes formelles semblent clairement perceptibles de la gravure au bâti, mais il faut dépasser ce premier constat pour s’interroger sur l’apport effectif de ce traité à la pratique. Entre gravure, conception et réalisation, il existe tout un processus de réflexion qui nécessite d’être caractérisé.

De la forme au contexte constructif, de la gravure à l’écrit

Projets et conception

  • 28  « On sait qu’Alberti ne voulait pas que son texte soit illustré […] [et les gravures de Bartoli] n (...)
  • 29  Au XVIe siècle en France, la théorie architecturale était synonyme de vulgarisation. Le projet par (...)
  • 30  Leon Battista Alberti, op. cit. note 16.
  • 31  Leon Battista Alberti, L’art d’édifier, texte traduit du latin, présenté et annoté par Pierre Caye (...)
  • 32  « Lorsqu’on voudra une tour élancée, on lui donnera en hauteur six fois sa largeur si elle est car (...)

13Dans le De re aedificatoria, « la xylographie greff[a] sur le texte des images qu’Alberti n’a[vait] jamais voulu »28. Aucune planche n’est donc vraiment en lien avec le discours29. La gravure de la tour est bien une reprise de la thématique du chapitre V d’où elle est extraite, ce chapitre étant intitulé : « des eschauguettes ou lanternes et de leurs ornements »30. Néanmoins, le paragraphe correspondant à la gravure - une « tour nue et simple » - est très succinct31. Alberti établit un système de proportion entre la hauteur de la tour et sa largeur, mais ceci semble la seule donnée dont puisse découler une quelconque pratique architecturale32. Ce traité n’est pas un manuel technique et, en supposant que cette gravure fut choisie et employée comme modèle, tout un travail d’adaptation dut précéder la mise en œuvre de l’entrée monumentale. La gravure dans ce cas précis pourrait se définir comme une sorte d’utopie. Une image que l’architecte a vraisemblablement assimilé, intégré ; qu’il a peut-être en tête lors de la conception des plans mais qu’il ne put pas et qu’il ne chercha pas à retranscrire. La gravure est idée. La gravure offre une idée pour la structure générale du monument.

  • 33  Sebastiano Serlio, Il terzo libro, Venise, Francesco Marcolini, 1540 ; Sebastiano Serlio, Des anti (...)

14L’influence d’autres traités d’architecture est d’ailleurs perceptible. La composition des portails nord et sud donnant accès à la nef peut être mise en parallèle avec une représentation de l’intérieur du Panthéon du libro Terzo de Sebastiano Serlio33 : comme à Auch l’ordre colossal corinthien définit une travée dans laquelle s’inscrit une baie. Cette dernière est encadrée par deux colonnes corinthiennes qui supportent un entablement et un fronton triangulaire (fig. 8 et fig. 9). Une autre planche du même recueil - un chapiteau corinthien du Panthéon - rappelle par le dessin de ses feuilles et tigettes les chapiteaux du porche et appuie ainsi cette correspondance (fig. 10 et fig. 11).

Figure 8

Figure 8

Intérieur du Panthéon, Serlio (S), Des antiquités…, Anvers, Gillis Coppens van Diest pour Coecke van Aeslt, 1550, f°16

Bnf/Gallica

Figure 9

Figure 9

Auch, travée nord du porche, portail donnant accès à la nef

Cliché S. Fradier

Figure 10

Figure 10

Chapiteau corinthien du panthéon, Serlio (S), Des antiquités…, Anvers, Gillis Coppens van Diest pour Coecke van Aeslt, 1550, f°17

Bnf/Gallica

Figure 11

Figure 11

Auch, chapiteau corinthien, travée centrale du porche

Cliché S. Fradier

  • 34  Au château d’Écouen, « le corinthien de l’avant-corps reprend […] la base du folio 169 [du terzo L (...)
  • 35  Christoph Luitpold Frommel, « Saint-Pierre de Rome », Rinascimento : da Brunelleschi a Michelangel (...)
  • 36  Stefano Borsi, Bramante, catalogue critique établi par Stefano Borsi, trad. de l’italien par Annet (...)

15Au milieu du XVIe siècle, de nombreux édifices imitèrent l’ordonnance de ce monument antique34. Mais la possible référence à ce « temple » romain dans la conception d’une cathédrale paraît très significative. Au-delà, d’une simple valeur esthétique, le remploi d’un tel modèle pourrait ici revêtir une dimension symbolique : inscrire la construction dans une tradition architecturale religieuse. Déjà au début du siècle Bramante avait suivi le modèle du Panthéon pour mettre au point les colonnades des déambulatoires et la coupole de la basilique Saint-Pierre de Rome35. Le choix des « pilastres corinthiens géant » de Sainte-Marie pourrait donc également faire référence à ceux de la basilique romaine. Dans ce sens, notons également que deux plans au sol retrouvés aux Archives diocésaines d’Auch traduisent une idée de l’organisation de l’espace identique à celle développé par Bramante dans ses projets pour Saint-Pierre de Rome (fig. 12 et fig. 13)36.

Figure 12

Figure 12

Plan au sol de l’avant-nef, Archives diocésaines, ms Daignan du Sendat

Cliché S. Fradier

Figure 13

Figure 13

Plan hypothétique du projet de 1513-1514 par Bramante

Dessin de P. Foellbach, Rinascimento : da Brunelleschi a Michelangelo, Milan, éd. H. Million et V. Magnago Lampugnani, Bompiani, 1994

16L’entrée monumentale de la cathédrale Sainte-Marie d’Auch serait donc une sorte de « figure composite » à l’intérieur de laquelle affleurent plus ou moins nettement certains modèles. L’« arc triomphant » associé à une ordonnance comparable à celle du Panthéon, ainsi qu’à celle de la basilique Saint-Pierre révèle une cohérence dans le choix des sources. Leur intégration au sein d’un même projet architectural reflète une grande capacité d’invention. En l’état actuel des recherches, cette pratique qui n’est pas art de l’imitation, mais art de conceptualisation est-elle attribuable ?

Une possible attribution

17Le bail de 1670 indique que les « anciens dessains », ceux qui furent suivis jusqu’à la fin des travaux au XVIIe siècle, comportaient déjà tous les détails de la gravure extraite de l’édition française d’Alberti : les trois ordres et les dômes. Il est effectivement stipulé dans le bail qu’il faudrait :

  • 37  ADG, 3E 4097, f 311 v°-318.

Faire et parfaire dans lad eglise tous les ouvrages et ediffices qui suivent, lesquel conformement aud ancien dessains sont requis et necessaires a son entiere perfection, scavoir en premier lieu d achever dans son entiere regularité suivant lesd dessains louvrage et ledifice des/ avant pourteaux et tours commencées icelles selon les trois grand ordres d’architecture dont le premier est déjà commencé et eslevé jusques au vif des premières colonnes,[…] lequel ordre estant le corinthien, les deux autres suivant les regles de l art, et lesd anciens dessains doivent estre le composite et l attique, et le tout avec leurs ornements reguliers base, chapiteau, architraves, chiffres, frises corniches, balustrade, et domes de couverture de bonne pierre de taille ajoint couvert avec des lanternes aux domes[…]37.

  • 38  Document aujourd’hui perdu mais il fut transcrit au XIXe siècle par Jean Carsalade du Pont : il de (...)
  • 39  Leon Battista Alberti, op cit. note 16.

18Ainsi Jean de Beaujeu, à l’origine de la conception du premier ordre - comme l’atteste son testament (1568)38 et les inscriptions lapidaires - pourrait être aussi l’auteur des dessins de l’ensemble de l’entrée monumentale et celui qui eut entre les mains l’édition d’Alberti. Un autre élément appuie cette hypothèse. La composition en arc de triomphe et les chapiteaux corinthiens du premier ordre sont très proches des folios 134v° et 172v° de ce même traité (fig. 14 et fig. 15)39.

Figure 14

Figure 14

Alberti (L-B). L’architecture et art de bien bastir du seigneur Leon Baptiste Albert…, 1553, f° 172

Bnf/Gallica

Figure 15

Figure 15

Auch, porche en arc de triomphe

Cliché S. Fradier

  • 40  « Le collège que le cardinal de Foix avait fondé à Toulouse, en 1457, faisait reconstruire à Galan (...)
  • 41  Louis Daignan du Sendat, Archives diocésaines d’Auch.
  • 42  Louis Callebat, « Vitruve, Alberti et le métier d’architecte », Leon Battista Alberti, actes du co (...)

19Jean de Beaujeu, documenté à Albi de 1517 à 1537 comme « Mestre masson jurat de la universitat d’Alby », est pour la première fois mentionné à Auch en 1548, il est alors désigné architecte de la ville40. Les projets dessinés dont des copies sont conservées aux Archives diocésaines d’Auch, s’ils ne sont pas de sa main, furent probablement exécutés en suivant ses propres plans41. Manifestation de la transposition du traité à l’espace édifié, ils montrent l’importance que Jean de Beaujeu accorda au projet artistique avant sa réalisation, soit aux lineamenta définis dans le texte Albertien. Ils suggèrent que Jean de Beaujeu avait assimilé, au-delà de l’image standardisée de la tour, certains des principes développés par Alberti42.

  • 43  « Ce ne sont pas les traductions de Vitruve ou d’Alberti qui ont nourri la créativité française, S (...)
  • 44  Françoise Choay, op. cit. note 12.

20Jean de Beaujeu, en adaptant la gravure d’un traité peu diffusé en France, cherchait-il à revendiquer son statut d’architecte par la qualité de sa culture théorique43 ? Cette hypothèse ne peut être écartée car en se réappropriant l’expression antique « faciebat » : « IO DE BEAV IEV/FACIEBAT /IO DE BEAVIEV/ARCHITECT/ FACIE » il démontra, à l’image d’Alberti dans son traité, une démarche distanciée et consciente de soi (fig. 16)44.

21Dans ce cas précis l’analyse comparative du traité et du monument permettrait - au-delà de la simple identification d’un modèle et de sa traduction dans la pierre - de déduire certaines des intentions informulées de l’architecte, car un projet n’est jamais strictement architectural.

Figure 16

Figure 16

Inscription lapidaire sur parement extérieur du porche : IO DE BEAV ILV FACIEBAT

Cliché S. Fradier

Haut de page

Bibliographie

« Leon Battista Alberti : état de la bibliographie », Bulletin critique de philosophie de la Renaissance, t. 64, 2001.

ALBERTI Leon Battista, L’architecture et art de bien bastir du seigneur Leon Baptiste Albert, gentilhomme florentin, divisée en dix livres, traduicts de latin en françoys, par deffunct Jan Martin, parisien, nagueres secretaire du reverendisiime cardinal de Lenoncourt, à Paris, par Jacques Kerner, 1553, BMT (Bibliothèque municipale de Toulouse), A XVI 55(2).

ALBERTI Leon Battista, L’architettura di Leon Batista Alberti tradotta in lingua fiorentina da Cosimo Bartoli… con la aggiunta de designi, Firenze, L. Torrentino, 1550.

ALBERTI Leon Battista, L’art d’édifier, texte traduit du latin, présenté et annoté par Pierre Caye et Françoise Choay, Paris, éd. du Seuil, 2004.

Alberti : humaniste, architecte, Paris, éd. ENSBA, 2006.

ARBUSTI Fabien, Auch durant les premières guerres de religion : 1560-1575, mémoire de Maîtrise d’histoire sous la dir. de M. Brunet (S), Université Toulouse II-Le Mirail, 2000.

BAGNÉRIS Françoise, La cathédrale d’Auch et son quartier des chanoines, Paris, Nouvelles éd. Latines, 1986.

BORSI Stefano, Bramante, catalogue critique établi par Stefano Borsi, trad. de l’italien par Annette Malochet, Paris, éd. Electa, 1990.

BRUGÈLES Louis-Clément Brugèles, Les chroniques ecclésiastiques du diocèse d’Auch, suivies de celles des Comtes du même diocèse, Toulouse, éd. Robert (J-F), 1745.

BURNS Howard, « Leon Battista Alberti », Storia dell’architettura italiana, il quattrocento, Milan, Francesco Paolo Fiore, 1998.

CANÉTO François, Sainte-Marie d’Auch, Atlas monographique de cette cathédrale, Paris, éd. V. Didron, 1857.

CARPO Mario, « Notice du De re aedificatoria, 1553 », http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Notice/CESR_4781site.

CARPO Mario, Metodo ed ordini nella teoria archittonica dei primi moderni : Alberti, Raffaelo, Serlio e Camillo, Genève, Droz, 1993.

CARSALADE DU PONT Jean, « L’architecte Jean de Beaujeu », Revue de Gascogne, 1896, p. 311-317.

CHÉDEAU Catherine, « La façade d’église en France entre Renaissance et Réformes (XVIe-XVIIe siècle) », L’architecture religieuse au temps des réformes : héritage de la Renaissance et nouvelles problématiques, actes de la seconde rencontre d’architecture européenne, château de Maisons sur Seine, 8-11 juin 2005, Paris, éd. Picard, 2009.

CHOAY Françoise, La règle et le modèle, Paris, éd. du seuil, 1980, nouvelle éd. 1996.

COUTURE Léonce, « Procès-verbaux de l’entrée solennelle en la ville d’Auch des archevêques François de Tournon (1547), Léonard de Trapes(1600), Dominique de Vic (1634) », Annuaire du département du Gers, 1873, p. 215-240.

DAIGNAN DU SENDAT Louis, Mémoires pour servir à l’histoire ecclésiastique du diocèse d’Auch, Bibliothèque municipale d’Auch, ms 72, f°255.

DUBOURG Glatigny Pascal, « Artifex, architecte, ingénieur : les conditions d’émergence du vocable à la Renaissance », Journal de la Renaissance, n° 3, 2005, p. 95-111.

FRADIER Sophie, « L’entrée monumentale de la cathédrale Sainte-Marie d’Auch : analyse de la première phase d’édification (1560-1609) », Bulletin de la Société Archéologique, Historique, Littéraire et Scientifique du Gers, n°392-393, 2009, p. 200-233 et p. 305-321.

Jean Martin : un traducteur au temps de François 1er et Henri II, Cahiers V-L Saulnier, n° 16, 1999.

Leon Battista Alberti, actes du congrès international organisé à l’Université Paris-Sorbonne en 1995, Paris, éd. Vrin, 2000, p. 773-786.

MUNOZ Sarah, Les portraits en médaillons sculptés dans l’architecture toulousaine du XVIe siècle (1515-1556), mémoire de Master II en histoire de l’art moderne, sous la dir. M. Julien (P) et M. Lugand (J), Université Toulouse II-Le Mirail, 2009.

PAUWELS Yves, « Léon Battista Alberti et les théoriciens français du XVIe siècle : le traité de J. Bullant », Albertiana, 1999.

PAUWELS Yves, L’architecture au temps de la Pléiade, Paris, éd. Monfort Gérard, 2002.

Rinascimento : da Brunelleschi a Michelangelo, Milan, éd. Henry Million et Vittorio Magnago Lampugnani, Bompiani, 1994.

SERLIO Sebastiano Serlio, Il terzo libro di Sebastiano Serlio, Venise, Francesco Marcolini, 1540.

SERLIO Sebastiano, Des antiquités, le troisiesme livre translaté d’italien en franchois, Anvers, Gillis Coppens van Diest pour Pieter Coecke van Aeslt, 1550.

TAVERNOR Robert, On Alberti and the art of building, New Haven-Lonres, Yale UP, 1998.

Haut de page

Notes

1  Cathérine Chédeau, « La façade d’église en France entre Renaissance et Réformes (XVIe-XVIIe siècle) », L’architecture religieuse au temps des réformes : héritage de la Renaissance et nouvelles problématiques, actes de la seconde rencontre d’architecture européenne, château de Maisons sur Seine, 8-11 juin 2005, Paris, éd. Picard, 2009 ; Sophie Fradier, « L’entrée monumentale de la cathédrale Sainte-Marie d’Auch : analyse de la première phase d’édification (1560-1609) », Bulletin de la Société Archéologique, Historique, Littéraire et Scientifique du Gers, n° 392-393, 2009, p. 200-233 et p. 305-321.

2  Sous l’épiscopat de Jean d’Armagnac (1390-1408) dont les armes furent apposées sur les contreforts qu’il fit bâtir. Ces preuves détruites pendant la Révolution sont connues aujourd’hui grâce au procès-verbal d’une visite réalisée en 1609 ; Françoise Bagnéris, La cathédrale d’Auch et son quartier des chanoines, Paris, Nouvelles éd. Latines, 1986.

3  La construction reprit sous l’archevêché de François-Philibert de Savoie, entre 1483 et 1490 : Louis-Clément Brugèles transcrit à la fin de ses Chroniques ecclésiastiques un extrait du livre vert des archives du chapitre dans lequel est relatée la pose de la première pierre, le 4 Juillet 1489, Louis-Clément Brugèles, Les chroniques ecclésiastiques du diocèse d’Auch, suivies de celles des Comtes du même diocèse, Toulouse, éd. Robert (J-F), 1745, p 141-146.

4  Ces indications n’ont toujours suscité qu’une même interprétation : le porche aurait été élevé entre 1560 et 1562. Or en prenant en considération l’emplacement de ces inscriptions et la grave crise qui toucha Auch dans les années 1560 : il n’est pas envisageable qu’en deux ans seulement et dans ces conditions l’ensemble du premier ordre ait été élevé, Fabien Arbusti, Auch durant les premières guerres de religion : 1560-1575, mémoire de Maîtrise d’histoire sous la dir. de M. Brunet (S), Université Toulouse II-Le Mirail, 2000 ; Sophie Fradier, op. cit. note 1 ; Louis-Clément Brugèles, op. cit. note 3.

5  Certaines similitudes avec un médaillon italien représentant un Christ de profil - œuvre aujourd’hui conservé au Musée des Beaux-arts de Poitiers - nous autorisent à supposer que le Christ all’antica de la cathédrale Sainte-Marie d’Auch pourrait provenir d’Italie. En l’état actuel de nos investigations, il s’agit seulement d’une piste de recherche, Sarah Munoz, Les portraits en médaillons sculptés dans l’architecture toulousaine du XVIe siècle (1515-1556), mémoire de Master II en histoire de l’art moderne, sous la dir. M. Julien (P) et M. Lugand (J), Université Toulouse II-Le Mirail, 2009.

6  « […] le grand portal du cotté doccident entrant dans la nef est de largeur douze paumes et demy vouté […] l’architrave, frise, corinthe, et arc triomphant le tout de la hauteur de quatre canes un pantin », Louis Daignan du Sendat, Mémoires pour servir à l’histoire ecclésiastique du diocèse d’Auch, Bibliothèque municipale d’Auch, ms 72, f°255.

7  Françoise Bagnéris, op. cit. note 2 Sophie Fradier, op. cit note 1.

8  « Faire et parfaire dans lad eglise tous les ouvrages et ediffices qui suivent, lesquel conformement aud ancien dessains sont requis et necessaires a son entiere perfection, scavoir en premier lieu d achever dans son entiere regularité suivant lesd dessains louvrage et ledifice des avant pourteaux et tours commencées icelles selon les trois grand ordres d’architecture dont le premier est déjà commencé et eslevé jusques au vif des premières colonnes,[…] lequel ordre estant le corinthien, les deux autres suivant les regles de l art, et lesd anciens dessains doivent estre le composite et l attique, et le tout avec leurs ornements reguliers base, chapiteau, architraves, chiffres, frises corniches, balustrade, et domes de couverture de bonne pierre de taille ajoint couvert avec des lanternes au domes[…] », ADG (Archives départementales du Gers), 3E 4097, « Entreprise des clochers bastiment et ediffice de l’église metropolitaine Sainte-Marie d’Auch », folio 311v°-318.

9  Leon Battista Alberti, L’architecture et art de bien bastir du seigneur Leon Baptiste Albert, gentilhomme florentin, divisée en dix livres, traduicts de latin en françoys, par deffunct Jan Martin, parisien, nagueres secretaire du reverendisiime cardinal de Lenoncourt, à Paris, par Jacques Kerner, 1553, BMT (Bibliothèque municipale de Toulouse), A XVI 55(2) ; Christoph Luipold-Frommel. « Saint-Pierre de Rome », dans Rinascimento : da Brunelleschi a Michelangelo, Milan, éd. Henry Million et Vittorio Magnago Lampugnani, Bompiani, 1994, p. 349-373.

10  Sebastiano Serlio, Il terzo libro di Sebastiano Serlio, Venise, Francesco Marcolini, 1540 ; Des antiquités, le troisiesme livre translaté d’italien en franchois, Anvers, Gillis Coppens van Diest pour Pieter Coecke van Aeslt, 1550.

11  Pascal Dubourg Glatigny, « Artifex, architecte, ingénieur : les conditions d’émergence du vocable à la Renaissance », Journal de la Renaissance, n° 3, 2005, p. 95-111.

12  Françoise Choay, La règle et le modèle, Paris, éd. du seuil, 1980, nouvelle éd. 1996, p. 20 ; Leon Battista Alberti, l’art d’édifier, texte traduit du latin, présenté et annoté par Pierre Caye et Françoise Choay, Paris, éd. du Seuil, 2004 ; « Il suffit de s’en tenir au titre des ouvrages pour mesurer l’écart de leur projet respectif : Vitruve architecture, Alberti édifie » : Pierre Caye, « Alberti et Vitruve : édifier ou architecturer », Congrès international Leon Battista Alberti, actes du colloque international organisé à l’Université Paris-Sorbonne en1995, Paris, éd. Vrin, 2000, p. 773-786.

13  « Il est généralement admis qu’Alberti prend connaissance du manuscrit vitruvien lors de son séjour romain entre 1432 et 1434. Il achève son De re aedificatoria en 1452 dont l’édition posthume, intervint en 1485 », Pascal Dubourg Glatigny, op. cit. note 11.

14  Françoise Choay, op. cit. note 12 ;Mario Carpo, Metodo ed ordini nella teoria archittonica dei primi moderni : Alberti, Raffaelo, Serlio e Camillo, Genève, Droz, 1993 ; Robert Tavernor, On Alberti and the art of building, New Haven-Lonres, Yale UP, 1998 ; Howard Burns, « Leon Battista Alberti », Storia dell’architettura italiana, il quattrocento, Milan, Francesco Paolo Fiore, 1998 ; Yves Pauwels, « Léon Battista Alberti et les théoriciens français du XVIe siècle : le traité de J. Bullant », Albertiana, 1999 ; « Leon Battista Alberti : état de la bibliographie », Bull. critique de philosophie de la Renaissance, t. 64, 2001.

15  Mario Carpo, « La traduction française de De re aedificatoria (1553) : Alberti, Martin, Serlio et l’échec d’un classicisme vulgaire », Leon Battista Alberti, actes du colloque international organisé à l’Université Paris-Sorbonne en1995, Paris, éd. Vrin, 2000, p. 923-964 ; Françoise Choay, op cit. note 12.

16  Leon Battista Alberti, L’architecture et art de bien bastir du seigneur Leon Baptiste Albert, gentilhomme florentin, divisée en dix livres, traduicts de latin en françoys, par deffunct Jan Martin, parisien, nagueres secretaire du reverendisiime cardinal de Lenoncourt, à Paris, par Jacques Kerner, 1553, BMT, res. A XVI 55 (2).

17  Leon Battista Alberti, L’architettura di Leon Batista Alberti tradotta in lingua fiorentina da Cosimo Bartoli… con la aggiunta de designi, Firenze, L. Torrentino, 1550.

18  La traduction française du De re aedificatoria fut le dernier travail littéraire de Jean Martin, le livre parut posthume, en 1553, chez Kerver. La préface de Denis Sauvage, élève et collaborateur de Jean Martin, apprend que ce dernier était mort « lorsque l’impression [fut] presque achevée », Mario Carpo, site CESR/Architectura les livres d’architecture ; Michel Simonin, « Autour de Jean Martin : Denis Sauvage, Jacques de Vintimille et Théodore de Bèze », Jean Martin : un traducteur au temps de François 1er et Henri II, Cahiers V-L Saulnier, n° 16, 1999, p. 33-42.

19  « On ne sait pas […] où, quand et comment Martin a traduit les dix livres d’Alberti. Le privilège datant des mois d’août et septembre 1551 nous apprend du moins qu’à cette date il était encore vivant, et était encore secrétaire du cardinal de Lenoncourt », Mario Carpo, op. cit. note 15 ; Toshinori Uetani, « Eléments biographiques sur Jean Martin », Jean Martin : un traducteur au temps de François Ier et Henri II, Cahiers V-L Saulnier, n° 16, 1999, p. 13-32.

20  Mario Carpo, op. cit. note 15.

21  Sources des autres illustrations : Le livre des antiquités de Serlio (Venise, 1540) ; le Vitruve de fra Giocondo (1511) par le truchement de la traduction française de Martin (1547) où nombre de ces images avaient été réutilisées ; le Vitruve allemand (Nuremberg, 1548). Certaines gravures n’ont pas encore été identifiées, Mario Carpo, op. cit. note 15.

22  Dans certains cas la reprise des gravures provient de l’achat des bois gravés de l’édition originale. Ici ce ne sont pas les mêmes bois qui ont servi à l’édition de 1550 et celle de 1553, il s’agit d’une reprise par de nouveaux dessins et bois ; en témoigne le détail de l’arc de triomphe au folio 172v° : l’inscription Henri II remplace celle de Côme de Médicis. Pour la question de « la migration des bois », Magali Vène, « “Pour ce qu’un bien cahé ne peult proffiter à personne, j’ay prins d’aultruy la pierre et le ciment” : Gilles Corrozet, auteur et libraire, passeur de textes », Passeurs de textes, imprimeurs et libraires à l’âge de l’humanisme, Paris 30-31 Mars 2009 (à paraître) ; Mario Carpo, op. cit. note 15.

23  Leon Battista Alberti, op. cit. note 16.

24  Cosimo Bartoli dédia son traité à Hippolyte d’Este archevêque d’Auch de 1551 à 1563. Mais cet élément doit être analysé avec prudence car rien n’atteste qu’il résida à Auch, Michel Simonin, « Autour de Jean Martin : Denis Sauvage, Jacques de Vintimille et Théodore de Bèze », op. cit. note 18 ; Rosanna Gorris, « “Non è lontano a discoprirsi il porto” : Jean Martin, son œuvre et ses rapports avec la ville des Este », Jean Martin : un traducteur au temps de François Ier et Henri II, Cahiers V-L Saulnier, n° 16, 1999, p. 43-83.

25  L’entrée de François de Tournon (1538-1551) est transcrite dans un manuscrit de Daignan du Sendat conservé aux Archives diocésaines d’Auch. Elle a été partiellement publiée par Léonce Couture, « Procès-verbaux de l’entrée solennelle en la ville d’Auch des archevêques François de Tournon (1547), Léonard de Trapes(1600), Dominique de Vic (1634) », Annuaire du département du Gers, 1873, p. 215-240.

26  Le porche mesure : 15,76m de haut ; le premier registre : 12, 77m ; le troisième registre : 13, 23m (avec couronnement) ; au sol le côté de chaque niveau : 5, 40m ; 6,90m et 7m.

27  ADG, 3E 4097, fol° 311v°-312.

28  « On sait qu’Alberti ne voulait pas que son texte soit illustré […] [et les gravures de Bartoli] ne correspondent pas avec précision aux recommandations albertiennes, […] malheureusement une gravure même erronée, a un poids singulièrement supérieur à celui du texte », Michel Paoli, « Fortune et infortune critique d’Alberti en France », Alberti : humaniste, architecte, Paris, éd. ENSBA, 2006, p. 63-89 ; « Il est consacré à un champ visuel, mais il récuse, en termes catégoriques, le secours de toute illustration », Françoise Choay, op. cit. note 12.

29  Au XVIe siècle en France, la théorie architecturale était synonyme de vulgarisation. Le projet par exemple de Serlio était de « coordonner l’utilisation de l’imprimerie et de la xylographie, avec pour but déclaré l’éducation d’un public de masse de techniciens-architectes », l’ambition d’Alberti, un siècle auparavant n’était évidemment pas la même. Alberti à travers son texte proposait des principes et des règles, mais ne donnait pas de modèle : « Le De re aedificatoria est texte sans image ; avec quelques exceptions secondaires, ce traité contient des règles sans modèles », Mario Carpo, op. cit. note 15 ; Françoise Choay, op. cit. note 12.

30  Leon Battista Alberti, op. cit. note 16.

31  Leon Battista Alberti, L’art d’édifier, texte traduit du latin, présenté et annoté par Pierre Caye et Françoise Choay, Paris, éd. du Seuil, 2004.

32  « Lorsqu’on voudra une tour élancée, on lui donnera en hauteur six fois sa largeur si elle est carrée […]. Lorsqu’on voudra une tour très massive, on lui donnera en hauteur au maximum quatre fois sa largeur si elle est carrée […]. Quant à l’épaisseur du mur, tu ne lui donneras pas moins de quatre pieds jusqu’à une hauteur de quarante coudées, tu lui donneras cinq pieds, entre cinquante et soixante coudées, six pieds, et ainsi de suite selon le même ordre de progression. Ces règles valent pour les tours nues et simples », Leon Battista Alberti, Ibid.

33  Sebastiano Serlio, Il terzo libro, Venise, Francesco Marcolini, 1540 ; Sebastiano Serlio, Des antiquités, le troisiesme livre translaté d’italien en franchois, Anvers, Gillis Coppens van Diest pour Pieter Coecke van Aeslt, 1550.

34  Au château d’Écouen, « le corinthien de l’avant-corps reprend […] la base du folio 169 [du terzo Libro] inspiré du Panthéon ». Les publications de Sebastiano Serlio ne furent pas les seules à diffuser le modèle, les « ordres de [la Rotonde étaient parmi] les plus fameux et [ceux] le plus souvent dessinés », Yves Pauwels, L’architecture au temps de la Pléiade, Paris, éd. Monfort Gérard, 2002.

35  Christoph Luitpold Frommel, « Saint-Pierre de Rome », Rinascimento : da Brunelleschi a Michelangelo, Milan, Henry Million et Vittorio Magnago Lampugnani, Bompiani, 1994, p. 349-373.

36  Stefano Borsi, Bramante, catalogue critique établi par Stefano Borsi, trad. de l’italien par Annette Malochet, Paris, éd. Electa, 1990 ; Christoph Luitpold Frommel, op. cit. note 35 ; Arnaldo Bruschi, « L’architecture religieuse de la Renaissance en Italie : de Brunelleschi à Michel-Ange », Rinascimento : da Brunelleschi a Michelangelo, Milan, Henry Million et Vittorio Magnago Lampugnani, Bompiani, 1994, p. 123-181 ; Christoph Luitpold Frommel, « La naissance du dessin architectural », Rinascimento : da Brunelleschi a Michelangelo, Milan, Henry Million et Vittorio Magnago Lampugnani, Bompiani, 1994, p. 101-121 ; Louis Daignan du Sendat, Archives diocésaines d’Auch.

37  ADG, 3E 4097, f 311 v°-318.

38  Document aujourd’hui perdu mais il fut transcrit au XIXe siècle par Jean Carsalade du Pont : il demanda à être enseveli « au-dessoubs du porche qu’il a[vait] fondé en l’esglise metropolitaine d’Aux et tombeau qu’il y a[vait] dressé », Jean Carsalade du Pont, « L’architecte Jean de Beaujeu », Revue de Gascogne, 1896, p. 311-317. L’auteur précise : « Jean de Beaujeu testa le 10 Juin 1568 chez le notaire auscitain Me Mouly », aucun registre de ce notaire n’a été pour l’instant retrouvé aux Archives départementales du Gers.

39  Leon Battista Alberti, op cit. note 16.

40  « Le collège que le cardinal de Foix avait fondé à Toulouse, en 1457, faisait reconstruire à Galan, cent ans plus tard, l’église paroissiale, et “ maistre Jehan Guillaume Lescale, masson de tholose ” avait entrepris cet édifice. Jehan de Beaujeu fut “ esleu comme expert par lesd parties, […] ”. Il fut donc pressé de se rendre à Galan, dans l’hiver de 1548, par Lescale lui-même, “ auquel Beaujeu, luy a dict […] n’ausait laisser loeuvre de l’eglise metropolitaine ” […] six ans plus tard (en 1554), le voyage se fit, ainsi qu’il conste par le procès-verbal de la visite, signé “ Jehan de Beau Ieu architecte d’Auch ”, aucune indication ne permet de connaitre l’origine de ce document repris par François Canéto, Sainte-Marie d’Auch, Atlas monographique de cette cathédrale, Paris, éd. V. Didron, 1857.

41  Louis Daignan du Sendat, Archives diocésaines d’Auch.

42  Louis Callebat, « Vitruve, Alberti et le métier d’architecte », Leon Battista Alberti, actes du colloque international organisé à l’Université Paris-Sorbonne en1995, Paris, éd. Vrin, 2000.

43  « Ce ne sont pas les traductions de Vitruve ou d’Alberti qui ont nourri la créativité française, Serlio qui offrait, modestement, un recueil de « lieux communs », au sens des traités de rhétorique, joue un rôle plus fécond », Jean Guillaume, « Jean Goujon à Ecouen science vitruvienne et invention française au temps de Jean Martin », Jean Martin : un traducteur au temps de François Ier et Henri II, Cahiers V-L Saulnier, n° 16, 1999, p. 7-12.

44  Françoise Choay, op. cit. note 12.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Auch, entrée monumentale de la cathédrale Sainte-Marie
Crédits Cliché S. Fradier
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/185/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 2
Légende Inscription lapidaire sur parement extérieur du porche : A[…]O XPI 1560
Crédits Cliché S. Fradier
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/185/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 3
Légende Inscription lapidaire sur parement extérieur du porche : ANNO PXI 1562
Crédits Cliché S. Fradier
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/185/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 4
Légende Inscription sur bas-relief du Christ all’antica : 1586
Crédits Cliché S. Fradier
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/185/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 5
Légende Auch, entrée monumentale de la cathédrale Sainte-Marie, porche en arc de triomphe
Crédits Cliché S. Fradier
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/185/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 6
Légende Plan au sol de l’avant-nef
Crédits G. Montariol, 1937, Service départemental de l’architecture du Gers
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/185/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Alberti (L.B), L’architecture et art de bien bastir du seigneur Leon Baptiste Albert…par deffunct Jan Martin, Paris, par Jacques Kerner, 1553, f°160
Crédits Bnf/Gallica
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/185/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 8
Légende Intérieur du Panthéon, Serlio (S), Des antiquités…, Anvers, Gillis Coppens van Diest pour Coecke van Aeslt, 1550, f°16
Crédits Bnf/Gallica
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/185/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 9
Légende Auch, travée nord du porche, portail donnant accès à la nef
Crédits Cliché S. Fradier
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/185/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 10
Légende Chapiteau corinthien du panthéon, Serlio (S), Des antiquités…, Anvers, Gillis Coppens van Diest pour Coecke van Aeslt, 1550, f°17
Crédits Bnf/Gallica
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/185/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 11
Légende Auch, chapiteau corinthien, travée centrale du porche
Crédits Cliché S. Fradier
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/185/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 12
Légende Plan au sol de l’avant-nef, Archives diocésaines, ms Daignan du Sendat
Crédits Cliché S. Fradier
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/185/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 13
Légende Plan hypothétique du projet de 1513-1514 par Bramante
Crédits Dessin de P. Foellbach, Rinascimento : da Brunelleschi a Michelangelo, Milan, éd. H. Million et V. Magnago Lampugnani, Bompiani, 1994
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/185/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 14
Légende Alberti (L-B). L’architecture et art de bien bastir du seigneur Leon Baptiste Albert…, 1553, f° 172
Crédits Bnf/Gallica
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/185/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 15
Légende Auch, porche en arc de triomphe
Crédits Cliché S. Fradier
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/185/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 16
Légende Inscription lapidaire sur parement extérieur du porche : IO DE BEAV ILV FACIEBAT
Crédits Cliché S. Fradier
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/185/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Fradier, « Projets et conception de l’entrée monumentale de la cathédrale Sainte-Marie d’Auch : les apports du De re aedificatoria d’Alberti », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 5 | 2010, mis en ligne le 13 mai 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/185 ; DOI : 10.4000/framespa.185

Haut de page

Auteur

Sophie Fradier

Doctorante en histoire de l’art moderne, 1ère année, FRAMESPA (UMR 5136), Université Toulouse II - Le Mirail. Direction : Pascal Julien (Professeur en histoire de l’art moderne, Université Toulouse II – Le Mirail ; cotutelle : Javier Ibáñez Fernández (Professeur en histoire de l’art moderne, Université de Saragosse), Delphine Trébosc (Maître de conférences en histoire de l’art moderne, Université de Pau et des Pays de l’Adour). Sujet de thèse : Les arts en Navarre à la Renaissance. sophiefradier@live.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org