Navigation – Plan du site
Dossier

Henri IV à la reconquête du royaume de France : les légendes en faveur du premier roi Bourbon, en musique

Henri IV and the reconquest of the kingdom of France, the legends in favor of the sovereign, in music
Enrique IV a la reconquista del reino de Francia: las leyendas en honor del primer rey Borbón, en música
Cindy Pédelaborde

Résumés

Quelque peu sacrifiée durant les guerres de religion, la vie de cour, artistique et musicale, s’épanouit après le retour de la paix. Il ne faut pas croire pour autant que les années de guerres civiles sont totalement exemptes de musique. Chansons ou ballets de cour se développent, tour à tour véhicules de la ferveur des catholiques et des protestants, ou bien véritables médias de l’époque. La musique sert également à asseoir le pouvoir monarchique propageant les images royalistes qui dépeignent Henri IV sous les traits de Mars ou Hercule, du roi salvateur et pacificateur (terrassant la magicienne et néfaste Ligue, personnifiée sous les traits de Circé, de l’ogresse Médée ou encore d’Alcine), Persée français venu libérer son peuple sacrifié et écrasé sous le joug espagnol, ou le revêtent des attributs d’Apollon – tenant la lyre, lauré et nimbé de rayons.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis le xive siècle, l’art de la fête associant musique, danse, théâtre et toute autre forme d’art a toujours été très fortement lié à la politique des souverains européens et utilisé afin de « Célébrer le Roy ». Les dynasties des Valois, des Stuart, des Habsbourg et les riches familles italiennes telles que les Médicis ou les Gonzague, se sont toutes attachées, à travers leurs cérémonies et spectacles, à la mise en scène et à la promotion de leur pouvoir et de leur grandeur. La dynastie des Bourbons, et son premier représentant Henri IV, ne restèrent pas en marge de ce phénomène : les arts jouèrent un rôle de première importance et firent partie de la stratégie gouvernementale du nouveau souverain. La musique, notamment par le biais des chansons (clamées lors des entrées royales et diffusées ainsi auprès d’une large foule), mais également par les récits inventés pour les ballets de cour (représentés, quant à eux, devant un public plus restreint constitué de courtisans, proches du souverain et de représentants étrangers), tint alors une place toute particulière et fut utilisée de différentes manières afin d’instaurer le rôle autocratique de la nouvelle dynastie au pouvoir. En effet, si en plein cœur des guerres de religion, les dix premières années du règne d’Henri IV furent réellement peu propices au développement des divertissements de cour, elles ne furent pas totalement exemptes de musique. En ces temps de guerre, les chansons et les ballets de cour ne jouèrent plus seulement le rôle décisif, mais désormais bien connu, de consolidateurs du pouvoir en place. Ils le légitimèrent et l’assirent. Ainsi naquit la dynastie des Bourbons.

1. La chanson satirique, arme de propagande politique

2Durant la période consécutive aux guerres de religion, et alors que la paix reprend peu à peu ses droits, tout un ensemble de représentations à la gloire du nouveau souverain, Henri IV, se mit ainsi en place afin de réaffirmer l’autorité monarchique. Roi décrié et renié durant les quatre années qui suivirent l’assassinat d’Henri III, Henri de Bourbon sera tour à tour représenté sous les traits du roi sauveur (héros envoyé par Dieu pour guérir les maux de la France par son courage et sa bravoure) ou considéré comme le roi soleil (lumière guidant les hommes) ou encore appréhendé comme un roi demi-dieu (immortel, il incarne le destin de la France). Véhiculées par les divers spectacles de cour (entrées royales ou ballets de cour) mais également par des pièces de moindre éclat, telles que les chansons, ces images étaient, pour la plupart, déjà utilisées à la gloire des prédécesseurs du Béarnais. Toutefois, dans le cas d’Henri de Bourbon, elles furent toutes utilisées dans le même objectif : retrouver la crédibilité du peuple français après une longue période de guerres civiles où le concept de monarchie avait été mis à mal. En effet, la propagande royaliste devait convaincre le peuple qu’Henri IV était bien le successeur légitime au trône de France, choisi par Dieu, et que ce serait par lui que le royaume pourrait être sauvé. Reflétant ou, du moins, encourageant le réveil du sentiment national des Français, ce furent tout d’abord des chansons en faveur du nouveau souverain qui se propagèrent ; louant les exploits guerriers du valeureux Henri de Bourbon, elles furent créées à chaque fois qu’une ville fut reprise des mains des dissidents ligueurs.

3Plus encore que toute autre forme d’art, la musique, essentiellement la chanson, incarne l’union, la « ré-union », surtout en ces temps de complots, de divergences et de confrontations. Elle est aussi une expression utile pour galvaniser les foules. Mieux qu’un discours, la chanson peut permettre aux revendications d'être exprimées, aux messages d’être propagés et de s’inscrire dans les pensées. C’est en effet bien souvent le texte qui prime sur la musique ; à cette époque, l’air est fréquemment pensé a posteriori. Par ailleurs, il est d’usage d’associer le verbe à une mélodie connue, à laquelle on adjoint des paroles. Une même mélodie peut alors être utilisée plusieurs fois pour mettre en musique différents textes, quand le temps ou l’inspiration manquaient à l’auteur. Cette technique, communément appelée la technique du timbre, permet aux foules de retenir la chanson plus aisément ; son message peut alors se répandre plus largement. Cette arme redoutable permit la diffusion et l’adoption rapide du dogme protestant, mais elle sera également utilisée à des fins de propagande politique. Aujourd’hui, on ne peut qu’imaginer, bien évidemment, l’impact réel de ces chansons sur le peuple parisien et français. Toutefois, de nombreuses chansons nous ayant été restituées par des mémorialistes tels Pierre de L’Estoile, on peut supposer qu’elles se propagèrent au-delà du seul cercle de la cour. C’est d’ailleurs à cette seule condition que nous pouvons utiliser les termes d’arme et de propagande. Il n’en reste pas moins que ces chansons, écrites et chantées en grand nombre, jettent un éclairage très intéressant sur le rôle dévolu à la musique et son importance, de fait, aux yeux des souverains de l’époque.

4En effet, la chanson satirique est loin de constituer un moindre genre à cette époque. Comme le souligne Paul Mironneau,

  • 1 Paul Mironneau, Chansonnier Henri IV, Pau, Pin à Crochets, 1999, p. 15.

La carrière du héros [Henri IV] est semée d’odes, de chansons nouvelles pour ou contre le Béarnais et enfin de cantiques d’action de grâce, véritables respirations pieuses au moment de certaines grandes victoires […]. Les traditions musicales et littéraires sont diverses, mais aucune ne semble laissée à côté du chemin du roi1.

La propagande royaliste consacra ainsi le Béarnais comme celui grâce à qui le royaume – voire le monde en son entier – allait se régénérer. Comme le note Denis Crouzet,

  • 2 Denis Crouzet, Les guerriers de Dieu, la violence au temps des troubles de religion, Seyssel, Cha (...)

La méthode de glorification d’Henri de Navarre prédit qu’il est celui par qui le siècle doré va prendre enfin réalité. La vertu d’obéissance aura pour effet de faire [revivre] le royaume, après le temps des « dangers » et du « brasier » des guerres2.

Henri IV va raviver la France. Ces contemporains en témoignent : 

  • 3 Guillaume Joly, « Le Panegyrique ou discours des Louanges du Roy Henry IIII » cité par Denis Crou (...)

C’est soubs ce Roy que les vertuz prendront la place des vices, que l’ordre chassera le desordre, la lumiere des tenebres, que amertumes seront changé en douceur, nos desastres en béatitudes, la longue guerre en un long repos. La force des loix reverdira soubs luy...3

  • 4 Ibid., p. 571.

5 Aussi, « au fur et à mesure que la progression victorieuse du roi de Navarre devient plus évidente, le thème du basculement dans le règne doré se fait plus puissant en ses images »4. Nombre de chansons sur le printemps de la France vont ainsi éclore.

1.a. Oyez, oyez peuple français, voici le retour de l’âge doré

6Dans une chanson intitulée Chanson nouvelle sur la réjouyssance des bons françois à l’honneur du roi de France et de Navarre, et datant de 1595, l’auteur loue le roi et ses actions pour rétablir la paix, par des termes élogieux et en faisant référence à des personnages mythologiques. Selon l’auteur, le roi Henri de Bourbon, par ses combats et sa sagesse va faire renaître le royaume de France de ses cendres ; voici le renouveau, le printemps de la France après ces longs temps de guerres fratricides :

Voicy la saison plaisante,
Florissante,
Que le beau printemps conduict ;
Voicy le soleil qui chasse
Froide glasse,
Voicy l’esté qui le suit.

Le nom d’Henri de Bourbon est ici cité au milieu de toute une compagnie de Dieux de l’Olympe, joyeux de retrouver la paix, de voir se dissiper l’hiver, l’obscurité que vient de traverser la France :

Voicy l’amoureux Zéphire
Qui soupire […].
Voicy Flora sa mignonne […].
Voicy Pomona la belle
Qui prés d’elle
Voit son ami Vertumus […].
Voicy Vénus Cythérée
Bien parée,
Qui tient Mars enamouré […].

L’auteur honore alors le roi d’avoir déjà quelque peu (la paix ne sera entière que trois ans plus tard) calmé les ardeurs fratricides des Français puisque, écrit-il, « Mars enamouré, des combats [s’est] retiré ». Le roi lui-même est paré d’un titre divin, dans les vers qui suivent :

Voicy du sainct Mont Parnasses
L’humble race
De Jupiter qui descend […].

7Puis Henri IV est cité de façon moins métaphorique par la suite : il est désigné par son nom, et ce n’est plus seulement les dieux et déesses qui louent ce roi et le rétablissement de la paix dont il est l’instigateur, mais bien le peuple tout entier, à travers la voix des nymphes, qui chante la gloire d’Henri.

Voicy les nymphes cent mille
À la file,
Qui sortent des eaux et bois,
Chantant toutes ensemble,
Ce me semble,
Le noble sang Bourbonnois.
[…] Nous t’offrons, à ta vaillance,
Roy de France,
Et Mars vaincu te livrons.

Les nymphes, comme le peuple, se soumettent désormais au roi vainqueur des dissidents de la Ligue, comme l’expriment ces vers :

  • 5 Extraits de la Chansons nouvelle sur la réjouyssance des bons françois à l’honneur du Roy de Fran (...)

Roy généreux, franc et sage […]
Jouis donc des verds boccages
Et rivages,
Jouis des fruicts de nos champs […]5.

  • 6 On retrouve cette même métaphore du soleil printanier qui fait revivre toutes choses, quelques an (...)
  • 7 Françoise Bardon, Le portrait mythologique à la cour de France sous Henri IV et Louis XIII, mytho (...)
  • 8 C’est cette supériorité du roi que les fêtes de cour vont traduire sous forme de symboles, d’imag (...)
  • 9 Denis Crouzet, op. cit., p. 579.

8Cette chanson est un des premiers exemples, avec les ballets qui furent donnés chez Catherine de Bourbon dont nous parlerons plus tard, à dépeindre Henri comme un demi-dieu, représentation du souverain qui s’impose désormais de plus en plus. Certes, il n’est pas explicitement nommé Apollon, Dieu du soleil, mais on retrouve tout de même l’idée que le thème de l’astre solaire véhicule : le retour de la lumière et de la raison, des rayons bienfaiteurs du soleil6 après la nuit de « l’erreur »7 et de terreur qui a couvert la France pendant quarante années. Les victoires et reconquêtes consécutives font d’Henri « une figure agissante du destin […]. En le roi est une force divine qui décide de la vie et de la mort de tous […]. Tout dans le royaume est suspendu à lui, véritable divinité parmi les hommes, par qui l’ordre voulu de Dieu doit s’imposer […]. Henri de Navarre est l’incarnation du destin, […] le sens de la vie8 de tous les Français »9. Le printemps de la France doit désormais succéder à l’hiver et c’est grâce à Henri, lumière et soleil de la terre, que le royaume peut renaître de ses cendres. L’image et le message politique véhiculés sont bel et bien identiques.

1.b. Tel un Soleil, au plus haut des Cieux

  • 10 Cette image du roi-soleil est un des leitmotive de nombreuses chansons, mais aussi stances, balle (...)

9Vive Henry, le beau soleil10 de France, chanson attribuée au musicien huguenot Guillaume de Chastillon, est, par le titre même, un exemple de cette image royale fort utilisée à l’époque du petit-fils d’Henri IV. Dans le troisième couplet de cette chanson, on retrouve aussi, double métaphore du statut semi-divin d’Henri, le thème du reverdissement de la France, du retour du printemps :

Veuille o grand Dieu faire qu’en sa couronne,
La sainte paix reverdisse et fleuronne.

  • 11 Paul Mironneau, op. cit., p. 49.

10Si l’auteur fait ainsi référence au retour de la paix, de la prospérité, de l’âge d’or, il effectue ici un jeu de mots notable sur les « fleurons » de la couronne royale qui, en quelque sorte, reverdissent, reprennent de la vigueur, eux aussi après des années de guerre pendant lesquelles la couronne de France, c’est-à-dire la monarchie elle-même, est bafouée11. Dans les deuxième et troisième couplets de cette chanson, Dieu est pris à partie :

  • 12 Extraits de la chanson : Vive Henry, le beau soleil de France, in Paul Mironneau, ibid..

Vive Henri, que Dieu défend et garde
Heureusement dessous sa sauvegarde,
Faisant ployer les mutins sous sa loi,
Vive le roi !12.

11Le fait de prendre ainsi Dieu à témoin et de le faire protecteur d’Henri est aussi un moyen, pour l’auteur, fort favorable au roi de Navarre, de défendre la légitimité d’Henri de Bourbon, peut-être encore mise en doute (la date de composition de cette chanson étant méconnue). Un tel message, il faut le souligner, était en effet très éloquent pour le peuple pieux de ce xvie siècle finissant. Ranger Dieu au côté d’Henri IV était un moyen de démontrer au peuple que c’était bien par décision divine qu’il était devenu roi et par là-même cela renforçait un concept malmené lors des guerres de religion et qui va fortement être remis à l’ordre du jour par Henri IV et ses descendants : la monarchie absolue de droit divin.

2. Le ballet de cour, miroir du monde ou métaphore politique ?

12L’art contribua beaucoup à la réussite de ces desseins royaux. Henri IV, une fois monté sur le trône, appliqua les préceptes de Catherine de Médicis. Initié à la vie de cour dès son plus jeune âge dans l’entourage du roi Charles IX et au contact de la Reine-mère, le Béarnais comprit très vite les exigences de son temps et l’utilisation que l’on pouvait faire de l’art, afin de montrer la grandeur et la richesse du souverain, mais également du pays. Les spectacles grandioses et dispendieux pouvaient en effet démontrer aux visiteurs étrangers que le pays n’était pas si totalement ruiné ni pauvre. Une fois qu’il obtint, sinon la confiance, du moins l’appui des Français, épuisés par les conspirations de la Ligue, des spectacles de grande ampleur furent utilisés pour louer, honorer le roi et lui permettre de propager un message politique. Les fêtes à la cour, sous son règne, firent également partie du programme de gouvernement qu’Henri IV poursuivit.

13Bien différent de la simple chanson populaire, le ballet de cour, spectacle total, lui permit de renforcer son pouvoir royal. Rarement convié à assister à de tels événements, le peuple n’est pas forcément touché, c’est essentiellement aux courtisans et proches du roi que le message est ainsi communiqué. Il n’en reste pas moins que c’est un genre qui joua un rôle très important tant pour les courtisans que pour les souverains. En divertissant les nobles et en les détournant d’éventuels complots ou entreprises séditieuses et des querelles sur le sujet encore brûlant de leur appartenance religieuse, le ballet de cour permettait d’assurer au roi l’unité et la paix au sein de sa cour. Au sujet du duc de Nemours, Henri IV déclara ainsi qu’il le savait tant occupé de musique, de carrousels et de ballets, qu’il n’avait rien à craindre d’un homme passionné par de telles frivolités. En contrepartie, les ballets de cour constituaient pour la noblesse un moyen de célébrer leur roi et par cette action de se faire valoir devant leur souverain. Il en est de même des organisateurs et créateurs de tels spectacles. Courtisans mais aussi Jésuites utilisaient ces spectacles afin de plaire à leur roi, de faire acte d’allégeance ou de rédemption, et se protéger ainsi de possibles représailles. Chacun pouvait ainsi y trouver son compte. Toutefois, à lire les livrets des ballets et les représentations du souverain qui y étaient faites, on comprend que c’est au roi que de tels spectacles profitaient le plus.

2.a. Vers la restauration de la divine harmonie, l’image du roi-sauveur dans les ballets d’Henri

  • 13 La sorcière et ses pouvoirs incarnent le monde du désordre et de la guerre. « La magicienne, et c (...)

14Un autre thème, finalement assez proche de celui du « Roi Soleil » – ce n’est plus désormais par la puissance de ses rayons que le roi dissipe les angoisses de son peuple, mais grâce à son épée, à la force de son courage et à sa bravoure – est celui du « Roi-Sauveur », libérateur, venu délivrer son peuple des méfaits et enchantements d’une mauvaise sorcière et restaure l’ordre du monde. Dans ces ballets, l’obscurité, l’erreur ou le malheur possèdent ainsi un visage, et participent de l’action du spectacle ; bien souvent, c’est sous les traits d’une néfaste enchanteresse que le mal est alors incarné : Circé (le Ballet Comique de la Reyne, 1581 et le Ballet des Argonautes, 1614), Médée (le Ballet de Madame de Rohan, 1593), Alcine, (le Ballet de Monsieur de Vendôme, 1610), Armide (le Ballet de la délivrance de Renaud, 1617) ou Ismen (le Ballet du Roi sur l’aventure de Tancrède en la forêt enchantée, 1619). Ces incarnations du mal, moral ou politique, étaient alors irrémédiablement défaites par l’apparition magique et l’aura du souverain13. Ce dernier prenant part au ballet – du fait de sa seule présence, ou de sa réelle participation chorégraphique – garantissait le retour de la paix et de l’ordre, figuré par l’avènement de l’âge d’or.

  • 14 Sur un sujet emprunté à la Jérusalem délivrée du Tasse, la tragédie en musique Armide constitue l (...)

15En 1572, lors des noces d’Henri de Bourbon et de Marguerite de Valois, Charles IX est ainsi présenté comme le protecteur du paradis et se bat contre les dissidents qu’il réussit à entraîner en enfer (notons qu’à cette époque, Navarre faisait partie des dissidents et fut donc renvoyé en enfer). De même, en 1581, dans le Ballet comique de la Reyne, la néfaste magicienne Circé est vaincue par Henri III triomphant des charmes et des sortilèges qu’elle avait lancés sur la France. Louis XIII, après son père, revêtira lui aussi les chausses du roi-héros. Quelques années plus tard et à la demande de Louis XIV, Lully compose sur ce même sujet la tragédie lyrique Armide14.

  • 15 Denis Crouzet, op. cit., p. 567.
  • 16 Ibid., p. 572.

16Les deux premiers ballets qui servirent à la politique du roi Henri IV s’ancrent dans cette tradition. En plein cœur des guerres fratricides, « le royaume de France est livré au feu. Ce sont les ligueurs, eux-mêmes brûlés par le feu intérieur de leurs passions, qui l’ont allumé par leurs violences »15. Les stances et libelles royalistes veulent dénoncer la déraison des membres de la Ligue qui se sont levés contre leur propre pays et se sont faits bourreaux de leurs compatriotes. Désormais, la France exalte son « roi sauveur qui la recrée dans une durée de bonheur, de richesse et d’abondance […] »16. Donnés par sa sœur Catherine de Bourbon et quelques courtisans à Pau, puis à Tours en 1592 et 1593, ces ballets se présentent comme de véritables reflets des tumultes que la France était en train de traverser depuis bientôt quatre ans et nous plongent directement dans les conflits politiques du moment : les tensions entre protestants et catholiques, la lutte entre Henri de Navarre et les chefs de la Ligue et Philippe II, roi d’Espagne. Ils témoignent également des espérances de ceux qui les ont créés, les ont joués, mais aussi de tout un peuple las des guerres incessantes, des famines et de la main-mise étrangère.

2. b. Les ballets de Catherine de Parthenay17, messagers des astres

  • 17 L’auteur n’est pas indiqué sur le livret qui nous est parvenu, mais il est fort possible que ce s (...)

17Premier ballet à mettre en valeur le nouveau roi, alors même que son pouvoir n’est pas encore assis, le Ballet des chevaliers français et béarnois, représenté à Pau le 23 août 1592, constitue ainsi le premier ballet de propagande royaliste. À première vue, il semble s’inspirer des amours de Catherine de Bourbon, sœur d’Henri qui, depuis plusieurs années, aimait son cousin, le comte de Soissons, Charles de Bourbon-Condé, fils de Louis de Condé. Henri IV, d’abord favorable au mariage de sa sœur, s’était mis à tergiverser du jour où il avait cru voir en lui un prétendant possible à la couronne de France. Il appela dès lors Catherine auprès de lui, à Paris.

  • 18 Les rôles étaient remplis par quelques courtisans proches de la princesse. Messieurs Henri duc de (...)

18Très certainement joué sans grand apparat dans les appartements même de Catherine de Bourbon, ce ballet de cour comptait une dizaine de personnages : quatre chevaliers (deux Béarnais et deux Français), quatre nymphes, Mercure et Cupidon18. Sur scène, les chevaliers béarnais et français se mettent à discuter du choix d’un époux pour Madame : le Français souhaite qu’elle s’unisse à l’un de ses compatriotes, ce à quoi le Béarnais s’oppose fortement. La discorde tourne bien vite au combat, bientôt interrompu par l’arrivée de Mercure, messager des dieux. S’adressant à Catherine de Bourbon et à son frère Henri IV qu’il désigne sous le nom d’Apollon, Mercure explique que Jupiter souhaite que le différend soit et bel et bien tranché par un combat. Ce dernier, néanmoins, doit s’effectuer non plus entre les chevaliers, mais entre les quatre nymphes et Cupidon :

  • 19 Paul Lacroix, Ballets et mascarades de cour d’Henri IV à Louis XIV (1581-1652), Genève, Slatkine (...)

Maintenant, de Jupin, escoutez l’ordonnance […]
Il vous mande, par moy, que le chaste escadron
Des filles de la sœur du divin Apollon
Combattront ce jourdhuy l’enfant de Cytherée,
Pour luy ravir son arc et sa flèche acerée,
Son bandeau et ses feux, et son doré carquois,
Et le faire captif obéir à leurs loix […]19.

19Du dénouement de ce combat dépendra le destin de Madame : si les nymphes réussissent à s’emparer des flèches de l’Amour, les chevaliers béarnais l’emporteront et Catherine de Bourbon pourra rester en Navarre ; si Cupidon sort vainqueur de ce combat, Catherine devra se soumettre à la volonté de son frère de l’éloigner de Soissons et devra se marier hors des frontières du Béarn. La joute entre Cupidon et les quatre nymphes se joue, sous forme de ballet, sous les yeux des spectateurs et du roi. L’amour en revient victorieux ; le destin de Madame est désormais scellé. Le chevalier béarnais rend ses armes au Français, comme les nymphes rendent leurs arcs à l’Amour. Ces dernières entonnent alors une chanson, hymne en l’honneur de la paix retrouvée :

  • 20 Ibid., p. 107.

Jupin vous faict sçavoir qu’avant que vostre lance
S’employe à ruiner les haineux de la France,
Il veut que, [vous] monstrer que vous estes d’accord,
Et que vous avez mis fin à vostre discord […]20.

  • 21 Margaret Mac Gowan, op. cit., p. 57.

À ces vers, succède le ballet final qui, dansé par tous les personnages, témoigne de la réconciliation des chevaliers, et représente, par ses mouvements harmonieux, « l’accord de tous et leur espoir d’une paix durable »21.

20Il ne faut pas s’y méprendre ; si l’amour entre Catherine et Soisson semble être le sujet principal de ce ballet, les chevaliers béarnais (qui symbolisent finalement l’ensemble des protestants) et français (les catholiques) se disputant ainsi à propos d’un époux pour Madame et bien que la religion ne soit à aucun moment clairement mentionnée, c’est bien de la guerre civile dont il est question. Ce ballet est une allégorie, il constitue l’expression des espoirs du peuple français fatigué des guerres fratricides qui se succèdent sur leur sol. Il traduit aussi les vœux de nombre de Français de se débarrasser de la présence des armées espagnoles sur leur sol, exhortant les gentilshommes de France et de Navarre à s’unir face aux ennemis de la paix et à se battre au côté du roi Henri :

  • 22 Paul Lacroix, op. cit., p. 102.

Finissez voz debats, tournez vostre fureur
Sur les perturbateurs du repos de la France, […]
Allez viste, courez, endossez les harnis
Pour renger les Ligueurs soubz le joug de voz loix,
Passez les Pyrenés, et domptez la furie
Des traistres nourrissons de la fiere Iberie […]22

Mercure promet des victoires futures contre l’Espagne :

  • 23 Ibid.

Au vouloir de leur Roy, les peuples Iberides
Replanteront les lis ès terres Gebusides […]23.

Il conclut en des termes élogieux pour le souverain de Navarre :

  • 24 Paul Lacroix, op. cit., p. 106.

Que la France divisée,
Par son bon cœur appaisée,
Sente le fruict d’une paix,
Et soubz le regne prospere
Du grand Henry, vostre frere,
Reste heureuse pour jamais […]24.

21À l’image d’autres libelles, stances et littérature de propagande politique, le dessein de ce ballet est clair. Il s’agit non seulement de réaffirmer le pouvoir royal affaibli par des projets monarchomaques, mais également de susciter le sentiment qu’une communauté nationale, bien au-dessus des luttes assassines et des dissensions religieuses, est en marche.

  • 25 Les rôles étaient joués par Mlle de Rohan, Catherine de Parthenay, Mlle de Sourcelles, Mlle de Bea (...)
  • 26 D’abord considérée comme une bonne fée, elle est devenue dans de nombreux récits une prêtresse ma (...)

22En 1593, à Tours, un nouveau ballet – le Ballet de Madame de Rohan – fut représenté devant le roi. Dix personnages25 y figurent : Médée, quatre nymphes, deux chevaliers français, deux chevaliers espagnols et une Sybille. Le spectacle présenté au public, à Catherine et à Henri, au lever de rideau, est désastreux. Sur la scène qui représente un camp, Médée26 est assise sur un trône surplombé par un mât qu’ornent les armes triomphantes d’Espagne. Cette dernière se réjouit de sa gloire, et, dans une tirade, clame toute l’étendue de son pouvoir et des enchantements. Les quatre nymphes apparaissent à la fin de ces vers et devant la vision de Médée victorieuse et des armes de France et de Navarre jetées à terre, s’insurgent :

  • 27 Paul Lacroix, op. cit., p. 120.

O Dieu, qui vois cela, quelle cruelle guerre
Peut ravir aux François le cœur et la raison ?
Ma sœur, voyez-vous pas les Lis couchez par terre,
De leur cheute honorans l’Espagnolle Toison ?27

23Les desseins de ce ballet sont clairs. Il s’agit pour ses auteurs de réveiller l’ardeur guerrière des gentilshommes – tant français que béarnais – contre l’ennemi commun et de fédérer autour du souverain la noblesse d’épée. Apercevant les deux chevaliers français, les nymphes les invitent ainsi à venger l’outrage espagnol :

  • 28 Paul Lacroix, op. cit., p. 124.

Voyez ces chevaliers, dont la fiere arrogance
Triumphe de l’honneur de Navarre et de France ;
Tournez là vostre estroc, faisant qu’à leur malheur
Ils sentent ce que peut la françoise valeur28

24Avant d’entamer les hostilités envers les chevaliers espagnols, les deux combattants français décident de consulter la Sybille qui promet la victoire aux chevaliers français et aux quatre nymphes ; le sauveur de la France (on retrouve ainsi le thème du roi sauveur) sera Henri aidé de sa sœur Catherine ; ce sont eux qui conjureront les enchantements funestes de Médée :

  • 29 Ibid., p. 126.

Sçachez donc, Chevaliers, que la Sœur et le Frere,
Soubz qui vous est promis un succez tant prospere,
Sont ces deux Astres clairs, tant honorez de vous,
Soubz qui tous vrais François flechissent les genoux […].
Assez proches de vous sont la Sœur et le Frere,
Pour vaincre par leur heur l’influence contraire
Des destins ennemis. Allez donc seulement,
Car leur nom prononcé rompt tout enchantement,
Et du fier Castillan la fatale ruine
Doit honorer le los d’Henry et de Catherine29.

Sûrs de la victoire, les chevaliers français glorifient Henri et Catherine :

  • 30 Ibid.

De l’invincible Henry, le nom et la valeur
J’appelle en ce combat, pour me porter bonheur […]30.

Les trompettes plantent le décor et sonnent la charge des chevaliers français. Comme prévu, les Français l’emportent, redressent les armes de France et de Navarre et amènent leurs prisonniers devant le roi et Catherine.

25Le message de ce ballet est on ne peut plus limpide, le texte parle de lui-même. Il traduit les vœux de tous les Français de ce temps de se libérer du joug espagnol. Il ne s’agit plus d’une guerre civile entre Français et Béarnais ; ce combat a déjà été livré. Les victoires d’Henri IV mettent de plus en plus à mal les desseins de la Ligue. Il reste toutefois une ennemie véritable : l’Espagne. Le 26 Janvier 1593, les États généraux de la Ligue se sont réunis à Paris. Ces derniers contestent toujours la légitimité d’Henri de Bourbon et désirent désigner un nouveau roi. Philippe II souhaite obtenir le trône pour sa fille l’infante Claire-Isabelle, petite-fille d’Henri II par sa mère, et tente de soudoyer quelques membres de la réunion envoyant un ambassadeur à Paris. Le ballet de Madame de Rohan ne manque d’ailleurs pas d’y faire allusion. Les lys de France et les chaînons de Navarre gisant sur la scène suggèrent la dangereuse situation du roi et de la France.

  • 31 Paul Lacroix, op. cit., p. 121.

26Les Espagnols sont déterminés à s’emparer de la couronne de France et à assujettir son peuple ; à ces fins, ils corrompent les Français et ne combattent pas loyalement Henri de Bourbon. Ainsi, le « Castillan barbare », « ce peuple mutin […] regorgeant des trésors, [de l’or d’Amérique mais également du fait de l’annexion de la Navarre] injustement acquis »31 pervertit le Français en répandant l’or corrupteur, et le Français lui vend sa liberté. L’auteur du ballet de Tours se fait donc l’interprète du sentiment national et exalte le peuple français à demeurer fidèle au successeur choisi par Henri III et à combattre l’ennemi espagnol à ses côtés.

  • 32 Margaret Mac Gowan, op. cit.

27Margaret Mac Gowan, qui a fait une description précise de ces ballets dans son étude32, a mis en évidence le rôle politique qui leur était dévolu. Moyen de propagande privilégié de l’exaltation et de l’adulation de la personne royale, le ballet de cour participe véritablement au pouvoir monarchique. Mettant en scène, en représentation, l’essence divine du souverain, le ballet aulique concourt véritablement à l’affirmation et au rétablissement de la puissance royale. Après ces temps de guerres religieuses, l’unité du pays et l’autorité royale centralisatrice étant sérieusement remises en question, il est indispensable pour le nouveau roi de réussir à imposer solidement sa souveraineté comme l’unique source possible de prospérité et de paix intérieure pour le royaume. Ce sera à Catherine de Bourbon d’orchestrer ainsi, via ces ballets et sa présence à la cour, cette vaste opération de reconquête idéologique, afin d’asseoir durablement la position de son frère. Ces ballets ont également une dimension didactique très importante. Pour Catherine de Bourbon comme pour Catherine de Médicis, le ballet de cour est un moyen de communication essentiel et participe non seulement de l’éducation artistique, mais aussi politique des jeunes nobles et courtisans, leur enseignant leur place et leur rôle de bons et loyaux sujets. Ces trois ballets épousent la cause de Catherine, ainsi que celle de son frère ; les jeunes courtisans présents intègrent tout naturellement les revendications du roi et de Madame, et les directives qui y sont enseignées.

  • 33 Corrado Vivanti, Guerre civile et paix religieuse dans la France d’Henri IV, Paris, Édition Desjo (...)
  • 34 Il convient de souligner également que ces trois ballets, donnés par Catherine à son frère, inaug (...)

28Nous devons toutefois relever deux autres aspects de ces ballets, à la fois reflets de l’actualité mais aussi spectacles prophétiques. À une époque tant attirée par les prophéties des grands astrologues, notons, en effet, leur dimension divinatoire. Des signes avant-coureurs de la victoire de la France sur l’Espagne et la Ligue étaient-ils perceptibles ? Nous ne pouvons le dire. Dans son ouvrage, Corrado Vivanti33 parle bien de signes d’essoufflement, de critiques face à la Ligue et l’Espagne, mais ces ballets joués cinq ans avant la promulgation de l’Édit de Vervins et de l’Édit de Nantes sonnent véritablement comme une prédiction. Est-il alors seulement question ici d’une fastueuse célébration de la foi et de la confiance en le roi et en ses actions futures ? Ces ballets, uniques dans le paysage français en ces années de guerres, doivent-ils seulement être considérés comme une sorte d’incantation pour le retour de la paix ? Le pouvoir de la musique, reflet de la divine harmonie, de l’harmonie des sphères, dont le corps dansant des ballets se veut le reflet terrestre, est-il ainsi invoqué ? Il est bien évident que de tels questionnements et suppositions ne peuvent se poser qu’au vu et au su de l’évolution des événements et des actions futures ; il en aurait été tout autrement si les actions menées par le roi Bourbon ne s’étaient soldées de la sorte. Il est intéressant cependant de souligner cet aspect annonciateur, originalité de ces ballets, qui plus est les premiers du règne34. Les ballets, par la suite, sont plutôt bâtis en réponse à l’actualité. Mises en abyme des événements importants et des personnalités de l’époque, les ballets de cour mettent dès lors en scène la « réalité », déformée par le prisme du théâtre. Le roi, tout autant acteur que spectateur, y tient le rôle principal : astre solaire autour de qui dansent et gravitent les courtisans, vers qui se tournent tous les regards. Il en va ainsi du ballet d’Alcine.

2. c. La prophétie se concrétise, éloges au triomphateur 

  • 35 Ce ballet obtint très certainement un grand succès puisqu’il fut joué trois fois : dans la grande (...)

29Sous le règne d’Henri IV, où les ballets à sujet burlesque l’emportent largement, un ballet développa le thème du roi sauveur une dernière fois avant la mort tragique du souverain. Ainsi, le Ballet de Monsieur de Vandôme, joué en la Grande Salle du Louvre en janvier 161035, fut-il donné tandis que, depuis plusieurs années déjà, le premier représentant de la dynastie Bourbon régnait sur un pays apaisé, enfin calmé. La diplomatie du roi avait contenté catholiques et protestants, sa tolérance avait rendu tranquilles et obéissants les seigneurs cabaleurs, et sa politique économique avait permis aux richesses du royaume de croître de jour en jour. Son prestige à l’étranger était également tout assuré.

30En ces circonstances, le thème de la délivrance se prêtait admirablement bien aux intentions politiques de l’inventeur. Il s’agissait de mettre en relief la gloire du libérateur et protecteur de la France, c’est-à-dire le souverain lui-même. Comme dans les chansons de propagande royaliste, le monarque fait tout à la fois figure de souverain vengeur et bienfaiteur, de sauveur et restaurateur de l’ordre. Il faut voir ainsi, dans la démarche du concepteur de ce ballet, un désir d’exalter la gloire et la justice royale par le biais d’un spectacle, miroir du monde, qui opposerait ce souverain magnanime aux forces du mal, à l’origine du désordre et de l’oppression. La victoire en reviendrait bien évidemment au roi qui, vainqueur de l’hydre ligueuse et du fourbe Espagnol, ne fera qu’une bouchée de la néfaste sorcière censée les représenter.

  • 36 Cf. texte du récit d’Alcine en annexe.

31Ce ballet débute avec l’entrée de la magicienne Alcine. Cette dernière se déplace jusque devant l’estrade du roi et, dans une longue tirade, clame sa gloire et se vante d’avoir transformé douze chevaliers en créatures grotesques : des grosses tours, des grandes demoiselles, des pots de fleurs, des hiboux, des moulins à vent et des basses de violes. Bien vite toutefois, sous le regard du roi et des spectateurs, la délivrance des chevaliers métamorphosés commence, ces derniers en rendent grâce au roi. La magicienne entre alors dans une colère noire36 ; furieuse contre ses infidèles serviteurs qui n’ont pas su résister à la force royale, elle se précipite devant Henri IV pour le défier, puis quitte la scène. Le rideau sur lequel on pouvait voir une forêt se lève alors. Le château enchanté apparaît ; sur ses murs, on peut lire la prophétie suivante : « Le fameux lyon seulement défera cet enchantement ». Bien évidemment, ce lion qui défera l’enchantement d’Alcine n’est autre qu’Henri IV.

  • 37 « Le ballet devient alors la représentation du transfert de pouvoir des mains d’une magicienne, q (...)

32On comprend dès lors combien le souverain est associé au spectacle qui se joue devant ses yeux. Plus encore que dans les autres ballets, il paraît évident que le roi tient un rôle actif dans le scénario et le déroulement du ballet, il n’est en rien un simple spectateur : le théâtre et la salle sont construits de telle façon qu’Alcine puisse descendre de l’estrade par deux fois afin d’associer le souverain à la représentation. La portée politique de ce ballet est clairement affichée et ce dès les premières pages du livre. L’argument précise bien l’importance du rôle tenu par Henri, en annonçant que les cavaliers errants seront délivrés de leur enchantement par « la seule veuë du plus grand Roy de la Terre ». Le roi est le sauveur de ces chevaliers dans le théâtre, comme il l’est de son peuple dans la réalité. Il est le garant de l’harmonie terrestre, plus puissant que la magie d’Alcine qui se trouve bien vite vaincue37. La valeur d’Henri IV est connue, la délivrance de son peuple n’est plus espérée, ni attendue, mais bel et bien accomplie. Ce ballet en est le reflet. Au dessus des hommes, puisqu’il n’est pas physiquement incarné par un personnage de théâtre et qu’il n’endosse aucun costume, il agit de manière quasi divine. Sa seule présence est un enchantement, elle seule permet au contre-pouvoir d’opérer.

33Le décor est d’ailleurs utilisé afin de souligner plus encore la grandeur du roi, de son pouvoir, mais aussi la réussite de sa politique : il constitue ainsi, pour un spectateur étranger, un signe de la prospérité retrouvée du royaume. Les organisateurs de ce ballet firent appel à l’un des plus grands machinistes italiens : Francini. On trouve ainsi des décors prodigieux. La forêt était représentée sur des toiles, des rideaux suspendus. Ces toiles étaient probablement transparentes, afin que l’on puisse voir, en arrière-plan, le château enchanté placé au fond de la scène. Ce palais allait lui-même disparaître grâce à des châssis coulissants tirés vers les deux côtés de la scène. L’emploi de ce genre de décor et de machineries permettait de donner une impression de perspective et une réalité encore jamais atteinte dans les ballets d’Henri IV.

  • 38 La danse géométrique ou horizontale, employée dans ce ballet de cour, est un procédé utilisé dans (...)
  • 39 Sous Henri IV, le premier ballet qui utilisa ce procédé fut un ballet représenté en Lorraine chez (...)
  • 40 D’autres figures encore représentent ou signifient : « pouvoir supresme », « l’ambitieux désir, le (...)

34La chorégraphie contribue également à propager un message politique. Les inventeurs du ballet se sont ici servis de l’architecture de la salle pour le délivrer. Il n’y a plus seulement le verbe qui honore le roi de France, la danse y participe également. Les interprètes dessinent sur le plancher de la scène des figures géométriques38 inspirées de l’alphabet druidique (récemment retrouvé, indique l’auteur) qui ont une portée allégorique. Pour pouvoir comprendre la signification de ces allégories, les spectateurs devaient voir les danses « d’en haut », depuis les galeries des deux côtés de la salle ou depuis les gradins qui surmontaient la scène39. Chacune des figures représentait une vertu du souverain : parmi les douze combinaisons possibles, une double flèche signifie « constance éprouvée », un épi exprime « peine agréable », un losange inscrit dans un carré signifie « vertueux dessein »…40

  • 41 Genre qui naquit sous le règne d’Henri IV sous l’impulsion conjuguée de Malherbe et de Lingendes (...)

35Enfin, la musique : on peut constater que le compositeur de ce dernier ballet, Pierre Guédron, surintendant du roi, fait preuve d’une plus grande maîtrise d’écriture. Les deux ballets, représentés devant Henri IV et sa sœur en 1592 et 1593, comportent bien de longs récits déclamés et plusieurs chants de combats, mais dans ces représentations au sujet politique, voire patriotique, c’est bel et bien le texte qui prime : la musique est sacrifiée à la poésie. La musique instrumentale n’est utilisée que pour planter le décor de l’action (les charges militaires et le triomphe des victoires sont sonnés par les trompettes, les violons quant à eux créent une atmosphère divine, onirique, lors de la consultation de l’oracle…). Le ballet d’Alcine ouvre le cycle des ballets qu’on peut appeler mélodramatiques41. S’inspirant de musiciens italiens venus à la cour de France, tels Caccini et Péri, Pierre Guédron travailla à traduire musicalement les sentiments des personnages, véhiculés par la poésie, par une ornementation plus riche, ou encore par des motifs descriptifs. Les récits du ballet d’Alcine marquent ainsi un grand progrès : la déclamation est plus nuancée, plus naturelle, plus variée également.

  • 42 Voir François Bardon, op. cit.,p. 228.

36Ce dernier ballet marque ainsi la consécration du roi Henri IV. On peut remarquer qu’à travers les différents ballets « politiques » de son règne, il est possible de suivre la progression de l’image du roi, la croissance du pouvoir royal42 : en 1592, le combat du chevalier français et du chevalier béarnais renvoie aux guerres fratricides ; en 1593, c’est l’Espagne qui, sous les traits de Médée, constitue la plus grande ennemie du royaume de France. Mais sa défaite, comme la paix retrouvée entre les Français des deux confessions, est déjà présagée dans les ballets de cour donnés devant Henri de Bourbon. Après des années de guerres civiles, sa diplomatie ayant contenté les catholiques comme les protestants, l’ordre dans les finances de la France étant rétabli grâce aux efforts de Sully, le roi Henri a gagné la confiance des Français, le pays est relevé. En 1610, le thème de la délivrance, véritablement accomplie, consacre le triomphe définitif du premier représentant de la dynastie Bourbon.

Haut de page

Annexe

« Chanson nouvelle sur la réjouyssance des bons François à l’honneur du roy de France et de Navarre », 1595 (se chante sur l’air : « Montmorancy, te souvienne de Pienne »).

Voicy la saison plaisante,
Florissante,
Que le beau printemps conduict ;
Voicy le soleil qui chasse
Froide glace,
Voicy l’esté qui le suit.
Voicy l’amoureux Zéphire
Qui souspire
Parmy les sentes des fleurs ;
Voicy Flora, sa mignonne,
Qui luy donne
Un baiser tout plein d’odeurs.
Voicy Pomona la belle
Qui près d’elle
Voit son amy Vertumnus ;
Voicy Vertumnus qui, d’aise,
La rebaise,
Mille fois le jour et plus.
Voicy Vénus Cythérée
Bien parée,
Qui tient Mars enamouré,
Ses grâces et mignardises
Bien apprises
Des combats l’ont retiré.
Voicy du sainct Mont-Parnasse
L’humble race
De Jupiter qui descend ;
Voicy toute ceste plaine
Desjà pleine
De son doux fruict plus récent.
Voicy des nymphes cent mille
À la file,
Qui sortent des eaux et bois,
Chantant toutes ensemble,
Ce me semble,
Le noble sang Bourbonnois.
Dieu vous gard’, troupes gentilles,
Dieu gard’ filles,
Dieu vous gard’ toutes et tous.
De grâce où allez-vous, belles
Immortelles ?
S’il vous plaist, dites-le nous.
Nous allons chassant discorde,
En concorde
Maintenant ici vivons :
Nous t’offrons, à ta vaillance,
Roy de France,
Et Mars vaincu te livrons.
Roy généreux, franc et sage,
Ton partage
T’est si justement acquis
Que par l’Union perverse
Qui renverse
Jamais ne sera conquis.
Jouis donc des verds boccages
Et rivages,
Jouis des fruicts de nos champs.
Nous sommes de ton lignage
L’héritage
Malgré l’Espagnol meschant.

Extraits de la chanson Vive Henry, le beau soleil de France.

« Vive Henry, le beau soleil de France »
Vive le beau soleil de France,
Paré d’honneur, de bonheur, de vaillance,
De piété, de clémence et de foi,
Vive le Roi !
Vive Henri, que Dieu défend et garde
Heureusement dessous sa sauvegarde,
Faisant ployer les mutins sous sa loi,
Vive le Roi !
Veuille, o grand Dieu, faire qu’en sa couronne,
La sainte paix reverdisse et fleuronne.
Lors tous Français chanteront avec moi,
Vive le Roi !

Extraits du « Ballet des chevaliers françois et béarnois représenté devant Madame, à Pau, le 23e jour d’Aoust 1592 ».

S’adressant à Catherine de Bourbon et son frère Henri IV, Mercure explique que Jupiter désire que le combat s’effectue non plus entre les chevaliers français et béarnais, mais entre les quatre nymphes et Cupidon :

Maintenant, de Jupin, escoutez l’ordonnance
Et prestez attentifs l’oreille à sa sentence.
Il vous mande, par moy, que le chaste escadron
Des filles de la sœur du divin Apollon
Combattront ce jourdhuy l’enfant de Cytherée,
Pour luy ravir son arc et sa flèche acerée,
Son bandeau et ses feux, et son doré carquois,
Et le faire captif obéir à leurs loix […].

Cupidon revient vainqueur. Mercure revient alors et formule des vœux de bonheur à Catherine de Bourbon :

Voicy de Cupidon la dextre glorieuse,
Qui, de ce beau combat, revient victorieuse.
Vainqueur, il a vaincu cet escadron chasseur,
Qui, hardy du combat, pensoit avoir l’honneur
Du grand Dieu portefeux, et des Nymphes vaincues. […]
Qu’on lui dresse une pompe, et la voix esclatante
De cent et cent clairons, sa victoire nous chante ;
Cent fiffres, cent tambours et cent luths doux-sonnant,
Nous chantent la vigueur de ce bras triomphant […].

Puis, s’adressant à Catherine :

Il [Cupidon, dieu de l’amour] veut tant seulement, caché dedans voz yeux,
Vous choisir pour mary un Prince valeureux,
Jeune, heureux et hardy, qui ait sa renommée,
Par ses braves exploits en mille lieux semée […]
Afin que, joincte à luy, par un sainct mariage,
Vous puissiez passer le reste de vostre aage
En cent mille plaisirs, et qu'au bout de quatre ans,
Qui, quelque jour, parmy les effects de Bellonne,
Courageux, soutiendront la royale couronne […].
L’auteur de ce ballet exhorte ensuite les gentilshommes de France et de Navarre à s’unir face aux ennemis de la paix et à se battre au côté du roi Henri IV :

Finissez voz debats, tournez vostre fureur
Sur les perturbateurs du repos de la France,
C’est un tresbeau subject pour monster sa vaillance.
Allez viste, courez, endossez les harnis
Pour renger les Liguerurs soubz le joug de voz loix,
Passez les Pyrenés, et domptez la furie
Des traistres nourrissons de la fiere Iberie […].

Mercure évoque de futures victoires contre l’Espagne et l’Italie :

Au vouloir de leur Roy, les peuples Iberides
Replanteront les lis ès terres Gebusides,
Et versans leur fureur sur les champs Milanois,
Feront les fiers Lombards obeir à leurs loix.

Extraits du « Ballet de Madame de Rohan, représenté devant le Roy à Tours en 1593 ».

Les spectateurs découvrent la scène qui représente un camp. Médée est assise sur un trône surplombé par un mât qu’ornent les armes triomphantes d’Espagne, tandis que celles de la France et de la Navarre gisent à terre. Les quatre nymphes apparaissent et, devant la vision de Médée victorieuse et des armes françaises jetées à terre, elles s’insurgent :

O Dieu, qui vois cela, quelle cruelle guerre
Peut ravir aux François le cœur et la raison ?
Ma sœur, voyez-vous pas les Lis couchez par terre,
De leur cheute honorans l’Espagnolle Toison ?
Helas ! ma sœur, je vois ce Castillan barbare,
Regorgeant de tresors acquis injustement,
Qui foule encor aux piedz l’ecusson de Navarre,
Et faut qu’à son trophée il serve d’ornement.

Apercevant les deux chevaliers français, les nymphes les invitent à venger l’outrage espagnol :

Voyez ces chevaliers, dont la fiere arrogance
Triumphe de l’honneur de Navarre et de France ;
Tournez là vostre estroc, faisant qu’à leur malheur
Ils sentent ce que peut la françoise valeur.

La Sybille promet la victoire aux chevaliers français et aux quatre nymphes ; le sauveur de la France sera Henri aidé par Catherine sa sœur ; c’est eux qui briseront l’enchantement de Médée :

Sçachez donc, Chevaliers, que la Sœur et le Frere,
Soubz qui vous est promis un succez tant prospere,
Sont ces deux Astres clairs, tant honorez de vous,
Soubz qui tous vrais François flechissent les genoux.
Le Frere est ce Henry, dont la rare vaillance
Faict trembler l’univers au seul bruit de sa lance [...]
Sa Sœur, dont la vertu toutes autres surpasse,
A surmonté l’hyver, les neiges et la glace,
Pour voir ce Frere cher, son désiré souhait,
Signe seur que l’Oracle aura bien tost effect […]
Assez proches de vous sont la Sœur et le Frere,
Pour vaincre par leur heur l’influence contraire
Des destins ennemis. Allez donc seulement,
Car leur nom prononcé rompt tout enchantement,
Et du fier Castillan la fatale ruine
Doit honorer le los d’Henry et de Catherine.

Sûrs de la victoire, les chevaliers français glorifient Henri et Catherine :

De l’invincible Henry, le nom et la valeur
J’appelle en ce combat, pour me porter bonheur […].

Puis, le combat commence, les injures fusent des deux parts :

Miserables François, foibles audacieux,
Osez-vous bien mouvoir à l’Espagnol la guerre,
L’Espagnol, chef du monde et favori des Dieux ?
A Jupiter le Ciel, à Philippe la terre.
Ce à quoi un des chevaliers français répond :

Ha ! pauvre outrecuidé, quel superbe dessein
Pour glorieusement te rendre misérable !
Hélas ! n’attens les coups de ma pesante main :
Un tel trespas pour toy seroit trop honorable.

Comme prévu, les Français l’emportent, redressent les armes de France et de Navarre et amènent leurs prisonniers devant le roi et Catherine. Henri reçoit les deux chevaliers espagnols :

Grand Roy, dont le bonheur rend la victoire nostre,
Le grand prisonnier est vostre, à vous seul je le doy ;
Je le vous offre donc, car puis que je suis vostre,
C’est à vous qu’appartient tout ce qui est à moy.

Médée, quant à elle, se rend finalement elle aussi à Catherine :

Madame, nous vous offrons aux pieds de vostre Altesse
Médée, que le Sort contraint à confesser
Que son sçavoir exquis cede à vostre sagesse,
Et que vostre vertu peut son art surpasser.

Extraits du « Ballet d’Alcine représenté, pour la première fois dans grande salle du Louvre en 1610 ».

La magicienne Alcine fait son entrée par la forêt. Elle se déplace jusque devant l’estrade du roi et se vante d’avoir transformé douze chevaliers en créatures grotesque :

Sortez chevaliers sortez
Tesmoignez à ces beautés,
Que ma science profonde
Peult tout changer, et faire un autre monde.

À la vue seule du roi Henri, la délivrance des chevaliers métamorphosés commence toutefois. Alcine rentre dans une colère noire et déclame :

Noires fureurs, ombres sans corps,
L’effroy des vivans et des morts
Trompeuse bande que j’appelle
Impuissante, ou bien infidèle.
J’ayme bien mieux dans les Enfers,
Entre les flammes et les fers,
Me voir sans mourir embrasée,
Que vivre, et me voir mesprisée.

Haut de page

Notes

1 Paul Mironneau, Chansonnier Henri IV, Pau, Pin à Crochets, 1999, p. 15.

2 Denis Crouzet, Les guerriers de Dieu, la violence au temps des troubles de religion, Seyssel, Champ Vallon, 1990, p. 570.

3 Guillaume Joly, « Le Panegyrique ou discours des Louanges du Roy Henry IIII » cité par Denis Crouzet, ibid., t. 1, p. 571.

4 Ibid., p. 571.

5 Extraits de la Chansons nouvelle sur la réjouyssance des bons françois à l’honneur du Roy de France et de Navarre, Leroux de Lincy, Recueil de chants historiques français, Paris, Adolphe Delahays librairie, [s.d], p. 565-567.

6 On retrouve cette même métaphore du soleil printanier qui fait revivre toutes choses, quelques années plus tard, dans le Ballet de Flore (donné au grand salon des Tuileries en 1669) composé par Lully et dans lequel Louis XIV joue deux rôles : celui de Cérès, puis d’Apollon lui-même.

7 Françoise Bardon, Le portrait mythologique à la cour de France sous Henri IV et Louis XIII, mythologie et politique, Paris, A. et J. Picard, 1974, p. 228.

8 C’est cette supériorité du roi que les fêtes de cour vont traduire sous forme de symboles, d’images et d’allégories. Comme le note Roy Strong, « prendre ces spectacles pour de simples flagorneries reviendrait assurément à ne rien comprendre à leur nature authentique ; ils étaient, en fait, l’expression d’une réalité politique où l’on considérait les princes et les monarques comme une race semi-divine, n’ayant plus rien à voir avec le commun des mortels ». Roy Strong, Les fêtes de la Renaissance (1450-1650) : art et pouvoir, Arles, Solin, 1991, p. 79.

9 Denis Crouzet, op. cit., p. 579.

10 Cette image du roi-soleil est un des leitmotive de nombreuses chansons, mais aussi stances, ballets de cour et entrées royales sous le règne d’Henri IV, puis de ses successeurs. Déjà présent dans un des ballets de cour imaginés par Madame de Rohan, Paul Mironneau note que ce thème fut employé par un protestant nommé Pontaymeri dans un Hymne au roi paru en 1595 : « Soleil de notre temps, lumière des guerriers qui fais naître sous toi la palme et les lauriers ». Paul Mironneau, op. cit., p. 49.

11 Paul Mironneau, op. cit., p. 49.

12 Extraits de la chanson : Vive Henry, le beau soleil de France, in Paul Mironneau, ibid..

13 La sorcière et ses pouvoirs incarnent le monde du désordre et de la guerre. « La magicienne, et c’est là une nouveauté par rapport à l’Antiquité incarne donc avant tout la figure de la Discorde ». Marianne Closson, L’imaginaire Démoniaque en France (1550-1650), Genève, Droz, 2000, p. 91.

14 Sur un sujet emprunté à la Jérusalem délivrée du Tasse, la tragédie en musique Armide constitue la dernière collaboration entre le compositeur Jean-Baptiste Lully et le librettiste Philippe Quinault. Elle fut composée en 1686 à la demande de Louis XIV, qui en choisit lui-même le sujet, et fut représentée pour la première fois le 15 février de cette même année, en présence du Grand Dauphin.

15 Denis Crouzet, op. cit., p. 567.

16 Ibid., p. 572.

17 L’auteur n’est pas indiqué sur le livret qui nous est parvenu, mais il est fort possible que ce soit Catherine de Parthenay, dame de Rohan, amie et familière de la cour de Catherine de Bourbon. « L’œuvre a été attribuée par M. Paquot à Catherine de Parthenay, vicomtesse de Larcheveque, dame de Soubize, dame d’honneur de Catherine de Bourbon » indique Margaret Mac Gowan (L’art du ballet de cour en France 1581 – 1643, Paris, Centre national de recherches scientifiques, 1963, p. 54). C’est aussi ce que Raymond Ritter semble penser ; son titre même en est la preuve : Catherine de Parthenay, Dame de Rohan : Ballets allégoriques en vers 1592-1593, écrit-il en en tête de son ouvrage dans lequel il restitue les livrets des trois ballets (Raymond Ritter, Catherine de Parthenay, Dame de Rohan : Ballets allégoriques en vers 1592-1593, Paris, Édouard Champion, 1927).

18 Les rôles étaient remplis par quelques courtisans proches de la princesse. Messieurs Henri duc de Rohan et Benjamin Seinguer de Soubise, tous deux fils de Catherine de Parthenay, jouaient le rôle des deux chevaliers français. Les deux chevaliers béarnais furent représentés par Messieurs de Genissac, sieur du pays d’Entre-deux-Mers en Guyenne et de Boitenau. Deux demoiselles de Rohan et Mesdemoiselles Charlotte d’Apchier des Bessons, et de Sourcelles, demoiselles d’honneur de Catherine de Parthenay, tenaient le rôle des quatre nymphes. « Les rôles de Mercure et de Cupidon [quant à eux] ne sont pas indiqués dans le livret. On se demande si Sully lui-même n’a pas pris part à ce ballet, il parle avec reconnaissance de Catherine, "Madame, sœur du Roy prenant la peine elle-mesme, de vous [à Sully] montrer les pas d’un Balet, dont elle vouloit que vous fussiez, et de fait vous le dançates huict jours apres devant le Roy" ». Margaret Mac Gowan, op. cit., p. 56.

19 Paul Lacroix, Ballets et mascarades de cour d’Henri IV à Louis XIV (1581-1652), Genève, Slatkine Reprints, 6 vols. , (réimpression de l’édition de Genève, J. Gay, 1868), 1966, t. 1, p. 97.

20 Ibid., p. 107.

21 Margaret Mac Gowan, op. cit., p. 57.

22 Paul Lacroix, op. cit., p. 102.

23 Ibid.

24 Paul Lacroix, op. cit., p. 106.

25 Les rôles étaient joués par Mlle de Rohan, Catherine de Parthenay, Mlle de Sourcelles, Mlle de Beauvois (les quatre nymphes), M. de Rohan et M. de Soubize (les deux chevaliers français), M. de Genissac et M. de Boitenau (les deux chevaliers espagnols) et Mlle Anne de Rohan (la Sybille). La personne qui représentait Médée n’est pas désignée dans le livret.

26 D’abord considérée comme une bonne fée, elle est devenue dans de nombreux récits une prêtresse maléfique.

27 Paul Lacroix, op. cit., p. 120.

28 Paul Lacroix, op. cit., p. 124.

29 Ibid., p. 126.

30 Ibid.

31 Paul Lacroix, op. cit., p. 121.

32 Margaret Mac Gowan, op. cit.

33 Corrado Vivanti, Guerre civile et paix religieuse dans la France d’Henri IV, Paris, Édition Desjonquères, Collection La mesure des choses, 2006.

34 Il convient de souligner également que ces trois ballets, donnés par Catherine à son frère, inaugurent les différents thèmes (celui du Soleil, de la délivrance, les allusions aux faits historiques récents) qui seront repris par la suite et constituent en cela une sorte de réservoir d’idées, de thèmes, tout en donnant une impulsion sur le plan idéologique et politique. On développe ainsi toute une imagerie qui sera récupérée et largement utilisée par la suite par le système monarchique.

35 Ce ballet obtint très certainement un grand succès puisqu’il fut joué trois fois : dans la grande salle du Louvre, puis deux fois à l’Arsenal. Comme pour les autres ballets, les interprètes n’étaient pas des professionnels, mais les courtisans eux-mêmes : Monseigneur le duc de Vendôme (âgé de quatorze ans), fils légitimé de Henri IV et de Gabrielle d’Estrées, est le chef du ballet.

36 Cf. texte du récit d’Alcine en annexe.

37 « Le ballet devient alors la représentation du transfert de pouvoir des mains d’une magicienne, qui par ses excès bouleverse toute chose, entre celles d’un roi juste et raisonnable qui victorieux y mettra de l’ordre », Margaret Mac Gowan, op. cit., p. 76.

38 La danse géométrique ou horizontale, employée dans ce ballet de cour, est un procédé utilisé dans de nombreux divertissements italiens du xvie siècle, par le clan des Médicis notamment. C’est d’ailleurs un Italien, Balthazar de Beaujoyeux, qui travailla à de nombreux ballets sous Catherine de Médicis et va l’introduire en France, lors du Ballet comique de la Reyne en 1581.

39 Sous Henri IV, le premier ballet qui utilisa ce procédé fut un ballet représenté en Lorraine chez sa sœur en 1603, dans lequel les danseurs effectuèrent des pas, des figures qui représentèrent les lettres du nom Henri. L’histoire raconte qu’Henri IV ne remarqua même pas ce moment du ballet de cour que sa sœur Catherine de Bourbon avait conçu pour lui faire plaisir. Tallemant des Réaux cite en ces termes cette petite anecdote : « Madame de Bar, fit danser une fois un ballet dont toutes les figures faisaient les lettres du nom du roi. Eh bien sire, lui dit-elle après, n’avez-vous pas remarqué comme toutes les figures composaient bien toutes les lettres du nom de Votre Majesté ? Ah ma sœur, lui dit-il, ou vous n’écrivez guère bien ou nous ne savons guère bien lire, personne ne s’est aperçu de ce que vous dites ». Gédéon Tallemant des Réaux, Historiettes, t.1, Paris, Éditions Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1960, p. 14.

40 D’autres figures encore représentent ou signifient : « pouvoir supresme », « l’ambitieux désir, le renom immortel, la grandeur de courage, la vérité cogneue, l’heureux destin, aimé de tous, couronné de gloire ».

41 Genre qui naquit sous le règne d’Henri IV sous l’impulsion conjuguée de Malherbe et de Lingendes pour la poésie et de Pierre Guédron. La musique, dans ces représentations, va tenir une place de plus en plus importante.

42 Voir François Bardon, op. cit.,p. 228.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cindy Pédelaborde, « Henri IV à la reconquête du royaume de France : les légendes en faveur du premier roi Bourbon, en musique », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 17 décembre 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/1821 ; DOI : 10.4000/framespa.1821

Haut de page

Auteur

Cindy Pédelaborde

Docteur en Musicologie et fait partie de l’équipe de recherche du CEMMC à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux III. Elle travaille actuellement sur la musique à la cour d’Henri IV et de Louis XIII et sur les différents genres qui naquirent, se développèrent et évoluèrent à cette époque charnière entre Renaissance et Baroque : chansons de propagande politique et religieuse, ballets de cour, airs de cour, psaumes, chansons spirituelles… et étudie également le rapport étroit entre politique et mécénat artistique et musical. Actuellement chargée de cour à l’Université Michel de Montaigne, à l’IUT Section Métiers du livre de Bordeaux 3 et au Conservatoire Municipal de la Teste de Buch, elle enseigne l’Histoire de la musique, la Formation Musicale, le Piano et l’Analyse.
cindy.pedelaborde@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org