Navigation – Plan du site
Les traités d'architecture à l'épreuve des monuments

L’enseignement de l’architecture à l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse

The teaching of architecture at the Royal Academy of Painting, Sculpture and Architecture in Toulouse
Marjorie Guillin
Traduction de Lisa Barber

Résumés

Dans les années 1740, l’architecture rejoint la peinture et la sculpture parmi les enseignements à l’école publique et gratuite de dessin de Toulouse fondée en 1726. Devenue Société des Beaux-arts, elle est finalement érigée en Académie royale de peinture, sculpture et architecture en 1751 sur le modèle de l’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris. En 1782, une École du Génie est créée au sein même de l’Académie. Les conditions d’obtention des lettres patentes offrent à l’institution toulousaine un statut privilégié : le titre de « royale », cas unique en province pour une académie d’art, et surtout l’indépendance à l’égard du contrôle que l’académie parisienne exerce sur ses filiales de province. Forte de cette autonomie, on peut s’interroger sur les choix pédagogiques de l’Académie de Toulouse, leurs caractéristiques, leur originalité. Concernant l’institution dans son ensemble, la documentation et les sources graphiques conservées se sont révélées assez lacunaires et dispersées. Cette intervention propose donc un premier état de la question, pour le cas de la formation architecturale, et tente d’apporter quelques éléments de réponse.

Haut de page

Notes de la rédaction

Lisa Barber est membre de la Société archéologique du Midi de la France

Texte intégral

1L’enseignement de l’architecture à Toulouse fut mis en place au sein de l’école de dessin de la ville à l’initiative de Guillaume Cammas ( 1698-1777 ), peintre et architecte officiel de l’Hôtel de ville. Subventionnée par la municipalité, cette école avait été fondée en 1726 par le prédécesseur et maître de Cammas, le peintre Antoine Rivalz ( 1667-1735 ). Fermée en 1735 à la mort de son fondateur, Cammas la rouvrit en 1738 et en reprit la direction. Avec l’aide du sculpteur Pierre Lucas ( 1692-1752 ), il corrigeait les dessins des élèves et proposait des leçons de peinture et de sculpture1.

2En 1744, Cammas obtint du Conseil de ville des fonds pour des prix à décerner aux meilleurs élèves de l’Ecole2. La délibération municipale incluait l’architecture dans ces concours puisque Cammas avait, entre-temps, ajouté au programme des leçons de cet art3. L’Ecole devint Société des Beaux-arts en 1746 puis Académie royale de peinture, sculpture et architecture en 1751 sur le modèle de celle de Paris4. La formation architecturale à Toulouse connut un dernier développement en 1782. Une épidémie ayant entraîné la mort des trois principaux ingénieurs en chef de la province, l’académie toulousaine fonda en son sein une Ecole du Génie et des Ponts et Chaussées afin de pallier cette perte5.

3Grâce à d’habiles tractations, l’Académie toulousaine avait obtenu avec ses lettres patentes un statut privilégié dans le réseau académique national. Tout d’abord elle fut décorée du titre de « royale », cas unique en province pour une académie d’art et surtout, au contraire de ses consœurs, elle fut placée sous la protection spéciale du roi et non sous la direction et le contrôle du Directeur Général des Bâtiments et de l’Académie parisienne6. Cette autonomie influa-t-elle sur les choix pédagogiques toulousains, leurs caractéristiques et leur éventuelle originalité ? En ce qui concerne la documentation conservée, elle s’est révélée lacunaire et dispersée. A l’heure actuelle, la source principale concernant l’Académie toulousaine reste encore le manuscrit rédigé par l’un de ses membres, Louis de Mondran ( 1699-1792 ), qui retrace les origines et le quotidien de l’institution jusqu’en 17917. Les registres prévus par le règlement de 17518, où fut transcrite la vie quotidienne académique, tels que les discours et les conférences, et auxquels Mondran fait souvent renvoi dans son manuscrit, n’ont pas été retrouvés9. Il est cependant possible de dresser un premier état de la question, pour le cas de l’architecture, et de donner quelques éléments de réponse.  

La formation académique

4Les modalités de la formation architecturale dans les premières années de l’Académie sont mal connues. Cependant quelques indices laissent supposer qu’elle s’inspirait de celles en usage à Paris à l’Académie royale d’architecture et à l’Ecole des arts de Jacques-François Blondel ( 1705-1774 ). La notoriété de ce dernier était, en effet, à son apogée au moment de la fondation de l’académie toulousaine10. De plus, son cours d’architecture servit de modèle à d’autres académies et écoles de province comme à Bordeaux, Lille, Besançon ou encore Châtellerault11.

5A Toulouse, le passage obligé pour tous les élèves, quelle que soit la discipline à laquelle ils se destinent, est l’école de dessin, noyau originel de l’institution. Cette école est divisée en quatre classes. Celle des « commençants » qui ne dessinent que des parties séparées, celle de ceux qui dessinent des figures entières, la troisième pour ceux qui dessinent d’après le bas-relief ou la ronde-bosse et commencent à copier des tableaux et enfin la quatrième classe qui compte ceux qui dessinent d’après le modèle vivant. L’élève est incorporé à l’une de ces classes selon son degré de capacité12. Les cours de dessin se tiennent tous les jours pour une durée d’au moins deux heures13. En parallèle de cet enseignement commun se tiennent deux fois par semaine les classes supérieures de peinture, sculpture et architecture14 auxquelles s’ajoutent les classes de géométrie, de perspective et d’anatomie durant deux mois par an chacune15. En proposant aux futurs élèves en architecture un apprentissage complet du dessin, l’académie toulousaine s’accorde ainsi avec Blondel qui considère que « le dessein peut être regardé comme le talent le plus essentiel à l'architecte16 ». Cette hypothèse se confirme par la suite. En 1763, peu de temps après la nomination de Blondel à la chaire d’architecture de l’Académie royale, Louis de Mondran, alors modérateur de l’Académie toulousaine, sollicite une copie détaillée de ses cours et des dessins « afin de maintenir en France le goût de la bonne architecture17 ». Des renseignements que Blondel refuse de communiquer prétextant l’imperfection de ses manuscrits18. Toulouse dut donc attendre la publication du Cours d’architecture de 1771 à 177719. Le registre du trésorier de l’institution toulousaine indique effectivement l’acquisition des six volumes, dès leur parution20. En 1771, Blondel est reçu « associé artiste honoraire étranger » de l’académie toulousaine. A cette occasion, il est décidé que le professeur d’architecture, Labat de Savignac ( ?-1784 ), dictera le Cours à ses élèves. L’objectif affiché est alors de les préparer en prévision d’un perfectionnement  à Paris, pour les plus capables. Sachant que Blondel impose l’étude de son ouvrage à ses étudiants, l’enseignement toulousain vise donc à raccourcir leur séjour passé dans la capitale21.

Les concours

6Les élèves de la classe d’architecture se voient proposer deux concours. Le « Grand Prix » est donné chaque année alternativement à un ouvrage de peinture, de sculpture ou d’architecture. Le « Petit Prix » d’architecture est proposé les années où le « Grand prix » n’est pas affecté à cette discipline22. Illustrant encore l’importance de la maîtrise du dessin, le candidat à ces concours doit, pour pouvoir y participer, avoir remporté un prix de dessin en plus de ceux de géométrie et de perspective. Pour le Grand Prix, il faut aussi compter le « Petit Prix » d’architecture à son palmarès23. Comme à l’Académie royale d’architecture, le concurrent doit réaliser l’esquisse d’un édifice en plan, coupe et élévation24.

7Les sujets des concours reprennent ceux proposés à l’Académie parisienne à la même période suivant ainsi l’évolution du goût de la capitale. Il s’agit en majorité de projets d’églises, d’arcs de triomphe, de fontaines et de places publiques ou encore de portes de ville. En 1767, le « Grand Prix » est attribué à Philippe Gleizes ( ?-1801 ) pour son arc de triomphe d’ordre dorique ( fig.1 ), ouvrage représentatif du  renouvellement de l’approche de l’Antiquité qui s’opère en France à partir du milieu du siècle.

Figure 1  Arc de triomphe de l’ordre dorique

Figure 1  Arc de triomphe de l’ordre dorique

GLEIZES Philippe, 1767, Dessin, Toulouse, Musée Paul Dupuy, inv. D.49.2.2

Cliché de Daniel Molinier

8Bien que le « Grand Prix » ne subventionne pas, comme à Paris, le voyage d’Italie, un certain nombre d’artistes académiciens toulousains s’y rendent à leurs frais. Le séjour à Rome du peintre Pierre Rivalz ( 1720-1785 ) de 1735 à 1746 sous le pontificat de Benoît XIV25 coïncide avec d’importantes découvertes archéologiques et la présence active de Piranèse26. Les carnets de voyage de deux professeurs ont été conservés : le peintre François Cammas ( 1743-1804 )  -fils de Guillaume- parti de 1767 à 1771 et le sculpteur François Lucas ( 1736-1813 ) en 1773. Ils contiennent notamment des études de monuments antiques, des paysages à la manière des ruinistes, des ordres architecturaux et des entablements27. Le Musée Paul Dupuy de Toulouse conserve quatre gravures à l’eau-forte de Piranèse vraisemblablement issues de la collection académique et proposées à copier aux élèves28. Aucun inventaire de bibliothèque académique ne nous est parvenu. Il est néanmoins très probable que les professeurs aient utilisé, pour leurs cours, des ouvrages issus de leur bibliothèque personnelle à l’image de Cammas qui, selon sa fille « donna a ses élèves les livres les plus précieux de sa bibliothèque »29 . C’est probablement le cas d’une réédition de 1779 des Edifices antiques de Rome de Desgodets ayant appartenu à Cammas30. Cet ouvrage, publié en 1682, connaît justement un regain de succès dans la seconde moitié du XVIIIe siècle31. A partir des années 1760, les programmes publics font leur apparition aux concours. En 1761, c’est un projet de « monument élevé à la gloire et l’utilité des arts et des sciences, qui contient les salles d’assemblées des différentes académies et les salles nécessaires pour l’instruction des élèves32 » ou encore un projet de cimetière général pour Toulouse en 178033.

La théorie

9L’Académie de Toulouse offre à ses élèves des possibilités qui leur sont refusées à l’Académie royale d’Architecture : l’admission aux « disciplines théoriques34 ». Lors de la remise des prix sont prononcés des discours académiques et les ouvrages couronnés sont analysés par le modérateur. Dès 1751, les meilleurs élèves ont, de plus, le droit d’assister aux analyses d’œuvres d’art proposées chaque mois lors des séances ordinaires par les académiciens amateurs35. En 1771, il est même délibéré que chaque analyse sera relue à tous les élèves, assemblés à cet effet, le lendemain de la séance pendant laquelle elle a été prononcée36. Ces amateurs ont, eux-aussi, effectué des voyages et se tiennent au courant des nouvelles tendances grâce à leur relations parisiennes et à la diffusion des traités d’architecture. Le discours de réception du chevalier d’Aufrery en 1756 est, pour lui, l’occasion de relater son voyage en Italie et de donner une description d’un temple découvert en 1755 dans les environs de la ville de Pouzzole au royaume de Naples37. Son exposé très détaillé indique les mesures et matériaux du bâtiment et le compare à plusieurs reprises à la Maison Carrée de Nîmes, référence de l’architecture antique en France38. En 1779, son discours proposant des « réflexions historiques et critiques des trois arts » se fait l’écho des théories contemporaines39. Pour l’origine de l’architecture, il reprend la « cabane rustique » de l’abbé Laugier dont « dérivent toutes les parties et toutes les lois de l’architecture40 ». Comme Winckelmann, il affirme ensuite la supériorité de l’architecture grecque notamment grâce à la liberté dont ont joui les artistes : « Lorsque les arts sont fondés sur le goût d’une nation libre, leurs progrès sont certains et durables41 ». L’architecture des romains est considérée comme une « imitation trop servile42 » de celle des grecs. Quant à l’architecture gothique, Aufrery reprend l’analyse de Blondel dans son Cours43. A une architecture « lourde et pesante » succède le « gothique moderne » qui édifie des bâtiments « très légers et de la plus grande hardiesse ». Les murs « artistement percés à jour », ressemblent « à des dentelles et à des filigranes » et paraissent faibles quoiqu’ils soient très solides44. En 1768, Louis de Mondran traite de la question des liens entre décoration et distribution chère à Blondel45. Il propose ainsi un système de son invention qui permet d’accorder l’extérieur d’un édifice avec son agencement intérieur46.

10Les conférences académiques révèlent aussi certaines originalités, liées à la personnalité de certains amateurs ou à des spécificités architecturales locales. Le personnage de Louis de Mondran, urbaniste amateur, est essentiel pour l’histoire de Toulouse du XVIIIe siècle. C’est notamment lui qui, grâce à ses relations personnelles, a obtenu les lettres patentes de l’Académie47. Il est aussi à l’origine de la création de l’Ecole du Génie. En 1752, seulement trois ans après la publication des Embellissements de Paris48 de Voltaire, il présente à ses collègues un Projet pour le commerce et pour les embellissements de Toulouse49. Dans ce vaste programme, composé de quinze chapitres, l’architecture n’est plus envisagée comme uniquement esthétique mais aussi comme utile. Utile économiquement car elle doit favoriser le développement du commerce par la construction d’édifices publics -à l’image du Palais du Parlement- mais aussi par l’aménagement d’axes qui permettent échanges et circulation, tels que des quais et des zones portuaires sur la Garonne et le canal du Midi. Un portrait de Louis de Mondran présente l’amateur dans son cabinet avec, étalé devant lui, le plan de ce palais ( fig. 2 ).

Figure 2  Portrait de Louis de Mondran

Figure 2  Portrait de Louis de Mondran

BERTRAND François; Seconde moitié du XVIIIe siècle, H/t, Toulouse, Musée des Augustins, inv. 2006 1 1

Cliché de Daniel Martin

11Utile socialement en contribuant, par souci d’hygiène, à la santé des habitants notamment en aménageant des jardins et des promenades, telle celle de l’Esplanade ( fig. 3 ) et en construisant des fontaines publiques50.

Figure 3  Plan d’une promenade publique à Toulouse fait par l’Académie Royale de Peinture, Sculre,Archire, délibéré par Mrs les capitouls et par le conseil de ville, autorisé par Mr l’intendant et par le consil d’estat

Figure 3  Plan d’une promenade publique à Toulouse fait par l’Académie Royale de Peinture, Sculre,Archire, délibéré par Mrs les capitouls et par le conseil de ville, autorisé par Mr l’intendant et par le consil d’estat

MONDRAN Louis (de), 1751, Gravure sur cuivre de Baour

© Mairie de Toulouse, Archives municipales de Toulouse, II 679. Cliché de M. Guillin

12Avec ce projet, Mondran préfigure la nouvelle réflexion sur la ville qui apparaît dans la seconde moitié du XVIIIe siècle avec les écrits de Laugier, Jacques-François Blondel et surtout Pierre Patte51. Un autre amateur, le comte d’Espie, présente en 1753 à la compagnie son système de comble briqueté expérimenté « dans sa maison de ville et de campagne52 ». Il s’agit de voûtes plates en briques de son invention moins coûteuses que la charpente et efficaces contre les incendies53. Le comte publie son système en 175454. La brique, matériau de prédilection toulousain, y est utilisée depuis l’Antiquité55. Il n’est donc pas étonnant que ce procédé de voûte ait été mis au point et utilisé à Toulouse avant d’être reconnu au travers des publications de Laugier en 175556, Patte en 176957 et Blondel en 177358. Quant à l’Académie royale d’Architecture, elle manifeste tout d’abord peu d’intérêt à la présentation de l’ouvrage de d’Espie par Tavenot en 1754 et 175559. Ce n’est qu’en 1773 qu’elle entend « avec plaisir » un mémoire sur ce procédé lu par Soufflot60.  

L’Ecole du Génie

13L’objectif de l’Ecole du Génie est le même que celui de la classe d’architecture de l’académie. Les meilleurs élèves, après avoir assimilé « les connoissances préliminaires pour la théorie61 », peuvent ensuite aller acquérir la pratique à l’Ecole des Ponts et Chaussées de Paris munis de certificats attestant des prix remportés mais aussi de leurs mœurs, caractère et goût pour le travail. Il s’agit, encore une fois, de réduire efficacement les années de formation passées dans la capitale. La durée des études aux Ponts et Chaussées varie en effet de deux ans et demi à environ dix ans selon un système de classement favorisant les meilleurs. De plus, le peu de places disponibles entraîne une sélection d’une grande rigueur62. L’enseignement toulousain s’inspire donc largement du programme de l’école parisienne.

14On impose les mêmes conditions d’entrée aux élèves63 : pour être admis, il faut, outre le cours d’architecture, avoir fréquenté « avec succès64 » les écoles de dessin, de géométrie et d’architecture. D’ailleurs les quinze élèves qui composent le premier effectif de l’Ecole en 1782 ont été soigneusement choisis par Louis de Mondran parmi les meilleurs dessinateurs de l’Académie65. De plus, en parallèle des cours de l’Ecole, les élèves doivent suivre ceux de l’Ecole du dessin dans lesquels ils sont distribués selon leurs aptitudes66. La formation se divise en trois cours : les mathématiques, l’architecture civile et celle des « différentes parties des Ponts et Chaussées67 ». Le cours de mathématiques doit suivre celui de « Mr l’Abbé Bossut, examinateur des Elèves du Corps Royal du Génie68 » et professeur de mathématiques à l’Académie royale d’architecture. Le cours d’architecture civile reprend les grands principes du cours de Blondel qui a assuré la formation architecturale des élèves des Ponts et Chaussées à Paris jusqu’à sa mort en 177469. La première année, le professeur doit notamment enseigner les ordreset la manière de les utiliser ( fig. 4 ).

Figure 4  Chapiteau et entablement corinthiens

Figure 4  Chapiteau et entablement corinthiens

VALLONGUE Pascal (de), 1785, Dessin, Examens de la classe d’architecture 1785-1789

© Ecole supérieure des Beaux-arts de Toulouse, non inventorié. Cliché de M. Guillin

15La seconde année il montre la distribution des maisons et à la fin de celle-ci, chaque élève doit proposer un projet d’édifice70. Pour la partie des Ponts et Chaussées, le cours montre l’art de lever les plans, le nivellement, le dessein de la carte au lavis et l’architecture hydraulique71. Pour ce dernier cours, l’archevêque de Toulouse, Loménie de Brienne, venu visiter l’école en 1784, lui fait présent de la Description des ponts de Neuilly, de Mantes, d’Orléans, etc72 de Jean-Rodolphe Perronet ( 1708-1794 ), premier directeur de l’Ecole des Ponts et Chaussées de Paris73. Cet ouvrage, qui connaît un vif succès, est rapidement devenu un classique de l’art de l’ingénieur74. Six prix sanctionnent l’enseignement chaque année, un premier et un second pour chacune des trois classes75. Les sujets du concours sont, comme à Paris, très proches de ceux de l’Académie royale d’architecture à l’image du projet d’hôtel pour un grand seigneur par Pastre qui obtient en juillet 1787 le prix d’architecture civile ( fig. 5 )76.

Figure 5  Plan, élévation et coupe d’un hôtel pour Seigneur

Figure 5  Plan, élévation et coupe d’un hôtel pour Seigneur

PASTRE, 1787, Dessin, Examens de la classe d’architecture 1785-1789

© Ecole supérieure des Beaux-arts de Toulouse, non inventorié

16Que ce soit pour l’enseignement académique ou pour celui de l’Ecole du Génie, il apparaît que le but poursuivi par l’académie toulousaine est de fournir à ses élèves la formation théorique qui permettra aux meilleurs d’entre eux d’intégrer les institutions reconnues de la capitale. C’est pourquoi les programmes proposés se veulent proches de ceux en usage à Paris. Se pose alors, en guise de conclusion, la question de la qualité, de la valeur de l’enseignement toulousain. A-t-il été à la hauteur de ses ambitions ? Les exemples du parcours de quelques élèves apportent de premiers éléments réponses.

17Nous pouvons évoquer la carrière de Jean-Arnaud Raymond ( 1742-1811 ), élève de Blondel, prix de Rome en 1766. Après un séjour en Italie, il est reçu à l’Académie royale en 1784. Sa carrière se partage ensuite entre la capitale et le Languedoc77. L’espagnol Pedro Arnal ( 1735-1805 ), une fois sa formation toulousaine terminée, obtient le premier prix d’architecture à l’Académie de San Fernando à son retour à Madrid en 1763. Directeur en 1774 puis directeur de l’architecture en 1786, il termine sa carrière en tant que directeur général de l’Académie madrilène en 180178.

18A la Révolution, les ingénieurs de pays d’Etat, jusqu’alors rattachés à la province, rejoignent les Ponts et Chaussées à Paris. Les écoles de province préparant au métier d’ingénieur des Etats sont fermées en 1791 et sur décision de la Constituante, les élèves qui le souhaitent sont admis à l’Ecole des Ponts et Chaussées au cours de l’été 179279. Quatorze élèves de l’Ecole du Génie toulousaine sont admis à l’Ecole Centrale de Ponts et Chaussées et, par la suite, vingt-cinq à l’Ecole Polytechnique. Pour cette dernière, le nombre d’élèves toulousains admissibles dépasse même celui des places disponibles. L’Ecole témoigne alors ses regrets au jury et au département de Haute-Garonne « de ne pouvoir placer tous ses sujets80 ».

19Deux documents manuscrits importants par leur rareté et leur taille sont récemment venus enrichir la documentation sur le sujet. Il s’agit d’un Cours  d’architecture militaire et civile par François Cammas daté de 179281 et d’un Cours de perspective à l’usage de l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse, anonyme et non daté. Le Cours de Cammas a fait l’objet d’une première analyse par Marie-Luce Pujalte, à l’origine de la découverte82. Il se divise en trois parties : l’architecture militaire, l’architecture civile et une description historique des principaux ponts du monde. L’ensemble compte plus de 200 folios. Le Cours de perspective n’a, quant à lui, encore jamais été étudié. Il se compose de 58 feuillets et de 23 planches de dessins. L’étude plus détaillée de ces documents permettra sans aucun doute d’approfondir la connaissance de la formation architecturale toulousaine et de mesurer plus précisément sa qualité.

Haut de page

Bibliographie

Sylvie ASSASSIN, « L’Académie royale de Peinture, Sculpture et Architecture et le projet du Grand-Rond », dans Toulouse, les délices de l’imitation, Bruxelles, P. Mardaga ; Paris, Institut français d’architecture, 1986.

Reed BENHAMOU, « L’éducation artistique en province : modèles parisiens », dans Le progrès des arts réunis : 1763-1815 : mythe culturel, des origines de la Révolution à la fin de l’Empire ?, actes du colloque international d’histoire de l’art, Bordeaux-Toulouse, 22-26 mai 1989, Talence, CERCAM, 1992.

Laurent PELPEL (dir.), La formation architecturale au dix-huitième siècle, rapport de recherche, Paris, fondation Royaumont, 1980.

Marie-Luce PUJALTE, L’architecture civile privée du XVIIIe siècle à Toulouse, thèse de doctorat d’histoire de l’art sous la direction d’Yves Bruand, Toulouse, Université Toulouse 2 Le Mirail, 1999.

Marie-Luce PUJALTE, « Deux éléments nouveaux dans la biographie de François Cammas », dans Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 2001.

Edmond SAINT-RAYMOND, « L’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse », dans Mémoires de l’Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse, 1913, t.I, p.271-324.

Haut de page

Notes

1  Louis de Mondran, Mémoire pour servir à l’histoire de l’Académie de peinture, sculpture et architecture de la ville de Toulouse, s.d, Bibliothèque de l’Ecole des beaux-arts, Toulouse, premier cahier, f°9.

2  Arch. Mun. Toulouse, BB 51 fol. 113, 118 v° et 119.

3  Louis de Mondran, op.cit., f°12.

4  Sur l’historique des ces institutions successives, voir Fabienne Sartre, « De l’école de dessin à la Société des beaux-arts » et Michel Taillefer, « La Société des beaux-arts et la création de l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture ( 1746-1750 ) », dans Les collectionneurs toulousains du XVIIIe siècle : l'Académie royale de peinture, sculpture et architecture, 1750-1793, exposition, Toulouse, Musée Paul Dupuy, 17 janvier-30 avril 2001, Paris , Somogy  ;  Toulouse , Musée Paul-Dupuy, 2001, p.28-33 et 34-47. Edmond Saint-Raymond, « Les débuts de l’école publique de dessin à Toulouse et la première Société des Beaux-Arts », dans  Mémoires de l’Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse, 1912, t.XII, p.171-202 et « L’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse », dans Mémoires de l’Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse, 1913, t.I, p.271-324.   

5  Louis de Mondran, op.cit., cinquième cahier, f°79-80.

6  Agnès Lahalle, Les Ecoles de dessin au XVIIIe siècle. Entre arts libéraux et arts mécaniques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, p.95 et 99.

7  Il existe en fait trois versions du manuscrit. Un premier, le plus exploité, est conservé à l’Ecole des beaux-arts de Toulouse, un second se trouve à la bibliothèque universitaire de l’Arsenal coté Ms 307. Enfin, les archives municipales de Toulouse possèdent un fragment concernant les années 1770 à 1776 coté GG 926.

8  Règlement ordonné par le Roi pour l’Académie Royale de Peinture, Sculpture et Architecture de la Ville de Toulouse, 13 janvier 1751, AMT, GG 924, pièce 1, article XVIII, p.11.

9  Dans un des ses travaux consacrés à l’Académie, Saint-Raymond déplore déjà la perte de ces registres. Edmond Saint-Raymond, « Les travaux intérieurs de l’Académie royale des beaux-arts », dans Mémoires de l’Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse, 1919, t.VII, p.253-255. Nos recherches dans le cadre de notre thèse de doctorat intitulée « L’enseignement des arts et la culture artistique à Toulouse au XVIIIe siècle » n’ont pas non plus permis de les localiser.

10  Edoardo Piccoli, « Jacques-François Blondel à son apogée ( 1749-1756 ) », Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, actes du colloque à l’INHA du 31 août au 4 septembre 2005, [En ligne]. Disponible sur : http : //www.inha.fr/colloques/sommaire.php?id=30 , ( consulté le 15.02.2009 )

11  Reed Benhamou, « L’éducation artistique en province : modèles parisiens », dans Le progrès des arts réunis : 1763-1815 : mythe culturel, des origines de la Révolution à la fin de l’Empire ?, actes du colloque international d’histoire de l’art, Bordeaux-Toulouse, 22-26 mai 1989, Talence, CERCAM, 1992, p.94.

12  Règlement ordonné par le Roi…, op.cit., 13 janvier 1751, AMT, GG 924, pièce 1, article XXV, p. 13-14.

13  Ibid., article XXII, p.12.

14  Ibid., article XXIII, p.13.

15  Règlement général fait par l’Académie Royale de Peinture, Sculpture et Architecture de Toulouse, pour avoir force de loi & servir de suite aux statuts annexés aux Lettres Patentes du mois de décembre 1750, enregistrées au Parlement le mois de janvier 1751, AMT, GG 924, pièce 2, chapitre premier, articles XXI et XXII, p.40-41.

16  Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1754, volume 4, Article « Dessein, en Architecture », p.891.

17  Arch. nat., AN 01-1910, juillet-août 1763, cité dans Jeanne Lejeaux, « Jacques-François Blondel, professeur d’architecture », L’Architecture, Tome L, 1927, p.26.

18 Idem.

19  Reed Benhamou, op.cit., p.94.

20  Registre contenant la recette et la dépense faite par Monsieur Le trésorier de l’Académie Royale de Peinture, Sculpture et Architecture de Toulouse, 1768-1793, Arch. dép. Haute-Garonne, 1 E 577, non paginé.

21  Louis de Mondran, op.cit., quatrième cahier, f°25.

22  Règlement général …, op.cit., chapitre troisième, article 1er, p.56.

23  Règlement général…op.cit., chapitre troisième, article IX, p.58-59.

24  Statuts de la Société des Beaux Arts de Toulouse, autorisez pour trois ans par le Corps de ladite Ville, le 20 juin 1749, Arch. mun. Toulouse, GG 925, pièce 40, p.21.

25  Sylvie Assassin, « L’Académie royale de Peinture, Sculpture et Architecture et le projet du Grand-Rond », dans Toulouse, les délices de l’imitation, Bruxelles, P. Mardaga ; Paris, Institut français d’architecture, 1986, p.64.

26  La Fascination de l’antique 1700-1770. Rome découverte, Rome inventée, Ouvrage édité à l'occasion de l'exposition « La Fascination de l'antique : Rome 1700-1770 » présentée au Musée de la civilisation gallo-romaine, Lyon ( Conseil général du Rhône ), du 20 décembre 1998 au 14 mars 1999, Paris, Somogy, Lyon, Musée de la civilisation gallo-romaine, 1998, p. 206-207.

27  Album François Cammas, 53 feuillets de dessin, Musée Paul Dupuy, Toulouse, Inv. 56-42-1et Album factice de croquis ( 1765-1770 ), 45 feuillets, Musée Paul Dupuy, Toulouse, Inv. 80-103. Carnet de dessins du voyage en Italie ; figures et diverses antiquités dessinées à rome carrare & France en lan 1774 par françois lucas né en 1736 dans son voyage de carrare et de naples, Musée Paul Dupuy, Toulouse, Inv. D 67-3-2637.

28  Toulouse et l’Antiquité retrouvée au XVIIIe siècle, catalogue d’exposition, Musée Saint Raymond, Toulouse, 8 juin-27 août 1989, p.31-32.

29  Manuscrit Cammas, bibl. mun. Toulouse, fonds patrimonial, Ms 1008, non paginé.

30  Ouvrage conservé à la bibliothèque des Beaux-arts de Toulouse à la cote 3122.

31  Laurent Pelpel ( dir. ), La formation architecturale au dix-huitième siècle, rapport de recherche, Paris, fondation Royaumont, 1980, p.101 note 44.

32  Robert Mesuret, Les expositions de l’Académie royale de Toulouse de 1751 à 1791, Toulouse, Espic, 1972, p.112.

33  Ibid., p.373.

34  Laurent Pelpel, op.cit., p.27.

35  Règlement ordonné par le roi…, op.cit., article XIV, p.10.

36  Louis de Mondran, op.cit., quatrième cahier, f°25.

37  Louis de Mondran, op.cit., bibliothèque universitaire de l’Arsenal, Toulouse, Ms 307, discours non paginé placé au début du manuscrit.

38  Annie-France Laurens, « Vivre avec l’Antique : antiquités et antiquaires du Midi », dans La Fascination de l’antique…, op.cit., p.149-157.

39  Discours prononcé par Mr le Chevalier d’Aufrery pour la distribution des prix, modérateur de l’académie de Toulouse dans la séance publique du second dimanche du mois d’août 1779, AMT, GG 929, pièce 11, f°67-81.

40 Ibid., f°68 v°.

41 Ibid., f°69 v°.

42 Ibid., f°70 v°.

43  Jacques-François Blondel, Cours d’architecture, ou Traité de la décoration, distribution et construction des bâtiments, Paris, Desaint, tome premier, p.82-84.

44  Discours prononcé par Mr le Chevalier d’Aufrery…, op.cit., f°71.

45  Antoine Picon, « « Vers une architecture classique ». Jacques-François Blondel et le Cours d’architecture », dans Les Cahiers de la Recherche Architecturale, n° 18, 4e trimestre 1985, p.32.

46  Louis de Mondran, op.cit., bibliothèque de l’Ecole des beaux-arts de Toulouse, troisième cahier, f°51.

47  Michel Taillefer, op.cit., p.44.

48  Voltaire, Des embellissements de Paris, Paris, 1749.

49  Projet pour le commerce et pour les embellissements de Toulouse lu dans une séance de l’Académie Royale de peinture, sculpture et architecture par un des membre de cette académie, Toulouse, Guillemette, 1754, bibl. mun. Toulouse, fonds patrimonial, Mf 1167.

50  Marie-Luce Pujalte, « Le Projet pour le commerce et les embellissements de Toulouse de Louis de Mondran ( 1752-1754 ) ou l’idée de progrès par un amateur », dans Claude Nicolas Ledoux et le livre d’architecture en français ; Etienne Louis Boullée : l'utopie et la poésie de l'art, textes réunis par Daniel Rabreau et Dominique Massounie, Paris , Monum, Editions du patrimoine, 2006, p.134-135.

51  Sur le projet de Mondran, voir Georges Costa, « Louis de Mondran, économiste et urbaniste ( 1699-1792 ) », dans Urbanisme et habitation, 1955, p.33-78 et Marie-Luce Pujalte, op.cit., p. 132-142.

52  Louis de Mondran, op.cit., bibliothèque de l’Ecole des beaux-arts de Toulouse, deuxième cahier, f°47.

53  Sur le système du comte d’Espie, voir Michel Polge, « Les combles briquetés du comte d’Espie », dans L’Auta  que bufo un cop cado més, septembre 1986, n°518, p. 207-213.

54  Félix-François, comte d’Espie, Manière de rendre toutes sortes d'édifices incombustibles ou Traité sur la construction des voutes, faites avec des briques & du plâtre, dites voutes plates & d'un toit de brique, sans charpente, appelé comble briqueté, chez Duchesne, 1754.

55  Marie-Luce Pujalte, L’architecture civile privée du XVIIIe siècle à Toulouse, thèse de doctorat d’histoire de l’art sous la direction d’Yves Bruand, Toulouse, Université Toulouse 2 Le Mirail, 1999, p.94-95.

56  Marc-Antoine Laugier, Essai sur l’architecture, seconde édition revue, corrigée et augmentée, Paris, Duchesne, 1755.

57  Pierre Patte, Mémoires sur les objets les plus importans de l’architecture, 1769. Chapitre I, article septième : « Possibilité de construire les maisons, de manière à obvier aux incendies », p.52-53.

58  Jacques-François Blondel, op.cit., T.VI, chapitre II, « De la manière de construire les planchers en briques, dits voûtes plates », p.84-85.

59  Procès-verbaux de l’Académie Royale d’Architecture, 1671-1793, publiés pour la Société de l’histoire de l’art français par Henry Lemonnier, Paris, Edouard Champion, 1920, t. VI, p.225, 228-229 et 234-235.  

60 Ibid., Paris, A.Colin, 1924, t.VIII, p.309.

61  Louis de Mondran, op.cit., bibliothèque de l’Ecole des beaux-arts, cinquième cahier, f°85.

62  Georges Serbos, « L’Ecole royale des Ponts et Chaussées » dans René Taton ( dir. ), Enseignement et diffusion des sciences au dix-huitième siècle, Paris, Hermann, 1986, p.362.

63 Ibid., p.355.

64  Arrangements faits par l’Académie royale de Peinture, Sculpture et Architecture pour l’Ecole du Génie, relative aux Ponts et Chaussées, nouvellement établie pour l’utilité des travaux de la Province, Arch. mun. Toulouse, GG 929, s.d, article V, p.3.

65  Louis de Mondran, op.cit., bibliothèque de l’Ecole des beaux-arts, cinquième cahier, f°80-81.

66  Arrangemens… , op.cit, article IX, p.7.

67  Ibid., article premier, p.1.

68  Ibid, article IV, p.4.

69  Antoine Picon, « Les architectures de l’utile. Les concours de l’Ecole des Ponts et Chaussées à la fin du XVIIIe siècle », dans Le progrès des arts réunis…, op.cit., p.108.

70  Arrangemens…, op.cit., article VII, p.5.

71  Ibid., article VIII, pp.6-7.

72  Jean-Rodolphe Perronet, Description des projets et de la construction des ponts de Neuilly, de Mantes, d’Orléans, etc. ; du projet du canal de Bourgogne, […] et de celui de la conduite des eaux de l’Yvette et de la Bièvre à Paris, Paris, Imprimerie royale, 1782-1783.

73  Louis de Mondran, op.cit., bibliothèque de l’Ecole des beaux-arts de Toulouse, cinquième cahier, f°85-86.

74  Antoine Picon, Architectes et ingénieurs au siècle des Lumières, Marseille, Parenthèses, 1988, p.306.

75  Arrangemens…., op.cit., article XV, p.9-10.

76  Examens de la classe d’architecture 1785-1789, Bibliothèque de l’Ecole des Beaux-Arts de Toulouse, recueil non inventorié.

77  Marie-Luce Pujalte, « Interprétation du modèle à l’antique à la fin du XVIIIe siècle, d’après la biographie de l’architecte Jean-Arnaud Raymond », dans Cahiers de Gerhico, université de Poitiers, 2008, p.1-2.

78  Robert Mesuret, « Documents et références sur Pierre Arnal, élève de l’Académie Royale de Toulouse et architecte de la Maison d’Albe », dans Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien ( Caravelle ), n°6, 1966, p.77-78.

79  Antoine Picon, L’invention de l’ingénieur moderne : l’Ecole des Ponts et Chaussées : 1747-1851, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Marcel Roncayolo, Paris, EHESS, 1991, p.320.

80  Manuscrit Cammas, op.cit.

81  François Cammas, Cours d’architecture militaire et civile à l’usage des élèves du Lycée de Toulouse par Mr Cammas de l’Académie de la même ville et de celle de Saint Luc de Rome, année 1792, Arch. dép. Tarn et Garonne, Fonds Galabert, non classé cité dans Marie-Luce Pujalte, « Deux éléments nouveaux dans la biographie de François Cammas », dans Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 2001, p.195-206.

82  Marie-Luce Pujalte, « Deux éléments… », op.cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1  Arc de triomphe de l’ordre dorique
Légende GLEIZES Philippe, 1767, Dessin, Toulouse, Musée Paul Dupuy, inv. D.49.2.2
Crédits Cliché de Daniel Molinier
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/177/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 2  Portrait de Louis de Mondran
Légende BERTRAND François; Seconde moitié du XVIIIe siècle, H/t, Toulouse, Musée des Augustins, inv. 2006 1 1
Crédits Cliché de Daniel Martin
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/177/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 3  Plan d’une promenade publique à Toulouse fait par l’Académie Royale de Peinture, Sculre,Archire, délibéré par Mrs les capitouls et par le conseil de ville, autorisé par Mr l’intendant et par le consil d’estat
Légende MONDRAN Louis (de), 1751, Gravure sur cuivre de Baour
Crédits © Mairie de Toulouse, Archives municipales de Toulouse, II 679. Cliché de M. Guillin
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/177/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 4  Chapiteau et entablement corinthiens
Légende VALLONGUE Pascal (de), 1785, Dessin, Examens de la classe d’architecture 1785-1789
Crédits © Ecole supérieure des Beaux-arts de Toulouse, non inventorié. Cliché de M. Guillin
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/177/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 5  Plan, élévation et coupe d’un hôtel pour Seigneur
Légende PASTRE, 1787, Dessin, Examens de la classe d’architecture 1785-1789
Crédits © Ecole supérieure des Beaux-arts de Toulouse, non inventorié
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/177/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marjorie Guillin, « L’enseignement de l’architecture à l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 5 | 2010, mis en ligne le 12 mai 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/177 ; DOI : 10.4000/framespa.177

Haut de page

Auteur

Marjorie Guillin

Doctorante en Histoire de l’Art moderne, 4e année, FRAMESPA (UMR 5136). Sujet de thèse : Culture et formation artistique à Toulouse au XVIIIe siècle. marjorie.guillin@orange.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org