Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Framespa, Séminaire transversal « Histoire et historiens face aux usages et à l’instrumentalisation du passé». 5e journée : « La transmission»

Pierre Laborie (dir.), Olivier Loubes (coord.), 25 avril 2012, Université de Toulouse II-Le Mirail
Agathe Roby

Texte intégral

Histoire et historiens face aux usages et à l’instrumentalisation du passéAfficher l'image
Crédits : Framespa

1Durant cinq journées échelonnées au cours de l’année universitaire 2011-2012, les chercheurs du laboratoire Framespa ont réfléchi aux usages et à l’instrumentalisation de l’Histoire. Comment se construit aujourd’hui le rapport au passé ? Quels sont les lieux où se construit ce rapport ? Quelle place l’histoire et les historiens occupent-ils dans cette construction ? Autour de Pierre Laborie, historien contemporanéiste, les chercheurs ont réfléchi sur divers thèmes tels que l’écriture, les médias ou la patrimonialisation. Toute une pensée s’est construite sur l’évolution de la construction du rapport social au passé. La dernière journée de ce séminaire, organisée par Olivier Loubes, professeur de classes préparatoires, s’est concentrée sur la transmission via deux thématiques : celles des revues et de l’enseignement. De nos jours, on constate qu’il est très difficile de faire vivre une revue papier et il est désormais primordial de prendre en compte la demande sociale vis-à-vis de certains sujets historiques. Dès lors, les revues sont tiraillées entre l’attention qui doit être accordée à la scientificité des articles et l’accès à un public le plus large possible. La seconde partie de la journée s’est voulue centrée sur la transmission de l’histoire à travers l’enseignement et la vulgarisation scientifique, ainsi que sur l’instrumentalisation de l’histoire par les politiques.

Catherine Nicault, « Les Archives Juives et la transmission de l’histoire »

2Rédactrice en chef de la revue Archives Juives1 depuis 1997, Catherine Nicault retrace le parcours de la revue depuis sa fondation en 1963. Archives juives connaît une première vie de 1963 à 1994 : à l’époque, elle paraît sous forme de bulletin avec, comme sous-titre, Cahiers de la commission française des archives juives. Issue d’une association, la commission française des archives juives est née à l’initiative de Bernhard Blumenkranz. Elle affiche le souhait de faire revivre l’histoire du judaïsme en France. Les Archives Nationales soutiennent cette nouvelle initiative qui exprime la volonté de veiller aux sources d’une histoire minoritaire, démembrée et souvent mal protégée. Les Archives Nationales ont fait le choix de ne pas recourir à d’autres revues déjà existantes, notamment à la célèbre Revue des Études Juives. En effet, le projet intellectuel est centré sur l’histoire, alors que la Revue des Études Juives est une revue consacrée à la philologie. De même, le bulletin Archives Juives souhaite se concentrer sur toute l’histoire des juifs de France, alors que les autres revues s’attardent uniquement sur l’époque médiévale et antique. Petit à petit, le bulletin se met à publier de nombreuses enquêtes au sujet des sources existantes, ainsi que des travaux historiographiques poussés, et crée également des dictionnaires thématiques. La ligne éditoriale affiche une volonté d’ouverture vers un public plus large, impliquant moins d’érudition et un intérêt certain pour l’iconographie.

3Dans un premier temps, l’association publie au gré des propositions d’articles provenant de ses membres. Les périodes anciennes restent encore très représentées mais l’époque moderne commence à se faire une place au sein de la revue. Archivistes, historiens, les membres de l’association sont tous des anciens élèves de Blumenkranz. À cette époque où il existe très peu d’endroits académiques pour ce type d’histoire, le bulletin réussit à la faire exister. Néanmoins, il affiche une vision encore très judéo-centrée : écrit par des juifs, lu par ses membres, tous juifs, il fonctionne uniquement sur abonnement.

4En 1994, Archives Juives connaît une véritable révolution : Bernhard Blumenkranz meurt en 1989, le bulletin vivote jusqu’en 1994 où le choix est fait de transformer le bulletin en revue. Le nouveau bureau a pour ambition d’élargir le lectorat sans renoncer pour autant à sa base savante. Il souhaite toucher un public éclairé qui échappait totalement à la revue jusque-là. Ce choix éditorial implique une rédaction déliée, la plus agréable possible, et des relations plus compliquées avec les auteurs (refus de l’emploi de jargons, réécriture de certains articles). Le nouveau bureau souhaite également faire de la revue un bel objet et, pour cela, y développer la place de l’iconographie. Les nouveaux rédacteurs veulent également historiciser l’histoire des Juifs en France. Cela passe par un élargissement à la période contemporaine, mais aussi par l’ajout d’autres populations tel que les Juifs d’Afrique du Nord, jusque-là complètement laissés de côté. Au fil des ans, un partage s’est imposé entre la Revue des Études Juives concentrée sur les périodes anciennes et Archives Juives, plus contemporaine. Enfin, la formule dossier permet désormais de considérer la revue comme un livre à part entière, susceptible d’intéresser un lectorat nouveau.

Christine Dousset, « Les Annales du Midi et la transmission de l’histoire »

5Fondée en 1889, la revue Les Annales du Midi est pluridisciplinaire. Revue régionale, elle paraît tous les trimestres et ce, de manière régulière. Elle revêt plusieurs traits fondamentaux : dès l’origine, c’est une revue universitaire, créée, dirigée, animée par des universitaires. En effet, lors de l’après-guerre, Les Annales du Midi connaissent un nouvel essor, sous l’impulsion de quelques chercheurs, comme Philippe Wolff. La revue est soutenue moralement, parfois financièrement, par les universités. Universitaire donc, mais pas uniquement : la revue n’a pas une vision monopolistique de l’université. En effet, des sociétés savantes et nombre d’archivistes ont joué un rôle important pour cette revue.

6Christine Dousset explique que la revue a toujours eu la volonté d’étudier l’histoire. Bien qu’au départ, elle se concentre sur la philologie et la littérature, dès les années trente, l’histoire y occupe la place la plus importante. Les Annales du Midi sont caractérisées par trois facteurs durables :

  • Un ancrage territorial : le côté méridional de la France. La conception que l’on a du Midi, dans la revue, est très large ; elle va de l’océan Atlantique aux Alpes ;

  • Le format et la périodicité de la revue n’ont pas changé. Revue trimestrielle d’environ 500-600 pages par an, la conception et le contenu sont à peu près stables. La revue s’articule en diverses catégories : mélanges et documents, chroniques, comptes rendus et articles de fond. Au fil du temps, les articles de fond augmentent, au détriment des mélanges, et les analyses bibliographiques peu à peu disparaissent ;

  • L’éditeur : Privat, éditeur régional.

7Au fil du temps, le contenu des articles évolue. Avant la Seconde Guerre mondiale, la revue publie des articles d’histoire événementielle. Puis, vers les années cinquante, sous l’impulsion de Charles Higounet et de Philippe Wolff, elle se consacre à l’histoire économique et sociale et s’ouvre à l’anthropologie. De même, toutes les périodes sont désormais abordées. L’histoire médiévale garde une place importante et la part de l’histoire contemporaine s’est accrue au détriment de l’histoire ancienne. Cette évolution reflète la professionnalisation croissante des historiens qui écrivent pour la revue. Au départ, la revue voulait être l’organe de l’érudition méridionale. À partir des années 1950-1960, une perte de vitesse des travaux d’érudits se fait sentir et la revue devient quasi-exclusivement universitaire.

8Au milieu du xxe siècle, Les Annales du Midi s’ouvrent à l’international. Grâce à leurs réseaux, les directeurs de l’époque font appel à des auteurs étrangers. Ceci entraîne une meilleure diffusion de la revue à l’international. En effet, près de 40 % des abonnés institutionnels se situent à l’étranger et plus particulièrement aux États-Unis. Aujourd’hui, la professionnalisation de la revue se traduit dans son évaluation. Pour continuer à susciter des propositions d’articles, il fallait que Les Annales du Midi soient reconnues comme ayant un haut niveau d’exigence scientifique. C’est désormais le cas, puisque la revue est catégorisée comme revue internationale et classée en catégorie A par l’AERES. Dorénavant, la revue est confrontée à d’autres problématiques, notamment à la question des nouvelles technologies et d’Internet, fortement représentés dans les nouvelles évaluations. Christine Dousset reconnaît le retard des Annales du Midi sur ce point. Enfin, la relation entre le comité scientifique et l’éditeur est un indicateur important des rapports avec la société. La vision des choses est différente pour les deux groupes. Par exemple, il est difficile pour l’éditeur de comprendre l’importance du caractère scientifique de la revue.

9René Souriac a ensuite complété le panorama des revues d’histoire décrites dans cette première demi-journée en présentant la Revue de Comminges et des Pyrénées centrales qu’il dirige et en exposant les problématiques particulières auxquelles cette revue est confrontée2.

Valérie Hannin, « L’Histoire et la transmission de l’histoire »

10Il est indéniable que la revue-magazine L’Histoire est une réalisation à succès. Cette revue affiche la volonté de jouer le rôle d’interface entre le monde universitaire et la société. Créée par les Éditions du Seuil, la revue est fondée en 1978. L’éditeur cherche à monter une revue sur le modèle de La Recherche, en voulant transmettre l’histoire académique à un public très élargi. C’est la première fois qu’une revue de ce type sort en kiosque. D’emblée, le comité de rédaction comporte de nombreux scientifiques. La revue exerce une politique de commande, avec un pilotage quelque peu autoritaire. Le succès est au rendez-vous : dès la première année, de grands universitaires ont rejoint la revue. On compte 40 000 acheteurs également dès la première année. Ces chiffres sont, bien sûr, à mettre en corrélation avec les nombreux succès de librairie des sciences humaines durant la même période. Aujourd’hui, la revue compte 45 000 abonnés, 15 000 numéros par mois sont vendus en kiosque. Le chiffre va baisser, inéluctablement. Les revues et les magazines se vendent de moins en moins et les magazines concurrents sont de plus en plus nombreux.

11L’Histoire est à la fois une revue et un magazine. Elle ne bénéficie pas de subventions : aussi, pour vendre, il faut plaire, soigner la une. Le contenu se doit d’être lisible par tous et agréable à lire, dans la mesure du possible. La revue est chargée d’écrire à la fois pour le professeur d’université et l’élève de terminale. Elle se veut de plus en plus pédagogique : encadrés, cartes, atlas sont présents dans chaque article. Pour finir, Valérie Hannin évoque la question de la commémoration. Comme L’Histoire est un magazine, la revue doit répondre à la demande sociale en matière de commémoration. L’intervenante livre de nombreux exemples de la demande sociale à laquelle la revue a dû faire face :

  • à la fin du xxe : une demande forte se crée, suite à la poussée négationniste. La revue s’est faite l’interface en temps réel des événements. Les années 1970-1980 donnent libre cours à une folie commémorative ;

  • le 11 septembre 2001 : avant cette date, l’Islam n’intéressait guère les lecteurs. À la suite de l’événement, la curiosité envers l’Islam s’est aiguisée. La revue est confrontée à un problème : il existe peu de spécialistes aptes à répondre. Elle exerce alors une active politique de commande.

Christian Amalvi, « L’écriture de l’histoire par la vulgarisation historique dans Le tour de la France par deux enfants »

12Christian Amalvi, spécialiste de l’histoire de l’édition, commence son intervention en rappelant la définition de la vulgarisation en histoire : mettre à la portée de tous le savoir historique avec une écriture adaptée à toutes les intelligences, dans un livre de petit format et de faible prix. Entre 1820 et 1940, la vulgarisation connaît diverses phases successives. De 1820 à 1880, la France voit aboutir l’avènement de la république laïque. Sous le Second Empire, seules les maisons d’édition protestantes contrebalançaient la vulgarisation effectuée par les écoles confessionnelles. À partir de 1880, l’avènement des républicains fait entrer la vulgarisation scientifique dans une nouvelle période qui détermine un nouveau type de vulgarisation. Les commandes de livres passent désormais aux maisons laïques, parmi lesquelles Hachette. Dans ces nouvelles éditions, les héros de la patrie ne sont plus les mêmes. Les grands inventeurs français, artistes, écrivains, penseurs, sont les nouveaux saints de l’avenir ; ce sont désormais les bienfaiteurs de l’humanité, les républicains, qui sont mis en avant. Dans le camp confessionnel, on exalte les Vendéens. Au contraire, côté laïque, ils sont présentés comme des traitres.

  • 3  G. Bruno, Le tour de la France par deux enfants, Paris, Belin, 1877. « G. Bruno » est le pseudonym (...)

13À la jointure de ces deux panthéons se situe le livre Le tour de la France par deux enfants3. Livre complexe -il est édité deux fois de manière différente, une fois en 1877 puis en 1905- c’est un livre de lecture, mais aussi un manuel scolaire. Il accompagne des millions de Français bien au-delà de leur scolarité. Le récit met en scène deux jeunes Alsaciens, André et Julien, respectivement 14 et 7 ans, orphelins qui, à la mort de leur père, entreprennent de rejoindre leur oncle, pour redevenir français. Le recueil est un voyage topographique, économique et social à travers la France. Il présente la France de manière vivante et cherche, après la défaite française de 1870, à faire prendre conscience aux lecteurs de leur responsabilité dans le futur relèvement du pays. L’ouvrage fait l’inventaire des héros nationaux dans toutes les régions. Le livre est intéressant par ce qu’il dit, mais aussi par ce qu’il ne dit pas. Pourquoi certains personnages sont-ils présentés et d’autres non ? À travers l’étude des positions politiques, religieuses et sociales du livre, Christian Amalvi se pose la question : est-ce un livre nationaliste ?

14Côté politique, le livre brille par l’absence flagrante de trois blocs de mémoire, concernant les rois d’Ancien Régime, les grandes figures de la Révolution et la période napoléonienne. Les rois qui sont évoqués le sont sans aucune iconographie. Quand le roi est mentionné, c’est de manière indirecte, en parlant d’un autre personnage. Par exemple, Louis XIV est évoqué pour parler de Versailles. Au sujet de la période révolutionnaire, pas un mot, l’un des rares personnages présentés est Mirabeau, désigné comme grand orateur. La Révolution est dépeinte de manière négative, à l’occasion de l’évocation de la vie de Lavoisier, de Jacquard et de Longe : on insinue qu’à cause d’elle, Lavoisier est mort prématurément, au meilleur de ses travaux ; que de tristes événements sont venus perturber les recherches de Jacquard, etc. Ainsi, la révolution est montrée comme une guerre civile, de manière très critique, tandis que Lavoisier et Jacquard sont présentés comme des sauveurs de l’humanité.

15À propos de la position religieuse, on note dans l’édition de 1905 une présence moins flagrante de la religion. Certains personnages et monuments disparaissent, les deux enfants ne prient plus le soir.

16Le tour de la France par deux enfants n’est pas un livre revanchard, il ne délivre pas de message pour dire qu’il faudra reprendre le territoire par les armes. Certes, nombre de héros sont exaltés pour leur défense de la patrie. Il y a cependant, dans cet ouvrage, plus de bienfaiteurs de l’humanité que de personnages militaires. Le but du livre est de faire réfléchir son jeune lecteur, lui montrant qu’il faut être prêt à mourir pour sa patrie, comme l’ont fait certains, mais qu’en aucun cas il ne faut suivre l’exemple de Louis XIV et de la Révolution, qui ont été à l’origine de conflits. Le livre est une sorte d’appel à une justice immanente qui devra permettre à la France, parce qu’elle le mérite par sa générosité, de récupérer les territoires qu’elle a injustement perdus. Christian Amalvi conclut en affirmant que l’idéologie à rechercher dans ce livre est l’idéologie des Lumières.

Olivier Loubes, « Retour sur une expérience formatrice : le séminaire international INRP (Institut National de la Recherche et de la Pédagogie). L’école et la nation en 2010, ou Que faire de “ l’identité nationale ” dans le champ scientifique ? »

17Olivier Loubes fait part de son témoignage d’historien confronté à l’instrumentalisation de l’histoire par la politique. Il a été convié au titre d’une expertise scientifique à prendre part à un débat au sujet de l’identité nationale. Que faire alors ? Faut-il prendre part à ce genre de débat, en sachant que celui-ci risque d’être récupéré par la classe politique ? Comment la tension originelle entre identité nationale et école et nation a-t-elle influé sur l’écriture de l’histoire durant cet événement ?

18Olivier Loubes a vu dans cette proposition l’opportunité de faire un bon séminaire sur l’école et la nation à partir d’un mauvais débat sur l’identité nationale. En effet, les historiens ont le devoir social d’informer le public, ils ont un rôle d’expert à jouer. Être dessaisi de ses propres sujets d’études pour la simple raison qu’ils sont le sujet d’une polémique serait chose détestable. Pour participer au débat proposé, trois garde-fous étaient nécessaires : le maintien d’une distance par rapport au calendrier politique (le débat s’est déroulé après les élections régionales), la garantie d’un contenu scientifique (élaboration d’un comité scientifique de qualité) et le dépaysement à l’échelle internationale du débat. Pour l’intervenant, il était nécessaire de prendre part à ce débat afin de montrer que la nation est une construction historique et non un invariant. Le débat a été recadré de l’idée d’identité nationale au thème de l’école et de la nation. Avec la contribution de Charles Heimberg et d’Olivier Loubes, Benoît Falaize, en a été l’organisateur majeur. Chercheur à l’INRP, membre du CVUH (Comité de Vigilance face aux Usages publics de l’Histoire), il a voulu montrer que l’INRP était capable de générer un discours scientifique sans se faire instrumentaliser et sans laisser les politiques agir seuls sur le champ scientifique.

  • 4  Histoire de l’éducation, [En ligne], 2010/2, n° 126, consulté le 21 mai 2012, URL : http://www.cai (...)

19Le débat a débouché sur plusieurs productions. La revue Histoire de l’éducation publie deux mois plus tard le fruit de la première journée du séminaire, qui portait sur la construction et la déconstruction du roman national4. Un séminaire de formation et de formateurs est mis en place sur la problématique « Quelles écoles pour quelles nations ? », en novembre 2010.

20Pour Olivier Loubes, ce débat est une réussite pour des raisons structurelles : il a permis de mener un travail scientifique autour de l’école et de la nation, et a montré que la communauté internationale des chercheurs sur ce thème existe bel et bien, regroupée autour d’institutions comme l’ex-INRP. Mais il a bénéficié d’une chance conjoncturelle : ce séminaire, en effet, n’a été que peu instrumentalisé, car le thème s’est très vite essoufflé politiquement, en 2010.

Dominique Borne, « Les programmes d’histoire, pour quelle transmission ? L’exemple de l’histoire de France »

21L’intervention de Dominique Borne, Doyen honoraire de l’Inspection générale, porte sur les programmes de primaire et de collège, dont il est fait une brève étude comparative. Dans l’enseignement primaire, les programmes reflètent souvent étroitement la volonté des ministres successifs, à l’exception du programme de 2002, piloté par Philippe Joutard, très vite remplacé. Mais pour les programmes d’histoire au collège et au lycée, Dominique Borne précise qu’il n’y a pas d’instructions ministérielles autoritaires, ni de critiques exprimées par les politiques.

22L’intervenant rappelle certaines caractéristiques du programme qu’avait instauré Philippe Joutard : l’histoire de la France y était mise en relation avec des ensembles plus importants. Par ailleurs, ce programme gommait les héros pour laisser la place aux victimes (massacre des indiens d’Amérique, monde ouvrier, inégalité entre hommes et femmes, extermination juive). Dominique Borne observe ensuite qu’en 2008, les programmes reviennent à une perspective plus classique, présentant les grands repères et quelques figures historiques majeures. Quelques problèmes, toutefois, sont à noter : paysans et religion sont évoqués exclusivement à propos du Moyen Âge ; la Shoah est intégrée à l’histoire de France, alors qu’il n’y a pas une seule personnalité juive mentionnée dans tout le programme ; l’Édit de Nantes figure sans exception dans tous les programmes, mais son abolition n’est jamais mentionnée ; le programme est instrumentalisé, non pas politiquement, mais à des fins civiques.

23Dominique Borne présente alors un document récapitulant les repères historiques énumérés à la fin des programmes de collège. On remarque un trou béant entre César et l’Édit de Nantes et, en revanche, quantité de dates figurent pour évoquer la Révolution. Au lycée, le Moyen Âge est toujours présenté à travers le thème des paysans et de la religion. Chose aberrante de nos jours, l’histoire économique et l’histoire sociale sont totalement absentes des programmes.

24Aux yeux de l’intervenant, le débat sur l’histoire de France est essentiel pour faire avancer les choses : c’est un véritable moteur de réflexion. La réconciliation des deux histoires se fait autour du patriotisme. Ceci montre l’extraordinaire usure du classique discours sur la France qui ne tient pas compte de ce qu’est devenu le pays, une France plus plurielle qu’elle ne l’était. Il est urgent d’écouter les mémoires, de montrer aux communautés qui se réclament de la mémoire qu’elles peuvent, elles aussi, entrer dans l’histoire.

25La particularité de l’histoire en France est qu’elle ne se rattache à aucun territoire précis. La France est diverse, sans territoire fixe, sans peuple de référence : pour Dominique Borne, ce n’est pas assez dit. Il faut parler de la représentation de l’histoire de France, qui est elle-même sujet d’histoire. L’histoire n’a pas de début. Pourquoi ne pas commencer l’histoire de France par la fondation de Marseille, avec un récit qui donne la part belle à la mixité ? Il est obligatoire de raconter l’histoire de France, mais on peut le faire en montrant qu’il y a plusieurs récits possibles. Si l’on veut que des enfants se sentent français, il faut intégrer une partie de leur histoire dans l’histoire de France, prendre en charge les problèmes d’immigration. Pour conclure, il faudrait écrire un nouveau roman national correspondant aux besoins de la France d’aujourd’hui.

26Riche en échanges, cette journée a mis en avant le trop grand écart existant entre le monde de la recherche et le reste de la société. Quelle place doit tenir le chercheur face à la demande d’histoire provenant de la société ? Lors de cette journée, la même critique est revenue plusieurs fois : il n’y a pas assez de transmission entre les chercheurs, le monde enseignant et la société. Les revues scientifiques font-elles assez d’efforts pour que leur contenu puisse être utilisé par les enseignants ? L’historien se doit-il de prendre part aux débats qui agitent la société ? Les programmes scolaires ont dix ans de retard, voire plus, sur la recherche actuelle. Que faire face à cela ? Faut-il que les chercheurs se mettent à faire de la vulgarisation scientifique ?

27Beaucoup de questions donc, qui seront débattues l’année prochaine. En effet, le laboratoire Framespa a décidé de reconduire pour une année encore ce séminaire transversal, riche en réflexions sur le métier d’historien et sur son rôle dans la société.

Haut de page

Notes

1  http://www.cfaj.fr/AJ/Archives_juives.php

2  http://www.comminges.org/

3  G. Bruno, Le tour de la France par deux enfants, Paris, Belin, 1877. « G. Bruno » est le pseudonyme d’Augustine Fouillée, née Tuillerie.

4  Histoire de l’éducation, [En ligne], 2010/2, n° 126, consulté le 21 mai 2012, URL : http://www.cairn.info/revue-histoire-de-l-education-2010-2.htm

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agathe Roby, « Framespa, Séminaire transversal « Histoire et historiens face aux usages et à l’instrumentalisation du passé». 5e journée : « La transmission» », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 24 juillet 2014. URL : http://framespa.revues.org/1673

Haut de page

Auteur

Agathe Roby

Doctorante en histoire médiévale au laboratoire Framespa sous la direction de Sophie Cassagnes Brouquet.
agathe.roby@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page