Navigation – Plan du site

Les proverbes au Siècle d’Or à la frontière entre fait littéraire et fait social

Lidwine Linares

Texte intégral

  • 1  Alain Roger, Bréviaire de la bêtise, Paris, Gallimard, 2008.
  • 2 Op. cit., p. 73.

1L’heure de gloire des proverbes semble révolue et l’on n’utilise plus qu’une partie infime de l’immense capital parémiologique qui était en usage dans les siècles passés. Le xxie siècle se montre parfois assez condescendant à leur égard, voire méprisant. Roland Barthes daignait seulement manifester envers eux de l’indulgence… Mieux encore, le philosophe Alain Roger, dans son essai intitulé Bréviaire de la bêtise1, y voit l’une des formes où celle-ci se cristallise le mieux. Le bon sens qui dicte les proverbes « n’est jamais que la raison suffisante parvenue à ses fins : s’inscrire dans la conscience collective, se constituer en corpus autocratique » et obéit « à un regrettable principe d’identité tautologique, semblable à celui que l’on trouve dans l’énoncé “un sou est un sou” »2. Pour le philosophe clermontois,

  • 3 Ibid.

même si le proverbe ne revêt pas la forme tautologique, il ne cesse pourtant d’y prétendre, en se présentant comme le dépôt d’une expérience immémoriale : « c’est comme ça », « depuis toujours », ces deux piliers de la bêtise rustique3.

Alain Roger ajoute :

  • 4 Op. Cit., p. 74. Suit une brève interprétation du flot de proverbes que Cervantès aurait mis dans l (...)

Le chapelet de la sagesse populaire s’égrène à l’infini, mais, en réalité, son champ est relativement restreint, c’est toujours, à peu de chose près, le monde de l’argent et du profit. […] La tautologie bourgeoise « les affaires sont les affaires » fait place à des énoncés moins cyniques, plus bonasses, mais soumis au même principe d’économie. Économique, le proverbe l’est, en effet, aussi bien dans le fond que dans la forme. Dans la forme, puisqu’il condense une tradition si ancestrale qu’elle s’avère comme un axiome ; mais aussi dans le contenu : c’est toute une économie, rustique et boutiquière, qui s’exprime dans l’adage, avec sa ladrerie de grippe-sou et de fesse-mathieu4.

  • 5 Le titre complet, dans son orthographe d'origine, est : Vokabulario de Rrefranes i Frases Proverbia (...)

2Bien loin de nous convaincre, les propos acerbes d’Alain Roger contre les adages populaires ne nous font que mieux apprécier l’excellence des proverbes réunis en 1627 par l’érudit Gonzalo Correas, professeur à Salamanque, dans son Vocabulario de refranes y frases proverbiales. Cette impressionnante collection de 25 000 énoncés comprend sentences et maximes, phrases toutes faites5, jurons, malédictions, plaisanteries, fragments de comptines, bribes de chansons ou d’historiettes populaires sur des situations et des thèmes si variés, et le tout formulé avec une telle richesse de procédés, que l’on aurait bien du mal à reconnaître là l’objet de la critique d’Alain Roger. La variété de ton de ces formules brèves qui ont tenu sous le charme bien des écrivains et érudits, et le double ou triple sens de certaines d’entre elles ajoutent encore à la fascination qu’exercent les proverbes sur leurs auditeurs ou lecteurs. Le Vocabulario de refranes se présente comme un dictionnaire, mais se lit comme un roman et plonge son lecteur dans la vie quotidienne au Siècle d’Or, en en reflétant, dans mille détails familiers, les manières de vivre et de penser. Louis Combet l’a formulé mieux que personne :

  • 6 Louis Combet, Recherches sur le « refranero » castillan, Paris, Les Belles Lettres, 1971, p. 338.

Les proverbes, on l’a souvent dit, constituent un document de choix dont l’interprétation peut permettre d’étudier sous un éclairage intéressant et parfois nouveau la réalité objective d’une société humaine à un moment donné de son devenir historique. Une étude sociologique du type « étude de mentalités » était donc théoriquement possible à partir d’un corpus parémiologique qui satisferait à certaines exigences6.

Mais que l’on ne s’attende pas à trouver dans cette somme de proverbes une pensée rigide. Les proverbes disent tout et son contraire !

  • 7  Gonzalo Correas, Vocabulario de refranes y frases proverbiales, Edición digital de Rafael Zafra, U (...)
  • 8  Pour une présentation exhaustive du Vocabulario de refranes y frases proverbiales, voir la double (...)

3Donnons quelques éclaircissements sur le cheminement par lequel nous est parvenue cette extraordinaire collection réunie par Gonzalo Correas, intellectuel à l’esprit original, qui avait transcrit ces proverbes en employant une orthographe personnelle (« ipókrita » au lieu de « hipócrita », « eszelente » au lieu de « excelente », « Érkules » au lieu de « Hércules », etc.) et un ordre alphabétique original (a, e, i, o, u, r, l, n, s…), qu’il jugeait tous deux plus rationnels. Cette collecte représente le travail de toute une vie, mais bien que le manuscrit ait été prêt en 1627, Correas n’a pas eu le temps de l’éditer avant sa mort (1631), et il a fallu attendre jusqu’en 1906 pour que la Real Academia l’imprime pour la première fois. Cette première édition présentait une modernisation de l’orthographe, tout en respectant l’ordre alphabétique particulier de Correas, alors que la réédition suivante (1924) a aussi normalisé l’ordre alphabétique. Ces deux éditions comptent malheureusement de nombreuses erreurs pour avoir été faites non pas à partir du manuscrit original de Salamanque, mais d’une copie de celui-ci, datant de 1780, destinée primitivement à préparer l’insertion des proverbes dans le Diccionario de la Real Academia et, pour ce faire, conservée dans la bibliothèque de cette institution. Or, à partir de 1637, on perd la trace du manuscrit original de Correas, longtemps égaré dans les fonds de la Bibliothèque Nationale de Madrid avant d’être retrouvé par Robert Jammes, dans les années soixante. Mais l’illustre spécialiste de Gongora, occupé à d’autres travaux, ne put s’y consacrer, malgré sa passion pour les proverbes, et fit profiter de la redécouverte du manuscrit son ami Louis Combet, qui réalisa une remarquable édition critique, publiée en 1967. L’édition de Louis Combet respecte l’orthographe et l’ordre alphabétique adoptés par Correas, ce qui a toutefois l’inconvénient d’en rendre la consultation ardue. Une fois l’ouvrage de Louis Combet épuisé, un éditeur madrilène réalisa, en 1992, une édition en fac-similé, non pas de l’édition scientifique de Louis Combet, mais des deux très imparfaites éditions antérieures publiées en 1906 et en 1924 par la Real Academia Española, remplies d’erreurs textuelles rendant parfois incompréhensibles ou absurdes certains dictons. Cette nouvelle édition peu satisfaisante allait hélas, à son tour, servir de base à l’édition digitale de Rafael Zafra, en 20007, pérennisant les multiples erreurs qui avaient été pourtant dénoncées de longue date (ex. : « Atún de ijada y salmón, muchas cosas son »y était transcrit :« Atún, deixada, y salmón, muchas cosas son », et l’on pouvait se demander longtemps ce qu’était cette mystérieuse espèce de poisson appelée « deixada », alors qu’il s’agit de « ijada », ‘flanc’, « atún de ijada » (‘saumon bien charnu’). Se faisait donc ressentir la nécessité de mettre à la disposition des universitaires une nouvelle édition qui présente les qualités scientifiques de celle de Louis Combet et soit plus aisément consultable en restituant au lecteur un classement alphabétique et une orthographe normalisés, faute de quoi ce magnifique corpus restait encore trop inaccessible. Mais, pour que cette version modernisée garde toute sa valeur philologique, il fallait qu’elle respecte l’orthographe du Siècle d’Or, tout en faisant abstraction des originalités orthographiques de Correas et en redistribuant les proverbes selon l’ordre alphabétique normal. Les difficultés auxquelles se sont trouvés confrontés avec un succès inégal, comme on l’a vu, les divers éditeurs du Vocabulario tiennent à la matière de ces énoncés qui, avant d’être recueillis par écrit, étaient pure oralité. Au soin maniaque qu’avait mis Correas à transcrire très exactement ces proverbes et locutions proverbiales sous leur forme orale, parfois notablement éloignée de ce qu’aurait été une forme canonique écrite, font écho le perfectionnisme de Louis Combet et, trente ans après, celui de Robert Jammes. Celui-ci, en collaboration avec Maïté Mir, alors ingénieur au Laboratoire FRAMESPA de Toulouse, entreprit pendant trois longues années de mener à bien cette renaissance du Vocabulario de refranes, qui aboutit à l’édition sur papier dite « de Louis Combet, révisée par Robert Jammes et Maïté Mir-Andreu », publiée chez Castalia, en 20008. À la fin de la présentation de cette édition, Robert Jammes soulignait l’importance que revêtait cette collection de proverbes, non seulement comme instrument de travail pour les chercheurs espagnols et hispanistes, mais comme objet d’étude en soi.

Ces outils ont grandement facilité les études thématiques, et celles-ci, déjà nombreuses auparavant, se sont multipliées.

4L’article de Françoise Cazal, hispaniste et Professeur émérite à l’Université de Toulouse-Le Mirail, intitulé « Petites scènes de la vie quotidienne à travers le Vocabulario de refranes de Correas (1627) » ne se veut pas une étude thématique de plus, mais cherche à montrer la théâtralité de ces anecdotes touchant à des sujets de société variés, et à souligner combien elles dévoilent les comportements sociaux en Espagne au xviie siècle. Les proverbes ont ce talent de reconstituer sous nos yeux, avec une incroyable vigueur, un monde familier disparu et surtout une façon d’appréhender ce monde, qui nous en dit plus long sur les mentalités du Siècle d’Or que bien des études. Même si un certain nombre de ces proverbes figurent dans des répertoires antérieurs à celui de Correas, le fait que l’illustre collectionneur ait réuni une véritable somme des adages de son temps (et ait pris, de surcroît, le soin de commenter l’emploi qu’en faisaient ses contemporains) légitime parfaitement de considérer ces énoncés, à la frontière entre le fait littéraire et le fait de société, comme l’expression de leur époque, non pas en tant que reflets primaires d’une réalité objective, mais plutôt comme témoignages vivants d’une façon de communiquer. Françoise Cazal s’appuie non seulement sur les proverbes dont l’énoncé se présente comme des petites scènes pittoresques, mais aussi sur les récits rapportés dans les commentaires du compilateur. Cette étude est centrée sur l’analyse du lien entre l’énoncé des proverbes (souvent dialogués) et les anecdotes traditionnelles qui en sont à l’origine, et souligne le souci constant de Correas de démêler le fictionnel du réel dans les sources. Proverbes ou commentaires de Correas sont cités intégralement, dans le texte de l’article ou en note de bas de page. Les traductions en français des proverbes, regroupées à la fin de l’article (les références renvoient à l’édition du Vocabulario de refranes de Robert Jammes et Maïté Mir, Castalia, 2000), permettront à tous de se familiariser avec ces textes brefs mais parfois difficiles.

5La vie quotidienne sert également de substrat à l’article d’Éva Galar, professeur de langue et littérature espagnoles à Tudela, qui a participé à l’élaboration de l’édition digitale de Rafael Zafra de l’Université de Navarre, et qui nous propose une étude intitulée « Les condiments dans les proverbes : l’huile, le vinaigre et le sel ». À partir d’un riche corpus tiré essentiellement du Vocabulario de Refranes de Correas, mais aussi de quelques autres ouvrages –textes littéraires ou dictionnaires– l’auteure entend montrer comment ces parémies expriment les mentalités du Siècle d’Or. Par ailleurs, ces dictons permettent de dresser le portrait de l’Espagne rurale, en signalant, par exemple, la valeur économique de l’huile d’olive, ou en exposant les secrets de l’univers domestique, les recettes ou les vertus et propriétés, curatives, cosmétiques et conservatrices, de ces condiments. Cette étude nous rappelle que ces proverbes ne se contentent pas de refléter les aspects du quotidien, mais transmettent des connaissances populaires ancestrales. Les condiments revêtent alors un sens symbolique et figuré, dont Éva Galar s’efforce d’éclairer ici les origines.

  • 9  Sonia Fournet-Pérot, Étude descriptive des proverbes dans la littérature hispanique médiévale et p (...)

6Le Vocabulario de Refranes est également minutieusement étudié par Sonia Fournet-Pérot, Maître de Conférences à l’Université de Limoges et spécialiste en parémiologie9, dans son article « Du burlesque chez Correas ou quand la grossièreté de la sagesse populaire devient un procédé humoristique ». C’est par le prisme des énoncés grossiers, vulgaires, voire obscènes que cet article original aborde la monumentale compilation de Correas. Les proverbes sont par essence le témoignage d’une sagesse populaire que l’on prétendait transmettre, mais Sonia Fournet-Pérot montre que cet enseignement ne passe pas forcément par un discours sérieux. Bien au contraire, répertoriant et proposant une analyse fine de ces énoncés qu’elle qualifie de burlesques, elle montre qu’ils ont d’incroyables vertus didactiques.

7On l’a vu grâce au recueil de Gonzalo Correas, le proverbe est omniprésent dans la culture du Moyen-Âge et du Siècle d’Or espagnols. Il n’est donc pas étonnant qu’il apparaisse dans la littérature. Aussi les proverbes sont-ils abondamment présents dans les textes classiques, qu’il s’agisse de romans ou de pièces théâtrales, tels que La Celestina. C’est précisément de cette œuvre de Fernando de Rojas, –connue aussi sous le titre de Tragicomedia de Calisto y Melibea– que Thomas Faye, Maître de Conférences à l’Université de Limoges, tire le corpus qu’il étudie dans son article intitulé « Proverbes et sentences dans La Celestina : traduction, effets de formes et effets de sens ». Il y analyse quelques-uns des nombreux proverbes dont la célèbre entremetteuse se sert pour convaincre et séduire ses interlocuteurs et le public-lecteur, et y étudie le savoir-faire d’Aline Schulman dans sa traduction française de l’œuvre, en 2006 chez Fayard. L’auteur s’attarde sur les problèmes et les limites ainsi que sur les mécanismes de la traduction de ces « phrases toutes faites », de ces formes sentencieuses empreintes de sagesse populaire et ancrées dans un contexte culturel spécifique.

8Julia Sevilla Muñoz adopte une démarche qui, si elle s’inscrit tout autant dans le champ de l’étude des proverbes, est différente des précédentes en ce qu’il ne s’agit pas, pour cette éminente parémiologue de l’Université Complutense de Madrid, directrice de la revue espagnole Paremia, de s’intéresser à un vaste corpus, mais bien à un seul proverbe « Tanto va el cántaro a la fuente que al final se rompe ». Son article intitulé « Tanto va el cántaro a la fuente que... encuentra un universal paremiológico ? », s’intéresse à l’ensemble des aspects de ce proverbe, qu’ils soient linguistiques, littéraires, sociologiques, etc. La réalité triviale –aller chercher de l’eau à la fontaine du village– à laquelle renvoie ce proverbe explique son étonnante fortune à la fois dans le temps et dans l’espace. Julia Sevilla Muñoz en propose donc une analyse diachronique, relevant sa présence dans les textes de l’Antiquité jusqu’à nos jours, et commente les différentes variantes à la lumière du contexte culturel et historique. À cette première approche s’ajoute également une analyse synchronique dans laquelle l’auteure dresse une « carte linguistique» de ce proverbe en recherchant les correspondances qu’il peut avoir dans d’autres langues ou d’autres aires culturelles.

9C’est également à l’étude d’une occurrence particulière que Lidwine Linares, Maître de Conférences à l’Université de Limoges, consacre son article « ¡Santiago y cierra, España! ». Correas, dans son « refranero », répertorie deux proverbes renvoyant à la figure de Saint Jacques batailleur : « Santiago y a ellos, y era un costal de paja de centeno » ainsi que « Dar un Santiago », proverbe dont il précise le sens « Es hacer acometida a los enemigos, porque los españoles apellidan a Santiago en batallas ». Ces deux énoncés, aujourd’hui tombés en désuétude, trouvent leur origine dans une autre locution proverbiale –en réalité un cri de guerre– qui contrairement à eux, s’utilise encore : « ¡Santiago y cierra, Espana! ». Certes nous n’avons pas affaire là à un proverbe au sens strict ; mais, s’agissant d’une « phrase toute faite » née au Siècle d’Or, l’étude de Lidwine Linares trouve tout naturellement sa place dans ce dossier. La perspective adoptée dans cet article est celle de l’étude diachronique, puisque son auteure fait état de l’évolution de cette expression depuis ses origines jusqu’à nos jours –prouvant qu’il ne s’agit pas d’un cri de guerre médiéval mais d’une création du Siècle d’Or. De même, elle s’emploie à analyser le sens de ce cri et sa portée politique selon le contexte historique.

  • 10  Julia Sevilla, « El valor etnológico de los refranes » dans El componente etnolingüístico de la Pa (...)
  • 11  Louis Combet, « La fonction occulte des proverbes dans Le Quichotte », in Paremia, nº 6, Madrid, U (...)

10On remarque, à travers ces différentes contributions sur les proverbes espagnols au Siècle d’Or et sur leur évolution, que ces derniers se trouvent bien à la frontière entre fait littéraire et fait social. Leur forme, leur rythme, leurs sonorités, leur théâtralité montrent qu’ils sont des pièces « littéraires » et c’est à ce titre qu’ils trouvent d’ailleurs souvent une bonne place dans la littérature. Mais ces articles montrent aussi que le proverbe doit être considéré comme fait social : il est « le fruit de l’expérience vécue jour après jour par les membres d’une société essentiellement rurale »10 ; et il cherche à convaincre le destinataire, à donner des leçons, à « moraliser les conduites des peuples»11, ou tout simplement à les influencer, dans un contexte historique et culturel particulier.

Haut de page

Notes

1  Alain Roger, Bréviaire de la bêtise, Paris, Gallimard, 2008.

2 Op. cit., p. 73.

3 Ibid.

4 Op. Cit., p. 74. Suit une brève interprétation du flot de proverbes que Cervantès aurait mis dans la bouche de Sancho Panza uniquement comme contrepoint de la folie raffinée et livresque de son illustre maître, où il semble échapper à Alain Roger que, au-delà du puissant effet comique obtenu par l'avalanche de proverbes de Sancho, Cervantès, sous couvert de satire, a rendu un tout aussi intense hommage au monde des proverbes qu'à celui des romans de chevalerie qu'il est censé critiquer.

5 Le titre complet, dans son orthographe d'origine, est : Vokabulario de Rrefranes i Frases Proverbiales, i otras Fórmulas komunes de la lengua Kastellana, En ke van todos los inpresos antes, i otra gran kopia ke xuntó el Maestro Gonzalo Korreas, Kratedático de Griego i Hebreo en la Universidad de Salamanka.

6 Louis Combet, Recherches sur le « refranero » castillan, Paris, Les Belles Lettres, 1971, p. 338.

7  Gonzalo Correas, Vocabulario de refranes y frases proverbiales, Edición digital de Rafael Zafra, Universidad de Navarra, Reichenberger, Pamplona/Kassel, 2000 (Ediciones digitales del GRISO).

8  Pour une présentation exhaustive du Vocabulario de refranes y frases proverbiales, voir la double introduction qui ouvre le volume : la « Presentació» signée par Robert Jammes (p. IX à XIII), et le « Prólogo de la edición de 1967 », de Louis Combet (p. XV à XXXIII).

9  Sonia Fournet-Pérot, Étude descriptive des proverbes dans la littérature hispanique médiévale et pré-classique et de leur fonctionnement au sein des mécanismes de l’argumentation, Thèse de doctorat dirigée par Dolorès Ligatto, Limoges, 2005.

10  Julia Sevilla, « El valor etnológico de los refranes » dans El componente etnolingüístico de la Paremiología. The ethnolinguistic Component of Paremiology, Germán Conde Tarrío (dir.), Belgique, InterCommunications & E.M.E, 2007, p. 213.

11  Louis Combet, « La fonction occulte des proverbes dans Le Quichotte », in Paremia, nº 6, Madrid, Universidad Complutense, 1997, p. 173.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lidwine Linares, « Les proverbes au Siècle d’Or à la frontière entre fait littéraire et fait social », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 20 août 2014. URL : http://framespa.revues.org/1671

Haut de page

Auteur

Lidwine Linares

Maître de Conférences, Université de Limoges, CeReS / FRAMESPA-LEMSO
lidwine.linares@unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page