Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Première rencontre du séminaire « Histoire mondiale de l'aviation, de ses acteurs et de leurs réseaux »

Jean-Marc Olivier (dir.), Thématique 4 de Framespa, 22 mai 2012, Université de Toulouse-Le Mirail
Pierre-Marie Pay

Texte intégral

1Malgré l’histoire d’amour qui lie depuis longtemps l’aéronautique et la région toulousaine, il faut constater que cet amour n’a pas été relayé par les historiens. Du moins, pas suffisamment. En effet, les autres disciplines se sont déjà emparées du sujet (sociologie, économie…), mais cette approche scientifique ne trouve pas son pendant en histoire. Les études historiques sur la question ne manquent pourtant pas. Mais elles sont le fait d’érudits locaux qui sont d’abord des amoureux de l'aviation. Il apparaît donc urgent de proposer une approche scientifique face à cette histoire immédiate. Ce besoin de scientificité est d’autant plus urgent que le centenaire de la première guerre mondiale approche. À cet effet, la demande de certains éditeurs rend l’approche historique scientifique plus nécessaire et plus pressante devant un travail important. Ainsi, FRAMESPA, sous l’impulsion de Jean-Marc Olivier, a initié un séminaire réunissant des chercheurs spécialistes de la question, chacun avec des problématiques différentes. Une approche holistique donc, pour relever le défi du temps. Précisons que la journée du 22 mai 2012 est une avant-première du séminaire mensuel sur ce thème qui se déroulera en 2012-2013.

2Plusieurs intervenants se sont exprimés sur leurs recherches afin de faire émerger un véritable échange.

3Andrea Seignier travaille sur l’histoire sociale des pionniers de l’aviation entre 1900 et 1914. Son approche est à la fois originale et intéressante. Admirative devant l’abnégation des pionniers qui sacrifiaient temps et argent à leur passion, Andrea Seignier étudie l’évolution des mentalités à cette période. Elle accorde une large importance à l’étude des réseaux en utilisant principalement des sources épistolaires.

4Éric Mathieu, lui, s'intéresse à l’aéronautique militaire de la Première Guerre mondiale et, plus précisément, aux perceptions qu’avaient les fantassins des aviateurs et inversement. Il met en avant des histoires personnelles, des parcours rythmés par les mutations, les déplacements. Il part donc de la base pour décrire la réalité des mentalités de l’époque et se défaire de l’omniprésence du mythe.

5Clair Juilliet travaille sur l’histoire sociale de l’aéronautique toulousaine entre 1943 et 1999. Son approche revêt un grand intérêt en raison du manque d’une histoire sociale des entreprises, des individus, des associations… Clair Juilliet compte pallier ce manque en privilégiant l’étude des échanges sociaux, l’autonomie des évolutions sociales, l’organisation du travail, la gestion du personnel. Il rappelle au passage que l’aéronautique a toujours été un laboratoire des luttes sociales, avec des syndicats forts. D’ailleurs, 1936 et 1968 ont été initiés par les syndicats de l’aéronautique. Clair Juilliet se penche aussi sur les rapports entre les cols blancs et les cols bleus, sur les conditions de vie des travailleurs, les savoir-faire, la formation, la vie hors du travail, le regard des autres, ainsi que sur l’ancrage local et les mouvements sociaux. Son approche est à la fois très ambitieuse et parfaitement documentée : Clair Juillet réussit à faire une très significative recontextualisation du phénomène de l’aéronautique à Toulouse.

6Ensuite, Gaëtan Sciocco est revenu sur l’histoire contemporaine de l’aviation, abordant les modifications profondes du secteur de l’aéronautique, notamment le passage aux transports de masse avec l’avènement des compagnies low cost. Son étude porte également sur les changements de perception vis-à-vis des pilotes et des hôtesses, changements entraînés par cette démocratisation de l’avion comme moyen de transport. Il se penche aussi sur les altérations profondes survenues dans le domaine de l’aéronautique militaire, cette fois. La fin de la Guerre Froide et la naissance d’un monde multipolaire auraient impacté le secteur. Il s’interroge sur les mutations à venir dans l’aviation en général, notamment sur la disparation éventuelle du pilote, auquel on substitue de plus en plus les drones. Gaëtan Sciocco offre une approche très dynamique de l’histoire aéronautique.

7La dernière intervenante, Yan Tian, nous vient de Chine. Urbaniste de formation et spécialiste de l’histoire industrielle, elle met en avant l’histoire chaotique de l’industrialisation aéronautique en Chine. Elle parle en effet d’un développement de cette industrie très rapide à la fin du xixe siècle, tout comme au début du xxe (en raison de la forte occidentalisation de cette période), jusqu’à l’épisode de la guerre civile qui opère une véritable coupure. Il faudra attendre 1951 pour voir une nouvelle impulsion. Le travail de Yan Tian nous oblige à provincialiser davantage l’Europe : en effet, à travers sa présentation, on découvre une Chine dotée, de longue date, de connaissances techniques développées dans le domaine aéronautique, et manifestant un véritable intérêt pour ce domaine (de nombreuses revues existaient très tôt).

8Considérant qu'il s'agit d'une première rencontre, le bilan de ce nouveau séminaire est très positif, pour plusieurs raisons. D’abord, la présence d’intervenants étrangers est un atout considérable. D'autre part, la dimension internationale est essentielle pour ne pas tomber dans une approche franco-centrée. L’idée a d'ailleurs émergé d’inviter, pour chaque rencontre future, une personnalité faisant autorité sur un sujet précis, pourquoi pas internationale, afin d’enrichir le débat. Enfin, il faut noter que ce séminaire a attiré des étudiants de master, voire de licence, qui ont pu échanger avec leurs aînés et avoir accès à de nouvelles connaissances : une autre réussite pour ce séminaire qui se veut d’abord ouvert. Le séminaire revêt, en outre, un grand intérêt du fait de la pluralité des approches historiennes, certains ayant privilégié une dimension sociale, d’autres une démarche plus économique. La présence de ces intervenants passionnés, aux sensibilités différentes, a ouvert de belles perspectives pour les rencontres ultérieures. Les chercheurs ont beaucoup interagi et beaucoup appris de leurs travaux respectifs. En ce sens, ce séminaire laisse entrevoir l’élaboration d’une plate-forme intéressante sur le sujet.

Figure 1

Figure 1

Stand du constructeur aéronautique chinois COMAC au salon du Bourget en juin 2011

Cliché Jean-Marc Olivier

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Stand du constructeur aéronautique chinois COMAC au salon du Bourget en juin 2011
Crédits Cliché Jean-Marc Olivier
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/1629/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Marie Pay, « Première rencontre du séminaire « Histoire mondiale de l'aviation, de ses acteurs et de leurs réseaux » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://framespa.revues.org/1629

Haut de page

Auteur

Pierre-Marie Pay

Étudiant IEP Toulouse, stagiaire à Framespa
pierre-marie_pay@live.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page