Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Conférence « La retraite, le vieillissement et la mort aux États-Unis et en France », Paul V. Dutton, professeur d’histoire, Northern Arizona University, USA

Jean-Yves Bousigue et Bruno Valat (coords.), Laboratoire Framespa-UMR 5136, Thématique Santé et société, 26 avril 2012, Université de Toulouse II-Le Mirail
Myriam Jnib

Texte intégral

1La conférence a été introduite par Bruno Valat qui est revenu sur le concept de vieillissement au xxe siècle. Les comparaisons établies entre la France et les États-Unis dans ce domaine soulèvent de nombreuses questions. Le travail de recherche du professeur Paul V. Dutton porte sur les liens entre la retraite, le vieillissement et la mort. L’association de ces trois thèmes est pour le moins originale, comme l’a montré ce séminaire.

2Le professeur d’histoire Paul V. Dutton a ensuite proposé une réflexion sur le rôle de la création et du développement de la retraite dans l’évolution des conditions dans lesquelles nous vieillissons et nous mourons, en France et aux États-Unis. Il faut souligner que les avancées technologiques et la création d’une société de consommateurs ont rendu la retraite possible et plus longue que jamais.

3Paul Dutton commence par présenter l’« Arizona paradox », une création sociale qui révèle une nouvelle façon de vivre la vieillesse. Ce concept n’est d’ailleurs pas représentatif de toutes les personnes âgées. Pour comprendre ce phénomène économique et culturel, il faut d’abord souligner la représentation bipolaire qui est habituellement faite de la vieillesse. On distingue, d’une part, le retraité actif appelé « senior » et, d’autre part, la personne âgée dépendante, souffrant de solitude, ou personne du « quatrième âge ». Le choix du terme « Arizona », État du Sud-Ouest des États-Unis, n’est pas fortuit pour désigner cette situation, car le lieu, la société et les retraités de cet État incarnent plusieurs facettes du phénomène étudié ici. En effet, l’Arizona représente une destination populaire pour les retraités actifs américains qui partent en vacances, et également un endroit où les gens souhaitent mourir chez eux, même s’ils décèdent souvent à l’hôpital. De plus, de nombreux retraités revendiquent leur liberté dans cet État, payant le moins possible d’impôts et habitant dans des « communautés senioriales » d’où les enfants sont exclus. L’Arizona est, d’autre part, le seul État à avoir adopté le modèle de retraite français, ce qui a évidemment créé une dépendance de ses retraités vis-à-vis de l’assurance vieillesse publique. Ce modèle a contribué à l’amélioration de la qualité de vie d’une majorité de retraités. Pour comprendre comment l’on en est arrivé là, mais aussi les points communs et les différences qui subsistent dans ce domaine entre les États-Unis et la France, un détour par l’histoire s’impose.

4En ce qui concerne la création de la retraite aux États-Unis, elle est née d’une dialectique commune aux forces patronales, aux syndicats ouvriers et à l’État. En effet, l’institution de la retraite, fortement liée à la politique en faveur du recrutement des jeunes, a été une mesure efficace contre le chômage qui ravageait le pays dans les années 1930. Il faut mentionner que les leaders américains ont pris note de l’efficacité du système de retraite allemand après la Première Guerre mondiale. Ils ont ainsi créé un système de pension pour les fonctionnaires et les travailleurs du secteur public.

5Parallèlement, en France, la retraite naît de la diffusion de l’organisation scientifique du travail et des nouvelles formes de calcul économique que cette diffusion engendre. Pour les syndicats, l’instauration de ce nouveau droit social du travail que constitue la retraite a permis une concertation sur le droit du travail et les salaires. Le contrat de travail stipule que la rémunération du travailleur dépend de son âge et crée alors un nouvel espace dans le cycle de vie. En effet, un travailleur français, avant la Deuxième Guerre mondiale, pouvait être considéré comme « vieux » pour le travail avant d’être véritablement usé au niveau physiologique.

6Les quarante dernières années marquent le développement d’un nouvel âge de la vie appelé le « troisième âge » dans ces deux pays. Cette période correspond également à une réduction du taux de pauvreté parmi les personnes âgées.

7En France, c’est l’État gaulliste qui a lancé l’idée du troisième âge et le Rapport Laroque, datant de 1962, a inversé le paradigme régnant sur la vieillesse. En effet, dans ce rapport, le mode de vie pendant la vieillesse prévaut sur le concept même de retraite et l’objectif est l’insertion sociale de la population âgée. Il faut souligner que les caisses de retraite complémentaire ont joué un rôle central dans cette insertion. Elles ont largement influencé les idéaux de la retraite et de la vieillesse après la publication du Rapport Laroque en créant une synergie entre la politique de l’État gaulliste et les institutions complémentaires.

8Aux États-Unis, avant la Deuxième Guerre mondiale, il faut attendre 1965 pour que soit mise en place l’assurance-maladie publique pour les plus de 64 ans, nommée Medicare. Dans ces conditions, les groupes associatifs et privés, comme la AARP (American Association for Retired Persons), fondée en 1958, dont le but principal est de fournir l’assurance maladie aux personnes retraitées qui ne bénéficient plus de la couverture sociale de leurs employeurs, ont joué un rôle majeur. Cette association a rapidement séduit un large public en raison de sa capacité à regrouper les retraités en bonne santé pour trouver des assureurs prêts à leur vendre l’assurance à des prix convenables. L’AARP est ainsi devenue le géant du marché de la couverture supplémentaire aux États-Unis et a contribué à imposer une nouvelle conception de la vieillesse, dès les années 1970. En effet, les retraités appartenant à la classe moyenne ont pu vivre de façon indépendante par rapport à leur famille. Ils ont ainsi pu choisir leur lieu de vie et leurs loisirs, et cette multiplicité de choix montre bien que la retraite est devenue un produit de consommation. De plus, l’envie de vivre au soleil a amené les retraités à habiter dans des « communautés senioriales », très visibles en Arizona, en Floride et en Californie.

9Dans la déclaration de l’AARP concernant ses objectifs, il est intéressant d’établir les points communs et les points contrastants entre les politiques de vieillesse américaine et française. Les notions de dignité et d’indépendance des personnes âgées ainsi que la promotion de leurs droits se retrouvent dans les politiques des deux pays. Cependant, les racines de ces droits diffèrent. En France, les droits des personnes âgées se focalisent sur leur rôle d’usagers des services sociaux et médico-sociaux, alors qu’ils portent avant tout sur le droit au travail et le travail des bénévoles aux États-Unis. Dans le cadre économique libéral américain, cette création d’une armée de travailleurs âgés s’inscrit tout à fait dans la transition vers une économie postindustrielle, laquelle nécessitera des travailleurs occasionnels.

10L’industrialisation et l’urbanisation des sociétés des deux côtés de l’Atlantique, en combinaison avec la politique sociale du xxe siècle, ont ainsi créé un cycle de vie ternaire qui comprend l’enfance et la formation, la vie active et le travail et enfin la vie inactive et la retraite. Cette vie ternaire a promulgué une vieillesse digne et synonyme d’indépendance. La retraite est une conquête sociale pour les travailleurs qui ouvre sur la voie de la liberté individuelle.

11Le dernier point abordé lors de la conférence se réfère au concept de mort indéterminée. La mort, autrefois vue comme la partie terminale du processus de vieillissement, est devenue un moment repoussé après le troisième âge, le plus loin possible. La création de la retraite indépendante, idéalisée par le « troisième âge », et les progrès médico-techniques et juridiques ont changé notre manière de mourir. De plus, le paradigme médical qui consiste à ne pas considérer la vieillesse comme cause de la mort mais à chercher des maladies comme causes, maladies qui seraient toujours traitables, a créé le mouvement pour l’autonomie du patient, né dans les années 1980. Ce mouvement repose sur l’établissement des testaments biologiques et des directives préalables d’intervention médicale qui respectent les désirs relatifs aux soins du patient. Néanmoins, ces directives sont loin d’être efficaces dans les deux pays car elles dépendent fortement du lieu de soins du patient. Avant les années 1960, la majorité des personnes mourait chez soi, en présence ou non d’un médecin, mais en l’an 2000, cette situation s’est inversée. Depuis une dizaine d’années, les trois quarts des français et des américains meurent dans un hôpital, une clinique ou une maison de retraite.

12Il faut souligner, enfin, que la définition de la mort reste un problème difficile depuis le xixe siècle pour le corps médical. En effet, les médecins craignaient les inhumations précipitées. Dans les années 1960, l’invention du respirateur mécanique a modifié la représentation de la mort car le sang reste oxygéné et les organes ne meurent pas. Les médecins ont alors créé une nouvelle définition de la mort : la mort cérébrale. Cependant, cette notion reste confuse. Le développement de remarquables technologies médicales a renforcé l’ambiguïté sur la question de la mort. Cette dernière n’est pas imputable à la vieillesse et est devenue un choix, parfois du patient ou de sa famille, mais le plus souvent de l’équipe médicale.

13L’indépendance individuelle idéalisée du retraité du troisième âge se combine ainsi avec le paradigme techno-médical pour créer l’« Arizona paradox ». La mort dite « naturelle » n’existe plus et a été remplacée par un choix dicté par la culture industrielle, sociale et technico-médicale. Le paradoxe suprême réside dans la réconciliation de la dernière étape de nos vies ternaires (le cycle qui promet le plus de liberté individuelle) avec la limite individuelle ultime, la mort.

14Affiche de la conférence « La retraite, le vieillissement et la mort aux États-Unis et en France » : http://framespa.univ-tlse2.fr/​actualites/​thematiques/​sante-et-societe/​conference-debat-vieillir-mourir-en-europe-et-aux-usa-au-xxe-siecle-160060.kjsp?RH=1315210801761

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Jnib, « Conférence « La retraite, le vieillissement et la mort aux États-Unis et en France », Paul V. Dutton, professeur d’histoire, Northern Arizona University, USA », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://framespa.revues.org/1628

Haut de page

Auteur

Myriam Jnib

Etudiante en Master 2 Études Romanes, parcours ibérique, à l’Université de Toulouse-le Mirail (Atelier LEMSO, Thématique 1 FRAMESPA).
myriam.jnib@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page