Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Journée d’étude « La maison médiévale »

Bastien Lefèbvre (coord.), Framespa / Traces, Terrae, Jean-Loup Abbé et Nelly Pousthomis (dir.), projet COS2M, 26 avril 2012, Université de Toulouse II-Le Mirail
Anaïs Comet

Texte intégral

1Le 26 avril 2012 s’est tenu à la Maison de la Recherche de l’Université Toulouse II-le Mirail une journée du séminaire Terrae consacrée à la maison médiévale. Ce séminaire est rattaché à la thématique 2 du laboratoire Framespa intitulée Archéologie et espace des sociétés médiévales méridionales. Les responsables en sont Jean-Loup Abbé et Nelly Pousthomis. Ce séminaire s’inscrit dans le cadre de la coordination des médiévistes toulousains Terrae qui regroupe des chercheurs des laboratoires Framespa et Traces (http://terrae.univ-tlse2.fr/​).

2Cette première journée d’étude du projet COS2M (COrpus Spatial de Maisons Médiévales), sur lequel nous reviendrons un peu plus loin, était coordonnée par Bastien Lefebvre. La matinée fut consacrée à une séance de séminaire ouverte au public, l’après-midi à une séance de travail en groupe restreint. Ce compte-rendu porte seulement sur les interventions publiques dont la thématique commune était la question des programmes et des types de maisons médiévales.

3La matinée a débuté par une présentation du projet COS2M par Bastien Lefebvre et Nelly Pousthomis (UTM, UMR 5608 Traces – Terrae). Ce projet est porté par le laboratoire Traces. Il concerne l’ensemble de la Région Midi-Pyrénées pour laquelle plus de 2500 maisons antérieures au xive siècle sont connues. L’étude porte sur un Moyen Âge restreint, entre le xie et le xive siècle.

4La recherche sur la maison médiévale est particulièrement active à Toulouse, et ce, depuis plusieurs années. Les maisons médiévales sont en effet abondantes dans la région, et de nombreux chercheurs s’y intéressent tant à l’UTM, qu’à la SAMF (Société Archéologique du Midi de la France) ou encore au SCP (Service Connaissance du Patrimoine de la Région Midi-Pyrénées).

5L’ambition de ce projet est triple. Il s’agit tout d’abord de réaliser un corpus de maisons médiévales à partir de ce que l’on sait déjà sur ces édifices par une mise en commun des données des différents chercheurs. L’objectif est ensuite de mettre en place un outil pour interroger ce corpus en cours de recherche, mais aussi dans un but d’archivage et de pérennisation des données. Enfin, ce travail doit permettre de programmer et de préciser les futurs axes de recherche sur la maison médiévale.

6Ce travail doit s’appuyer sur des bases de données existantes, comme celle de l’Inventaire général (Mérimée), auxquelles doivent être ajoutés des champs complémentaires spécifiques à l’étude de la maison médiévale. Afin d’élaborer la grille d’étude, trois séances de travail sont prévues en 2012, portant respectivement sur les questions d’espace, de distribution et d’architecture.

7Après cette introduction, nécessaire pour replacer la journée d’étude dans son contexte et comprendre les objectifs du projet, Bastien Lefebvre a laissé la parole à Pierre Garrigou-Grandchamp (Société Française d’Archéologie ; SAMF ; Traces - Terrae). Ce dernier a exposé une réflexion méthodologique concernant les maisons urbaines médiévales à partir des deux concepts suivants : type et programme. La présentation s’est organisée en trois axes : tout d’abord l’identification des types architecturaux, puis la question des programmes et des approches fonctionnelles de la maison, et enfin quelques problématiques de recherche.

8Un type architectural se définit par sa morphologie et sa topographie. Les critères d’élaboration d’une typologie concernent à la fois les volumes et les plans de masses, mais aussi les relations entre les espaces. Pierre Garrigou-Grandchamp a exposé de nombreux types de maisons qu’il a pu étudier au cours de ses travaux dans toute la France : maisons à étage ou de plain-pied, à un ou plusieurs corps de bâtiment, à cour centrale ou à avant-cour, empiétant sur la rue, avec caves, à goutterot ou à pignon sur rue, maisons tours, etc. Il a ensuite insisté sur l’importance de la distribution interne dans l’élaboration de la typologie. Au cours du Moyen Âge, les plans évoluent de la distribution en enfilade à la distribution depuis la cour avec un système de galeries, en passant par les vestibules desservant les différentes pièces, par exemple. La place de l’escalier est aussi primordiale dans la définition des types de maisons, qu’il soit intérieur, extérieur ou mixte. La présentation de cette typologie a permis de se rendre compte de la très grande diversité des maisons médiévales. Les relations entre espace privé et espace public ont aussi été abordées en filigrane de cette intervention. En effet, il existe une imbrication constante entre ces deux types d’espaces. Les remarques liées à la morphologie ont aussi fait naître des questionnements sur l’économie de la construction, les règles de voisinage, etc.

9La question des programmes a été abordée à partir de trois entrées : les maisons polyvalentes, les maisons à dominante utilitaire, les maisons résidentielles. Les maisons polyvalentes sont les constructions les plus fréquentes. Ce sont des lieux de vie, de production et de travail. La partition est fonctionnelle entre les espaces et, généralement, entre le rez-de-chaussée qui a une fonction économique et l’étage résidentiel. Le rez-de-chaussée ne comporte que de grandes arcades et portes alors que l’étage est percé de nombreuses fenêtres. Les décors peints, les cheminées, les placards, sont l’apanage de l’étage. La maison polyvalente peut être très simple, mais elle peut aussi être une maison patricienne importante ou encore composée de plusieurs espaces modulables. Les constructions à dominante utilitaire regroupent plusieurs sortes de maisons. Les mieux connues sont les maisons de foire dans lesquelles il était possible de loger temporairement les marchands, mais dont l’espace était principalement composé de lieux de stockage et de vente. Il en est de même pour certains bâtiments à dominante administrative qui pouvaient abriter des parties résidentielles. Les auberges sont souvent oubliées des études sur les maisons médiévales, pourtant elles servaient bien d’habitation temporaire. Enfin, doivent aussi être associés à cette étude les logements accessoires ou d’occasion comme les logis de veilleurs, de portiers, etc., mais aussi les habitats temporaires dans certaines églises fortifiées, par exemple. Les maisons uniquement résidentielles concernent plusieurs catégories de population : les plus pauvres, les ecclésiastiques, les nobles et les agents du pouvoir. Les fondations charitables pour accueillir les pauvres sont nombreuses, mais peu étudiées en France pour la période médiévale. Les maisons canoniales sont en revanche mieux connues. Il s’agit généralement de maisons somptueuses servant uniquement de résidence, détachées de tout contact avec la rue, hormis par une simple porte. Il existe aussi, selon le même principe, des maisons de curé. Les résidences aristocratiques se présentent sous différentes formes : tours, salles, grands hôtels et palais, et sont généralement pourvues de décors somptueux. La présentation de ces programmes a encore une fois montré la grande diversité des maisons médiévales.

10Dans la dernière partie de son intervention, Pierre Garrigou-Grandchamp a insisté sur les dangers qu’il y a à se limiter à une stricte lecture morphologique des maisons. Il existe en effet de nombreux cas hybrides. Il n’y a pas de limite tranchée entre les différents programmes. La porosité est grande entre les fonctions résidentielles, économiques, administratives. La forme ne suffit donc pas à définir un programme. La maison polyvalente connaît aussi de nombreuses variantes avec la création de couverts et de caves, par exemple, mais aussi de chambres au rez-de-chaussée.

11Il ressort de cette présentation de synthèse sur la maison médiévale en France que les types et programmes de ces édifices sont très variés et souvent imbriqués les uns dans les autres. Seule une étude très approfondie de chacun de ces bâtiments peut permettre d’en sortir des problématiques de recherche transversale sur la maison médiévale. (Fig. 1)

Figure 1

Figure 1

Maison consulaire, élévation principale sur la place de la Halle, vue depuis l’est (Saint-Antonin-Noble-Val, Tarn-et-Garonne)

Cliché de Philippe Poitou.
© Inventaire général Région Midi-Pyrénées. Reproduction autorisée

12Faisant suite à cette intervention nourrie de nombreux exemples issus de toute la France, la présentation de Maurice Scellès (SCP ; SAMF) était axée plus spécialement sur la ville de Cahors.

13À Cahors, sont conservés plusieurs exemples de maisons comportant des boutiques au rez-de-chaussée et un étage habitable, et ce dès la première moitié du xiie siècle. Au rez-de-chaussée se trouvent alors des arcades et une porte permettant un accès à une cour intérieure, et l’étage est largement ouvert par plusieurs baies. Cette structure se retrouve dans l’architecture à pan-de-bois à un ou deux étages. Lorsqu’il y a deux étages, il n’y a pas de différenciation extérieure entre le premier étage comportant la salle et le deuxième étage abritant les chambres.

14Un autre problème soulevé concerne le parcellaire. Celui-ci ne reproduit pas toujours les unités constructives. En effet, les exemples existent de propriété distincte du sol mais de propriété unique de l’étage. Se pose alors la question de l’interprétation des textes.

15Plusieurs exemples ont été développés d’édifices complexes présentant notamment une dichotomie entre l’impression que donne la façade sur rue et la réalité des espaces intérieurs. Ainsi, une demeure de la rue de la Daurade présente sur sa façade un alignement de cinq baies géminées au premier étage permettant d’imaginer une vaste salle parallèle à la façade. En réalité, la salle se développe en profondeur, ne donnant que par trois fenêtres sur la rue, les deux autres éclairant la cuisine située dans la tour. La salle haute de la tour abrite la chambre qui est ainsi chauffée par le conduit de la cheminée de la cuisine. L’étude de cet édifice a, en outre, permis de comprendre les différentes phases de construction et de voir que le programme se compose au fur et à mesure de l’édification des bâtiments, qu’il n’est pas entièrement pensé ex nihilo.

16Un autre exemple a été développé, un hôtel de la rue de Lastié, daté des années 1260-1270. Cet hôtel composé de plusieurs corps de bâtiment comporte deux cours, dont la seconde est occupée par un jardin. Dans la première, proche de la rue, se trouve un grand degré à deux volées permettant de desservir les différents niveaux. La salle se trouve au deuxième étage et se développe encore une fois dans la profondeur de la parcelle, contrairement à ce que laissaient imaginer les fenêtres de la façade. Sur cette dernière, le premier étage est complètement effacé, alors que les fenêtres du deuxième étage sont particulièrement ouvragées et construites en pierre contrairement au reste de l’édifice qui est en brique. Afin d’arriver de plain-pied dans la salle, des concessions ont été faites et le palier est situé plus haut que le niveau de sol du premier étage. À cet étage se trouve le studium, le bureau d’affaire à mi-distance entre l’espace public du rez-de-chaussée et l’espace privé constitué par la salle et les parties résidentielles du deuxième étage. Du fait des contraintes du parcellaire, la tour est installée à l’arrière du bâtiment. Le merlonage de la partie supérieure de la tour affirme le rang de l’occupant des lieux et n’a aucune valeur défensive.

17De la même manière, d’autres exemples ont été développés comme le palais Duèze ou encore le palais Devia. Ce dernier présente la particularité de ne pas posséder au Moyen Âge d’accès depuis la grande rue, mais uniquement par les bords du Lot. Cela explique que la façade la plus ostentatoire ait été tournée vers le Lot.

18Ces nombreux exemples ont permis à Maurice Scellès de soulever plusieurs problématiques de recherche. La question se pose notamment de savoir qui habite ces bâtiments. En effet, certains personnages importants possèdent plusieurs édifices et ne vivent donc pas dans tous. Cela induit aussi la question du logement des pauvres, qui pouvaient vivre dans les parties secondaires de ces bâtiments. Les locations de logements étaient courantes. La pression démographique a pu rendre les investissements à usage locatif suffisamment lucratifs pour permettre la reconstruction massive de Cahors au xiiie siècle.

19Maurice Scellès a aussi insisté, à la suite de Pierre Garrigou-Grandchamp, sur les dangers de la typologie formelle. Le programme n’est pas toujours identifiable et les remaniements sont nombreux. Dans certains cas, le phasage de la construction permet de voir que rien n’est synchrone à l’échelle d’un même bâtiment, mais plutôt le fruit de transformations perpétuelles.

20La dernière intervention de la matinée fut consacrée à une présentation du projet Armep (Architettura Residenziale MEdievale a Padova) par Alexandra Chavarria-Arnau (Università degli Studi di Padova). Ce projet a réuni, entre 2007 et 2010, des archéologues et des historiens de l’Université de Padoue, mais aussi de nombreux doctorants et étudiants, autour de la question de l’architecture résidentielle padouane aux xie et xiie siècles. Ce projet a bénéficié d’un financement conséquent par une banque de Padoue. Il a donné lieu à une publication et à une mise en ligne des résultats.

21Les objectifs du projet étaient de réaliser un catalogue de l’architecture résidentielle à Padoue, d’approfondir les théories et les méthodes de l’archéologie du bâti pour passer de l’étude d’un bâtiment à celle d’un centre urbain dans sa totalité, de mettre à disposition un instrument pour la valorisation du patrimoine padouan. L’étude a porté sur l’espace compris à l’intérieur de la première enceinte de la ville (xii-xiiie siècles) et sur tous les édifices médiévaux des xi-xve siècles.

22Dans un premier temps, seules les façades ont été étudiées. Un catalogue des bâtiments par le biais de photographies redressées a été réalisé. Pour les bâtiments les plus complexes, ces photographies sont accompagnées de relevés précis du bâti. Quelques édifices ont bénéficié de relevés au scanner 3D, utiles pour une modélisation de ces bâtiments dans un objectif de valorisation du patrimoine, mais insuffisants pour l’étude archéologique du bâti. Un deuxième niveau d’étude a été mené par l’analyse des éléments architecturaux et décoratifs. Cela a donné lieu à la réalisation d’un catalogue des fenêtres, des éléments décoratifs et des chapiteaux notamment. Plusieurs centaines de fiches ont été réalisées tant pour les édifices dans leur ensemble que pour les éléments architecturaux particuliers.

23Une première typo-chronologie a été tentée à partir de ces catalogues. Aucune des premières maisons n’est conservée en élévation, et ce jusqu’au xiie siècle. Les édifices les plus anciens conservés sont des tours parfois associées à des châteaux. Viennent ensuite les maisons tours, puis les palais et enfin les palais avec portique.

24L’analyse stratigraphique des bâtiments a permis de mettre en avant les différentes techniques de construction et leur périodisation, tout en montrant que les remaniements ont été nombreux au cours du Moyen Âge.

25Un catalogue de toutes les sources écrites, planimétriques et iconographiques conservées, et donnant des informations sur l’architecture résidentielle, a été réalisé en parallèle de l’étude du bâti. Le corpus documentaire est très important. L’étude des photographies anciennes a permis de se rendre compte de l’ampleur des restaurations et reconstructions des années 1930.

26Toute la documentation ainsi produite, études de bâti et autres sources, est attachée à un SIG permettant des cartographies par chronologie, par type de bâtiment, etc.

27Un second projet Armep est en cours d’élaboration afin de mener une analyse archéométrique des matériaux et notamment de la chaux, de débuter une analyse de l’intérieur des palais, et d’étendre l’aire d’étude aux faubourgs et territoires alentours.

28Afin de compléter cette présentation du projet Armep, Alexandra Chavarria-Arnau a terminé son intervention en donnant pour exemple l’origine de l’architecture résidentielle padouane. Pendant le Haut Moyen Âge, coexistent à Padoue de petites maisons sur deux niveaux appelées case solarate mais peu connues, le palais épiscopal et un autre palais. À la fin du xie siècle, des familles aristocratiques du terroir alentour, vassales de l’évêque, viennent s’installer en ville et y construisent des tours. Ces tours sont toujours situées près des portes de la ville ou du palais épiscopal. Il s’agit des édifices civils conservés les plus anciens. (Fig. 2)

Figure 2

Figure 2

Vue axonométrique des ruines du palais Duèze (Cahors, Lot)

Dessin de Pavlà Sadilkova, 1991, reproduction de Jean-François Peiré.
© Inventaire général Région Midi-Pyrénées. Reproduction autorisée

29Cette matinée de séminaire a permis de faire un point sur la question des types et des programmes de maisons médiévales, tout en concluant sur les dangers de la typologie poussée à l’extrême et sur la porosité des fonctions des maisons. À travers les interventions de Pierre Garrigou-Grandchamp et de Maurice Scellès, les maisons médiévales s’avèrent en effet être des édifices complexes et en perpétuelle évolution. La dernière intervention est apparue comme en miroir à la présentation du projet COS2M. Alexandra Chavarria-Arnau a ainsi fait le bilan d’un projet proche de celui porté par Bastien Lefebvre par certaines problématiques de recherche et le souci de l’élaboration d’un corpus spatialisé, mais très différent par de nombreux autres aspects, comme le cadre d’étude ou la méthodologie employée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Maison consulaire, élévation principale sur la place de la Halle, vue depuis l’est (Saint-Antonin-Noble-Val, Tarn-et-Garonne)
Crédits Cliché de Philippe Poitou.© Inventaire général Région Midi-Pyrénées. Reproduction autorisée
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/1626/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 2
Légende Vue axonométrique des ruines du palais Duèze (Cahors, Lot)
Crédits Dessin de Pavlà Sadilkova, 1991, reproduction de Jean-François Peiré.© Inventaire général Région Midi-Pyrénées. Reproduction autorisée
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/1626/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Comet, « Journée d’étude « La maison médiévale » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://framespa.revues.org/1626

Haut de page

Auteur

Anaïs Comet

Doctorante en histoire et archéologie médiévales sous la direction de Jean-Loup Abbé (UMR Framespa, Terrae) et Nelly Pousthomis (UMR Traces, Terrae). Chargée de mission inventaire du patrimoine à la Conservation du patrimoine et des musées du Conseil Général du Gers (convention CIFRE).
anais.comet@laposte.net

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page