Navigation – Plan du site
Varia
Articles

La mobilisation autour des « atrocités de l'ennemi », Russie 1914-1918

Mobilizing against the "Atrocities" of the Enemy in First World War Russia
La movilización en torno a las « atrocidades del enemigo », Rusia, 1914-1918
Alexandre Sumpf

Résumés

En Russie, du 9 avril 1915 au 12 juin 1918, une Commission extraordinaire d’enquête dirigée par le sénateur Krivtsov a été chargée d’« instruire les cas de non-respect par les ennemis allemands et austro-hongrois, puis turcs, des lois et coutumes de la guerre ». Ses travaux, diffusés en Russie et à l’étranger, s’inscrivent dans un ample effort de la part des institutions et de la société civile (obschestvennost) pour donner à voir les « horreurs de la guerre ». Il s’agit toutefois moins de démontrer la supériorité de la guerre « juste » des Russes que d’obtenir l’investissement des civils et de nourrir les appréhensions des soldats en insistant sur les représentations, en condamnant moralement, tout en se plaçant sur le plan judiciaire. La faible influence de la Commission sur la définition russe du conflit en cours, la mobilisation de l’opinion russe, la conversion d’éventuelles nations à l’Entente ou l’élaboration d’un acte d’accusation clair en vue du grand procès de la guerre allemande, tient à un fonctionnement amateur et surtout à une médiocre reconnaissance officielle. L’expérience se clôt brusquement en 1918, laissant non résolus les problèmes de violence interethnique et interclasse soulevés, tandis que peine à se construire une mémoire spécifique du premier conflit mondial.

Mobilizing against the "Atrocities" of the Enemy in First World War Russia

In Russia, on April 9th, 1915, the tsarist government asked senator A.N. Krivtsov to organize an Extraordinary Inquiry Commission in order to "investigate cases of violation by the German and Austro-Hungarian (and later Turkish) enemies of the laws and customs of war". Its works propagated in Russia and worldwide found their place in an intense mobilization effort driven by the authorities and the civil society, who aimed to present widely the "horrors of war". However, their goal seemed not so much proving the moral superiority of the "just" Russian warfare, than to obtain repeated involvement from civilians and feed the soldiers’ fears. The Krivtsov Commission played a minor role in this affair: its members were not able to define the national perception of the ongoing conflict, to mobilize efficiently the Russian population, to persuade other nations to join the Entente, or even to elaborate a clear inculpation for a grand postwar trial against the German warfare. Indeed, the Krivtsov Commission suffered from its non-professional approach of the propaganda as from its low recognition by officials. The experiment brutally ended in June 1918, when still stood the question of inter-ethnic and inter-class violence highlighted in many reports. Moreover, the Commission’s "liquidation" by the Bolsheviks did not help the memory of the Great War to be properly elaborated.

La movilización en torno a las « atrocidades del enemigo », Rusia, 1914-1918

En Rusia, desde el 9 de abril de 1915 hasta el 1 de junio de 1918, se encargó a una comisión especial dirigida por el senador Krivtsov que investigara los casos en que los enemigos alemanes, austro-húngaros y, posteriormente, turcos, no habían respetado las leyes y costumbres de la guerra. Sus trabajos difundidos en Rusia y en el extranjero forman parte de un gran esfuerzo por parte de la institución y de la sociedad civil (obschestvennost) para denunciar los « horrores de la guerra ». Sin embargo, se trata menos de demostrar la superioridad de la guerra « justa » de los Rusos que de sensibilizar a la población civil y dar pábulo a las aprensiones de los soldados al insistir en la escenificación de estos horrores, al condenarlos moralmente, enmarcando este proceso en el plano jurídico.
La escasa influencia de la comisión en la orientación rusa del conflicto en curso, en la movilización de la opinión rusa, en la adhesión eventual de las naciones al Pacto, o siquiera en la elaboración de un acta de acusación abierta con vistas al gran pleito de la guerra alemana, se debe a un modo de proceder inexperimentado y sobre todo a una limitada acogida oficial. La experiencia se interrumpe súbitamente en 1918, dejando sin resolver los problemas de violencia entre las clases sociales y etnias distintas, mientras se va construyendo con no pocas dificultades una memoria específica del primer conflicto mundial.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  GARF (Archives d’État de la Fédération de Russie), f. 5446, op. 25, d. 6432. Cité par Nathalie Moi (...)
  • 2  À ce sujet, voir notamment Karen Petrone, The Great War in the Russian Memory, Bloomington, Indian (...)

1En Russie, du 9 avril 1915 au 12 juin 1918, une Commission extraordinaire d’enquête se charge d’« instruire les cas de non-respect par les ennemis allemands et austro-hongrois, puis turcs, des lois et coutumes de la guerre ». Si les Russes ont semble-t-il perdu rapidement le souvenir de son activité, l’invasion nazie de juin 1941 le réactive. Vladimir Dekanozov, haut responsable du ministère des Affaires étrangères reconnaît alors l’important travail de collecte opéré par la commission, mais souligne également son incapacité à se faire entendre1. Ce constat souligne tout autant l’échec du jeune gouvernement bolchevique à s’imposer sur la scène diplomatique après la paix séparée de Brest-Litovsk qu’un laborieux apprentissage pour une nation en guerre. En effet, structurer la connaissance d’un nouveau genre de conflit armé, la capacité à entendre certaines informations et à les transformer en facteurs de mobilisation ou en justification des pratiques russes en la matière ne s’improvise pas2.

  • 3  Conseiller d’État, proche des Cent-Noirs. Les autres membres sont : Ignatij A. Šebeko (membre du c (...)

2La fondation, tardive en comparaison des homologues belge, française ou britannique, ne s’explique pas par la retenue des soldats du Kaiser. Ils ont en effet par deux fois ravagé la garnison frontalière de Kalisz, en Pologne centrale, au mois d’août 1914. Elle ne s’explique pas non plus par l’inexpérience en matière de droit des gens ou de droit de la guerre. Les Russes, en la personne du juriste Fedor Martens (mort en 1909), sont à l’origine de la codification de la guerre avant 1914 par les conventions de La Haye (1899 et 1907). La création de la Commission ne découle pas non plus de la situation militaire : le 23 mars 1915, les Russes obtiennent leur seule victoire probante – la prise de la forteresse autrichienne de Przemysl. La décision du Conseil des Ministres surgit en réalité dans un contexte européen, sous l’influence des exemples occidentaux – modèle et point de comparaison constant. On place à la tête de cette instance judiciaire le sénateur Aleksej N. Krivtsov, alors directeur du Département d’appel criminel chargé des crimes d’État. Magistrats civils ou militaires émargent au sein des sept membres de la Commission, comme Sergej Krehoveckij-Juščenko, général d’infanterie membre permanent du Tribunal militaire suprême, ou Nikolaj Maškevič, juge d’instruction des affaires prioritaires au Tribunal régional de Petrograd3.

3La question des « atrocités de l’ennemi » (zverstva protivnika) dépasse évidemment le seul cadre de cette Commission. Quelle est en Russie la logique principale de présentation au public des « atrocités » ? Culturelle, à des fins de mobilisation, ou juridique, à des fins de respect du droit international, en vue d’une instruction pour un procès après-guerre ? Quels sont les publics visés, par le biais de quelle stratégie de communication, dans quels buts précis et avec quels résultats ? Nous étudierons tout d’abord le fonctionnement de la Commission et sa manière de procéder à l’enquête, entre impératif judiciaire et intention mobilisatrice. Puis nous tenterons de préciser la définition des « atrocités », dans le droit fil des conventions d’avant-guerre que les réalités nouvelles de la guerre amendent constamment. Enfin, nous examinerons les modes de propagande sur ce thème et évaluerons l’efficacité de cette entreprise de mobilisation.

Les méthodes de travail

  • 4  Dzovinar Kevonin, « L’enquête, le délit, la preuve : les “ atrocités ” balkaniques de 1912-1913 à (...)
  • 5  John Horne, Alan Kramer, German Atrocities 1914. A History of Denial, New Haven, Yale University P (...)
  • 6  Polnyj perečen’ sobranija uzakonenij s tekstom važnejščih zakonov za 1915-yj god, Moscou, 1916, p. (...)

4La codification de la guerre moderne par les instances internationales se développe au lendemain de la guerre de Crimée, avec la première convention de Genève (1864), suivie des conventions de La Haye (1899-1907). La prise de conscience de la violence extrême des conflits et la prise en compte des souffrances imposées aux populations civiles suscitent nombre de conférences et de rapports. Six mois à peine avant la guerre, la fondation Carnegie publie ainsi un rapport célèbre sur les exactions commises dans les guerres balkaniques4 ; les opinions nationales, choquées, sont pourtant les mêmes qui se laissent mobiliser culturellement à l’été 1914, qui emporte aussi sur son passage les résolutions pacifistes des socialistes internationalistes. Le début de la guerre, à l’Ouest comme à l’Est, dépasse les pires craintes en matière de crimes de guerre et provoque une mobilisation immédiate qui dénonce et se sert de la dénonciation pour renforcer le sentiment patriotique5. Le texte qui institue la Commission russe le 9 avril 1915 fait partie des « lois les plus importantes de l’année 1915, dont le libellé est fourni par l’abrégé annuel du Journal officiel6. Le décret décide de la nomination de « l’un des sénateurs du Département de Cassation », de sept membres dont un issu du Conseil gouvernemental et un de la Douma. Les ministères de la Guerre, de l’Intérieur et de la Justice délèguent chacun leurs fonctionnaires. La Commission se voit reconnaître le droit d’enquête, d’interrogatoire des civils, de missionner les procureurs, la police militaire et le commandement militaire. Les enquêtes sur le terrain seront confiées à des bureaux d’experts de la magistrature et à la police pour la collecte de renseignements, mais aucun de ces relais n'est directement subordonné à la commission, ce qui suscite des tensions lorsque cette dernière exige un travail plus intense.

  • 7  RGVIA (Archives russes d’État d’Histoire militaire), f. 13159 (Commission Krivtsov), op. 6, d. 180 (...)
  • 8  Obyvatel, « Dlia istorii XX-go veka », Petrogradskaia gazeta, 6 mai, p. 20.

5Le temps que le décret entre en vigueur et que s’organise cette Tcheka(commission extraordinaire), son président ne ménage pas ses efforts pour la faire connaître. Les archives conservent les coupures de presse nationale et locale, collectées par les services de la Commission : une trentaine d'articles très différents les uns des autres annoncent sa création. Le propos y mêle la plupart du temps une sensibilisation de l'opinion au sujet des « atrocités ». Les Russkie vedomosti établissent le 6 mai 1915 la comparaison avec la précédente guerre, contre le Japon : « le fait de bafouer systématiquement les principes de droit international et de l’éthique » n’a pas été constaté sur le théâtre asiatique de la guerre, mais en Europe7. L’article met toutefois sur le même plan les Russes en villégiature bloqués en Allemagne au début de la guerre et les agissements du major Preusker à Kalisz. Il dénonce une « terreur systématique pour ébranler les nerfs », mais estime que ces actes serviront de fondement à de futures poursuites. En reprochant à l’ennemi allemand une culpabilité totale et d’ensemble plutôt que des actes précis, le journaliste se place en définitive sur le plan moral plutôt que judiciaire. La Petrogradskaja gazeta, souligne, elle, l’importance morale des travaux de la Commission, apport crucial à l’histoire du xxe siècle8. À Moscou, Ranee utro dénonce des actes « barbares » et lance l’idée d’un Livre noir : « le martyrologe des crimes allemands sera construit sur la base des faits, établis grâce à la plus minutieuse enquête pour chaque cas particulier ». Parmi les coupures de presse compilées, trois journaux mentionnent Kalisz, et cinq projettent un futur procès. Cependant, le Petrogradkij kur’er du 10 mai regrette, pour sa part, que les fausses informations du début de guerre aient brisé la confiance populaire et nuisent à la cause de la dénonciation des atrocités. La mission de la Commission apparaît en creux : restaurer la confiance des Russes en une information maîtrisée à défaut d’être contrôlée, canalisée et certifiée par une instance gouvernementale.

  • 9  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1900, l. 53.

6Les membres des commissions de l’Entente enquêtent sur place et recueillent directement les témoignages ; leur cortège s’ajoute à celui des responsables politiques qui défilent auprès des sinistrés du Nord et de l’Est de la France. La commission Krivtsov, elle, ne se déplace pas mais cherche à centraliser l’information depuis Petrograd. Les sept membres sont assistés de sept secrétaires qui se chargent de la mise en ordre des dossiers reçus, du recrutement ponctuel de traducteurs, et des liens avec le terrain. C’est ainsi M. I. Sobolev, procureur de la juridiction de Tver, qui prend contact avec les procureurs des régions russes et veille au règlement des frais engagés pour la collecte, la transcription et l’envoi des témoignages à la commission. Le 11 janvier 1916, il paie ainsi 973,63 roubles pour huit documents originaux9.

  • 10  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 172, 6 folios.

7L’intention, le style, les thèmes développés par la Commission sont assez proches de ceux de ses homologues occidentaux. La démarche de la Commission anglaise a été traduite en russe : certains passages portent une croix au crayon, signe probable de la manifestation de l’intérêt du rapporteur sur ces questions auprès des autres membres10. Ainsi, on relève l’importance de ne faire pression d’aucune façon sur les témoins, ou de ne pas révéler les noms de ceux dont les familles restent sous le pouvoir de l’occupant (en Belgique). Les Britanniques estiment aussi ne pouvoir publier une information que si d’autres documents la confirment, car on ne peut compter sur le récit de témoins qui mentent ou que leur propre imagination trompe parfois. On se fie alors à l’impression produite sur les enquêteurs qui ne doivent pas se priver de la noter en marge – d’où la nécessité de recruter surtout parmi les juristes, habitués à ce type d’évaluation. Sans préjuger des pratiques sur le terrain des émissaires de Bryce, on peut évaluer les méthodes russes à l’aune des principes importés de Grande-Bretagne, que les collègues de Krivtsov se sont donnés apparemment pour modèle.

  • 11  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1804, l. 11.

8Les travaux de la Commission basée à Petrograd se fondent sur l’examen des dossiers reçus plutôt que sur des commandes précises, à l’exception du cas de Kalisz sur lequel nous reviendrons. La Commission se saisit de faits recensés dans la presse ou suggérés par les membres extérieurs des réunions du comité, ou des responsables. La première année, lors de chaque réunion hebdomadaire, sont ainsi passés en revue 90 à 100 cas en moyenne. Au 20 novembre 1915, 2494 témoignages ont été collectés, soit 6489 pages au total ; 1076 portent sur les prisonniers de guerre, mais les dossiers les plus épais traitent des exactions contre les civils, en particulier du cas de Kalisz11. En 1916, l’activité atteint son pic, signe de la meilleure audience de la Commission, de la fiabilité aussi de son réseau de collecte, indice peut-être de la prise de conscience générale des enjeux culturels de la guerre en cours. Ce sont désormais 200 dossiers au minimum qui parviennent chaque semaine à Petrograd, avec un record de 327 examinés en réunion le 13 juillet 1916.

  • 12  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1803, l. 8 ob.
  • 13  Sergej Dmitrevič Botkin (1869-1945), diplomate, tête de l’administration temporaire des prisonnier (...)
  • 14  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1803, l. 27 et 39 ob.
  • 15  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1803, l. 24 ob.

9Comment une équipe aussi restreinte réussit-elle à traiter une information aussi diverse, fournie qui plus est sous une forme loin d’être codifiée ? Les renseignements indirects révèlent la confiance accordée la plupart du temps aux dossiers présentés, quoique l’on ait prévu au départ le recoupement des faits par le recours à d’autres témoignages. Le premier cas parmi les 27 premiers dossiers reçus suscite une enquête sur le terrain menée par N. A. Maškevič, qui confirme les faits12. S. D. Botkin13 passe, lui, trois jours d’août 1915 dans les archives du Bureau moscovite à consulter les correspondances, et transmet 5 boîtes à la Commission. Deux semaines plus tard, force est de constater qu’aucun élément nouveau n’y a été trouvé ni ajouté à un dossier14. De même, le recrutement de deux spécialistes des gaz, Savel’ev et Golubov, de l’université de Moscou, le 29 juillet 191515, reste lettre morte : ils n’interviennent pas dans les débats de la Commission, et aucune publication sur ce sujet particulier n’est lancée au cours du conflit. La Commission souffre ici de la comparaison avec les autres acteurs institutionnels compétents dans des champs comparables, ou en compétition directe. Est-ce dû à un faible soutien des plus hautes autorités nationales ?

  • 16  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1803, l. 88.
  • 17 RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1803, l. 55 ob.

10On ne peut pas dire que l’empereur ait accordé une attention spectaculaire à une question qui, pourtant, est une source de propagande pour la mobilisation. Dans le journal intime de l’empereur Nicolas II, on ne recense que deux notes, lapidaires, sur Krivtsov et rien sur la Commission. Le 16 mai 1916, il écrit : « J’ai reçu le sénateur Krivtsov ». Selon ce dernier, le tsar aurait prononcé les encouragements suivants : « Voyez sur ma table vos intéressantes publications. L’introduction est très bien écrite »16. L’historien Lemke témoigne quant à lui de l’intérêt très pragmatique porté par l’armée aux activités de la Commission : « Aujourd’hui j’ai reçu d’Asanasovič une demande à exécuter écrite par le chef d'État-Major de la 12e armée : “ Des prisonniers (soi-disant) originaires de la province de Saratov envoient des lettres chez eux, où ils racontent qu’ils vivent très bien sous le régime de détention allemand. Il faut communiquer ce fait au sénateur Krivtsov. Ne pourrait-on pas commencer à diffuser des brochures dans le peuple ? S’adresser à la presse avec la demande d’aider le peuple à dévoiler la vérité et mener la lutte contre la provocation ? Plus les journaux sont bon marché, plus il est utile d’y insérer des articles ” ». Le 9 décembre 1915, la demande du chef de l'État-Major du Commandement suprême des Armées est approuvée17. Cependant, la marge de manœuvre des enquêteurs reste assez étroite : en mai 1915, un prikaz du général en chef des armées Alekseev autorise leur déplacement dans la zone dite « de front », l’immédiat arrière ; mais on les cantonne à l’interrogatoire des civils et on exclut de leur compétence les militaires.

Définir les « atrocités » de l’ennemi

  • 18  Notamment Königsbruck, Schneidemuhl, Ingolstadt ou Altdam.
  • 19  Horne, Kramer, German Atrocities, p. 186-187.

11Selon toute probabilité, le fonds d’archives conservé à Moscou au RGVIA contient la totalité des dossiers collectés par la Commission. Les chercheurs d’aujourd’hui sont donc en mesure de dresser une typologie et de déterminer l’importance respective des thèmes dont elle se saisit. Il est ensuite théoriquement possible de comparer la démarche de collecte avec les choix de diffusion, et donc les distorsions du discours de mobilisation par rapport aux capacités à susciter et à recueillir des éléments sur le terrain. La Commission répartit elle-même les délits (narusheniia) en quatre catégories et autant de bureaux (deloproizvodstva) : crimes contre les militaires, non-respect de la convention de Genève de 1864 protégeant les services sanitaires, crimes contre les civils, et cas à part des délits commis par les Turcs (à partir du 19 novembre 1915). La masse des renseignements collectés a trait aux conditions de capture et de détention des prisonniers de guerre et, dans une moindre mesure, aux mauvais traitements des populations civiles en zone occupée. Certains camps font en deux ans l’objet d’au moins quatre dossiers de plusieurs dizaines, voire centaines de feuillets18. C’est là une originalité par rapport aux alliés de la Russie : les Français insistent lourdement sur les atrocités contre les civils plus que contre les militaires19, alors que le nombre de victimes civiles est plus restreint à l’Ouest qu’à l’Est.

  • 20  RGVIA, f. 13159, op. 5, d. 41.

12Les crimes sur le champ de bataille, actualité oblige, ce sont d’abord les attaques au gaz (les 8 premiers dossiers), nouveauté surgie justement en avril 1915 ; et les balles explosives ensuite – interdites par la première convention de La Haye (1899) après que les Britanniques les ont utilisées en Inde. On relève également le piège tendu au moyen du drapeau blanc, de la Croix Rouge ou d’uniformes sanitaires qui trompent les soldats russes ‒, et les cas de prisonniers battus, de blessés achevés. Le corps médical et sanitaire, fait prisonnier indûment, subit des violences mécaniques ou humaines. Dans le domaine civil, outre les deux sacs (razgrom) de Kalisz par les troupes allemandes et de Kielce par l’armée austro-hongroise, la Commission s’intéresse de près aux destructions culturelles. Elles participent de la définition de soi par rapport à l’ennemi, et à la catégorisation de l’ennemi. On recense sur tout le front sud-ouest pas moins de 19 cas, en Galicie, dans les Carpates. On accuse aussi les Turcs d’avoir profané la chapelle du cimetière militaire d’Erzurum, monument historique20.

  • 21  RGVIA, f. 13159, op. 4, d. 237 à 268.
  • 22 RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1892, l. 19 ob.

13Cependant, plusieurs cas21 suggèrent que la ligne nation contre nation paraît forcée : les destructions et dégradations d’églises résultent essentiellement des combats, c’est-à-dire du conflit sur le terrain, pas d’une guerre culturelle produit de représentations de l’ennemi. Une église, en pierre, offre un lieu d’entreposage, un abri pour la nuit, un repère pour l’artillerie, une position fortifiée ; on s’y ennuie, on a peur, les objets du culte peuvent tout autant être révérés que paraître hors de propos dans ce contexte. Il se trouve que ce sont parfois des soldats russes – même pas cosaques, note-t-on, comme si cela excusait les excès – qui ont souillé sans remords une église, et qu’il a paru malaisé d’en faire porter la responsabilité aux Autrichiens qui en avaient été délogés. Cette question n’échappe pas à la sagacité de la Commission, qui précise dans un rapport au responsable de l’État-Major du Commandant en chef des armées qu’il faut tout de même lui communiquer leurs conclusions sur les cas « isolés de criminels russes » dont se sert abondamment la propagande allemande22.

  • 23  On rejoint ici le constat fait par Hubertus Jahn sur la culture de guerre russe. Patriotic Culture (...)
  • 24  Aleksej Alekseevič Polivanov (1855-1920), vétéran de la guerre russo-turque, général depuis 1911, (...)
  • 25 RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1803, l. 55 ob.

14Les travaux de la Tcheka participent de tendances européennes lourdes avec leur accent national23 : dénonciation sévère d’un ennemi irréconciliable ou description ad nauseam du martyre national s’inscrivent dans le cadre plus large de la remobilisation de 1915, lancée afin de renouer avec l’élan patriotique de 1914 – l’enthousiasme partiel en moins, la détermination systématisée en plus. Ce point est confirmé par la proposition émanant en septembre 1915 du général Polivanov24, alors ministre de la Guerre, d’éditer une brochure à 50 000 exemplaires à destination des nouvelles recrues de la deuxième vague de mobilisation25.

  • 26  RGVIA, f. 13159, op. 5, d. 234.
  • 27  Enquête de Maškevič lancée le 1er juillet 1915, procès-verbal de réunion de la Commission, RGVIA, (...)

15La Commission se saisit aussi de cas de violences spécifiques et de travail forcé, l’enjeu étant la définition des mirnye zhiteli, des civils – qui sont surtout des femmes. Les cas de viols sont rares, plutôt cantonnés aux plaintes des sœurs de charité ; il faut dire que sur place, les soldats russes maltraitent particulièrement les réfugiées. Femmes, enfants, vieillards, invalides doivent fournir un travail forcé récurrent, quelle que soit l’armée d’occupation. On leur fait notamment creuser des tranchées, acte avéré par de nombreux dossiers, alors que la convention de La Haye l'interdit explicitement. Il existe un autre, creusement, tout aussi forcé, mais sans doute considéré comme une sorte de devoir : l’enterrement des cadavres qui s’accumulent dans la zone de front. Certains civils subissent aussi l’emprisonnement, par exemple les Allemands dans la bourgade de Savitzky26. Enfin, la Commission se saisit de toute une série de rumeurs – liées surtout aux questions de l’approvisionnement : puits empoisonnés, acide dans les bouteilles d’alcool avec demande d’expertise des contenants saisis27. En d’autres termes, les dossiers de la Commission mettent en évidence moins les « atrocités de l’ennemi » que l’atrocité même de la guerre. Il appartient donc à ses sept membres de hiérarchiser cette information, de choisir les cas les plus significatifs pour établir des preuves à charge dans le procès culturel intenté au cours même du conflit, avant éventuellement de passer au procès international – qui suppose la victoire finale. Ces deux logiques et usages entrent toutefois en contradiction.

Faire de la propagande autour des atrocités

  • 28  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1803, l. 6 ob.
  • 29  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1803, l. 88.
  • 30  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1900, l. 160.
  • 31  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1803, l. 137.
  • 32  On trouve dans le volume conservé à la bibliothèque de l’Université de Californie la mention au cr (...)
  • 33  Listes d’envoi n° 13 et 14, 1er semestre 1917. RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1905, ll. 80 ob-83.

16Dès les premières réunions de la Commission, ses membres affichent l’objectif de diffusion à l’étranger, en particulier dans les pays neutres et surtout aux États-Unis28. La Commission a, de fait, édité en français, anglais et russe 17 recueils de témoignages sur des cas particuliers – notamment celui du navire sanitaire russe Portugal (coulé en mer Noire le 17 mars 1916), présenté à l’empereur29. L’envoi d’exemplaires de Naši plennye u Avtsriicev à Washington, Paris, Londres, Rome, Lisbonne et Budapest coûte, par exemple, 1240 roubles au premier semestre 191630. La conquête de l’opinion internationale revient cher : le 21 avril 1917, l’éditeur français du recueil principal refuse de stopper la réimpression, alors que la Commission fait face à une crise sans précédent de ses finances31. Elle cherche pourtant à rayonner dans le monde entier, par l’intermédiaire du réseau diplomatique32. Outre les grandes capitales européennes, la Commission fait ainsi parvenir ses travaux au Caire et au Havre, à Alger, Tanger, Buenos-Aires, Valparaiso, San Francisco, Mexico, Rio, Téhéran, Yokohama, Tabriz, Iassy, Calcutta, Copenhague et Pékin33. On retrouve toutefois bien peu de documents dans les bibliothèques étrangères, et les mentions de l’activité de la Commission ne pullulent pas dans les sources diplomatiques – indices de la faible résonance de ces envois.

  • 34  René Marchand, préface du traducteur, in A. Rézanoff, Les atrocités allemandes du côté russe, Petr (...)

17Ces publications s’inscrivent dans un champ déjà bien labouré, où l’on ne compte plus les petits opuscules sur tel ou tel cas, les témoignages – sans compter les articles dans la presse générale et la presse spécialisée, illustrée ou « à sensations ». Dans cet ensemble, deux ouvrages se distinguent en Russie. Le premier, publié dès l’automne 1914 par le colonel A. Rézanoff, connaît une traduction immédiate en français, réalisée à Petrograd même par René Marchand, imprimée par V. Kiršbaum en janvier 1915 et vendue 3 francs en France. La préface du traducteur indique qu’on est en droit d’attendre d’autres publications, dont celles de « la commission officielle spéciale, dont l’institution par le gouvernement russe ne saurait certainement tarder, […] à l’exemple des commissions belge et française »34. L’auteur établit également le parallèle entre la Pologne russe et « sa sœur belge » et en appelle à un procès international après la victoire.

  • 35  Zverstva protivnika v očerkah i fotografičeskih dokumentah, Skobelevskij komitet, Petrograd, 1916.

18Le second ouvrage à se distinguer, de manière tout à fait différente, est Les atrocités de l’ennemi en croquis et documents photographiques, édité en 1916 par le Comité Skobelev pour les blessés35. Confidentiel jusqu’à la Grande Guerre, célèbre pour son engagement total dans le soutien, en particulier par le cinéma, au Gouvernement provisoire né de la Révolution de Février, ce Comité n’hésite pas à montrer, entre voyeurisme et froideur clinique, les effets des nouvelles armes sur la chair sans défense des combattants. L’auteur Kublitski-Piottukh s’est rendu sur le terrain et a pris tous les clichés, employant même la couleur. L’ouvrage, présenté en format italien (horizontal), richement illustré, se distingue par la complémentarité de ses stratégies visuelles. Les dessins en frises inscrivent un horizon de feu et de ruines, repris par les photographies sur les destructions et dont la mémoire se perpétuera jusqu’aux villages brûlés de Biélorussie pendant la Seconde Guerre mondiale. Les clichés exposent blessures, cadavres, femmes violentées ; les planches hors-texte, en couleur, montrent le non montrable : le sang et le choc. Le gisant d’une jeune fille de 14 ans aux jambes arrachées par les bombes, posées à côté de son tronc sur la même table, est à la limite du supportable. Les photos en noir et blanc, elles, sont regroupées par un photomontage simple aux fonctions esthétiques autant que didactiques, comme cela se fait à l’époque dans les publications ou expositions de nature pédagogique.

19Comparé à ces deux ouvrages types, le bilan publié par la commission Krivtsov pèche par sa faible diffusion, l’absence totale d’illustrations, l’accumulation sans fin d’exemples (deux tomes, 915 pages). Les deux tomes offrent respectivement 170 et 168 pages de notes indiquant de quels dossiers on a extrait tous les cas avancés. Cette démarche procédurale, fondée sur l’exigence de vérité, repose totalement sur des témoignages difficiles à vérifier, qu’on livre en une litanie illisible. La Commission Krivtsov essaie de rivaliser avec les autres publications mobilisatrices :

  • 36  Rapport au responsable de l'État-Major du Commandant en chef des armées ; RGVIA, f. 13159, op. 6, (...)

20Considérant que la méthode graphique ‒ représenter les actes de brutalité commis par les armées ennemies – les prouve plus clairement et précisément que la méthode purement logique, la Commission Extraordinaire d’Enquête publiera une série de notices biographiques sur les victimes de ces actes, accompagnées de documents photographiques et de descriptions de ces atrocités dont elles ont été l’objet36.

21Cette décision ne va pourtant pas de soi : la quête d’images dans la presse et les illustrés, à des fins d’illustration, suscite des « désaccords » entre membres de la Commission.

22La publication du comité Skobelev pour les blessés, qui prend en charge des victimes de la guerre, a manifestement pour objectif de dévoiler le plus possible l’horreur vécue, en particulier par les civils. Il n’y a aucun équivalent à la présentation de la jeune fille sur une table, à côté de ses jambes sectionnées net. Dans la brochure de la Commission, les civils sont toujours photographiés de plain pied, comme ils étaient avant la guerre (le receveur Sokolov à Kalisz). Il y a, en revanche, une certaine brutalité dans l’exposition des blessures (tête défigurée tenue par les cheveux, dos déchiré maintenu dans une position humiliante), alors que Kublitski-Piottukh a, lui, choisi de faire exposer les impacts de balles explosives par les blessés eux-mêmes, avec des flèches expliquant leur trajet ajoutées à la plume. La stratégie diffère : la mention des noms des victimes par la Commission révèle une démarche judiciaire, tandis que le comité Skobelev préfère l’anonymat de la mort de masse ; l’une administre la preuve par le fait, l’autre choisit la pédagogie par l’exemple.

  • 37  Sortes d’images d’Épinal. Charles A. Ruud, Russian Entrepreneur: Publisher Ivan Sytin of Moscow, 1 (...)

23La souffrance physique et morale des combattants se voit exposée, instrumentalisée, imitant assez fidèlement les thèmes et les représentations occidentales de ces crimes de guerre – au point que Louvain ou Reims jouent un rôle prépondérant dans la mobilisation culturelle russe. Le thème de la barbarie allemande et de la guerre hors la loi de l’ennemi fait florès dans les publications bon marché des maisons Sytin ou Krylov, mais on aborde surtout les grandes causes internationales. Sytin, premier éditeur russe de brochures populaires et de louboks37, préfère multiplier les parutions sur la « pauvre Belgique » plutôt que s’attarder sur Kalisz, garnison frontière victime répétée de la violence de guerre, perpétrée, il est vrai, par des soldats polonais sur une population polonaise. De même, s’il existe un court-métrage sur Les horreurs de Kalisz, les spectateurs russes sont abreuvés de courts et longs métrages sur Louvain et Reims, importés ou produits en Russie – notamment par la firme A. Khanjonkov. Cela explique-t-il que si la presse s’empare du thème en août 1914, on ne peut relever aucun « anniversaire » par la suite ? L’absence de trésors culturels mondiaux restreint-il ce crime de guerre à un simple fait de guerre ? Dans la propagande autour de ces événements, personne ne pointe la faiblesse de la théorie allemande prétendant que l’armée a essuyé des tirs de francs-tireurs embusqués sur les toits, et n’a fait que se défendre et rétablir l’ordre à l’arrière immédiat de la ligne de front.

  • 38  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1787, 1800.

24La première grande enquête de la Commission extraordinaire s’achève par un échec, sur le plan international comme sur le plan intérieur. Il n’y aura aucune suite judiciaire à ces enquêtes, et les coupures de presse conservées par la Commission, nombreuses, renvoient en général à des échos placés en pages intérieures. La plupart des journaux nationaux et régionaux, ainsi que les gazettes militaires comme Naš vestnik (éditée par l’État-Major du Front Ouest) se font régulièrement l’écho des « horreurs » ou des « atrocités » de l’ennemi allemand38. Les articles, souvent courts, exposent un ou deux cas dans la formulation même de la Commission, qui a sans doute fourni le texte. Les organes de la presse civile y consacrent parfois une rubrique régulière, qui apparaît et disparaît sans explication, et surtout sans relation avec la chronologie militaire, politique ou propre à la Commission. Les journaux diffusés parmi les soldats visent des objectifs plus clairs – moins persuader les combattants qu’ils ont affaire à des barbares indignes de la culture européenne, que des risques qu’ils prennent à ne pas les éradiquer (thème de 1914), à se constituer prisonniers de guerre (1915) ou à fraterniser (1916, 1917).

  • 39  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1803, l. 146.

25La dernière année d’activité de la Tcheka est un peu confuse, dans une ambiance de fin de règne entre gêne matérielle et improvisation. Avec seulement 2500 roubles de financement pour le troisième trimestre, la Commission doit quitter son local sénatorial et ne parvient plus à faire réparer son unique voiture39. Dans le reste des sources explorées, pour l’instant, on n’apprend quasiment rien d’autre sur les activités de la Commission entre le coup d’État bolchevique et la liquidation de l’institution le 12 juin 1918, qui est justifiée de manière purement administrative. Pour l’essentiel, elle envoie des démentis aux journaux russes et étrangers, et diffuse de façon élitaire ses travaux. La masse des archives conservées contraste nettement avec la faible influence de Krivstov et des autres membres de la Commission, au fonctionnement plutôt amateur, sur la définition du conflit en cours, la mobilisation de l’opinion russe, la conversion d’éventuelles nations alliées ou l’élaboration d’un acte d’accusation efficace en vue du grand procès de la guerre allemande.

  • 40  Ce n’est sans doute pas un hasard, bien que sa nomination soit un moindre apport au nouveau régime (...)
  • 41  GARF, f. 3314.
  • 42  GARF, f. 6764.
  • 43  Nathalie Moine, op. cit., p. 83-85.

26Or à cette Tcheka se joignent plusieurs instances équivalentes jouant un rôle politique sous le Gouvernement provisoire : la Commission extraordinaire d’enquête sur les anciens ministres (à laquelle siège également Nikolaj Karabčevskii, éminent juriste qui a succédé à Krivtsov après la Révolution de Février40), celle sur les victimes de l’intervention étrangère41 ou celle sur les conséquences de la guerre42. Contrairement à la Commission Krivtsov, la première prend le parti de s’occuper aussi des dommages matériels infligés aux civils par les occupants pendant la guerre civile, mais ne semble pas avoir débouché sur des réparations. La seconde propose une approche plus statistique et économique, dans le cadre des négociations pour les réparations ou en vue de capter certaines ressources internationales, en particulier venues de puissantes associations américaines (Young Men Christian Association). Mais l’échec international tant à Versailles en 1919, qu’à Gênes en 1922 ou, une fois l’URSS reconnue, en 1924, laisse un goût amer aux autorités soviétiques43. S’il reste peu probable que les personnels de la Commission Krivtsov se soient reconvertis dans l’une ou l’autre de ces Tchekas, sauf exception individuelle, une prosopographie mettrait peut-être en évidence une continuité corporative – celle d’amateurs se professionnalisant dans le domaine de l’enquête.

  • 44  Peter Holquist « Les violences de l’armée russe contre les Juifs en 1915 : causes et limites », da (...)

27L’autre interrogation concerne les violences de la guerre civile. Elle est assumée par les Rouges comme par les Blancs, et il ne semble pas que le terme « atrocités » fasse à nouveau florès. Cette communication ouverte tient à la nature de cette guerre – de classe – mais aussi au silence gênant en Russie sur les faits violents imputables aux troupes impériales (et pas aux seuls Cosaques) : viols, déprédations, utilisation des églises à diverses fins et dégradations, enfin « politique de la terre brûlée » mal opérée lors de la Grande Retraite, concomitante d’un pogrom contre les Juifs qui aurait peut-être tourné au génocide si les partis politiques et les autorités civiles régionales n’étaient pas intervenus44.

Haut de page

Notes

1  GARF (Archives d’État de la Fédération de Russie), f. 5446, op. 25, d. 6432. Cité par Nathalie Moine, « La Commission d’enquête soviétique sur les crimes de guerre nazis : entre reconquête du territoire, écriture du récit de la guerre et usages justiciers », Le Mouvement social, janvier-mars 2008, n° 222, p. 84.

2  À ce sujet, voir notamment Karen Petrone, The Great War in the Russian Memory, Bloomington, Indiana University Press, 2011. Mon compte-rendu de cet ouvrage important doit paraître dans les Cahiers du Monde russe, courant 2012.

3  Conseiller d’État, proche des Cent-Noirs. Les autres membres sont : Ignatij A. Šebeko (membre du comité électoral gouvernemental, Conseiller d’État) ; Vladimir D. Olyšev (membre de la Chambre judiciaire de Petrograd, Conseiller d’État) ; Sergej D. Botkin (détaché auprès du commandant en chef, Chancelier de la Cour suprême, même grade) ; Andrej I. Semaško (juge militaire du district d’Odessa, général-major).

4  Dzovinar Kevonin, « L’enquête, le délit, la preuve : les “ atrocités ” balkaniques de 1912-1913 à l’épreuve du droit de la guerre », Le Mouvement social, janvier-mars 2008, n° 222, p. 13-40.

5  John Horne, Alan Kramer, German Atrocities 1914. A History of Denial, New Haven, Yale University Press, 2001. Eric Thiers, « Droit et culture de guerre 1914-1918 », Mil neuf cent, n° 23, 2005/1, p. 23-48.

6  Polnyj perečen’ sobranija uzakonenij s tekstom važnejščih zakonov za 1915-yj god, Moscou, 1916, p. 60.

7  RGVIA (Archives russes d’État d’Histoire militaire), f. 13159 (Commission Krivtsov), op. 6, d. 1806, l. 1.

8  Obyvatel, « Dlia istorii XX-go veka », Petrogradskaia gazeta, 6 mai, p. 20.

9  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1900, l. 53.

10  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 172, 6 folios.

11  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1804, l. 11.

12  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1803, l. 8 ob.

13  Sergej Dmitrevič Botkin (1869-1945), diplomate, tête de l’administration temporaire des prisonniers de guerre du MID à partir du 8 décembre 1915, sera l’ambassadeur de Koltchak à Berlin en 1919.

14  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1803, l. 27 et 39 ob.

15  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1803, l. 24 ob.

16  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1803, l. 88.

17 RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1803, l. 55 ob.

18  Notamment Königsbruck, Schneidemuhl, Ingolstadt ou Altdam.

19  Horne, Kramer, German Atrocities, p. 186-187.

20  RGVIA, f. 13159, op. 5, d. 41.

21  RGVIA, f. 13159, op. 4, d. 237 à 268.

22 RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1892, l. 19 ob.

23  On rejoint ici le constat fait par Hubertus Jahn sur la culture de guerre russe. Patriotic Culture in Russia during World War I, Ithaca, Cornell University Press, 1995.

24  Aleksej Alekseevič Polivanov (1855-1920), vétéran de la guerre russo-turque, général depuis 1911, rédacteur en chef de la revue Russkij invalid entre 1899 et 1904.

25 RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1803, l. 55 ob.

26  RGVIA, f. 13159, op. 5, d. 234.

27  Enquête de Maškevič lancée le 1er juillet 1915, procès-verbal de réunion de la Commission, RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1803, l. 18 ob.

28  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1803, l. 6 ob.

29  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1803, l. 88.

30  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1900, l. 160.

31  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1803, l. 137.

32  On trouve dans le volume conservé à la bibliothèque de l’Université de Californie la mention au crayon : cadeau de l’ambassade russe.

33  Listes d’envoi n° 13 et 14, 1er semestre 1917. RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1905, ll. 80 ob-83.

34  René Marchand, préface du traducteur, in A. Rézanoff, Les atrocités allemandes du côté russe, Petrograd, Imprimerie W. Kirschbaoum, 1915, p. 5.

35  Zverstva protivnika v očerkah i fotografičeskih dokumentah, Skobelevskij komitet, Petrograd, 1916.

36  Rapport au responsable de l'État-Major du Commandant en chef des armées ; RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1992, 1. 9.

37  Sortes d’images d’Épinal. Charles A. Ruud, Russian Entrepreneur: Publisher Ivan Sytin of Moscow, 1851-1934, McGill-Queen's University Press, 1990.

38  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1787, 1800.

39  RGVIA, f. 13159, op. 6, d. 1803, l. 146.

40  Ce n’est sans doute pas un hasard, bien que sa nomination soit un moindre apport au nouveau régime que ne l’attendait Kerenski, qui lui avait proposé dès le 3 mars la tête de la Cour de Cassation. Voir N P. Karabčevskij, Čto glaza moi videli, Berlin, Izd. Ol’gi D’jakovoj i Ko, 1919.

41  GARF, f. 3314.

42  GARF, f. 6764.

43  Nathalie Moine, op. cit., p. 83-85.

44  Peter Holquist « Les violences de l’armée russe contre les Juifs en 1915 : causes et limites », dans J. Horne (dir.), Vers la guerre totale. Le tournant de 1914-1915, Paris, Tallandier, 2010, p. 191-219.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Sumpf, « La mobilisation autour des « atrocités de l'ennemi », Russie 1914-1918 », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://framespa.revues.org/1602

Haut de page

Auteur

Alexandre Sumpf

Maître de conférences. Histoire russe et soviétique. Université de Strasbourg – EA 3400 ARCHE
asumpf@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page