Navigation – Plan du site
Varia
Articles

De la « déportation-abandon » à la réintégration des « ex-koulaks » : les modulations de la répression à l’égard des paysans soviétiques (1930-1948)

From Neglect to Reintegration: The Evolution of Mass Repression against Soviet Peasant Deportees (1930-1948)
De la deportación-abandono a la reintegración de los « ex-kulaks » : las modulaciones de la represión contra los campesinos soviéticos (1930-1948)
Hélène Mondon

Résumés

De toutes les campagnes de déportations programmées par la direction stalinienne, la première est restée la plus importante. Elle touche en 1930-1931 plus d’un million huit cent mille paysans « dékoulakisés », les premiers « déplacés spéciaux » de Staline.
En 1930, la région du Nord soviétique est choisie pour servir de laboratoire à cette triple expérience –répressive, sociale et humaine–, qui impose à des dizaines de milliers de familles d’exploiter les ressources naturelles de ce territoire hostile et de s’établir définitivement dans des « villages spéciaux », conçus pour devenir des officines de rééducation.
Cet article éclaire, à partir de sources d’archives et de témoignages des survivants, les destinées des familles paysannes en relégation, leurs stratégies de survie face aux conditions extrêmes des premières années, ainsi que leurs modes d’adaptation et de réintégration dès la seconde moitié des années 1930. Il expose les changements survenus dans les « peuplements spéciaux » durant la guerre et retrace le processus d’affranchissement des déportés après dix-huit ans d’exil, qui préfigure l’aboutissement de la plus longue déportation amorcée, puis désamorcée par Staline.

From Neglect to Reintegration: The Evolution of Mass Repression against Soviet Peasant Deportees (1930-1948)

« Dekulakization » represents the largest operation of all Stalinian mass deportations. In 1930 and 1931, more than one million eight hundred thousand peasants were sent into internal exile, becoming Stalin’s first « special settlers ».
In 1930, the Soviet Northern territory was chosen to be the laboratory of this repressive and social experimentation on human beings that obliged thousands of peasant families to extract the natural resources of these frozen hinterlands. They had to remain durably in the so-called « special villages » built for their rehabilitation.
This paper, based on archival materials combined with survivors’ stories, throws new light on the fate of peasant families in the North, their survival strategies when facing the most horrific first years of repression, as well as their strategies of adaptation and rehabilitation within society from the second half of the 1930s on. This research reveals the changes that occurred in the « special settlements » during the war and charts the process of the deportees’ liberation after eighteen years of exile, marking the end of the longest deportation initiated –and eventually defused– by Stalin.

De la deportación-abandono a la reintegración de los « ex-kulaks » : las modulaciones de la represión contra los campesinos soviéticos (1930-1948)

Entre todas las campañas de deportación programadas por el gobierno estaliniano, la primera fue la más importante. Afecta en 1930-1931 a más de 1.800.000 campesinos « deskulakizados », los primeros « desplazados especiales » de Stalin. En 1930, se elige la región del norte soviético como laboratorio para esta triple experiencia –represiva, social y humana– que va imponiendo a decenas de millares de familias la explotación de los recursos naturales de este territorio hostil y la instalación definitiva en determinados pueblos, concebidos como centros de reeducación. El presente artículo aborda, a partir de fuentes archivísticas y de testimonios de supervivientes, el destino de las familias campesinas relegadas, su estrategia de supervivencia frente a las condiciones extremas de los primeros años, así como su modo de adaptación y reintegración a partir de la segunda mitad de los años treinta. Se exponen aquí los cambios ocurridos en los « poblamientos especiales » durante la guerra y se relata el proceso de liberación de los desplazados después de 18 años de exilio, que prefiguran el fin de la más larga deportación iniciada y luego concluida por Stalin.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  NKVD, commissariat du peuple aux Affaires intérieures, chargé de la police politique à partir de 1 (...)

1Bien qu’elle n’apparût qu’au xviie siècle dans le droit russe, la relégation était l’une des plus anciennes pratiques punitives employées en Russie. Au cours des siècles, elle permit aux représentants du pouvoir de mettre au ban des citoyens qui, pour des raisons politiques, sociales ou religieuses, n’avaient pas leur place dans la société. Infligée sur décision administrative ou judiciaire, pour une durée déterminée ou indéterminée, avec assignation à résidence ou sur seule expulsion d’un lieu donné, impliquant une surveillance policière ou non, se combinant aux travaux forcés ou pas, la peine de relégation était si courante qu’elle pouvait se décliner en une large gamme de sanctions. Sous le régime tsariste, toutefois, cette forme particulière de disgrâce n’était généralement appliquée qu’à titre individuel et, mis à part le bagne, ne supposait pas l’utilisation du travail forcé. Ce sont ces deux paramètres qui devaient être largement révisés sous le régime bolchevique et plus particulièrement sous Staline. La déportation devint alors une forme tout à fait banale de violence exercée par l’État sur des groupes de populations, voire des peuples entiers. Cette forme de répression politique impliquait le travail forcé systématique et se présentait comme une punition définitive. Elle allait de pair avec la colonisation et l’industrialisation du territoire et garantissait ainsi à l’empire économique du NKVD1 un vivier de main-d’œuvre inépuisable.

  • 2  Pavel M. Poljan, Geografija prinuditel’nyx migracij v SSSR, [La géographie des migrations forcées (...)
  • 3  Nous distinguerons ici l’acronyme GULAG qui désigne l’administration centrale des camps du nom com (...)
  • 4  Tat’jana V. Carevskaja-Djakina (dir.), Istorija stalinskogo Gulaga, konec 1920-x- pervaja polovina (...)

2L’historien Pavel Poljan chiffre à environ six millions le nombre de personnes reléguées à l’intérieur du territoire soviétique et assignées à résidence entre 1920 et 19532. Parmi elles, la catégorie la plus importante fut celle des « déplacés spéciaux » (specpereselency). Ce terme fit son apparition dans la terminologie administrative au moment de la première déportation de masse organisée par Staline en 1930. Celle-ci préfigura l’inauguration d’un système parallèle aux camps de travail correctif – celui des « peuplements spéciaux » (specposelenija) – qui fit partie intégrante du GULAG3 jusqu’en 1944. À la mort de Staline, on recensait sur le territoire près de 2 800 000 « déplacés spéciaux » qui appartenaient à l’une des trente catégories de réprimés progressivement mises en place par le pouvoir selon des critères de stigmatisation variés : social, ethnique, confessionnel, géographique, ou purement politique4.

3Au fil de leur histoire, les déportés reçurent des étiquettes différentes : déplacés spéciaux, colons de travail, colons spéciaux, expulsés. Malgré une identité changeante et des chefs d’accusation divers, ces relégués étaient unis par une communauté de destin : après avoir été arrachés à leur foyer et dépossédés de tous leurs biens sans aucun jugement, ils étaient déportés en famille vers des régions lointaines à coloniser et assignés à résidence pour une période indéterminée. Une fois sur les terres de relégation, ils étaient sommés de reconstruire leur vie et leur village sous la surveillance militaire d’un « commandant » du NKVD et se voyaient soumis aux travaux forcés.

  • 5  Nikolaj N. Pokrovskij, Viktor P. Danilov, Sergej A. Krasil’nikov, Lynn Viola (dir.), Arxivy Kremlj (...)
  • 6  Nicolas Werth, « Les déportations suspectes dans les espaces russes et soviétiques (1914-fin des a (...)
  • 7  OGPU, Direction politique d’État unifiée. Il s’agit du nom donné à la police politique de 1923 à 1 (...)

4Cette étude s’attache à la première campagne de déportation lancée par le groupe stalinien en 1930, celle qui visait à éradiquer la paysannerie « riche » des villages collectivisés au terme de la « dékoulakisation ». De toutes les déportations staliniennes, celle-ci fut la plus importante, avec environ 1 800 000 déportés entre 1930 et 19315. Cette première déportation de masse constitua une matrice dans la politique répressive élaborée par le pouvoir stalinien. En effet, les déplacements forcés auxquels eut recours le régime soviétique se distinguaient radicalement des déportations antérieures, notamment celles mises en œuvre par les autorités militaires russes durant la Première Guerre mondiale. Comme le souligne Nicolas Werth, aux violences contre des civils dans le cadre d’une guerre totale se substitua une pratique institutionnalisée de la déportation comme mode de gestion des populations et des territoires6. Les modalités répressives mises en place au moment de la première déportation de masse organisée en 1930 devaient servir de modèle à la centaine d’opérations de déportation planifiées au plus haut niveau de l’État dans les années 1930 et 1940 : système de quotas approximatifs, caractère militaro-répressif des opérations, expulsions nocturnes, déportation en train de marchandises sous bonne escorte, assignation à résidence sous la surveillance d’un commandant de l’OGPU7, etc.

  • 8  Politbjuro i krest’janstvo: vysylka, specposelenie, 1930-1940, op. cit., Kn. 2, p. 312.
  • 9  Ibid., p. 313-314.

5Nous nous pencherons ici sur l’étude du cas de la région du Nord européen de l’URSS dans la mesure où cette aire géographique se trouvait précisément à l’épicentre de cette déportation expérimentale. Le territoire du Nord (Severnyj kraj), qui comprenait à l’époque les régions d’Arkhangelsk, de Vologda et la région autonome des Komi, accueillit plus de 230 000 paysans en 19308, devenant en quelque sorte le laboratoire de cette grande expérience. La même année, environ 150 000 paysans furent déportés dans l’Oural et 130 000 en Sibérie9.

6La relégation paysanne dans le Nord fut balisée par deux résolutions secrètes : celle qui le 30 janvier 1930 fixait les modalités de la « dékoulakisation » et donnait le feu vert à la première opération de déportation ; et celle du 14 août 1948 qui entérinait le processus d’amnistie des anciens « koulaks » dans la région d’Arkhangelsk. L’un des objectifs de cet article sera d’éclairer la destinée des déportés durant ces quelque vingt ans passés en relégation. S’il est clair que l’expulsion brutale, les conditions mortifères de déportation et les premières années en terre inconnue constituent les aspects les plus violents et les mieux connus de l’histoire des « dékoulakisés », leur parcours ne s’arrête pas là. Passée cette période chaotique, la question des facultés d’adaptation des déportés à leur nouvel environnement, de la transformation des lieux de peuplement et de leur vie économique ne peut être ignorée. De même, il est impossible, pour comprendre les desseins de la direction politique, de ne s’attacher qu’à la phase liminaire de l’« exil koulak ». La portée de la déportation paysanne ne peut être appréhendée qu’en posant un regard diachronique sur l’évolution des rapports entre l’État et ses premiers « déplacés spéciaux ».

7Cette synthèse s’appuie sur l’exploration des archives russes centrales et régionales, sur des témoignages recueillis dans la presse de notre périmètre d’étude, ainsi que sur des entretiens réalisés par le journaliste Oleg Ugrjumov auprès d’anciens déportés résidant actuellement dans le district de Lena, au Sud-Est de la région d’Arkhangelsk. Elle croise deux types de sources : les documents administratifs (inédits et publiés) qui permettent de suivre les fluctuations de la répression tout au long des années 1930-1940 et les documents d’origine personnelle (lettres et témoignages) qui retracent les parcours individuels et familiaux des anciens déportés.

8À partir de la confrontation de ces sources, nous proposons de mettre en perspective deux points de vue, celui des organisateurs et celui des victimes. Cet exposé suivra deux grands axes : d’une part les formes de violences exercées par l’État et les modulations de la répression à l’égard des déplacés sur le long terme. D’autre part, les formes de violence subies par les déportés et leurs logiques de survie, d’adaptation et de réintégration.

L’exercice de la politique répressive et ses fluctuations

Une déportation improvisée

  • 10  Nikolaj N. Pokrovskij(dir.), Arxivy Kremlja. Politbjuro i krest’janstvo: vysylka, specposelenie. 1 (...)
  • 11  RSFSR, République socialiste fédérative soviétique de Russie.

9Grâce à des recueils de documents d’archives récemment publiés en Russie tel Le Politburo et la paysannerie10, il est possible de retracer les grandes étapes de l’expérimentation répressive que constitua la première déportation stalinienne. L’année 1930 fut marquée par la perte de contrôle du pouvoir dès le début de l’expérience. L’impréparation était telle que partout, dans le Nord, l’Oural et en Sibérie, les quotas de familles à déporter furent revus à la baisse malgré la pression du Centre. Comme l’avoua le chef du commissariat du peuple à l’Intérieur de la RSFSR11, V. N. Tolmatchev, en avril 1930 :

  • 12  D’après la lettre du commissaire du peuple à l’Intérieur de la RSFSR, V. N. Tolmatchev, au vice-pr (...)

L’envergure des opérations est tellement immense et le territoire tellement mal préparé, que malgré toute la tension des efforts, un plan quel qu’il soit ne sera jamais qu’une ébauche préliminaire avec laquelle il faudra manœuvrer. Et ce, avec des moyens plus qu’insuffisants12.

10Tout au long de l’année 1930, les différentes étapes de la déportation furent marquées par des tensions persistantes entre les administrations centrales et régionales. L’absence de chevaux pour le transport, de matériaux pour la construction des logements, les problèmes d’approvisionnement médical et alimentaire étaient non seulement dus au manque de coordination entre le Centre et la périphérie, mais aussi au refus de certains commissariats de débloquer les moyens nécessaires à l’installation des déportés. Dès la fin du mois de février, le représentant de l’OGPU pour la région Nord, R. Austrin, exprima ses inquiétudes face au refus du commissariat du peuple au Commerce (le Narkomtorg) de fournir aux familles déportées un approvisionnement gratuit :

  • 13  Viktor Danilov, Lynne Viola (dir.) Tragedija sovetskoj derevni, Kollektivizacija i raskulačivanie  (...)

Nous allons nous trouver devant de nouvelles complications lorsque les réserves de nourriture emportées seront épuisées. […]
La question de l’approvisionnement des familles sans force de travail, les vieillards, les femmes avec enfants dékoulakisés à tort et à travers et envoyés ici sans provisions et sans argent, reste sans solution. Pour l’instant, nous nourrissons ces familles grâce aux réserves de produits alimentaires collectivisés, mais avec l’épuisement des denrées des koulaks et le passage à une alimentation payante, leur situation sera sans issue13.

11Au mois d’avril, Tolmatchev dénonça à son tour l’attitude des institutions centrales :

  • 14  Istorija Stalinskogo Gulaga..., op. cit., t. 5, p. 103-107.

Je ne peux taire cette passivité dont les institutions centrales continuent de faire preuve par rapport aux questions de transfert, d’installation et d’aménagement, jugeant manifestement que « ce n’est pas leur problème ». Il faut les secouer bien comme il faut14.

  • 15  Viatcheslav Molotov était alors un membre influent du Politburo. Il fut nommé président de la comm (...)

12Au mois de juin, ce fut au tour du premier secrétaire du Parti de la Région Nord, S. Bergavinov, et du président du Comité exécutif régional, I. Komissarov, d’adresser un télégramme à Staline et Molotov15 :

  • 16 Politbjuro i krest’jansvto..., op. cit., Kn. 1, p. 237-238.

Nous avons l’impression étrange (c’est difficile à exprimer) que quelque part, quelqu’un cherche à dessein à nous compliquer la tâche pour ainsi donner la possibilité de faire du bla bla sur la non-exécution de la politique du Parti pour la liquidation des koulaks. Après toutes les décisions du C. C. [Comité Central] et cette négligence obstinée des institutions soviétiques, nous n’avons pas d’autre issue que de dire franchement les choses telles qu’elles sont, car nous avons l’habitude de respecter les décisions du C. C. et de répondre devant lui. Nous vous demandons, camarades Staline et Molotov, de vous mêler de cette affaire honteuse et d’exiger définitivement l’application des résolutions du C. C.16.

  • 17  Sur les conflits de logiques bureaucratiques, voir Alain Blum, Martine Mespoulet, L’anarchie burea (...)

13Des commissions ad hoc furent alors mises en place dans la plus grande improvisation pour régler les problèmes à mesure qu’ils surgissaient ; elles trahissaient une série de faiblesses dans le fonctionnement de la machine bureaucratique : absence de coordination, manque d’informations, concurrences interinstitutionnelles, voire conflits personnels très virulents17. Ainsi, la commission Bergavinov, mise en place en avril 1930 par le Politburo pour la « Révision des déportations abusives de paysans pauvres et moyens dans la région Nord » fut au cœur d’une véritable guerre des chiffres entre Bergavinov, nommé par Staline président de cette commission, et Tolmatchev, dépêché du Centre pour inspecter l’arrondissement d’Arkhangelsk. Le premier s’insurgea contre le pourcentage de « déportés à tort » établi pour l’arrondissement d’Arkhangelsk qui avoisinait les 28 %. Il adressa au Comité Central un véritable réquisitoire contre Tolmatchev :

  • 18  I. Eremin, commissaire du peuple à la Justice, participa également à cette commission et fut charg (...)
  • 19  Politbjuro i krestjanstvo, op. cit., Kn. 1, p. 226-231.

Il est frappant que l’enquête menée dans l’arrondissement d’Arkhangelsk, où le travail était justement dirigé par Tolmatchev, ait donné des chiffres aussi catastrophiques. […] Si l’on compare ces chiffres à la lettre que ce pleurnichard a envoyé à Lebed à son arrivée à Arkhangelsk, […] on est forcément frappés par leur convergence. […] Il est clair comme l’eau de la mer que Tolmatchev et son fidèle complice Eremin18 ont non seulement une approche libérale mais quelque chose en plus qui ne renforce pas la position du Parti dans cette affaire véritablement historique (et non pas « opération » comme dit Tolmatchev) qu’est la liquidation des koulaks en tant queclasse19.

  • 20  Tragedija sovetskoj derevni…, op. cit., t. 2, p. 436.

14À l’issue de cette commission, Staline entérina les chiffres de Bergavinov et reconnut que 6 % des déportés avaient été réprimés à tort alors que Tolmatchev avait suggéré de prendre 10 % comme seuil minimal20.

  • 21  Pour une analyse approfondie de ce conflit, voir Lynne Viola, « A Tale of Two Men : Bergavinov, To (...)

15Bergavinov et Tolmatchev ne partageaient pas du tout le même rapport aux déportés : le premier y voyait uniquement une force vigoureuse, capable de propulser la colonisation de sa région en manque constant de bras, tandis que le second les considérait avant tout comme des êtres humains21. C’est d’ailleurs ce qu’il osa écrire dans sa fameuse lettre d’avril :

  • 22 Istorija Stalinskogo Gulaga..., op. cit., t. 5, p. 103-107.

On continue de traiter les déportés comme des détenus extrêmement dangereux qui méritent le plus strict isolement. [...] Ce ne sont tout de même pas des caisses, des balles de marchandises sans conscience, ce sont des êtres vivants, doués d’initiative et maîtres d’un grand savoir-faire domestique22.

16Tolmatchev s’était d’ailleurs prononcé contre le projet du Conseil des commissaires du peuple de l’URSS qui justifiait la création des villages spéciaux « dans le but d’une utilisation organisée des éléments koulaks en qualité de main-d’œuvre pour l’exécution des obligations d’État » :

  • 23 Politbjuro i krest’janstvo..., op. cit., Kn. 2, p. 223-224.

Ce point de vue est incorrect. En faisant entrer de force les koulaks dans les villages spéciaux, nous remplissons notre mission principale qui est d’isoler au mieux ces éléments, en les privant de la possibilité de lutter contre le mouvement kolkhozien et d’agir contre les mesures du Pouvoir soviétique. La mission qui consiste à utiliser les familles koulaks pour remplir les obligations d’État n’a qu’une place auxiliaire dans l’organisation des villages spéciaux23.

17Ainsi, de profonds désaccords départageaient les hauts dirigeants quant à la politique à mener à l’égard des paysans, entre ceux qui voulaient une déportation éternelle et ceux qui étaient favorables à une répression plus souple et plus rationnelle avec réintégration rapide ; entre ceux qui souhaitaient isoler l’ennemi en priorité et ceux qui voulaient surtout l’exploiter ; entre les partisans de la prolétarisation de la paysannerie et ceux qui prônaient une colonisation agricole. Au bout du compte, la « colonisation spéciale » – tel fut l’euphémisme choisi pour qualifier cette première déportation de masse – combinait le schéma classique de la colonisation agraire avec une forme d’économie répressive basée sur le travail forcé des paysans dans des secteurs industriels porteurs, en premier lieu l’industrie forestière.

  • 24  Sur les 230 000 paysans déportés dans le Nord, on enregistra à la fin 1930 près de 20 000 décès et (...)
  • 25  Le 11 avril 1930, on recensait dans la région Nord 39 486 familles (soit 197 060 personnes). Parmi (...)
  • 26  Politbjuro i krest’janstvo..., op. cit., Kn. 1, p. 165.
  • 27  Tragedija sovetskoj derevni…, op. cit., t. 2, p. 784-785.

18La région Nord occupait une place à part dans cette phase liminaire et extrêmement aiguë de la déportation. C’était un laboratoire vide : il y manquait les cadres, le matériel et les finances. Au lieu de travailleurs, les autorités régionales se plaignaient de voir arriver sur leur territoire une quantité énorme de nourrissons, vieillards et invalides de la guerre civile, ce qui faisait remonter à la surface les innombrables abus de la « dékoulakisation ». Cette première « opération » aboutit non seulement à un échec économique mais surtout à une catastrophe humanitaire, puisqu’environ un quart des déportés étaient morts ou en fuite24. La situation des enfants qui représentaient environ 37 % de la population déportée était particulièrement tragique25. Dès le 18 mars, S. Bergavinov, qui s’était rendu à Kotlas pour visiter les baraquements de déportés, envoya un télégramme à Molotov dans lequel il signalait une « énorme épidémie » et l’hécatombe parmi les enfants26. On enregistrait un taux de 8 % de mortalité infantile. Eu égard à la catastrophe, les autorités concédèrent bientôt le rapatriement de plus de 35 000 enfants de moins de dix ans27. Cette mesure impliquait leur prise en charge par la parentèle non « dékoulakisée ». Le 3 mai 1930, dans une lettre à la « Commission des enfants » du Comité exécutif central, une fonctionnaire, témoin du tumulte provoqué par les retours massifs des enfants, décrivait une des premières opérations de sauvetage des « petits koulaks » :

Voilà la scène dont j’ai été le triste témoin, par hasard, à mon retour de Kotlas.

Gare de Kotlas... Une demi-heure avant le départ du train. Quatre wagons « Kotlas-Moscou », une foule noire, la cohue, les cris, les pleurs des enfants mêlés aux lamentations de leurs mères.

Dans les bras levés au ciel, on fait passer les tout petits jusqu’au wagon où le chef de voiture les attrape, au risque d’être bousculé du marche-pied, et charge le wagon jusqu’à ras bord. Les enfants un peu plus grands s’engouffrent dans les autres voitures, sous peine d’être mutilés. Ce sont des exilés, des dékoulakisés qui, selon l’autorisation de « faire rentrer les enfants au pays » pour les moins de 12 ans, sauvent les « petits koulaks » de la mort certaine.

Qui les sauvent, oui. Car ces derniers temps, il en meurt près de trente par jour, ils ne peuvent plus endurer les conditions dans lesquelles vivent les expulsés. […]

À la poste, au télégraphe, la queue n’en finit pas, les gens contactent leurs proches. Souvent, ceux qui viennent chercher leurs enfants les retrouvent sans vie, alors ils prennent ceux des voisins, par dizaine. Dans le wagon où j’étais assise, un vieillard accompagnait 12 enfants, un autre, 11.

Les mères cessent de donner le sein et envoient aussi leurs nourrissons au pays, et les pleurs d’enfants ne s’arrêtent pas de toute la nuit. […]

  • 28  Mikhaïl Kalinine fut, de 1919 à 1946, le chef de l’État soviétique en tant que président du Comité (...)

La moitié des enfants sont malades : diarrhée, toux, rougeole, teigne. C’est une véritable horreur. On a envie de crier sa colère comme ces vieux qui ont pris des enfants par douzaine. « Non, non, là-bas chez Kalinine28, ils savent pas. Le pouvoir des Soviets ferait pas souffrir ses paysans comme ça. Ils ont dit qu’ils nous déplaçaient, qu’ils nous donneraient terre et logis pour pas qu’on gêne la construction des kolkhozes, et ils ont promis qu’après on rentrerait », voilà ce qu’ils ressassent, ces vieux. […]

  • 29  Istorija Stalinskogo Gulaga..., op. cit., t. 5, p. 719-721, n. 24.

J’ai vu une marche funèbre avec cinq cercueils d’enfants tôt le matin, en allant à la gare, là où je me suis heurtée à l’embarquement des enfants. Pendant une minute, j’ai voulu sauter du train et courir voir les baraquements et demander à la DTK [Commission pour les enfants] de Kotlas pourquoi elle ne participait pas à l’organisation du départ des enfants (à l’embarquement, un garçon s’est luxé la main) et surtout à soulager leur sort, par exemple en distribuant les colis de vivres qui arrivent massivement et qui moisissent trois semaines à la poste, car le seul employé présent n’a pas le temps de les traiter. Finalement, j’ai décidé qu’il vaudrait mieux en informer la DTK centrale car je suis sûre et certaine que « chez Kalinine, ils savent pas », comme disent les vieillards29 […]

19Cet épisode de rapatriements sema un désordre propice aux évasions des familles déportées, phénomène qui prit de court les autorités policières. Un membre du commissariat à l’Intérieur décrivait ainsi la situation dans le Nord :

  • 30 Ibid., p. 128-130.

Dans le territoire Nord, vous ne trouverez pas 16 000 exploitations koulaks : sur les 203 000 personnes qui ont été amenées là, tout juste si 100 000 ne sont pas parties. Il faut des mesures extrêmes pour empêcher les exilés spéciaux de rentrer chez eux30.

  • 31 Politbjuro i krest’janstvo…, op. cit., Kn. 2, p. 310.

20Alors que les évasions se multipliaient, débordant les autorités policières, le projet aveugle de colonisation forcée se poursuivit. Les déportés furent finalement abandonnés sur des terrains vagues et le premier hiver en déportation fut chaotique. Les entreprises forestières se montrèrent peu disposées à donner à leur main-d’œuvre épuisée ce dont elle avait besoin : logement et nourriture. Face à l’incurie de l’administration soviétique chargée de l’accueil et de l’installation des déportés, l’OGPU, censée être plus efficace dans la gestion des détenus, reprit les choses en main dès le printemps 1931. Cette gabegie n’empêcha pas le pouvoir d’impulser de nouvelles vagues de déportations encore plus importantes en 1931 (1 200 000 déportés contre 500 000 en 193031), mais cette fois la région Nord fut écartée des zones stratégiques de relégation. Ce fut l’Oural qui devint en 1931 le centre névralgique des déportations, suivi de la Sibérie occidentale.

Rationaliser la répression

21La période 1931-1933 vit se dégager une nouvelle phase dans la politique à l’égard des paysans déportés. Elle marqua la laborieuse mise en place du système des « peuplements spéciaux », sous le contrôle de la police politique. Celle-ci fut chargée de rationaliser l’utilisation de la main-d’œuvre et de jeter les bases normatives qui devaient régir la vie dans les « villages spéciaux », érigés tant bien que mal par les déportés. À mi-chemin entre la détention et la liberté, ces « peuplements spéciaux » étaient avant tout militarisés, balisés par des komandatures permettant de contrôler de vastes territoires dans lesquels étaient concentrés les « déplacés spéciaux ». À la différence des camps, qui nécessitaient une pléthore de gardiens, les « villages spéciaux » étaient dirigés par un commandant armé, garant du régime militaro-répressif. Pour mieux manipuler les comportements humains, les autorités tentèrent de diviser la société des « déplacés spéciaux ». La collaboration avec la direction fut encouragée pour mettre en place un système d’autosurveillance. Un véritable microcosme se mit progressivement en place avec sa population, son fonctionnement propre et ses lois fixées par les organes répressifs et remaniées à volonté.

22Durant la première moitié des années 1930, les autorités furent confrontées à leurs propres erreurs. C’est ce qu’expliqua Tolmatchev à S. Syrtsov, président du Conseil des Commissaires du peuple pour la RSFSR, dans un rapport daté du 3 août 1930 :

  • 32  Ibid.,p. 202-203.

Dans le choix des zones de résidence permanente, presque tous les organes intéressés ont pris pour parti qu’il fallait isoler les familles koulaks le plus loin possible de la population locale, ce qui les a conduit à choisir les coins les plus reculés. […] Les organes régionaux ont cependant rencontré des complications colossales quand il a fallu mettre leurs plans en œuvre. Le manque de prise en considération du temps restant pour la navigation et des moyens de transport dont ils disposaient sur place a abouti au fait que, par exemple dans la région Nord, il a fallu revoir toute la liste des zones de peuplement et remplacer les plus lointaines d’entre elles, dont l’accès n’était pas possible par voies praticables, par d’autres32.

23La volonté d’isoler les déportés le plus loin possible n’était pas toujours compatible avec les velléités d’« assimilation » du territoire. Certains villages avaient été construits sur des terres qui ne présentaient aucune perspective de développement, ce qui entraîna des déportations à répétition à la fois accablantes pour les victimes et fort coûteuses à l’État.

24Le fait d’avoir envoyé de nombreux pères de famille dans les camps était aussi problématique : sans cette force de travail, tout le système des « peuplements spéciaux » menaçait de s’écrouler, car la famille paysanne patriarcale en était précisément l’unité de production. Les dirigeants réparèrent cette erreur en engageant, à partir d’octobre 1931, une politique de remembrement des familles.

25Cette volonté de rationaliser la répression se heurta néanmoins au programme de réintégration des déportés dans leurs droits civiques, annoncé au cours de l’été 1931.

  • 33  En russe, brigady po otryvu ot roditelej.

26La commission Andreev, mise au point par le Politburo, envisageait qu’au terme de cinq ans de relégation, les « koulaks » pourraient recouvrer leurs droits civiques. Cependant, là encore, les hauts responsables policiers et politiques avaient des opinions divergeantes quant au but de cette réintégration. Pour certains, elle était avant tout idéologique : il fallait isoler les enfants de l’influence délétère des « vieux koulaks ». A. Andreev, membre du Politburo, était partisan du « schisme des générations ». Il envisageait de mettre en place, sur les lieux de travail, des « brigades de rupture avec les parents33 » et de construire dans les villages des baraques pour jeunes « dans un seul but politique, celui de séparer les jeunes de leurs parents ». Ceux qui ne se plieraient pas à la volonté du régime en seraient exclus :

  • 34 Istorija stalinskogo Gulaga..., op. cit., t. 5, p. 168-183.

Si au bout de 6 mois, d’une année, un tel ne veut toujours pas se détacher de ses parents, alors à quoi bon l’entretenir. Pendant 2 ou 3 mois, faire un travail d’explication, lui faire comprendre le sens politique de la chose, et ensuite, voir comment il réagit34.

27Pour d’autres hauts fonctionnaires, la réintégration civique des déportés avait un objectif purement économique – il était question de stimuler le dépassement des normes de travail grâce à l’appât de la réintégration. À ce sujet, V. Ivanov, le premier secrétaire du Parti pour la région Nord tenait des propos éloquents :

  • 35 Politbjuro i krest’janstvo, op. cit., Kn. 1, p. 498-500.

Nous ne comptons pas faire des koulaks réhabilités dans leurs droits civiques des éléments politiquement fiables, ce qui compte ici, c’est d’agir sur les autres, il faut leur prouver la perspective réelle de pouvoir améliorer leur situation35.

  • 36  Ibid., Kn. 2, p. 83.
  • 37  Istorija stalinskogo Gulaga..., op. cit., t. 5, p. 733, n. 58.

28Très rapidement, les autorités décidèrent d’accélérer le processus en offrant aux jeunes une réhabilitation civique anticipée. Une véritable politique de favoritisme se mit en place à l’égard de la jeunesse qui travaillait le mieux et s’engageait à renier la génération parentale, porteuse du stigmate. Une première campagne de réhabilitation civique fut lancée au printemps 1932, entraînant, à l’échelle du territoire soviétique, la libération d’un millier de « déplacés spéciaux » en vertu de leur comportement exemplaire36. Mais là encore, les tentatives de diviser les générations furent aussitôt inhibées par des décisions plus rationnelles. Face au risque de voir filer l’élite laborieuse des villages, l’OGPU fit en effet tout son possible pour que les jeunes amnistiés ne quittassent pas les « villages spéciaux » : ils devaient servir d’exemple aux autres. Le 27 août 1932, une circulaire du GULAG leur accorda des privilèges pour les inciter à rester sur place : ils avaient notamment droit à un meilleur approvisionnement, à un logement et à un accès à des postes à responsabilité37.

29Sur ces questions, comme sur bien d’autres, la collision entre l’idéologie et le pragmatisme était inévitable. L’isolement lointain sur des mauvaises terres ne pouvait que compromettre le transport vers ces contrées et leur colonisation. La volonté de combattre la cellule sociale familiale était incompatible avec l’objectif d’utiliser la famille paysanne comme unité de travail. Enfin, la tentative de stimuler la productivité des déportés en leur promettant la réintégration dans leurs droits civiques et leur libération se conjuguait difficilement avec l’objectif d’enracinement des déportés en relégation. Tout cela trahissait les dysfonctionnements et les contradictions profondes de la politique menée à l’égard des « koulaks ». Une politique construite et déconstruite sur le tas, reflet des balbutiements, de la discorde et, d’une certaine façon, de l’amateurisme des autorités.

  • 38  Viktor N. Zemskov, « Kulackaja ssylka v 30-e gody : čislennost’, rasselenie, sostav », dans Nasele (...)

30À partir de 1932, un dispositif d’assistance fut progressivement mis en place pour sortir les paysans de l’impasse. Lopins, bétail et semences leur furent octroyés. Toutefois, ils n’échappèrent pas à la famine qui fit rage à l’hiver 1932-1933, faisant 15 000 morts dans la région Nord, 150 000 si l’on prend l’ensemble des territoires de déportation38. La situation en 1933 était aussi catastrophique dans toutes les régions de déportation où les paysans fuyaient par villages entiers. Cet échec fut néanmoins pris en compte par les hauts dirigeants puisqu’ils renoncèrent à mettre en œuvre une nouvelle « opération grandiose » de déportation qui devait aboutir à l’expulsion de deux millions de personnes en 1933.

Normaliser le système des « peuplements spéciaux »

31À partir de 1934, la situation économique des « villages spéciaux » fut placée au centre des préoccupations du pouvoir. Plusieurs modèles économiques se mirent en place dans ces lieux rebaptisés « villages de travail » : le modèle agricole avec le développement des « artels spéciaux » dont la production était sous la responsabilité de la komandature du NKVD ; le modèle industriel impliquant une gestion de la production par les organismes économiques d’État (dans ce cas, la komandature n’était responsable que du régime dans les villages). À la différence des travailleurs agricoles, payés essentiellement en nature, les déportés affectés dans une activité industrielle voyaient leur salaire taxé à 5 % pour le traitement des employés des komandatures. Un troisième modèle économique fonctionnait, celui des villages agro-industriels, typiques des régions du Nord soviétique où les familles étaient rattachées à un organisme économique de l’industrie forestière et parmi elles, les membres aptes à travailler étaient affectés aux travaux forestiers et les inaptes (femmes, enfants, adolescents, personnes âgées, malades) travaillaient dans les micro-artels qui nourrissaient le village et fournissaient un lopin de terre à chaque famille.

32Dans la seconde moitié des années 1930, les questions de financement et de renforcement économique des « artels spéciaux » se mirent à inonder la correspondance bureaucratique. Cette période vit fleurir l’économie des « villages de travail » qui bénéficiaient d’un régime privilégié : les déportés étaient exemptés des livraisons à l’État, et les délais de remboursements des prêts accordés pour leur installation étaient régulièrement rallongés. Toutefois, à partir de la seconde moitié de la décennie, l’État réclama au NKVD plus de transparence dans la gestion financière des « peuplements spéciaux ». Le NKVD dut faire face à la restriction des moyens pour financer la répression et à des obligations de plus en plus rigides. Ce fut en grande partie pour cette raison que Guenrikh Jagoda, le chef de la police politique, manifesta dès 1935 sa volonté de normaliser le système des « peuplements spéciaux » en le remettant aux mains de l’État. Cette réforme s’inscrivait dans une perspective plus large d’enracinement des déportés en relégation et de réintégration progressive dans la société.

  • 39 Politbjuro i Krest’janstvo..., op. cit., Kn. 2, p. 577, Istorija stalinskogo Gulaga..., op. cit., t (...)
  • 40  Politbjuro i Krest’janstvo..., op. cit., Kn. 2, p. 577.
  • 41  Politbjuro i Krest’janstvo..., op. cit., Kn. 2, p. 579 et Istorija stalinskogo Gulaga..., op. cit.(...)
  • 42  Politbjuro i Krest’janstvo..., op. cit., Kn. 2, p. 1041, n. 138.
  • 43  Istorija stalinskogo Gulaga..., op. cit., t. 5, p. 294-296.

33En 1934, s’amorça en effet la campagne officielle de réintégration des déportés dans leurs droits civiques. Elle visait trois catégories de candidats : les « déplacés spéciaux » ayant fourni un travail consciencieux et s’étant montrés loyaux à l’égard du pouvoir ; les jeunes « travailleurs de choc » participant au travail social ; les enfants de « koulaks » une fois devenus majeurs. Les autorités n’avaient vraisemblablement pas prévu que les citoyens réintégrés dans leurs droits civiques rentreraient massivement chez eux : au 1er novembre 1934, sur les 31 384 personnes réintégrées en URSS depuis la première vague d’amnistie anticipée, seules 7 857 étaient restées dans les villages. Autrement dit, 75 % des citoyens affranchis avaient profité de cette réintégration non seulement pour fuir leur village de résidence mais aussi pour retourner chez eux39. Dans la région Nord, 90 % d’entre eux avaient quitté la terre de déportation40. Le 17 janvier 1935, Jagoda envoya une lettre à Staline pour lui suggérer de rectifier la résolution du Comité exécutif central de l’URSS sur la réhabilitation civique des « colons de travail ». Selon lui, cette résolution supposait « incontestablement » l’établissement des réhabilités sur les lieux de peuplement et non pas les départs massifs des « colons de travail » qui « sabotaient » ainsi les mesures de mise en valeur des régions de colonisation. Aussi le rapatriement des amnistiés dans les régions d’origine était-il, selon lui, « politiquement incorrect41 ». Les suggestions de Jagoda furent aussitôt approuvées par Staline. Le 25 janvier, une nouvelle résolution centrale interdit définitivement aux « colons de travail » réintégrés dans leurs droits civiques de quitter les zones d’assignation à résidence42. Cette loi était de surcroît rétroactive : tous ceux qui avaient été réintégrés avant 1935 étaient pris au piège dès lors qu’ils se trouvaient encore dans ce périmètre de résidence. La confiscation des passeports et la réintroduction dans les villages de relégation devint une pratique courante à la fin des années 1930. L’enjeu était clair : la colonisation devait être forcée et définitive. À l’échelle de l’URSS, 130 922 colons recouvrèrent leurs droits civiques avant la Constitution (soit environ 13 % des « colons de travail » en 193643).

  • 44  Viktor N. Zemskov, Specposelency v SSSR 1930-1960..., op. cit., p. 75.

34L’autre vecteur de normalisation de la seconde moitié des années 1930 portait sur la question du nouveau statut des déportés. L’année 1937 marqua une nouvelle étape dans les relations entre l’État et ses « déplacés spéciaux » en raison de la Constitution stalinienne qui rendit de facto leurs droits civiques aux déportés. Cette déclaration resta lettre morte puisque Nikolaï Iejov, le successeur de Jagoda, maintint l’interdiction de sortie des territoires de résidence. Toutefois, l’année 1938 marqua un tournant dans l’histoire des déportés, sur le plan économique d’une part, avec la transformation des « artels spéciaux » en kolkhozes ordinaires, mais aussi sur le plan politique, avec la libération des jeunes dès l’âge de 16 ans. Sur ce second point, la direction du NKVD mit beaucoup de temps à appliquer la résolution et imposa des restrictions dans le droit de déplacement des amnistiés, les grandes villes leur restant interdites. Il fallut attendre l’année 1940 pour voir l’affranchissement de 77 661 jeunes enfants de déportés en URSS44.

  • 45  Le terme est de Lynne Viola. Lynne Viola, The Unknown Gulag, the lost world of stalin’s special se (...)
  • 46  Viktor N. Zemskov, Specposelency v SSSR, 1930-1960…, op. cit., p. 20-21 et p. 60.

35Ce furent malgré tout des concessions étonnantes si l’on s’en tient au contexte de la Grande Terreur de 1937-1938 et de la « seconde dékoulakisation » qui faisait rage dans le pays45. L’« opération koulak » de juillet 1937 visait en effet tous les paysans relégués qui continuaient de mener des « activités antisoviétiques ». Elle conduisit à une vague d’arrestations dans les régions de déportation qui toucha principalement les hommes et contribua à un nouvel éclatement des familles. Au total, plus de 46 000 « déplacés spéciaux » furent arrêtés au cours de 1937-1938, ce qui représentait 17 % de l’ensemble des « koulaks » visés par cette véritable chasse à l’homme46.

  • 47  Politbjuro i Krest’janstvo..., op. cit., Kn. 2, p. 605-606.

36Selon les sources d’en haut comme d’en bas, le contrôle des komandatures se relâcha à partir de 1938, et il devint plus simple de quitter les villages de relégation. L’exode sauvage des déportés fut déploré par les autorités régionales, mises devant le fait accompli : « de nombreux colons ont profité du relâchement du régime pour quitter leur village et s’infiltrer dans les usines et les entreprises des centres régionaux et des villes », lit-on dans les rapports de police de cette période47. En 1938, Iejov, entendit bien reprendre les choses en main par une politique de repeuplement des villages.

  • 48  En russe, perexod k normal’noj trudovoj žizni, voir Politbjuro i Krest’janstvo..., op. cit., Kn. 2 (...)
  • 49  Ibid., Kn. 2., p. 591-592.

37Au début de 1939, les rectifications concernant les droits des déportés s’étaient à ce point accumulées qu’elles obligèrent les instances de l’État à revoir le statut des « colons de travail ». Le Parquet se mit à interférer de plus en plus dans les décisions du NKVD qui, à coups d’innombrables circulaires, contrecarrait les résolutions étatiques. Le nouveau chef du NKVD, Lavrenti Beria, proposa alors aux instances dirigeantes une réforme radicale qui visait à l’abolition totale du système des « peuplements spéciaux ». Cette idée avait fait son chemin depuis le milieu des années 1930. Une commission gouvernementale présidée par D. Lebed, le vice- président du Conseil des Commissaires du peuple pour la RSFSR, avait été mise en place en 1935 afin de réfléchir au processus de transfert de l’administration et de la gestion économique des « villages de travail », jusqu’alors sous la tutelle du NKVD, aux organes étatiques régionaux. Il était question de permettre aux « colons de travail » de « retrouver une vie active normale48 », dans la perspective de leur réintégration civique. Ce grand projet de normalisation avait été relancé à partir de 1937 par N. Iejov, le responsable du NKVD et I. Pliner, le chef du GULAG. Ce dernier avait été le premier à revendiquer la « liquidation » des Départements régionaux des peuplements spéciaux, ainsi que celle des komandatures de districts et de villages qui devaient être remplacées par des soviets ruraux49.

38Ce projet de réforme, longuement mûri, mettait en évidence un aspect intéressant : la rotation de la répression. D’un point de vue idéologique, le NKVD se félicitait d’avoir rééduqué l’ennemi, d’un point de vue plus pragmatique, il était accablé par ses responsabilités financières et convaincu de la nécessité de réformer en profondeur le système des « peuplements spéciaux ».

39Si au début de 1939, on pouvait envisager l’extinction de ce système, la politique extérieure et les nouvelles grandes vagues de déportations qui suivirent le pacte germano-soviétique de 1939, puis l’entrée en guerre, remirent à plus tard ce projet de normalisation. Face à la nouvelle escalade répressive, il fallait maintenir le système en place. Le tournant des années 1940 marqua un redoublement de vigilance à l’égard des « ex-koulaks » dont les villages furent délocalisés à l’écart des grandes villes et des voies ferroviaires.

L’affranchissement progressif des « ex-koulaks »

40La période 1941-1947 fut dominée par la guerre qui modifia naturellement les priorités des dirigeants et classa la « question koulak » hors du champ des directives stratégiques. Toutefois, l’« opération koulak » de 1937-1938 n’avait vraisemblablement pas suffi à éradiquer la lie des « villages de travail ». La guerre fit resurgir la psychose de la « cinquième colonne ». Les déportés furent dans un premier temps consignés dans leurs villages, puis après une année d’hésitation, les « ex-koulaks » furent finalement mobilisés dans l’Armée rouge en 1942, à l’exception notable de ceux qui occupaient la position de « chefs de famille » en 1930.

  • 50 Istorija stalinskogo Gulaga..., op. cit., t. 5, p. 334-341.
  • 51  Ibid., p. 349-353.

41Les années 1940 devaient marquer l’affranchissement progressif des « ex-koulaks ». L’émancipation des déportés ne put se faire qu’au prix de leur engagement militaire. Au début de l’année 1942, on recensait plus de 900 000 « colons de travail » installés dans près de deux mille « villages de travail » répartis sur l’ensemble du territoire soviétique50. Au cours de cette année de mobilisation massive, près de 61 000 « colons de travail » endossèrent le manteau militaire51. Ils furent radiés des « registres spéciaux » de même que leur femme et leurs enfants. Il s’agissait toutefois de jeunes foyers fondés en déportation. Au même moment, la vigilance redoublait à l’égard des fameux « chefs de famille » : des relais d’espions infiltrèrent les villages de relégation afin de détecter les comportements déviants. Dans la région d’Arkhangelsk comme ailleurs, des individus étaient régulièrement arrêtés et condamnés en vertu de l’article 58 (agitation antisoviétique) à dix ans de camp de travail correctif. La génération parentale dut attendre l’après-guerre pour être enfin délivrée du statut de déporté, en récompense de son effort de guerre.

42Il convient de souligner le cycle de la répression avec ses phases de durcissement et d’assouplissement. Contrairement aux déportations ethniques qui ne furent cassées qu’après la mort de Staline, la déportation paysanne fut initiée puis interrompue sous Staline. Dans la région Nord, l’année 1948 marqua la libération des « ex-koulaks » tandis qu’elle scellait le sort des peuples déportés pendant la guerre, condamnés à la « relégation éternelle ».

L’expérience vécue des réprimés

La survie quotidienne

43La mémoire des survivants de même que les lettres écrites au moment des faits décrivent de manière semblable le rituel de la répression : la violence des expropriations, la descente en enfer pendant la déportation, puis l’abandon en terre inconnue. Dans la première moitié des années 1930, les « déplacés spéciaux » furent rejetés au plus bas de l’échelle sociale soviétique. Les déportés eux-mêmes avaient établi une hiérarchie des victimes et estimaient qu’il valait mieux être détenu dans un camp que prisonnier d’un « village spécial » car, au moins dans les camps, on avait un toit et une ration quotidienne. Les « villages spéciaux » n’étaient au départ qu’un amoncellement de bois et de terre dans lequel s’entassaient des familles affamées, malades, clochardisées. Elles étaient bien souvent maltraitées par des commandants eux-mêmes aigris de s’être retrouvés en exil. Les « villages spéciaux » étaient des lieux d’impunité où tous les réglements de compte devenaient possibles. La violence découlait aussi des rapports sociaux qui s’instaurèrent entre les déportés : les matraqueurs (paločniki), recrutés par le commandant au sein même de la communautée reléguée, étaient chargés contre rétribution de bastonner leurs pairs dès que ceux-ci quittaient le périmètre du village pour aller se procurer de la nourriture. Les violences sociales se manifestaient sur les lieux de travail, où les conditions étaient très pénibles et les accidents fréquents, mais aussi en raison des rapports de domination exercés par les petits chefs et contremaîtres locaux qui considéraient les déportés comme une main-d’œuvre corvéable à merci et leur rappelaient sans cesse que la vie d’un cheval était plus importante que la leur. La violence n’était pas seulement physique : les déportés vivaient dans la peur et subissaient des vexations quotidiennes.

  • 52  Nous autres, paysans. Lettres aux Soviets, 1925-1931, traduction, préface et notes d’H. Mondon, La (...)

44Après la phase d’effondrement physique et moral, les déportés déployèrent le peu d’énergie qu’il leur restait à lutter pour leur survie. C’est par l’écriture, forme traditionnelle de communication avec le pouvoir, qu’ils exprimèrent d’abord leur sentiment d’injustice. Leurs lettres écrites à l’« encre du sang et des larmes » témoignaient de leur naïveté enfantine : ils étaient persuadés d’avoir été l’objet d’une tragique erreur et imploraient Kalinine, le chef nominal de l’État, de les « sauver de ce désastre52 » :

On nous a lâchés dans un terrain vague, à la grâce du Ciel, où c’est que, nous autres, on s’est fait tremper par les pluies et, maintenant, on est couverts de poussière. Pour sûr, faut bien mourir un jour, mais on préfèrerait ne pas mourir de faim. On est des travailleurs paysans, nos enfants sont endurcis au froid glacial et à la chaleur, mais même les sauvages ne vivaient point sans un refuge. Voilà cinq mois qu’on a été chassés, on n’a plus figure humaine : c’est qu’on nous donne pas de pain et comme on n’a nulle part où gagner notre vie, ben on mange de l’herbe. On est coupés du reste du monde, tout bouffis par la faim et avec une nourriture pareille, les enfants peuvent carrément pas vivre. Alors ils meurent. Croyez-vous vraiment qu’on est des koulaks ? Non, on n’est pas des koulaks, on est des travailleurs. Nos mains calleuses sont devenues squelettiques. On n’a pas été dékoulakisés, on a été plumés par les autorités locales. Ceux qui auraient dû être déportés, ceux-là sont chez eux, alors qu’y en a d’autres qui ont été expulsés pour de simples règlements de comptes.

  • 53  D’après une lettre écrite aux autorités centrales en 1930 par un groupe de paysans déportés dans l (...)

On vous en supplie, chers camarades, envoyez-nous un juge d’instruction et examinez nos dossiers dans les règles53.

45Au moment des faits, il n’y avait donc pas de conscience collective de la violence d’État. Les requêtes adressées à Moscou déploraient l’injustice subie sans remettre en cause la « dékoulakisation » en tant que telle. Convaincus qu’ils seraient entendus et rapatriés, les paysans ne cherchaient pas à s’adapter. Ils préféraient s’évader, profitant de l’indescriptible désordre qui régnait dans les camps de transit. D’autres, dans une tradition toute paysanne, se révoltèrent à coup de pierres et de gourdins contre leurs oppresseurs. Dans l’ensemble toutefois, la résistance active fut rare, les déportés se résignèrent à leur sort. La déportation leur apparut comme un fléau, et c’est avec un certain sens du fatalisme qu’ils suivirent leur « chemin de croix ». Les déportés s’enterrèrent dans des zemljanki, ces gourbis creusés dans la terre et les années qui les attendaient furent celles d’un face à face quotidien avec la mort. Chaque famille ou presque endura la perte d’un ou plusieurs enfants au cours de la déportation, et dut, dans cet état d’accablement, recommencer une nouvelle vie, ex-nihilo. Des stratégies de survie furent mises au point pour faire face à la pénurie : les déportés vendaient ou troquaient tout ce qu’il leur restait de leur ancienne vie, travaillaient jusqu’à épuisement, faisaient la cueillette en forêt, mendiaient dans les villages voisins. Les survivants insistent sur la solidarité dont la population locale fit preuve à l’époque, malgré la virulence de la propagande. Ceux qui avaient pu garder contact avec leur parentèle non « dékoulakisée » reçurent parfois des semences et se mirent à cultiver leurs « lopins de survie », les enfants exécutaient quant à eux des petits travaux domestiques chez l’habitant pour quelques grammes de pain. La famine de 1933 contribua à une dégradation brutale des conditions d’existence en déportation. Les fuites reprirent de plus belle. Les témoignages nous apprennent que les fugitifs parvenaient souvent à retourner chez eux mais que, tôt ou tard, ils finissaient par être rattrapés par leur destin. Face à ceux qui protestaient, une partie des déportés se plia au régime et chercha à monter une petite exploitation. Une fois dépassé le cap de la famine, les survivants n’eurent plus qu’une aspiration : améliorer leur condition et retrouver un semblant de vie normale.

L’adaptation

46La loi de janvier 1935 qui rendait la déportation définitive incita les paysans à s’adapter. La vie quotidienne des déportés était dominée par le travail. On assista à une « dépaysannisation » partielle. Tout en s’accoutumant difficilement à leur nouveau travail sur les chantiers d’abattage et aux conditions climatiques du Nord, les paysans retrouvèrent bientôt un mode de vie saisonnier. Les « artels spéciaux » mis en place en 1932 les rendirent à leur métier d’agriculteur chaque été. Les familles qui avaient réussi à préserver leur unité se soudèrent et cherchèrent à s’élever dans la hiérarchie locale. Cette hiérarchie était avant tout déterminée par la capacité de travail. Le facteur générationnel était lui aussi fondamental. La jeunesse fut érigée en vertu sociale. Une polarité très forte scindait la population entre les enfants/jeunes et les parents/vieux. Au plus bas de l’échelle sociale se trouvaient les « personnes à charge » (orphelins de la déportation, invalides, malades et autres « inaptes au travail »). Alors que l’isolement leur permettait de conserver leurs traditions et leurs croyances séculaires, les parents poussèrent leurs enfants à bien travailler à l’école et à respecter les mœurs que l’éducation soviétique leur inculquait. C’est dans ce semi-accomodement qui consistait à accepter le Nouveau sans rejeter l’Ancien que les déportés trouvèrent leur stratégie d’adaptation. Les déportés firent preuve d’un grand savoir-faire en matière de construction et d’artisanat. Ils édifièrent bientôt ce que le pouvoir attendait d’eux, de véritables oasis soviétiques en pleine taïga avec leurs écoles, leurs hôpitaux, leurs bâtiments administratifs et même leurs maisons particulières. Ils soviétisèrent ces zones rurales lointaines en créant les premières troupes théâtrales et musicales. Certains déportés échappèrent aux travaux physiques, notamment les ouvriers qualifiés qui s’embauchaient généralement dans les villes du district de résidence et l’« intelligentsia » qui occupait des postes dans les infrastructures des « villages spéciaux ». Ces promotions sociales étaient vues comme une solution temporaire au manque de personnel. Dès les premières années en relégation, les jeunes furent envoyés suivre des formations dans les domaines médicaux et pédagogiques en vue de revenir dans les villages pour prendre la relève de la mauvaise génération. Certains affirment ainsi avoir réalisé leur rêve en relégation :

  • 54  Témoignage de N. Kolomoec, « Nam posëlki èti pozabyt’ nel’zja », [« N’oublions jamais ces villages (...)

En conséquence du climat et de la nourriture, les enfants et les adultes ont commencé à tomber malades. Il arrivait qu’ils en meurent. Dans notre baraque, une femme est morte après avoir accouché. Personne n’avait été en mesure de lui apporter une assistance médicale. Alors on m’a envoyée en stage pratique au centre hospitalier de Totma où j’ai vécu et étudié sans plus quitter le service d’accouchement. En Ukraine, déjà, je rêvais de travailler dans le corps médical et mon rêve s’est réalisé ici, dans les villages spéciaux du Nord russe54.

47Après la promiscuité, l’insalubrité et les maladies des premières années, le niveau de vie des déportés s’améliora progressivement dans la seconde moitié des année 1930. Toutefois, cela ne modifia par leur comportement collectif : ils continuèrent de travailler dur car c’était la meilleure manière, sinon la seule, de s’attirer une reconnaissance professionnelle et de se fondre dans la masse soviétique. Le désir de retrouver une place respectable au sein de la société semble avoir pris le pas sur les gratifications matérielles que pouvait leur procurer leur nouvelle situation.

  • 55  Nous empruntons ce terme à Grégory Dufaud ; voir Grégory Dufaud, « Le sort des “ colons spéciaux ” (...)

48Grâce à un travail efficace, les déportés les plus zélés parvinrent à s’attirer les bonnes grâces de la hiérarchie. Au départ strictement locale, cette reconnaissance allait traverser les frontières jusqu’à infléchir le jugement des autorités centrales. Cette réhabilitation verbale qui leur attribuait l’étiquette de « stakhanovistes » et de « travailleurs de choc » les plaçait dans un statut ambigu de « stigmatisés-acceptés55 ». L’acceptation en effet n’impliquait pas l’abolition de la stigmatisation, les déportés restèrent, tout au long de leur vie en relégation, une population vulnérable, régulièrement exposée aux humiliations et aux mesures de discrimination.

49À la fin des années 1930, les familles s’étaient peu ou prou établies. Les témoins ont cependant tendance à rosir le tableau, ils se souviennent de la seconde moitié des années 1930 comme d’une période d’assouplissement où le climat social était détendu. Les souvenirs de la Grande Terreur se font rares dans les témoignages des anciens déportés. Dans les années 1940, les conditions de logement et d’approvisionnement étaient meilleures. Les villages disposaient d’infrastructures plus développées et leurs habitants avaient pu acquérir une petite isba, acheter quelques bêtes et monter un petite exploitation grâce à leur lopin. Ils développèrent la culture sous serres, l’élevage et l’apiculture, à la grande stupéfaction de la population locale. La débrouillardise des paysans « dékoulakisés » leur permit de faire de leurs lopins de grands potagers, dans lesquels ils cultivaient des légumes exotiques pour leurs voisins. Ces derniers partageaient volontiers leurs traditions et leurs propres techniques notamment dans la construction des isbas.

La réintégration

50Pour les paysans qui échappèrent au regain de violence de la Grande Terreur, la déportation-abandon meurtrière des premières années se transforma en une déportation-assimilation. En effet, certains déportés semblaient susciter des convoitises de la part de la parentèle restée dans les territoires d’origine. Le manque, voire l’absence de main-d’œuvre dans ces contrées isolées favorisa l’ascension sociale des déportés promus à des postes à responsabilité dans les kolkhozes et les exploitations forestières. Ainsi, lorsque les « artels spéciaux » devinrent en 1938 des kolkhozes mécanisés, leurs présidents étaient exclusivement des déportés. Quant à la génération montante, elle reçut une instruction dans les « écoles spéciales », puis une formation professionnelle, le plus souvent dans les métiers ouvriers, ainsi que dans le corps médical et l’enseignement qui réclamaient du personnel dans les villages. Certains enfants de « koulaks » purent accéder à l’université grâce à un phénomène de discrimination positive qui permettait aux élèves hors pair issus de ces milieux d’être sélectionnés pour faire des études supérieures. Dans la seconde moitié des années 1930, la jeune génération, largement dépaysannisée, se vit confier des postes d’encadrement sur les chantiers forestiers. Au début des années 1940, certains furent hissés à la fonction de directeur d’exploitation forestière. Cette volonté de faire carrière relevait d’une logique d’adaptation. Ces opportunités de mobilité ascendante et de réinsertion ne doivent pas être exagérées. Les jeunes, affranchis et munis de passeport à partir de 1938, ne furent jamais à l’abri d’un nouveau « dépistage ». Les désillusions étaient fréquentes notamment lorsqu’ils se voyaient fermer les portes d’institutions aussi intégratives que le Komsomol ou le Parti. Beaucoup durent apprendre à composer avec leur sentiment d’infériorité, tels des citoyens de seconde zone poursuivis par l’ombre du « déplacé spécial » qu’ils avaient été. Les différentes formes d’exclusions dont ils continuèrent d’être victimes témoignaient de la persistance des violences sociales, même après la réintégration.

  • 56  IC UVD AO. F. 33. Op. 1. D. 5. L. 46-49. [Centre d’Informations du Département de l’Intérieur pour (...)

51Durant la guerre, le départ des hommes, piliers de l’économie familiale, entraîna le déclin de la famille dont les conditions de vie se dégradèrent brutalement. Dans la région d’Arkhangelsk, l’arrivée massive de « colons de travail » évacués de Carélie, affamés et sans logement, ne fit qu’aggraver la situation. Les villages étaient moins encadrés, en raison de la mobilisation du personnel des komandatures dans l’Armée rouge. Les autorités centrales continuaient de s’alarmer face à la dispersion des « colons de travail » qui se fondaient dans la société. Pendant les années 1940, l’agriculture restait un secteur d’activité majeur dans cette région (60 % des « villages spéciaux » avaient leur kolkhoze56), mais elle traversa une crise profonde pendant la guerre. Les effets pervers de la normalisation se firent ressentir : les nouveaux kolkhozes, ayant perdu la protection du NKVD, étaient incapables de remplir les plans de livraisons à l’État. Le niveau de vie des kolkhoziens chuta, ce qui creusa une forte inégalité entre paysans et ouvriers de l’industrie forestière. Comme partout, la situation alimentaire se détériora pendant la guerre. Les ruptures d’approvisionnement étaient chroniques, malgré des circuits de distribution qui avaient évolué grâce à un réseau de cantines et de magasins. Les pratiques de survie des années extrêmes refirent surface. Selon les rapports de la police politique, la santé « politico-morale » des déportés était néanmoins bonne. Ils souscrivaient aux emprunts d’État et participaient activement aux collectes pour les soldats du front. Les témoignages confirment ces sacrifices de la population déportée qui relevaient d’une tradition paysanne ancrée.

52La guerre et l’enrôlement, volontaire ou pas, des jeunes déportés dans l’Armée rouge contribua à valoriser leur image au sein de la société. Leur participation à la Victoire était pour eux-mêmes une question d’honneur. L’amnistie qui s’ensuivit plaça les déportés devant un choix délicat : rester définitivement dans le Nord, ou tout quitter pour recommencer leur vie ailleurs. Les témoignages laissent entendre que les villages se vidèrent peu à peu de cette population reléguée depuis dix-huit ans. Les diasporas ukrainiennes qui étaient restées soudées en déportation choisirent à l’évidence de regagner des contrées plus chaudes, abandonnant cette terre d’exil et de souffrances. D’autres, une minorité, choisirent de rester, les personnes âgées et ceux qui avaient épousé des locaux et fondé leur famille en ces lieux.

53Au-delà de ses conséquences tragiques en termes de coût humain, il faut souligner les effets inattendus de la déportation pour ceux qui y survécurent. La politique d’enracinement menée par le pouvoir favorisa des formes de promotion sociale, dès le début des années 1930. Elle encouragea les déportés à redevenir propriétaires d’une isba, de bêtes et d’un lopin et autorisa les mariages avec les locaux. Pour ces trois raisons, les autorités perdirent peu à peu le contrôle des déportés et furent forcées de reconnaître, dès la fin des années 1930, que beaucoup d’entre eux s’étaient mariés, avaient une situation professionnelle, une maison et même une petite exploitation.

54Cela étant, les modulations de la répression provoquèrent la déchirure des liens familiaux : dès 1930 avec la mort des enfants ou leur rapatriement, en 1932-1933 avec les premières mesures de réintégration, en 1937 avec la répression des pères de famille, en 1938 avec la libération des jeunes, puis pendant la guerre avec l’amnistie des soldats. La politique de favoritisme à l’égard des enfants et des jeunes mit en péril le maintien de ce système répressif basé sur l’économie familiale. Ce fut précisément cette politique de « schisme » des générations, tenace durant toute la déportation, qui préfigura la fin de l’« exil koulak ».

55On conclura que la déportation occupait une position médiane sur l’échelle des répressions. En atteste la politique évolutive concernant cette catégorie de proscrits qui, malgré des regains de suspicion chroniques, s’inscrivait dans une démarche globale d’assouplissement et de réconciliation progressive. L’image de l’ennemi, aussi ancrée fut-elle, se modifia en faveur de ceux que l’on appelait désormais les « ex-koulaks ». Le bon comportement des déportés a donc dévié le cours de la répression. Toutefois, l’explication dominante de cette métamorphose restait dictée par l’idéologie : il fallait y voir le produit de la rééducation dans laquelle le pouvoir s’était investi. Ce paradigme aura néanmoins servi la cause des déportés car, à partir de la deuxième moitié des années 1930, s’instaura un processus de normalisation. Dans les années 1940, le sort des « dékoulakisés » était, en comparaison des autres populations déportées pendant la guerre, le plus enviable.

  • 57  Moshé Lewin, La formation du système soviétique, Paris, Gallimard, 1987 (traduction française de P (...)

56L’expérience vécue nous amène à conclure que le choc de la déportation fut rapidement surmonté. Pour reprendre les mots de Moshé Lewin : « Les paysans étaient bien plus aptes que les citadins à survivre aux désastres de toutes sortes et, inlassablement à repartir de rien, pour rebâtir leurs villages et reprendre leur mode de vie, quels que soient les envahisseurs ou les calamités57 ».

Haut de page

Notes

1  NKVD, commissariat du peuple aux Affaires intérieures, chargé de la police politique à partir de 1934.

2  Pavel M. Poljan, Geografija prinuditel’nyx migracij v SSSR, [La géographie des migrations forcées en URSS] Moskva, RAN, 1998. Avtoreferat dissertacii na soiskanie učënoj stepeni doktora geografičeskix nauk, p. 21.

3  Nous distinguerons ici l’acronyme GULAG qui désigne l’administration centrale des camps du nom commun Goulag, symbole des répressions au sens large.

4  Tat’jana V. Carevskaja-Djakina (dir.), Istorija stalinskogo Gulaga, konec 1920-x- pervaja polovina 1950-x godov,[L’histoire du Goulag stalinien de la fin des années 1920 à la première moitié des années 1950], Moskva, ROSSPÈN, 2004, t. 5 : Specpereselency v SSSR, [Les déplacés spéciaux en URSS], p. 714-715.

5  Nikolaj N. Pokrovskij, Viktor P. Danilov, Sergej A. Krasil’nikov, Lynn Viola (dir.), Arxivy Kremlja. Politbjuro i krest’janstvo : vysylka, specposelenie, 1930-1940, [Archives du Kremlin. Le Politburo et la paysannerie : relégation et peuplement spécial. 1930-1940], Kniga 2, Moskva, ROSSPÈN, 2006. D’après une statistique secrète fournie par le département spécial de l’OGPU en septembre 1931, p. 310.

6  Nicolas Werth, « Les déportations suspectes dans les espaces russes et soviétiques (1914-fin des années 1940) : violences de guerre, ingénierie sociale, excision ethno-historique », La terreur et le désarroi, Perrin, 2007, p. 223. Nicolas Werth est l’auteur de plusieurs articles sur cette première déportation stalinienne : « “ Déplacés spéciaux ” et “ colons de travail ” dans la société stalinienne », xxe siècle, n° 54, avril-juin 1997, p. 34-49 ; « Le pouvoir soviétique et la paysannerie dans les rapports de la police politique (1930-1934) », Bulletin de l’Institut d’histoire du temps présent, [En ligne], n° 81-82, décembre 2003, consulté le 10 janvier 2012. URL: http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Frubrique75&lang=fr.html.

7  OGPU, Direction politique d’État unifiée. Il s’agit du nom donné à la police politique de 1923 à 1934, avant qu’elle ne soit absorbée par le NKVD.

8  Politbjuro i krest’janstvo: vysylka, specposelenie, 1930-1940, op. cit., Kn. 2, p. 312.

9  Ibid., p. 313-314.

10  Nikolaj N. Pokrovskij(dir.), Arxivy Kremlja. Politbjuro i krest’janstvo: vysylka, specposelenie. 1930-1940, Kniga 1, Moskva, ROSSPÈN, 2005; Nikolaj N. Pokrovskij, Viktor P. Danilov, Sergej A. Krasil’nikov, Lynne Viola (dir.), Politbjuro i krest’janstvo: vysylka, specposelenie, 1930-1940, Kniga 2, Moskva, ROSSPÈN, 2006.

11  RSFSR, République socialiste fédérative soviétique de Russie.

12  D’après la lettre du commissaire du peuple à l’Intérieur de la RSFSR, V. N. Tolmatchev, au vice-président du Conseil des commissaires du peuple de la RSFSR, D. Z. Lebed, sur le sort des paysans déportés dans la région Nord, voir Istorija Stalinskogo Gulaga..., op. cit., t. 5, p. 103-107.

13  Viktor Danilov, Lynne Viola (dir.) Tragedija sovetskoj derevni, Kollektivizacija i raskulačivanie : dokumenty i materialy, [La tragédie des campagnes soviétiques. Collectivisation et dékoulakisation : documents et matériaux], t. 2 (novembre 1929-décembre 1930), Moskva, ROSSPÈN, 2000, p. 345-351.

14  Istorija Stalinskogo Gulaga..., op. cit., t. 5, p. 103-107.

15  Viatcheslav Molotov était alors un membre influent du Politburo. Il fut nommé président de la commission instaurée le 15 janvier 1930 pour poser les jalons de la « liquidation des koulaks en tant que classe ». Durant toute l’année 1930, il fut avec Staline l’interlocuteur privilégié des autorités régionales sur toutes les questions liées à la « dékoulakisation ». À partir du 19 décembre 1930, il devint le président du Conseil des commissaires du peuple de l’URSS.

16 Politbjuro i krest’jansvto..., op. cit., Kn. 1, p. 237-238.

17  Sur les conflits de logiques bureaucratiques, voir Alain Blum, Martine Mespoulet, L’anarchie bureaucratique : pouvoir et statistique sous Staline, Paris, Éditions La Découverte, 2003 ; Oleg V. Khlevniouk, Le cercle du Kremlin, Staline et le Bureau politique dans les années 30 : les jeux du pouvoir, (traduit du russe par P. Forgues et N. Werth), Paris, Le Seuil, 1996.

18  I. Eremin, commissaire du peuple à la Justice, participa également à cette commission et fut chargé de mener son enquête dans l’arrondissement de Severo-Dvinsk. Il soutint Tolmatchev dans son combat pour la vérité, estimant comme ce dernier qu’il était plus juste de fixer à 10 % le chiffre minimal de déportés à tort.

19  Politbjuro i krestjanstvo, op. cit., Kn. 1, p. 226-231.

20  Tragedija sovetskoj derevni…, op. cit., t. 2, p. 436.

21  Pour une analyse approfondie de ce conflit, voir Lynne Viola, « A Tale of Two Men : Bergavinov, Tolmachev and the Bergavinov Commission », Europe-Asia Studies, vol. 52, n° 8, 2000, p. 1449-1466.

22 Istorija Stalinskogo Gulaga..., op. cit., t. 5, p. 103-107.

23 Politbjuro i krest’janstvo..., op. cit., Kn. 2, p. 223-224.

24  Sur les 230 000 paysans déportés dans le Nord, on enregistra à la fin 1930 près de 20 000 décès et 40 000 fugitifs, voir Tragedija sovetskoj derevni…, op. cit., t. 2, p. 784-785.

25  Le 11 avril 1930, on recensait dans la région Nord 39 486 familles (soit 197 060 personnes). Parmi elles se trouvaient 73 041 enfants.

26  Politbjuro i krest’janstvo..., op. cit., Kn. 1, p. 165.

27  Tragedija sovetskoj derevni…, op. cit., t. 2, p. 784-785.

28  Mikhaïl Kalinine fut, de 1919 à 1946, le chef de l’État soviétique en tant que président du Comité exécutif central des Soviets de l’URSS. De nombreux courriers lui furent adressés durant le Grand Tournant de 1930 par des paysans qui n’avaient pas encore conscience de la suprématie de Staline.

29  Istorija Stalinskogo Gulaga..., op. cit., t. 5, p. 719-721, n. 24.

30 Ibid., p. 128-130.

31 Politbjuro i krest’janstvo…, op. cit., Kn. 2, p. 310.

32  Ibid.,p. 202-203.

33  En russe, brigady po otryvu ot roditelej.

34 Istorija stalinskogo Gulaga..., op. cit., t. 5, p. 168-183.

35 Politbjuro i krest’janstvo, op. cit., Kn. 1, p. 498-500.

36  Ibid., Kn. 2, p. 83.

37  Istorija stalinskogo Gulaga..., op. cit., t. 5, p. 733, n. 58.

38  Viktor N. Zemskov, « Kulackaja ssylka v 30-e gody : čislennost’, rasselenie, sostav », dans Naselenie Rossii v XX veke, [La population de la Russie au xxe siècle], Jurij A. Poljakov (dir.), Moskva, ROSSPÈN, 2000, t. 1, p. 284-285.

39 Politbjuro i Krest’janstvo..., op. cit., Kn. 2, p. 577, Istorija stalinskogo Gulaga..., op. cit., t. 5, p. 207-209.

40  Politbjuro i Krest’janstvo..., op. cit., Kn. 2, p. 577.

41  Politbjuro i Krest’janstvo..., op. cit., Kn. 2, p. 579 et Istorija stalinskogo Gulaga..., op. cit., t. 5, p. 209-210.

42  Politbjuro i Krest’janstvo..., op. cit., Kn. 2, p. 1041, n. 138.

43  Istorija stalinskogo Gulaga..., op. cit., t. 5, p. 294-296.

44  Viktor N. Zemskov, Specposelency v SSSR 1930-1960..., op. cit., p. 75.

45  Le terme est de Lynne Viola. Lynne Viola, The Unknown Gulag, the lost world of stalin’s special settlements, New York, Oxford University Press, 2007, p. 150.

46  Viktor N. Zemskov, Specposelency v SSSR, 1930-1960…, op. cit., p. 20-21 et p. 60.

47  Politbjuro i Krest’janstvo..., op. cit., Kn. 2, p. 605-606.

48  En russe, perexod k normal’noj trudovoj žizni, voir Politbjuro i Krest’janstvo..., op. cit., Kn. 2, p. 330.

49  Ibid., Kn. 2., p. 591-592.

50 Istorija stalinskogo Gulaga..., op. cit., t. 5, p. 334-341.

51  Ibid., p. 349-353.

52  Nous autres, paysans. Lettres aux Soviets, 1925-1931, traduction, préface et notes d’H. Mondon, Lagrasse-Verdier, « Poustiaki », 2004, p. 120 et p. 143.

53  D’après une lettre écrite aux autorités centrales en 1930 par un groupe de paysans déportés dans la région de Stalingrad ; Nous autres paysans..., op. cit., p. 121-122.

54  Témoignage de N. Kolomoec, « Nam posëlki èti pozabyt’ nel’zja », [« N’oublions jamais ces villages »], Totemskie vesti, 19 juillet 1997, p. 2.

55  Nous empruntons ce terme à Grégory Dufaud ; voir Grégory Dufaud, « Le sort des “ colons spéciaux ” criméens et caucasiens lors du Dégel khrouchtchévien (1954-1957) », dans Les déportations en héritage. Les peuples réprimés du Caucase et de Crimée hier et aujourd’hui, Aurélie Campana, Grégory Dufaud et Sophie Tournon (dirs.), Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 83. Signalons que l’historien applique ce terme aux déportés tatars dont l’attitude en exil est à rapprocher de celle des paysans « dékoulakisés » : leur zèle au travail a progressivement estompé leur statut de paria et leur a valu une certaine respectabilité de la part des autorités.

56  IC UVD AO. F. 33. Op. 1. D. 5. L. 46-49. [Centre d’Informations du Département de l’Intérieur pour la région d’Arkhangelsk].

57  Moshé Lewin, La formation du système soviétique, Paris, Gallimard, 1987 (traduction française de Pierre-Emmanuel Dauzat), p. 21.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Mondon, « De la « déportation-abandon » à la réintégration des « ex-koulaks » : les modulations de la répression à l’égard des paysans soviétiques (1930-1948) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://framespa.revues.org/1581

Haut de page

Auteur

Hélène Mondon

Docteure en civilisation russe, Université de Paris IV-Sorbonne, CRECOB
lnmondon@yahoo.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page