Navigation – Plan du site

Les condiments dans les proverbes de Correas : l’huile, le vinaigre et le sel

Oil, vinegar and salt in the proverbs collected by Gonzalo Correas in his Vocabulario de refranes
El aceite, el vinagre y la sal en el Vocabulario de refranes de Gonzalo Correas
Eva Galar

Résumés

C’est l’expérience de nos ancêtres concernant la vie quotidienne au foyer, en particulier, le travail, la santé, les relations humaines, qui forme la matière première des proverbes, matière à laquelle s’ajoute parfois une charge symbolique d’origine savante (traductions de maximes latines ou de sentences bibliques, par exemple). En partant des dictons recueillis par Gonzalo Correas dans son Vocabulario de refranes y frases proverbiales (1627), l’auteur de cet article a choisi ceux qui sont consacrés à trois éléments toujours présents dans les foyers méditerranéens de n’importe quelle époque, l’huile, le vinaigre et le sel, afin de dépeindre la pensée populaire et la vie quotidienne au Siècle d’Or. On inclut, à la fin de l’article, une traduction en français de tous ces dictons, très employés en Espagne au xviie siècle.

Oil, vinegar and salt in the proverbs collected by Gonzalo Correas in his Vocabulario de refranes

The experience of our ancestors concerning daily life at home, and more particularly work, health or human relationships, constitutes the raw material of proverbs, material that frequently comes with a symbolic, cultivated burden (translations of Latin phrases or biblical sentences, for instance). On the basis of proverbs collected by Gonzalo Correas in his work Vocabulario de refranes y frases proverbiales (1627), the author has picked out those making mention of three elements that have always been present in Mediterranean homes all throughout history, oil, vinegar and salt, to trace the portrait of popular philosophy and daily life during the Spanish Golden Age. A French translation of all these Spanish proverbs that were widely-used in the seventeenth century is enclosed.

El aceite, el vinagre y la sal en el Vocabulario de refranes de Gonzalo Correas

La experiencia de nuestros mayores sobre la vida cotidiana en el hogar y, en particular, el trabajo, la salud o las relaciones humanas constituye la materia primera de los refranes, materia a la que a menudo se añade una carga simbólica de origen culto (traducciones de máximas latinas o de sentencias bíblicas en latín, por ejemplo). A partir de los refranes recogidos por Gonzalo Correas en su obra Vocabulario de refranes y frases proverbiales (1627), la autora ha elegido aquellos que contienen menciones de tres elementos que han estado siempre presentes en los hogares mediterráneos de cualquier época, el aceite, el vinagre y la sal, para dibujar el retrato de la filosofía popular y de la vida cotidiana en el Siglo de Oro. Se añade, al final del artículo, una traducción al francés de todos estos refranes españoles que se empleaban mucho en el siglo xvii.

Haut de page

Entrées d'index

Palabras claves :

refranes, aceite, vinagre, sal, Siglo de Oro

Géographique :

Espagne
Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Les dictons expriment l’expérience collective, transmise de génération en génération. Le succès des proverbes et leur survivance dans la culture populaire dépendent en grande partie de la brièveté et de la concision de leur formulation, ainsi que des procédés mnémotechniques qui les caractérisent, parmi lesquels la rime ou la musicalité. Leur succès repose donc sur divers aspects formels, mais aussi, et surtout, sur leur facilité à s’adapter à de nombreuses circonstances et sur la justesse du conseil qu’ils donnent.

2C’est donc l’expérience de nos ancêtres concernant la vie en général et la vie quotidienne au foyer, en particulier, le travail, la santé, les relations humaines, qui forme la matière première des proverbes, matière à laquelle s’ajoute parfois une charge symbolique d’origine non populaire — traductions de maximes latines ou de sentences bibliques, par exemple —. C’est en raison de cela que l’on peut dire que le Vocabulario de refranes de Gonzalo Correas reflète aussi bien les manières de vivre que de penser au Siècle d’Or.

3Ce recueil de proverbes espagnols met l’accent, parmi d’autres éléments appartenant au registre domestique, sur trois éléments toujours présents dans les foyers méditerranéens de n’importe quelle époque : l’huile, le vinaigre et le sel. Les dictons nous rappellent les propriétés curatives de l’huile d’olive, sa valeur gastronomique ainsi que ses autres usages domestiques, comme, par exemple, son utilisation dans les lampes, mais ils nous renvoient aussi à certains sens symboliques et figurés qui transcendent le donné immédiat pour proposer un réseau de significations complexes, étroitement reliées entre elles. Et l’on pourrait dire la même chose à propos du sel, ou encore du vinaigre, ce dernier élément étant toutefois moins fréquemment cité dans le recueil de Correas, à l’image du proverbe : « La ensalada, bien salada, poco vinagre y bien oleada » (L 193 r).

2. L’huile

2a. L’huile et l’industrie de l’olive

  • 1  Diccionario de Autoridades, Real Academia Española, Madrid, Gredos, 1984, 3 vols. (facsimil de l’ (...)

4En Espagne, étymologiquement et par antonomase, l’huile est de l’huile d’olive. Le mot « aceite » vient de l’arabe classique « azzayt », qui lui-même provient de l’araméen « zayta », et signifie ‘olive’. La première acception du plus ancien dictionnaire édité par l’Académie espagnole, le Diccionario de Autoridades (1726)1, est la suivante : « El licor grueso que se saca de las aceitunas » ; en deuxième lieu seulement, l’Académie accepte l’usage de ce mot pour désigner, par extension, d’autres liquides, en conseillant de préciser la matière qui les compose (« aceite de saúco », par exemple) ou le nom du créateur de la recette (« aceite de Aparicio »).

  • 2  Voir Jean Chevalier, Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles : mythes, rêves, coutumes, gestes (...)
  • 3  Voir Noël Salomon, Recherches sur le thème paysan dans la «comedia» au temps de Lope de Vega, B (...)

5Le recueil de proverbes de Correas confirme la primauté de l’huile d’olive, et compare son importance à celle du pain de froment et du vin de la treille : « Pan de trigo, aceite de olivo, y de la parra el vino » (P 89 r) ; « Bendición de parra y olivo, y de oveja harta y espiga de trigo » (B 97 r). Ces éléments, le vignoble, les oliviers, les moutons et le blé, sont le symbole de tout ce qui est le plus nécessaire à la subsistance dans une société agricole, qui dépend des moissons et du bétail. D’après Jean Chevalier, l’huile a une signification semblable chez les Hébreux. Elle est symbole de prospérité et de bénédiction divine dans le passage biblique où Moïse révèle le futur des douze tribus d’Israël : « Sur Aser il dit : “ Béni soit Aser entre les enfants d’Israël ! Qu’il soit agréable à ses frères, et qu’il plonge son pied dans l’huile ! ” » (Deutéronome 33, 24)2. De son côté, Noël Salomon, dans ses travaux sur le thème paysan dans la comédie espagnole du Siècle d’Or, considère que l’huile d’olive, cette bénédiction de Dieu, est une récompense donnée aux « vertus économiques du paysan » : au théâtre, les paysans sont présentés comme des héros capables de nourrir la nation3, et Salomon nous rappelle les paroles de Juan Labrador, dans El villano en su rincón, de Lope de Vega :

  • 4  Lope de Vega, El villano en su rincón, éd. Juan María Marín, Madrid, Cátedra, 1987, v. 350-359.

Gracias, inmenso cielo,
a tu bondad divina,
no tanto por los bienes que me has dado,
pues todo aqueste suelo
y esta sierra vecina
cubren mis trigos, viñas y ganado,
ni por haber colmado
de casi blanco aceite
destas olivas bajas,
a treinta y más tinajas4

6Les oliviers et les olives étant très sensibles au climat, les récoltes peuvent être irrégulières, très pauvres ou très abondantes et, dans ce dernier cas, elles sont prometteuses de richesses qui peuvent durer plusieurs années, si l’on sait pratiquer l’art de la conservation. En raison de cette valeur économique de la production de l’olive, l’olivier devient une source d’espoir et de rêve pour les paysans. « Fortuna y aceituna, a veces mucha, y a veces ninguna » (F 53 r), dit un dicton que Covarrubias a inclus dans son Tesoro de la lengua (1611) :

aumenta la hacienda del que tiene olivas cuando acude buen año y puédese guardar muchos, porque no siempre responde como se desea ; y así dice el refrán « Fortuna y aceituna, a veces mucha y a veces ninguna ».

7À la fin du xvie siècle, un célèbre auteur et acteur de théâtre espagnol, Lope de Rueda, composa une petite œuvre intitulée El paso de las aceitunas, qui illustre bien l’importance de l’oliveraie au sein de l’économie paysanne. Dans cette variante de la fable de « Perrette et le pot au lait », — où seule diffère la nature de la production —, l’on retrouve un couple qui rêve de devenir riche grâce à la culture des oliviers et finit par se disputer sur le futur emploi de l’huile et sur les revenus espérés, et ceci avant même d’avoir planté un seul arbre. Cette petite œuvre a acquis une telle notoriété qu’elle est à l’origine d’expressions proverbiales recueillies par Correas :

« El olivar de Lope de Rueda ». Este Lope de Rueda era famoso representante, y según dicen, el primero que puso en mejor punto la representación. Este hacía un entremés de labrador, en que concertaba con su mujer de irse a la Andalucía y servir de gañán y aperador, y su mujer de hatera y guisar la comida a los gañanes ; y que en un año ahorrarían diez ducados y con aquellos sembrarían dos hanegas de trigo otro año, en un pegujar, y cogerían cien hanegas y las venderían a cuatro ducados, que serían cuatrocientos, con los cuales comprarían una tierra y plantarían en ella un olivar, con que serían ricos, porque aquella es muy buena hacienda en Andalucía, porque vale mucho el aceite : « Pero mirá, mujer, que os digo que no me habéis de dar a vuestra madre escudillas de aceite ». « En verdad, sí daré ». « En verdad, no daréis » ; y sobre esto tenían mucha pendencia, con que hacían reír. Y aplícase : « El olivar de Lope de Rueda », a lo que : « Hijo no tenemos y nombre le ponemos », « No asamos y ya empringamos », y a discursos semejantes a este cuento (E 928 r).

  • 5  Voir Pedro Fernández Navarrete, Conservación de monarquías y discursos políticos (1626), éd. Mi (...)

8Il est à signaler que la valeur économique de l’huile dans l’Espagne du Siècle d’Or concerne non seulement les paysans producteurs d’olives, mais la société entière, le commerce de l’huile étant grevé d’un impôt spécial qui enrichissait les finances publiques : « Aceite, hierro y sal, mercaduría real »5 (A 916 r).

2 b. De la qualité de l’huile et les travaux agricoles

  • 6  Il faut dire aussi qu'à l’époque où Correas a publié son recueil de proverbes (1627), le Portugal (...)
  • 7  Ville de la province de Cáceres.

9Une autre série de proverbes donne des recommandations pour les cultivateurs et les consommateurs d’huile. Quelques uns de ces dictons nous parlent de la bonne qualité de l’huile en rapport avec la région productrice et, — fait assez rare pour qu’il mérite d’être signalé —, curieusement, on chante les louanges de l’huile du pays voisin : « En Portugal, aceite, que no pan » (E 1876 r)6 ; d’autres dictons nous préviennent soit de la mauvaise qualité, soit de la pénurie d’huile dans quelques villages espagnols, parmi lesquels, par exemple, Azuaga (localité de la province de Badajoz), ou encore Fuenteovejuna (province de Cordoue) : aller à Azuaga chercher de l’huile est synonyme de démarche inutile et vaine. « A Azuaga por aceite, y a La Granja7 por naranja » (A 3 r), dit-on, et Correas explique qu’il faut y voir l’ironie : « Ironía, porque no lo hay en estos lugares ; […] como pedir peras al olmo y cinco pies al gato ». Aux habitants de ces villages, on peut offrir de l’huile, parce qu’elle leur fait défaut : « A los de la Granja, naranja, y a los de Fuenteovejuna, aceituna » (A 466 r) ; « En Fuenteovejuna falta el aceite y el vino suda » (E 1663 r).

10Quant à la conservation, et à cause du dépôt qui se produit par sédimentation des particules, le Vocabulario de refranes conseille de prendre de l’huile que l’on a laissé reposer longtemps — « Aceite y vino, y amigo, en lo antiguo ; y añejo el tocino » (A 918 r) — et, plus précisément, de prendre l’huile qui se trouve dans la partie supérieure des jarres — « Aceite en lo alto, vino en el medio, miel en lo bajo » (A 915 r), « Aceite, lo de encima ; vino, lo del medio, miel la del hondón » (A 917 r) —. Mais les paysans savent fort bien que la qualité de l’huile est liée à l’âge des oliviers, et ils apprécient qu’ils soient anciens, et même centenaires : dans un héritage, on considère que c’est bien de recevoir une maison qui soit récente, construite par le père, et des oliviers plantés par le grand-père, et un vignoble de l’arrière-grand-père : « Casa de padre, olivar de agüelo, y viña de bisagüelo » (C 343 r). Mais les oliviers ne doivent tout de même pas être trop vieux ; selon les laboureurs andalous, grands experts dans l’art de soigner les oliviers, il existe des signes qui indiquent que le moment est venu d’abandonner l’oliveraie, ou de l’arracher, ou même de la faire brûler : c’est le cas si les oliviers ont des feuilles mortes ou encore si, parmi les feuilles, des petites baies poussent : « Si maloja el olivar, dale a quemar » (S 464 r). Voilà le commentaire de Correas :

  • 8  L’éditeur scientifique du Vocabulario de refranes, Louis Combet, a noté la signification de « malo (...)

Cuando el olivar es muy viejo, cría en las ramas unas hierbezuelas verdes que llevan unas frutillas, o granos, como el arrayán, y los olivos empeoran, y entonces es mejor hacerlos leña y renovar las plantas ; es de Andalucía8.

  • 9  Correas a signalé, dans son Vocabulario de refranes, que l’Église a avancé de dix jours la Sainte- (...)

11Un autre conseil donné par les dictons aux cultivateurs est de ne pas acheter un bois d’oliviers à côté d’une rivière, parce qu’un environnement humide nuit à ces arbres qui ont besoin d’un terrain plutôt sec pour pousser — « A par de río, ni compres viña, ni olivar, ni caserío » (A 600 r) — ; et il faut également tailler les oliviers et les gauler avec vigueur, en frappant les branches avec de longues perches, pour en faire tomber une belle quantité d’olives : « El olivar, hacerte ha bien si le haces mal. [Requiere atocharle, y cortarle las ramas viejas para renovarse ; y porque se varea para coger la aceituna del suelo.] » (E 929 r). L’expérience des cultivateurs enseigne que la meilleure époque de l’année pour récolter les olives est la Sainte-Catherine (25 novembre), « Por Santa Catalina coge tu oliva, y la vieja que lo sabía, cogida la tenía » (P 913 r), dicton qui révèle, en même temps, la vénération spéciale que les paysans de la région de Jaén, célèbre terre d’oliviers, ont pour sainte Catherine, en remerciement de l’aide qu’elle a apportée, selon la légende, dans la libération de la ville, aux temps de la Reconquête. Quant à la Sainte-Lucie (13 décembre)9, c’est un bon moment pour presser les olives au moulin : « Por Santa Lucía vuelve el aceite a la oliva. [Que está en sazón de lagar.] » (P 922 r) ; « Santa Lucía vuelve el aceite a la oliva. [Parécelo, porque se ablanda la aceituna, y consume la borra que dentro estaba dura.] » (S 179 r).

12Correas a signalé un dernier usage de l’huile à la campagne, où l’on utilisait l’huile de mauvaise qualité contre les parasites, en oignant d’huile les grains de blé et d’autres plantes avant de les semer : « Con lo peor del aceite darás a tu trigo afeite » (C 932 r) :

Antes de sembrar, en algunas tierras, untan el trigo y otras simientes, para que no las coman gusanos, como escriben los autores de labranza, y porque la borra y humedad del aceite lo tempera como agua y estiércol.

2 c. L’huile au foyer

13L’importance de l’huile dans la cuisine espagnole est bien connue, et le Vocabulario de refranes contient plusieurs recettes qui servent à le montrer : l’huile s’accorde bien avec les salades, les légumes, le pain, les œufs, la viande et le poisson. Comme condiment, l’huile donne du goût aux aliments les plus fades : « La ensalada, poca y bien oleada » (L 193 r) ; « Pan caliente, con aceite » (P 72 r) ; et, mélangée avec du vinaigre, elle peut cacher les défauts d’un poisson pas très frais : « La carne pide carne, y el pescado aceite y vinagre » (L 110 r), si l’on prend ce dicton dans son sens le plus littéral. Mais ces proverbes ont parfois un sens figuré : « Al comer de los güevos, verá la puerca si son con aceite o si son con manteca » (A 1190 r) veut dire qu’il faut essayer les choses pour voir si elles sont bonnes — comme l’huile — ou mauvaises — comme la graisse et le saindoux —, et ce dicton signifie aussi que l’on saura quelque chose d’important seulement lorsqu’il sera trop tard. Covarrubias l’interprète comme une façon de se moquer de celui qui a prêté quelque chose dont il aura besoin plus tard (Tesoro de la lengua, s. v. freír) :

Hay una manera de burlarse de alguno, cuando con descuido pregunta lo que prestó, en ocasión vera, echando menos lo que le falta : « Al freír de los huevos lo veréis ». Un ladrón entró en una casa, y no halló qué hurtar más a mano que una sartén ; y cuando salió, preguntole el ama : « Qué lleváis ahí, hermano ? ». El otro le respondió : « Al freír de los huevos lo veréis » ; y fue así, que no la echó menos hasta que tuvo necesidad de freír unos huevos.

14Outre la valeur gastronomique de l’huile, le Vocabulario de refranes souligne ses propriétés curatives, avec un proverbe très connu : « Aceite de oliva, todo mal quita » (A 914 r). Et, en effet, il y a une foule de remèdes populaires à base d’huile en application ou sous forme d’emplâtres. Parmi les ingrédients ordinaires et courants que don Quichotte demande à Sancho pour en faire un baume « magique » et panser ses plaies, après avoir été battu à l’auberge qu’il croit être un château, figure tout d’abord l’huile d’olive :

  • 10  Voir Miguel de Cervantes, Don Quijote de la Mancha, éd. de l'Institut Cervantès 1605-2005, dirigée (...)

Levántate, Sancho, si puedes, y llama la alcaide desta fortaleza, y procura que se me dé un poco de aceite, vino, sal y romero, para hacer un salutífero bálsamo10.

15Les propriétés cosmétiques de l’huile n’ont pas non plus été négligées au Siècle d’Or, où on l’utilisait pour la toilette. À l’huile ayant déjà servi à la cuisine ou aux déchets des moulins à huile, on ajoutait des cendres et de la soude pour fabriquer des savonnettes ; et surtout, les femmes répandaient de l’huile sur leur peau et leur chevelure pour les hydrater et leur donner de l’éclat, de sorte que, comme le dicton l’affirme, les femmes gourmandes sont familières du miel et les femmes coquettes, de l’huile : « A la miel, golosas ; y al aceite, hermosas » (A 329 r).

16Pour en terminer avec les usages de l’huile d’olive dans le cadre de la maison et de la vie quotidienne, on la retrouve encore dans l’extrême-onction, ce que le recueil de proverbes de Correas évoque avec humour : « Más vale borracho que oleado » (M 497 r), c’est-à-dire qu’il vaut mieux être ivre et imprégné de vin, ce qui renvoie aux plaisirs de la vie, qu’oint d’huile, ce qui signifie que la mort approche.

2 d. L’huile au figuré

  • 11  Jean Chevalier, op. cit., s. v. huile, résume que, dans la Bible, elle est symbole de joie (Psaume (...)

17Fort étrangement, malgré toutes les utilisations économiques, gastronomiques et curatives de l’huile, et malgré les significations globalement très positives liées à celle-ci dans la tradition culturelle occidentale11, le « refranero » l’associe, sur le plan symbolique, à l’inimitié, aux passions violentes, aux mauvaises influences, à la subornation et à la corruption. Les deux premières de ces applications symboliques ont pour origine le feu des lampes à l’huile, image de la passion, et les dernières rappellent son onctuosité et ses qualités assouplissantes et lubrifiantes.

  • 12  Diccionario de Autoridades, Real Academia Española, Madrid, Gredos, 1984, 3 vols. (facsimil de l’ (...)

18On dit « Apagar el fuego con aceite. [Cuando en lugar de remediar la cosa, la enconan más y la encienden.] » (A 2038 r), au sens ironique, puisque, lorsque l’on verse de l’huile sur le feu, la flamme augmente au lieu de s’éteindre. Cette phrase espagnole vient de la maxime latine « oleum addere camino », c’est-à-dire ‘aggraver quelque chose’. Covarrubias, dans son Tesoro de la lengua, ainsi que le Diccionario de Autoridades appliquent une variante de ce proverbe à ceux qui exacerbent les rancunes au lieu de les apaiser : « Echar aceite al fuego es enconar más las amistades y rencillas en lugar de atajarlas » (Covarrubias) et « enconar más rencillas y enemistades el que tiene obligación de sosegarlas y apaciguarlas »12 (Autoridades).

19Pour Correas le dicton « Fraile cuco, lámpara de saúco » (F 57 r) a une signification très claire, soulignant le lien entre les moines buveurs et les lampes à huile de sureau, liquide qui brûle en faisant de grandes flammes : quelques prêtres s’embourbent dans le vice à cause de l’alcool et tombent ainsi toujours plus bas. Par ailleurs, Correas exprime le désir de voir exécuter ce genre de moines en les pendant à un arbre, comme on suspend les lampes :

  • 13  Louis Combet a signalé que ceci fait allusion à Hernán Núñez : « “Fraile cuco, lámpara de sauco. Q (...)

El aceite de saúco dicen que arde mucho, y crece en llama, y ansí el fraile bebedor, que en este sentido se toma « cuco » y « cucarro », siempre bebe más, y si es malo crece en el mal. Más al justo es : que el tal fraile esté hecho lámpara de saúco, esto es, colgado de un saúco como lámpara, a la manera de Judas. Nonada dice el que explica lámparas por ramos colgados13.

20Les taches d’huile, dans les proverbes, peuvent être prises en bonne ou en mauvaise part, comme symbole d’influences salutaires ou mauvaises : d’après Covarrubias Cunde como mancha de aceite est appliqué à tout ce qui s’étend (Tesoro de la lengua, s. v. cundir), mais cette phrase est aussi employée pour dénoncer l’infamie qui se développe chez les membres d’une famille ou pour faire allusion aux vices transmis de génération en génération : « Cundir como mancha de aceite es extenderse y comunicarse la infamia entre muchos, como en un linaje » (Covarrubias, Tesoro de la lengua, s. v. aceite). Même chose dans Autoridades :

Frase con que vulgar y metafóricamente se advierte que el vicio, la infamia, o nota se suele comunicar y extender a muchos, como sucede con el aceite que si cae una gota en alguna ropa, u otra cosa, se difunde y dilata en sumo grado.

21Dans le Vocabulario de refranes les taches d’huile renvoient très couramment aux mauvais exemples, de sorte que les dictons « La mancha de aceite luego no se parece, mas presto se descubre y crece » (L 385 r) et « Peor es que mancha de aceite » (P 386 r) signalent le danger des mauvaises influences et font observer que les fautes cachées qui semblaient pouvoir rester secrètes sont toujours difficiles à effacer, et aussi, qu’une fois amplifiées, elles finiront par être découvertes. L’huile est parfois la métaphore des affaires louches, et la tache d’huile, de la corruption, comme dans le dicton « Difícil es con el aceite tratar y no se amancillar » (D 77 r), qui signifie la même chose que « Quien el aceite mesura las manos se unta » :

  • 14  Diccionario de Autoridades, op. cit.

da a entender que los que se mezclan en dependencias y manejos no muy seguros y limpios, y se interesan en ellos, suelen quedar manchados y no seguros en la conciencia.14

22Aujourd’hui encore, en espagnol, « graisser quelqu’un avec de l’huile » veut dire ‘le suborner’, tout comme le français dit « graisser la patte à quelqu’un ».

  • 15  Voir Sebastián de Covarrubias, Tesoro de la lengua castellana o española, ed. integral e ilustrad (...)

23Et, pour finir, l’huile évoque parfois la crainte de tomber en disgrâce, si l’on n’y prend pas garde, parce que l’huile peut faire glisser et tomber : « ¿Qué me puede hacer ? Un resbaladero15 de ajo y aceite. Porque el aceite resbale y el ajo apriete » (Q 93 r). Ce proverbe rappelle l’un des symboles de Pythagore — « Oleo sedem ne abstergas » : ‘Ne vous asseyez pas sur la chaise huilée’—, expliqué par Covarrubias dans le Tesoro de la lengua, qui donne encore une autre signification de l’huile, le ‘relâchement’ ou la ‘faiblesse morale’ :

si fueres juez no recibas dones, ruegos, ni te apasiones, porque no te deslicen de la silla de la justicia, como si estuviese untada con aceite, que significa blandura y relajación.

3. Le vinaigre

24Comme on l’a déjà vu à propos de l’huile (L 193 r, L 110 r), la première destination du vinaigre à la cuisine est d’assaisonner les repas, les salades par exemple, et de cacher les défauts du poisson. À côté de cela, la soupe au vinaigre est encore aujourd’hui un plat typique et traditionnel à Málaga, et sert, selon le Vocabulario de refranes, à se moquer des enfants gâtés, qui réclament trop à leur mère : « Regálame, madre, sopitas en vinagre » (R 50 r) ; « Regalito, madre, sopitas en vinagre. [Mofa de regaloncitas y regaloncitos.] » (R 51 r).

  • 16  Plantas y remedios medicinales : De Materia medica, Manuela García Valdés, éd., Madrid, Gredos, (...)
  • 17  Voir Ángel Estévez Molinero, « Juan del Encina: la poética de la miel y el vinagre », Ínsula, M (...)

25Le vinaigre était aussi utilisé pour fabriquer des médicaments et des remèdes de bonne femme. Le proverbe « Vinagre y miel saben mal y hacen bien » (V 277 r) se fonde sur la recette du très célèbre oxymel. Élaboré à base de miel et de vinaigre, ce médicament cité par Dioscoride dans le livre cinq de son œuvre De la matière médicinale était un purgatif réputé pour son efficacité16. Et, au sens figuré, le vinaigre devient l’image des remèdes qui font du mal au début mais qui réconfortent ensuite, ainsi que des sacrifices qui promettent une récompense ultérieure17.

  • 18  Pline l’Ancien, Histoire naturelle. Livre XXXV, La peinture, les peintres, le modelage, éd. Jean M (...)

26Avec du vinaigre, on faisait aussi de l’encre, comme l’affirme le dicton « Con hierro y vinagre buena tinta se hace » (C 912 r). En effet, l’une des façons d’obtenir de l’encre consistait à faire réagir du plomb ou bien du sulfate de fer avec du vinaigre, usage cité dans L’histoire naturelle (XXXV, 6) de Pline18.

27Mais, en nous éloignant de la cuisine et du monde matériel quotidien, lorsque le Vocabulario de refranes mentionne le vinaigre, il s’agit en général d’aspects négatifs et figurés, comme c’était le cas pour l’huile. Étant donné que le vinaigre n’est que du vin qui a tourné, il est l’image, sans vouloir faire un mauvais jeu de mot, des choses qui prennent une fâcheuse tournure. Au xviie siècle, on transportait le vin dans des gourdes vides et sèches, où il tournait souvent au vinaigre. Le proverbe « Aún no está en la calabaza y ya se torna vinagre » (A 2301 r) fait allusion à tout ce qui tourne mal avant de commencer. Le vinaigre, face au vin, représente ce qui est mauvais face à ce qui est bon et fait allusion à la malhonnêteté de certains commerçants. « Pregonar vino y vender vinagre » veut dire faire des promesses que l’on ne tiendra pas : « [Dícese de los que dan buenas muestras y palabras y no corresponden con las obras.] » (P 1008 r). C’est la même chose pour « Apregonar vino y vender vinagre. [Dícese de los que tienen buenas palabras y ruines obras, y mayores muestras que hechos.] » (A 2056 r). Quant au proverbe « En todas las artes hay engaño, sino en el que vende la estopa por cerro, y el vinagre por vino, y el gato por liebre » (E 1926 r), il a évidemment un sens ironique.

28Le mot vinaigre a une dernière acception, dans laquelle il sert à désigner quelqu’un qui a un mauvais caractère, un grincheux, si l’on en croit le Diccionario de Autoridades, acception que l’on retrouve dans le Vocabulario de refranes : « Este nuestro hijo, don Lope, ni es miel, ni hiel, ni vinagre, ni arrope » ; ou « Este nuestro yerno, don Lope » ; ou « Este mi hijo, don Lope » (E 2414 r), où le miel représente quelqu’un de doux, doté d’un caractère aimable ; le fiel, quelqu’un d’irascible, souvent de mauvaise humeur ; le vinaigre, quelqu’un qui est rempli d’amertume ou aigri, et le moût, quelqu’un de gai, un bon vivant. Le vinaigre est donc symbole de toute sorte d’amertume morale — « Todo se me hace ponzoña, hiel y vinagre » (T 218 f) — ainsi que des cancans qui apportent des ennuis — « Llevar y traer vinagre. [Para decir que son chismosos, y que llevan y traen nuevas y chismerías de unos a otros, con que revuelven.] » (Ll 33 r).

4. Le sel

29On a déjà vu, à propos de l’huile et du vinaigre, que dans le recueil de dictons de Correas, l’on cite ces condiments quotidiens en leur conférant très souvent des valeurs symboliques, de sorte que, en partant des façons de vivre, on peut deviner les façons de penser d’une société. Et ceci est encore plus vrai dans le cas du sel, parce que les valeurs symboliques de cet élément dans la culture occidentale sont très nombreuses et se manifestent dans les proverbes collectés par Correas : à côté de métaphores plus ou moins populaires, apparaissent d’autres images tirées de la Bible ou de la culture classique, concernant la sagesse, l’amitié, l’incorruptibilité, les mauvais augures ou la trahison.

4 a. Le sel au foyer

30En raison de l’omniprésence du sel dans la cuisine, les dictons qui nous en parlent en tant qu’ingrédient ont généralement une deuxième signification qui s’ajoute au sens littéral : « Olla sin sal, haz cuenta que no es manjar ; o no tienes manjar » (O 156 r) et « Olla sin sal, no es manjar ; al gato se puede dar » (O 157 r) s’appliquent aux choses inutiles parce que dépourvues de fondement ; ou bien encore, « Pimiento, sal y cebolla, cuando se pone la olla » (P 523 r) veut dire, au sens métaphorique, qu’il est indispensable de bien commencer ce que l’on entreprend pour pouvoir bien finir. À l’inverse, le manque de sel est synonyme de désastre, d’échec total : pour maudire quelque chose ou quelqu’un, on l’envoie imaginairement dans la contrée hostile où il n’y a pas de sel, ou encore où les gens ne savent pas l’utiliser comme il faut : « Allá vaya el mal, donde comen el güevo sin sal », ou « Allá vaya el mal, do majan los ajos sin sal » (A 1640 r), dicton que Correas explicite de la façon suivante : « Los ajos mondados al majar saltan del mortero si no se echan unos granos de sal ».

31Le sel reflète le piquant et l’humour d’une conversation dans quelques formules comme « Poner sal. [Por dar sal a lo que uno dice.] » (P 260 f) ou « Sal es que le echa encima » (S 55 r). On peut aussi parler de quelqu’un en disant qu’il « est du sel » — « Es una sal. [De una persona o criatura graciosa.] » (E 484 f) — et, symétriquement, on accuse de fadeur celui qui ressemble au bouillon ou aux œufs sans sel : « Caldo sin sal. [Ansí llaman a una persona fría, y sosa y sin gracia.] » (C 33 f) ; « Sal quiere el güevo y gracia para comello » (S 58 r). Comme le sel a une très grande quantité de connotations dans la culture populaire, un même dicton s’adapte à plusieurs circonstances, de sorte que, comme le commente Correas, « Sal quiere este güevo » et « Sal pide este güevo » évoquent aussi bien la femme qui attend des compliments sur sa tenue que l’homme qui fait étalage de ses vertus pour être loué :

Dícenlo a la que va muy ufana de hermosa y galana, o al que desea que le alaben algo de sus partes haciendo de ellas muestra, y parece que lo pide con alabar a otros. Y también cuando uno cuenta algo con mala gracia, y es soso (S 59 r).

  • 19  Diccionario de la lengua española, Real Academia Española, Madrid, Espasa Calpe, 2001, 2 vols.

32Le Diccionario de Autoridades signale que cette formule est aussi utilisée pour inciter quelqu’un à poursuivre plus avant son discours et le Diccionario de la lengua española19 propose encore un autre usage de ces dictons, pour montrer qu’une entreprise est sur le point d’atteindre la perfection, puisqu’une pincée de sel est le dernier détail que l’on ajoute à la fin de la préparation des œufs frits.

4 b. Le sel de la vie

33Nos ancêtres savaient que le sel est nécessaire à la vie. En effet, il apporte des éléments minéraux indispensables à notre santé (chlore, sodium, etc.) : il facilite la digestion, régule la pression osmotique et la tension artérielle, retient de l’eau dans les tissus, en assurant une bonne hydratation de notre organisme, et fait fonctionner les cellules… et ce besoin de sel sous-tend bien des affirmations contenues dans le Vocabulario de refranes. Le sel devient symbole de vie et de longévité et quelques énoncés soulignent que les personnes âgées sont arrivées à leur bel âge pour avoir consommé beaucoup de sel tout au long de leur vie : « Sal no envejece, sino comerla muchos años. [Como “comer muchas guindas”.] » (S 64 f) ; à l’inverse, pour maudire quelqu’un en souhaitant sa mort, on espère qu’il n’aura le temps que d’utiliser très peu de sel, à peine de quoi assaisonner un œuf : « ¡Poca sal tú gastes, y esa en un güevo ! [Maldición.] » (P 564 r). Correas prend la peine d’expliquer en détail le proverbe « No comas mucha sal, que te harás viejo » (N 440 r) :

  • 20  Correas témoigne ici d'une autre habitude, courante chez les femmes de l’époque, qui consistait à (...)

El que vive muchos años gasta y come mucha sal, y decir que uno « ha comido mucha sal » es decir que ha llegado a viejo, y para decir que uno viva poco dicen : « Poca sal tú gastes ». El vulgo, olvidado de esta razón, piensa que el comer sal envejece ; y el otro estudiante filósofo quiere dar razón natural y dice que la sal es adustiva y seca el humor, y así se arrugan y envejecen los que comen mucha sal ; mas es porque la comen muchos años ; si dijera que muchachas enferman y mueren de comer sal sólo a escondidas, es verdad ; mas no llegan a viejas, ni de comer trigo o barro20.

  • 21  Lope de Vega a utilisé ce lieu commun dans les très célèbres sonnets des « mansos », où le poète (...)

34Le sel est tout aussi nécessaire pour le bétail. Les bergers complètent l’alimentation des animaux soit en laissant dans les champs où ceux-ci paissent des petits tas de sel sur les pierres, soit en pendant à un arbre un sac rempli de sel, et c’est la raison pour laquelle les bêtes prennent l’habitude de lécher le sac du berger même s’il est vide. Ainsi, la chèvre qui lèche le sac ou la main du berger est-elle devenue l’image de la loi de l’habitude et de l’expérience, parce qu’elle a appris que, même dans le sac vide, il peut rester des traces de sel dont elle pourra se régaler : « La cabra nueva come la sal, y la vieja la sal y el costal » (L 85 r) et « La cabra vieja lame la talega » (L 88 r)21. Ce dernier proverbe est commenté dans le Diccionario de Autoridades :

los viejos, como más experimentados ven mejor el provecho de las cosas y le sacan de aquellas que los mozos no comprehenden y se ríen cuando se las proponen.

35Ce dictionnaire résume les idées des anciens physiciens à propos du sel, considéré comme une substance invisible présente partout, dans les minéraux, les végétaux et les animaux, d’où le fait que, avec l’eau, le sel apparaisse comme ce qui est le plus fondamental à la vie, ce qui reste après avoir enlevé tout ce qui est accessoire.

36Le sel évoque aussi la perte de la fortune ou encore les affaires qui ne prospèrent pas malgré tous les efforts réalisés, et l’on dit alors : « Volverse sal y agua. Hacerse sal y agua. Volvérsele sal y agua, Todo se me vuelve sal y agua » (V 146 f), variantes qu’explicitent les commentaires de Correas « [Cuando las trazas y trabajo salen en vano.] » (V 146 f), « [Que lo desvanecieron.] » (T 217 f), « [Cuando las trazas salen vanas y se mengua la hacienda y no luce.] » (T 432 r), « [Cuando un negocio le componen y apaciguan como compadres ; y : de lo que [de] algo se vuelve en nada.] » (H 200 f). Le sel dénonce aussi, en matière d’héritage, les parts réduites qui sont la conséquence du partage d’un gros héritage entre un trop grand nombre d’héritiers : « Repartiose la mar, y hízose sal. [Que dejó de ser grande. Ansí gran hacienda repartida entre muchos herederos es muy poca en cada uno.] » (R 99 r).

37Pour parler de quelqu’un qui manque du strict nécessaire pour vivre, qui n’arrive pas à joindre les deux bouts ou qui a des graves difficultés financières, on dit qu’il n’a pas assez de sel pour saler l’eau : « No le alcanza la sal al agua » (N 917 r), « No me alcanza la sal al agua. [Por no tener, ni ser bastante lo que se gana.] » (N 195 f), ou « No le llega la sal al agua » (N 213 f), dicton commenté par le Diccionario de Autoridades :

Locución expresiva de la necesidad grande que uno padece de medios para su mantenimiento, en fuerza de la cual se dice del que está muy necesitado.

38Et pour exprimer que les joies se mêlent aux tristesses dans la vie et que l’on ne peut pas tout avoir, plusieurs dictons se plaignent de ce que là où l’eau abonde, le sel manque, en associant le manque de sel à une carence douloureuse et grave : « Do el agua sobra, la sal mengua. [Alegoría: do hay riqueza, hay trabajo, o falta de entendimiento para gobernalla, o salud, o heredero.]» (D 472 r) et « Do sobra el agua, la sal falta. [Y es que do hay riqueza hay otra falta, o trabajo. De esta otra manera está en el Comendador : “Do sobra el agua, salud falta]” » (D 495 r).

  • 22  Voir Juan Horozco, Emblemas morales (1589), Segovia, Juan de la Cuesta, 1591, livre 3, emblème 35, (...)

39Mais l’une des significations les plus traditionnelles du sel est l’amitié, lieu commun présent aussi bien dans le Vocabulario de refranes que dans des sources d’origine moins populaire. Puisque l’amitié est une source de joie et de bonheur, et qu’elle « pimente » la vie des amis, Horozco lui a dédié l’emblème intitulé « Sal vitae », dont le dessin montre deux mains unies au-dessus d’une salière22 :

Cuanto es de poco fruto y desabrida
el amistad no buena y perniciosa
tanto la buena y en virtud nacida
se augmenta para bien dulce y sabrosa
y así se dice ser sal de la vida,
que puede sazonar la trabajosa.
Con amistad no hay mal que dé tormento
y sin ella no hay bien que dé contento.

Horozco ajoute ce commentaire :

La emblema presente nos da muestra de la amistad verdadera figurada por las dos manos y la sal en la mesa. […] Cuanto a la sal, hay muchas conveniencias, para que por ella se signifique la amistad, y sea la primera por la sazón que da a todas las cosas del gusto y del sustento de la vida humana.

  • 23  Voir Jean Chevalier, op. cit., s. v. sel.

40Covarrubias, dans son Tesoro de la lengua, explique que le sel est symbole d’amitié et d’alliance chez les Hébreux qui l’utilisaient pour certains sacrifices, et il renvoie au Lévitique 2, 13 : « Non auferes sal foederis Dei tui, de sacrificio tuo » (« Tout ce que tu offriras en oblation, de sel tu le saleras, et tu ne laisseras pas ton oblation manquer du sel de l’alliance de ton Dieu ; sur toutes tes offrandes tu offriras du sel »). Chevalier ajoute que « la consommation en commun du sel a parfois la valeur d’une communion, d’un lien de fraternité. On partage le sel comme le pain, de telle sorte que « Consommer ensemble le pain et le sel signifie, pour les Sémites, une amitié indestructible »23. Mais les proverbes privilégient une vision plus négative de la vie, on l’a déjà noté à propos de l’huile et du vinaigre : si le sel est prometteur de vie, les dictons se plaignent du fait qu’il puisse manquer, et si le sel est signe d’amitié, les dictons conseillent de la mettre à l’épreuve… On emploie encore aujourd’hui couramment l’expression « negar el pan y la sal », qui signifie ‘ne pas faire amitié avec quelqu’un’, et Correas a recueilli « Para conocer el amistad has de comer con ella una hanega de sal ; o un moyo de sal » (P 151 r) ; « No te has de fiar sino de con quien comieres un moyo de sal » (N 1258 r). Étant donné que le sel est d’un usage avantageux et qu’il suffit d’une très petite quantité pour assaisonner, il faut très longtemps pour en dépenser une fanègue (55,5 litres) ou un muid (258 litres, approximativement), le temps nécessaire pour mettre à l’épreuve ses amis en partageant le sel avec eux.

4 c. La conservation et la purification : le sel de la terre

  • 24  Diccionario de Autoridades, op. cit.

41Le sel est un conservateur naturel et il empêche certaines bactéries de se développer dans les viandes, les poissons, etc., question d’énorme importance chez nos ancêtres, qui devaient être prévoyants pour faire leurs provisions de l’année. Après l’abattage du porc, par exemple, il fallait saler la viande pour en faire de la charcuterie et d’autres conserves, et il valait mieux y mettre trop de sel que pas assez, ce qui est à l’origine de quelques dictons : « Más vale beber que escupir. [Dícese por los menudos y carne de puerco, que es mejor que lleve mucha sal, y haga beber, que no tan poca que se corrompa y huela mal, y de asco haga escupir.] » (M 491 r) et « Más vale engullir que escupir » (M 542 r). Une phrase de dédain est née de cet usage : « Mas matalla y echalla en sal. [Reproche.] » (M 396 r), qui veut dire ironiquement qu’il est préférable de ne pas garder quelque chose de désagréable, ou de ne pas s’embarrasser de quelqu’un de gênant ; symétriquement, « echar en sal » est une « frase metafórica que vale guardar, reservar o suspender alguna cosa que se estaba para dar, enseñar o decir »24.

42En raison de ses propriétés conservatrices, le sel est devenu le symbole de l’incorruptibilité et il est donc utilisé dans certains rites de purification. Ainsi, dans la religion chrétienne, dès le ive siècle et jusqu’à la réforme de Paul VI (1969), on donnait une pincée de sel à ceux qui allaient recevoir le Baptême pour les soustraire à la corruption du péché, en disant : « Reçois le sel de la sagesse ; qu’il t’aide à obtenir le pardon pour parvenir à la vie éternelle ». Covarrubias retient cette acception du mot sel : « Por alusión tiene infinitas significaciones, la primera y principal es singular, la sabiduría : “Vos estis sal terrae” », en renvoyant aux paroles du Christ au cours du « Sermon sur la montagne », où celui-ci dit aux Apôtres « Vous êtes le sel de la terre » (Mathieu, 5, 13), pour signifier que désormais ils devraient savoir préserver les autres de la corruption et donner du goût à l’existence. En effet, parmi toutes les significations que le sel a dans la Bible, la sagesse est sans doute la plus connue, passant aussi bien aux livres d’emblèmes, qu’aux recueils de proverbes. Villava a dessiné une salière sur une table comme image de l’homme prudent, avec l’inscription « Hoc insuper addo » (‘en plus, je rajoute ceci’), où, encore une fois, le sel est le dernier détail rajouté avant de finir. Villava l’interprète ainsi :

  • 25  Juan Francisco de Villava, Empresas espirituales y morales, Baeza, Fernando Díaz de Montoya, 1613, (...)

Por la sal cosa es común representarse la prudencia, la cual es la suprema de las virtudes morales y la que las abraza todas […] anda la prudencia con las demás virtudes, que ella es la que les señala el punto, para que cada cual tenga su debido sabor, […] donde no hay prudencia no hay virtud. Porque si la virtud consiste en el medio, y esta elección ha de hacer la prudencia, la sal de las virtudes la prudencia es, que las sala, las mide y conserva para que no se corrompan […] es cosa cierta que para pescar y conservar un alma en la gracia del Evangelio menester es la sal de la sabiduría25.

43On peut donc très bien comprendre que le dicton affirme que, si l’on a de la prudence, de la finesse d’esprit, de la sagesse, on réussira : « Donde hay sal, hay ál [Quiere decir : donde hay cordura hay prudencia, y se gana] » (D 573 r).

44Un autre emblème d’Horozco rappelle l’aventure de la femme de Lot, transformée en statue ou colonne de sel, pour servir de leçon aux imprudents :

Cuando tiene por bien el Bien Supremo
de rescatar un alma del pecado,
en que vivió muriendo atada al remo,
no ha de volver el rostro a lo pasado :
que en la mujer de Lot se vio el extremo
de los celos de Dios, si es despreciado,
que hecha estatua por ser tan imprudente
fue de sal, porque en ella se escarmiente.

45De la même façon, le sel évoque la sagesse dans la formule « Poner sal en la mollera. [Dar escarmiento.] » (P 261 f), employée par don Quichotte — « Estoy por hacer un estrago en ti que ponga sal en la mollera a todos cuantos mentirosos escuderos hubiere » (I, 37) — et expliquée par le Diccionario de Autoridades : « Frase metafórica que vale poner juicio, seso o asiento con algún castigo que haga escarmentar », autrement dit, elle est l’équivalent de la phrase française « mettre du plomb dans la cervelle ».

4 d. Le sel répandu par terre

46Cependant, le sel peut être un signe de malédiction, s’il est répandu par terre : « Verterse el vino es buen sino ; derramarse la sal es mala señal » (V 197 r) ; « Sal vertida, nunca bien cogida » (S 66 r). Ces dictons se rattachent au fait que le sel empêche les plantes de pousser. En raison de cela, chez les Grecs et les Romains, on répandait du sel sur les terres du traître, pour le punir en rendant le sol stérile à jamais : « Sembrar de sal. [La casa del traidor al rey, porque aun hierba no nazca en casa tan maldita.] » (S 132 f), coutume que l’on peut lire aussi dans la Bible, dans le livre des Juges 9, 45 : « Abimélec attaqua la ville pendant toute la journée ; il s’en empara, et tua le peuple qui s’y trouvait. Puis il rasa la ville, et y sema du sel ». Covarrubias cite un emblème représentant le cheval de Troye sur un champ semé de sel avec l’inscription « Caret culpa, sed tamen omen habet » (‘Ce n’est pas de sa faute, mais il apporte le déshonneur’), et il l’interprète :

  • 26  Sebastián de Covarrubias, Emblemas morales, Madrid, Luis Sánchez, 1610 (éd. facsímil de Carmen Bra (...)

El sembrar de sal las casas del traidor es en pena de su grave delito, para que allí ni se edifique, ni se plante, siendo aquel sitio y campo maldito, y la memoria que en el padrón queda sea en su perpetua infamia y deshonra. El caballo de Troya poca culpa tuvo de su incendio, mas por haber usado los griegos dél, para ejecutar su estratagema, con justa razón fue aborrecido de los troyanos26.

47Tirso de Molina a fait référence à plusieurs de ces valeurs métaphoriques du sel dans sa comédie El Aquiles : le sel évite la corruption, il est symbole de sagesse et stérilise les champs… Ulysse essaye de passer pour fou, afin de ne pas aller à la guerre de Troye en laissant Pénélope :

(Sale Ulises sembrando sal.)

  • 27  El Aquiles, dans Obras dramáticas completas de Tirso de Molina, éd. Blanca de los Ríos, Madrid, (...)

Ulises […] tienen a mi esposa amor
muchos, y por Dios que es malo ;
la sal preserva el regalo,
mi esposa se queda acá,
y no se me dañará,
si aunque me ausente la salo.
(Siembra.) ¿No es la sal sabiduría ?
El sembrarla, pues, me importe,
que hay poca, y anda en la corte
en coches la bobería ;
hay notable carestía
de doncellas recatadas ;
[…] que si se dañan tan presto
es porque no están saladas. […]
Bueno, ¿pues paréceos mal,
sembrar mi casa de sal,
y esterilizarla ansí ?
El amor, ¿no es fuego? Sí.
¿No es estopa la hermosura?
Pues si abrasarla procura
el fuego del amor ciego,
saltar ha la sal del fuego,
y mi honra estará segura27.

5. Conclusion

48Comme José Forné et Maïté Mir-Andreu l’ont déjà écrit :

  • 28  Voir José Forné et Maïté Mir-Andreu, « Meuniers et moulins au xviie siècle en Espagne d’après le V (...)

Le recueil de Correas n’échappe pas à la règle concernant les dictons : ce ne sont pas des formules figées une fois pour toutes. Les dictons échappent à toute tentative de formalisation. Ils sont « propriété », pour ainsi dire, de celui qui les utilise et qui peut, à sa convenance, créer des variantes et leur donner une signification qui échappe à leur sens littéral. […] Mais le rapprochement des proverbes concernant un thème précis finit par constituer une sorte de contexte qui les éclaire l’un par l’autre28.

49De la même façon, observer les proverbes en les mettant en rapport avec les sens figurés les plus fréquemment représentés dans la langue, les dictionnaires de l’époque, les livres d’emblèmes, la Bible ou les Belles Lettres, a pu nous aider à mieux les comprendre.

50Les énoncés qui font mention de l’huile, du vinaigre et du sel reflètent les « manières de vivre et de penser au Siècle d’Or à travers les proverbes », depuis les recettes concernant les travaux ménagers et agricoles, jusqu’aux vérités qui composent ce que Mal Lara a appelé la « philosophie vulgaire » ; philosophie qui a souvent adapté à l’environnement quotidien des idées provenant de la culture classique, pour les transmettre oralement de père en fils.

51Les dictons qui nous parlent de ces trois condiments dessinent un milieu rural et domestique et proposent des remèdes pour la santé ou la beauté, etc., mais, au sens figuré, on a constaté qu’un certain pessimisme règne dans l’esprit de nos ancêtres, qui se méfiaient de la condition humaine et nous mettent en garde : on a vu des moines mauvais (F 57 r), des commerçants trompeurs accusés de vendre du vinaigre au lieu de vin (A 2056 r, E 1926 r, P 1008 r) et de se mêler à des affaires louches (D 77 r) ; on conseille de ne pas prêter à autrui, et, en même temps, on nous avertit que, parfois, et tragiquement dans le cas de la truie, on apprend trop tard l’essentiel (A 1190 r) ; que l’on ne peut pas tout avoir dans cette vie (D 472 r, D 495 r), qu’il faut toujours faire l’épreuve des amis (N 1258 r, P 151 r)… Il est vrai aussi que les dictons savent montrer de l’humour, même s’il est parfois un peu noir. Le génie et l’ironie jouent un rôle non négligeable dans les dictons, comme on a pu le voir.

52Pour résumer, et conclure, on pourrait dire que « La ensalada, bien salada, poco vinagre y bien oleada » est, dans son sens littéral, une bonne recette de cuisine, mais aussi une bonne recette d’existence, si l’on prête attention aux symboles : la vie est belle si on l’assaisonne avec de la sagesse, des amis et du piquant, —qu’évoque le sel—, mais en y mettant le moins possible l’amertume du vinaigre et en y ajoutant toutes les bénédictions, les richesses et la santé que l’huile promet.

Haut de page

Annexe

Traduction des proverbes en français

A 3 r- À Azuaga, pour chercher de l’huile et à La Granja, pour chercher des oranges.

A 329 r- Les femmes gourmandes sont familières du miel ; et les coquettes, de l’huile.

A 466 r- À ceux qui habitent La Granja, des oranges, et à ceux qui habitent Fuenteovejuna, des olives.

A 600 r- Â côté de la rivière, n’achète pas de vignoble, ni d’oliveraie, ni de ferme.

A 914 r- L’huile d’olive enlève tous les maux.

A 915 r- L’huile [il faut la prendre] en haut, le vin, à mi-hauteur, le miel, en bas.

A 916 r- L’huile, le fer et le sel, marchandises royales (impôt sur l’achat et vente de certaines marchandises).

A 917 r- Voir A 915 r.

A 918 r- L’huile, le vin, et l’ami, il faut qu’ils soient anciens, et le lard, de l’année.

A 1190 r- C’est en mangeant les œufs que la truie verra s’ils ont été préparés à l’huile ou au saindoux.

A 1640 r- Que le mal s’en aille là où l’on mange l’œuf sans sel ; Que le mal s’en aille là où l’on pile l’ail sans sel.

A 2038 r- Verser de l’huile sur le feu pour l’éteindre.

A 2056 r- Annoncer du vin et vendre du vinaigre.

A 2301 r- Il n’est pas encore dans la gourde, qu’il tourne déjà au vinaigre.

B 97 r- Bénédiction de la treille et de l’olivier, et du mouton rassasié et de l’épi de blé.

C 33 f- Bouillon sans sel.

C 343 r- La maison, du père, l’oliveraie, du grand-père et le vignoble, de l’arrière-grand-père.

C 932 r- Tu oindras ton blé avec l’huile de mauvaise qualité.

D 77 r- Il est très difficile de mesurer l’huile sans se tacher (On ne saurait manier le beurre qu’on ne s’en graisse les doigts).

D 472 r- Où l’eau abonde, le sel manque.

D 495 r- Où l’eau abonde, la santé fait défaut.

D 573 r- Là où il y a du sel, on a tout ce qu’il faut.

E 484 f- Il est du sel.

E 928 r- L’oliveraie de Lope de Rueda.

E 929 r- Le bois d’oliviers te fera du bien si tu lui fais du mal.

E 1663 r- À Fuenteovejuna, on n’a pas d’huile et le vin coule.

E 1876 r- Au Portugal, de l’huile, mais pas de pain.

E 1926 r- Dans tous les domaines (métiers), il y a de la tromperie, sauf pour qui vend de l’étoupe en guise de lin, du vinaigre en guise de vin, et du chat en guise de lièvre.

E 2414 r- Notre fils, monsieur Lope, ce n’est ni du miel, ni du fiel, ni du vinaigre, ni du moût ; ou Notre beau-fils, monsieur Lope … ; ou Mon fils, monsieur Lope …

F 53 r- La fortune et l’olive, parfois on en a beaucoup et parfois on n’en a point.

F 57 r- Moine soûl, lampe d’huile de sureau.

L 85 r- La jeune chèvre mange le sel et la vieille, le sel et le sac.

L 88 r- La vieille chèvre lèche le sac.

L 110 r- La viande demande de la viande, et le poisson de l’huile et du vinaigre (la chair nourrit la chair et la sauce fait passer le poisson).

L 193 r- Peu de salade, et avec beaucoup d’huile.

L 193 r- La salade, bien assaisonnée, avec un peu de vinaigre et beaucoup d’huile.

L 385 r- La tache d’huile ne se voit pas au début, mais elle s’étale rapidement et on la découvre.

Ll 33 r- Apporter partout du vinaigre.

M 396 r- Il n’y a qu’à la tuer et à la saler.

M 491 r- Il vaut mieux boire que cracher.

M 497 r- Il vaut mieux être soûl qu’être oint d’huile.

M 542 r- Il vaut mieux engloutir que cracher.

N 1258 r- Méfie-toi de tous, sauf de celui avec qui tu auras partagé un muid de sel.

N 195 f- Je n’ai pas assez de sel pour l’eau.

N 213 f-Il n’a pas assez de sel pour l’eau.

N 440 r- Ne mange pas beaucoup de sel, parce que tu deviendras vieux.

N 917 r- Il n’a pas assez de sel pour l’eau.

O 156 r- Le pot-au-feu sans sel, ne compte pas sur lui, tu n’as pas de repas.

O 157 r- Le pot-au-feu sans sel n’est pas un repas, il est bon à donner au chat.

P 72 r- Le pain chaud, avec de l’huile.

P 89 r- Pain de blé, huile d’olive et vin de la treille.

P 151 r- Pour connaître ton ami, tu dois manger une fanègue de sel avec lui ; ou un muid de sel. Pour connaître quelqu’un, il faut avoir mangé un minot de sel avec lui.

P 260 f- Mettre du sel.

P 261 f- Mettre du sel dans la cervelle (Mettre du plomb dans la cervelle).

P 386 r- Il est pire qu’une tache d’huile.

P 523 r- Le poivron, le sel et l’oignon, quand on met sur le feu la marmite.

P 564 r- Je te souhaite de dépenser peu de sel, et seulement sur un œuf !

P 913 r- « À la Sainte-Catherine, récolte tes olives », mais la vieille dame, qui le savait, les avait déjà récoltées.

P 922 r- À la Sainte-Lucie, l’huile revient dans l’olive.

P 1008 r- Annoncer du vin et vendre du vinaigre.

S 179 r- À la Sainte-Lucie, l’huile revient dans l’olive.

Q 93 r- Qu’est ce qu’il peut me faire ? Un terrain glissant avec de l’ail et de l’huile. Afin que l’huile fasse tomber et l’ail embarrasse.

R 50 r- Offrez-moi, ma mère, des soupes au vinaigre.

R 51 r- Comme cadeau, ma mère, des soupes au vinaigre.

R 99 r- On a partagé la mer, et elle s’est transformée en sel.

S 55 r- C’est du sel qu’il rajoute.

S 58 r- L’œuf veut du sel, et de l’élégance pour le manger.

S 59 r- L’œuf veut du sel.

S 64 f- Le sel ne fait pas vieillir, mais il faut en manger longtemps.

S 66 r- Le sel répandu n’est jamais bien ramassé.

S 132 f- Semer du sel.

S 464 r- Si l’oliveraie tombe malade, fais-la brûler.

T 217 f- Tout se transforme en sel et en eau.

T 218 f- Pour moi, tout se tranforme en poison, en fiel et en vinaigre.

T 432 r- Pour moi, tout devient du sel et de l’eau.

V 146 f- Tout se transforme en sel et en eau.

V 197 r- Répandre du vin, c’est bon signe ; répandre du sel, c’est de mauvais augure.

V 277 r- Le vinaigre et le miel ont mauvais goût, mais ils font du bien.

Haut de page

Notes

1  Diccionario de Autoridades, Real Academia Española, Madrid, Gredos, 1984, 3 vols. (facsimil de l’édition de 1726-1739).

2  Voir Jean Chevalier, Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles : mythes, rêves, coutumes, gestes, formes, figures, couleurs, nombres, Paris, Laffont - Jupiter, 1982, édition revue et augmentée, s. v. huile.

3  Voir Noël Salomon, Recherches sur le thème paysan dans la «comedia» au temps de Lope de Vega, Bordeaux, Féret, 1965, p. 250-307.

4  Lope de Vega, El villano en su rincón, éd. Juan María Marín, Madrid, Cátedra, 1987, v. 350-359.

5  Voir Pedro Fernández Navarrete, Conservación de monarquías y discursos políticos (1626), éd. Michaël D. Gordon, Instituto de Estudios Fiscales, Ministerio de Economía y Hacienda (Madrid), 1982, p. 124-25 : « fue asimismo prohibido el comercio con extranjeros; […] pues no siguiendo la mercancía real de que se pagan derechos, sucede que estando los particulares ricos, viene a estar pobre la república, que no tiene útil de semejantes tratos ».

6  Il faut dire aussi qu'à l’époque où Correas a publié son recueil de proverbes (1627), le Portugal faisait partie de l’Espagne (1580-1640).

7  Ville de la province de Cáceres.

8  L’éditeur scientifique du Vocabulario de refranes, Louis Combet, a noté la signification de « malojar »: ‘enfermar los árboles de malojo o marojo’ (Gonzalo Correas, Vocabulario de refranes y frases proverbiales, 1627, édition de Louis Combet, révisée par Robert Jammes et Maïté Mir-Andreu, Madrid, Castalia, 2000, p. 737).

9  Correas a signalé, dans son Vocabulario de refranes, que l’Église a avancé de dix jours la Sainte-Lucie, jadis le 23 décembre : voir les proverbes « Santa Lucía, mengua la noche y crece el día [Cuando era diez días después] » (S 175 r) et « Santa Lucía que todas las fiestas envía [Porque se sigue Navidad] » (S 176 r).

10  Voir Miguel de Cervantes, Don Quijote de la Mancha, éd. de l'Institut Cervantès 1605-2005, dirigée par Francisco Rico, Madrid, Galaxia Gutemberg - Círculo de lectores - Centro para la edición de los clásicos españoles, 2004, 2 vols., première partie, chap. 17.

11  Jean Chevalier, op. cit., s. v. huile, résume que, dans la Bible, elle est symbole de joie (Psaumes, 45, 8), de fraternité (Psaumes, 133, 1.2), d'« autorité, puissance et gloire de la part de Dieu » (I Samuel, 16, 13), de lumière et de pureté, étant donné qu’elle sert à alimenter le chandelier, et de paix et d’alliance entre Dieu et les hommes, parce que, après le déluge, la colombe de la paix apporta à Noé un rameau d’olivier dans son bec en annonçant que la terre était proche…

12  Diccionario de Autoridades, Real Academia Española, Madrid, Gredos, 1984, 3 vols. (facsimil de l’édition de 1726-1739).

13  Louis Combet a signalé que ceci fait allusion à Hernán Núñez : « “Fraile cuco, lámpara de sauco. Que el Frayle dado a vino meresce estar colgado. Lámparas se dizen los ramos colgados de las puertas y ventanas” » (F 53 r).

14  Diccionario de Autoridades, op. cit.

15  Voir Sebastián de Covarrubias, Tesoro de la lengua castellana o española, ed. integral e ilustrada de Ignacio Arellano y Rafael Zafra, Pamplona - Madrid - Frankfurt am Main, Universidad de Navarra - Iberomaericana - Vervuert, 2005 : « resbaladero, el lugar dispuesto para caer », c’est-à-dire ‘terrain glissant’.

16  Plantas y remedios medicinales : De Materia medica, Manuela García Valdés, éd., Madrid, Gredos, 1998.

17  Voir Ángel Estévez Molinero, « Juan del Encina: la poética de la miel y el vinagre », Ínsula, Madrid, 2004, 691-692, p. 33-35.

18  Pline l’Ancien, Histoire naturelle. Livre XXXV, La peinture, les peintres, le modelage, éd. Jean Michel Croisille, Paris, « Les Belles Lettres », 1985.

19  Diccionario de la lengua española, Real Academia Española, Madrid, Espasa Calpe, 2001, 2 vols.

20  Correas témoigne ici d'une autre habitude, courante chez les femmes de l’époque, qui consistait à manger des petits morceaux de terre cuite ou de poterie pour obtenir un teint pâle, ce qui les rendait malades. Un grand nombre d’écrivains du Siècle d’Or a critiqué cet usage, qui devint un important problème de santé publique.

21  Lope de Vega a utilisé ce lieu commun dans les très célèbres sonnets des « mansos », où le poète se plaint de l’abandon de son amante, qui lui en a préféré un autre : le sel y symbolise le pouvoir d’attraction du berger et l’habitude de l’animal de le chercher : « si piensas que no soy su dueño, Alcino, / suelta y verás si a mi choza viene: / que aún tienen sal las manos de su dueño » et « Querido manso mío, que venistes / por sal mil veces junto a aquella roca / y en mi grosera mano vuestra boca / y vuestra lengua de clavel pusistes » (Rimas, éd. Felipe B. Pedraza Jiménez, Ciudad Real, Universidad de Castilla-La Mancha, 1993, 2 vols., sonnet 188, v. 12-14, et sonnet 189, v. 1-4) ; « Ya come blanca sal en otra mano. / Ya come ajena mano con la boca / de cuya lengua se abrasó la mía » (sonnet « Vireno, aquel mi manso regalado », v. 12-14, inclus dans Poesía selecta de Lope de Vega, éd. Antonio Carreño, Madrid, Cátedra, 1984, p. 280-281).

22  Voir Juan Horozco, Emblemas morales (1589), Segovia, Juan de la Cuesta, 1591, livre 3, emblème 35, fol. 280r.

23  Voir Jean Chevalier, op. cit., s. v. sel.

24  Diccionario de Autoridades, op. cit.

25  Juan Francisco de Villava, Empresas espirituales y morales, Baeza, Fernando Díaz de Montoya, 1613, première partie, emblème 19, Del prudente, fol. 51r.

26  Sebastián de Covarrubias, Emblemas morales, Madrid, Luis Sánchez, 1610 (éd. facsímil de Carmen Bravo Villasante, Madrid, Fundación Universitaria Española, 1978).

27  El Aquiles, dans Obras dramáticas completas de Tirso de Molina, éd. Blanca de los Ríos, Madrid, Aguilar, 1946, vol. I, p. 1907-1947, p. 1911.

28  Voir José Forné et Maïté Mir-Andreu, « Meuniers et moulins au xviie siècle en Espagne d’après le Vocabulario de refranes de Gonzalo Correas (1627) », Moulins et meuniers dans les Campagnes européennes (ixe-xviiie siècle). Actes des xxies Journées Internationales d’Histoire de l’Abbaye de Flaran, 3, 4, 5 Septembre 1999, Mireille Mousnier, éd., Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2002, p. 267.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eva Galar, « Les condiments dans les proverbes de Correas : l’huile, le vinaigre et le sel », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 20 décembre 2014. URL : http://framespa.revues.org/1566

Haut de page

Auteur

Eva Galar

Enseignante de Langue Espagnole et de Littérature à l’IES Benjamín de Tudela (Tudela, Gobierno de Navarra, España).
Eva Galar a travaillé sur le théâtre espagnol du xvie siècle. Elle est responsable de l’édition critique et commentée de la pièce Antona García de Tirso de Molina, ainsi que de l’ouvrage « El pretendiente al revés y Del enemigo el primer consejo » : dos comedias palatinas de Tirso ou encore de El convite general, auto sacramental inédit auparavant et attribué à Pedro Calderón de la Barca.
evagalar@yahoo.es

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page