Navigation – Plan du site
Recension d'ouvrages

Natalie Petiteau, Jean-Marc Olivier, Sylvie Caucanas (dirs.), Les Européens dans les guerres napoléoniennes

Toulouse, Privat, Regards sur l’histoire, 2012
Clair Juilliet
Référence(s) :

Natalie Petiteau, Jean-Marc Olivier, Sylvie Caucanas (dirs.), Les Européens dans les guerres napoléoniennes, Toulouse, Privat, Regards sur l’histoire, 2012, 288 p.

Texte intégral

Les Européens dans les guerres napoléoniennesAfficher l'image
Crédits : © Éditions Privat
  • 1  On citera parmi eux : Jacques-Olivier Boudon, Napoléon et la campagne de Russie (1812), Paris, Arm (...)
  • 2  Actes du neuvième colloque international organisé les 4 et 5 juin à Carcassonne par l’association (...)

1À l’occasion du bicentenaire de la campagne de Russie (1812-2012), de nombreux ouvrages ont paru1 démontrant à quel point cette période de l’histoire nationale et européenne reste très prisée des chercheurs. Cette publication, même si elle ne s’intéresse pas seulement à cet épisode de l’épopée napoléonienne, rappelle qu’il existe de nombreuses pistes de réflexion novatrices à explorer pour pénétrer le vécu des divers protagonistes de cette première partie du xixe siècle. Placés sous le patronage de Rémy Cazals, les participants au colloque2 entendaient dresser un bilan des connaissances, contribuer à une anthropologie historique des guerres de l’Empire et « porter un autre regard sur les conflits des années 1800-1815 [...] pour envisager l’impact de la guerre dans l’histoire sociale, politique, culturelle ». En effet, depuis une dizaine d’années, une partie des chercheurs souhaite se dégager d’une histoire événementielle et stratégique des campagnes napoléoniennes, pour en effectuer une relecture par le bas.

2Au moyen d’un croisement des sources primaires et secondaires à l’échelle européenne, avec l’apport d’objets d’étude et de documents inédits, notamment croates, russes, suédois, belges et même français (témoignages, mémoires, correspondances privées, archives municipales, départementales et nationales, dossiers de retraite des militaires, registres d’état civil et de conscription, dossiers administratifs, truchements, etc.), les auteurs entendent livrer une vision autre des guerres napoléoniennes tant au niveau de la violence observée que de la portée de ces conflits et du caractère européen des armées engagées. Dépasser les angles de recherche privilégiés jusque-là permet de livrer une nouvelle histoire des guerres fondée non plus sur les personnages éminents mais sur la masse militaire et civile des contemporains et ainsi apporter des éclairages sur la guerre au quotidien. Quatre thèmes principaux structurent l’ouvrage.

3Dans un premier temps, il s’est agi de revenir sur le départ et l’intégration dans les armées napoléoniennes. La contribution de Stéphane Calvet, « Combattre sous l’Empire », met l’accent sur la question d’une violence de guerre qu’il qualifie d’inédite. Elle peut être acceptée et consentie ou refusée par des soldats à la fois témoins et acteurs. Mais, dans tous les cas, elle laisse des « traces durables et profondes », usure physique et morale notamment. Une mutation dans la manière de combattre s’opère depuis la Révolution française et conduit progressivement au franchissement d’un seuil de violence dans les années 1800-1815. Alan Forrest, dans « Le départ du conscrit », présente le moment décisif de l’enrôlement. Le tirage au sort (et le fameux billet noir) marque un rite de passage à l’âge adulte. Il coupe aussi la société en deux : le civil et le militaire. La conscription est un moment crucial de la vie d’un homme. Certains la vivent comme le commencement d’une aventure ou comme un moyen de gagner de l’argent. D’autres appréhendent le départ ou tentent de s’y soustraire. C’est d’ailleurs l’objet de la communication de Cédric Istasse qui analyse les « mariages simulés » et la fraude à la conscription dans les départements belges au moyen d’une micro-étude prosopographique. La question du « Baptême du feu », mise en avant par Dorothée Malfoy-Noël, est un autre des moments fondateurs de la vie de soldat. La première bataille constitue un rite d’intégration, un test révélateur et une épreuve d’initiation transformant celui qui la vit et faisant de lui un membre à part entière de la communauté des combattants. Lors de ce premier engagement, le soldat découvre de nouvelles expériences sensorielles (bruits, odeurs, cris, etc.) auxquelles répondent des émotions tout aussi inhabituelles (excitation, crainte, terreur, fuite, ivresse, etc.). Il en tire des leçons qui l’aident à forger son expérience. Ainsi, une distance très nette se crée entre celui qui l’a vécu et celui qui ne l’a pas vécu. Jean-Marc Olivier et Antoine Desdoit proposent de revenir sur la composition des armées napoléoniennes à travers celles qui étaient placées sous le commandement de Jean-Baptiste Bernadotte. Ils démontrent qu’elles ont un caractère européen et sont constituées aussi bien d’alliés idéologiques (Hollande, Bavière, Saxe, Pologne, etc.) que d’alliés contraints (Espagne, par exemple), tous respectés dans leur identité. La collaboration ne va pas sans poser des problèmes de communication, mais l’existence d’une fraternité entre les hommes, quelle que soit leur origine, est observée. Les contacts qui s’établissent entre les diverses nationalités et surtout le respect suscité par Bernadotte le conduiront sur le trône de Suède.

  • 3  George L. Mosse, Fallen soldiers: Reshaping the Memory of the World Wars, Oxford, Oxford Universit (...)

4Dans un deuxième temps, les participants au colloque se sont consacrés à la bataille en elle-même, ainsi qu’à ses conséquences pour ses principaux acteurs : les soldats. Dans sa contribution, Nicolas Cadet s’est intéressé au concept de « brutalisation » défini par George L. Mosse à propos de la Première Guerre mondiale3. Il a habilement tenté de l’appliquer aux campagnes napoléoniennes, principalement à travers l’exemple de la guerre de Calabre de 1806-1807. Pour lui, il s’agit d’un concept « ouvert, flexible, malléable » qui se joue des frontières géographiques. Bien qu’il ne faille pas opposer un avant et un après Révolution française, il en ressort que la conception plus agressive de la bataille, l’industrialisation progressive des armes et munitions et les pratiques déshumanisantes, produisent des mutations et représentent une étape significative dans l’évolution des pratiques de guerre. C’est un peu la même idée que choisit de mettre en avant Walter Bruyère-Ostells dans « Borodino : pistes de réflexion anthropologique d’une bataille européenne ». Il étudie la vie des hommes au combat et souhaite « accréditer ou rejeter l’idée d’un palier franchi [...] dans la marche vers les violences de guerre du xxe siècle ». Pour ce faire, il met en œuvre des données objectives avec l’exemple de la bataille de la Moskova en 1812 (pertes au combat, efficacité des armes employées, blessures qu’elles engendrent, tactique, intensité des campagnes, maladies, ressenti des hommes, etc.). Pour lui, la période napoléonienne constitue bien un franchissement de palier, notamment dans la mortalité sur le champ de bataille. Mais dans le cas de Borodino, l’application du concept de « brutalisation » est refusée au profit d’une « intensification du combat et [d’une] plus grande prégnance de la mort ». Vladimir Brnadic entreprend une étude originale pour montrer le ralliement de certaines nationalités à Napoléon, ici les croates en 1809, et la manière utilisée par l’Empereur pour « gagner les cœurs et les esprits », c'est-à-dire la loyauté des Illyriens. Enfin, Jean-Marc Lafon analyse le sac de Castro Urdiales (Cantabrie, 11 mai 1813) par les troupes de l’Empire (Français et Italiens) et la violence « extrême » qui y est exercée contre les civils afin de voir comment les soldats peuvent passer de l’héroïsme au pillage, puis au massacre, dans un temps très court.

5La troisième partie est consacrée aux civils confrontés aux militaires durant la période napoléonienne. Aurélien Lignereux s’intéresse aux « Européens face à la conscription napoléonienne (1800-1814) », autrement dit aux questions de la soumission ou non des populations civiles, de l’ampleur de l’insoumission et des moyens militaires mis en œuvre pour la réduire. C’est ensuite l’expérience originale d’un soldat en captivité en France en 1814, Otto Friedrich Wehrhan, qui est mise en avant par Jacques Hantraye. Celui-ci se demande s’il est possible d’assimiler l’expérience de cet Allemand à la notion de voyage. En effet, après son emprisonnement en France, il séjourne deux fois dans le pays, en 1833 et en 1839 et livre un témoignage en 1847. Son récit de la captivité est largement influencé par ses visites suivantes. Le livre de Wehrhan s’inscrit dans la tradition littéraire allemande du « roman de formation » et aide à la construction « d’une identité à la fois silésienne, prussienne, allemande et européenne, résolument tournée vers la France ». Claudie Paye revient sur la diffusion des truchements français et russes en territoires allemands sous le Premier Empire. Le brassage constant des populations civiles et militaires entraîne un foisonnement de publications, notamment des manuels d’apprentissage des langues à destination des civils qui permettent à l’historien d’appréhender le rapport entre ces derniers et les militaires. Ils donnent des clés à la population pour réagir au mieux dans diverses situations liées à l’hébergement des troupes ou à l’échange avec les étrangers. Mais, ils revêtent aussi une certaine dimension politique par les mots qu’ils véhiculent et peuvent démontrer le ralliement de certaines personnes à tel ou tel camp.

  • 4  Natalie Petiteau, Écrire la mémoire. Les mémorialistes de la Révolution et de l'Empire, Paris, Les (...)

6Dans un dernier temps, l’intérêt est porté sur les symboles, les mythes et la question, très en vogue dans l’historiographie actuelle, de la mémoire. Au moyen d’une micro-histoire, Marie-Pierre Rey livre une analyse de la campagne de Russie, vue à travers le quotidien éprouvant des combattants d’une Grande Armée mal préparée aux rigueurs de l’hiver. Pour elle, cette expérience humaine hors-norme constitue un moment paroxystique et une expérience de guerre inédite conduisant vers une « animalisation de la Grande Armée » qui aboutit rapidement « à une dissolution totale de tout esprit de corps et de toute discipline ». Leighton S. James, avec « L’héroïsation des guerriers allemands ? », a pour but d’examiner comment l’image du soldat allemand engagé dans les guerres de libération se modèle durant et surtout après le conflit. Il démontre que deux mémoires distinctes et concurrentes se mettent en place. La première, officielle, et qu’il qualifie de « mémoire dynastique », s’exprime à travers les monuments et plaques commémoratives. Elle magnifie le rôle du roi de Prusse, pour le placer à la tête du mouvement de libération et ainsi asseoir sa légitimité sur les autres états allemands. La seconde met en avant le rôle du peuple et des « volontaires », fêtés chaque année lors des rassemblements de Wartburg ou lors d’expositions diverses. Enfin, Natalie Petiteau revient sur « la mémoire des combats ». Elle note l’abondance d’une littérature mémorielle, car les acteurs ont eu « le sentiment de vivre des événements d’exception dignes du commémorable » et s'interroge sur le processus de mise en mémoire des guerres de l’Empire, d’ailleurs objet de son ouvrage paru en 20124. Pour elle, il est nécessaire d’effectuer une relecture des traces laissées par les mémorialistes afin d’en comprendre les divers mécanismes et de cerner les structures mentales et affectives des individus. Les documents laissés « invitent à démêler l’écheveau des représentations, à saisir l’impact de la recomposition de la mémoire, à comprendre les filtres de l’écriture ».

7L’objectif de départ semble atteint et ouvre des champs de recherche neufs pour bon nombre de travaux futurs. La diversité des sources mobilisées, notamment croates, russes ou suédoises, la prise en compte des « deux camps » pour aboutir à une histoire que l’on pourrait qualifier de totale, sont autant d’aspects novateurs de cette rencontre. Il faut prendre exemple sur ce travail collectif pour systématiser les recherches à l’échelle européenne. Une question se pose toutefois : le moment choisi pour la parution de ces actes de colloque. En effet, même s’ils représentent un bilan de recherches en cours, il aurait été plus judicieux de les faire paraître à un autre moment, afin qu’ils aient plus de retentissement et qu’ainsi cette approche soit mieux mise en valeur. De plus, on pourra regretter, comme le note Natalie Petiteau dans la conclusion, l’absence de certaines thématiques, par exemple une histoire de la guerre maritime, une histoire technique des armements et des équipements ou encore de la médecine militaire. Mais il n’était pas possible d’embrasser la totalité des thématiques dans un colloque de deux jours. Enfin, donner une définition des termes d’ « Europe » et d’ « Européen » à l’époque aurait été d’un grand intérêt, notamment pour comprendre si le contemporain se pensait comme tel ou non. Mais il semble que ce soit chose faite depuis, puisqu’un autre colloque intitulé « Napoléon et l’Europe » a été organisé du 20 au 22 octobre 2011 avec, entre autres, la participation de Natalie Petiteau, Jacques Hantraye ou encore Marie-Pierre Rey.

8Quoi qu’il en soit, ce travail marque une étape importante dans la compréhension du xixe siècle, notamment pour les questions politiques, sociales et culturelles. Je laisserai le mot de la fin à Natalie Petiteau, qui s’affirme comme l’une des grandes spécialistes française et internationale de la nouvelle approche de l’histoire napoléonienne et qui résume très bien cette idée : « la vie politique et sociale, en Europe comme en France, est portée par des hommes qui ont fait et connu ces guerres : tout le xixe siècle est marqué par leur histoire alors qu’on le lit trop souvent en oubliant cette donnée fondamentale ».

Haut de page

Notes

1  On citera parmi eux : Jacques-Olivier Boudon, Napoléon et la campagne de Russie (1812), Paris, Armand Colin, 2012, 299 p. ; Thierry Choffat, La Bérézina : Suisses et Français dans la tourmente de 1812, Bière, Cabédita, 2012, 200 p. ; Dominic Lieven, La Russie contre Napoléon : la bataille pour l’Europe (1807-1814), Éd. Les Syrtes, Documents histoire, 2012, 390 p. ; Marie-Pierre Rey, L’effroyable tragédie : une nouvelle histoire de la campagne de Russie, Paris, Flammarion, Au fil de l’histoire, 2012, 390 p.

2  Actes du neuvième colloque international organisé les 4 et 5 juin à Carcassonne par l’association Les Audois, les Archives départementales de l’Aude et l’UMR FRAMESPA et intitulé « Les Européens dans les guerres napoléoniennes ».

3  George L. Mosse, Fallen soldiers: Reshaping the Memory of the World Wars, Oxford, Oxford University Press, 1990 ; trad. en français : George L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette-Pluriel, 2009, 291 p.

4  Natalie Petiteau, Écrire la mémoire. Les mémorialistes de la Révolution et de l'Empire, Paris, Les Indes Savantes, 2012, 312 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clair Juilliet, « Natalie Petiteau, Jean-Marc Olivier, Sylvie Caucanas (dirs.), Les Européens dans les guerres napoléoniennes », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 01 octobre 2014. URL : http://framespa.revues.org/1524

Haut de page

Auteur

Clair Juilliet

Doctorant en histoire contemporaine
Université Toulouse II-Le Mirail ; FRAMESPA UMR 5136.
clairjuilliet@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page