Navigation – Plan du site
Recension d'ouvrages

Jules Guyot, Bréviaire de l’amour expérimental

Préface de Sylvie Chaperon, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 2012
Francis Ronsin
Référence(s) :

Jules Guyot, Bréviaire de l’amour expérimental, préface de Sylvie Chaperon, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 2012

Texte intégral

Bréviaire de l’amour expérimentalAfficher l'image
Crédits : © Éditions Payot & Rivages
  • 1  Sylvie Chaperon, Les origines de la sexologie, 1850-1900, Paris, Éditions Louis Audibert, 2007.
  • 2  « Bréviaire » serait ici compris dans le sens 2 du dictionnaire Robert : « Livre servant de modèle (...)

1Il y a quelques années, Sylvie Chaperon s’était livrée à un travail considérable de collection et d’exploitation de sources essentiellement médicales pour nous révéler Les Origines de la sexologie1. Poursuivant ses travaux dans ce domaine, elle a tout récemment enrichi la Petite Bibliothèque Payot du très curieux « Bréviaire » du docteur Jules Guyot2.

  • 3  Clitoris dont les « dimensions sont si petites, surtout lorsqu’il n’est pas excité, qu’il échappe (...)

2Cet opuscule n’est modeste que par sa taille (63 petites pages dont seulement une cinquantaine imprimées) puisqu’il ne prétend rien de moins que d’être indispensable à « l’intérêt des ménages, des familles et de la société tout entière ». Et cela, grâce à l’attention accordée à une partie du sexe féminin : le clitoris, « seul siège du sens et du spasme génétique chez la femme », et aux soins apportés à l’heureux accomplissement de sa fonction3. Ainsi, bien servie par son mari – car les conseils de Guyot ne s’adressent qu’aux couples mariés - une épouse sera féconde, fidèle, et ne risquera pas de sombrer dans les écarts de conduite de ces femmes trop nombreuses à tromper leur conjoint ou même à le battre.

  • 4  Qualifier « d’études médicales » de tels écrits pouvait accessoirement leur permettre d’échapper à (...)

3On aurait toutefois tort de croire que je parle ici d’un recueil de recettes érotiques, Guyot se garde de s’égarer vers des détails qui n’ont pas leur place dans l’exposé de ce qu’il considère comme une découverte fondamentale de la science et de la philosophie des sciences de son époque. Depuis 1847, Claude Bernard enseigne la médecine expérimentale au Collège de France. En 1855, il a débuté la publication de ses leçons sous le titre : Leçons de physiologie expérimentale appliquée à la médecine. Or, dit le docteur Guyot, « La science et l’art de la génération sont, par l’anatomie, la physiologie et l’hygiène, dans le ressort exclusif de la médecine ». « L’amour expérimental » appartient donc à la médecine expérimentale. Il aurait d’ailleurs, nous apprend Sylvie Chaperon, été rédigé en 18594.

4Le résumé de cette thèse est on ne peut plus déconcertant, ses développements ne le sont pas moins. Une bonne raison pour revenir, comme souvent, à la lecture d’une préface qui, manifestement, avait été trop rapide.

5Avec raison, Sylvie Chaperon s’est particulièrement attachée à tous les éléments de biographie susceptibles d’éclairer ce personnage et ses idées. Ce médecin devint inventeur de nombreux mécanismes qui ne furent jamais expérimentés, objet de sollicitations répétées, mais toujours repoussées, pour qu’il prenne des responsabilités politiques, avant d’acquérir une réelle et durable notoriété dans les domaines de l’agriculture et particulièrement de la viticulture.

6Cette découverte des vertus du clitoris n’a, par conséquent, constitué qu’une part infime de ses multiples activités. De son vivant, ses réflexions sur ce sujet n’ont, du reste, été imprimées qu’en quelques exemplaires destinés à des proches. L’édition qui nous est ici proposée est posthume. Elle fut réalisée en 1882, soit cinq ans après la mort de Guyot, par Georges Barral, fils de son ami Jean-Augustin Barral.

  • 5  Il est à noter qu’en dépit de l’infaillibilité de sa méthode pour éveiller la fertilité féminine e (...)
  • 6  Le saint-simonisme originel, féministe, sacralisant le couple, avant qu’Enfantin ne prône la liber (...)
  • 7  Jean-Augustin Barral (1819-1884), polytechnicien et agronome, était alors proche de Victor Conside (...)

7Ceci a justement conduit Sylvie Chaperon à émettre de sérieux doutes quant à de possibles altérations de la pensée de Guyot. Première soupçonnée, son épouse, née Louise-Élisabeth Baudrand, dont on ne sait pas grand-chose, mais qui aurait pu accentuer fortement son engagement en faveur de la cause des femmes5. Sylvie Chaperon suspecte également Georges Barral d’avoir laissé « peut-être son empreinte sur ce livre », en particulier sur « le titre global de Bréviaire et les titres des chapitres ». Bien que - comme l’a relevé Sylvie Chaperon - Guyot ait écrit, en 1848 : « En 1832, on m’accusait d’être saint-simonien, plus tard je passais pour phalanstérien, depuis un mois, on m’a vingt fois accusé d’être communiste », ce que j’ai lu m’a paru beaucoup plus marqué par le saint-simonisme6 que par les idées de Fourier ou de Cabet. Le saint-simonisme a attiré en nombre les médecins et les agronomes autour de son noyau de polytechniciens7. Ces membres de l’élite intellectuelle, souvent liés entre eux, ont traversé le siècle en cherchant fébrilement des systèmes propres à révolutionner les sciences, les techniques et les structures politiques et sociales régnantes.

  • 8 Qui fut ainsi dénommée pour entretenir le souvenir de ce bienfaiteur de l’humanité.

8L'ouvrage que Sylvie Chaperon nous propose est, certes, une curiosité dont on peut conseiller la lecture aux hommes ignorants, particulièrement aux élèves des établissements d’enseignement baptisés en l’honneur de Guyot, et aux très nombreux amateurs de poire guyot, ou « Dr. Jules Guyot »8, mais, au deuxième degré, dès que l’on s’interroge sur sa genèse, il est clair que l’on est face à un jalon de l’histoire du socialisme romantique.

Haut de page

Notes

1  Sylvie Chaperon, Les origines de la sexologie, 1850-1900, Paris, Éditions Louis Audibert, 2007.

2  « Bréviaire » serait ici compris dans le sens 2 du dictionnaire Robert : « Livre servant de modèle et contenant un enseignement indispensable ».

3  Clitoris dont les « dimensions sont si petites, surtout lorsqu’il n’est pas excité, qu’il échappe à la connaissance de la plupart des hommes ».

4  Qualifier « d’études médicales » de tels écrits pouvait accessoirement leur permettre d’échapper à la répression frappant la pornographie.

5  Il est à noter qu’en dépit de l’infaillibilité de sa méthode pour éveiller la fertilité féminine et accélérer la croissance démographique, Jules Guyot n’a eu qu’une fille née en 1834.

6  Le saint-simonisme originel, féministe, sacralisant le couple, avant qu’Enfantin ne prône la liberté sexuelle et provoque l’explosion du mouvement.

7  Jean-Augustin Barral (1819-1884), polytechnicien et agronome, était alors proche de Victor Considerant et, donc, fouriériste. Son fils Georges (1842-1913), auteur prolixe, a été élève et biographe de Claude Bernard et auteur du Livre de l'épouse. Missel de l'amour sentimental (1884).

8 Qui fut ainsi dénommée pour entretenir le souvenir de ce bienfaiteur de l’humanité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francis Ronsin, « Jules Guyot, Bréviaire de l’amour expérimental », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 16 avril 2014. URL : http://framespa.revues.org/1523

Haut de page

Auteur

Francis Ronsin

Francis Ronsin a enseigné l’histoire contemporaine à l’université de Paris VII, puis à l’université de Bourgogne (Dijon). A publié plusieurs livres et de nombreux articles consacrés aux relations entre les affrontements politiques et la vie privée. A créé et animé le séminaire international de recherche Socialisme et Sexualité (http://www.iisg.nl/womhist/socandsex.html#about)
ronsin.francis@9online.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page