Navigation – Plan du site
Recension d'ouvrages

Mathieu Guidère, Atlas des pays arabes : des révolutions à la démocratie ?

Paris, Éditions Autrement, collection Atlas/Monde, 2012
Rima Labban
Référence(s) :

Mathieu Guidère, Atlas des pays arabes : des révolutions à la démocratie ? Paris, Éditions Autrement, collection Atlas/Monde, 2012, 96 p., ISBN 978-2-7467-3206-3

Texte intégral

Atlas des pays arabesAfficher l'image
Crédits : © Éditions Autrement
  • 1  Voir la pleine page consacrée à cet Atlas dans le supplément culturel du journal Libération en dat (...)

1Au fil des années, la collection Atlas/Monde des Éditions Autrement est devenue une référence grâce à la qualité de ses auteurs et de ses synthèses. Elle vient de publier (mars 2012) un ouvrage signé par Mathieu Guidère, professeur à l’Université de Toulouse II-Le Mirail, avec la collaboration de Lynne Franjié, maître de conférences à l’Université de Grenoble III, et comportant des cartes de Claire Levasseur, cartographe indépendante ayant collaboré à plusieurs autres atlas de la même collection. Le résultat, qui a déjà attiré l’attention du grand public1, mérite qu’on s’y arrête pour plusieurs raisons.

2Tout d’abord pour le titre, Atlas des pays arabes : des révolutions à la démocratie ?, dans lequel le point d’interrogation reflète le questionnement fondamental qui parcourt l’ensemble de l’ouvrage. En effet, l’auteur donne à lire et à voir dans cet atlas les éléments qui permettent de comprendre les racines du « printemps arabe » de 2011 et ses prolongements politiques, économiques et culturels. En six chapitres abondamment illustrés, il propose un panorama du monde arabe tel qu’il est perçu et vécu par les peuples eux-mêmes. De l’histoire ancienne à la situation actuelle, en passant par les péripéties politiques et par les paramètres économiques, Mathieu Guidère nous donne à voir un monde complexe et mouvant qui a entrepris, depuis la « Renaissance arabe » (Nahda), une « longue marche vers la démocratie », selon l’expression de l’auteur (p. 87).

  • 2  Cet ouvrage a connu un vif succès à sa publication (épuisé), et une deuxième édition mise à jour e (...)
  • 3  Voir la conférence donnée par Mathieu Guidère à l’Université de Toulouse-Le Mirail, le 8 avril 201 (...)

3Cet atlas est, ensuite, intéressant par la perspective novatrice adoptée par Mathieu Guidère, expliquée dès l’introduction de l’ouvrage : « C’est pour pallier ce choc des perceptions que l’idée de cet atlas s’est imposée au fil des événements intervenus au sud de la Méditerranée, au cours du Printemps arabe » (p. 6). On découvre ainsi que cet atlas est, en réalité, la version « illustrée » d’un autre ouvrage publié par l’auteur quelques mois plus tôt, chez le même éditeur : Le choc des révolutions arabes (Éditions Autrement, 20112). Dans les deux cas, Mathieu Guidère met en œuvre une approche fondée sur la prise en compte des perceptions, conduisant à développer, selon ses propres termes, une « histoire perceptive » et une « nouvelle géographie perceptive »3. L’histoire perceptive est différente de celle qu’écrivent les historiens à partir d’un point de vue externe et objectivant ; c’est l’histoire telle qu’elle est perçue et subjectivée, à un moment donné, par ceux qui la vivent et la font. Quant à la géographie perceptive, elle intègre l’imaginaire collectif des peuples concernant la représentation du monde, des territoires et des espaces.

4Partant de cette perspective inédite et originale sur le monde arabe, l’auteur expose tour à tour : l’histoire ancienne, moderne et contemporaine, telle qu’elle est perçue et apprise par les peuples arabes (p. 10-28), les formes du pouvoir et les partis politiques tels qu’ils se désignent eux-mêmes dans le monde arabe (p. 29-43), les guerres et les conflits contemporains tels qu’ils sont présentés par les historiens arabes (p. 43-56), les peuples et les sociétés à partir de leurs interactions au cours du « printemps arabe » (p. 57-68), l’économie et la finance telles qu’elles sont conçues et pratiquées par les gouvernements actuels (p. 69-78), les modèles de développement présents dans les esprits et proposés dans les discours des dirigeants arabes post-révolution (p. 79-85). Tout cela est appuyé par des cartes et des infographies très claires, qui illustrent les principaux traits de chaque élément perceptif. Ainsi, le texte et l’image se complètent pour offrir au lecteur une vue d’ensemble, où la qualité de la synthèse se nourrit de la précision des données.

5Cet atlas se distingue par la clarté de ses exposés et de ses explications. Le lecteur novice s’y retrouve aisément grâce aux entrées de l’index, aux cartes et aux infographies ; le spécialiste appréciera, de son côté, la précision du propos et la subtilité de certains développements. On pense notamment aux analyses et aux schémas de la section sur « la tribu, le clan et la famille » (p. 58-59), dont les illustrations sont inédites et étonnantes. On peut également citer les développements sur « les frères musulmans, les salafistes et les jihadistes » (p. 38-39) où s’expriment pleinement les qualités pédagogiques et didactiques de l’islamologue.

6C’est en comparant le contenu de cet atlas aux ouvrages existants – qui sont d’ailleurs désormais en partie dépassés depuis le « printemps arabe » – qu’il est possible d’apprécier les qualités intrinsèques de celui-ci. Au lieu des habituels développements sur les données chiffrées, et évitant de tomber dans un style trop jargonneux, l’auteur a choisi de faire porter la technicité sur les infographies et sur les schémas, consacrant ainsi l’essentiel de son propos à l’éclairement de ce qui fait sens pour les peuples concernés dans la question traitée. C’est dans cette optique qu’il faut lire certains titres décapants de cet atlas : « Des présidents et des républiques formelles » (p. 32-33), « La lutte contre le terrorisme et les droits de l’homme » (p. 83), ou encore « Les trafics et la corruption » (p. 84)...

7Le lecteur trouvera ainsi dans cet ouvrage des développements factuels, judicieusement illustrés par des chronologies qui constituent la marque de fabrique de l’auteur, si l’on compare cet atlas aux autres ouvrages de la collection. Certes, le choix des dates et des repères n’est jamais simple, mais quelle que soit la période historique considérée, Mathieu Guidère cite les événements qui ont marqué la mémoire collective des peuples arabes et qui sont remontés à la surface à la faveur de la vague révolutionnaire de 2011, investissant l’imaginaire et les discours populaires et médiatiques.

8L’auteur s’attache ainsi à mettre en évidence la communauté culturelle et le désir d’unité qui animent les peuples arabes et qui se reflètent à travers les multiples tentatives avortées d’unification au cours du xxe siècle. Il démontre que ces aspirations politiques, renouvelées à la faveur du « printemps arabe », se trouvent confrontées à la complexité des sociétés arabes et des rapports de forces ethniques et confessionnels. À cet égard, les chapitres intitulés « Guerre et paix » (p. 43-56) et « Peuples et sociétés » (p. 57-68) soulignent de façon édifiante cette complexité et sont particulièrement éclairants sur la diversité des situations.

9Conscient de cette diversité, l’auteur a consacré en annexe à chacun des 22 pays arabes une carte et un encadré contenant l’essentiel des informations qui permettent de saisir les différences et les points communs factuels. Ces annexes sont également un guide précieux pour quiconque voudra embrasser d’un seul mouvement l’ensemble des données disponibles sur le monde arabe aujourd’hui.

10Enfin, l’atlas contient des « Verbatim » très instructifs, qui proposent dans chaque double page un terme arabe et une définition mise en perspective en fonction de la thématique traitée dans la section concernée. On apprend ainsi beaucoup de mots en contexte qui renvoient à autant de notions et de concepts essentiels pour les locuteurs arabophones. Au-delà du plaisir de la découverte langagière, ces « bulles » de mots-clés insérées au cœur des sections éclairent le lecteur sur l’imaginaire collectif et sur la vision du monde en œuvre dans les pays arabes. Elles complètent admirablement les développements savants de l’auteur.

11Il convient enfin de signaler que Mathieu Guidère propose à la fin de l’atlas (p. 94) une bibliographie et une sitographie ciblées, permettant de retrouver ou d’approfondir certaines données inscrites dans l’ouvrage. Il propose également un index thématique et un index géographique (p. 95), qui constituent un outil inédit et précieux aussi bien pour les chercheurs que pour le commun des lecteurs.

12Au-delà du plaisir de sa consultation, on regrettera seulement que cet atlas soit trop bref sur certaines thématiques qui auraient mérité un développement plus important, telles que les questions démographiques dans les pays arabes, les questions féminines ou encore les politiques culturelles. On comprend, cependant, que le format de l’ouvrage n’ait pas permis d’approfondir ces questions. D’ores et déjà, cet atlas est le plus volumineux de la collection par sa taille. Espérons néanmoins que les prochaines éditions feront une plus grande place à ces thématiques car, étant unique en son genre, il ne fait aucun doute que cet atlas connaîtra un succès mérité et de nombreuses rééditions.

Haut de page

Notes

1  Voir la pleine page consacrée à cet Atlas dans le supplément culturel du journal Libération en date du 24-25 mars 2012, p. XV, sous le titre : « Dessine-moi un Moyen-Orient », sous la plume de Catherine Calvet.

2  Cet ouvrage a connu un vif succès à sa publication (épuisé), et une deuxième édition mise à jour est parue en avril 2012.

3  Voir la conférence donnée par Mathieu Guidère à l’Université de Toulouse-Le Mirail, le 8 avril 2011 : http://www.univ-tlse2.fr/accueil-utm/infos/pratique/agenda/decryptage-des-revolutions-rabes-86525.kjsp

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rima Labban, « Mathieu Guidère, Atlas des pays arabes : des révolutions à la démocratie ? », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 24 novembre 2014. URL : http://framespa.revues.org/1522

Haut de page

Auteur

Rima Labban

Docteur de l’Université Paris IV-Sorbonne, titulaire d’un Doctorat en Études arabes, islamiques et orientales, sur le sujet suivant : « Les figures mythiques dans les Mille et Une Nuits ». Elle est chercheuse associée au Centre de Recherche des Écoles de Coëtquidan (CREC, 2004-2006). Son champ d’études et de recherches porte sur les représentations symboliques et sur les processus de mythification dans la culture arabo-musulmane.
rima.labban@gmail.com

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page