Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Journée d’étude « Lire un athéiste du xviie siècle : Giulio Cesare Vanini (Taurisano 1585 - Toulouse 1619) »

Didier Foucault (coord.), Laboratoire Framespa, 30 mars 2012, Université du Temps libre, Université de Toulouse-Le Mirail
Azzurra Mauro

Texte intégral

1Le 30 mars 2012, l’Université du Temps Libre de Toulouse a accueilli la journée d’étude intitulée « Lire un athéiste du xviie siècle : Giulio Cesare Vanini (Taurisano 1585 - Toulouse 1619) », organisée par le laboratoire Framespa et par Didier Foucault (Professeur d’Histoire moderne à l’Université de Toulouse-Le Mirail). Cette table ronde s’est déroulée dans le cadre de manifestations à la mémoire de ce philosophe italien, mort sur le bûcher à Toulouse le 9 février 1619. Sous l’égide de l’Université de Toulouse-Le Mirail, de la Libre Pensée et de la municipalité de Toulouse, le 30 et le 31 mars 2012 ont été des journées d’hommage au triste destin du philosophe, clôturées par l’inauguration de l’espace Giulio Cesare Vanini, place du Salin (à l’endroit même où le philosophe a été brûlé, il y a quatre siècles) en la présence de Monsieur Pierre Cohen, maire de Toulouse.

2La journée d’étude a réuni trois éminents spécialistes vaniniens, français et italiens, dans le but d’analyser la complexité de la pensée philosophique de Vanini.

3Après un préambule de Didier Foucault, la table ronde s’est ouverte sur l’intervention de Francesco Paolo Raimondi, venu de Taurisano (le village natal de Vanini), traducteur des œuvres vaniniennes et également auteur de nombreuses études consacrées au philosophe. Francesco Paolo Raimondi a abordé le rationalisme radical et l’athéisme de Vanini, aspects majeurs de sa pensée. Il s’est penché tout particulièrement sur la démolition de la théologie chez Vanini, indispensable à la construction d’un savoir rationaliste. À l’aube de l’époque moderne, le philosophe fait une distinction claire entre la théologie d’un côté, la science et la philosophie de l’autre. Il s’agit d’une fracture drastique entre les deux champs : pour Vanini la théologie est un faux savoir, un domaine de fables et de mensonges. Elle ne peut avoir ni le statut, ni la dignité du savoir scientifique.

4Une des principales cibles de la critique vaninienne est le concept de Dieu. Ce dernier est en fait impénétrable pour l’esprit humain : l’homme ne peut pas accéder à la réalité divine et aucun rapport ne peut être précisé entre le fini et le non-fini. Comme l’a bien montré Raimondi, cette critique ne s’adresse pas seulement à Dieu mais aussi au principe du créationnisme, tenu par le philosophe pour une pure invention de la théologie chrétienne : le mouvement et la matière sont, chez Vanini, des prérogatives qui appartiennent à la nature et non au divin.

5Enfin, la critique de l’idée de la Providence et la question de la théodicée démontrent, chez le philosophe, comment les réponses de la théologie sont toutes inadéquates et insuffisantes. La distance entre le divin et l’humain se confirme infranchissable.

6Si Raimondi a bien présenté la critique que Vanini adresse à l’égard de tous les théologiens et philosophes chrétiens, Didier Foucault se penche sur le matérialisme biologique vaninien, un versant méconnu de sa pensée. À partir d’une série de citations tirées du De admirandis naturae arcanis, Didier Foucault examine premièrement la notion de vie chez le philosophe et, dans un deuxième moment, la question de la génération, afin de mesurer la portée moderne de cette pensée matérialiste.

7Vanini approche le concept de vie à partir d’une distinction fondamentale entre le vivant et le non vivant : la possession d’une âme. En admettant que l’âme est formée d’esprit, le philosophe analyse cette dernière notion en affirmant que le spirituel ne s’oppose pas au matériel (car « spirituel » vient d’ « aspirer » et la respiration n’exclut pas la matière). Une autre donnée importante de sa pensée biologique est la notion de génération : étant donné que Vanini en admet plusieurs modes, celle-ci n’est pas simplement la transmission de la vie, mais aussi la constitution d’un organisme complet. Étudiant le développement de la vie, il considère que la chaleur solaire peu fonctionner comme une source de vie généralisée, qui permet aux corps de se maintenir vivant. Un dernier point important dans l’analyse de son matérialisme biologique est l’hypothèse de l’ascendance simiesque de l’homme. Le philosophe repense ainsi, hors du schéma créationniste, l’histoire naturelle, la dynamique du monde physique et celle du vivant.

8Même si Vanini ne peut pas être considéré comme un précurseur de Darwin (car le naturaliste est arrivé à des conclusions par une méthode scientifique éloignée des hypothèses de l’Italien), sa démarche, parce qu’elle refuse de se plier à l’autorité de la Bible, est plus proche de Darwin que de la science des savants et des théologiens du xviie siècle.

9Un dernier volet sur la pensée de Vanini a été ouvert par Jean-Pierre Cavaillé (maître de Conférence à l’EHESS, auteur de nombreux travaux sur Vanini et sur le libertinage) qui a porté son attention sur le contexte de production et de réception de la première œuvre vaninienne, l’Amphithéâtre de l’éternelle providence. Pour Jean-Pierre Cavaillé, il s’agit de l’ouvrage le plus obscur, le plus ambigu, le plus subversif, mais aussi le plus problématique de tous les écrits vaniniens, tout en étant le plus apte à illustrer certaines apories et certains paradoxes des écritures sous contraintes. Après le supplice et la mort du philosophe, tout au long du xviiie siècle jusqu’à la critique actuelle, cette œuvre est considérée comme pernicieuse car Vanini attaque ce qu’il fait semblant de défendre. Le titre complet lui-même est susceptible de nourrir des inquiétudes quant à l’orthodoxie du projet, en associant la religion catholique à la magie et à des éléments ésotériques. Comme le souligne Jean-Pierre Cavaillé, le discours ironique de l’Amphithéâtre présente une difficulté d’interprétation : lorsqu’on connaît les ouvrages dont Vanini s’inspire, il n’est pas aisé de déterminer son degré d’indépendance ou de maîtrise de ses sources. En conclusion, lorsqu’on se livre à une lecture suspicieuse, force est de constater que les excès d’expression ironique, les réfutations et les arguments empêchent d’adhérer à la thèse d’un dessein apologétique univoque.

10Voir Affiche de la Journée d’Étude « Lire un athéiste du xviie siècle : Giulio Cesare Vanini (Taurisano 1585 - Toulouse 1619) », Magritte, « La lectrice soumise », 1928, Collection particulière, Prudence Cuming Associates Ltd./ Ivor Barka Ltd, Londres : http://framespa.univ-tlse2.fr/​medias/​photo/​aff-magritte_1331749485173.jpg

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Azzurra Mauro, « Journée d’étude « Lire un athéiste du xviie siècle : Giulio Cesare Vanini (Taurisano 1585 - Toulouse 1619) » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 22 août 2014. URL : http://framespa.revues.org/1519

Haut de page

Auteur

Azzurra Mauro

Doctorante en histoire à l’université Toulouse II-Le Mirail, FRAMESPA, thématique 5, « Santé et Espace ».
azzu.mauro@hotmail

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page