Navigation – Plan du site
Varia
Articles

La politique sanitaire des autorités héraultaises à l’égard des réfugiés espagnols de la guerre civile

The sanitary policy of the Hérault authorities towards the Spanish Civil War refugees.
La política sanitaria de las autoridades del Hérault con respecto a los refugiados españoles de la guerra civil.
Vincent Parello

Résumés

La ville de Montpellier et sa région fonctionnèrent comme un véritable « département hôpital » à l’égard des réfugiés espagnols en provenance de Perpignan et de Marseille.
En liaison étroite avec les services de santé et d’hygiène, le préfet de l’Hérault aménagea trois grands centres dans son département : le centre sanitaire A pour la région de Montpellier, le centre sanitaire B pour la région de Sète et le centre sanitaire C pour la région de Béziers. Il s’agissait de protéger les réfugiés et les populations locales de la tuberculose, des maladies infectieuses et vénériennes.

The sanitary policy of the Hérault authorities towards the Spanish Civil War refugees.

The city of Montpellier and its region acted like a real «hospital departement» towards the Spanish refugees who came from Perpignan and Marseille.
In collaboration with the health and hygiene authorities, the Prefect of Hérault set up three centers in his department: the sanitary center A for the region of Montpellier, the sanitary center B for the region of Sète and the sanitary center C for the region of Béziers. It was necessary to protect the refugees and the local populations against tuberculosis, infectious and venerian diseases.

La política sanitaria de las autoridades del Hérault con respecto a los refugiados españoles de la guerra civil.

La ciudad de Montpellier y su región funcionaron como un verdadero «departamento hospital» con respecto a los refugiados españoles que procedían de Perpiñán y de Marsella.
En relación estrecha con los servicios de sanidad y de higiene, el prefecto del Hérault creó tres grandes centros en su departamento: el centro sanitario A para la región de Montpellier, el centro sanitario B para la región de Sète y el centro sanitario C para la región de Béziers. Se trataba de proteger a los refugiados y a las poblaciones locales contra la tuberculosis, las enfermedades infecciosas y venéreas.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’historien Hugh Thomas estime le nombre des morts de la guerre civile à environ 450 000 : 40 000 (...)
  • 2  Geneviève Dreyfus-Armand et Émile Temime, Les Camps sur la plage : un exil espagnol, Paris, Autrem (...)

1Comme tous les grands conflits du xxe siècle, la guerre civile espagnole fit, hélas, de nombreux ravages parmi les populations militaires et civiles1. Sur l’ensemble des 500 000 réfugiés qui franchirent la frontière franco-espagnole entre le 28 janvier et la mi-février 1939, on estime à environ 13 000 le chiffre des malades et des blessés2.

  • 3  Serge Barba, De la frontière aux barbelés. Les chemins de la Retirada 1939, Perpignan, Trabucaire, (...)

2Sous la houlette de Raoul Didkowski, préfet du département des Pyrénées-Orientales, les autorités sanitaires civiles, militaires et maritimes mirent en place un véritable plan d’urgence pour venir en aide à tous ces infortunés. Des postes-secours furent organisés à la hâte, à Cerbère, au Perthus, au Boulou, à Prats-de-Mollo et au fort de Bellegarde. Les hôpitaux de Perpignan – Hôpital Saint-Louis, Hôpital Saint-Jean et Hôpital de la Miséricorde – ainsi que le centre hospitalier d’Arles-sur-Tech se mirent à fonctionner à plein régime. Deux paquebots de la marine marchande, l’Asni et le Maréchal-Lyautey, furent transformés en navires-hôpitaux et amarrés le long du quai de Port-Vendres à compter du 10 février 19393. Toutes ces mesures, cependant, se révélèrent très vite insuffisantes, et il fallut évacuer les malades et les blessés par trains sanitaires vers les hôpitaux des départements de l’intérieur et des régions limitrophes.

  • 4  Archives départementales de l’Hérault (ADH), 4M1799. Il s’agit d’un carton entièrement consacré à (...)

3En raison de sa bonne infrastructure hospitalière, l’Hérault accueillit des réfugiés en provenance de Perpignan et, accessoirement, des Bouches-du-Rhône. Cela permit ainsi de « décongestionner » le département des Pyrénées-Orientales, l’un des plus touchés par l’exode, aux dires du général Ménard. Grâce aux sources administratives conservées aux Archives départementales de l’Hérault, dans le fonds Police des étrangers, il est possible de connaître le nombre et l’implantation de cette catégorie d’exilés et d’examiner la politique sanitaire mise en place à leur égard par les autorités préfectorales4.

1. La santé publique dans l’Hérault à la fin de la Troisième République

  • 5  ADH, 5M567. Armement sanitaire du département de l’Hérault. Enquête du docteur Raymond Scherb, che (...)

4Avant d’entrer dans le vif du sujet, il convient de dire quelques mots de la santé publique dans l’Hérault à la fin de la Troisième République. Une enquête menée juste avant l’arrivée des réfugiés espagnols, permet de prendre la mesure de « l’armement sanitaire du département » au cours de l’année 19385. L’emploi du terme  « armement » appliqué au domaine de la santé peut surprendre à première vue, mais il est en fait hautement significatif et révélateur d’une psychose sociale du temps. En effet, la maladie, sous toutes ses formes, apparaît comme une véritable force armée, un ennemi redoutable, un fléau mortel contre lequel il convient de se protéger et de lutter efficacement avec des armes adéquates, à savoir les structures sanitaires et les personnes en charge de les faire fonctionner : médecins, pharmaciens, dentistes, sages-femmes, herboristes, infirmières, etc.

  • 6  Marcel Sendrail, Le Serpent et le miroir, Paris, Plon, 1954, p. 212.

5Comme l’a souligné le professeur Marcel Sendrail, « les maladies concourent à la définition d’une culture » et  « chaque siècle se réclame d’un style pathologique, comme il se réclame d’un style littéraire ou décoratif ou monumental »6. Le style pathologique de l’entre-deux-guerres, avec tout le système de valeurs et de représentations qu’il véhicule, pourrait se résumer à la tuberculose, aux maladies épidémiques et vénériennes. Véritable hantise des pouvoirs publics, ces trois grands fléaux alimentaient les peurs sociales et hantaient l’imaginaire collectif des populations.

6En 1921, le Comité de patronage du département de l’Hérault rappelait très clairement que la tuberculose représentait le deuxième facteur de mortalité en France après les désastres de la Première Guerre mondiale qui fit près de deux millions de morts et un nombre sensiblement égal de mutilés. À ce titre, elle avait atteint les forces vives de la nation et contribué à « affaiblir la Race française » :

  • 7  ADH, 5M157. Contre la Tuberculose. Montpellier 15/05/1921.

Après les désastres causés par la Guerre, tous les Français ont compris qu’il était de leur devoir de contribuer, par tous les moyens, au relèvement économique et moral de la Nation. La Race a été atteinte dans ses forces vives : près de 2 millions de français sont morts ; 1 800 000 sont mutilés. Si nous voulons que la France vive et garde sa force, il est indispensable que la natalité augmente et que la mortalité, causée d’une façon effrayante par de graves maladies sociales, soit enrayée [...]. Le mal est grand ; le remède doit être énergique et complet [...]. Il y a là un grand Devoir social. Il faut sauver la Race ; il faut sauver la France7.

  • 8  Dispensaires de Montpellier (Cours Gambetta et Boulevard de Strasbourg), de Béziers, de Sète, de C (...)
  • 9  ADH, 5M567. Geniès-Marès à Palavas, Bayssières à Saint-Pons, Grammont à Montpellier, Campestre à L (...)

7Afin d’enrayer cette terrible  « maladie sociale », les autorités sanitaires organisèrent des campagnes de vaccination antituberculeuse, créèrent 14 dispensaires8, 5 préventoriums9, 2 sanatoriums à Montpellier (Bon Accueil et Bellevue) et 1 à Lodève (Saint-Martin). Par ailleurs, elles isolèrent les cas les plus contagieux à la clinique Laennec de Montpellier et dans les hôpitaux de Béziers et de Clermont-l’Hérault. Enfin, grâce à l’Œuvre Grancher, elles purent placer à la campagne des enfants en bonne santé vivant auprès de tuberculeux. Les maladies infectieuses faisaient également planer une lourde menace sur la santé de la population héraultaise. En 1937, 540 cas contagieux furent enregistrés dans les hôpitaux du département. Au rang de ces malades, signalons 41 cas de scarlatine, 99 cas de rougeole, 85 cas de diphtérie, 83 cas de fièvre typhoïde, 4 cas de poliomyélite, 2 cas de méningite et 226 cas d’affections diverses. En 1938, la proportion des maladies à déclaration obligatoire qui parvinrent au Service d’hygiène départemental était de 100 % pour la variole, de 50 % pour la fièvre typhoïde et la diphtérie, de 20 % pour la scarlatine et de 10 % pour la rougeole, preuve que les campagnes préventives n’avaient pas encore porté tous leurs fruits. Afin de juguler le risque d’infection, les médecins inspecteurs d’hygiène menèrent une propagande active en faveur de la vaccination auprès des maires et des familles des malades. L’Institut Bouisson Bertrand, laboratoire de sérologie, de bactériologie et de chimie, tout comme l’Institut vaccinal du docteur Pourquier, étaient les deux gros fournisseurs de vaccins de la région. Au cours de l’année 1936, il y eut 5 435 vaccinations et 7 790 revaccinations contre la variole, 2 636 contre la diphtérie et 2 809 contre la tuberculose. Si le public acceptait sans rechigner le vaccin antivariolique, il éprouvait en revanche une vive appréhension à l’égard de la vaccination antityphoïdique qui pouvait entraîner de multiples effets secondaires.

  • 10  ADH, 4M206. Rapports hebdomadaires et de quinzaine des commissaires de police de Montpellier (1939 (...)

8En dehors de la tuberculose et des maladies infectieuses, les maladies vénériennes faisaient l’objet d’une surveillance étroite de la part des services de santé publique. Elles étaient fortement stigmatisées moralement, dans la mesure où il s’agissait de pathologies sexuellement transmissibles. Au rang des « vénériens », c’est-à-dire des personnes atteintes de syphilis, de blennoragie ou de chancre mou, figuraient les prostituées, les soldats, les repris de justice, les gens de la nuit. Pour combattre ces « maladies honteuses », les pouvoirs publics menèrent des campagnes d’information à la radio et dans la presse, et prirent des mesures prophylactiques dans les milieux à risque : prisons, bordels, casernes, etc. Dans le même temps, les brigades de police et de gendarmerie luttèrent avec acharnement contre la prostitution clandestine en arrêtant les « filles soumises » sur la voie publique qu’ils obligeaient à subir une visite médicale, et en effectuant « des rafles dans les maisons, hôtels meublés et cafés de débauche »10. Des dispensaires antisyphilitiques et antiblennoragiques fonctionnaient à Montpellier et à Béziers, mais en raison de l’exiguïté des locaux biterrois, le docteur Scherb estimait qu’il y avait lieu de créer de toute urgence un nouveau dispensaire dans la ville de Sète.

2. Malades et blessés de la guerre civile espagnole dans l’Hérault

  • 11  ADH, 4M1796 : Minute du 10/02/39. Préfecture de l’Hérault : statistique des réfugiés espagnols. Co (...)

9À la demande du préfet Antoine Monis, le chef d’escadron Pignet, commandant la 16e Légion de gendarmerie de l’Hérault, fut chargé, en étroite collaboration avec les commissaires centraux, divisionnaires, spéciaux et les maires du département, de collecter des données démographiques et de dresser des états statistiques qui étaient transmis ensuite au ministère de l'Intérieur. Cette documentation administrative constitue une source précieuse pour l’historien dans la mesure où elle permet de reconstituer, par le menu, le nombre, l’implantation géographique et la répartition humaine de cette population réfugiée espagnole11.

  • 12  La section de Montpellier englobait les trois cantons de Montpellier, ceux de Lunel, Ganges, Saint (...)
  • 13  La section de Sète englobait les cantons de Sète, Mèze et Frontignan.
  • 14  La section de Lodève englobait les cantons de Lodève, Clermont-l’Hérault, Le Caylar, Gignac et Lun (...)
  • 15  La section de Béziers englobait les cantons de Béziers, Pézenas, Agde, Capestang, Florensac, Monta (...)
  • 16  La section de Saint-Pons englobait les cantons de Saint-Pons, Olonzac, Saint-Chinian, La Salvetat (...)

10En tant que commandant de gendarmerie, le chef d’escadron Pignet reprend à son compte le découpage en sections en vigueur dans son corps d’armée, la 16e Légion, qui comprenait l’Hérault, l’Aveyron, la Lozère, les Pyrénées-Orientales, l’Aude et le Tarn. En 1939, le département de l’Hérault était subdivisé en deux arrondissements et cinq sections. L’arrondissement de Montpellier comprenait trois sections : celle de Montpellier12 dirigée par le capitaine Jouannet, celle de Sète13 dirigée par le lieutenant Levêque et celle de Lodève14 dirigée par le lieutenant Subil. L’arrondissement de Béziers comprenait, quant à lui, deux sections : celle de Béziers15 et celle de Saint-Pons16 dirigées par le capitaine Barriot.

11Par souci sans doute de visibilité, le chef d’escadron Pignet réalise un découpage ad hoc qui s’éloigne un tant soit peu des sections militaires et des circonscriptions administratives. D’une part, il rattache la ville d’Agde, qui fait traditionnellement partie de l’arrondissement de Béziers, à la section de Sète ; d’autre part, il fait entrer la station thermale de Lamalou-les-Bains dans la section de Lodève, alors que la ville dépend du canton de Saint-Gervais dans l’arrondissement de Béziers. Pour ce qui est des catégories humaines, le chef d’escadron opère une distinction  entre les hommes et les femmes, les jeunes et les vieux, les civils et les militaires, les valides et les malades, retenant au final quatre classes de réfugiés : les miliciens, les hommes non-combattants, les femmes et les enfants, les blessés et les malades. Comme le faisait remarquer le ministre de l’Intérieur Albert Sarraut à la Chambre des députés en mars 1939, au sein de ce « mascaret humain » :

  • 17  ADH, Journal officiel. Débats parlementaires, Chambre des députés. Séance du 14 mars 1939, p. 956.

Il y a des mères et des enfants, il y a des vieillards et des infirmes, il y a des civils et des militaires. Il y a de tout. Il y a des héros et des fuyards, de braves gens et de la canaille, d’honnêtes gens et des viragos, des innocents et des bandits ; il y a des « madres » qui agonisent ; il y a des blessés dont les moignons laissent suinter le sang et les sanies des gangrènes à travers les plâtres des pansements hâtifs. Tout cela confondu, mêlé, pressé dans un amalgame inextricable. Mais toute cette multitude hétéroclite et disparate, en dépit des différences de l’âge et de la condition sociale, a pourtant un seul et même visage exprimé par l’identité de l’accablement physique et moral. Des yeux hagards, des traits livides, le masque uniforme des faces creusées par la famine, la fièvre et la souffrance, le visage terrible et poignant de la grande misère des hommes17.

  • 18  ADH, 4M1799. Dépêche télégraphique du préfet de l’Hérault au ministre de la Santé publique (2/02/3 (...)
  • 19  ADH, 4M1799. Télégramme du préfet de Marseille au préfet de l’Hérault (3/02/39).
  • 20  ADH, 4M1799. Commissaire de police de Clermont-l’Hérault au préfet de l’Hérault (9/02/39).
  • 21  ADH, 4M1799. Télégramme du préfet des Pyrénées-Orientales au préfet de l’Hérault (9/02/39).
  • 22  ADH, 4M1799. Chef du secteur du Boulou au préfet de l’Hérault (11/02/39).

12Les premières victimes de la guerre civile arrivèrent dans le département au début du mois de février 1939. En date du 2 février, sur un total de 1 076 réfugiés, on comptait 25 cas de gale, 13 maladies vénériennes, 1 accouchement, 1 fatigue générale, 3 blessés et 3 maladies diverses : « État général bon, misère plutôt morale que physiologique stop 90 % des hommes sont déjà vaccinés contre variole, presque pas chez femmes et enfants. Presque tous les hommes ont subi vaccination antityphique stop quelques prostituées »18. Le 3 février, le préfet des Bouches-du-Rhône signalait au préfet de l’Hérault qu’un train sanitaire transportant 300 blessés espagnols se dirigeait sur Montpellier et Béziers : « Train sanitaire blessés espagnols part ce jour 15 heures Marseille direction Montpellier Béziers 45 blessés débarqueront Montpellier et 255 Béziers stop Veuillez assurer marche train et débarquement »19. Le 9 février, le commissaire de police de Clermont-l’Hérault publiait une liste de 13 hommes, dont 7 Basques, 4 Catalans, 1 Castillan et 1 mécanicien originaire du Maroc (Casablanca), hospitalisés à l’Hôtel-Dieu pour des problèmes de tuberculose pulmonaire20. Le même jour, le préfet des Pyrénées-Orientales informait son homologue héraultais de l’arrivée de 550 blessés dans sa région : « 150 blessés origine Le Boulou destination Sète partiront ce soir 22 h stop 400 blessés origine Cerbère destination Lamalou partiront demain 10 h stop »21. Le 11 février, le chef du secteur du Boulou annonçait l’arrivée imminente à Montpellier de 318 réfugiés, dont 22 hommes, 203 femmes et 93 enfants22. On pourrait multiplier les exemples à l’envi !

  • 23  ADH, 4M1799. Préfecture de l’Hérault. État statistique (10/02/39).

Réfugiés espagnols blessés et malades dans l’Hérault (10/02/39)23

Montpellier Saint-Éloi : 29

Lunel : 30

Clermont-l’Hérault : 43

Lodève : 25

Sète :  40

Balaruc-les-Bains : 61

Pézenas : 12

Lamalou-les-Bains : 400

Total : 640

13En mars 1939, les blessés et les malades représentaient 1 376 personnes réparties comme suit : section de Montpellier (276, 20,05 %), section de Sète (614, 44,62 %), section de Béziers (182, 13,22 %) et section de Lodève (304, 22,09 %). En mai, ils étaient 1055 : section de Montpellier (72, 6,82 %), section de Sète (541, 51,27 %) et section de Béziers (442, 41,89 %). En juillet, leur nombre tomba à 622 : section de Montpellier (24, 3,85 %), section de Sète (150, 24,11 %) et section de Béziers (448, 72,02 %). En septembre, finalement, ils n’étaient plus qu’une grosse vingtaine : section de Montpellier (20, 86,95 %) et section de Lodève (3, 13,05 %). La baisse très rapide du nombre des réfugiés, explicable en partie par les rapatriements en Espagne et les « réémigrations » vers l’Amérique Latine, apporte également la preuve que la politique sanitaire mise en place par les autorités préfectorales fut extrêmement efficace. Cela n’a pas de quoi nous surprendre outre mesure, car le département de l’Hérault disposait, en marge de sa prestigieuse université de médecine, d’un réseau hospitalier à la fois très dense et très performant.

Réfugiés espagnols blessés et malades dans l’Hérault (1939)

Blessés et malades

Mars 39

Mai 39

Juillet 39

Septembre 39

Section Montpellier

276/1040 (26,54 %)

72/796 (9,05 %)

24/733 (3,27 %)

20/924 (2,16 %)

Section Sète

614/9591 (6,40 %)

541/26711 (2,03 %)

150/17697 (0,85 %)

0/3766 (0 %)

Section Béziers

182/1575 (11,56 %)

442/1368 (32,31 %)

448/1528 (29,32 %)

0/3208 (0 %)

Section Lodève

304/1185 (25,65 %)

0/839 (0 %)

0/955 (0 %)

3/1233 (0,24 %)

Total ( %)

1376/13391 (10,27 %)

1055/29714 (3,55 %)

622/20913 (2,97 %)

23/9131 (0,25 %)

3. La politique sanitaire à l’égard des réfugiés espagnols de la guerre civile dans l’Hérault

14En tant que représentant de l’État, le préfet Antoine Monis fut chargé de mettre en œuvre dans son département les instructions élaborées au niveau national par les ministres de l’Intérieur et de la Santé publique. Pour préserver les populations locales de tout risque de contagion et de contamination, il fallait prendre des mesures prophylactiques efficaces et redoubler de vigilance à l’égard de la tuberculose, de la variole et du typhus exanthématique, maladies auxquelles étaient plus particulièrement exposées les personnes vivant en promiscuité et ayant eu à subir le froid et les privations. Ces mesures préventives pouvaient se résumer aux points suivants :

  • la vaccination antivariolique, sauf dans les cas de cicatrices récentes ;

  • la vaccination antidiphtérique ;

  • le dépistage soigneux de tous les cas de maladies contagieuses ;

  • l’épouillage des porteurs de parasites et le traitement des galeux ;

  • la désinfection des personnes et des locaux .

  • 24  ADH, 2W602. Plan de renforcement de la surveillance de la frontières des Pyrénées. Département de (...)

15Dès 1937, les autorités militaires et administratives de l’Hérault avaient prévu l’éventualité d’une arrivée massive de réfugiés espagnols dans leur département. C’est ce qu’exprimait clairement le général Goudot, commandant la 16e Région, au début du mois de juin 1937 : « Si la victoire d’un des partis en lutte en Espagne venait à s’affirmer, il pourrait en résulter à la frontière des Pyrénées ou dans les ports voisins, un afflux important de population comprenant des éléments armés et équipés »24. Dans son plan de renforcement de la surveillance de la frontière approuvé par le ministre de la Défense nationale et de la Guerre le 10 juillet 1937, le général faisait savoir que l’autorité militaire devait être prête à apporter son concours à l’autorité civile pour l’aider à maintenir l’ordre, à désarmer les troupes et à faciliter, dans la mesure de ses moyens, le recueil et l’évacuation des populations, comme le prévoyait l’instruction interministérielle du 12 octobre 1934 relative à la participation de l’armée au maintien de l’ordre public. Étant donné que les réfugiés espagnols ne pouvaient débarquer en nombre que par le port de Sète, unique véritable débouché maritime de l’Hérault, il convenait d’envisager trois mesures :

  • le renforcement des forces de police et de gendarmerie dans la ville ;

  • la prévision des moyens sanitaires nécessaires ;

  • l’organisation d’un éventuel hébergement.

16En ce qui concerne l’encadrement médical et l’accueil, la 16e Région mettrait un médecin auxiliaire à la disposition du préfet, en plus des médecins sétois qui apporteraient leur soutien aux réfugiés en dehors de leur service normal, des brancards disponibles au dispensaire militaire de Lunel, un appareil à désinfection et à désinsectisation, des douches ainsi qu’une automobile sanitaire. En cas d’hébergement provisoire, les réfugiés pourraient être installés temporairement à Béziers, dans la caserne Maraussan, en attendant leur transfert vers les départements de l’intérieur. Des fournitures de couchage auxiliaire pourraient être distribuées, mais en quantités fort restreintes en raison des disponibilités très faibles de la Région.

  • 25  Se reporter à la note 23.

17Deux ans plus tard, lors de la Retirada, trois centres furent créés dans le département de l’Hérault pour subvenir aux besoins des réfugiés espagnols. Le centre sanitaire A comprenait les hôpitaux de Montpellier, de Lunel, de Clermont-l’Hérault et de Lodève. Le centre sanitaire B, les hôpitaux de Sète, Balaruc-les-Bains et Pézenas, et le centre sanitaire C, les installations hospitalières de Béziers et de Lamalou-les-Bains25.

3a. Le centre sanitaire A

  • 26  ADH, 4M1823. Réquisition par le préfet Antoine Monis de l’ancienne savonnerie Villodève (Route du (...)

18La ville de Montpellier hébergea provisoirement des réfugiés au camp de Villodève, une ancienne savonnerie appartenant à M. Baudranol, sise route du Pont Juvénal26. En raison du nombre élevé de porteurs de poux, des risques d’apparition du typhus et de son extension en ville, l’accès du camp fut interdit à toute personne étrangère au service. Seuls les délégués officiels de contrôle étaient admis sur présentation d’une carte signée du préfet. Dans une petite infirmerie de secours aménagée avec des moyens de fortune, le docteur Bouchet et le docteur Boucomont devaient procéder tant bien que mal aux vaccinations, aux visites médico-chirurgicales et aux soins des éclopés et des opérés :

  • 27  ADH, 4M1799. Délégué-sanitaire de la 1e Circonscription de Montpellier au préfet de l’Hérault (12/ (...)

Au cours de l’Inspection médicale de contrôle passée ce jour Dimanche 12 février, j’ai [délégué sanitaire de la 1e circonscription de Montpellier] vacciné tous les arrivants, soit 276 le matin et 31 l’après-midi, total : 307. Mes collègues Dr Bouchet et Dr Boucomont ont pendant toute la matinée passé la visite médico-chirurgicale d’entrée et retenu dans le lot des nouveaux venus une trentaine de galeux et pouilleux qui ont été envoyés à l’Hôpital pour y subir le traitement de nettoyage approprié. Quelques autres évacuations sur les Services de Médecine et de Chirurgie ont été effectuées. Le Rapport de Police doit vous en fournir le détail. Enfin une courte visite de tous les occupants de la veille a été opérée le matin par mes confrères. Dans le courant de l’après-midi de 14 h 30 à 18 h 30, j’ai revu tous les éclopés et opérés (62 pansements d’importance diverse). À 18 heures, M. le Dr Bouchet a revu quelques fébriles et prescrit le travail médical de la nuit. Le total des vaccinations atteint à ce jour 905 contrôlées et 80 environ non contrôlées27.

  • 28  Louis Dulieu, La médecine à Montpellier, Avignon, Les Presses Universelles, 1975.

19À la veille de la Seconde Guerre mondiale, la ville de Montpellier possédait deux grands centres médicaux – l’Hôpital général et l’Hôpital suburbain – auquel il convient d’ajouter l’Hôpital auxiliaire Rondelet créé spécifiquement pour soigner les réfugiés espagnols blessés et malades28.

20L’Hôpital général, plus connu des Montpelliérains sous le nom d’Hôpital Saint-Charles, avait une capacité d’accueil de 900 lits. Il comprenait une clinique ophtalmologique, une clinique des voies urinaires, une clinique des maladies nerveuses, une clinique oto-rhino-laryngologique, une clinique des maladies syphilitiques et cutanées, ainsi qu’un centre pour les maladies des vieillards.

21Avec ses 700 lits, l’Hôpital suburbain, appelé également Hôpital Saint-Éloi, abritait les cliniques générales de médecine, de chirurgie, de gynécologie, de pédiatrie, un centre anticancéreux, un service de santé militaire, un service d’électrothérapie et de radiographie, ainsi qu’une clinique des maladies syphilitiques et cutanées.

  • 29  ADH, 4M1799. Minute du préfet de l’Hérault au ministre de la Santé publique (15/02/39).

22L’hôpital auxiliaire Rondelet, situé à l’emplacement de la poste actuelle, pouvait recevoir 180 malades. Il occupait tout le premier étage d’un immeuble libéré par une École professionnelle des Mutilés que la mairie de Montpellier et l’Office national des Mutilés avaient mis à la disposition de la préfecture. Le matériel de literie avait été offert par l’Œuvre des pupilles de l’école laïque qui possédait un sanatorium d’été près de Saint-Pons. Le service de chirurgie était assuré par le docteur Guibal, directeur du centre sanitaire et professeur de pathologie expérimentale, tandis que le service de médecine était effectué par le docteur Vidal, professeur de médecine légale et sociale à la faculté de Montpellier. Sous leurs ordres immédiats, travaillaient le gestionnaire, des externes de la ville, du personnel infirmier fourni par les formations de la Croix-Rouge, ainsi que des bénévoles du Comité d’accueil et de l’Union des Femmes de France (UFF). Quant au service de garde, il avait été confié aux forces de gendarmerie29.

Réfugiés soignés dans les hôpitaux de Montpellier en 1939

17/02 : Hôpital général (12 miliciens, 11 femmes et 2 enfants), Hôpital suburbain (71 miliciens, 4 femmes et 20 enfants), Hôpital Rondelet (130 miliciens). Total : 250

19/03 : Hôpitaux de Montpellier (261 blessés hospitalisés, dont 200 miliciens). Total : 261

25/03 : Hôpitaux de Montpellier (315 blessés hospitalisés, dont 295 miliciens). Total : 315

15/04 : Hôpitaux de Montpellier (275 blessés hospitalisés, dont 255 miliciens). Total : 275

16/05 : Hôpitaux de Montpellier (72 blessés hospitalisés). Total : 72

15/06 : Hôpitaux de Montpellier (28 blessés hospitalisés). Total : 28

8/07 : Hôpitaux de Montpellier (22 blessés hospitalisés). Total : 22

4/08 : Hôpitaux de Montpellier (20 blessés hospitalisés). Total : 20

Moyenne : 140,2

23L’ancienne prison de Lodève, aménagée en camp d’hébergement provisoire pour les femmes et les enfants, abrita jusqu’à 300 personnes dès le mois de février 1939. D’après les témoignages du commissaire de police de la ville et de plusieurs médecins, les conditions hygiéniques et sanitaires, tout comme la sécurité, laissaient fortement à désirer. C’est ce qui ressort, entre autres, du récit fait par le docteur Maurice Bouchet à la mi-février :

  • 30  ADH, 4M1799. Docteur Bouchet au préfet de l’Hérault (16/02/39).

À Lodève, j’ai visité l’installation des réfugiés à l’ancienne prison, accompagné de M. le Docteur Mas, Conseiller Général, de M. le Commissaire de Police et de Mme Leduc, Médecin inspecteur d’hygiène. Mme Leduc a fait prendre toutes les mesures d’hygiène préventive indispensables. Elle a la lourde tâche du triage et des soins à donner à de nombreux éclopés. Elle est aidée par un personnel féminin bénévole et deux infirmières du Service départemental. Comme au camp de Montpellier [référence à Villodève], il y a Lodève beaucoup de réfugiés atteints de diarrhée et de bronchite. Quant aux personnes atteintes de gale, il s’en trouve encore quelques-unes malgré le transport à l’Hôpital de Montpellier d’une vingtaine de ces malades30.

3b. Le centre sanitaire B

  • 31  ADH, Travailleur du Languedoc, 11/03/39 et 18/03/39.

24Les conditions matérielles de vie au « camp de concentration » d’Agde étaient loin – on s’en doute – d’être idéales. Dès le mois de mars 1939, la presse locale déplorait le manque de place, l’hygiène rudimentaire, la nourriture insuffisante, le manque d’eau et la pénurie vestimentaire dont les réfugiés étaient victimes. Fièvres typhoïdes, gastro-entérites, poux, gale, abcès, impétigo, plaies septiques, suppurations, furonculose, ulcères variqueux, etc., furent malheureusement le lot quotidien de tous ces hommes contraints de vivre dans la promiscuité et l’insalubrité31. Le 25 juin, les deux francs-maçons Emmanuel Arie et Jean Baylot dressèrent un bilan pour le moins mitigé de leur visite. Il en ressort que le camp, alimenté en eau par la ville d’Agde, le Mas Airan et le puits de M. Belluire, disposait d’un peu moins de dix-neuf litres d’eau par jour et par homme, au lieu des cent litres normalement nécessaires, que la nourriture distribuée en quantité suffisante était souvent avariée, et que le service d’infirmerie trop rudimentaire ne pouvait répondre efficacement aux besoins des miliciens malades ou blessés :

  • 32  Archives Nationales, AB XIX 3367. Rapport des francs-maçons Emmanuel Arie et Jean Baylot sur le ca (...)

Le vêtement est, pour beaucoup, insuffisant. Cet hiver se posera un problème pour le vêtement lui-même et le couchage. Le service d’infirmerie est insuffisant : proximité des malades alités et des convalescents toujours bruyants, rusticité du matériel d’examen, des baraques d’hospitalisation, absence de fiches médicales et de feuilles de température, proximité trop grande des lits, manque de cuisine spéciale et de légumes frais32.

  • 33  ADH, 4M1795. Préfet de l’Hérault au ministre de l’Intérieur (15/05/39).
  • 34  ADH, 4M1801. Commissaire divisionnaire spécial de Sète au préfet de l’Hérault (2/03/39, 11/03/39 e (...)

25En marge des Hospices Saint-Charles de Sète, les réfugiés espagnols furent soignés au camp des Jeunesses laïques républicaines. Celui-ci était administré par Léon Bellivier et doté d’une capacité d’accueil de 700 lits33. Dans un premier temps, il fonctionna comme un centre d’hébergement pour enfants – il s’agissait à l’origine d’une colonie de vacances – avant d’être transformé en hôpital temporaire pour les miliciens blessés. En guise d’exemple, il hébergea, à compter du 2 mars 1939, 60 enfants en provenance de Lamotte-Beuvron, pris en charge par le Comité suisse d’aide à l’Espagne républicaine, et accueillit le 11 mars, 225 soldats en provenance de Perpignan34. À la mi-mars, la colonie d’enfants fut entièrement évacuée : une première tranche trouva refuge dans un centre de l’Aude, une deuxième tranche s’installa à Sète à la villa La Raimondière, route de la Corniche, et une dernière tranche fut logée à la villa Amélie, route Haute Caraussane. Dès lors, le camp ne reçut plus que des miliciens venus en trains sanitaires des Pyrénées-Orientales et, accessoirement, des Bouches-du-Rhône.

3c. Le centre sanitaire C

  • 35  ADH, 4M1795. Préfet de l’Hérault au ministre de l’Intérieur (27/02/39).
  • 36  SSBM : Société de secours aux blessés militaires.

26La caserne Maraussan de Béziers fut mise spécialement à la disposition du préfet par l’armée35. Elle était dirigée par M. Labatut, ancien secrétaire en chef de la sous-préfecture de Béziers, et administrée par M. Laurent, ancien chef de bureau de la mairie de Montpellier. Grâce à un personnel mixte franco-espagnol, elle faisait à la fois office de camp et d’hôpital auxiliaire. Le personnel français était composé d’un médecin-chef (Lucien Misermont), d’un chirurgien (Paul Guibal), d’un interne (Jean Robert), de 2 infirmières diplômées d’État, de 4 infirmières SSBM et de 4 infirmières UFF36. Le personnel espagnol, de loin le plus nombreux, comptait 9 médecins, 14 étudiants et infirmiers, 1 pharmacien, 9 infirmières, 1 stérilisateur, 2 désinfecteurs et doucheurs, 5 veilleurs de nuit (un par pavillon), 24 garçons de salle, 10 cuisiniers et 30 ouvriers et artisans : peintres, menuisiers, tailleurs, coiffeurs, etc.

  • 37  ADH, 4M1799. Maladies ou blessures soignées à l’hôpital auxiliaire Maraussan depuis le 20 mars 193 (...)

27D’après les renseignements fournis par le médecin-chef Lucien Misermont, 1 238 personnes auraient été soignées à l’hôpital auxiliaire entre le 20 mars et le 14 juin 1939 dans des conditions relativement satisfaisantes, « le taux de mortalité étant de 1,83 %, chiffre absolument infime »37. Au rang des pathologies récurrentes, figuraient les plaies, les fractures, les fistules, les ankyloses et les amputations des membres inférieurs (270 cas), la tuberculose pulmonaire (89 cas), les infections intestinales fébriles (78 cas), la typhoïde (60 cas), les néphrites (45 cas), les gastro-entérites (39 cas), les affections des voies pulmonaires (37 cas), le paludisme (36 cas), les fistules des membres supérieurs (34 cas), les érysipèles (33 cas), les pneumonies (32 cas) et les rhumatismes.

  • 38  La ville de Lamalou avait deux hôpitaux à l’époque : l’Hôpital militaire dirigé par le Docteur Geo (...)
  • 39  ADH, 4M1799. Maire de Lamalou-les-Bains au préfet de l’Hérault (4/03/39) ; sous-préfet de Béziers (...)

28Sur ordre du préfet, la plupart des hôtels et des villas de la station hydro-minérale de Lamalou-les-Bains furent réquisitionnés dès février 1939 pour le soin des réfugiés victimes de blessures de guerre38. La direction du centre sanitaire avait été confiée au docteur Tabarié, directeur de l’hôpital militaire, assisté des docteurs Combes et Carratier de Lamalou et des services de la Croix-Rouge. Chacun d’eux s’occupait d’un secteur bien défini et bénéficiait de l’aide d’un médecin espagnol ainsi que d’une main-d’œuvre réfugiée, que l’on avait fait venir exprès de la caserne Maraussan de Béziers pour effectuer les travaux de corvées39. La nourriture était fournie par deux entrepreneurs de la région au prix forfaitaire de douze francs par jour.

Répartition des réfugiés soignés à Lamalou au début du mois de mars 39

Hôtel des Bains : 60 personnes

Hôtel des Thermes : 67 personnes

Hôtel Gaujal : 14 personnes

Hôtel des Palmiers : 20 personnes

Hôtel du Centre : 41 personnes

Grand Hôtel Mas : 40 personnes

Hôtel Privat : 20 personnes

Nouvel Hôtel : 21 personnes

Hôtel du Nord : 69 personnes

Hôtel de France : 27 personnes

Hôtel des Platanes : 19 personnes

Villa Jougla : 8 personnes

Villa des Muguets : 12 personnes

Villa des Platanes : 20 personnes

Villa Henri Culié : 14 personnes

Villa Verd : 8 personnes

Total : 460 personnes

  • 40  ADH, 4M1799. Voir annexe 1.
  • 41  ADH, 4M1799. Comité d’accueil de Montpellier au préfet de l’Hérault (3/03/39).

29Au cours de l’année 1939, un budget de 2 399 255 francs fut consacré par les autorités départementales aux frais d’assistance des réfugiés : 1 596 213 francs pour l’Hôpital Maraussan (66,52 %), 352 024 francs pour l’Hôpital Rondelet (14,67 %), 326 104 francs pour les hôpitaux de Sète et des environs (13,59 %), 117 251 francs pour les hôpitaux de Lamalou (4,88 %) et 7663 francs pour les Hospices de Florensac (0,31 %)40. Si la droite conservatrice voyait là une source de dépenses préjudiciables en période de crise nationale et internationale, il convient de souligner que de nombreux commerçants et artisans surent tirer leur épingle du jeu en multipliant, de façon parfois spectaculaire, leur chiffre d’affaire. Disons que les dépenses de l’État furent largement compensées par les profits réalisés dans le secteur privé à l’échelle de l’économie régionale ainsi que par les contributions indirectes versées par les entrepreneurs au Trésor public. Parallèlement à l’aide de l’État, la Croix-Rouge, le Secours populaire français, la SSBM, l’UFF, etc., jouèrent leur rôle d’auxiliaire des pouvoirs publics. À titre d’exemple, le Comité d’accueil de Montpellier subvenait aux besoins particuliers des blessés, que les ressources des établissements hospitaliers ne pouvaient satisfaire. Il leur fournissait ainsi des dictionnaires, des livres, du tabac, du papier à lettre, des ustensiles de toilette… et effectuait de fréquentes visites aux malades de l’Hôpital auxiliaire Rondelet41.

30En guise de conclusion, l’on peut dire que la ville de Montpellier et sa région fonctionnèrent comme un véritable « département hôpital » à l’égard des réfugiés espagnols en provenance des Pyrénées Orientales (Perpignan) et des Bouches-du-Rhône (Marseille).

31En liaison étroite avec l’Inspection départementale d’hygiène, les Bureaux municipaux d’hygiène, le Service sanitaire maritime et le Service sanitaire militaire, le préfet de l’Hérault aménagea trois grands centres dans son département : le centre sanitaire A pour la région de Montpellier, le centre sanitaire B pour la région de Sète et le centre sanitaire C pour la région de Béziers. En marge de « l’armement sanitaire » déjà existant, les malades et les blessés de la guerre civile furent soignés dans les hôpitaux auxiliaires de Rondelet à Montpellier, de Maraussan à Béziers et au camp des Jeunesses laïques républicaines de Sète. Par le biais principalement de la visite médicale, de la vaccination, de la désinfection et de l’épouillage, il s’agissait de prendre des mesures prophylactiques visant à protéger les réfugiés et les populations locales contre la tuberculose, les maladies infectieuses et vénériennes.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Dépenses nécessitées par l’hospitalisation de réfugiés blessés ou malades espagnols, dans le département de l’Hérault. Exercice 1939 (ADH, 4M1799)

I) Dépenses concernant l’Hospice de Florensac

–3939 francs : ravitaillement des blessés. Fabre Léonce à Florensac.

–315 francs : fourniture de charbon. Veuve Pujol.

–150 francs : transport de blessés à l’hôpital Maraussan à Béziers. Fabre Joseph.

–787 francs : fournitures diverses. Canal pharmacien.

–1044 francs : honoraires dûs pour soins donnés aux blessés. Docteur Vidal.

–1008 francs : honoraires dûs pour soins donnés aux blessés. Docteur Pradier.

–420 francs : fournitures de charbon. Laffons.

Total : 7663 francs (0,31 %).

II) Dépenses effectuées pour le Centre sanitaire de Lamalou-les-Bains

–17573 francs : travaux de blanchissage et de désinfection. Arnaud à Bédarieux.

–33371 francs : fournitures diverses. Leroy-Jalabert pharmacien à Lamalou.

–52140 francs : ravitaillement des réfugiés. Siviéri Marcel à Lamalou.

–660 francs : transport de blessés à l’hôpital Maraussan. Iché à Lamalou.

–80 francs : obsèques d’un réfugié. Calas conducteur de corbillard à Lamalou.

–200 francs : transports de blessés de la gare au centre sanitaire. Fournès à Lamalou.

–398 francs : fournitures diverses. Pouderaux droguiste à Montpellier.

–516 francs : fournitures diverses. Doléon, bazar à Lamalou.

–190 francs : fourniture de charbon. Vidal à Lamalou.

–260 francs : fourniture d’un cercueil. Davy, menuisier.

–50 francs : fourniture d’une paire de béquilles. Pagès, menuisier.

–334 francs : travaux divers. Merque frères, plombiers.

–670 francs : transport de blessés. Veuve Anglade.

–120 francs : transport de blessés. Vaissière et fils.

–530 francs : transport de blessés. Fabre.

–871, 05 francs : Divers frais administration. Receveur municipal.

–571 francs : travaux de désinfection. Gaillard à Hérépian.

–195 francs : travaux de désinfection. Cros à Hérépian.

–195 francs : travaux de désinfection. Razimbaud aux Aires.

–120 francs : transfert matériel de désinfection. Record à Bédarieux.

–1196 francs : fournitures diverses. Madaule droguiste à Lamalou.

–288 francs : fournitures d’alimentation. Ruche du Midi à Lamalou.

–60 francs : creusage d’une fosse. Péris, fossoyeur au Poujol.

Total : 117 251 francs (4,88 %).

III) Dépenses concernant les blessés de l’hôpital auxiliaire Rondelet à Montpellier

–5617 francs : fournitures blouses infirmières. Éts Bohanowski Montpellier.

–10348 francs : fournitures diverses. Brando orthopédiste.

–54076,50 francs : salaires et contribution nationale 2 %. Personnel hôpital Rondelet.

–13698 francs : médicaments et pansements. Receveur des hospices de Montpellier.

–5700 francs : fournitures de charbon. Receveur municipal.

–2865,60 francs : versements aux assurances sociales. Trésorier général.

–1400 francs : vente matériel de l’École des mutilés à Rondelet. Receveur municipal.

–85571 francs : ravitaillement des blessés. Ferrand à Montpellier.

–8169 francs : avance. Gros, gestionnaire.

–256,60 francs : remboursement de frais de déplacement. Personnel hôpital Rondelet.

–4180 francs : assurances accidents infirmières. Gibert Pierre à Montpellier.

–12271,54 francs : frais pour soins aux blessés. Union des Femmes de France.

–200 francs : fournitures tabliers infirmières. Galeries Lafayette.

–4330 francs : travaux blanchissage et désinfection. Caudon à Montpellier.

–4960 francs : fournitures diverses. Vergès, quincailler.

–235 francs : fournitures diverses. Lamouroux pharmacien.

–2575 francs : fournitures diverses. Pouderoux droguiste.

–2660 francs : lait. Compagnie générale du lait à Rumilly.

–1965 francs : fourniture d’électricité à l’hôpital. Électricité de Montpellier.

–569 francs : fournitures produits métallurgiques. Éts Baurès.

–195 francs : travaux de vulcanisation. Méric fils et Mazars.

–164 francs : fournitures diverses. Chapelon, électricien.

–1452 francs : fournitures diverses. Union méridionale d’alimentation.

–660 francs : fournitures de gaz. Usine à gaz.

–849 francs : assurances tous risques. Biquet à Montpellier.

–75 francs : une machine à écrire. Servel.

–49 francs : fournitures diverses. Dieuzaide pharmacien.

–967,20 francs : communications téléphoniques. Receveur des PTT.

–633 francs : fournitures pour ambulances. Boujassy.

–980 francs : tailles de cheveux aux blessés. Raoux, coiffeur.

–2362 francs : fournitures de café. Pérez.

–4590 francs : fournitures de pain. Grausset.

–150 francs : alimentation. Vergely.

Total : 352 024 francs (14,67 %).

IV) Dépenses concernant les blessés de l’hôpital auxiliaire de Maraussan

–1424 francs : fournitures diverses. Coulouma, pharmacien à Béziers.

–167 francs : fournitures diverses. Éts Docteur Collomb.

–142000 francs : fournitures de lits. Monoprix à Paris.

–30208,15 francs : avance. Laurent, gestionnaire.

–7615 francs : travaux et fournitures diverses. Serrière, plombier à Béziers.

–706262 francs : ravitaillement des blessés. Fourneaux populaires.

–76776 francs : fournitures chirurgicales. Fabrique de pansements de Béziers.

–4021 francs : fournitures diverses. Vergès, quincailller.

–1438 francs : fournitures instruments de chirurgie. Azéma et Vialla à Montpellier.

–1800 francs : travaux divers. Leclair, menuisier à Béziers.

–117678 francs : salaires et contribution nationale 2 %. Personnel de l’hôpital.

–1800 francs : transports blessés. Mazeraud à Montpellier.

–5748 francs : travaux blanchissage et désinfection. Galinier à Béziers.

–1300 francs : thermomètres médicaux. Maas à Ingwiller.

–1036 francs : blouses et tabliers infirmières. Lévy à Béziers.

–28367 francs : travaux et fournitures diverses. Barreau, électricien à Béziers.

–12000 francs : fournitures de lits. Usines Rey et Tremblay à Paris.

–3594 francs : fourniture de toile pour matelas. Bozon Verduraz à Béziers.

–3098 francs : fourniture de bois. Lacroix à Béziers.

–5625 francs : fournitures diverses. Viguier-Guy, droguistes à Béziers.

–1523 francs : assurances accidents infirmiers. Berlandier Louis.

–13345,20 francs : frais pour soins aux blessés. Union des Femmes de France.

–2000 francs : honoraires médecins spéciaux.

–90 francs : transport de blessés. Barthélémy et Capdenat à Béziers.

–456 francs : fourniture de vaccin. Institut Pasteur à Paris.

–1705 francs : fournitures diverses. Lacroux, ébéniste à Béziers.

–4059 francs : produits métallurgiques. Éts Baurès.

–2747 francs : travaux de vidange. Fils de Tournissac, industriels à Béziers.

–2087 francs : fournitures diverses. Llaurens-Poirier, quincaillers à Béziers.

–2375 francs : fourniture matelas. Chamier fabricant à Béziers.

–6034 francs : travaux divers. Galinier blanchisserie à Béziers.

–4037 francs : fourniture d’essence. Rivemale à Béziers.

–1598 francs : fourniture de produits chimiques. Gignoux et Barbezat à Décines.

–6690 francs : fournitures de laboratoire. Lorimy à Marseille.

–1363 francs : fournitures de laboratoire. Azéma et Vialla à Montpellier.

–3145 francs : fournitures de laboratoire. Laboratoires Fraisse à Paris.

–4232 francs : fournitures pharmaceutiques. Docteur Coulouma.

–12442 francs : fournitures diverses. Sabaté Établissement à Sète.

–11746 francs : travaux plomberie. Henry et fils entrepreneurs à Béziers.

–1995 francs : fourniture de charbon. Compagnie des Mines de Graissessac.

–763 francs : fourniture de gaz butane. Éts Gaillard à Béziers.

–3394 francs : fournitures diverses et travaux. Barrau, plombier.

–598 francs : fournitures diverses. Teillard et Beaumadier.

–5818 francs : assurances sociales. Trésorier général.

Total : 1 596 213 francs (66,52 %).

V) Dépenses concernant les blessés de l’hôpital temporaire de Sète et dépenses diverses

–19576,70 francs : frais de soins donnés aux blessés. Receveur de l’hôpital de Sète.

–30000 francs : avance. Gestionnaire Bellivier.

–432 francs : fournitures diverses. Vergès, quincailler à Montpellier.

–84229 francs : fournitures de viande. Banégas, boucher à Sète.

–69480 francs : fourniture de pain. Regincas, boulanger.

–21696 francs : fourniture de cacao. Éts marseillais d’approvisionnement.

–51438 francs : salaires et contribution nationale 2 %. Personnel de l’hôpital.

–62960 francs : fournitures d’alimentation. Polito à Sète.

–7280 francs : lait. Albert Alain laitier à Sète.

–5315 francs : fournitures diverses. Jourdan, droguiste.

–80585 francs : fournitures diverses. Fabrique objets de pansements à Montpellier.

–24338 francs : fournitures de viande. Bellivier, boucher à Sète.

–29999 francs : fournitures de pain. Tivière, boulanger.

–481 francs : matériel de radiographie. Société Pathé à Paris.

–3851 francs : produits chimiques. Gignoux et Barbezat à Décine.

–3391 francs : fournitures diverses. Magasins généraux alimentation à Nîmes.

–2280 francs : travaux de vidange. Société de vidange et engrais à Béziers.

–1200 francs : pain. Berlanger, boulanger à Sète.

–1556 francs : fournitures de laboratoire. Azéma et Vialla à Montpellier.

–3267 francs : fournitures diverses. Mas Jean, quincailler à Sète.

–4578 francs : fournitures de charbon. Gleizes à Sète.

–8745 francs : alimentation diverse. Sabaté, négociant à Sète.

–767 francs : transport de blessés. Vaillard à Sète.

–3809 francs : fournitures de couvertures. Bozan-Verduraz.

–1148 francs : fournitures diverses. Forges des Cyclopes à Montpellier.

–23455 francs : alimentation diverse. Fouillade à Sète.

–42500 francs : location mai. Œuvre des Camps de vacances de la JLR à Sète.

–2914 francs : fourniture d’essence pour ambulance. Nouguier-Prat à Sète.

–13951 francs : légumes frais. Teulière à Sète.

–21756 francs : poisson. Sangiradi à Sète.

–778 francs : fournitures de machines. Manufactures de Saint-Étienne.

–1330 francs : sandales. Pétri à Sète.

–422 francs : travaux de plomberie. Impérator.

–11459 francs : livraison d’œufs. Bazian.

–2728 francs : légumes frais. Paraire à Sète.

–3597 francs : frais hospitalisation. Receveur des Hospices de Lunel.

–53797,50 francs : frais hospitalisation. Receveur des Hospices de Lodève.

–2388 francs : fournitures de viande aux blessés de Lodève. Arrazat à Lodève.

–26134,80 francs : frais hospitalisation. Receveur des Hospices de Béziers.

–20113,50 francs : frais hospitalisation. Receveur des Hospices de Pézenas.

–671,25 francs : frais de radiographie. Receveur des Hospices de Pézenas.

–36047 francs : frais hospitalisation. Receveur des Hospices de Clermont.

–8004 francs : honoraires du Docteur Ronzier à Clermont.

–8890 francs : hébergement des réfugiés. Ét. Hélio-Marin de Sète.

–504 francs : hébergement des réfugiés. Préventorium de Grammont à Montpellier.

Total : 326 104 francs (13,59 %).

Haut de page

Notes

1  L’historien Hugh Thomas estime le nombre des morts de la guerre civile à environ 450 000 : 40 000 victimes civiles et 410 000 victimes militaires.

2  Geneviève Dreyfus-Armand et Émile Temime, Les Camps sur la plage : un exil espagnol, Paris, Autrement, 1995, p. 134-135 ; Geneviève Dreyfus-Armand, L’exil des républicains espagnols en France, Paris, Albin Michel, 1999, p. 53 ; Bartolomé Bennassar, La guerre d’Espagne et ses lendemains, Paris, Perrin, 2004, p. 354-362.

3  Serge Barba, De la frontière aux barbelés. Les chemins de la Retirada 1939, Perpignan, Trabucaire, 2009 ; Alvar Martínez Vidal, L’hôpital Varsovie : exil, médecine et résistance, Toulouse, Éd. Loubatières, 2011 ; Assumpta Montellà, La maternitat d’Elna, Badalona, Ara Llibres, 2005.

4  Archives départementales de l’Hérault (ADH), 4M1799. Il s’agit d’un carton entièrement consacré à la politique sanitaire mise en place dans le département de l’Hérault à l’égard des réfugiés espagnols de la guerre civile.

5  ADH, 5M567. Armement sanitaire du département de l’Hérault. Enquête du docteur Raymond Scherb, chef de service de l’Inspection départementale d’hygiène (1938).

6  Marcel Sendrail, Le Serpent et le miroir, Paris, Plon, 1954, p. 212.

7  ADH, 5M157. Contre la Tuberculose. Montpellier 15/05/1921.

8  Dispensaires de Montpellier (Cours Gambetta et Boulevard de Strasbourg), de Béziers, de Sète, de Clermont-l’Hérault, de Lodève, de Saint-Pons, de Bédarieux, de Lunel, de Frontignan, d’Olonzac, de Pézenas, d’Agde et de Ganges.

9  ADH, 5M567. Geniès-Marès à Palavas, Bayssières à Saint-Pons, Grammont à Montpellier, Campestre à Lodève et Foyer des tout petits à Nissan.

10  ADH, 4M206. Rapports hebdomadaires et de quinzaine des commissaires de police de Montpellier (1939-1940).

11  ADH, 4M1796 : Minute du 10/02/39. Préfecture de l’Hérault : statistique des réfugiés espagnols. Commissaire spécial de Montpellier au préfet : état numérique des réfugiés espagnols groupés dans le secteur du commissariat spécial de Montpellier (17/02/39) ; Commissaire spécial de Montpellier au ministre de l’Intérieur : réfugiés espagnols dans le secteur de Montpellier (25/03/39) ; Chef d’escadron Pignet au préfet : état des réfugiés espagnols stationnant dans le département de l’Hérault (états statistiques mensuels).

12  La section de Montpellier englobait les trois cantons de Montpellier, ceux de Lunel, Ganges, Saint-Martin-de-Londres, Les Matelles, Aniane, Castries, Claret et Mauguio.

13  La section de Sète englobait les cantons de Sète, Mèze et Frontignan.

14  La section de Lodève englobait les cantons de Lodève, Clermont-l’Hérault, Le Caylar, Gignac et Lunas.

15  La section de Béziers englobait les cantons de Béziers, Pézenas, Agde, Capestang, Florensac, Montagnac, Servian, Bédarieux, Roujan, Murviel et Saint-Gervais.

16  La section de Saint-Pons englobait les cantons de Saint-Pons, Olonzac, Saint-Chinian, La Salvetat et Olargues.

17  ADH, Journal officiel. Débats parlementaires, Chambre des députés. Séance du 14 mars 1939, p. 956.

18  ADH, 4M1799. Dépêche télégraphique du préfet de l’Hérault au ministre de la Santé publique (2/02/39).

19  ADH, 4M1799. Télégramme du préfet de Marseille au préfet de l’Hérault (3/02/39).

20  ADH, 4M1799. Commissaire de police de Clermont-l’Hérault au préfet de l’Hérault (9/02/39).

21  ADH, 4M1799. Télégramme du préfet des Pyrénées-Orientales au préfet de l’Hérault (9/02/39).

22  ADH, 4M1799. Chef du secteur du Boulou au préfet de l’Hérault (11/02/39).

23  ADH, 4M1799. Préfecture de l’Hérault. État statistique (10/02/39).

24  ADH, 2W602. Plan de renforcement de la surveillance de la frontières des Pyrénées. Département de l’Hérault. Présenté par le Général Goudot, commandant la 16e Région militaire (4/06/37).

25  Se reporter à la note 23.

26  ADH, 4M1823. Réquisition par le préfet Antoine Monis de l’ancienne savonnerie Villodève (Route du Pont Juvénal) appartenant à M. Baudranol (13/02/39).

27  ADH, 4M1799. Délégué-sanitaire de la 1e Circonscription de Montpellier au préfet de l’Hérault (12/02/39).

28  Louis Dulieu, La médecine à Montpellier, Avignon, Les Presses Universelles, 1975.

29  ADH, 4M1799. Minute du préfet de l’Hérault au ministre de la Santé publique (15/02/39).

30  ADH, 4M1799. Docteur Bouchet au préfet de l’Hérault (16/02/39).

31  ADH, Travailleur du Languedoc, 11/03/39 et 18/03/39.

32  Archives Nationales, AB XIX 3367. Rapport des francs-maçons Emmanuel Arie et Jean Baylot sur le camp d’Agde et les francs-maçons réfugiés dans l’Hérault (25/06/39).

33  ADH, 4M1795. Préfet de l’Hérault au ministre de l’Intérieur (15/05/39).

34  ADH, 4M1801. Commissaire divisionnaire spécial de Sète au préfet de l’Hérault (2/03/39, 11/03/39 et 15/03/39).

35  ADH, 4M1795. Préfet de l’Hérault au ministre de l’Intérieur (27/02/39).

36  SSBM : Société de secours aux blessés militaires.

37  ADH, 4M1799. Maladies ou blessures soignées à l’hôpital auxiliaire Maraussan depuis le 20 mars 1939 jusqu’au mois de juin 1939.

38  La ville de Lamalou avait deux hôpitaux à l’époque : l’Hôpital militaire dirigé par le Docteur Georges Tabarié, et l’Hôpital du Docteur Privat, dirigé par le Docteur Charles Ménard.

39  ADH, 4M1799. Maire de Lamalou-les-Bains au préfet de l’Hérault (4/03/39) ; sous-préfet de Béziers au préfet (6/03/39).

40  ADH, 4M1799. Voir annexe 1.

41  ADH, 4M1799. Comité d’accueil de Montpellier au préfet de l’Hérault (3/03/39).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Parello, « La politique sanitaire des autorités héraultaises à l’égard des réfugiés espagnols de la guerre civile », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 28 novembre 2014. URL : http://framespa.revues.org/1518

Haut de page

Auteur

Vincent Parello

MCF HDR au département d’Espagnol de l’Université de Montpellier III. Principales publications : Les judéo-convers de Tolède (xv-xvi), Paris, L’Harmattan, 1999 ; La Catalogne de Cervantès, Montpellier, PULM, 2006 ; Des réfugiés espagnols de la guerre civile dans le département de l’Hérault (1937-1939), Perpignan, PUP, 2010.
vincent.parello@univ-montp3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page