Navigation – Plan du site
Varia
Présentation de projet scientifique

Urban-Hist, le patrimoine toulousain à la carte

Urban-Hist, mapping our Heritage
Urban Hist, el patrimonio urbano tolosano a la carta
Catherine Bernard, Marc Comelongue, Louise-Emmanuelle Friquart, Laure Krispin, Géraud de Lavedan et Laure Moreau

Résumés

Depuis 2003, les Archives municipales de Toulouse gèrent, mutualisent, mettent en valeur et diffusent des données sur le patrimoine toulousain grâce à un site Internet cartographique faisant d’Urban-Hist un véritable outil de connaissance du patrimoine toulousain. Il rend accessibles les données de l’inventaire, des archives et de l’archéologie sur le patrimoine urbain de la ville de Toulouse.
La seconde version est composée de deux éléments principaux : Urban-Hist gestion et Urban-Hist publication. Il s’agit d’une seule et unique application, qui, à partir d’interfaces différentes, a plusieurs finalités : l’acquisition et la gestion des données d’une part, la publication d’autre part.
Connaître nos territoires par le biais d’un système d’information géographique peut nous aider à mieux comprendre leur forme actuelle et à mieux projeter leur forme future.

Urban-Hist, mapping our Heritage

Since 2003, the Archives municipales de Toulouse have developed a website integrating interactive spatial data, and are permanently updating it with new data on Toulouse’s heritage, thus making of Urban-Hist a tool that allows furthering our knowledge of the town.
Data do include archaeological researches, archives documents, as well as the whole results of the Inventaire’s mission on buildings’heritage.
All in a single application, Urban-Hist different interfaces have different purposes: acquiring new historical data and allowing the administrators to manage and update them daily, whilst in the meantime the public has access to its whole content. This is why the new version of Urban-Hist is made of two distinct elements: Urban-Hist Gestion and Urban-Hist Publication.
Knowing our territories via a Spatial Data Infrastructure will help to understand the shape and evolution of the town, and will help foreseeing and planning the future of it.

Urban Hist, el patrimonio urbano tolosano a la carta

Desde 2003, los Archivos municipales de Toulouse (Tolosa de Francia) gestionan, mutualizan, ponen de realce y difunden los datos sobre el patrimonio tolosano merced a una página web de cartografía, que hace de Urban-Hist una valiosa herramienta para conocer dicho patrimonio. Da fácil acceso a los datos del inventario, de los archivos y de la arqueología tocantes al patrimonio urbano de Toulouse.
La segunda versión de Urban-Hist se compone de dos elementos principales: Urban Hist gestión y Urban-Hist publicación. Se trata de una sola y única aplicación que, a partir de diferentes  interfaces, apunta a varias finalidades: por una parte, la adquisición y la gestión de datos, por otra, la publicación de los mismos.
Conocer nuestros territorios mediante un sistema de información geográfica puede ayudarnos a comprender mejor su configuración actual y a concebir proyectos más pertinentes para su configuración futura.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction : Urban-Hist 2, un outil innovant en ligne à partir du 14 mai 2012

1Depuis 2003, les Archives municipales de Toulouse gèrent, mutualisent, mettent en valeur et diffusent des données sur le patrimoine toulousain grâce à un site Internet cartographique : Urban-Hist. Il s’agit d’un véritable outil de connaissance du patrimoine toulousain. Il rend accessibles les données de l’inventaire du Patrimoine, des archives et de l’archéologie sur la ville de Toulouse.

2La seconde version se décline en deux interfaces : Urban-Hist gestion et Urban-Hist diffusion. Il s’agit d’une seule et unique application, qui, selon les accès, a plusieurs finalités : l’acquisition et la gestion des données d’une part, la publication d’autre part.

3Grâce à ce site web cartographique, l’internaute accède à de nombreuses informations sur l’histoire de Toulouse : cadastres anciens, documents iconographiques, thématique sur l’évolution urbaine au fil des siècles, patrimoine architectural, glossaire… Le site utilise les technologies actuelles (Flex) pour faciliter la navigation, la recherche et la lecture des informations. Mais, au-delà d’un simple outil de visualisation de données, Urban-Hist se veut être un outil d’analyse et de connaissance.

4Urban-Hist Gestion est une application de saisie, de gestion et de recherche avancée mise à disposition des utilisateurs des services municipaux et du Grand Toulouse en particulier dans les domaines de l’inventaire du patrimoine architectural, de l’urbanisme, de l’architecture.

5Les chargés de l’inventaire du patrimoine et de la carte archéologique de Toulouse saisissent les données recueillies sur le terrain dans la base de données grâce à des formulaires conçus spécifiquement pour optimiser leur travail.

6Ce nouvel outil possède toutes les fonctionnalités indispensables : outils de saisie, de dessin, recherches approfondies (spatiales et attributaires). Ainsi, l’outil permet de produire des analyses sur un quartier, une rue, une époque, un type d’édifice, etc. Des photographies ou des documents d’archives viennent illustrer les édifices, les objets et les chantiers de fouilles.

7Le gestionnaire de bases de données d’Urban-Hist est Postgresql/PostGis interfacé avec le moteur cartographique AIGLE© développé par la société Business Geographic.

8Et demain, les informations disponibles sur le site Internet seront transposées sur une application mobile pour smartphones.

Figure 1

Figure 1

Schéma d’Urban-Hist 2012-2013 (2012)

Laure Moreau. © Ville de Toulouse, Archives.

9Sur le site Urban-Hist, l’internaute a le choix entre différentes couches cartographiques portant sur différents thèmes. Il peut confronter ces données en effectuant des recherches sur les principales couches cartographiques du Système d’Information Géographique (SIG) : les chantiers archéologiques, l’inventaire du patrimoine bâti, les cadastres de 1680 ou de 1830 ou plus simplement les images du Toulouse d’hier. Les résultats se visualisent sur la carte, accompagnée d’une légende et, en un clic, il sélectionne un élément pour accéder au dossier documentaire multimédia lié.

2. L’inventaire du patrimoine architectural et mobilier de Toulouse depuis 20 ans

10L’opération d’inventaire de la ville de Toulouse a commencé il y a près de 20 ans. Elle a été rendue possible grâce au partenariat entre la Ville et l’État dans un premier temps, puis entre la Ville et la Région à la suite de la décentralisation de la mission d’Inventaire général du patrimoine culturel en 2006.

2a. Le premier partenariat (1991-1993) : une expérimentation réussie

11Une première convention entre la ville de Toulouse et l’État est signée en 1991 afin de réaliser l’inventaire préliminaire du patrimoine architectural des faubourgs de la ville. La démolition, dans les faubourgs, de maisons dont les mesures de protection étaient en cours a suscité l’indignation de nombreux habitants. La municipalité de Toulouse a souhaité unir ses efforts à ceux de l’État pour identifier le patrimoine de qualité. À l’époque, la présence d’un secteur sauvegardé en cours d’étude permettait de surveiller l’évolution du centre historique (situé à l’intérieur des boulevards), mais les outils de connaissance pour les faubourgs étaient beaucoup plus fragmentaires.

12La méthode pour fournir rapidement au gestionnaire des informations significatives a été conçue pour appréhender le développement urbain et permettre l’étude de l’architecture. Après une recherche documentaire préliminaire (reproduction des plans de Toulouse, recherches bibliographiques et archivistiques), l’équipe du service de l’Inventaire de la Direction régionale des affaires culturelles Midi-Pyrénées (Drac) a effectué un recensement exhaustif du bâti antérieur à 1940.

13Une fiche de recensement a été mise au point pour analyser l’ensemble du bâti. Elle permettait d’identifier chaque édifice par sa fonction, par ses caractéristiques architecturales principales et par des informations historiques minimales (datation, auteur de l’œuvre…).

14Arrivé à son terme le 31 décembre 1993, le partenariat État/Ville de Toulouse a permis la création d’une base de données géoréférencée sur le cadastre de la ville du patrimoine bâti des faubourgs antérieur à 1940. Environs 25 000 fiches d’identification patrimoniale ont été produites. Les données collectées, en plus de fournir des informations historiques sur l’évolution de la ville, avaient également pour but d’apporter une aide précieuse à la gestion des autorisations d’urbanisme délivrées par les services de la Ville.

15De 1994 à 2003, le service de l’Inventaire a poursuivi le recensement des édifices de la ville, en se consacrant notamment à certaines thématiques (grands ensembles, édifices à pans de bois,…). Des études ont également été réalisées sur quatre quartiers (les Amidonniers, le Busca, l’Ile du Ramier et le Mirail). Ces travaux ont été menés en poursuivant un échange régulier des données avec le service de l’urbanisme.

Figure 2

Figure 2

Château de Lespinet-Ramel (1 avenue Édouard-Belin) accueillant actuellement le centre régional d'éducation physique et sportive, CREPS, construit durant la seconde moitié du xixe siècle (2012).

Louise-Emmanuelle Friquart et Laure Krispin, IVC31555_20103102055NUCA. © Ville de Toulouse / Région Midi-Pyrénées – inventaire général.

16C’est ainsi que la Drac et la Ville de Toulouse se sont accordées sur la nécessité de travailler conjointement à achever ces études sur les faubourgs et à les enrichir de données relatives au centre historique, afin d’atteindre une connaissance globale et synthétique du patrimoine toulousain, de le protéger, de le mettre en valeur et de le faire connaître à un large public.

2b. Le second partenariat (depuis 2003) : un travail scientifique et opérationnel méthodique

17Mis en place en 2003, ce second partenariat, toujours en vigueur dans le cadre de conventions pluriannuelles Ville/État puis, à partir de 2006, Ville/Région, a plusieurs objectifs. En premier lieu, le recensement du territoire de la commune de Toulouse a été poursuivi en effectuant le repérage du centre ancien et en réalisant des études monographiques sur des édifices caractéristiques. Le second objectif  a été la création d’un outil informatique commun, Urban-Hist, rassemblant tous les acteurs du patrimoine (services de l’inventaire, des monuments historiques et de l’archéologie au niveau de l’État ; Archives, Urbanisme et les musées au niveau de la ville). Pour cela trois chargés de mission ont été recrutés : deux chargés de mission de l’inventaire et un chef de projet SIG et multimédia. En outre, des actions de valorisation et de médiation sur le patrimoine toulousain ont été entreprises.

18Le centre historique a fait l’objet à son tour d’un inventaire préliminaire aboutissant à la création d’une fiche descriptive et historique par édifice pour l’intégralité du bâti, selon des normes dictées par le Ministère de la Culture (Systèmes descriptifs de l’inventaire du Patrimoine), accompagnée au minimum d’une photographie. De nouveaux outils ont été mis à la disposition des chercheurs pour la phase de recensement du centre historique : les cadastres anciens ont été numérisés et recalés sur le cadastre actuel par les Archives municipales, permettant ainsi d’affiner l’enquête sur le terrain.

Figure 3

Figure 3

16 place des Carmes. Élévation antérieure (2009).

Louise-Emmanuelle Friquart et Laure Krispin, ivc31555_20093101287NUCA. © Ville de Toulouse / Région Midi-Pyrénées – inventaire général.

19Depuis 2010, la mission d’inventaire du patrimoine a évolué. La collaboration active avec la Direction de la planification urbaine de la Direction générale du développement urbain et durable de la mairie de Toulouse a entraîné de nouvelles missions. Dans le cadre des déclarations préalables, permis de démolir et permis de construire, les chargées de mission de l’inventaire établissent des diagnostics patrimoniaux sur les édifices concernés. D’autre part, les éléments bâtis d’intérêt patrimonial sont recensés dans les périmètres des Orientations d’Aménagement et de Programmation (OAP). Enfin, une opération pilote a été lancée sur le quartier de Croix-Daurade dans le but de mettre à jour le recensement et de sélectionner les éléments bâtis à protéger dans le Plan Local d’Urbanisme (PLU).

20Dans une ville comme Toulouse soumise à un tel renouvellement urbain, la connaissance historique et artistique apportée par l’inventaire est primordiale : connaître pour protéger mais aussi connaître pour mieux évoluer.

21À côté de la collaboration avec les services de l’urbanisme de la Ville, les chargées de mission de l’inventaire poursuivent le recensement, l’étude et la valorisation du patrimoine architectural de Toulouse.

22La Région Midi-Pyrénées, devenue maître d’ouvrage en matière d’inventaire suite à la loi n° 2004-809 du 13 août 2004, garantit la validation scientifique de l’opération et contrôle la conformité des notices.

23Les données actuelles en chiffres :

  •  25 000 fiches d’identification patrimoniale contenant des informations minimales sur chaque édifice recensé et géoréférencé sur le cadastre de la ville du patrimoine bâti des faubourgs antérieur à 1940 ;

  •  30 890 photos illustrant les fiches d’inventaire ;

  •  3 868 fiches de recensement sur les édifices du centre ancien ;

  •  2 205 fiches détaillant l’histoire et la composition architecturales des bâtiments des plus modestes aux plus remarquables dont 183 fiches sur les monuments historiques ;

  •  5 dossiers ou animations multimédia réalisés sur les quartiers du Busca-Monplaisir et de l’Ile du Ramier, ainsi que sur le monument à la gloire des combattants de la Haute-Garonne, la place des Carmes et la place Saint-Étienne.

24Il est vite apparu que parallèlement à l’étude architecturale des bâtiments, il était nécessaire, pour une meilleure compréhension de la ville, de rendre visible et accessible l’histoire archéologique de Toulouse.

3. La carte archéologique de la ville en création

3a. Une lente maturation du partenariat État/Ville

25L’État et la Ville de Toulouse ont constaté, dans le cadre de la collaboration avec l’Inventaire, l’importance d’élaborer un programme de traitement des données archéologiques concernant l’ensemble du territoire de la commune de Toulouse, en vue de constituer un inventaire raisonné et une cartographie du patrimoine archéologique, de la Préhistoire à l’époque contemporaine. Le partenariat entre le Service Régional de l’Archéologie (SRA) de la Drac et la ville s’est concrétisé en 2011 avec le recrutement d’un chargé de mission de la carte archéologique. L’objectif de la convention est de recenser les données archéologiques, de les ordonner, de les cartographier et de les restituer au public.

26Afin d’offrir une vision générale de l’archéologie dans la ville, il a été décidé d’intégrer dans Urban-Hist les périmètres des quelques 300 opérations archéologiques effectuées sur la commune de Toulouse, cartographiées et complétées par des notices synthétiques et des éléments iconographiques.

27La constitution de la carte archéologique de Toulouse constitue le deuxième volet de la mission. La carte des entités archéologiques détaille et localise précisément les résultats scientifiques des opérations archéologiques récentes grâce aux rapports de fouilles, mais aussi grâce aux découvertes connues depuis le xviie siècle. Ces entités peuvent être liées hiérarchiquement entre elles. La mise à jour sera progressive et les prévisions font apparaître un potentiel de plus de 500 entités.

Figure 4

Figure 4

Tour circulaire et rempart romains dégagés en 1995 lors de la construction du TNT, rue Labéda, au sein duquel une partie de ces vestiges a été conservée.

Archives municipales de Toulouse, 1 Fi 398. © Ville de Toulouse, Archives.

3b. Une mission de 3 ans

28La documentation relative au patrimoine archéologique toulousain concernant toutes les découvertes anciennes et récentes a été rassemblée et analysée pour, dans un premier temps, être intégrée dans la base de données de la Drac, « Patriarche », puis ensuite être importée dans Urban-Hist. La principale difficulté a été de rassembler cette documentation très dispersée et peu numérisée. En ce qui concerne les opérations archéologiques anciennes, souvent réalisées par des bénévoles et avec peu de moyens, la documentation originale est souvent restée entre les mains des fouilleurs ou a été déposée dans des institutions autres que le SRA. Pour les opérations préventives récentes, la documentation est généralement numérique ou numérisée par l’opérateur de la fouille, mais encore assez peu déposée au SRA.

29La zone de la cathédrale Saint-Étienne comprenant la Préfecture, la place et la cathédrale a servi de test pour la définition plus précise de la méthodologie de travail.

30Celle-ci a eu l’avantage de couvrir différentes problématiques :

  •  tout d’abord, le fait que ce site soit occupé depuis au moins l’Antiquité offre un fort potentiel de découvertes archéologiques. En effet, près de 40 entités archéologiques ont été déjà repérées, alors que seules trois opérations archéologiques récentes ont été menées sur ce secteur. À noter que ce nombre important est aussi lié techniquement aux règles d’enregistrement dans Patriarche qui pousse souvent à multiplier les entités par tranches chronologiques ou par catégories fonctionnelles, cette méthode ayant, par ailleurs, l’avantage de la précision de l’information ;

  •  ces découvertes archéologiques recouvrent des fouilles très récentes, des années 1980-1990, et très anciennes comme la trouvaille d’un trésor médiéval dans les bâtiments de la Préfecture en 1701 ;

  •  elles concernent également une chronologie très large avec des bains romains mais aussi une maison du xviie siècle démolie en 1894. Ce dernier exemple illustre d’ailleurs l’une des limites de l’exercice, à la marge des missions de l’inventaire et de l’histoire de l’art. Cette maison est maintenant réduite à l’état de vestige archéologique sous la rue de Metz et elle a bénéficié d’un article dans une revue archéologique, ce qui justifie pleinement sa prise en compte comme entité. Mais il faut noter que la mission actuelle de recensement, prévue sur trois ans, ne porte essentiellement, et raisonnablement, que sur l’archéologie du sous-sol. Une carte archéologique du bâti faisant le point sur les nombreuses constructions modernes de la ville, même si elle est souhaitée, n’est encore qu’une option de complément.

  •  Enfin, ce travail a permis une meilleure connaissance sur l’origine de nombreux objets ayant intégré, à la suite des fouilles, les musées toulousains.

Figure 5

Figure 5

Sépulture médiévale de pèlerin découverte lors des fouilles de la place Saint-Étienne en 1986-1987.

Archives du Service Régional de l’Archéologie de Midi-Pyrénées. © Drac Midi-Pyrénées.

31Les données de l’archéologie complètent utilement celle de l’Inventaire architectural. Mais pour permettre une découverte de l’évolution urbaine de Toulouse les Archives avaient décidé, dès le départ du projet, d’intégrer dans l’outil des documents fondamentaux pour la connaissance du territoire : les cadastres anciens et des documents iconographiques.

4. Conclusion : les cadastres et l’iconographie des Archives géoréférencés

32Les Archives de Toulouse sont riches de nombreux cadastres, arpentements et même de registres d’estimes. Un choix naturel s’est imposé, celui de sélectionner des cadastres comprenant à la fois les matrices (textes décrivant les parcelles et leurs propriétaires) et des plans détaillés (représentations géographiques d’un ensemble de parcelles).

33C’est ainsi que le cadastre de 1680 - qui se trouve être le plus ancien cadastre d’une ville européenne doté dans sa totalité de plans joints - a été choisi. Il présente l’avantage d’offrir dans ses matrices les mutations de propriétés depuis sa confection jusqu’en 1794.

34On y a joint l’incontournable cadastre « Napoléonien » (1830), qui reste le premier cadastre établi à l’échelle du pays. Ses matrices sont des états de section, c'est-à-dire que seuls les propriétaires de 1830 sont signalés, sans qu’aucune mutation ultérieure n’y ait été portée.

35Toutefois, ces deux cadastres ont été abordés de la même manière. Les informations contenues dans les volumes de matrices ont été retranscrites et entrées dans une base de données. Pour chaque parcelle, il a été saisi l’ensemble des données comprenant les informations relatives aux biens et aux personnes successives qui les ont possédés (le caractère systématique des informations le permet). Les plans, quant à eux, ont été numérisés, puis recalés géographiquement grâce à un logiciel SIG. À partir de ce recalage, les parcelles ont été retracées numériquement. Tout ce travail est particulièrement long et fastidieux, mais les analyses et traitements possibles ensuite sont très riches d’enseignements et ne seraient pas réalisables sans cela.

Figure 6

Figure 6

Le quartier Saint-Étienne en 1830, avant la percée de la rue de Metz

Impression écran du site Urban-Hist, 2012. © Ville de Toulouse.

36Grâce à Urban-Hist, les informations transcrites dans la base de données peuvent être reliées à chaque parcelle et permettent à l’utilisateur de retrouver toutes les propriétés d’une même personne et de les localiser précisément. Inversement, un simple clic sur une parcelle donnée indiquera ses propriétaires successifs.

37Ces cadastres rendent compte de ce qu’était Toulouse à ces époques. On peut ainsi étudier l’évolution urbaine de la ville, dans sa structure mais aussi ses usages.

38Loin d’être un outil figé, cette fonction d’Urban-Hist devra continuer à se développer. Ainsi les cadastres de 1550 (simple arpentement sans mutation) et 1571 (avec mutations jusqu’en 1680) ont déjà commencé à être dépouillés. Toutefois leur intégration ne pourra se faire sans plans. Or il n’y en eut pas à l’époque. Néanmoins, des reconstitutions de plans sont tout à fait envisageables, et si ce travail dépasse largement le cadre des Archives et nécessite des historiens, géographes urbains et cartographes, Urban-Hist peut intégrer de telles compétences à son équipe.

39Pour finir, les Archives sélectionnent des documents issus de leur fonds iconographiques numérisés pour alimenter une couche d’images anciennes illustrant le Toulouse d’hier. L’objectif est de donner à voir des lieux toulousains tels qu’ils étaient autrefois et de valoriser les archives iconographiques. Bien évidemment, les images sont légendées et géoréférencées dans l’outil.

Figure 7

Figure 7

Toit du marché des Carmes effondré. Vue du Dôme du marché des Carmes

Fonds Chevillot, 1964. Archives municipales de Toulouse, 24 Fi 2417. © Ville de Toulouse, Archives.

40Les partenaires du programme sont nombreux : des services municipaux ou communautaires collaborent au projet, parmi lesquels la Direction générale adjointe du Développement urbain et durable, la Direction des systèmes d’information, les musées municipaux, bien évidemment la Direction de la Culture et de l’Audiovisuel – Pôle patrimoine de la Région Midi-Pyrénées, le Service régional de l’archéologie, ainsi que la Conservation régionale des monuments historiques de la Drac Midi-Pyrénées, mais également les Archives départementales et la Conservation des antiquités et objets d’art de la Haute-Garonne, sans oublier l’Office du tourisme de Toulouse. L’université de Toulouse-Le Mirail a elle aussi commencé à participer à son enrichissement en particulier par les travaux d’un doctorant.

41Les Archives de Toulouse et ses partenaires mettent en ligne sur Internet un outil de connaissance sans précédent. Cartographique et multimédia, le patrimoine s’y donne à voir dans toute sa richesse.

42Si l’utilisation de l’analyse spatiale et des SIG est aujourd’hui fréquente pour modéliser des données géographiques, économiques ou urbanistiques, elle l’est beaucoup moins pour gérer et publier l’information patrimoniale.

43Pourtant, connaître nos territoires par le biais d’un SIG peut nous aider à les habiter plus intelligemment, à mieux comprendre leur forme actuelle et à mieux projeter leur forme future.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Schéma d’Urban-Hist 2012-2013 (2012)
Crédits Laure Moreau. © Ville de Toulouse, Archives.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/1459/img-1.png
Fichier image/png, 112k
Titre Figure 2
Légende Château de Lespinet-Ramel (1 avenue Édouard-Belin) accueillant actuellement le centre régional d'éducation physique et sportive, CREPS, construit durant la seconde moitié du xixe siècle (2012).
Crédits Louise-Emmanuelle Friquart et Laure Krispin, IVC31555_20103102055NUCA. © Ville de Toulouse / Région Midi-Pyrénées – inventaire général.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/1459/img-2.png
Fichier image/png, 907k
Titre Figure 3
Légende 16 place des Carmes. Élévation antérieure (2009).
Crédits Louise-Emmanuelle Friquart et Laure Krispin, ivc31555_20093101287NUCA. © Ville de Toulouse / Région Midi-Pyrénées – inventaire général.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/1459/img-3.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 4
Légende Tour circulaire et rempart romains dégagés en 1995 lors de la construction du TNT, rue Labéda, au sein duquel une partie de ces vestiges a été conservée.
Crédits Archives municipales de Toulouse, 1 Fi 398. © Ville de Toulouse, Archives.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/1459/img-4.png
Fichier image/png, 3,2M
Titre Figure 5
Légende Sépulture médiévale de pèlerin découverte lors des fouilles de la place Saint-Étienne en 1986-1987.
Crédits Archives du Service Régional de l’Archéologie de Midi-Pyrénées. © Drac Midi-Pyrénées.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/1459/img-5.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Figure 6
Légende Le quartier Saint-Étienne en 1830, avant la percée de la rue de Metz
Crédits Impression écran du site Urban-Hist, 2012. © Ville de Toulouse.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/1459/img-6.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 7
Légende Toit du marché des Carmes effondré. Vue du Dôme du marché des Carmes
Crédits Fonds Chevillot, 1964. Archives municipales de Toulouse, 24 Fi 2417. © Ville de Toulouse, Archives.
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/1459/img-7.png
Fichier image/png, 628k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Bernard, Marc Comelongue, Louise-Emmanuelle Friquart, Laure Krispin, Géraud de Lavedan et Laure Moreau, « Urban-Hist, le patrimoine toulousain à la carte », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://framespa.revues.org/1459

Haut de page

Auteurs

Catherine Bernard

Adjointe du directeur des Archives municipales de Toulouse, responsable du service des publics
catherine.bernard@mairie-toulouse.fr

Marc Comelongue

Chargé de mission Archéologie aux Archives municipales de Toulouse
marc.comelongue@mairie-toulouse.fr

Louise-Emmanuelle Friquart

Chargée de mission Inventaire aux Archives municipales de Toulouse
louise-emmanuelle.friquart@mairie-toulouse.fr

Laure Krispin

Chargée de mission Inventaire aux Archives municipales de Toulouse
laure.krispin@mairie-toulouse.fr

Laure Moreau

Chargée de projet SIG et multimédia, chef de projet Urban-Hist aux Archives municipales de Toulouse
laure.moreau@mairie-toulouse.fr

Géraud de Lavedan

Responsable des archives anciennes aux Archives municipales de Toulouse
geraud.de.lavedan@mairie-toulouse.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page