Navigation – Plan du site

Proverbes et sentences dans La Celestina : traduction, effets de formes et effets de sens

Proverbs and maxims in La Celestina: translation, effects of form, effects of sense
Refranes y sentencias en La Celestina: traducción, efectos de forma y efectos de sentido
Thomas Faye

Résumés

Cette étude sémiotique de la traduction littéraire s’intéresse au cas particulier de la traduction du corpus parémiologique présent dans La Celestina de Fernando de Rojas. Les proverbes, en discours, sont utilisés pour convaincre : l’entremetteuse castillane en use et abuse pour séduire ses interlocuteurs et, par le contre-exemple, le public lecteur.
Le traducteur doit à son tour relever un double défi : rétablir la charge persuasive diégétique de l’original, et permettre au nouveau lecteur d’accéder à la charge didactique. Par l’analyse de la traduction française d’Aline Schulman, nous souhaitons mettre en évidence les stratégies mises en œuvre par la traductrice, mais nous voulons également réfléchir, in fine, à la façon dont le texte exprime par là sa résistance à la traduction, laisse voir ses frontières, entre cohésion, clôture et dynamisme dans la genèse du sens.

Proverbs and maxims in La Celestina: translation, effects of form, effects of sense

In a semiotic approach focused on the study of literary translation, we consider the special case of the translation of the proverbs in La Celestina by Fernando de Rojas. The proverbs, in the discourse, are used to convince: the spanish procuress uses and abuses of proverbs, with the aim not only to seduce her interlocutors but also, with counter-examples, the reading public.
The translator faces a dual challenge: restore the original diegetic persuasive charge, then allow the new reader to access the educational dimension.By studying the translation of proverbs to the French by Aline Schulman, we want to highlight the translation strategies implemented by the translator, but we also want to have some reflexion about the way the text is able to resist the translation, shows its own borders, bitween cohesion and dynamism of the meaning genesis.

Refranes y sentencias en La Celestina: traducción, efectos de forma y efectos de sentido

El presente análisis semiótico de la traducción literaria se interesa al caso particular de la traducción del corpus paremiológico que contiene La Celestina de Fernando de Rojas. El discurso se aprovecha de los refranes para convencer : la alcahueta castellana los utiliza para seducir a sus interlocutores y, mediante contra ejemplos, al público lector.
A su vez, el traductor tiene que enfrentarse a un doble reto : restablecer la carga persuasiva diegética del original, y permitir que su nuevo lector pueda acceder a la carga didáctica. Gracias al estudio de la traducción al francés por Aline Schulman, deseamos hacer hincapié en las estrategias implementadas por la traductora, pero también queremos reflexionar sobre la manera cómo el texto expresa su resistencia a la traducción, deja percibir sus fronteras, entre cohesión, clausura y dinamismo en la génesis del sentido.

Haut de page

Entrées d'index

Géographique :

Espagne
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Il est impossible de penser la littérature du Siècle d’Or espagnol sans penser aux proverbes qui la jalonnent. Maxime Chevalier n’ouvrait-il pas le chapitre consacré aux proverbes dans son article « Conte, proverbe, romance : trois formes traditionnelles en question au Siècle d’Or » par le constat suivant ?

  • 1  Maxime Chevalier, « Conte, proverbe, romance : trois formes traditionnelles en question au Siècle (...)

L'Espagne des Habsbourg élève à la gloire du proverbe un monument impérissable : cinq gros refraneros compilés entre 1540 et 1620. Trois personnages, les plus hauts en couleurs des lettres du Siècle d'or, parlent proverbe : Célestine, Sancho Panza, Gerarda. Le plus vibrant éloge qu'on puisse lire du proverbe, le prologue de la Filosofía vulgar, sort de la plume d'un Sévillan. La cause semble entendue : hormis quelques esprits chagrins le proverbe a suscité en Espagne une admiration unanime1.

2De La Célestine au Quichotte, le proverbe intrigue et fascine. Nous parlerons ici de parémies au sens large, incluant proverbes et sentences, encouragés dans ce choix par le même Maxime Chevalier qui affirmait plus loin :

  • 2  Ibid, p. 250.

On distingue d’abord une lignée d’œuvres qui mettent le proverbe sur le même plan que la sentence et considèrent les deux formes comme interchangeables : La Celestina et sa descendance, Dorotea comprise, Lazarillo, Guzmán, La pícara Justina, la Guía y avisos de forasteros, El donado hablador et, jusqu’à un certain point, le Criticón. Cette liste suggère une première conclusion : la narration en prose d’intention morale (ou à prétentions morales), et en particulier le roman picaresque, a ouvert au proverbe, largement et pour longtemps, les portes de la fiction2.

  • 3  Fernando de Rojas, La Celestina o Tragicomedia de Calisto y Melibea, éd. Peter Russell, Madrid, Ca (...)

3On le voit : plus que la parémie elle-même, c’est sa fonction au sein du discours de fiction qui inquiète, en ceci qu’elle exprime la charge didactique chère aux écrivains de la fin du Moyen Âge, sans cesse à la recherche de l’enrobage rendant plus appétissante la « píldora amarga » destinée à soigner les travers pourchassés par les humanistes. Sentences et proverbes, raffinées et mondaines les unes, rustiques et populaires les autres3, jalonnent les prises de parole des personnages nobles et moins nobles de la Tragicomedia, au point d’en constituer un facteur identitaire de l’écriture. Le discours, ainsi saturé en formes parémiques, y est sentencieux, comique et moral et la lettre transcrit ce que disent les personnages, ce qu’ils sont et ce qu’ils font. Lettre et sens étant ici plus que jamais indissociables, il est aisé d’expliquer pourquoi la traduction de La Celestina a fait l’objet de nombreuses publications qui ont tenté d’analyser, dans des traductions française, anglaise, néerlandaise ou italienne de l’époque, l’impact de la parole proverbiale sur le texte de Rojas, la nécessité de la traduire et les difficultés pour y parvenir.

  • 4  Jean-Claude Chevalier, « Proverbes et traduction (La première traduction italienne de La Célestine (...)
  • 5  Fernando de Rojas, La Célestine, traduction d'Aline Schulman, Paris, Fayard, 2006.

4La voie que nous suivrons ici est entr’ouverte par Jean-Claude Chevalier qui, en étudiant la traduction italienne d'Alphonso Hordóñez4, voit dans les parémies la source d’un problème de traduction. Car tout, dans le discours proverbial et sentencieux, n’est que pouvoir de conviction : des personnages entre eux, dans le texte, et de l’auteur vers le public, dans le hors-texte. Et plus encore pour un traducteur qui, comme l’a fait Aline Schulman en 2006, tente de rendre accessible le texte original à un public qui en est culturellement et sémiotiquement éloigné5. Le défi de la traductrice est alors double : restaurer la charge de conviction de la diégèse originale pour en transmettre la puissance didactique. C’est dans cette tentative qu’elle est susceptible de devoir affronter les limites du texte dans sa force signifiante, et ce sont précisément ces limites que nous souhaiterions explorer à présent.

De l’amère pilule au doux sirop : la place du proverbe

  • 6  Ángel Iglesias Ovejero, « Ensayo de identificación de refranes y frases proverbiales en La Celesti (...)
  • 7  Sans doute est-ce pour cette raison que Cervantès rechignait tant à l’introduire dans le récit, co (...)

5S’il pourrait sembler plus convenable d’analyser d’abord les parémies en tant que formes puis de les étudier en lien avec leur environnement discursif, nous préférons ici évoquer le corpus parémique de La Celestina en tant qu’appareil avant tout discursif, auquel correspond(ent) une (ou des) forme(s), c’est-à-dire des « unidades funcionales de comunicación lexicalizadas que reciben su estatuto del consenso existente en la comunidad hablante »6. Le « bachiller » donne lui-même le ton dans ses vers acrostiches, en évoquant la sagesse populaire dont était empreint le texte dont il entreprit de rédiger la suite. La comparaison qu’il établit entre le discours proverbial et la « píldora amarga […] dentro de dulce manjar » marque l’existence d’un discours imagé se prêtant à une lecture sentencieuse, morale et, finalement, comique. À un premier niveau, le discours parémique est celui du vérisme, de l’historicité, de l’authenticité7. L’exemple du Quichotte est parlant : l’abondance de proverbes en discours direct contribue à la caractérisation d’une classe sociale, d’un groupe d’individus, d’une personnalité. Il en est de même dans La Celestina, dans laquelle proverbes et sentences – disons « refranes » – viennent contribuer à la représentation des personnages et de l’œuvre dans son entier :

  • 8  Xus Ugarte, « A perro viejo no cuz cuz : criteris de traducció paremiològica en quatre versions de (...)

És ben sabut que La Celestina és un text generós en refranys. No es tracta sols d’una abundància quantitativa. El fet important és que aquestes produccions juguen un paper molt destacat en l’afaiçonament de l’estructura8

  • 9  Pedro de Vallés, Libro de refranes copilado por el orden del ABC, Zaragoza, 1549, cité par Peter R (...)

6L’abondance identitaire et structurante de parémies n’est pas sans effets sur le style et le sens général de l’œuvre. Pedro de Vallès9 associe l’idée de proverbe à « un dicho antiguo, usado breve, sotil y gracioso, obscuro por alguna manera de fablar figurado… la antigüedad les da autoridad y gravedad para suadir ». À l’en croire :

  • le proverbe est une forme ;

  • il est marqué par son contenu axiologique et son potentiel comique ;

  • l’accès à la valeur de la forme n’est pas immédiat mais requiert un décryptage ;

  • l’intention est rhétorique et argumentative.

  • 10  Julio Fernández-Sevilla, « Presentadores de refranes en el texto de La Celestina », Serta Philolog (...)

7Nous rajouterons que le proverbe doit être reconnaissable, au moins des lecteurs « sensibles a la agudeza »10. Observons plus finement les trois aspects sans doute les plus caractéristiques de la matière parémique dans le discours célestinesque :

    • 11  Ibid., p. 210.

    une forme sentencieuse, héritée des comédies latines de Plaute et Térence, puis des comédies humanistiques, et revendiquée dès la « Lettre à un sien ami » ; les proverbes constituent dans l’œuvre de Rojas « el hilo conductor de la coherencia textual, en tanto que son determinantes y principales responsables de ese lenguaje sentencioso, característico de la obra »11 ;

    • 12  « [sentencia, exempla y refrán] se emplean como elemento esencial para dibujar a los personajes má (...)

    un discours comique, enraciné dans les parémies et dans l’usage qui en est fait : les stratégies de détournement de la forme, et donc du sens et de l’axiologie qu’elle contient, font de la parole proverbiale l’outil privilégié de l’ironie et une matière malléable pour le plus grand plaisir du spectateur de l’époque12 (ironie à laquelle le public contemporain n’accède désormais que par une médiation) ;

    • 13  Xus Ugarte, art. cit., p. 122.
    • 14  Juan de Mal Lara repris par Maxime Chevalier, art. cit., p. 247.

    une visée structurante et morale : la parémie exerce « una funció comunicativa per poder seduir »13 ; elle sert la rhétorique en mettant le comique au service d’une démarche argumentative, qu’elle agrémente de sa « valeur éthique », et de « sa force persuasive », qui font d’elle « un instrument rhétorique privilégié »14. Or la force de persuasion de la forme parémique ne prend véritablement sens que dans un environnement discursif précis, ce qui implique la nécessité pour elle d’être perçue et décryptée en fonction de son contexte.

  • 15  Pour la question du rythme, voir Henri Meschonnic, Poétique du traduire, Paris, Verdier, 1999 ; He (...)

8La démonstration précédente ne fait que reprendre un enchaînement notionnel simple selon lequel à partir d’une forme on est en mesure d’extraire un sens. Encore faut-il, pour actualiser le sens en question, avoir perçu la présence d’une forme particulière, comme celle des parémies. En ce sens, proverbes et sentences seraient à rapprocher de la forme-sens d’Henri Meschonnic, à savoir d’une manifestation de l’inscription du sujet dans le discours, sollicitant en chacun des lecteurs une intuition rythmique apte à activer des mécanismes de reconnaissance et d’interprétation de la forme par le sujet, dans les circonstances précises de l’énonciation15. Souvent localisées à des endroits stratégiques du discours, les formes parémiques, porteuses d’un sens fort, contribuent à l’organisation narrative et argumentative de la Tragicomedia. C’est à présent à la forte empreinte de cette dualité sémantique et rhétorique dans la traduction que nous allons nous intéresser, en tentant de percevoir dans quelle mesure la double projection du proverbe sur le texte et le hors-texte constitue une contrainte supplémentaire pour la traductrice.

Le proverbe est forme ; le proverbe est sens 

9Plus peut-être que dans n’importe quel autre contexte de traduction, la question de la fidélité à l’esprit et à la lettre se pose pour les parémies. Formes contraignantes, leur enracinement dans une sphère sémiotique, marquée par l’énonciation et l’environnement culturel, ouvre la voie à deux tendances de traduction : une traduction littérale, possible lorsque la langue et la culture traduisantes sont suffisamment proches de la langue et de la culture source ; une reconstruction de la forme et/ou du sens de la parémie dans les autres cas. L’essentiel consiste toujours, quoi qu’il en soit, à rétablir le lien discursif particulier que le proverbe, dans son contexte, établit entre l’énonciateur, l’énonciataire et la situation de l’énonciation. Les formes parémiques semblent ainsi, en somme, définir les limites mêmes du discours.

10Célestine et ses acolytes, aussi habiles en actes qu’en parole, construisent un discours argumentatif nourri de parémies en tous genres, dont nous souhaiterions à présent examiner la cohésion. Le corpus source analysé, fourni par Sonia Fournet-Pérot, nous a permis de déceler que le discours d’insertion des formes parémiques importe tout autant, lors de l’élaboration de la traduction, que les formes elles-mêmes.

Sémantique du proverbe 

11Les premières manifestations de la traduction que nous signalerons sont celles qui affectent le corps même des formes parémiques et la dimension sémantique du proverbe, susceptible d’être altérée par des phénomènes de généralisation, de spécification ou de re-proverbialisation dans la traduction :

Siempre lo vi que por fuyr hombre de un peligro, cae en otro mayor.
→ Il en est toujours ainsi : qui veut fuir un danger, s’expose à un danger plus grand encore.

12On ajoute ici une ponctuation (les deux points) qui ouvre, en complément de l’adverbe « toujours », le champ d’applicabilité de la parémie, qui en devient encore moins discutable. À l’inverse, les procédés de spécification tendent à restreindre ce champ d’applicabilité, selon une démarche proche de l’individuation :

Señora, hija, a cada cabo ay tres leguas de mal quebranto.
→ Ma belle enfant, dans cette vie, chacun a sa part de la Croix.

13La leçon n’a plus rien d’abstrait ici : le sentence est actuelle, enracinée dans le présent de l’énonciation. Que dire, enfin, des formes tronquées que la traduction rétablit ?

Assi que quien a buen árbol de arrima…
→ Hé oui ! Qui à bon arbre s’appuie, trouve bonne ombre.

14Les points de suspension laissent place à une fin moins équivoque ; l’insertion du proverbe n’est plus assumée par une conjonction consécutive, mais par une interjection qui replace le proverbe dans un registre familier, enclin à compenser la perte de connivence qu’établissait le silence entendu de l’original.

La portée argumentative 

15La valeur illustrative des parémies dans le discours argumentatif est sans doute celle que la traduction affecte le plus. Il va sans dire que la forme elle-même n’est pas en jeu. En revanche, le discours d’insertion peut être densifié :

Dizen que quien yerra se enmienda, etc.
→ Voilà pourquoi on dit : « qui pèche et s’amende, à Dieu se recommande »

16La formule d’insertion est renforcée par le présentatif « voilà » et le proverbe, tronqué dans l’original, est restitué dans son intégralité pour rétablir la charge argumentative du discours qu’un lecteur du texte traduit ne perçoit pas nécessairement. À l’inverse, les formules d’insertion peuvent être allégées, voire supprimées :

Que los sabios dizen que vale más una migaja de pan con paz que toda la casa llena de viandas con renzilla.
→ Mieux vaut, dit-on, une miette de pain dans la tranquillité, qu’une maison pleine de provisions et de querelles.

17Les sages ont disparu au profit d’une voix globalisée et postposée ; la caution de l’auctoritas s’efface, mais l’effet de style suscité par la syntaxe nouvelle encourage le repérage de la forme proverbiale, rendant ainsi visible le processus rhétorique. De la même façon, les tendances à l’individuation ou à la désindividuation influent sur la valeur argumentative des formes parémiques dans la traduction :

Señor, flaca es la fidelidad que temor de pena se convierte en lisonja.
→ Seigneur Calixte, bien piètre est la fidélité qui, par crainte du châtiment, se change en flatterie.

Señora, el que quiere comer el ave quita primera las plumas.
Ø Qui veut manger la perdrix commence par lui ôter les plumes.

18Jean-Claude Chevalier parlait de la référentialité du proverbe. Dans le premier exemple, la dynamique référentielle n’est pas interrompue, mais le champ d’application du proverbe se réduit à une situation précise, à un personnage précis (titre + prénom). À l’inverse, dans le second exemple, la disparition de l’appellatif implique l’isolement narratif du proverbe qui se reporte sur un espace référentiel hors du texte. Dans l’un et l’autre cas, la puissance argumentative n’en pâtit pas tant dans son contenu que dans la forme de sa transmission.

Syntaxe de l’insertion 

19Elle est le lieu des plus nombreuses modifications, de la suppression des formules d’insertion à l’ajout de conjonctions, en passant par les modifications de ponctuation ou de modalité sémantique.

Porque, como dizen, el hombre apercibido medio combatido.
→ Ø Un homme averti en vaut deux, dit-on.

  • 16  Il n’est d’ailleurs sans doute pas anodin que cette tendance se retrouve pour d’autres proverbes d (...)

20La conjonction disparaît. Or le public francophone, face à un proverbe attesté en français, ne peine pas à reconstituer le lien argumentatif entre proverbe et contexte16. Il en est de même lorsque la tâche d’assurer le lien argumentatif entre thèse défendue et illustration est prise en charge par la ponctuation :

Que aunque muda el pelo la raposa, su natural no despoja.
→ […] : chassez le naturel, il revient au galop.

21Sur des formes plus absconses, en revanche, la traductrice intègre volontiers une conjonction clarifiant le sens à donner à l’enchaînement notionnel :

Las riquezas no hazen rico mas ocupado, no hazen señor, mas mayordomo.
→ car les richesses ne vous rendent pas riche mais inquiet, elles ne font pas de vous un maître mais un valet.

22La traduction d’Aline Schulman restitue avec rigueur, précision et authenticité le texte de Rojas. Il nous importe bien ici d’observer les mécanismes de traduction. Or les observations précédentes semblent dévoiler l’absence d’une dynamique univoque de traduction : chaque tendance observable coexiste avec la tendance opposée. En revanche, de manière invariable, la forme proverbiale, forte de sa cohésion, est globalement moins affectée par la traduction que les formules servant à son insertion dans le discours. Les efforts faits pour recréer des formes proverbiales ou en donner l’illusion, le travail entrepris sur les modalités narratives associées à l’insertion des parémies dans le discours tiennent à la valeur sentencieuse de celui-ci. Quant aux modifications apportées aux outils de la construction argumentative des proverbes, elles affectent directement la résonance rhétorique de ces formes de langage.

  • 17  « No es que Rojas haya querido ocultar que este material no era suyo. Con cierta frecuencia llama (...)

23Peter Russell faisait observer que Rojas attirait délibérément l’attention sur les formes parémiques, en les signalant d’une formule introductive, ou, au contraire, en ne les signalant pas, comptant sur une reconnaissance spontanée par le public17. À son instar, la traductrice répartit les formules d’insertion, selon un raisonnement proche de celui de Rojas, tout en intégrant le fait que désormais les formes parémiques n’appartiennent plus à un répertoire sémiotique de référence pour son lectorat. Cela expliquerait le fait que si la valeur sentencieuse et structurante du proverbe n’échappe pas à la traduction, sa dimension comique n’apparaît pas comme critère immédiat de traduction, dans la mesure où il naît d’un décalage ironique que le lecteur perçoit durant la phase d’interprétation du discours et pour laquelle sont sollicitées, en priorité, la valeur rhétorique et sentencieuse du discours.

24Ainsi y aurait-il, dans La Celestina, en marge de la dense matière proverbiale, un discours de l’insertion, véritable enjeu de la traduction. Cette problématique était déjà signalée par Jean-Claude Chevalier à propos de la traduction italienne par Hordóñez :

  • 18  Jean-Claude Chevalier, « Proverbes et traduction… », art. cit., p. 191.

Le commentaire, la glose, le caractère surajouté de la déclaration qui va venir, la proverbialisation, en somme, il les marque par toutes sortes de moyens : ou bien, pour introduire ses phrases généralisantes, il use de particules causales, explicatives : « porque », « que », ce qui est une façon de justifier le dire antérieur, d’en démontrer l’exactitude ou d’assurer prophétiquement de la réalisation de ce qu’il annonce. Ou bien – combiné ou non à ces particules – c’est un verbe déclaratif qui précède l’énoncé exemplaire, un verbe rapporté tantôt à un personnage célèbre, tantôt à la collectivité anonyme d’hier ou d’aujourd’hui […]18.

25Les propositions d’Aline Schulman, ô combien plus variées, se regroupent autour de trois axes principaux :

  • proposition assertive + parémie : l’énonciation est confiée à une voix généralisante (« dizen que », « se dize que ») ou fait appel au raisonnement de l’énonciataire. Le verbe principal, dans ce cas, annonce la parémie en attirant l’attention sur le contenu proverbial à venir. Ce n’est pas elle, mais son intégration au discours qui participe de la démarche argumentative. Son contenu demeure généralisant et la formule d’insertion, selon un schéma didactique simple fondé sur l’impératif (« cata que », « mira que »), la donne à reconnaître et à comprendre.

  • proposition introduisant la parémie dans une subordonnée circonstancielle : les conjonctions causales sont, de loin, les plus employées (« porque », « que », « pues »), suivies des concessives et des adversatives. La traductrice respecte ce schéma syntaxique, qu’elle étend à trois occurrences exemptes d’insertion dans l’original. L’introduction de « car », de la ponctuation « : » ou de la formule « Mais il est vrai que » rend visible la portée argumentative du raisonnement à suivre. Ici encore, la valeur intrinsèque de la parémie est moins en jeu que sa valeur discursive.

  • proposition principale + « : » + parémie : cette modalité d’insertion, qu’elle soit prise en charge par un locuteur défini ou par une locution métaproverbiale, affirme la nature de la parémie tout en l’intégrant au discours. La valeur sentencieuse est ainsi assumée par le verbe principal et par la ponctuation ouvrante « : » qui ne laissent aucune chance à ce que la forme soit mal perçue ou mal interprétée. Toutefois chaque lecteur jouit là d’une plus grande latitude dans le rétablissement d’un lien logique au sein du discours entre les éléments de l’argumentation. Dans la traduction, en revanche, Aline Schulman tend une perche à son lecteur, clarifiant notamment le statut d’auctoritas de la forme (« por esto dizen […] » → « on a (bien) raison de dire : […] »), laissant la métaphore du proverbe faire son chemin.

  • un appellatif intégré à la parémie : que le nom de l’énonciataire soit ou non accompagné d’un verbe, cette modalité d’insertion tend à spécifier l’emploi du proverbe, lui confiant une grande force cohésive. La parémie ainsi assimilée par le discours conserve sa portée référentielle mais affecte directement l’énonciataire nommé. Elle n’est plus extérieure au texte mais y pénètre, jouant de l’affect pour faire progresser l’argumentation.

  • 19  Cela s’avère d’autant plus nécessaire lorsque le proverbe, tronqué ou détourné, n’a plus l’air d’ê (...)

26Le sens intrinsèque du proverbe, souvent perceptible par tous, importe moins, semble-t-il, que son sens en discours qui tient à la modalité d’insertion employée pour l’intégrer au sein d’une argumentation19. L’analyse du fonctionnement sémiotique et de la traduction d’une séquence dans laquelle s’enchaînent proverbes et sentences, à l’acte VII, nous semble être le meilleur moyen de mettre nos hypothèses à l’épreuve.

Lorsque tout s’enchaîne…

  • 20  « Los dos puntos de vista pueden tener su origen en una interpretación diferente e implícita de lo (...)

27Célestine n’est jamais avare en parémies, d’autant moins lorsqu’il s’agit pour elle de convaincre. La scène 2 de l’acte VII révèle l’usage rhétorique que la vieille sait en faire et rend évidente la valeur structurante des parémies pour la cohérence discursive. Chaque parémie, qu’elle soit proverbe ou sentence20, fait sens dans le discours clos que construit l’entremetteuse pour convaincre Aréuse de l’insuffisance du chiffre un, s’agissant en particulier du nombre d’amants, et de la nécessité d’avoir plusieurs prétendants. Cette démonstration, qui fonctionne sur l’ironie que provoque le décalage entre le sérieux et la rigueur de la démonstration et l’absence de valeur morale de la thèse défendue, est donnée en exemple à Aréuse et comme contre-exemple au lecteur. Elle détermine de ce fait la stratégie rhétorique consistant à offrir au public original un corpus maîtrisé, duquel il pourrait extraire le raisonnement souhaité par l’auteur. Pour sa part, la traductrice doit adresser un texte à un lectorat désormais moins rompu à l’usage de cette sagesse populaire. L’effet de forme doit primer sur la forme elle-même, et la cohérence du récit s’exprime dans la résistance que le texte est susceptible d’opposer à la traduction.

  • 21  Louis Combet, Recherches sur le refranero castillan, Paris, Les Belles Lettres, 1971.
  • 22  Jean-Claude Chevalier, « Proverbes et traduction… », art.cit., p. 187 sq.
  • 23  Sonia Fournet-Pérot, Étude descriptive des proverbes dans la littérature hispanique médiévale et p (...)
  • 24  Jean-Claude Chevalier, « Proverbes et traduction… », art. cit., p. 187.

28D’après Louis Combet, le proverbe est « une phrase indépendante anonyme et notoire qui, sous forme elliptique, directe ou de préférence figurée, exprime poétiquement (rythme, sonorités) un enseignement ou un avis d’ordre pratique et moral »21. Structure figée ou semi-figée, construite sur un rythme reconnaissable (binaire, prosodique), modulable et adaptable selon les intentions, fortement empreint d’oralité et de didactisme, le proverbe se suffit à lui-même. Le passage en discours recrée le proverbe lors de chaque actualisation, selon la sensibilité et les nécessités du locuteur qui le fait intervenir entre un argument et une conclusion22. Élément du hors-texte dans le texte23, la parémie n’a pas de référent singulier mais répond à une situation particulière du texte, qui motive son actualisation. Sans renvoyer directement à la situation, elle la rapproche de situations similaires, selon un principe d’analogie aristotélicien, visant à la généraliser ou, au moins, à la dé-singulariser. Voici l’exemple donné par Jean-Claude Chevalier : « mientra más moros, más ganançia »24. L’argumentation de Célestine est du type + P > + Q. Or pas un Maure dans la « posada » d’Aréuse, où le proverbe ne prétend pas d’ailleurs en introduire. Pas de prétendants non plus, puisqu’ils sont dissimulés derrière la métaphore des « moros ». La situation est ainsi élevée à la généralité d’un rapport d’analogie entre situation et expression : ce que A est à B, dans le proverbe, est analogue à ce que C est à D, dans le texte. Le référent n’est pas un objet unique, mais une liaison abstraite qui peut s’illustrer à l’infini. Pour l’interpréter, le lecteur doit :

  • reconnaître la forme parémique ;

  • établir une généralisation pour établir l’analogie ;

  • re-spécifier la relation dans la situation singulière ;

  • établir un sens du contexte vers le texte.

29Combat entre chantre de la polyandrie et partisane de la fidélité, le développement argumentatif pourrait se résumer ainsi :

1. Il faut trouver le profit où qu’il soit > 2. L’amour est un chemin vers le profit. > 3. Il ne faut pas hésiter à avoir plusieurs amants > 4. L’amour est question d’honneur > 5. L’honneur ne suffit pas à bien vivre > 6. Il faut accepter les faveurs de Parmeno.

30L’origine des parémies de l’extrait (voir annexe 1) est populaire. Elles traitent de la nature, de la vie quotidienne, de connaissances ancestrales propres à un groupe culturel ou historique. Seule la forme n° 7 n’est pas attestée en espagnol. Quant à la forme n° 5, elle est la seule à ne pas être assimilable à une forme parémique dans la traduction française. La structure dominante est de type prosodique, ce qui atténue la facilité à déceler les parémies. En outre, cette prosodie s’impose comme une contrainte à la traductrice qui doit, autant que faire se peut, tenir compte des rythmes accentuels, des rimes internes ou de la syntaxe propres à ce rythme. Sur l’ensemble du fragment, seuls les n° 1, 5, 8 et 10 présentent des formes ne coïncidant pas précisément avec des formes attestées. Pour autant, leur reconnaissance n’était probablement pas un obstacle pour les spectateurs-lecteurs, capables d’associer chacune de ces formes à la forme attestée correspondante (souvent proche) et à un sens général, activé par une conscience culturelle collective. La forme n° 7 est la seule susceptible de demeurer absconse, et ce même si son élucidation contextuelle, par contagion des formes qui l’entourent, n’a jamais dû être un problème réel. Quant aux modalités d’insertion de chacune des formes, elles permettent de suivre la progression du dialogue. Le vocatif « hija » de la forme n° 1 extrait le proverbe de son statut collectif et lui confère un statut diégétique : le texte, en déformant quelque peu le proverbe attesté, se l’approprie sans qu’il en devienne moins reconnaissable. La valeur didactique des exemples 9, 10, 11 et 12 est assumée et explicitée par leur fonction illustrative des arguments de Célestine, comme l’indiquent les causaux « pues » et « que », qui clarifient la portée explicative et argumentative que leur accorde l’énonciatrice. Les autres formes sont autonomes. Propositions indépendantes juxtaposées, leur positionnement leur confère une valeur de justification, dans la partie la moins argumentative de la présentation, à savoir une sorte d’exposé liminaire qui dénigre le chiffre un. Une disqualification qui s’achève par une conclusion : « ¿Qué quieres, hija, deste número de uno ? », qui, par la présence du vocatif, fait écho au proverbe n° 1, clôturant ainsi un premier cycle argumentatif. Les formes insérées illustrent les avantages de la multiplicité, l’inutilité des convenances lorsque le profit est en jeu. Leur fonction didactique explicite (dispositio) vise à convaincre, en resserrant le lien entre généralités évoquées et particularité de la situation : si aucune perdrix ni aucune hirondelle n’interviennent ici, le bénéfice et l’honneur sont bien l’objet réel de la seconde partie de l’argumentaire : il y a re-spécification du proverbe dans le discours.

  • 25  Le plus faible degré d’intelligibilité correspondrait à un proverbe appartenant uniquement au grou (...)

31Les traductions par une équivalence exacte ne s’imposaient pas d’elles-mêmes en français, et la traductrice déploie des talents de précision, à la fois formelle et sémantique, dans ses propositions. La simple transposition de formes parémiques en formes d’apparence parémique en français nous suggère plusieurs remarques : les parémies et formes parémiques sont transdiscursives, c’est-à-dire autonomes en forme et en sens, mises à profit dans un discours qui les conserve ou les modifie ; elles sont des éléments du hors-texte dont l’univers de sens est actualisable lors de chaque formulation ; réappropriées par le texte, elles sont re-spécifiées en contexte ; binaire ou prosodique, leur rythme les rend reconnaissables ; elles appartiennent à une sphère collective apte à les activer par une abstraction ; elles interviennent avec plus ou moins de force dans l’argumentation ; et, enfin, l’équivalence interlinguale n’est pas systématique, ce qui les rend plus ou moins compréhensibles, mais ne constitue un obstacle ni à leur traduction, ni à leur interprétation par le public25.

32Marqué par son immuabilité formelle (toute relative, à en voir les propositions de Rojas) et son autonomie sémantique, le proverbe généralise l’enseignement qu’il porte. Re-spécifié en contexte, il devient singulièrement signifiant, en marge du rapport sémantique qui le relie à la situation d’énonciation. Par ses modalités d’insertion, on perçoit l’interaction entre forme, réactualisable à l’envi, et sens, contextuellement promu. Selon un principe simple d’analogie, le corpus de parémies original progresse d’une démonstration par défaut vers l’énoncé d’un argument dans le texte original, s’appuyant sur la reconnaissance des parémies par le public et sur la capacité de celui-ci à opérer la re-spécification en contexte. Comment les parémies traduites peuvent-elles, à leur tour, servir la progression du texte traduit ? Le rythme, essentiellement prosodique, des formes traduites entraîne une désactivation partielle de la forme proverbiale. L’explicitation de la forme n° 1 génère un allongement et une perte de concision sentencieuse, au profit d’une glose de la métaphore ; l’exemple n° 6 rend manifeste la tendance ethnocentriste de la traduction qui recherche l’équivalence et qui se solde par un succès, à la fois dans le maintien de la forme et dans le maintien du sens. L’exemple n° 9 est, quant à lui, désémantisé par l’effacement du référent externe, jugé probablement inopérant dans la culture cible, qui conserve, en revanche, la binarité forte du proverbe original et transpose la modalité d’insertion sur la ponctuation. L’exemple n° 10, à l’inverse, illustre la tendance à proverbialiser par le rythme une forme qui devient acceptable en tant que parémie, bien que non attestée, et qui reçoit la charge de guider le lecteur vers son sens pour compenser la perte d’insertion. L’exemple 12, enfin, disparaît en tant que proverbe et sa valeur didactique est transposée sur l’impératif.

33Ce sont 50 % des parémies qui conservent leur forme et leur signifiance dans la traduction, prouvant une nouvelle fois leur autonomie, puisée dans une structure à la fois rigide et modulable. Les formes non attestées ne laissent pas d’être signifiantes : le texte crée et potentialise des proverbes à partir du contexte. L’argumentation de Célestine en français conserve son efficacité, en empruntant des voies insolites (impératif plus explicite, compensation de la non-productivité d’un référent, rétablissement d’un rythme conforme aux attentes du public…) et en guidant le lecteur différemment. Ainsi, là où l’original insistait sur la diversité des choix (« y pues entramos […] » dans l’exemple n° 11), la traduction ne se contente plus de suggérer un choix ; elle l’impose : « choisis donc le profit ».

34De la situation singulière de la diégèse, la portée du texte se généralise par la présence des parémies, avant de se spécifier sous l’impulsion interprétative du public. Le sens naît d’une totalité qui englobe texte et participants à la situation d’énonciation, mais sa cohérence est avant tout maintenue par la prise en compte du contexte et du public visé. De leur convergence jaillit le sens.

Conclusion 

35La traduction de La Celestina est une tâche ardue, par laquelle Aline Schulman rend un très bel hommage au texte de Rojas. Nous espérons avoir mis en évidence, par l’analyse de quelques aspects de cette traduction, la diversité et l’hétérogénéité du discours parémique qui structure la Tragicomedia. Le proverbe semble finalement échapper à la traduction, offrant du texte qui l’accueille l’image d’une forme à la fois close et en perpétuelle tension avec le hors-texte, par lequel le proverbe prend sens. Souvent, nous l’avons vu, la mise en sens est générée non pas par le proverbe lui-même, mais par les modalités de son insertion au discours. Car le proverbe, dans son ancrage linguistique et culturel, ne peut que difficilement être intégré à une nouvelle sémiosphère autrement que par le truchement de formules qui viennent en éclairer un sens toujours identique et pourtant systématiquement renouvelé.

36Le proverbe serait le lieu d’une tension sémiotique entre le texte et le hors-texte, que l’analyse de la traduction rend tangible et qui nous permet de souligner à la fois la clôture et la vivacité du discours, capable de générer à l’envi des formes issues du contexte, qui retournent au contexte.

La Celestina

Proverbe attesté et mot-à-mot

Traduction d’A. Schulman

Modalités d’insertion

Équivalents français attestés

Modalités d’insertion dans la traduction

Formes insérées

Formes autonomes

1

no hay cosa más perdida que el mur que no sabe sino un horado

el mur que no sabe más de un horado, presto le toma el gato / ratón que no sabe más que un horado, presto le toma el gato

La souris qui n’a qu’un trou est bientôt prise

No ay cosa más perdida, hija, que el mur que no sabe sino un horado. Si aquél le tapan no avrá donde se esconder del gato.

La souris qui n’a qu’un trou est bientôt prise

2

Un alma sola no canta ni llora

Un alma sola no canta ni llora

Un cœur solitaire ne chante ni ne pleure

Un alma sola no canta ni llora

3

Un solo acto no haze hábito

Un solo acto no hace hábito

Un acte seul ne fait pas une habitude

Un solo acto no haze hábito

4

Una perdiz sola por maravilla buela

Una perdiz sola por maravilla buela

C’est un miracle qu’une perdrix vole sans compagnie

Una perdiz sola por maravilla buela

5

Un manjar solo contino presto pone hastío

Un manjar de continuo quita el apetito

Un manjar solo contino presto pone hastío

6

Una golondrina no haze verano

Una golondrina sola no hace verano

Une hirondelle ne fait pas le printemps

Una golondrina no haze verano

Une hirondelle ne fait pas le printemps

7

Un solo testigo no es entera fe

On ne peut accorder foi à un seul témoin

Un testigo solo no es entera fe

8

Quien sola una ropa tiene presto la envegece

Lo que mucho se usa, poco dura

Qui n’a qu’un vêtement l’use rapidement

Quien sola una ropa tiene presto la envegece

9

Mientras más moros, más ganancia

Mientras más moros, más ganancia

Plus il y en a, plus on y gagne

…que mientras más moros, más ganancia

Tant mieux :

10

Honra sin provecho no es sino como anillo en el dedo

Honra sin provecho, anillo en el dedo

Honneur sans profit, jamais n’enrichit

…que honrra sin provecho no es sino como anillo en el dedo

11

Entramos no caben en un saco

Honor y provecho no caben en un saco

L’un et l’autre ne tiennent pas dans le même sac

Y pues entramos no caben en un saco, acoge la ganançia

Et puisque…

12

Al hombre vergonçoso, el diablo le traxo a palaçio

Al hombre vergonçoso, el diablo le traxo a palaçio

Apprends à saisir l’occasion quand elle se présente

…que al hombre vergonçoso el diablo le traxo a palaçio

Ne sois pas timoré et…

Document auteur

Haut de page

Notes

1  Maxime Chevalier, « Conte, proverbe, romance : trois formes traditionnelles en question au Siècle d'Or », Bulletin Hispanique, tome 95, n° 1, 1993, p. 246.

2  Ibid, p. 250.

3  Fernando de Rojas, La Celestina o Tragicomedia de Calisto y Melibea, éd. Peter Russell, Madrid, Castalia, coll. « Clásicos Castalia », 2001, p. 121 sq.

4  Jean-Claude Chevalier, « Proverbes et traduction (La première traduction italienne de La Célestine par Alphonso Hordóñez, Rome, 1506) », Bulletin Hispanique, t. 90, n° 1-2, 1988. p. 59-89. Publié en 1995 dans Jean-Claude Chevalier, Marie-France Delport, Problèmes linguistiques de la traduction. L’horlogerie de Saint Jérôme, L’Harmattan, Paris, 1995, p. 185-204.

5  Fernando de Rojas, La Célestine, traduction d'Aline Schulman, Paris, Fayard, 2006.

6  Ángel Iglesias Ovejero, « Ensayo de identificación de refranes y frases proverbiales en La Celestina », Colloque sur La Célestine, Caen, 29-30 janvier 1993, cité par Lieve Behils, « ¿Cómo se tradujerons los proverbios de La Celestina en neerlandés y en alemán ? », Paremia, n° 2, 1993, p. 189.

7  Sans doute est-ce pour cette raison que Cervantès rechignait tant à l’introduire dans le récit, comme le remarque Maxime Chevalier : « On l'a vu, c'est un sujet sur lequel Cervantès hésite. À une exception près. Dès qu'il s'agit de l'emploi du proverbe dans la conversation, les hésitations disparaissent comme par enchantement. Ici silences et nuances ne sont plus de mise, et les censures tombent dru, éventuellement assorties d'imprécations. », Maxime Chevalier, op. cit., p. 256.

8  Xus Ugarte, « A perro viejo no cuz cuz : criteris de traducció paremiològica en quatre versions de La Celestina », Quaderns. Revista de traducció, [En ligne] n° 6, 2001, p. 133-145, mis en ligne le 09/10/2000, consulté le 20 avril 2012. URL: http://ddd.uab.cat/pub/quaderns/11385790n6p133.pdf, p. 134.

9  Pedro de Vallés, Libro de refranes copilado por el orden del ABC, Zaragoza, 1549, cité par Peter Russell, op. cit., p. 128.

10  Julio Fernández-Sevilla, « Presentadores de refranes en el texto de La Celestina », Serta Philologica F. Lázaro Carreter, I, Madrid, 1983, p. 209-218, cité par Peter Russell, op. cit., p. 122.

11  Ibid., p. 210.

12  « [sentencia, exempla y refrán] se emplean como elemento esencial para dibujar a los personajes más importantes y para la formación de la postura irónica que caracteriza a la obra », Peter Russel, op. cit., p. 122.

13  Xus Ugarte, art. cit., p. 122.

14  Juan de Mal Lara repris par Maxime Chevalier, art. cit., p. 247.

15  Pour la question du rythme, voir Henri Meschonnic, Poétique du traduire, Paris, Verdier, 1999 ; Henri Meschonnic, Critique du rythme, anthropologie historique du langage, Lagrasse, Verdier, 1982.

16  Il n’est d’ailleurs sans doute pas anodin que cette tendance se retrouve pour d’autres proverbes dont le français use fréquemment, comme « Qui trop embrasse mal étreint » ou « Nécessité fait loi ».

17  « No es que Rojas haya querido ocultar que este material no era suyo. Con cierta frecuencia llama la atención a su presencia mediante el empleo de una frase introductoria como “dicen”, “según dicen”, “dicho es que”, “que los sabios dicen que”, “no has leydo que dizen”, etc., aunque el nexo “que” es la fórmula más usada para introducir una sentencia o un refrán. Sin embargo, el sentido estilístico de los autores de LC [La Celestina] se refleja en el hecho de que no recurren a estas fórmulas de modo mecánico. En la mayoría de los casos, sentencias y refranes se introducen en el texto sin advertencia alguna », Peter Russell, op. cit., p. 127.

18  Jean-Claude Chevalier, « Proverbes et traduction… », art. cit., p. 191.

19  Cela s’avère d’autant plus nécessaire lorsque le proverbe, tronqué ou détourné, n’a plus l’air d’être un proverbe, ce qui corroborerait l’intuition selon laquelle le proverbe demeure, malgré tout et avant tout, une forme : « Puede comprobarse que algunos de esos dichos han circulado efectivamente desde antiguo como refranes y aún hoy – bajo diferentes variantes – perviven en la memoria de muchos hablantes y hasta se encuentran documentados. Otros, por el contrario, a pesar de tener estructura y características muy similares, no han llegado a circular y no puede decirse, en consecuencia, que sean refranes. En el caso de “quien sola una ropa tiene presto la envegeze”, todas las características parecían propicias : ritmo, estructura bimembre, expresividad, etc. Y sin embargo, no tengo noticias de que circule como refrán ni lo he hallado documentado ». Julio Fernández-Sevilla, « La creación y repetición en la lengua de La Celestina », Actas del II Simposio internacional de lengua española, 1981, Las Palmas, Ed. del Exmo Cabildo Insular de Gran Canaria, p. 155-197, cité par Lieve Behiels, art. cit., p. 191.

20  « Los dos puntos de vista pueden tener su origen en una interpretación diferente e implícita de los méritos literarios del fragmento. Se podría opinar, por un lado, que el personaje Celestina no tiene ningún motivo para insertar en su pleito dichos no corrientes, porque podrían quitar fuerza a su argumentación frente al personaje Areusa, lo que nos llevaría, con Peter Russell, a considerar toda la serie como refranes. Por otro lado, se podría hacer hincapié, como hace Femández-Sevilla, en la creatividad de Rojas, considerado entonces como “artista del idioma, capaz de poner a disposición del pueblo una mercancía que éste rechaza o acepta y hace suya”, […] y sólo retener como refranes los enunciados lexicalizados repertoriados por Correas o sus antecesores. », ibid., p. 192.

21  Louis Combet, Recherches sur le refranero castillan, Paris, Les Belles Lettres, 1971.

22  Jean-Claude Chevalier, « Proverbes et traduction… », art.cit., p. 187 sq.

23  Sonia Fournet-Pérot, Étude descriptive des proverbes dans la littérature hispanique médiévale et pré-classique et de leur fonctionnement au sein des mécanismes de l’argumentation, Thèse de doctorat dirigée par Dolorès Ligatto, Limoges, 2005.

24  Jean-Claude Chevalier, « Proverbes et traduction… », art. cit., p. 187.

25  Le plus faible degré d’intelligibilité correspondrait à un proverbe appartenant uniquement au groupe culturel source et au contexte de son utilisation ; c’est le cas, par exemple, du proverbe n° 11. À l’inverse, un proverbe présent dans les deux groupes culturels et employé dans des conditions similaires de sens correspond au degré maximal d’intelligibilité dans la traduction ; c’est le cas du proverbe n° 6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Faye, « Proverbes et sentences dans La Celestina : traduction, effets de formes et effets de sens », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 23 avril 2014. URL : http://framespa.revues.org/1393

Haut de page

Auteur

Thomas Faye

Thomas Faye, Maître de Conférences depuis 2007 au département d’études ibériques et ibéro-américaines à l’Université de Limoges ; membre du Centre de Recherches en Sémiotique (CeReS), thomas.faye@unilim.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page