Navigation – Plan du site

Du burlesque chez Correas ou quand la grossièreté de la sagesse populaire devient un procédé humoristique

Of the burlesque in Correas's refranero: how coarse popular wisdom became a humorous device
Lo burlesco en Correas o cuando la grosería de la sabiduría popular se convierte en procedimiento humorístico
Sonia Fournet-Pérot

Résumés

Les proverbes, omniprésents dans la culture du Moyen-Âge et également très prisés jusqu’au xvie siècle chez les courtisans et les lettrés, devinrent, aux xviie et xviiie siècles, une sagesse véritablement populaire, dont le refranero de Gonzalo Correas (1627), fort des quelques 25000 occurrences compilées en son sein, est un parfait témoignage. Tout populaire fût-il, le langage proverbial restait l’explicitation normée d’un enseignement et semblait, en tant que tel, n’être apte à incarner, par nature, qu’un discours sérieux. Or, l’humour se fait jour au sein de nombreuses séquences et, très souvent, par un biais qui pourrait paraître totalement incongru : la grossièreté. L’existence d’une double appellation – et donc d’un double signifiant : « refrán » vs « proverbio »– attesterait d’ailleurs celle de ce double signifié potentiel : énoncé grossier vs énoncé non grossier. Nous nous attacherons donc à décrire ces proverbes, que nous qualifierons de burlesques, afin d’en proposer une catégorisation alliant thématique, sémantique et rhétorique. À partir de cette classification, nous tenterons d’exposer et de comprendre les mécanismes pragmatiques sous-jacents permettant à la grossièreté de se parer d’humour dans le contexte bien spécifique de la matière proverbiale.

Of the burlesque in Correas's refranero: how coarse popular wisdom became a humorous device

Proverbs were an omnipresent component of Medieval culture and were very much appreciated by courtiers and educated people until the 16th century. They became part and parcel of popular wisdom in the 17th and 18th centuries. Proof of it is Gonzalo Correas's refranero, dated 1627 and which comprehends 25,000 occurrences. Popular as it may have been, proverbial language remained a teaching made explicit along formal standards and as such was by nature only liable to convey serious matter. However, many sequences came to integrate humour very often through the medium of coarse language, incongruously enough. That two separate signifiers, refrán vs proverbio, existed testified to a potential distinction between couth and uncouth utterances. In this paper, we will describe these burlesque proverbs and classify them from thematic, semantic and rhetorical viewpoints. This classification will help us examine the underlying pragmatic mechanisms that allow coarse utterances to take on a humourous tinge in the very specific context of proverbial matter.

Lo burlesco en Correas o cuando la grosería de la sabiduría popular se convierte en procedimiento humorístico

Los refranes o proverbios, omnipresentes en la cultura medieval y también muy preciados hasta el siglo xvi por los cortesanos y letrados, se volvieron, en los siglos xvii y xviii, una sabiduría realmente popular, de la que el refranero de Gonzalo Correas (1627), con unas 25000 ocurrencias compiladas, es un perfecto testimonio. Por popular que fuera, el lenguaje proverbial seguía siendo la explicitación normada de una enseñanza y por ende sólo parecía capaz de encarnar un discurso serio. No obstante, el humor amanece en numerosas secuencias y, muy a menudo, por un medio por lo visto totalmente incongruente : la grosería. El que existan dos términos – y por lo tanto dos significantes (refrán vs proverbio) – atestiguaría un potencial doble significado : enunciado grosero vs enunciado no grosero. Nos esforzaremos por describir esos refranes, que llamaremos burlescos, con el fin de proponer una categorización uniendo temática, semántica y retórica. A partir de esa clasificación, intentaremos exponer y entender los mecanismos pragmáticos subyacentes mediante los cuales la grosería se viste de humor en el contexto específico del material proverbial.

Haut de page

Texte intégral

1Lorsque Gonzalo Correas a rédigé son monumental Vocabulario de refranes y frases proverbiales, (1627), il a fait le choix d’y intégrer des occurrences que l’on peut qualifier de grossières. Rappelons que ce refranero doit sa réalisation à la fois à des recherches sur le terrain, à une consultation de recueils plus anciens et plus succincts (Refranes que dizen las viejas tras el fuego,1508, de Íñigo López de Mendoza, Marqués de Santillana ; Refranes o proverbios en romance, que nuevamente colligió y glossó el comendador,1555, de HernánNúñez de Toledo y Guzmán ; La razón de algunos refranes,1560, de Francisco delRosal ; Philosofía vulgar,1568, de Juan deMal Lara) et à une analyse de la littérature hispanique antérieure. Autant dire que les énoncés recensés avaient cours depuis déjà fort longtemps pour que le processus de proverbialisation soit arrivé à son terme. La grossièreté de la sagesse populaire est donc une réalité profondément ancrée dans le sociolecte de l’époque classique. Si l’usage d’un registre « bas » est susceptible d’avoir, originellement, contribué à une discrimination entre les deux termes qui, en castillan, faisaient référence à l’objet linguistique étudié – « proverbio » et « refrán » –, il a également pu concourir à la naissance de proverbes burlesques. Notre objectif sera de concevoir une délimitation et une catégorisation de la grossièreté burlesque chez Correas, puis d’en proposer une lecture pragmatique visant à éclairer les mécanismes cognitifs sous-jacents. Nos analyses se situeront donc, dans le cadre de cette étude, en langue et non en discours.

« Proverbio » vs « Refrán » : entre les deux, la langue balance

2Au Moyen-Âge, la langue espagnole avait à sa disposition un réservoir de vocables susceptibles de faire référence à ce que nous désignons en français par « proverbe » :

  • 1 Francisco Rodríguez Marín, Discursos leídos ante la Real Academia sevillana de Buenas Letras, Sévil (...)

Pero quizás en nación ninguna haya tenido el refrán tantos nombres como en España, tierra clásica de los refranes. Citaré algunos de estos nombres : retraire y retraer (de retraer, que valía tanto como hablar, contar, referir) ; verbo (de verbum, palabra) ; fabla y fabrilla o fabriella ; viesso (verso, pero también, refrán, porque éste casi siempre está versificado) ; escritura (dicho más común refiriéndose a sentencias de sabios, escritas en sus libros) ; y paraulas (parábola) y palabra (dicho). Todas estas denominaciones son anteriores al siglo xv. Desde éste fueron quedando en desuso y los productos del saber popular que son objeto de mi trabajo se llamaron casi exclusivamente refranes1.

  • 2 Pour davantage de précisions sur le sujet, voir Emilio Cotarelo, « Semántica española », in Boletín (...)

3« Refrán » n’est toutefois pas le seul terme à avoir supplanté tous les autres : il cohabite encore aujourd’hui avec « proverbio ». Ce dernier a pour étymon le latin proverbium, de verbum, qui signifie « mot ». Le préfixe « pro- », d’origine latine également, apporte le sens de « en avant, à la place de, en faveur de ». « Proverbio » serait de ce fait un mot, une parole générale, publique, notoire. Il a un équivalent dans les langues romanes (« proverbe » en français, « provérbio » en portugais, « proverbi » en catalan, « proverbio » en italien), ce qui pourrait expliquer sa survivance par contamination. En revanche, le substantif « refrán », né beaucoup plus tardivement, est propre à l’espagnol. Ainsi que l’a souligné Louis Combet, c’est à partir du xve siècle que « refrán » a perdu le sens du français « refrain », qui dans certaines chansons exprimait fréquemment la moralité du texte, pour recouvrir celui de proverbe2. Cette typicité, à laquelle s’ajoute la particularité de ne pas avoir d’autre sens que celui de « proverbe » (contrairement aux appellations l’ayant précédé), pourrait en expliquer la prépondérance.

4Ces différences étymologiques n’offrent cependant aucune clef permettant de confronter les signifiés de « refrán » et de « proverbio ». Les auteurs du Siècle d’Or les considéraient d’ailleurs comme synonymes, employant indifféremment l’un ou l’autre de ces termes :

  • 3 Louis Combet, op. cit., p. 15.

Hernán Núñez intitule son recueil Refranes o Proverbios Castellanos ; […] Covarrubias constate quant à lui simplement, dans son Tesoro, que proverbio, » c’est ce que nous appelons refrán »3.

  • 4 De telles théories auraient surtout été développées par l’école folkloriste de la fin du xixe siècl (...)

5Si deux signifiants existaient, cependant, c’est qu’ils devaient renvoyer, du moins initialement, à deux référents distincts. Et certains lexicographes ont effectivement établi l’existence d’une divergence de ton. Les « proverbios » affecteraient ainsi un champ d’application plus noble, se caractériseraient par un niveau de langue plus soutenu. En revanche, les « refranes » seraient plus populaires et glisseraient parfois dans la grossièreté4. Aujourd’hui, aucune délimitation sémantique ne semble subsister entre l’un et l’autre de ces termes ; c’est néanmoins « refrán » qui a la préférence des locuteurs et, à y regarder de plus près, nous observerons que la Bible manie exclusivement des « proverbios »… L’écart, si ténu soit-il, se serait inconsciemment et confusément maintenu dans la mémoire collective.

  • 5 Gonzalo Correas, Vocabulario de refranes y frases proverbiales, 1627, Madrid, Edición Louis Combet (...)

6Originellement, les « refranes » recourraient à un registre relâché, familier et / ou traiteraient de thèmes prosaïques, voire vulgaires. Et il est vrai qu’au hasard des pages des refraneros – et quelle que soit l’époque – se détachent certaines occurrences dont le langage est inconvenant, contraire à la bienséance. Le recueil de Correas5 n’a pas échappé à ce phénomène, loin s’en faut !

La grossièreté du « refrán » : un écart de style potentiellement burlesque

7Le proverbe représente intrinsèquement la norme à suivre et appartient donc, dans l’imaginaire collectif, à ce qu’il convient d’appeler le discours dogmatique, par nature sérieux.

  • 6 Myriam Roman, Poétique du grotesque et pratique du burlesque dans les romans hugoliens [en ligne], (...)

8Le lecteur/auditeur se trouve donc quelque peu surpris de voir la sagesse des nations, toute populaire soit-elle, revêtir l’habit de la grossièreté. Ce décalage entre l’objectif recherché (exposer un avis ou un enseignement à suivre) et la forme ou le sujet (grossiers, vulgaires) de l’énoncé pourrait paraître contradictoire, en ce sens que l’on pourrait craindre que la fonction didactique du proverbe soit annulée. Il n’en est pourtant rien : elle est simplement susceptible de revêtir une apparence humoristique due à cette discordance, que nous pourrions qualifier de burlesque, entre la sagesse véhiculée par la matière proverbiale et le langage prosaïque utilisé. Le burlesque désigne en effet un certain type d’humour qui naît généralement de l’écart entre un sujet et un style, entre noblesse et bassesse. […] Pour parler de burlesque, il faut d’une part pouvoir identifier une opposition entre le style et le sujet, d’autre part que le style « bas » l’emporte et mette à mal la « noblesse du sujet »6.

  • 7 Ce type d’humour avait déjà cours, semble-t-il, il y a presque 4000 ans, ainsi qu’en témoigne cet e (...)

9L’humour du « refrán » est grossier en ce sens qu’il est constitué d'une matière médiocre : les proverbes burlesques traitent en effet presque exclusivement de sujets scatologiques7 (« Amor de monja y pedo de fraile, todo es aire », A 1722) ou obscènes (« Por eso es uno cornudo, porque pueden más dos que uno », P 732). Le plus souvent, ils usent et abusent dans un même temps d’un vocabulaire ordurier et sont donc également grossiers en tant qu’énoncés non conformes à la politesse, à la décence. Voici un échantillon non exhaustif d’exemples significatifs :

A cada uno le güele bien el pedo de su culo (A 76).
Besos a menudo, mensajeros son del culo (B 140).
Cierra la boca y abre el culo, y verás a todo el mundo (C 515).
Como come el mulo, caga el culo (C 688).
Quien mucho se arremanga, vésele el culo y la nalga (Q 533).

Énoncés scatologiques et énoncés obscènes n’usent cependant pas de mécanismes identiques pour fomenter l’humour.

  • 8 L’« opacité sémantique » correspond au concept de connotation, « transparence sémantique » à celui (...)
  • 9 Cet énoncé, formellement construit sur une comparaison, est métaphorique puisqu’il connote dans son (...)

10Les proverbes burlesques ayant trait à la scatologie sont sémantiquement opaques8. En d’autres termes, par l’intermédiaire de comparaisons ou de métaphores, ils présentent figurativement un principe général, qui se pare pour l’occasion de grossièreté, fruit des thèmes abordés et/ou du lexique choisi. Les figures de style précitées jouent sur le rapprochement de deux réalités similaires et s’appuient sur la présence d’un comparé (ce que l’on compare) et d’un comparant (ce à quoi l’on compare). Á la différence de la métaphore, la comparaison implique un « mot » (au sens large) de comparaison. Dans le cas des proverbes que nous qualifions de burlesques, les deux termes de l’association, bien que partageant un sème commun, sont opposés sur le plan du registre. Un niveau haut entre à nouveau en conflit avec un niveau bas (le thème – et parfois le lexique – grossier). Par exemple « Amor de monja y pedo de fraile, todo es aire » (A 1722), au-delà du jeu de mots autour du terme « aire », compare (« ») l’amour de la nonne à la flatulence du religieux afin d’en illustrer la vacuité ; « Como come el mulo, caga el culo » (C 688), sous l’habit métaphorique de la grossièreté scatologique, signifie que la conséquence est toujours relative à la cause9. Il en va de même pour :

A toda hora el perro mea, y la mujer llora (A 785).
Cuando el hombre mea las botas, no es bueno para las mozas (C 1257).
Donde muchos mean, lodo hacen (D 591).
Más hiede el pedo ageno que el nuestro (M 379).
Mientras el lobo caga, la oveja se salva (M 1007)… etc.

11La naissance du burlesque est donc assujettie à une expression indirecte, figurative. En son absence, la focalisation change radicalement : nous tombons dans le domaine de la prescription médicale, du conseil pratique aux vertus sanitaires, et la sensation de décalage s’estompe, ainsi qu’en témoignent les exemples ci-après :

Al comer y al cagar, el hombre se debe espaciar (A 1193).
Antes de entrar en el lugar, mear y cagar (A 1947).
Mear claro y cagar duro, señal de estar bueno el pulso (M 771).

12Pour se faire jour, l’humour scatologique doit donc s’appuyer sur un double écart :

  • entre la visée, (prétendument) sérieuse, du proverbe et le thème/lexique grossier;

  • entre le comparé et le comparant (expression indirecte requise).

13Les proverbes grivois ne semblent pas soumis au même impératif d’opacité sémantique. Ils peuvent être tout à fait explicites, comme « Por eso es un hombre cornudo, porque pueden más dos que uno » (P 732), où la simple allusion à l’appétit sexuel de la femme mariée suffit à déclencher les mécanismes humoristiques dans le contexte antonyme de la matière proverbiale. Citons également « Hombre narigudo, pocas veces cornudo » (H 538), qui renvoie à la croyance populaire selon laquelle la taille de l’appendice nasal est proportionnelle à celle de l’attribut masculin. La gaillardise de ces énoncés contribue à creuser l’écart avec le sérieux notoire de la sagesse populaire et déclenche par-là même un mécanisme humoristique.

  • 10 Patrick Bacry, Les figures de style et autres procédés stylistiques, Paris, Belin, Collection Sujet (...)

14Si la métaphore n’est pas exclue (« Esperando marido caballero, lléganme las tetas al braguero », E 2345), on remarque une très nette préférence pour la métonymie dont l’objectif est de rapprocher des éléments appartenant à des champs sémantiques non plus distincts mais communs : dans « Besos a menudo, mensajeros son del culo » (B 140), par exemple, on fait référence à la partie de l’anatomie la plus suggestive pour connoter l’acte sexuel. Une métonymie particulière, la synecdoque, est prédominante. Elle consiste à remplacer « le nom d’une réalité, non pas par celui de l’une quelconque de ses caractéristiques, mais par celui d’une de ses parties »10. Citons, entre autres :

Culos conocidos, a cien años son amigos (C 1584).
Culos conocidos, de lejos se dan silbos (C 1585).
Culos conocidos, de lejos se saludan (Cf. A 1704).
Culos que se saben, lugar se hacen (C 1586).
Culos que una vez se juntan, de lejos se saludan (C 1587)… etc.

15Cette zone charnelle et charnue a la faveur des énoncés proverbiaux et pourrait viser une meilleure adéquation du signifiant au signifié… Il en va de même pour toutes les parties du corps sexualisées : « Moza de Burgos, tetas y culo » (M 1119). Le proverbe, quand bien même s’agit-il d’un « refrán » au sens premier du terme, n’est pas renommé pour traiter de sexualité. Au-delà des termes – explicites – employés, le sujet même de l’enseignement véhiculé, scabreux, engendre l’écart suffisant avec le prétendu sérieux de la matière étudiée.

16Notons cependant que toute dénotation ou connotation sexuelle n’est pas toujours suffisante à amorcer un mécanisme humoristique. Les proverbes contenant le substantif « puta », par exemple, et désignant une femme à l’activité sexuelle rémunérée ne semblent pas engendrer le décalage nécessaire. L’idée de profession l’emporte en effet sur la trivialité du terme employé. On ne cherche plus à enseigner autour de la sexualité privée mais d’un métier où l’intimité est offerte au public contre espèces sonnantes et trébuchantes. Le professionnel prend le pas sur le licencieux, éliminant toute sensation d’incongruité :

A putas y ladrones jamás faltan devociones (A 638).
Amor de puta y fuego de murta, luce mucho y poco dura (A 1728). 
Lágrimas de puta, amenazas de rufián, juramentos de mercader, no se han de creer (L 1016).
Mujer en ventana, o puta o enamorada (M 1322).
Tres cosas hay que matan los hombres : putas, y juegos, y medianoches (T 670).

  • 11 Pascal Amsili, « Antonymie », in Danièle Godard, Sémanticlopédie, dictionnaire de sémantique [En li (...)

17Pour que l’allusion à la fille de mauvaise vie donne naissance au burlesque, il faut que surgisse un nouvel écart, en rapport avec le signifié même du proverbe : « Badajoz, tierra de Dios, que andan las putas de dos en dos » (B 9). Ici, l’humour burlesque naît de l’association de deux termes et, corrélativement, de deux réalités profondément contraires : Dieu vs la putain, la religion catholique qui prône pudeur et chasteté et pour qui le seul but de l’acte sexuel est la procréation vs l’exposition du corps dans ce qu’il a de plus intime, comme objet de désir et de plaisir. La séquence proverbiale met en scène des antonymes exprimant une relation de complémentarité11 : la prostitution et le libertinage (niveau bas) sont associés au catholicisme (niveau haut) qui, précisément, les exclut de son univers. L’humour n’est donc pas ici le fruit du lexique, qui ne crée pas la distance suffisante avec le langage proverbial (putain était un métier parmi d’autres, peu reluisant, certes, mais métier tout de même), mais d’une contrariété interne : la divinisation de la luxure. Lorsque la sexualité est réduite à un outil de travail, la manifestation du burlesque d’origine obscène nécessite l’insertion dans un contexte inapproprié et se trouve donc subordonnée à un double écart :

  • entre la visée, (prétendument) sérieuse, du proverbe et le lexique grossier,

  • entre le thème grossier et la situation noble évoquée au sein de la séquence.

18Dans tous les autres cas de figure, la gauloiserie active – figurative ou non – des séquences creuse un sillon suffisant.

19Il semblerait donc que le burlesque, au sein du recueil de Correas, se fonde sur un écart, un décalage, simple ou double. Une question, cependant, reste en suspens : quels mécanismes cognitifs sous-tendent le phénomène ?

Vers un décodage pragmatique…

  • 12 Voir Asunción Bernárdez, « Castigat ridendo mores o de la función política de la risa », in El humo (...)

20La grossièreté burlesque peut témoigner d’une volonté d’adapter le registre au sujet évoqué – le signifiant au signifié – comme nous l’avons observé dans nombre de proverbes à caractère obscène s’appuyant sur des synecdoques. Ce désir d'ajustement est cependant loin d’être la norme, notamment concernant les énoncés à dominante scatologique. Citons « Más hiede el pedo ageno que el nuestro » (M 379), « Mientras el lobo caga, la oveja se salva » (M 1007), « Más vale una en el puño que dos en el culo » (M 683)... Rien n’implique ou ne justifie ici l’emploi d’une image ou d’un lexique grossiers. Les choses auraient pu être formulées différemment. L’intention de donner davantage d’impact au message que l’on souhaite en réalité faire passer (respectivement, nos erreurs nous semblent moins graves que celles des autres, il ne faut en aucune façon relâcher son attention de l’objectif que l’on s’est fixé et ce qui est moindre mais sûr est préférable à ce qui est en plus grande quantité mais incertain) pourrait expliquer un tel choix énonciatif. Il pourrait donc s’agir de renforcer la fonction pédagogique de la matière proverbiale en la rendant cocasse. N’a-t-on pas depuis fort longtemps prouvé le bienfondé du Castigat ridendo mores ? Cette citation latine d’origine incertaine (d’aucuns y retrouvent des pensées de Plaute ou d’Horace, d’autres l’attribuent à Jean de Santeul ou encore à Molière) était la devise de la Comédie dès le xviie siècle12 : l’humour servait de guide aux hommes, indiquant ce qui était permis ou interdit, souhaitable ou préjudiciable. Quoi d’illogique, alors, dans l’existence de proverbes burlesques, usant du rire comme arme instructive ?

  • 13 Interpréter un énoncé revient pour le destinataire à décider quelles sont les hypothèses pertinente (...)
  • 14 L’interprétation obtenue est la première dont les effets compensent l’effort de traitement. Jacques (...)
  • 15 Il s’agit de l’environnement linguistique immédiat.
  • 16 En dehors des cas où la scatologie est abordée d’un point de vue pseudo-médical et où l’on se réfèr (...)

21Or, cet humour a cela de particulier qu’il ne vise pas à critiquer une conduite ou une manière de penser particulière, mais à choquer, ou du moins interpeller l’auditeur / le lecteur, par une très grande liberté de ton et, ainsi, à renforcer le principe général édicté par l’énoncé proverbial. C’est ce ton licencieux qui génère l’écart à l’origine du burlesque : l’indécence du lexique et/ou du thème traité ou convoqué jure/nt avec l’image que l’on se fait du proverbe, objet linguistique dogmatique et, par-là même, sérieux. Cette incongruité pourrait être expliquée à la lumière de la notion de contexte, développée par Dan Sperber et Deirdre Wilson. Selon eux, l’esprit humain (la cognition) est un organisme orienté vers la pertinence. Un acte de communication doit ainsi véhiculer une garantie de pertinence pour que l’on puisse expliquer qu’il mérite l’attention de l’interlocuteur et qu’il donne lieu à un effet interprétatif13. La pertinence est évaluée par deux facteurs principaux : l’effort cognitif, déterminé par la nature du stimulus à traiter, et l’effet contextuel, produit du traitement de l’énoncé et interprété relativement à un contexte particulier. Si l’on désire que l’auditeur s’emploie à décoder le message qu’on lui envoie, il faut donc que cet énoncé soit pertinent dans son contexte14. Le contexte serait donc variable et engloberait à la fois le cotexte15 et tout ce qui est extérieur au langage (environnement spatio-temporel, acteurs de la communication, rapport entre les acteurs, savoir partagé) et qui, pourtant, fait partie d'une situation d'énonciation. Pour en revenir à nos proverbes, leur analyse a, ici, été réalisée en langue, hors de toute situation discursive. Ils sont pourtant bien incorporés à un contexte particulier : celui du refranero, porteur de la sagesse populaire ou sagesse des nations. Il s’agit d’une sagesse à la fois normée (structure syntaxique, rythmique et phonétique reconnaissable) et normative. L’apparition, dans ce contexte, d’un terme où se manifeste le traitement d’un thème scatologique ou obscène16 semble inappropriée. Il en va de même dans les énoncés mettant en balance un comparé non grossier et un comparant grossier : la grossièreté est en inadéquation avec le contexte induit par le comparé… Dans un cas, comme dans l’autre, c’est de cette fracture avec le contexte qu’affleure le burlesque.

  • 17 « Las equivalencias vocálicas usadas por Correas son las siguientes :
    a = 1
    e = 2
    i = 3
    o = 4 »
    Louis C (...)
  • 18 Cette hypothèse est renforcée par le caractère nécessairement opaque des proverbes burlesques à ten (...)

22Toutefois, à y regarder de plus près, la scatologie et l’obscénité ont toujours tendance à heurter, plus ou moins en fonction de l’environnement (social ou familier), mais à heurter malgré tout. Correas était tout à fait conscient du caractère agressif de ce type de références puisqu’il avait pris soin d’encoder certains énoncés contenant des termes vulgaires : « A c4ñ4 h4d3d4, nunca le faltó marido » (A 107) ou « A c4ñ4 h4d3d4 y a cabeza quebrada, nunca faltan rogadores » (A 108)17. Louis Combet les a réintégrés à son édition du Vocabulario de refranes y frases proverbiales, mais il est intéressant de souligner qu’ils avaient été retirés par ses prédécesseurs en raison de leur caractère « algo crudo », ce qui ne manque pas de mettre l’accent sur le ressenti que pouvait provoquer la lecture ou l’audition de pareilles séquences, manifestement contraires à la bienséance langagière. Notons par ailleurs que seuls des vocables obscènes ont subi de telles transformations graphiques, comme si le tabou linguistique sur la sexualité était plus fort que celui affectant la scatologie18 ; car il semble bien qu’il soit question de tabou :

  • 19 Sigmund Freud, Totem et tabou. Interprétation par la psychanalyse de la vie sociale des peuples pri (...)

[… N]ous entendons par tabou, conformément au sens général du mot, toute prohibition, imposée par l'usage et la coutume ou formulée dans des lois, de toucher à un objet, de s'en emparer ou de se servir de certains mots défendus...19

  • 20 Ibid., p. 32.
  • 21 Lorsque la grossièreté ne génère pas le burlesque, cela implique que le tabou n’est pas brisé.

23L’homme évoluant en société, il se doit de respecter certains usages, parmi lesquels des interdictions à utiliser certains mots ou à se référer à certains thèmes afférents, notamment, à l’intimité. Les domaines scatologique et sexuel sont ainsi frappés sociétalement du sceau de l’interdit linguistique dont la transgression est contraire aux bonnes mœurs, à la bienséance. Rappelons que, selon Freud, un tabou « est une prohibition très ancienne, imposée du dehors (par une autorité) et dirigée contre les désirs les plus intenses de l'homme20». Autrement dit, la transgression de la règle imposée par la société permettrait de combler, même momentanément, un désir et serait donc source de satisfaction pour celui qui opère l’infraction verbale, mais aussi pour celui qui en est le témoin. Outrepasser sciemment un tabou linguistique lié à l’intimité mettrait en conflit le grossier et la décence, la vulgarité et la pudeur, et résoudrait de ce fait la tension de la transgression par le burlesque de la situation21. Dans la sphère proverbiale, la violation du tabou est d’autant plus humoristique que la norme langagière est double : la correction rejette, de façon générale, la grossièreté, et l’univers proverbial, lui-même soumis à nombre de règles formelles et enseignant comment agir et comment penser, ne semble pas être un terrain propice à ce genre de dérapages stylistiques.

  • 22 Dolorès Ligatto, Étude pragmatico-discursive du désaccord dans des corpus enregistrés à Buenos Aire (...)
  • 23 Jean-Claude Anscombre, « La parole proverbiale », in Langage, Paris, n° 139, Larousse, Septembre 20 (...)
  • 24 Patrick Charaudeau, « Des catégories pour l’humour », in Revue Questions de communication, n° 10, N (...)
  • 25 « Par prévention nous désign[ons] l’ensemble des mesures destinées à éviter un événement qu'on peut (...)

24Le locuteur polyphonique du proverbe (« ON-voix »22 ou « ON-locuteur »23) et le destinataire se trouveraient alors, en quelque sorte, sur la même longueur d’ondes. En effet, pour que l’humour fasse mouche, trois protagonistes sont nécessaires : le locuteur, le destinataire et la cible24. Dans le cas des proverbes burlesques, le locuteur est détenteur d’une sagesse dite populaire matérialisée dans l’objet proverbe. Le choix du destinataire importe peu, car nous nous situons en langue, hors de tout contexte, et non en discours : il s’agirait donc de ce que nous pourrions nommer un « ON-interlocuteur », indéfini et général, auquel s’adresserait le refranero à titre préventif25. Il importe d’autant moins que l’allocutaire n’est pas la cible. Ce qui est visé par l’intention humoristique, c’est le langage « correct », bienséant, convenable, respectueux… et son incarnation exacerbée et normée dans le cadre d’un recueil de ce type, à savoir le proverbe lui-même.

  • 26 John R. Searle, Sens et expression, 1979, Paris, Minuit, Le sens commun, 1982.
  • 27 Il s’agit de l’effet engendré par la production de l'énoncé sur l’interlocuteur/lecteur.

25La désignation d’une cible commune permet de s’attirer les bonnes grâces du destinataire ; il devient alors beaucoup plus simple de lui transmettre le précepte édicté par la séquence proverbiale. D’un point de vue pragmatique, tout énoncé proverbial constitue un acte directif26, c’est-à-dire une demande de « faire ». Par exemple, « Mientras el lobo caga, la oveja se salva » (M 1007) préconise de ne jamais perdre de vue son objectif. Quand il est burlesque, le proverbe implique alors la poursuite de deux effets perlocutoires27 consécutifs distincts :

  • la connivence avec l’interlocuteur (biais humoristique), laquelle serait susceptible de mener plus aisément à

  • l’action de l’interlocuteur en conformité avec l’enseignement prodigué, véritable but illocutoire de tout énoncé proverbial. Ce second effet est une caractéristique intrinsèque de la matière proverbiale, burlesque ou non.

26On chercherait ainsi à enseigner tout en amusant par le biais de procédés humoristiques quelques peu épais, de qualité inférieure car faisant fi de tabous touchant à l’intimité, ce qui explique que ce type d’humour ne fasse pas rire tout le monde. Tout serait question de degrés : chacun ayant sa limite d’acceptation de la transgression, ses tabous inviolables… La recherche de la connivence peut donc échouer. Notons, à ce propos, que n’est pas ressentie comme de l’humour l’insulte grossière… Il en va ainsi des nombreux proverbes contenant le mot « puta », employée comme une injure forte à l’égard de la gent féminine que l’on accuse de mœurs légères et de débauche : « Hoy putas y mañana las ollas juntas » (H 594) ou « Miren quien me llamó puta, sino otra más disoluta » (M 1058). Le tabou linguistique est bien transgressé mais il n’incite pas à la connivence. Pourquoi ? Peut-être parce qu’au-delà de la connotation charnelle évidente, dans la ligne de mire de la grossièreté ne se trouve plus uniquement le langage matérialisé par le proverbe, mais une Femme dont on met en doute l’honneur et la dignité de façon on ne peut plus explicite. La grossièreté ne poursuit plus un dessein ludique mais blessant. Si la référence à la sexualité est présente, elle ne se contente plus de heurter la pudeur : elle offense. L’écart de ton est bien là, mais il tombe à plat…

27En conclusion, la langue, en choisissant deux signifiants pour désigner un même référent, témoigne – même inconsciemment – de l’existence d’une différence de ton, engendrant des signifiés, du moins initialement, distincts. Les proverbes susceptibles d’être qualifiés de grossiers, eu égard au lexique employé ou au sujet évoqué de nature exclusivement scatologique ou obscène, seraient ainsi des « refranes », reflétant un niveau « bas » à l’opposé de la noblesse inhérente aux « proverbios ». Tout énoncé proverbial grossier n’en serait pas pour autant burlesque. Encore faudrait-il qu’un écart suffisant se fît jour. Les références scatologiques ne deviennent en effet humoristiques que lorsqu’elles s’appuient sur des comparaisons ou des métaphores et font ainsi la part belle à l’opacité sémantique, en dehors de laquelle le message véhiculé prend l’allure d’une simple prescription thérapeutique. L’obscénité, si elle ne rejette pas l’opacité dans sa quête du burlesque en montrant une nette préférence pour la synecdoque, peut également, quoique plus sporadiquement, être source d’humour dans une séquence tout à fait explicite, hormis lorsqu’il est question de sexualité en tant que profession (discours sérieux) ou injure (discours agressif). La naissance du burlesque nécessite, en conséquence :

  • un écart de surface entre l’objectif pédagogique, et par-là même sérieux, du langage proverbial et le caractère grossier de la forme et/ou du fond (burlesque obscène), auquel s’ajoute / peut s’ajouter

  • un écart interne, systématique entre le comparé et le comparant (burlesque scatologique) ou épisodique entre la situation mise en scène et le thème (burlesque obscène).

28D’un point de vue pragmatique, cette notion d’écart correspondrait à une inadéquation au contexte construit autour du proverbe : contexte général de la langue en tant qu’objet social de communication et de sa réalisation codifiée et codifiante au sein du refranero et contexte plus spécifique de la structure observée. Cette inadéquation révèlerait l’existence d’un tabou linguistique, dont la transgression favoriserait la connivence entre locuteur et interlocuteur. Incapable de bâtir un contexte sérieux où la grossièreté trouverait sa place, l’interlocuteur choisirait l’interprétation qui lui coûterait le moins d’efforts cognitifs tout en engendrant le maximum d’effets contextuels, celle qui lui semblerait la plus pertinente : le locuteur a sciemment recherché le décalage, la violation du code linguistique. Le proverbe lu ou entendu, hors de tout emploi situationnel, serait alors perçu comme vecteur d’humour, un humour aux grosses ficelles dont le succès serait nécessairement subjectif, mais qui aurait la faculté, en interpellant le destinataire, de donner davantage de poids à l’enseignement ou à l’avis véhiculé par l’énoncé proverbial. Ces « refranes » sont donc intrinsèquement burlesques, hors de toute situation de communication, et remettent de ce fait en question l’image quelque peu figée que nous nous faisons de l’univers proverbial. Puisque la sagesse proverbiale elle-même vante, en y ayant recours, les vertus didactiques de l’humour, « Riamos un poco, riamos, que no ha de faltar una hora en que muramos »

Haut de page

Notes

1 Francisco Rodríguez Marín, Discursos leídos ante la Real Academia sevillana de Buenas Letras, Séville, 1895, p. 10, cité par Louis Combet, Recherches sur le « Refranero » castillan, Paris, Société d’édition « Les Belles Lettres », 1971, p. 58.

2 Pour davantage de précisions sur le sujet, voir Emilio Cotarelo, « Semántica española », in Boletín de la Real Academia Española, III, Madrid, 1916 et Eleanor O’Kane, « Refranes y frases proverbiales españolas de la Edad Media », in Boletín de la Real Academia Española, Anejo II, Madrid, 1959, p. 14.

3 Louis Combet, op. cit., p. 15.

4 De telles théories auraient surtout été développées par l’école folkloriste de la fin du xixe siècle.

5 Gonzalo Correas, Vocabulario de refranes y frases proverbiales, 1627, Madrid, Edición Louis Combet revisada por Robert Jammes y Maïté Mir-Andreu, Editorial Castalia, Nueva Biblioteca de Erudición y Crítica, Madrid, 2000.

6 Myriam Roman, Poétique du grotesque et pratique du burlesque dans les romans hugoliens [en ligne], Groupe Hugo, Université de Paris VII, 1996, consulté le 15 octobre 2011. URL : http://groupugo.div.jussieu.fr/groupugo/96-04-06Roman.htm.

7 Ce type d’humour avait déjà cours, semble-t-il, il y a presque 4000 ans, ainsi qu’en témoigne cet extrait d’un article paru dans Libération en 2008 : « La très sérieuse université de Wolwerhampton, en Angleterre, a publié […] le classement des dix plaisanteries les plus anciennes du monde. Et la plus vieille blague, si on peut appeler ça ainsi, date de 1900 avant Jésus-Christ et suggère que l'humour scatologique était déjà en vogue chez les Sumériens, un peuple qui vivait dans ce qui est aujourd'hui le sud de l'Irak », Reuters, « La plus vieille blague du monde a 3900 ans », in Libération [en ligne], 31 juillet 2008, consulté le 23 octobre 2011. URL: http://www.liberation.fr/actualite/010128571-la-plus-vieille-blague-du-monde-a-3900-ans.

8 L’« opacité sémantique » correspond au concept de connotation, « transparence sémantique » à celui de dénotation. Gaston Gross, Les expressions figées en français, noms composés et autres locutions, Paris, Édition Oprhys, 1996 ; Ruth Amossy, Anne Herschberg Pierrot, Stéréotypes et clichés, Paris, Éditions Nathan, Lettres et Sciences sociales, 1997.

9 Cet énoncé, formellement construit sur une comparaison, est métaphorique puisqu’il connote dans son ensemble une relation plus générale de cause à effet.

10 Patrick Bacry, Les figures de style et autres procédés stylistiques, Paris, Belin, Collection Sujets, 1992, p. 89.

11 Pascal Amsili, « Antonymie », in Danièle Godard, Sémanticlopédie, dictionnaire de sémantique [En ligne], L. Roussarie et F. Corblin (éd.), GDR Sémantique & Modélisation, CNRS, 2006, consulté le 26 novembre 2011. URL : http://www.semantique-gdr.net/dico/.

12 Voir Asunción Bernárdez, « Castigat ridendo mores o de la función política de la risa », in El humor y la risa, Madrid, Fundación Autor, 2001.

13 Interpréter un énoncé revient pour le destinataire à décider quelles sont les hypothèses pertinentes, à savoir celles qui font l’objet de l’intention communicative du locuteur.

14 L’interprétation obtenue est la première dont les effets compensent l’effort de traitement. Jacques Moeschler remarque que « [e]n effet, le critère de cohérence avec le principe de pertinence explique pourquoi, dès qu’une interprétation est obtenue, le processus de traitement s’arrête et ne continue pas à l’infini : il suffit que le rendement effort-effet soit suffisant pour obtenir une interprétation cohérente avec le principe de pertinence. […] L’interprétation obtenue n’est donc pas le simple fait de l’énoncé, mais est le résultat de la combinaison de l’énoncé et d’hypothèses, à savoir de propositions munies d’une certaine force de croyance, qui composent le contexte. Le contexte de l’énoncé a donc comme propriété singulière, dans la théorie de la pertinence, d’être non pas donné par la situation, mais construit. », Jacques Moeschler et Anne Reboul, Dictionnaire Encyclopédique de Pragmatique, Paris, Seuil, 1994. Jacques Moeschler fait ici référence aux pages 201-215 et 252-256 de Dan Sperber & Deirdre Wilson, La Pertinence. Communication et cognition, Paris, Minuit, 1989.

15 Il s’agit de l’environnement linguistique immédiat.

16 En dehors des cas où la scatologie est abordée d’un point de vue pseudo-médical et où l’on se réfère à la sexualité rémunérée.

17 « Las equivalencias vocálicas usadas por Correas son las siguientes :
a = 1
e = 2
i = 3
o = 4 »
Louis Combet, op. cit., Prólogo XXX.

18 Cette hypothèse est renforcée par le caractère nécessairement opaque des proverbes burlesques à teneur scatologique. Deux écarts sont ainsi nécessaires afin de rompre le tabou, alors qu’un seul peut suffire lorsqu’il s’agit de sexualité.

19 Sigmund Freud, Totem et tabou. Interprétation par la psychanalyse de la vie sociale des peuples primitifs [En ligne], 1923, Chicoutimi, Édition électronique réalisée par Jean-Marie Tremblay, Les classiques des sciences sociales, 2002, p. 24, consulté le 3 décembre 2011. URL: http://www.therapiesenligne.be/Freud_Totems_Tabous.pdf.

20 Ibid., p. 32.

21 Lorsque la grossièreté ne génère pas le burlesque, cela implique que le tabou n’est pas brisé.

22 Dolorès Ligatto, Étude pragmatico-discursive du désaccord dans des corpus enregistrés à Buenos Aires, Thèse sous la direction de Denise François-Geiger, Paris V, 1990.

23 Jean-Claude Anscombre, « La parole proverbiale », in Langage, Paris, n° 139, Larousse, Septembre 2000.

24 Patrick Charaudeau, « Des catégories pour l’humour », in Revue Questions de communication, n° 10, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2006.

25 « Par prévention nous désign[ons] l’ensemble des mesures destinées à éviter un événement qu'on peut prévoir et dont on pense qu'il entraînerait un dommage pour l'individu ou la collectivité. […] Corrélativement, il peut s’agir de l’ensemble des mesures destinées à rechercher la réalisation d’un événement qu’on peut prévoir et dont on pense qu’il entraînerait un bénéfice pour l’individu ou la collectivité. », Sonia Fournet, Étude descriptive des proverbes dans la littérature hispanique médiévale et pré-classique et de leur fonctionnement au sein des mécanismes de l’argumentation, Thèse sous la direction de Dolorès Ligatto, Limoges, 2005, p. 206.

26 John R. Searle, Sens et expression, 1979, Paris, Minuit, Le sens commun, 1982.

27 Il s’agit de l’effet engendré par la production de l'énoncé sur l’interlocuteur/lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sonia Fournet-Pérot, « Du burlesque chez Correas ou quand la grossièreté de la sagesse populaire devient un procédé humoristique », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 01 octobre 2014. URL : http://framespa.revues.org/1376

Haut de page

Auteur

Sonia Fournet-Pérot

Maître de conférences à l’Université de Limoges, Équipe CeReS
sonia.fournet@unilim.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page