Navigation – Plan du site

Introduction

Zélie Navarro-Andraud et Nathalie Dessens

Texte intégral

1Cette publication fait suite à la tenue de deux journées d’études portant sur l’espace atlantique, organisées en 2010 et 2011 à l’Université de Toulouse-Le Mirail. Partant du constat que l’histoire atlantique était encore assez peu présente dans l’historiographie française, Zélie Navarro-Andraud et Dominique Goncalves, tous deux membres de FRAMESPA, avaient inauguré, en février 2010, la série de journées intitulée « L’espace atlantique : rôle et impact d’un monde sur ses acteurs » par l’organisation d’une première réflexion intitulée « Le lien familial à l’épreuve de l’Atlantique ». Cette journée, fertile en débats, avait démontré l’intérêt du cadre de l’histoire atlantique, lançant quelques pistes vers des réflexions plus larges sur la construction de réseaux familiaux, suggérant que ces expériences atlantiques devenaient parfois des entreprises familiales, au-delà de l’expérience individuelle. C’est ce qui a motivé l’organisation, par Zélie Navarro-Andraud et Nathalie Dessens, dans une collaboration entre FRAMESPA et Suds d’Amériques, Espace Atlantiques (laboratoire de l’Université de Versailles-St. Quentin), de la deuxième journée, « Les réseaux familiaux atlantiques », en avril 2011. L’idée était alors d’aborder l’Atlantique de façon moins personnelle et individuelle, et de le considérer non plus exclusivement comme une interface familiale, mais comme un outil de mobilité sociale.

2Dans un cas comme dans l’autre, le sujet de focalisation premier était donc l’espace atlantique, et il s’est avéré à la fois extrêmement fructueux et source de confluences entre les intervenants, venus pourtant d’horizons fort divers et ayant des objets d’études tout aussi divers sur les Amériques hispanophones, anglophones ou francophones, coloniales ou immédiatement postcoloniales. L’histoire atlantique était bien le fil conducteur des diverses réflexions.

  • 1  Jacques Godechot, Histoire de l’Atlantique, Paris, Bordas, 1947.
  • 2  Pierre et Huguette Chaunu, Séville et l’Atlantique (1504-1650), Paris, SEVPEN, 1955-1960.
  • 3  Bertrand Van Ruymbeke, « L’histoire Atlantique aux États-Unis : la périphérie au centre », Nuevo M (...)
  • 4  Robert R. Palmer, The Age of the Democratic Revolution: A Political History of Europe and America, (...)
  • 5  David Armitage, « Tres conceptos de historia atlántica », Revista de Occidente, n° 281, octubre 20 (...)

3L’histoire atlantique, en tant qu’objet d’étude, apparaît dès la fin du xixe siècle. La conceptualisation de l’Atlantique comme espace d’émergence de cultures originales est le fruit de géographes allemands qui pensent alors que les structures géographiques peuvent expliquer les grandes différences culturelles existant dans le monde. D’autre part, au xixe siècle et dans la première moitié du xxe siècle, la période coloniale était essentiellement étudiée, aux États-Unis, dans une perspective téléologique, avec pour ambition d’expliquer la Révolution et l’Indépendance américaines. C’est dans les années 1940-1950, dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale, de l’alliance anglo-américaine et de la charte de l’Atlantique, puis de la Guerre froide et de la création de l’OTAN, que l’histoire atlantique se développe véritablement. Elle consiste alors essentiellement à retracer l’histoire de l’océan Atlantique, ainsi que l’ont élaborée, entre autres, Jacques Godechot dans son Histoire de l’Atlantique1 et Pierre Chaunu2 qui développe, pour sa part, le concept d’« espace atlantique » comme lieu d’échanges culturels, dans la perspective de « la célébration d’un héritage culturel et intellectuel atlantique commun à l’Europe de l’Ouest et à l’Amérique du Nord, en fait occidental3 ». En d’autres termes, il s’agit de définir une civilisation commune. Outre-Atlantique, Robert R. Palmer, s’inscrivant dans la même démarche historiographique, énonce ainsi, pour la première fois, dans son ouvrage The Age Democratic Revolution4, l’expression de « Atlantic System » pour décrire les processus, ici révolutionnaires, unissant l’Europe occidentale et les États-Unis à la fin du xviiie siècle. L’Atlantique se fait alors « l’océan intérieur de la civilisation occidentale5 ». Quant aux travaux sud-américains, ils développent une méthodologie d’analyse permettant d’étudier de façon globale la culture des mondes coloniaux hispaniques résultant de l’influence européenne et du syncrétisme américain.

4À partir des années 1960, le développement des sciences sociales – en particulier la sociologie et l’anthropologie –, au sein desquelles l’histoire puise des méthodes et des concepts, l’influence de l’École des Annales et du Cambridge Group for the History of Population and Social Structure et l’apparition d’un nouvel intérêt pour les sociétés et cultures non européennes, sont à l’origine de la nouvelle histoire atlantique aux États-Unis. En effet, l’émergence de la nouvelle histoire sociale donne une impulsion aux travaux portant sur les Treize Colonies. C’est de cette reconfiguration de l’histoire coloniale de l’Amérique britannique qu’est issue ce que l’on appellera plus tard la « nouvelle histoire atlantique ».

5Focalisé initialement sur le « White Atlantic », le développement des études sur la traite, l’esclavage et la diaspora noire aboutit à l’histoire du « Black Atlantic » à partir des années 70, marquant de la sorte la transformation de l’histoire atlantique. Celle-ci se veut désormais multiculturelle, multiethnique et multiraciale. Les recherches démographiques sur l’esclavage, les migrations, les populations indiennes, le commerce et l’histoire intellectuelle confèrent incontestablement une nouvelle dimension à la discipline.

  • 6  Jack P. Greene, Peripheries and Center. Constitutional Development in the Extended Polities of the (...)

6Or, l’essor du renouvellement de l’histoire sociale donne lieu, quelques décennies plus tard, à un morcellement de ladite discipline, en raison de la multiplicité des travaux, nécessitant alors un recadrage. C’est ce que tente de réaliser Jack Greene en proposant le paradigme centre-périphéries dans une publication intitulée Peripheries and Center. Constitutional Development in the Extended Polities of the British Empire and the United States, 1607-17886, véritable synthèse en matière d’histoire politique et constitutionnelle. Ainsi, la synthèse et la reconceptualisation de ces différentes histoires sont à l’origine de la « nouvelle » histoire atlantique dans les années 1990, développée aux États-Unis. On assiste alors à un changement d’échelle d’analyse en matière spatiale, incluant non seulement le continent africain mais également la Caraïbe et l’Amérique latine dans un « Système atlantique », rebaptisé aujourd’hui « Atlantic World ».

  • 7  John K. Thornton, Africa and Africans in the Formation of the Atlantic World, 1400-1680, Cambridge (...)
  • 8  Paul Gilroy, The Black Atlantic: Modernity and Double Consciensness, Cambridge, Harvard University (...)
  • 9  Cécile Vidal, « La nouvelle histoire atlantique : nouvelles perspectives sur les relations entre l (...)

7Deux ouvrages, parus au début des années 1990, vont jouer un rôle fondamental dans la prise en compte plus systématique de l’Afrique et des Africains dans l’histoire atlantique : le livre pionnier de John Thornton7 et celui de Paul Gilroy8 qui formule le concept « d’Atlantique noir ». Ainsi, trois décennies plus tard, la nouvelle histoire atlantique représente une étape supplémentaire dans la remise en cause de l’exceptionnalisme américain et dans l’émancipation de l’histoire coloniale par rapport à l’histoire nationale, ainsi que le souligne Cécile Vidal dans son compte-rendu de l’ouvrage de John Elliott Empires of the Atlantic World : Britain and Spain in America 1492-1830. Néanmoins, la place dévolue, dans les études, aux empires et aux Atlantiques britannique, espagnol, français, néerlandais, etc., tend malgré tout à perpétuer la prédominance de l’« Atlantique blanc ». Or, le concept même d’« Atlantique blanc » impose un cadre d’analyse spécifique à l’ensemble des travaux atlantiques, alors qu’il existait, dans les faits, plusieurs Atlantiques « façonnés par la position, les expériences et la perspective de chaque individu et de chaque groupe9 ».

  • 10  Bernard Bailyn, Atlantic History. Concept and Contours, Cambridge, Harvard University Press, 2005.
  • 11  Federica Morelli, « Bernard Bailyn, Atlantic History. Concept and Contours, Harvard, Harvard Unive (...)
  • 12  Cécile Vidal, La nouvelle histoire atlantique…, op. cit.
  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid.

8En ce qui concerne le concept d’« histoire atlantique », il se veut être, avant tout, une histoire transnationale formant une « world history » appliquée à un champ spatio-temporel particulier. Dans son ouvrage Atlantic History. Concept and Contours10, Bernard Bailyn envisage l’histoire atlantique comme un objet d’enquête historique et énonce l’idée que « le monde atlantique constitue une unité d’analyse, un vaste espace unitaire et intégré, au sein duquel doivent être étudiées les relations entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques, entre le début du xve et le milieu du xixe siècle, dans une perspective transnationale ou comparative11 ». En avançant l’idée que « le monde atlantique constitue une unité d’analyse historique au sein de laquelle doivent être étudiées de manière privilégiée les relations transnationales et transimpériales entre les sociétés bordant l’océan Atlantique parce que celles-ci furent largement influencées et transformées par ces échanges12 », la nouvelle histoire atlantique remet en cause les cadres impériaux et nationaux dans lesquels s’inscrit l’histoire coloniale des Amériques. Il s’agit donc de décloisonner les historiographies relatives à l’Europe de l’Ouest, à l’Afrique et aux Amériques, qu’elles soient britanniques, espagnoles, portugaises ou françaises. En effet, celles-ci, en raison de l’évolution de l’histoire coloniale et des histoires nationales, se sont longtemps développées de façon indépendante. Ainsi, comme le souligne Cécile Vidal, « à une perspective diachronique a donc succédé une perspective synchronique13 ». C’est-à-dire que l’histoire coloniale américaine n’est plus appréhendée, aux États-Unis, par rapport aux développements historiques ultérieurs, mais en relation et en comparaison avec les autres entités territoriales du monde atlantique dans une même échelle de temps. Cette réorientation méthodologique résulte du paradigme selon lequel les relations, de toutes natures, parcourant l’espace océanique ont joué un rôle fondamental dans l’évolution des sociétés attenantes. De fait, l’histoire atlantique « s’attache à expliquer les transformations, les expériences et les événements qui se déroulent à un endroit en fonction de conditions qui dérivent de sa situation dans un monde vaste, multiple et interconnecté14». Cependant, il est à noter que, encore actuellement, aucun élément ayant influé de façon prégnante sur ces sociétés (éléments internes et/ou externes, et acteurs en tout genre) ne fait l’unanimité dans le monde scientifique.

  • 15 Ibid.
  • 16  Federica Morelli, « Bernard Bailyn, Atlantic History…, art. cit.

9Quoi qu’il en soit, le terme « atlantique » désigne un espace d’échanges ou un réseau de relations, plus ou moins affranchi des cadres impériaux15. Dans cette perspective sont alors appréhendés l’impact des sociétés métropolitaines et autochtones, le degré d’influence des circonstances locales et le rôle des facteurs internes ou externes dans la façon dont se constituent et se développent les sociétés coloniales. Enfin, par effet de retour, les sociétés, les cultures et les économies européennes ne peuvent être comprises sans tenir compte des empires coloniaux. L’histoire atlantique définie par John Elliott appréhende conjointement toutes les sociétés coloniales non pas dans une démarche comparative déconnectée mais dans une perspective dialectique. C’est ainsi que, dans l’appréhension des interconnexions continentales (Europe, Amériques, Afrique), certaines thématiques se prêtent particulièrement à un traitement pan-atlantique et, notamment, les flux de population et les réseaux mercantiles, épistolaires ou religieux. Tous ces migrants sont en effet des passeurs culturels ayant parcouru un océan qui se révèle être un véritable vecteur d’échanges. Or, les mobilités et les interactions culturelles qu’elles supposent, la mémoire collective et l’imaginaire qu’elles génèrent participent à la construction de l’espace atlantique. Celui-ci est un monde en mouvement qui doit donc être étudié à travers des dynamiques de changement et de développement. Cette perspective permet ainsi de « reconstruire des processus qui concernent à la fois l’Europe, l’Amérique et l’Afrique en restituant à chacun son rôle d’acteur de l’histoire ; avec l’idée sous-jacente que la rencontre des deux mondes a donné lieu à un processus continu de transformation de tous par tous et que, dans la construction de l’espace atlantique, les effets en retour sont aussi importants que les effets des chocs et des rencontres16 ». Cependant, bien que l’histoire atlantique offre un cadre d’analyse élargi et unifié, elle est également plurielle car traversée de tensions et de contradictions, fruits de la pluralité des expériences individuelles et collectives en son sein.

10Ainsi, aujourd’hui, l’histoire atlantique ne se résume plus à l’étude d’un espace, d’un empire ou de liens bilatéraux entre deux pays. Elle constitue également une approche conceptuelle, une grille de lecture, en ce sens que le monde atlantique représente désormais une unité d’analyse. L’objectif est alors de réaliser une histoire totale, ou global history. Cette approche nécessite, de fait, la remise en cause des cadres traditionnels dans lesquels nous pensons par inertie, le décentrage du regard de l’Europe et la prise en compte de nouveaux objets d’histoire.

  • 17  Cécile Vidal, « La nouvelle histoire atlantique en France : ignorance, réticence et reconnaissance (...)

11En dépit d’une appréhension tardive de ce nouveau courant historiographique, la communauté scientifique française tend, désormais, à participer à son élaboration. Le développement des études sur la « Franco-Amérique » ou l’« Amérique française » et l’« Atlantique français », invite les historiens français à appréhender l’histoire coloniale d’un point de vu autre que celui de la seule vision métropolitaine dans une perspective d’expansion européenne17. Néanmoins, il est à noter que les travaux des historiens français spécialistes de l’histoire latine coloniale ont, depuis plusieurs décennies déjà, abordé les sociétés créoles de l’empire espagnol et les relations entre Espagnols et Amérindiens (et donc les flux traversant l’Atlantique).

12Quoi qu’il en soit, les études adoptant une perspective atlantique et/ou impériale afin d’attester ou d’infirmer la réalité d’un atlantique français s’insérant dans un « monde atlantique » se multiplient. La conséquence en est un renouvellement de l’histoire coloniale de l’époque moderne et une collaboration fructueuse entre spécialistes du Canada, de la Louisiane et des Antilles françaises.

13C’est dans ce cadre que sont abordées, dans le présent volume, les questions familiales. Car l’espace atlantique est, d’abord, le fait d’individus, qui ont sillonné l’océan atlantique pour s’établir dans un ailleurs lointain, qui ont inauguré des entreprises économiques liant l’Europe, l’Afrique et les Amériques, qui ont favorisé le transport des hommes, des biens, des savoirs, des savoir-faire et des idées. C’est par ces individus que se sont constitués l’Atlantique blanc tout comme l’Atlantique noir, voire même un Atlantique de l’entre-deux, comme le montrent certains des articles du volume. Celui-ci étudie donc l’Atlantique en rapport avec la famille, démontrant à la fois la façon dont il a influé sur les familles, participant à des reconfigurations des liens familiaux, et la façon dont il est devenu, dans leurs mains, un outil de promotion familiale, apparaissant non plus comme un Atlantique subi mais comme un Atlantique à la fois choisi et réinvesti.

14Tout à fait en conformité avec les présupposés de la nouvelle histoire atlantique, ce dossier porte sur les Amériques. Il s’ouvre sur un article de Federica Morelli, intitulé « La dimension atlantique des indépendances hispano-américaines », qui sert, en partie, de cadre conceptuel et méthodologique au reste du dossier, en passant en revue les paradigmes interprétatifs récemment mis en place pour l’analyse des révolutions hispano-américaines et l’importance de l’histoire atlantique comme cadre de réinterprétation de ces révolutions.

15L’Amérique anglophone est, elle aussi, présente dans l’étude que mène Lauric Henneton sur les membres de la famille Winthrop et la façon dont ils ont investi l’Atlantique dans un vaste mouvement tant individuel que familial. « Le moment atlantique de la dynastie des Winthrop (xviie siècle) » montre bien comment, des îles britanniques à la Nouvelle-Angleterre, en passant par l’Afrique, l’Atlantique oriental et la Caraïbe, des réseaux familiaux se sont établis, aidant la structuration du réseau familial et celle de l’espace atlantique qui était, tout à la fois, un objet au service de la famille et le centre de l’entreprise familiale.

16Cette première partie du dossier montre bien le cadre de la conceptualisation que nous avons souhaité favoriser. L’article de Lauric Henneton nous entraîne déjà en partie vers des univers familiaux plus intimes, qui deviennent le fil rouge de la deuxième partie du dossier, davantage centrée sur l’univers familial intime et sur la façon dont l’Atlantique est venu rompre, créer et reconfigurer cet univers. De la fin du xviie siècle au xixe siècle, de la métropole à l’Amérique, de la Caraïbe à l’Amérique du Nord, les familles coloniales servent de fil conducteur à cette série d’article.

17La vision de Thierry Sauzeau est originale à plus d’un titre. Elle démontre comment l’Atlantique a été un espace de mouvements pendulaires, de déploiement et de repli, et comment il a été tout à la fois un espace de séparation et de rapprochements. Dans « La famille en Saintonge face aux métiers maritimes dans l’aire atlantique à la fin du xviiie siècle », il montre comment les acteurs de l’espace atlantique ont su utiliser cet espace pour en choisir le modèle.

18Si cet article nous ramène plutôt vers la métropole, ceux de Philippe Hrodej et Jacques de Cauna s’intéressent aux liens entre Saint-Domingue et la métropole, des débuts aux derniers moments de la colonisation française en Haïti. Dans « Les premiers colons de l’ancienne Haïti et leurs attaches en métropole à l’aube des premiers établissements (1650-1700) », Philippe Hrodej démontre la persistance des liens familiaux, malgré les difficultés matérielles inhérentes aux premiers moments de la colonisation de Saint-Domingue. À l’aube de la révolution haïtienne, Jacques de Cauna étudie, dans « Une famille rochelaise transatlantique : les Fleuriau », la façon dont ces liens se sont toujours maintenus, par-delà les aléas des diverses expériences coloniales, et par-delà, parfois, les clivages raciaux. Ce sont ces questions de reconfigurations familiales, dans le contexte des rapports interraciaux particuliers initiés par les sociétés de plantation des Amériques, qui sont aussi en toile de fond de l’article de Nathalie Dessens, « Destins familiaux brisés, destins familiaux croisés : le rôle de la correspondance dans l’espace atlantique au xixe siècle ». De Saint-Domingue en pleine révolution à la Louisiane au début de sa période postcoloniale, la famille de Sainte-Gême est un autre de ces exemples frappants de reconfigurations des familles transatlantiques, parfois issues du métissage.

19Il reste encore beaucoup à faire pour parvenir à une meilleure connaissance de ces phénomènes et les liens avec l’Afrique mériteraient que l’on s’y intéresse tout particulièrement. Mais il apparaît de façon évidente que la nouvelle histoire atlantique a ouvert des horizons fertiles permettant une compréhension approfondie de ces réseaux particuliers qui, pour paraître anecdotiques, n’en ont pas moins été autant de chevilles ouvrières de l’espace atlantique. Gageons que l’émergence de ces nouveaux paradigmes permettra de poursuivre l’étude d’un monde en formation et en évolution.

Haut de page

Notes

1  Jacques Godechot, Histoire de l’Atlantique, Paris, Bordas, 1947.

2  Pierre et Huguette Chaunu, Séville et l’Atlantique (1504-1650), Paris, SEVPEN, 1955-1960.

3  Bertrand Van Ruymbeke, « L’histoire Atlantique aux États-Unis : la périphérie au centre », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Coloquios, 2008, [En línea], Puesto en línea el 19 septiembre 2008. URL: http://nuevomundo.revues.org/index42083.html

4  Robert R. Palmer, The Age of the Democratic Revolution: A Political History of Europe and America, 1760-1800, Sofcover, Princeton University Press, 1959-1963.

5  David Armitage, « Tres conceptos de historia atlántica », Revista de Occidente, n° 281, octubre 2004, p. 7-28.

6  Jack P. Greene, Peripheries and Center. Constitutional Development in the Extended Polities of the British Empire and the United States, 1607-1788, New-York, Norton, 1990.

7  John K. Thornton, Africa and Africans in the Formation of the Atlantic World, 1400-1680, Cambridge University Press, 1992.

8  Paul Gilroy, The Black Atlantic: Modernity and Double Consciensness, Cambridge, Harvard University Press, 1993.

9  Cécile Vidal, « La nouvelle histoire atlantique : nouvelles perspectives sur les relations entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques du xve au xixe siècle ». À propos de John H. Elliott, Empires of the Atlantic World: Britain and Spain in America 1492-1830 et de Imperios de mundo atlántico. España y Gran Bretaña, La Revue Internationale des Livres et des Idées, [En ligne], Mis en ligne le 24 février 2009. URL : http://www.revuedeslivres.onoma6.com/articles.php?idArt=120

10  Bernard Bailyn, Atlantic History. Concept and Contours, Cambridge, Harvard University Press, 2005.

11  Federica Morelli, « Bernard Bailyn, Atlantic History. Concept and Contours, Harvard, Harvard University Press, 2005, 149 p. », Nuevo Mundo, Mundos Nuevos, Reseña de libros y CD roms, 2006, [en línea], Puesto en línea el 03 abril 2006. URL http://nuevomundo.revues.org/index2151.html

12  Cécile Vidal, La nouvelle histoire atlantique…, op. cit.

13 Ibid.

14 Ibid.

15 Ibid.

16  Federica Morelli, « Bernard Bailyn, Atlantic History…, art. cit.

17  Cécile Vidal, « La nouvelle histoire atlantique en France : ignorance, réticence et reconnaissance tardive », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Coloquios, 2008, [En línea], Puesto en línea el 24 septiembre 2008. URL: http://nuevomundo.revues.org/index42513.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zélie Navarro-Andraud et Nathalie Dessens, « Introduction », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 08 mars 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/1296

Haut de page

Auteurs

Zélie Navarro-Andraud

Zélie Navarro-Andraud est docteur en histoire et membre de FRAMESPA.
zelie.navarro@free.fr

Nathalie Dessens

Nathalie Dessens est professeur au Département d’Études du Monde Anglophone de l’Université de Toulouse 2-Le Mirail. Elle est membre du Laboratoire « Suds d’Amériques, Espace Atlantiques » de l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et membre associé de FRAMESPA. Ses recherches portent sur le monde des plantations dans les Amériques (Sud des États-Unis et Caraïbe) et se sont récemment recentrées sur la Louisiane, carrefour entre les mondes caribéens et états-uniens.
dessens@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org