Navigation – Plan du site
Les traités d'architecture à l'épreuve des monuments

L’influence de Palladio dans l’œuvre de l’architecte toulousain Jean-Arnaud Raymond à la fin du XVIIIe siècle

Palladio’s influence in the work of Toulouse architect Jean-Arnaud Raymond at the late 18th century
Aurélie Lacourarie

Résumés

Jean-Arnaud Raymond ( Toulouse 1738-Paris 1811 ) eut pour la théorie architecturale et l’œuvre de Palladio un respect particulier qui se manifesta durant ses années d’études et se développa lors de ses années d’exercice. Á l’issue de sa formation, il utilisa l’héritage palladien dans plusieurs de ses créations languedociennes qui témoignent de l’adaptation des principes architecturaux développés par l’architecte vicentin.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Michel Gallet, Les architectes parisiens du XVIIIe siècle, Dictionnaire biographique et critique, (...)
  • 2  Architecture de Palladio divisée en quatre livres…avec des notes d’Inigo Jones…le tout revu pas Ja (...)

1Jean-Arnaud Raymond, né à Toulouse en 1738 et décédé à Paris en 1811, est issu d’une famille de charpentiers toulousains. Il étudia l’architecture à l’Académie royale de Toulouse à partir de 1759 et poursuivit sa formation à l’Académie Royale d’Architecture de Paris avec Jacques-François Blondel1. Auprès de ce dernier, il apprit, selon la tradition, la composition d’après les œuvres de « l’école française ». C’est aussi à cette époque qu’il put se familiariser plus encore avec la théorie de Palladio : si Blondel s’y opposait, il avait néanmoins acheté pour la bibliothèque de l’Académie un nouvel exemplaire des Quattro Libri, celui de la Haye paru en 1726, traduit en français et augmenté des commentaires de l’architecte anglais Inigo Jones2.

  • 3  Jean-Philippe Garric, Recueils d’Italie, Les modèles italiens dans les livres d’architecture franç (...)
  • 4  Jean-Marie Pérouse de Montclos, « Les Prix de Rome », Concours de l’Académie royale d’architecture (...)
  • 5  La correspondance de Jean-Arnaud Raymond et Tommaso Temanza se compose de vingt lettres échangées (...)

2Au cours de cette seconde moitié du XVIIIe siècle, et comme cela était déjà le cas en Angleterre, les motifs palladiens commençaient à s’imposer comme l’une des composantes fondamentales du renouveau à l’antique3. L’attention de la jeune génération d’architectes français se portait alors vers le maître vicentin qui était pour eux l’un des initiateurs -parmi les plus respectés- à l’architecture antique et moderne que certains allaient pouvoir étudier plus encore grâce au séjour à Rome, accordé à la plupart des lauréats du Grand Prix décerné chaque année4. C’est ainsi qu’après avoir obtenu cette récompense en 1766, Jean-Arnaud Raymond partit en 1769 pour l’Académie de France à Rome, où il se forma jusqu’en 1772. Á l’issue de ce séjour, entre 1772 et 1774, il étudia les monuments antiques de Rome et de la région de Naples, visita la Toscane et le Milanais et poursuivit ses études sur les ouvrages de Vignole, Scamozzi et surtout sur les monuments de Palladio. Ceux-ci, d’après ce qu’il écrivit à son ami et correspondant Tommaso Temanza, architecte de la ville de Venise,lui firent « grande impression »5.

  • 6  Ibid., lettre III, p. 257.

3Raymond effectua ainsi plusieurs séjours en Vénétie où, explique-t-il encore en 1772 à Temanza, « mon guide est toujours Palladio »6. Il aspire alors à analyser le plus sûrement possible les particularités du langage du grand architecte de la Renaissance.

  • 7  Ottavio Bertotti Scamozzi, Le Fabriche e i disegni di Andrea Palladio, raccolti ed illustrati da O (...)
  • 8  Loredana Olivato, op. cit., lettre XX, p. 258.
  • 9  Jean Nougaret, Marie-Sylvie Grandjouan ( ss. dir. ), Montpellier Monumental, 2 vol. , Paris, Monum (...)

4De ces études et de cette admiration naîtra le projet de rédiger une biographie accompagnée des relevés des monuments du maître vicentin. Mais la publication des bâtiments et dessins de celui-ci par Bertotti Scamozzi, soutenue par Tomazo Temanza, s’annonçait déjà et le projet de Raymond resta dans ses cartons7. Après cet échec et cinq années passées en Italie, il rentra en France à la fin de l’année 17748. Il s’établit à Toulouse puis gagna Paris où il réalisa divers projets pour des particuliers avant d’être appelé à partir de 1776 par les États de Languedoc pour lesquels il conçut des bâtiments à Montpellier et à Nîmes, ainsi qu’à Toulouse et dans sa région9.

5Au fil de la correspondance de Raymond avec Temanza, l’enthousiasme et l’admiration de l’architecte français pour Palladio transparaissent constamment. En 1773, il confiait encore à son ami : » j’espère parvenir à ce goût que j’ai toujours aimé et qui m’a infiniment séduit, jugeant que tout ce qui a de la célébrité en un tel genre ressemble à ce que ce génie supérieur a transmis à la postérité »10. Cette admiration perdura durant toute sa carrière comme le suggère sa bibliothèque qui contenait à la fin de sa vie un exemplaire du Traité des Cinq ordres d’architecture traduit par Le Muet, un recueil de dessins de Palladio publié par Lord Burlington, Les bâtimens et les desseins de Palladio par Bertotti Scamozzi mais aussi un exemplaire de la notice consacrée à la vie de Palladio par Temanza11. Plusieurs édifices témoignent également de cette durable admiration.

  • 12  Dossiers conservés aux Archives Départementales du Gers ( A.D.G. ) : E suppl 5552, V 161-église de (...)

6En 1778, Jean-Arnaud Raymond se vit confier grâce au soutien de l’archevêque Loménie de Brienne, la reconstruction de la collégiale Saint-Martin de l’Isle Jourdain, un bourg situé au sud de Toulouse. Le chantier ne débuta que quatre ans plus tard, en 1782, après que le chapitre et la communauté l’isloise se soient enfin accordés sur le cinquième projet dressé par Raymond12.

7En 1785, l’église était achevée et se présentait telle qu’aujourd’hui, accolée à l’ancienne tour-clocher du 14e siècle, abstraction faite des bâtiments qui s’étirent sur son flanc ( fig. 1 et fig. 2 ).

Figure 1 

Figure 1 

Collégiale Saint-Martin, façade latérale sud, 1782-1785, L’Isle-Jourdain (Gers).

Cliché A. Lacourarie

Figure 2 

Figure 2 

Collégiale Saint-Martin, façade latérale nord et entrée, 1782-1785.

Cliché A. Lacourarie

8Par son aspect d’ensemble, par son long vaisseau de briques, massif et d’une grande sobriété, par les extrémités de la nef et du transept percées d’une grande fenêtre thermale, la collégiale s’apparente à quelques édifices palladiens de Venise : l’église du Redentore, San Giorgio Maggiore et son réfectoire ou encore l’église des Zitelle, qui présentent des volumes massifs et simplifiés, ainsi que la fenêtre thermale inspirée des thermes de Dioclétien dont le dessin -idéal pour éclairer des salles voûtées en berceau- se retrouve aussi de manière récurrente dans des édifices comme la villa Zeno ou encore celle de Pisani à Bagnole ( fig. 3 et fig. 4 ).

Figure 3 

Figure 3 

Palladio, Villa Zeno, 1554,Casalto, Quattro Libri, livre II.

Cliché A. Laourarie

Figure 4 

Figure 4 

Palladio, Villa Pisani, 1542,Bagnole, Quattro Libri, livre II.

Cliché A. Laourarie

9Á l’Isle-Jourdain, la collégiale Saint-Martin se développe, selon un plan en croix latine ( fig. 5 ).

Figure 5 

Figure 5 

Plan de la collégiale Saint Martin, dossier DRAC Midi-Pyrénées

Cliché A. Lacourarie

  • 13  Frédérique Lemerle, Andrea Palladio, Les quatre livres d’architecture, trad. par Rolland Fréart de (...)

10Si Palladio préconisait l’usage du plan centré, rond ou carré, pour les sanctuaires, suivant les principes de Vitruve, il ne bannissait toutefois pas l’emploi du plan en croix « pourvu que la composition de l’architecte soit élégante et qu’il y ait convenance et proportion entre toutes les parties qui rendent l’ouvrage considérable »13. Suivant ce conseil, Raymond a fait judicieusement cohabiter les deux espaces de la collégiale, sans avoir à sacrifier l’un à l’autre : celui de la nef destinée aux fidèles et dans son prolongement, séparé par le transept, celui du chœur réservé aux chanoines.

11Le long de la nef, voûtée en berceau, il a aménagé deux chapelles face à face, délimitées par deux pilastres et deux colonnes monumentales d’ordre toscan ( fig. 5 et fig. 6 ).

Figure 6 

Figure 6 

Collégiale Saint-Martin, chapelles ouvertes sur la nef (vue de la nef vers l’entrée).

Cliché A. Lacourarie

12Le transept qui coupe le vaisseau en son milieu abrite également à ses deux extrémités deux chapelles délimitées de la même manière par deux colonnes toscanes et éclairées dans la partie supérieure par une fenêtre thermale ( fig. 7 et fig. 8 ).

Figure 7 

Figure 7 

Jean-Arnaud Raymond, Coupe longitudinale sur la longueur de la nef, 1782, A.D.G., E suppl. 5552.

Cliché A. Lacourarie

Figure 8 

Figure 8 

Collégiale Saint-Martin, chapelle du transept.

Cliché A. Lacourarie

13L’élévation latérale intérieure et plus particulièrement le dessin des deux chapelles du transept ( fig. 7 et fig. 8 ) trouvent un écho dans l’élévation de la chapelle Santa Lucia conçue par Palladio à Venise où l’on retrouve, comme à la collégiale, la fenêtre cintrée tripartite reposant sur un entablement soutenu par deux colonnes monumentales. Cette composition, qui est une variation sur le motif de la serlienne, Raymond l’a reproduite une troisième fois pour marquer l’espace sacré du chœur et pour matérialiser l’espace réservé aux chanoines. Cette disposition, modifiée au XIXe siècle, peut être restituée grâce au plan conservé de Raymond ( fig. 9 et fig. 10 ).

Figure 9 

Figure 9 

Collégial Saint-Martin, le chœur tel qu’il se présente depuis la modification du XIXe siècle.

Cliché A. Lacourarie

Figure 10 

Figure 10 

Jean-Arnaud Raymond, Coupe transversale au niveau du chœur, 1782, A.D.G., E suppl. 5552.

Cliché A. Lacourarie

14Au niveau du sanctuaire, l’architecte avait prévu un autel double : d’un côté dirigé vers la nef, de l’autre vers le chœur liturgique ( fig. 11 ). La séparation des deux espaces était ainsi assurée par deux colonnes similaires à celles des chapelles, disposées de part et d’autre de l’autel et soutenant une poutre de gloire au-dessus de laquelle se détache la fenêtre thermale. Ainsi, la construction de chacun des espaces sacrés était centrée sur un motif palladien qui assurait en outre une unification judicieuse du décor.

Figure 11 

Figure 11 

Jean-Arnaud Raymond, Coupe latérale de l’autel, détail, 1782, A.D.G., E suppl 5552.

Cliché A. Lacourarie

15L’espace général de l’église a subi une seconde modification majeure à la fin du XIXe siècle qui masque un autre aspect du langage palladien. Les murs et la voûte ont été entièrement couverts de peintures. Or, à l’origine, selon la description donnée par Joachim Le Breton en 1813 dans sa Notice historique sur la vie et les ouvrages de M. Raymond, cette construction présentait « un genre d’intérêt particulier » : il expliquait ainsi que

  • 14  Joachim Le Breton, Notice historique sur la vie et les ouvrages de M. Raymond Ancien Architecte du (...)

« son intérieur est décoré de colonnes en brique ; les platebandes, les corniches et les moulures, même les entablements qui offraient plus de difficultés, enfin tout l’édifice est érigé avec ces matériaux, qui sont ceux du pays »14.

16Tel que le suggère cette description, l’intérieur de l’église devait être sobrement paré : les colonnes, les pilastres ainsi que l’entablement étaient en briques nues et se détachaient sur des murs de briques badigeonnés d’un enduit blanc à l’instar de la voûte légère, constituée d’un enduit de plâtre appliqué sur un lattis de bois.

  • 15  Pierre Salies, La chapelle Saint-Roch du Férétra, Le passé méconnu de Toulouse, Toulouse, imp. San (...)

17Le parti pris de Raymond pour cet intérieur devait ainsi s’apparenter à celui de la chapelle Saint-Roch de Toulouse, qu’avec son frère il avait restaurée et embellie en 178415 ( fig. 12 ). Cette chapelle présente en effet des murs nus, sobrement parés d’un enduit blanc et animés de colonnes et de pilastres engagés d’ordre toscan, le tout surmonté d’une corniche en briques.

Figure 12 

Figure 12 

Chapelle Saint-Roch, 1784, Toulouse.

Cliché A. Lacourarie

  • 16  Andrea Palladio, Frédérique Lemerle, op. cit.

18Raymond avait ainsi appliqué l’un des principes énoncés par Palladio au second chapitre de son quatrième livre : » de toute les couleurs il n’y en à point de plus assortie à un temple que la blancheur, parce qu’elle représente la pureté que nous devons continuellement avoir devant les yeux, pour y conformer toutes les actions de notre vie, et nous rendre par ce moyen agréables à celui que nous y allons adorer »16. Ainsi Palladio employait-t-il le blanc par goût mais aussi comme un élément essentiel à la création de mises en scènes monumentales et lumineuses.

19Ce principe, Palladio l’appliqua dans l’église San Giorgio Maggiore, mais aussi au Redentore où dans des intérieurs immaculés aux parois de briques unifiées par un enduit de plâtre, où seuls ressortent les ornements architecturaux, les chapiteaux composites ainsi que la corniche, peints en gris clair. Á la chapelle du monastère de la Charité, toujours à Venise, il combina encore les murs blancs à des éléments ornementaux colorés, taillés dans la pierre, dont l’effet chromatique rappelle le traitement des parois choisi par Raymond.

  • 17  André Chastel, Palladiana, Paris, Gallimard, 1995, p. 71 et suiv.

20Cependant, si les édifices de Palladio sont construits pour la plupart en briques, il ne tire pas parti des effets chromatiques que peut offrir ce matériau combiné à d’autres et préfère employer la pierre ou les enduits clairs pour la mise en valeur des ornements17. Au contraire, Raymond emploie la brique comme un élément structurel et ornemental et adapte ainsi le jeu de bichromie aux particularités locales. La brique et le plâtre, matériaux de construction essentiels dans le midi de la France au XVIIIe siècle, présentaient l’avantage de pouvoir être mis en œuvre facilement pour obtenir des effets décoratifs et étaient de surcroit peu onéreux.

21Á la collégiale de l’Isle-Jourdain, Raymond parvient ainsi à concevoir un édifice qui réunit les principes palladiens de simplicité des volumes et de grande sobriété, avec un plan dépouillé qui permet d’articuler des espaces réguliers pour concilier l’accueil des fidèles et celui des chanoines, le tout dans un style humble opposé au style éloquent des bâtiments religieux urbains. Elle répondait ainsi à la fois à l’idéal de sobriété et au souci d’économie souhaités par le chapitre et la communauté ainsi qu’à la convenance d’une église bâtie à la campagne.

  • 18  André Chastel, op. cit.

22L’exemple de la collégiale de l’Isle-Jourdain illustre l’un des aspects essentiels de l’architecture religieuse de Palladio repris par Raymond : la nudité, selon le terme employé par André Chastel18, qui s’exprime par des surfaces lisses unifiées par un enduit blanc et rythmées par des éléments ornementaux mis en valeur par la couleur. Ce principe est également appliqué par Palladio dans des édifices civils à partir desquels Jean-Arnaud Raymond trouve une nouvelle source d’inspiration.

  • 19  Sis 10 Grand’rue à Nîmes. Actuel école des Beaux-arts. Voir Corinne Potay, « Hôtel Rivet, Grand’ru (...)

23Á l’hôtel Rivet ( fig. 13 ), dont la construction est attribuée à Jean-Arnaud Raymond en 1786 pour le compte du marchand nîmois David Rivet, l’architecte met en place une entrée monumentale d’une blancheur éblouissante, obtenue par la couleur naturelle de la pierre calcaire employée pour sa construction19 ( fig. 14 et fig. 15 ). Là encore, Raymond fait pleinement référence au maître vicentin.

Figure 13 

Figure 13 

Hôtel Rivet, façade 10 Grand’rue, 1786, Nîmes, actuelle école des Beaux-arts.

Cliché A. Lacourarie

Figure 14 

Figure 14 

Hôtel Rivet, hall d’entrée.

Cliché A. Lacourarie

Figure 15 

Figure 15 

Hôtel Rivet, hall d’entrée.

Cliché A. Lacourarie

24En effet, Palladio exploite la nudité des espaces intérieurs notamment à la villa Pisani, au palais Antonini ou encore au palais d’Iseppo Porto où il introduit le blanc obtenu par un enduit de plâtre rehaussé de couleur pour créer des mises en scènes froides et autoritaires où jouent les ombres et la lumière. Á l’hôtel Rivet cependant, et à la différence des édifices précédemment évoqués, les éléments architecturaux ne sont pas rehaussés de couleurs : Jean-Arnaud Raymond tire pleinement parti du matériau local et de ses variations chromatiques subtiles pour créer un effet palladien pour lequel la blancheur, la taille lisse et la nudité du matériau sont essentiels.

25C’est aussi pour son ordonnance que Raymond se réfère à Palladio. L’entrée, entièrement voûtée, se développe selon un plan carré à quatre colonnes toscanes et présente aux quatre coins deux niches destinées à recevoir des sculptures : organisation qui s’apparente clairement au salon de la villa Pisani à Montagnana, qui combinait aussi la fonction d’entrée ( fig. 16 ).

Figure 16 

Figure 16 

Palladio, Entrée/salon de la Villa Pisani, 1552-1555, Montagnana, Quattro Libri, livre II.

Cliché A. Lacourarie

  • 20  Andrea Palladio, Frédérique Lemerle, op. cit.

26Le choix de cette ordonnance, récurrente dans les demeures palladiennes, notamment en avant du logis et dans les salles d’entrée, Palladio s’en explique aux quatrième et cinquième chapitres du second livre des Quattro Libri : il est emprunté aux maisons des Anciens et se réfère aux atriums autours desquels s’effectuait la distribution des pièces d’habitation20 . L’usage est repris par l’architecte dans le même but, à la villa Pisani notamment, comme par Raymond qui, à partir de l’atrium à quatre colonnes conçoit deux couloirs voûtés dont l’un assure la distribution des pièces destinées à l’usage professionnel du marchand Rivet et l’autre conduit au grand escalier menant aux pièces privées.

27Les exemples présentés, parmi d’autres, montrent que Jean-Arnaud Raymond, très au fait des théories esthétiques et architecturales à la mode de son temps, fut l’un des principaux acteurs de la diffusion du palladianisme dans le midi de la France à la fin du XVIIIe siècle. Il retient surtout la nudité palladienne et l’articulation de volumes simples et réguliers, qu’il mêle habilement aux principes fondamentaux de l’architecture française, particulièrement au principe de la distribution établi par Blondel.

  • 21  Sur ses références à l’architecture française, voir Michel Gallet, Demeures parisiennes. L’époque (...)

28Cette étude se concentre sur trois édifices dus à Jean-Arnaud Raymond mais une analyse plus complète de ses œuvres, particulièrement des œuvres civiles, montrerait qu’il est partagé entre l’esprit de l’architecture française et l’esprit palladien dans lequel il trouve un modèle de pensée, d’ambition architecturale et une approche esthétique qui sublime son architecture au même titre que le modèle antique21. Il convient par ailleurs de considérer les limites entre imitation et transposition dans un contexte artistique et architectural partagé entre le goût des commanditaires et les particularités locales et nationales.

Haut de page

Bibliographie

CHASTEL, André, Palladiana, Paris, Gallimard, 1995.

GALLET, Michel, Les architectes parisiens du XVIIIe siècle, Dictionnaire biographique et critique, Paris, Mengès, 1995.

GARRIC, Jean-Philippe, Recueils d’Italie, Les modèles italiens dans les livres d’architecture français, Sprimont, Mardaga, 2004.

LEMERLE, Frédérique, Andrea Palladio, Les quatre livres d’architecture, trad. par Rolland Fréart de Chambray, Paris, Flammarion, 1997.

OLIVATO, Loredana, « Les monuments de Palladio… font grande impression » : J. A. Raymond a Tomaso Temanza », Arte Veneta, XXIX, 1975, p. 252-258.

PÉROUSE de MONTCLOS, Jean-Marie, « Les Prix de Rome », Concours de l’Académie royale d’architecture au XVIIIe siècle, Paris, Berger-Levrault, École nationale supérieure des Beaux-arts, 1984.

SALIES, Pierre, « Les Raymond charpentiers et architectes toulousains et Jean-Arnaud Raymond architecte du Roi », Archistra, n° 40 juin 1979, p. 33-43.

Haut de page

Notes

1  Michel Gallet, Les architectes parisiens du XVIIIe siècle, Dictionnaire biographique et critique, Paris, Mengès, 1995, p. 422-428. Pierre Salies, « Les Raymond charpentiers et architectes toulousains et Jean-Arnaud Raymond architecte du Roi », Archistra, n° 40 juin 1979, p. 34-43.

2  Architecture de Palladio divisée en quatre livres…avec des notes d’Inigo Jones…le tout revu pas Jacques Leoni, trad. de l’Italie par Nicolas du Bois, La Haye, chez P. Gosse, 1726. Voir Michel Gallet, « Palladio et l’architecture française dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », Les Monuments Historiques de la France, n° 2, numéro spécial consacré à Palladio, mars-avril 1975, p. 43-45.

3  Jean-Philippe Garric, Recueils d’Italie, Les modèles italiens dans les livres d’architecture français, Sprimont, Mardaga, 2004, p. 23-40.

4  Jean-Marie Pérouse de Montclos, « Les Prix de Rome », Concours de l’Académie royale d’architecture au XVIIIe siècle, Paris, Berger-Levrault, École nationale supérieure des Beaux-arts, 1984.

5  La correspondance de Jean-Arnaud Raymond et Tommaso Temanza se compose de vingt lettres échangées entre 1771 et 1774, conservées à Venise au Musée Correr. Ces lettres ont été publiées par Loredana Olivato, « Les monuments de Palladio… font grande impression » : J. A. Raymond a Tomaso Temanza », Arte Veneta, XXIX, 1975, p. 252-258.

6  Ibid., lettre III, p. 257.

7  Ottavio Bertotti Scamozzi, Le Fabriche e i disegni di Andrea Palladio, raccolti ed illustrati da Ottavio Bertotti Scamozzi…, Vicenza, F. Modena, 1776-1783, 4 vol. , 1ère éd. Tommaso Temanza avait également publié une notice sur Palladio, Vita di Andrea Palladio,... scritta di Tommaso Temanza,... aggiuntevi in fine due scritture dello stesso Palladio finora inedite, Venezia, G. B. Pasquali, 1762, reprise dans Vite dei più celebri architetti e scultori veneziani che fiorirono nel secolo decimosesto, scritte da Tommaso Ṫemanza, Venezia , stamp. di C. Palese, 1778. Voir Michel Gallet, Les architectes parisiens…, op. cit. p. 424.

8  Loredana Olivato, op. cit., lettre XX, p. 258.

9  Jean Nougaret, Marie-Sylvie Grandjouan ( ss. dir. ), Montpellier Monumental, 2 vol. , Paris, Monum, éd. du Patrimoine, 2005. Jean-Pierre Thomas, Mémoire sur la place du Peyrou à Montpellier, Montpellier, Édition de l’Entente Bibliophile, 1981. Corinne Potay, Jean Pey ( ss. dir. ), Nîmes, Les vingt ans du secteur sauvegardé, Nîmes, Imprimerie Arts Graphiques Modernes, 2005.

10  Loredana Olivato, op. cit., p. 254.

11  Andrea Palladio, Traicté des cinq ordres d’architecture, desquels se sont servy les anciens. Traduit du Palladio augmenté de nouvelles inventions pour l’art de bien bastir par le Sr Le Muet, A Paris chez Pierre Mariette fils, 1647. Andrea Palladio, Oeuvres. Fabriche antiche designate de... date in luce da R. Comte di Burlington, Londres, [s.n.], 1730. Bertotti Scamozzi, Les Batimens et les desseins de Andre Palladio recueillis et illustres par Octave Bertotti Scamozzi, ouvrage divise en quatre volumes, avec des planches, qui representent les plans, les facades, et les coupes, Vicence, chez Jean Rossi, 1796, 2ème éd.Tommaso Temanza, op. cit. L’inventaire de la bibliothèque a été réalisé par le peintre et marchand d’art Jean-Baptiste Lebrun. Anonyme, [Jean-Baptiste-Pierre Lebrun], Précis historique de la vie de Jean-Arnaud Raymond, suivi d’une Description des objets d’art réunis par Feu Raymond, Paris, Didot Jeune, s. d. [1811].

12  Dossiers conservés aux Archives Départementales du Gers ( A.D.G. ) : E suppl 5552, V 161-église de l’Isle-Jourdain ( 1817-1879 ). Voir aussi Archives Départementales de la Haute-Garonne, 1 G 692, 1 G 693 et 1 G 694. Bibliographie : Roger Bourse, Georges Laborie, L’Isle-Jourdain, Gers, d’hier et d’aujourd’hui, Imprimerie Fournié, Toulouse, 1995, p. 215 et suiv. Roger Bourse, Georges Laborie, « Les plans de la Collégiale Saint-Martin », Isle était, n° 11, 1997, p. 111-137. Françoise Legrand, « L’Isle-Jourdain », Congrès Archéologique de France, Gascogne, 128e session, 1970, p. 265-271.

13  Frédérique Lemerle, Andrea Palladio, Les quatre livres d’architecture, trad. par Rolland Fréart de Chambray, Paris, Flammarion, 1997, Livre IV, chapitre II.

14  Joachim Le Breton, Notice historique sur la vie et les ouvrages de M. Raymond Ancien Architecte du Roi, membre de l’Institut Impérial de France, et du Conseil des Bâtiments des civils, Architecte de S. M. L’Empereur et Roi, au Palais de Saint-Cloud, lue à la séance publique de la Classe des Beaux-Arts de l’Institut Impérial de France le 2 octobre 1813, par Joachim Le Breton, Paris, Firmin Didot, 1813, p. 38 et suiv.

15  Pierre Salies, La chapelle Saint-Roch du Férétra, Le passé méconnu de Toulouse, Toulouse, imp. San José, 1953.

16  Andrea Palladio, Frédérique Lemerle, op. cit.

17  André Chastel, Palladiana, Paris, Gallimard, 1995, p. 71 et suiv.

18  André Chastel, op. cit.

19  Sis 10 Grand’rue à Nîmes. Actuel école des Beaux-arts. Voir Corinne Potay, « Hôtel Rivet, Grand’rue », Cévennes Magazine, n° 1034, 6 mai 2000, p. 9-12, n° 1035, 13 mai 2000, p. 11-14, n° 1036, 20 mai, p. 11-14, n° 1037, 27 mai, p. 11-14 et n° 1038, 3 juin, p. 11-14. Lieutenant-colonel Blanchard, « L’hôtel Rivet », Le Vieux Nîmes, décembre 1936, n° 9, p. 111-138.

20  Andrea Palladio, Frédérique Lemerle, op. cit.

21  Sur ses références à l’architecture française, voir Michel Gallet, Demeures parisiennes. L’époque de Louis XVI, Paris, Le Temps, 1964. Michel Gallet, « La maison de Madame Vigée-Lebrun rue du Gros-Chenet », Gazette des Beaux-Arts, novembre 1960, p. 276-284. Marie-Luce Pujalte, « L’hôtel des Lebrun ou l’interprétation singulière d’une maison d’artiste, La maison de l’artiste, construction d’un espace de représentation entre réalité et imaginaire ( XVIIe–XXe siècles ), actes du colloque international, Poitiers, 8-10 novembre 2005, ss. dir. Jean Gribenski, Véronique Meyer et Solange Vernois, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, p. 43-52.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 
Légende Collégiale Saint-Martin, façade latérale sud, 1782-1785, L’Isle-Jourdain (Gers).
Crédits Cliché A. Lacourarie
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/128/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 2 
Légende Collégiale Saint-Martin, façade latérale nord et entrée, 1782-1785.
Crédits Cliché A. Lacourarie
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/128/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 3 
Légende Palladio, Villa Zeno, 1554,Casalto, Quattro Libri, livre II.
Crédits Cliché A. Laourarie
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/128/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 4 
Légende Palladio, Villa Pisani, 1542,Bagnole, Quattro Libri, livre II.
Crédits Cliché A. Laourarie
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/128/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 5 
Légende Plan de la collégiale Saint Martin, dossier DRAC Midi-Pyrénées
Crédits Cliché A. Lacourarie
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/128/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 6 
Légende Collégiale Saint-Martin, chapelles ouvertes sur la nef (vue de la nef vers l’entrée).
Crédits Cliché A. Lacourarie
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/128/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 7 
Légende Jean-Arnaud Raymond, Coupe longitudinale sur la longueur de la nef, 1782, A.D.G., E suppl. 5552.
Crédits Cliché A. Lacourarie
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/128/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 8 
Légende Collégiale Saint-Martin, chapelle du transept.
Crédits Cliché A. Lacourarie
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/128/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 9 
Légende Collégial Saint-Martin, le chœur tel qu’il se présente depuis la modification du XIXe siècle.
Crédits Cliché A. Lacourarie
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/128/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 10 
Légende Jean-Arnaud Raymond, Coupe transversale au niveau du chœur, 1782, A.D.G., E suppl. 5552.
Crédits Cliché A. Lacourarie
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/128/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 11 
Légende Jean-Arnaud Raymond, Coupe latérale de l’autel, détail, 1782, A.D.G., E suppl 5552.
Crédits Cliché A. Lacourarie
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/128/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 12 
Légende Chapelle Saint-Roch, 1784, Toulouse.
Crédits Cliché A. Lacourarie
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/128/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 13 
Légende Hôtel Rivet, façade 10 Grand’rue, 1786, Nîmes, actuelle école des Beaux-arts.
Crédits Cliché A. Lacourarie
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/128/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 14 
Légende Hôtel Rivet, hall d’entrée.
Crédits Cliché A. Lacourarie
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/128/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 15 
Légende Hôtel Rivet, hall d’entrée.
Crédits Cliché A. Lacourarie
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/128/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 16 
Légende Palladio, Entrée/salon de la Villa Pisani, 1552-1555, Montagnana, Quattro Libri, livre II.
Crédits Cliché A. Lacourarie
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/128/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Lacourarie, « L’influence de Palladio dans l’œuvre de l’architecte toulousain Jean-Arnaud Raymond à la fin du XVIIIe siècle », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 5 | 2010, mis en ligne le 06 avril 2011, consulté le 30 mai 2017. URL : http://framespa.revues.org/128 ; DOI : 10.4000/framespa.128

Haut de page

Auteur

Aurélie Lacourarie

Doctorante en 4e année, Framespa ( UMR 5136 ), Université Toulouse II - Le Mirail. Direction : Pascal Julien (Professeur en histoire de l’art moderne, Université Toulouse II - Le Mirail ). Sujet de thèse : Architecture et décors en Midi toulousain dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle.
alacourarie@numericable.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org