Navigation – Plan du site

Destins familiaux brisés, destins familiaux croisés : une correspondance atlantique au XIXe siècle

Reconfiguring Family Connections: The Role of Correspondences in the Nineteenth-Century Atlantic Space
La reconfiguración de los vínculos familiares : el papel de la correspondencia en el espacio atlántico del siglo xix
Nathalie Dessens

Résumés

Cet article examine le rôle des correspondances dans la reconfiguration des relations familiales atlantiques. Partant d’un cas d’étude, la correspondance de Jean Boze à Henri de Sainte-Gême, archivée à la Historic New Orleans Collection, à la Nouvelle-Orléans, il examine la rupture des liens familiaux dans l’espace atlantique à l’ère des grandes migrations de l’Europe vers les Amériques et les reconfigurations qui ont émergé dans l’espace atlantique, au-delà de simple relations transatlantiques. L’article conclut sur l’importance des correspondances dans cette reconfiguration et dans la construction d’un espace familial atlantique.

Haut de page

Texte intégral

1Les xviiie et xixe siècles ont été marqués par de vastes mouvements de population transatlantiques. Les Amériques ont été le lieu d’accueil de très nombreux migrants venus d’Europe. Les situations de migration étaient très diverses, selon le niveau socio-économique des migrants, mais aussi selon le lieu d’accueil qu’ils choisissaient sur le continent américain. Quels qu’aient été le lieu d’accueil et les conditions de la migration, un point commun a marqué ces déplacements de population : la profusion de correspondances que ces migrations ont produite, que les migrants se soient installés au nord ou au sud du continent, ou dans les îles de la Caraïbe. Un autre point commun indéniable est la distance physique que ces déplacements de population ont entraînée au sein des familles de migrants. L’objet de cet article est de lier ces deux points en abordant la séparation physique occasionnée par les mouvements transatlantiques et le rôle des correspondances dans le maintien et la reconfiguration des liens familiaux transatlantiques.

2Pour réfléchir sur ces reconfigurations, cet article se fonde sur une correspondance dont l’étude s’inscrit dans un projet plus large d’ouvrage au sein duquel la dimension personnelle et familiale ne représente qu’une part mineure de l’étude, cette correspondance présentant un certain nombre de différences par rapport au modèle le plus courant de correspondances atlantiques. Alors que la majeure partie des correspondances fait la part belle à la dimension personnelle et laisse assez peu de place à la dimension historique générale, celle qui est étudiée ici consacre une place particulièrement importante à la description de la société d’accueil. Si le but de l’ouvrage en cours est donc d’étudier la façon dont elle devient une chronique particulière d’un territoire de ces Amériques en reconstruction à l’aube du xixe siècle, il n’empêche qu’elle consacre un espace non négligeable à la dimension familiale qui sera examinée dans le présent article.

3Cet article s’ouvrira sur quelques réflexions théoriques et méthodologiques générales sur l’étude des correspondances dans le cadre des mouvements migratoires, avant de s’attacher à présenter la correspondance choisie comme étude de cas, en la replaçant dans son contexte historique et en introduisant ses protagonistes. Il examinera ensuite le traitement qu’elle réserve à la dimension personnelle et familiale, avant de conclure sur le rôle des correspondances dans la reconfiguration des liens familiaux transatlantiques.

Migrations et correspondances

4Il n’est pas utile ici d’insister sur les flux importants qui se sont établis entre l’Europe et les Amériques aux xviiie et xixe siècles. La Grande-Bretagne, l’Irlande, les États allemands, la France et l’Espagne ont vu de larges groupes de population migrer vers les Amériques, au nord, au sud et dans la Caraïbe. L’ensemble de ces déplacements a produit un très large corpus de correspondances transatlantiques qui sont devenues, au xxe siècle, un objet d’étude privilégié pour les historiens. De nombreux groupes, en France et à l’étranger, travaillent sur ces corpus. En France, par exemple, le groupe CORAM (Correspondances de migrants français aux Amériques) réunit des Européens et des Américains, du Nord comme du Sud, avec pour objet de constituer une base de données de correspondances et de les étudier dans une dimension continentale, dans une perspective d’histoire atlantique1. Un groupe s’est également constitué, pour ne donner qu’un seul autre exemple, autour de l’histoire des migrations basco-béarnaises vers les Amériques, et a fondé une association, AMME (Association de la Maison pour la Mémoire de l’Émigration), pilotée par une ethnologue, Ariane Bruneron-Governatori, professeur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour2.

  • 3  Voir, entre autres, David Gerber, « Epistolary Ethics: Personal Correspondence and the Culture of (...)
  • 4  Voir, par exemple, Envoyer et recevoir. Lettres et correspondances dans les diasporas francophones(...)

5Des recherches existent sur l’Amérique du Sud et l’Amérique du Nord, chaque nation ayant produit de nombreux historiens travaillant, souvent pour des raisons linguistiques, sur les correspondances de leurs propres pays. De très nombreux corpus ont été publiés, réservant souvent une large place à des considérations méthodologiques sur l’étude des correspondances. L’un des principaux théoriciens de l’étude des correspondances est David Gerber, de la State University of New York (SUNY)3. Les historiens canadiens ont aussi beaucoup écrit sur ces questions, tant théoriques que méthodologiques4.

  • 5  Bill Jones, « Writing Back: Welsh Emigrants and their Correspondence in the Nineteenth Century », (...)

6L’ensemble de ces travaux démontre bien une nouvelle orientation, à la fin du xxe siècle, dans l’étude des correspondances. Les travaux des premiers historiens tendaient à considérer les migrations comme des flux, au mépris de l’aventure individuelle, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. En outre, les historiens ont eu tendance à négliger les correspondances pendant très longtemps, pour la raison principale qu’elles n’apprenaient souvent pas grand-chose, pensaient-ils, sur les pays d’accueil ou même sur l’expérience migratoire en contexte. La plupart de ces lettres écrites aux familles et amis restés au pays parlaient souvent bien plus du pays laissé derrière que de l’expérience américaine, pour la bonne raison que le vécu commun avec les destinataires des lettres était le pays qu’ils avaient abandonné pour se lancer dans l’expérience migratoire. Seul comptait, pour l’historien, le matériau factuel que recélaient les lettres et il était souvent décevant5.

  • 6  Voir, par exemple, Ariane Bruneton-Governatori, « Une vaste et riche entreprise : recueillir, rass (...)
  • 7  Voir, par exemple, son article intitulé « Acts of Deceiving and Withholding in Immigrant Letters: (...)
  • 8  Bill Jones, op. cit., p. 45.

7  Depuis la fin du xxe siècle, les correspondances sont appréhendées de façon très différente, non plus seulement comme des sources trop maigres d’informations sur les pays d’accueil, mais comme des témoignages individuels. Cela a conduit les historiens à s’intéresser à la façon d’écrire, au langage utilisé, à l’importance du respect ou non des conventions, à la forme matérielle des lettres, aux silences ou à l’autocensure dont témoignent les lettres. Cela les a également conduits à ne plus négliger la manipulation, la rhétorique employée, ce que les lettres disaient sur la psychologie de la migration, ainsi que leur fonction dans la définition d’une nouvelle identité. S’intéressant à la lettre comme moyen de communication privé ou semi-privé, certains, comme Ariane Bruneton, se sont mis à les considérer comme des sources d’accès au phénomène migratoire, ou se sont livrés, comme Hernán Otero, à des lectures en deux temps : sociodémographiques d’abord, à l’écoute des signes de ruptures, puis personnelles et psychologiques, dans un deuxième temps, s’attachant plutôt à la notion de continuité6. Soulignant le rôle révélateur de la Nouvelle Histoire Sociale, Gerber, quant à lui, s’est intéressé à la construction d’une nouvelle éthique de l’épistolarité par la prise en compte de l’évolution des techniques d’interprétation qui s’intéressent désormais aussi à la textualité, à la narrativité, au discours et aux théories linguistiques7. L’étude des correspondances est devenue un moyen de s’intéresser à la reconfiguration des relations entre les correspondants et aux lettres comme moyen de maintenir un sentiment d’appartenance à un réseau transnational particulier8.

  • 9  Nathalie Dessens, Monsieur et ami… Chronicles of New Orleans, University of Florida Press, à paraî (...)

8Dans le projet général mentionné plus haut, les lettres sont utilisées comme des documents historiques révélant les mutations subies par le lieu d’accueil en raison de la forme particulière qu’elles prennent, bien loin de la norme des correspondances transatlantiques. Leur dimension privée n’est toutefois jamais négligée, tant il est vrai que cette dimension révèle bien des aspects intéressants sur les liens familiaux et amicaux dans l’espace atlantique au xixe siècle9. Il semble utile à présent de décrire brièvement la correspondance sur laquelle se fonde la présente étude et d’en situer brièvement le contexte de rédaction, ainsi que les deux protagonistes.

Jean Boze à Henri de Sainte-Gême, 1818-1839

  • 10  Sainte-Gême Family Papers, MS 100, The Historic New Orleans Collection, La Nouvelle-Orléans.

9La correspondance est archivée à la Historic New Orleans Collection, une archive privée néo-orléanaise fondée en 196610. Elle contient 158 lettres, de longueur inégale, comprenant entre 4 et 20 pages, pour un total de 1150 pages manuscrites, écrites en français. La correspondance couvre la période 1818-1839 et comprend deux types de lettres : celles, majoritairement au début, qui se présentent vraiment comme des lettres, avec formules de politesse et remarques personnelles et, à partir de 1829 surtout, ce que Boze appelle des bulletins, qui contiennent majoritairement des informations sur la ville. Il s’agit alors de documents longs (jusqu’à 20 pages), qui couvrent plusieurs semaines, voire plusieurs mois, et se suivent chronologiquement. Ces derniers contiennent surtout des informations sur la Nouvelle-Orléans, les transformations du territoire depuis son acquisition par les États-Unis et de longs développements sur les évolutions politiques, économiques, sociales et culturelles que connaît la ville pendant ces deux décennies du début de l’ère américaine. Mais elles contiennent aussi des informations personnelles sur les deux protagonistes de la correspondance.

  • 11  Pour les détails de la vie de Jean Boze et les sources consultées, voir Nathalie Dessens, « Louisi (...)

10L’auteur des lettres, Jean Boze, né en 1753 à La Ciotat, a d’abord été marin au long cours, puis capitaine de navire dans la marine marchande française. Il s’est installé à Saint-Domingue en 1783, où il a épousé une Créole, issue d’une famille de propriétaires de caféières installée dans la colonie depuis au moins trois générations. Capitaine du port de Jacmel à Saint-Domingue, puis notaire royal à Castries, à Sainte-Lucie, il a ensuite été négociant à Saint-Domingue, puis corsaire à Curaçao, et enfin capitaine du port de Port Républicain, dans la Saint-Domingue révolutionnaire. Chassé de Saint-Domingue à l’automne 1803 par la défaite du corps expéditionnaire chargé par Napoléon de reconquérir Saint-Domingue aux mains des esclaves révoltés, il dut quitter l’île précipitamment avec ses deux enfants, perdant sa femme dans les derniers moments qu’ils passèrent sur l’île. Réfugié à Santiago de Cuba, il en fut chassé par les politiques européennes conquérantes de Napoléon en 1809. De là, il gagna La Nouvelle-Orléans, en compagnie d’Henri de Sainte-Gême auquel il écrivit les lettres qui nous intéressent. C’est à La Nouvelle-Orléans qu’il mourut en 1842, à l’âge avancé de 90 ans, sans jamais avoir revu la France11.

  • 12  Pour plus de détails sur la vie d’Henri de Saint-Gême et les sources utilisées ici, voir Nathalie (...)

11Quant à Jean François Henri de Miquel, baron de Saintegême, appelé tout au long de la correspondance Henri de Sainte-Gême, il eut, lui aussi, un itinéraire hors du commun. Né en 1773 au château de Bagen, dans la Haute-Garonne, sa carrière fut militaire. Membre de la garde du comte d’Artois, puis officier dans les Hussards de Saxe, c’est au service des britanniques qu’il se battit d’abord à Saint-Domingue. Il y resta, successivement dans le régiment du Premier Dragon colonial puis, lorsque le général Leclerc tenta de reprendre Saint-Domingue aux insurgés, comme capitaine dans l’État-major et commandant de la garde à cheval du général Rochambeau. Libéré de ses fonctions pour raisons médicales et évacué de Saint-Domingue en août 1803, il s’installa à Santiago de Cuba où il finança des opérations corsaires, puis rejoignit, avec Boze, entre autres, la Nouvelle-Orléans, où il fut capitaine des Dragons à Pied dans la milice de la ville, commandant son régiment pendant la célèbre bataille de la Nouvelle-Orléans, en janvier 1815, avant d’épouser une Créole blanche louisianaise, héritière d’un premier mariage d’une plantation aux abords de la ville. En 1818, il quitta définitivement la Louisiane pour son château natal de Bagen, près de Saint-Gaudens, en Haute-Garonne, départ qui fut à l’origine de la correspondance qui nous intéresse12.

  • 13  Pour plus de détails sur le contexte de la migration, voir l’ouvrage coordonné par Carl A. Brassea (...)

12Cette correspondance présente des situations à la confluence de plusieurs courants migratoires. Les deux hommes, nés en France métropolitaine, se sont retrouvés à Saint-Domingue, bien que dans des conditions différentes, puis se sont tous deux réfugiés à Cuba en 1803 lorsque la colonie de Saint-Domingue a définitivement échappé à l’Empire colonial français pour devenir la République indépendante d’Haïti. Après six années passées dans la province de l’Oriente, à Santiago majoritairement, les deux hommes ont fait partie du flot des Français non naturalisés dont les biens ont été séquestrés et qui ont été expulsés par les autorités coloniales espagnoles, en réaction aux politiques napoléoniennes envers l’Espagne13. Ils ont alors trouvé tous deux refuge à la Nouvelle Orléans où ils ont vécu jusqu’au départ d’Henri de Sainte-Gême, en 1818.

  • 14  Voir, par exemple, sur les correspondances britanniques avec les colonies britanniques américaines (...)

13Les itinéraires des deux hommes sont originaux et différents, même si l’histoire les a fait se rejoindre. Jean Boze a quitté la marine marchande pour s’installer dans les colonies, pour des raisons que l’on ignore mais qui semblent avoir été motivées par la recherche d’opportunités d’enrichissement. Sainte-Gême, quant à lui, a quitté la France révolutionnaire pour des raisons politiques et idéologiques, et son implication dans les colonies relève plus d’un désir de reconnaissance militaire que d’une véritable volonté de destin colonial. Leur cas est aussi un peu particulier parce qu’il ne s’agit pas de migrations transatlantiques simples mais de cas où la migration s’est complexifiée du fait de leurs itinéraires non linéaires dans les Amériques. S’ils ont partagé, dans ces conditions, le même sort que des milliers d’autres migrants aux Amériques, la correspondance qu’ils ont laissée ne correspond pas à la norme des correspondances atlantiques, plutôt familiales14.

  • 15  Il a fallu, par exemple, de longues recherches pour apprendre les conditions de la mort de la femm (...)

14La situation des deux hommes rend, en effet, leur correspondance un peu particulière. Si Sainte-Gême reçoit ses lettres en Haute-Garonne, il a été, lui aussi, un migrant, au moins temporaire, aux Amériques et a passé environ trois décennies dans les mêmes lieux que Boze : Saint-Domingue, d’abord, puis Cuba et, enfin, la Nouvelle-Orléans. Cette situation particulière explique que les lettres de Boze parlent d’Amériques et non de France, à l’inverse de la majorité des correspondances à destination du pays d’origine. Elle explique aussi certaines ellipses sur le passé des deux hommes, qui fut parallèle puis commun pendant au moins deux décennies, et certaines de leurs conditions familiales15.

15Mais tous deux, au travers de la correspondance de Boze, nous permettent d’avoir une meilleure vision de la façon dont les migrations transatlantiques ont pu provoquer la rupture des relations physiques entre les membres d’une même famille, dans un premier temps, et sur la façon dont les relations familiales ont pu se reconfigurer, entre autres au travers des correspondances.

Migrations transatlantiques/ruptures familiales

16Ce sont les relations familiales dans le contexte atlantique qui nous intéressent ici. La première évidence est que l’Atlantique marque la rupture des liens physiques au sein des familles. Les deux interlocuteurs connaissent cette rupture, quoique de façons différentes.

  • 16  Voir Sources, art. cit.
  • 17  Pour une réflexion portant sur ce que l’on entendait par famille et sur la façon de définir, à l’é (...)

17Dès son installation à Saint-Domingue, Jean Boze se trouve séparé physiquement des membres de sa famille restée en France, entre autres de son frère jumeau qu’il évoque à plusieurs reprises dans sa correspondance et avec qui il était en contact épistolaire. Après avoir perdu sa femme dans les derniers instants de l’évacuation de Saint-Domingue16, il a emmené ses deux enfants avec lui à Santiago de Cuba. Mais, dès 1806, il a envoyé sa fille Sophie dans un couvent bordelais et elle n’est jamais revenue aux Amériques. À la fin de ses études, elle a suivi sa marraine en Allemagne, où elle a rencontré Franciscus Augustus Pagenstecher qu’elle a épousé, faisant de l’Allemagne sa résidence définitive. En revanche, Boze a emmené avec lui vers son exil louisianais son fils Jean-François qui s’est installé plus tard à La Fourche, où il est devenu instituteur puis juge de la paroisse, fondant une large famille par deux mariages successifs. On le voit, la famille Boze est devenue transatlantique et l’océan est devenu une limite infranchissable entre eux puisque Boze n’est jamais retourné en Europe, que son fils n’a pas connu la France et qu’aucun des membres de sa famille européenne n’est venu en Amérique, pas même sa fille qui y était pourtant née. Cette séparation physique ne signifie pas nécessairement un éloignement plus grand qu’il ne l’aurait été si Boze était resté en France. Son frère et lui étaient tous deux marins et il est probable qu’ils n’avaient que peu d’occasions de se fréquenter. Elle ne signifie pas non plus que Boze aurait été plus proche de sa fille si elle était restée ou revenue aux Amériques, puisqu’il a conservé avec elle des liens d’affection manifestes au travers des lettres qu’ils échangeaient régulièrement et que Boze mentionne, cite même parfois verbatim, à Sainte-Gême. En revanche, il semblait en fort désaccord avec son fils, qui vivait pourtant à une courte distance de lui, à la Paroisse de Lafourche. Éloignement ne signifiait donc pas nécessairement rupture émotionnelle et sentimentale, bien au contraire, et proximité géographique ne rimait pas nécessairement avec rencontres et proximité sentimentale, d’autant que les relations entretenues à l’intérieur des familles n’impliquaient pas nécessairement de liens physiques, selon la conception que l’on avait à l’époque des liens familiaux17.

  • 18  Les registres sacramentaux louisianais donnent généralement cette orthographe, même si l’on trouve (...)

18Quant à Sainte-Gême, son déplacement américain a eu des conséquences extrêmement différentes. Une fois arrivé en Louisiane, il a eu trois enfants avec sa « ménagère », une libre de couleur de Saint-Domingue qui l’avait apparemment suivi dans l’exil. Les registres de l’archidiocèse de la Nouvelle-Orléans gardent la trace de la naissance de ces trois enfants, que Sainte-Gême a reconnus. Mais la Louisiane lui a aussi donné une épouse légitime, Margueritte Dreux18, Créole louisianaise devenue veuve, et qu’il a épousée en 1816. Laissant à Jean Boze le soin de s’occuper de sa famille de couleur et de la plantation que lui a apportée, par son mariage, Margueritte, il est retourné à Saint-Gaudens, sur la terre de ses ancêtres pour fonder avec celle-ci une famille. Les liens familiaux ont donc été reconfigurés par ce mouvement de retour, d’une façon un peu différente. S’il est revenu, contrairement à Boze, à sa famille d’origine, il a laissé outre-Atlantique une belle-famille et une famille illégitime. Dans son cas, les relations n’ont pas entièrement cessé, puisque Boze évoque, dans sa correspondance, les visites en France de la belle-mère de Sainte-Gême et de son fils illégitime, Louis, surnommé Gême.

  • 19  L’auteur du présent article a eu de nombreux contacts avec son descendant, Antoine Pagenstecher, q (...)
  • 20  Là, encore des contacts avec cette famille, entre autres avec Frank Deffes, ont permis à l’auteur (...)
  • 21  Des contacts ont été noués avec elle dans le cadre de la présente étude, ainsi qu’avec son cousin, (...)

19La migration transatlantique a donc, on le voit, entraîné deux sortes de ruptures des liens physiques. Celle de Boze, définitivement installé en Amérique, avec les membres de sa famille restés en France. Celle de Sainte-Gême, rentré en France, avec ses familles louisianaises, sa belle-famille d’une part et sa famille illégitime de l’autre. S’il est rentré en France, toutefois, c’est pour reprendre la gestion des affaires familiales que ses parents vieillissants ne pouvaient plus assumer et renouer ainsi avec ses parents et sa fratrie qu’il n’avait plus vus depuis trente ans. La migration, on le voit, entraînait donc une distension des relations familiales tout en ne provoquant pas nécessairement de rupture définitive. Il suffisait d’une décision de retour pour que les liens se renouent, comme le prouve la vie menée par Sainte-Gême après son retour dans la Haute-Garonne. La migration a aussi entraîné la formation de familles transatlantiques. Sophie Boze, l’Américaine (elle est née à Curaçao en 1798), est redevenue européenne et a fondé une famille européenne dont les descendants sont toujours aujourd’hui en Allemagne19. Le fils de Jean Boze, Jean-François, a, lui, fondé une famille louisianaise dont les descendants nombreux vivent aujourd’hui en Louisiane et dans le Mississippi20. Margueritte Dreux de Sainte-Gême, la Louisianaise, s’est installée dans le Sud-ouest de la France, et a fondé, avec Henri de Sainte-Gême, une famille implantée dans le Sud-ouest de la France. L’une des descendantes de la famille Sainte-Gême, Nancy La Fonta de Sainte-Gême, vit toujours dans une partie du château familial à Martres-de-Rivière21. Margueritte a laissé derrière elle sa famille louisianaise qu’elle n’a revue qu’à l’occasion de leur venue en France, ce qui indique clairement la dimension sociale de la rupture, qui était moins définitive dans les familles économiquement privilégiées qui pouvaient financer des voyages transatlantiques, tandis que les familles moins fortunées encouraient le risque de ne plus se revoir, comme l’exemple de Boze le montre, alors qu’il a longtemps envisagé un retour, ne serait-ce que temporaire.

20L’espace atlantique a donc entraîné, au xixe siècle, la séparation physique, plus ou moins définitive, des membres d’une même famille, changeant les modalités de ces liens familiaux et provoquant leur atlantisation. Et c’est dans ce cadre de rupture physique mais aussi de création de ramifications transatlantiques que le rôle des correspondances prend toute sa place.

Correspondances et reconfigurations familiales atlantiques

  • 22  L’on pourrait, malgré tout, suivre Pearsall et son concept de « familiarité » qui lui permet de mo (...)
  • 23  1828, F. 135. Chaque lettre de la correspondance (MSS100) est classée dans un dossier à part (Fold (...)

21L’exemple de la correspondance de Boze est révélateur à plus d’un titre du rôle essentiel des correspondances, même s’il n’est pas un exemple de correspondance familiale22. Malgré de nombreux contacts avec des descendants de toutes les branches de ces familles atlantiques, il a été impossible, pour l’instant, de retrouver des lettres familiales entre les divers membres des deux familles. Mais, par ses nombreuses références à la correspondance qu’il reçoit de son frère ou de sa fille, il démontre l’importance et le rôle de ces contacts qui semblent fréquents. En outre, ses relations plus que distantes avec son fils, Jean-François, qui vit à une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest de la Nouvelle-Orléans, démontrent bien, s’il en est besoin, le caractère ténu des relations familiales qui sont parfois davantage resserrées par la correspondance, comme le démontre le lien épistolaire très proche créé avec sa fille, qu’il n’a jamais revue depuis qu’elle s’est embarquée de Santiago à l’âge de six ans. Dans une de ses lettres, Boze écrit, par exemple : « Je vous dirai à présent que ma fille et son bon mari habitant à Lienen en Westphalie me demandent toujours à grands cris pour me rendre auprès d’eux quelle que soit ma position, et aussi mon jumeau. Ce frère unique m’appelle depuis nombre d’années »23. En outre, par les lettres qu’il écrivait à sa fille, Boze maintenait le contact entre ses deux enfants dont les relations étaient évidemment distendues par la distance, tant géographique que temporelle, puisqu’un océan les a séparés pendant plus de trente ans, de la plus tendre enfance à la mort de Jean-François. Sur sa fille, il écrit, par exemple : « Quant à ma fille, elle est toujours fixée sur les propriétés de son époux qui se plait à la rendre heureuse, en y jouissant d’une grande aisance, qui les met à même de pouvoir faire donner à leurs enfants au nombre de six une éducation distinguée. Ils ne cessent de m’engager d’aller finir ma carrière auprès d’eux, je ne puis cependant entreprendre un voyage aussi éloigné, qui me ferait périr en route sur les glaces de cette contrée » (15 octobre 1831, F 190). Quant à son fils, Jean-François, « il est bon époux et bon père au dire de tous les habitants de son quartier qui m’ont donné des détails précis sur sa sage conduite dans le monde » (1er décembre 1828, F 134). Les lettres de Boze nous disent qu’il est instituteur et juge à la paroisse de La Fourche, qu’après une période de froid entre eux, ils se sont réconciliés, qu’il a perdu sa femme en 1829, restant seul avec ses cinq enfants, qu’il s’est remarié en 1831 « avec une orpheline d’une famille créole de Saint-Domingue et sans fortune » (15 octobre 1831, F 190), sans l’aval de son père, ce qui a, une fois de plus, mis à mal leurs relations, et qu’il a perdu la vie à l’âge de 40 ans en 1834, « d’une inflammation au foie » (25 mars-4 mai 1834, F 238). Dans ses lettres à Sainte-Gême, l’on voit très bien ces relations triangulaires entre la Nouvelle-Orléans, La Fourche et Lienen dont il est le pivot et qui permettent aux membres de sa propre famille de rester en contact, même indirect. Mais on voit très bien également l’importance des liens familiaux épistolaires, réguliers et affectueux, qu’il entretient avec son collatéral et avec sa famille installée en Allemagne.

  • 24  Encore que Pearsall démontre bien, en tout cas dans le monde britannique, que la séparation physiq (...)

22Dans le cas de Sainte-Gême, la reconfiguration familiale est un peu différente. Le mouvement transatlantique est, pour lui, un retour vers les origines. Et c’est bien une famille américaine qu’il laisse derrière lui, ou plus exactement deux familles américaines distinctes, parfaitement représentatives de ces reconfigurations familiales atlantiques. Son épouse est une Créole de Louisiane. Et c’est elle qui laisse derrière elle sa famille louisianaise pour en fonder une française. Ce que nous en savons est ce que Boze en dit de temps à autre, complété par une autre correspondance, également archivée dans les Sainte-Gême Family Papers, celle d’Auvignac Dorville, le gérant de la plantation de Gentilly dont a hérité l’épouse de Sainte-Gême à la mort de son premier mari. Boze mentionne souvent des nouvelles des frères et sœurs de Mme Sainte-Gême, les mariages des neveux et nièces, les fortunes diverses des uns et des autres, où des nouvelles plus anecdotiques, par exemple que « Mme Veuve François Dreux [a] employé ce nouvel architecte pour la construction d’une petite maison sur sa propriété qu’elle occupe aux remparts » (21 novembre-10 décembre 1831, F 192), qui révèlent que l’intérêt des familles pour leurs membres distants ne faiblit pas avec l’éloignement tant temporel que géographique. La reconfiguration issue de la correspondance est très proche de celle de la famille de Boze et on retrouve, en sens inverse, la création d’un lien épistolaire atlantique en lieu et place des relations familiales plus usuelles24. Á la différence près que quelques échanges physiques se déroulent entre les deux branches de la famille puisque la mère de Margueritte rend visite à sa fille et à sa nouvelle famille française.

23Aussi intéressant est le cas de la famille transatlantique illégitime de Sainte-Gême. On l’a vu, ce dernier a ramené de Saint-Domingue sa compagne de couleur libre. Trois enfants sont nés en Louisiane, tous reconnus par Sainte-Gême. À partir de son mariage avec Margueritte en 1816 et de son retour en France en 1818, c’est à Boze que Sainte-Gême a laissé le soin de s’occuper de sa famille qu’il a dotée, avant de partir, de propriétés, « une maison et six têtes d’esclaves consistant en deux négresses avec quatre enfants en bas âge » (12 janvier-8 février 1833, F 216). Boze s’acquitte de sa tâche avec beaucoup de constance, s’occupant apparemment de gérer certains intérêts financiers de la famille et surtout d’envoyer des nouvelles régulières de ses membres à Sainte-Gême. Il écrit, par exemple : « Fortunée, Dorsica et Gême jouissent d’une bonne santé ainsi que leurs mères (sic) et ils vont tous les trois à l’école et avancent rapidement » (01 mai 1819, F 34). On apprend plus tard que « les deux sœurs s’adonnent à la couture et le gain qu’elles en retirent les aide à vivre avec plus d’aisance dans leur ménage, aidées du loyer d’une partie de leur maison et du loyer de quelques domestiques » (11 août-26 septembre 1833), que l’on a donné à Gême « un maître pour lui apprendre l’anglais » (01 mai 1829, F 143), ou encore qu’a eu lieu « le 4 de février le mariage de Fortunée G avec le nommé Firmin Peuraut créole âgé de 22 ans » (12 janvier-8 février 1833, F 216). Boze est aussi celui qui maintien le lien affectif par la transmission qu’il fait de leurs salutations et sentiments à leur père, écrivant, par exemple « ils vous saluent tous de cœur, avec leur gentillesse naturelle » (10 août 1818, F 23), ou encore « ils embrassent leur bon papa » (20 janvier 1819, F 28), insistant aussi, à plusieurs reprises, sur leur intérêt pour leur père puisque « c’est toujours avec un grand plaisir qu’ils m’écoutent quand je leur donne de vos nouvelles » (9 juillet-7 novembre 1833, F 232).

24Cet exemple est peut-être plus intéressant encore que les précédents dans la mesure où il illustre un cas très particulier de création d’une famille transatlantique. S’il est particulier, il ne faut pas ignorer que, dans le cadre de la colonisation européenne aux Amériques, ce cas de figure s’est répété de nombreuses fois, en particulier dans les sociétés coloniales espagnoles et françaises. Si ce métissage racial s’est aussi opéré dans les sociétés anglo-saxonnes, cela s’est fait de manière moins ouverte, souvent sans la reconnaissance officielle de la naissance et de l’existence de cette descendance issue de relations interraciales interdites par la loi. Il faut ajouter que, dans le contexte de la Nouvelle-Orléans, semblable en cela aux colonies insulaires françaises et espagnoles, la division de la population en trois catégories et l’existence du groupe des gens de couleur libres a permis à ce cas de figure de se développer. Ce métissage s’est fait ouvertement, sinon légalement, et la dimension atlantique de ces familles se retrouve souvent, quoique sous des formes diverses. Nombre des enfants nés de ces unions, qui furent même légales, à certaines périodes de l’histoire de la Louisiane, ont été envoyés en métropole pour y faire leurs études et les Créoles de Louisiane ont gardé cette habitude lorsque le territoire est devenu possession de la jeune république américaine. D’ailleurs, Louis, tel qu’il est nommé sur les registres sacramentaux, surnommé Gême, d’après les lettres de Boze, a séjourné en France et a probablement, à cette occasion, revu son père puisque Boze écrit : les deux sœurs « espèrent que leur frère Gême n’aura point manqué d’aller vous visiter pendant son séjour en France et attendent son retour avec impatience (25 mars-10 août 1834, F 243).

  • 25  D’autres familles, appartenant à la bourgeoisie, l’ont fait comme le montre le cas de la famille T (...)
  • 26  Pour plus d’informations sur les relations interraciales en Louisiane, voir Jennifer Spear, Race, (...)

25La correspondance de Boze, si elle démontre l’intérêt que Sainte-Gême continue à porter à ses enfants illégitimes, démontre aussi qu’il les considérait avec une grande distance. S’il a reconnu ses enfants, ce qui n’était pas nécessairement la norme dans la Nouvelle-Orléans de la première décennie de l’ère postcoloniale, il n’a pas hésité à épouser ensuite Margueritte et à rentrer avec elle en fonder une légitime à Bagen. Il faut dire que son statut de membre de la noblesse aurait rendu pour le moins difficile un retour avec sa famille de couleur25. Les liens qu’il entretenait avec elle ne semblaient, en outre, pas très serrés puisque, si Gême lui a apparemment rendu visite lors de son voyage en France, il ne semble pas, d’après les lettres de Boze, que Sainte-Gême ait entretenu de rapports épistolaires avec ses enfants. Il avait veillé, comme le faisaient de nombreux pères, au confort matériel de ses enfants et avait demandé à Boze de s’occuper d’eux et de se charger de la transmission des nouvelles, mais telles semblaient être les limites de son devoir paternel26.

  • 27  Voir, par exemple, comment Pearsall établit le rôle de la correspondance comme moyen d’exprimer le (...)
  • 28  « Ct » est ici l’abréviation souvent employée par Boze de « courant », signifiant 'du mois en cour (...)

26La volumineuse correspondance de Boze montre donc comment, alors que les mouvements transatlantiques, qu’ils soient vers les Amériques ou vers l’Europe, tendaient à provoquer des ruptures dans les liens familiaux, l’espace atlantique a aussi vu émerger une reconfiguration des liens familiaux qui sont devenus réellement transatlantiques. Des branches familiales se sont établies sur les deux rives de l’Atlantique et ont tissé des liens particuliers entretenus par les voyages et surtout, compte tenu des difficiles conditions matérielles et financières de ces déplacements, par les correspondances27. Les lettres de Boze font constamment référence à ces déplacements, la Louisiane étant manifestement une terre qui avait gardé avec son ancienne métropole des liens très forts. Presque chaque lettre fait état d’un départ ou d’un retour, chaque retour se soldant par l’arrivée de nouvelles et de lettres. La France semble bien petite à l’échelle de l’espace atlantique de ce début de xixe siècle, puisque ceux qui rentrent donnent des nouvelles de tous ceux qu’ils ont rencontrés et dont ils ont eu des nouvelles par d’autres lors de ces déplacements. Boze mentionne souvent aussi telle ou telle lettre venue de métropole et dont un Louisianais de retour ou un nouveau migrant est porteur. Il mentionne, par exemple la « lettre remise le 10 de juillet Ct28 par un des nouveaux arrivants de Saint-Gaudens » (28 mars-12 avril 1836, F 267). Ces lettres, que l’on devine omniprésentes dans la vie des familles séparées, par la fréquence de leurs mentions, sont également un élément essentiel dans les reconfigurations familiales. Si celles de Boze ont pour destinataire un ami, enfin, du moins, celles dont nous disposons et qui sont étudiées ici, les mentions incessantes qu’il fait à d’autres courriers, qu’il échange lui-même avec sa famille ou que d’autres familles échangent en leur sein, montrent l’importance de ce lien épistolaire pour tous. Et l’on comprend mieux le volume important de lettres transatlantiques échangées entre les Amériques et l’Europe, et l’importance qu’elles peuvent avoir pour les historiens d’aujourd’hui, en particulier dans la perspective atlantique.

  • 29  Voir, par exemple, Rebecca J. Scott, « Public Right and Private Commerce. A Nineteenth-Century Atl (...)

27L’Atlantique, aux xviiie et xixe siècles, a été à l’origine de nombreuses ruptures. Voyager et surtout immigrer, à cette époque-là, dans les conditions rudimentaires que l’on sait ou que l’on imagine, signifiait rompre avec sa terre, avec son identité, avec les siens. Mais les échanges, qu’ils soient physiques ou épistolaires, ont permis le maintien des liens, sous d’autres formes. Des familles nouvelles se sont créées, des familles à plusieurs branches, et l’espace atlantique a servi de lieu de reconfiguration non seulement des relations, mais des identités, individuelles et familiales. Les historiens s’attachent, de plus en plus souvent, à reconstruire ces identités reconfigurées à travers le paradigme de l’espace atlantique29.

  • 30  Il est d’ailleurs intéressant de lier cela à la préservation même des correspondances et à leur tr (...)
  • 31  Voir Nathalie Dessens, « Louis Charles Roudanez, a Creole of Color of Saint-Domingue Descent: Atla (...)

28Si ces liens se sont parfois distendus avec le temps, il est intéressant de conclure sur la recréation de relations entre les descendants de ces familles transatlantiques, en parallèle avec l’intérêt nouveau des historiens pour cet aspect de l’histoire30. Si les descendants de Sainte-Gême n’ont jamais cessé de maintenir les liens familiaux transatlantiques, parce que Lucille Albin La Fonta née Winship, qui est à l’origine de l’acquisition de la correspondance par The Historic New Orleans Collection, avait gardé des liens avec sa famille américaine, en particulier avec sa sœur, les descendants de Boze se sont perdus de vue à la mort de celui-ci, en raison de la mort prématurée de son fils Jean-François, même si la mémoire de l’existence de ces familles transatlantiques a perduré, permettant des retrouvailles, ne serait-ce qu’épistolaires. Les familles, allemande et américaine, se sont rejointes par l’intermédiaire de Frank Deffes et Shirley Mannings pour la branche louisianaise et Antoine Pagenstecher pour la branche européenne, échangeant informations historiques et généalogiques par l’intermédiaire d’Internet. Aucun lien n’a perduré, en revanche, avec la famille illégitime de Sainte-Gême par-delà la mort de celui-ci, prouvant la fragilité de ces liens transatlantiques particuliers qui n’ont persisté, de manière distendue, que tant que le père biologique a vécu. Nous pourrions citer bien d’autres exemples, parmi lesquels celui des descendants de Louis Charles Roudanez, le célèbre Créole de couleur de la Nouvelle-Orléans, l’un des chefs-de-file du premier mouvement pour les droits civiques en Louisiane, à la fin du xixe siècle, qui se sont retrouvés depuis quelques années par-delà l’Atlantique, à la faveur du développement de l’histoire atlantique qui tend à mettre davantage en contact les historiens des deux rives de l’Atlantique, mais aussi à la faveur de l’intérêt renouvelé pour la généalogie et des nouveaux moyens de transmission offerts par Internet31. Gageons que cette dimension familiale atlantique fera l’objet de nouvelles découvertes, de la part des individus impliqués comme de celle des historiens.

Haut de page

Notes

1  Les travaux de ce groupe, rattaché au MASCIPO – UMR 8168 (CNRS/EHESS), sont consultables sur le site de l’EHESS (exemples de travaux incluant également certains textes de présentations : http://www.ehess.fr/cena/colloques/2006/lettres.html ; d’autres exemples sont disponibles sur le site du CENA, par exemple : http://actualites.ehess.fr/nouvelle2336.html, et plus récemment http://www.ehess.fr/cena/colloques/2007/migrations.html). Le groupe travaille actuellement sur les questions de sensibilités dans les correspondances de migrants français aux Amériques.

2  Voir le site de l’association : http://monsite.wanadoo.fr/ammemoigres *

3  Voir, entre autres, David Gerber, « Epistolary Ethics: Personal Correspondence and the Culture of Emigration in the Nineteenth Century », Journal of American Ethnic History, Summer 2000, n° 19 : 4, p. 3-23; et son ouvrage Authors of their Lives. The Personal Correspondence of British Immigrants to North America in the Nineteenth Century, New York, New York University Press, 2006.

4  Voir, par exemple, Envoyer et recevoir. Lettres et correspondances dans les diasporas francophones, Yves Frenette, Marcel Martel et John Willis (dirs.), Sainte-Foy, Presses de l'Université Laval, 2006 ; ou encore l’article de Blake Poland et Ann Pederson, « Reading Between the Lines : Interpreting Silences in Qualitative Research », Qualitative Inquiry,June 1998, n° 4 : 2, p. 293-312.

5  Bill Jones, « Writing Back: Welsh Emigrants and their Correspondence in the Nineteenth Century », North American Journal of Welsh Studies, Winter 2005, vol. 5 : 1, p. 44.

6  Voir, par exemple, Ariane Bruneton-Governatori, « Une vaste et riche entreprise : recueillir, rassembler et 'lire' des lettres d'émigrés (xixe-xxe siècles) », dans L'émigration basco-béarnaise aux Amériques au xixe siècle, Pau, Éditions de Gascogne, 2006, p. 291-310. Voir aussi l’article d’Hernán Otero, « Lettres à Léon. À propos des continuités et des ruptures des immigrants français en Argentine », dans Envoyer et recevoir. Lettres et correspondances dans les diasporas francophones, Yves Frenette, Marcel Martel, John Willis (dirs.), Sainte-Foy, Presses de l'Université Laval, 2006, p. 39-73.

7  Voir, par exemple, son article intitulé « Acts of Deceiving and Withholding in Immigrant Letters: Personal Identity and Self-Presentation in Personal Correspondence », Journal of Social History, 2005, n° 39 : 2, p. 315-330.

8  Bill Jones, op. cit., p. 45.

9  Nathalie Dessens, Monsieur et ami… Chronicles of New Orleans, University of Florida Press, à paraître.

10  Sainte-Gême Family Papers, MS 100, The Historic New Orleans Collection, La Nouvelle-Orléans.

11  Pour les détails de la vie de Jean Boze et les sources consultées, voir Nathalie Dessens, « Louisiane, terre d'aventure », Sources, automne 2008, n° 20-21,  p. 138-149.

12  Pour plus de détails sur la vie d’Henri de Saint-Gême et les sources utilisées ici, voir Nathalie Dessens, « De Jean Boze à Henri de Sainte-Gême, La Nouvelle-Orléans, 1818-1839 », disponible sur le site du Centre d’Études Nord-Américaines de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, http://www.ehess.fr/centres/cena/colloques/2006/lettres/dessens-texte.pdf, 3.

13  Pour plus de détails sur le contexte de la migration, voir l’ouvrage coordonné par Carl A. Brasseaux et Glenn R. Conrad, The Road to Louisiana : The Saint-Domingue Refugees 1792-1809, Lafayette, University of Southwestern Louisiana Press, 1992. Voir également Nathalie Dessens, From Saint-Domingue to New Orleans : Migration and Influences, Gainesville, University Press of Florida, 2007, chapitres 1 et 2, p. 7-45 ; Nathalie Dessens, « Napoléon et la Louisiane : Nouvelles Perspectives Atlantiques », dans Napoléon et les Amériques : Histoire atlantique et empire napoléonien, Christophe Belaubre, Jordana Dym et John Savage (dirs.), Toulouse, Méridiennes, 2009, p. 63-77 ; Paul F. Lachance, « Les vaincus de la révolution haïtienne en quête d'un refuge : de Saint-Domingue à Cuba (1803), de Cuba à la Nouvelle Orléans (1809) », Revue de la Société Haïtienne d'histoire, de géographie et de géologie, mars 1980, xxxvii, p. 15-30 ; Paul F. Lachance, « Were Saint-Domingue Refugees a Distinctive Cultural Group in Antebellum New Orleans ? Evidence from Patterns and Strategies of Property Holding », Revista/Review Interamericana 29, 1999, vol. 29, p. 171-192.

14  Voir, par exemple, sur les correspondances britanniques avec les colonies britanniques américaines ou la jeune république états-unienne, l’ouvrage de Sarah M. S. Pearsall, Atlantic Families. Lives and Letters in the Later Eighteenth Century, Oxford et New York, Oxford University Press, 2008.

15  Il a fallu, par exemple, de longues recherches pour apprendre les conditions de la mort de la femme de Jean Boze, dans ses derniers instants à Saint-Domingue. Lors de leur évacuation, fin 1803, l’épouse de Boze s’est aperçue, en arrivant au port, qu’elle avait oublié les titres de propriété de sa plantation. Laissant son mari et ses enfants au port, elle est retournée sur la plantation. Son véhicule est bien revenu au port avec lesdits documents, mais elle avait été tuée par des révolutionnaires haïtiens. Les lettres de Boze ne font jamais mention de cette tragédie et, pendant longtemps, il a été impossible à l’auteur du présent article de connaître les conditions et la date de sa mort, faute de la moindre mention dans un quelconque registre. Ce n’est que grâce aux mémoires inédits du petit-fils de Boze, Gustav Pagenstecher, écrits en 1902 et communiqués par son descendant, Antoine Pagenstecher, que ces circonstances ont été élucidées.

16  Voir Sources, art. cit.

17  Pour une réflexion portant sur ce que l’on entendait par famille et sur la façon de définir, à l’époque, les relations familiales, voir Pearsall, op. cit., p. 13, 28, 240.

18  Les registres sacramentaux louisianais donnent généralement cette orthographe, même si l’on trouve parfois Marguerite.

19  L’auteur du présent article a eu de nombreux contacts avec son descendant, Antoine Pagenstecher, qui a fourni une partie des informations qui ont servi à retracer l’itinéraire de Jean Boze.

20  Là, encore des contacts avec cette famille, entre autres avec Frank Deffes, ont permis à l’auteur du présent article d’obtenir certaines informations sur la famille.

21  Des contacts ont été noués avec elle dans le cadre de la présente étude, ainsi qu’avec son cousin, Manuel de Miguel de Santa Gema, consul de France à Lérida.

22  L’on pourrait, malgré tout, suivre Pearsall et son concept de « familiarité » qui lui permet de montrer comment des personnes sans liens de sang pouvaient parvenir à établir des relations calquées sur le modèle familial (ce qu’elle appelle « family-like relationships »). La proximité de Boze et de Sainte-Gême à Cuba et à la Nouvelle-Orléans et surtout leur longue correspondance pourraient faire entrer leur relation dans cette catégorie. Voir, par exemple, la définition qu’elle donne de ce concept : « It was both a tone, and a space for relations. Familiarity was not incompatible with inequalities of status, and yet, in a sense, it could help to ameliorate those inequalities by conferring the privilege of familiarity on individuals of inferior legal and social standing. » Quelques lignes plus bas, elle écrit: « taking care of children […] was a relationship that usually resulted in familiarity » (Pearsall, op. cit., p. 59). Si elle pense davantage aux précepteurs, par exemple, l’on pourrait ici considérer que Boze, par son rôle de gardien de la famille de couleur de Sainte-Gême, avait acquis ce statut de familiarité. Voir Pearsall, op. cit., p. 24 ; et son chapitre 2 (p. 56-79).

23  1828, F. 135. Chaque lettre de la correspondance (MSS100) est classée dans un dossier à part (Folder) numéroté. La mention F suivie d’un numéro renvoie donc au numéro du « folder ». Elle est suivie de la date (ou des dates) de rédaction de la lettre. Les lettres sont transcrites sans corrections orthographiques ou stylistiques.

24  Encore que Pearsall démontre bien, en tout cas dans le monde britannique, que la séparation physique, même en dehors de l’espace atlantique était davantage la norme qu’elle ne l’est aujourd’hui. Voir Pearsall, op. cit., p. 29.

25  D’autres familles, appartenant à la bourgeoisie, l’ont fait comme le montre le cas de la famille Tinchant étudié par Rebecca Scott et Jean Hébrard dans leur ouvrage intitulé Freedom Papers : An Atlantic Odyssey in the Age of Emancipation, Harvard, Harvard University Press, 2012. Mais le silence voulu qui entoure, depuis plus d’un siècle, l’existence même de cette famille illégitime dans la famille de Sainte-Gême tend à prouver que son origine noble aurait empêché leur reconnaissance, même s’il l’avait souhaité, ce qui ne semble pas avoir été le cas.

26  Pour plus d’informations sur les relations interraciales en Louisiane, voir Jennifer Spear, Race, Sex, and Social Order in Early New Orleans, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2009. Dans cet ouvrage qui remet en question bien des théories antérieures sur la gestion des relations interraciales par les diverses nations qui se sont succédé à la tête de la Louisiane, elle détaille les changements intervenus dans la législation sur les mariages interraciaux. La législation ne fut pas forcément appliquée, comme elle le montre aussi, et l’autorisation espagnole de ces mariages ne marqua pas forcément leur multiplication, pas plus que leur interdiction par les autorités états-uniennes ne signifia leur totale disparition après 1803. La reconnaissance en paternité n’allait pas de soi, toutefois, et le cas de Sainte-Gême est, dans ce domaine, relativement inhabituel, même s’il est loin d’être unique. Voir également, sur les changements induits par l’achat du territoire à la France par les États-Unis l’ouvrage collectif dirigé par Peter J. Kastor et François Weil, Empires of the Imagination : Transatlantic Histories of the Louisiana Purchase, Charlottesville et Londres, University of Virginia Press, 2009, en particulier les articles de Cécile Vidal, Paul Lachance et Emily Clark.

27  Voir, par exemple, comment Pearsall établit le rôle de la correspondance comme moyen d’exprimer leur affection et de prouver que la rupture physique ne signifiait pas nécessairement altération de sentiments familiaux. Pearsall, op. cit., p. 240.

28  « Ct » est ici l’abréviation souvent employée par Boze de « courant », signifiant 'du mois en cours' ou, comme ici, 'de l’année en cours'.

29  Voir, par exemple, Rebecca J. Scott, « Public Right and Private Commerce. A Nineteenth-Century Atlantic Creole Itinerary ». Current Anthropology, April 2007, n° 48 : 2, p. 237-249 ; Rebecca J. Scott et Jean M. Hébrard, « Les papiers de la liberté. Une mère africaine et ses enfants à l’époque de la révolution haïtienne », Genèses. Sciences sociales et histoire, mars 2007, n° 66, p. 4-29; Freedom papers: An Atlantic Creole History, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 2010.

30  Il est d’ailleurs intéressant de lier cela à la préservation même des correspondances et à leur transmission ou placement dans des archives ouvertes au public. Voir, pour une discussion de cela, l’épilogue de Pearsall, op. cit., p. 246.

31  Voir Nathalie Dessens, « Louis Charles Roudanez, a Creole of Color of Saint-Domingue Descent: Atlantic Reinterpretations of Nineteenth-Century New Orleans », South Atlantic Review, spring 2008, n° 73: 2, p. 26-38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Dessens, « Destins familiaux brisés, destins familiaux croisés : une correspondance atlantique au XIXe siècle », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 19 mars 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://framespa.revues.org/1271 ; DOI : 10.4000/framespa.1271

Haut de page

Auteur

Nathalie Dessens

Nathalie Dessens est professeur au Département d’Études du Monde Anglophone de l’Université de Toulouse 2-Le Mirail. Elle est membre du Laboratoire « Suds d’Amériques, Espace Atlantiques » de l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et membre associé de FRAMESPA. Ses recherches portent sur le monde des plantations dans les Amériques (Sud des États-Unis et Caraïbe) et se sont récemment recentrées sur la Louisiane, carrefour entre les mondes caribéens et états-uniens.
dessens@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org