Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Séminaire « Le prix de l’homme »

Sandrine Victor (coord.), Projet Jacov « Prix, marché(s), échanges », Atelier 1 Thématique 4 de Framespa « Acteurs, sociétés et économie », Université de Toulouse II-Le Mirail, 3 février 2012
Youna Masset

Texte intégral

Introduction

  • 1  Philippe Steiner est agrégé de sciences sociales (1979) et a soutenu une thèse sur la Physiocratie (...)
  • 2  Bruno Dumézil est agrégé d’histoire. En 2003, il soutient une thèse pour le doctorat, sur le thème (...)
  • 3  Pascal Buresi est agrégé d'Histoire, ancien Membre de l’École des Hautes Études Hispaniques (Casa (...)
  • 4  Valérie Theis est agrégée d’histoire (1998), elle a soutenu une thèse de doctorat d’histoire : » L (...)

1Quel est « le prix de l’homme » ? Quelle est sa valeur intrinsèque ou subjective ? C’est sur ces problématiques que l’équipe Jacov a voulu réfléchir, le 3 février 2012, sous la direction de Sandrine Victor, à l’Université de Toulouse-Le Mirail, lors de son quatrième séminaire de l’année. Ce groupe de recherche – « De juifs à chrétiens : origine des valeurs sur les marchés médiévaux » - s’attache à une histoire économique et sociale des valeurs sur les marchés de la fin du Moyen-Âge de Marseille à Valence. Poursuivant les réflexions du groupe sur la valeur des choses, c’est naturellement que Sandrine Victor a essayé d’évaluer « le prix de l’homme », et invité pour ce faire quatre chercheurs qui ont fait part de leurs réflexions : Philippe Steiner1, « La valeur de l’homme. Quelle valeur pour les organes dans la transplantation ? », Bruno Dumézil2, « Pourquoi les Barbares fixent-ils un prix à la vie humaine ? », Pascal Burési3, « Est-ce que l’humain est une marchandise comme les autres dans le monde musulman médiéval ? », et enfin Valérie Theis4, « Peut-on parler d’un prix de l’homme sur les chantiers pontificaux du début du xive siècle ? ». Ces interventions ont permis de mettre en exergue trois méthodes permettant d’évaluer le « prix de l’homme » : le prix de son travail, celui de sa vie, et celui de son corps.

Le prix du travail

2Tout d’abord, il convient de se demander quelle est la part de l’homme dans le prix fixé à son travail. Quelle est la valeur du travailleur en tant qu’individu ? Valérie Theis apporte des éléments de réponses en interrogeant les comptabilités pontificales dans la première moitié du xive siècle, touchant à la réfection du Palais épiscopal d’Avignon, qui devint celui du pape Jean xxii, et à la construction d’un nouveau bâtiment par Benoît xii et Clément vi. Dans ce contexte, comment estimer ou comment est estimée la part de l’action humaine ? Quels sont les critères d’évaluation retenus ? Quels sont les facteurs tenant à la personne et ceux se rapportant à la tâche effectuée ? Valérie Theis répond qu’en réalité seule la nature de cette dernière induit le montant dairement. Ainsi, une hiérarchisation existe au sein des ouvriers, les mieux payés étant, dans l’ordre décroissant, les charretiers et scieurs, puis les peintres, ensuite les maçons, les gypiers et, pour finir, les manœuvres. Les travaux nécessitant une force physique conséquente sont aussi valorisés : les ouvriers chargés de la démolition, par exemple, sont mieux rémunérés que les maîtres. Les femmes, quant à elles, ont un salaire moindre par rapport aux hommes. Au final, seule l’activité sur le chantier a de l’importance, il n’existe pas d’augmentation linéaire en fonction de l’expérience de l’ouvrier, ni de rétrogradation à cause de l’âge comme cela pouvait être le cas dans la ville de Gérone étudiée par Sandrine Victor. Quel est le coût global de la main-d’œuvre sur un chantier ? Comment est-il estimé ? Les livres de compte mentionnés par Valérie Theis ne font aucune distinction entre le coût de la main d’œuvre et celui des matières premières, seul le total a de l’importance. En conclusion, à travers l’exemple des chantiers avignonnais, nous pouvons nous rendre compte que le prix du travail de l’homme passe avant tout par la tâche qu’il effectue sans que soit prise en compte son individualité.

Le prix de la vie humaine

Le prix du sang

3Dans un second temps, l'interrogation a porté sur le prix de la vie humaine. Dans ce but, Bruno Dumézil étudie l’amende compensatoire, le wergeld, dans la loi barbare du vie-ixe siècles. Ne se bornant pas à punir le meurtre, elle aborde tous types de blessures, comme l’arrachage d’un membre ou de la barbe, le bris d’un os, la mutilation, ou encore les insultes, le viol... Selon l’anthropologie, elle cherchait à rétablir la paix intérieure, à éteindre les vengeances après la connaissance d’un crime. La réalité est plus complexe, les représailles restent graduées et l’emballement face à un affront demeure relativement subtil. L’amende compensatoire se calcule selon une hiérarchie stricte, le montant dépendant à la fois du crime et du statut de l’individu. Elle semble être la réponse d’un État faible, qui se pose en arbitre, face à des troubles sociaux. Afin de payer cette amende plusieurs possibilités s’offrent au coupable : soit il s’en acquitte lui-même, soit sa famille participe sur le principe de solidarité parentale très prégnant dans la société barbare, soit il ou elle contracte une dette par exemple auprès de l’Église à hauteur d’un intérêt de 12 % par an. Mais pourquoi fixer le prix de la vie humaine ? Premièrement, pour respecter une tradition, usage davantage romain que germanique. Il s’agit ensuite d’un dispositif qui place le roi au centre du jeu social. Enfin, en ne se limitant pas au meurtre, le wergeld devient rentable pour le juge et pour le trésor public : les deux tiers de l’amende reviennent à la victime ou à sa parenté, et un tiers rembourse les frais subis par l’État pour l’atteinte à la paix publique.

Le prix de l’homme comme marchandise

4Le prix de la vie humaine peut s’évaluer comme une valeur commerciale, comme pour les esclaves ou les prisonniers. Dans ces cas précis, quels sont les critères d’achat, quels sont les points d’évaluation de la marchandise ? Selon, Pascal Burési, qui s’intéresse aux captifs chrétiens et musulmans en péninsule Ibérique jusqu’au xiiie siècle, la rançon est une façon courante de récupérer les siens, pour chaque camp d’un conflit, les expéditions militaires ne permettant que peu de libérations. Du côté musulman, la rançon est ante-islamique, puis reprise et élaborée par les Malékites qui estiment qu’il est légal de racheter les captifs avec des marchandises considérées comme impures (alcool, porc…) prélevées chez les dhimmis, les non-musulmans. Au xiie siècle, les Almoravides disposant de beaucoup d’or, les rachats se font en argent et non plus en nature. Du côté chrétien, on assiste à une spécialisation de certaines personnes ou d’établissements, notamment des hôpitaux, dans le rachat des captifs. On tente dans le même temps de réguler cette source de revenus, par exemple en interdisant la spéculation dans les chartes de peuplement des villes de la frontière. Cela n’empêche pour autant pas l’apparition d’un véritable marché. Le membre de la communauté n’a pas de prix alors que l’infidèle est une marchandise, une monnaie d’échange, un investissement que l’on peut vendre dans une foire ou pour qui on peut demander une rançon. L’homme comme marchandise s’inscrit dans un contexte d’offre et de demande, et même de spéculation.

Le prix du corps

Le prix des blessures

5La dernière question soulevée par ce séminaire est celle du prix du corps. Existe-t-il des indemnités en cas de blessure, de perte d’un membre dans le cadre du travail ? Dans ce cas, les parties du corps endommagées sont-elles tarifées ? Valérie Theis revient sur ces questionnements car, dans les livres de compte de 1338-1340, on peut voir les réactions des autorités ecclésiastiques face aux accidents du travail, la valeur accordée à la vie des employés. Il existe une grande diversité des aumônes accordées aux travailleurs, 10 sous pour une jambe cassée, 20 sous pour la perte d’un doigt, 25 sous pour la femme et 25 pour la mère d’un homme mort après une chute. Ce n’est pas la gravité qui prime dans l’indemnisation. C’est dans les cas de traitement médicaux que le devoir d’assistance prime et que les montants sont les plus élevés.

Le corps en morceaux

  • 5  A. Frank Adams, Andy H. Barnett, David L. Kaserman, “ Markets of Organs: The Question of Supply ”, (...)
  • 6  Gary S. Becker, Julio Je. Elías, “ Introducing Incentives in the Market for Live and Cadaveric Org (...)
  • 7  A. J. Matas, M. Schnitzler, “ Payment for Living Donor (Vendor) Kidneys: A Cost-Effectiveness Anal (...)

6Le prix du corps peut aussi s’envisager sous l’angle médical : le prix des soins médicaux, des médications dans le but de guérir, de soulager ou de sauver. Philippe Steiner cherche à définir la valeur du « corps en morceaux » en abordant le thème de la transplantation. Bien que contemporain, ce sujet prend ses racines dans le monde médiéval. Au xiie siècle la scolastique s’interrogeait sur les corps à deux têtes, étaient-ils humains ou non ? Aujourd’hui, des débats du même ordre animent le monde de la médecine : après une transplantation, sommes-nous toujours la même personne ou la personnalité du donneur nous imprègne-t-elle ? Et surtout peut-on évaluer le prix de ce corps en morceaux ? Peut-on et doit-on le faire ? Trois modalités de valorisations de l’organe se sont développées parmi les économistes et les médecins : tout d’abord, la volonté de payer/d’accepter, en un mot à quel prix les gens sont prêts à donner leurs reins post-mortem. Adams, Barnett et Kaserman5 évaluent cela à environ 1000 $. Deuxième théorie, celle de Becker et Elias6: le prix de l’organe est défini selon la somme de la prise en charge des soins post-opératoires, de la compensation pour la perte du salaire, du risque encouru, ce qui équivaudrait à 15 000 $. Enfin, Matas et Schnitzler7 se basent sur le prix pour lequel la société est indifférente entre supporter le coût de la dialyse ou celui de la greffe. Si celui d’une transplantation est moindre par rapport à la dialyse, la société est gagnante. On parle de 94 000 $. Cette troisième proposition semble la plus à même de répondre au besoin médical en donnant à la vie de l’homme un prix élevé. Cependant, des interrogations ne cessent d’être soulevées par la transplantation, concernant la valeur éthique de cette action : choisit-on ceux qui ont le droit d’être greffés selon des critères éthiques ou purement médicaux ? De plus, comment ne pas craindre les dérives de cette notion de prix de l’homme vers un trafic d’organe ? Pour finir, il faut distinguer entre l’économique et le marchand. Dans les deux cas, nous avons des formes d’appariement, des transferts de ressources entre le corps défunt et celui vivant et soigné, mais tout appariement n’est pas pour autant un marché. Nous pouvons constater ce fait dans notre société occidentale, le couple, par exemple, étant un appariement non marchand.

Conclusion

7En conclusion, ce séminaire donne autant de réponses qu’il ouvre de pistes. Le « prix de l’homme » n’est pas le même selon le statut de ce dernier, son activité, ou si on le considère dans son intégralité, sa globalité, ou seulement en partie. Sa valeur est-elle évaluable comme une marchandise classique ou selon le prix de son sang ? Peut-on aller plus loin, vers une valeur éthique du corps, une vie pour une vie ? D’autres pistes peuvent être encore ouvertes : le corps comme source de revenu ? Le cas des prostituées pourrait illustrer cette approche : quels tarifs ? Pourquoi ? Pour quoi ? Qui fixe les prix ? Sont-ils entendus pour le travail de la fille publique ou uniquement pour la « location » de son corps ? Ou encore, quel est le prix de l’accompagnement du corps dans sa dernière demeure (prix de l’enterrement, des soins pratiqués sur les cadavres avant l’inhumation…). Enfin, un autre aspect du prix de l’homme n’a pas été abordé au cours de ce séminaire, mais peut-être le pourrait-il au cours d’une autre séance : celui du prix de l’âme... Des tarifications du salut aux modalités de la cérémonie de l’enterrement, des émoluments du notaire pour un testament à l’extrême-onction… Comment est évalué le prix de l’âme et surtout son salut ? Par qui ? Selon quels critères ? Ces questionnements sont ceux que tentent de résoudre, de manière plus large, le groupe de recherche Jacov. En effet, il cherche à se décentrer par rapport à l’approche classique des rapports entre juifs et chrétiens, en choisissant de se focaliser sur une histoire relationnelle de l’économie. Ainsi, sont étudiées la mise en place et les fluctuations des modes de fixation des valeurs sur les marchés des xiiie et xive siècles, et non pas seulement de l’homme ; les modalités d’échanges, les réseaux relationnels entre communautés qui en découlent ou intracommunautaires. En définitive, ces questionnements nombreux appellent une autre session de travail. C’est pourquoi un séminaire « le prix de l’homme ii » sera organisé par Sandrine Victor en 2013.

Haut de page

Notes

1  Philippe Steiner est agrégé de sciences sociales (1979) et a soutenu une thèse sur la Physiocratie (Université de Paris x-Nanterre, 1984). Il mène ses travaux sur l'histoire de l'économie politique et des sciences sociales en France avant de se tourner vers des travaux de sociologie économique. Il enseigne actuellement à l’Université Paris iv.

2  Bruno Dumézil est agrégé d’histoire. En 2003, il soutient une thèse pour le doctorat, sur le thème » Conversion et liberté dans les royaumes barbares v-viiie siècles », sous la direction de Michel Rouche. Il est actuellement maître de conférences en histoire médiévale à l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

3  Pascal Buresi est agrégé d'Histoire, ancien Membre de l’École des Hautes Études Hispaniques (Casa de Velázquez). Il est actuellement directeur de recherche au CNRS, il enseigne au département des études arabes et hébraïques, à l’Université Paris iv Sorbonne et à l’École Pratique des Hautes Études. Il a soutenu une thèse de doctorat en histoire, en 2000, « Une frontière entre chrétienté et Islam. La région entre Tage et Sierra Morena (Espagne, fin xie-milieu xiiie siècle) », à l’Université Lumière Lyon ii

4  Valérie Theis est agrégée d’histoire (1998), elle a soutenu une thèse de doctorat d’histoire : » Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin (ca. 1270-ca. 1350) », sous la direction de Jacques Chiffoleau (EHESS-Lyon ii), en 2005, à l’Université Lumière Lyon ii. Elle est actuellement maître de conférences à l’Université Paris Est Marne-la-Vallée.

5  A. Frank Adams, Andy H. Barnett, David L. Kaserman, “ Markets of Organs: The Question of Supply ”, Contemporary Economics Policy, 17, avril 1999, p. 147–155.

6  Gary S. Becker, Julio Je. Elías, “ Introducing Incentives in the Market for Live and Cadaveric Organ Donations ”, International Symposium on Living Donor Organ Transplantation, Essen, juin 2002, et Seminar in Rational Choice, University of Chicago, 2003, ainsi que Conference Organ Transplantation: Economic, Ethical and Policy Issues University of Chicago, mai 2003.

7  A. J. Matas, M. Schnitzler, “ Payment for Living Donor (Vendor) Kidneys: A Cost-Effectiveness Analysis ”, American Journal of Transplantation. 4 (2), 2004. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Youna Masset, « Séminaire « Le prix de l’homme » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 08 mars 2012, consulté le 24 mai 2017. URL : http://framespa.revues.org/1265

Haut de page

Auteur

Youna Masset

Youna Masset, doctorante à Nantes et à Toulouse, membre du projet Jacov, thématique 4 de Framespa,benjyou@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org