Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Journée d'étude « Le corps au travail. xixe-xxe siècles »

Jean-Yves Bousigue et Bruno Valat (coords.), Laboratoire Framespa-UMR 5136 (Santé et société), 12 janvier 2012, Université de Toulouse II-Le Mirail
Myriam Jnib

Texte intégral

1La Journée d’étude a été introduite par Bruno Valat qui est revenu sur les concepts d’acteur, d’institution et de culture à l’œuvre dans les questions de santé et de politique sociale aux xixe et xxe siècles. En effet, le jeu des acteurs semble fondamental dans la définition des politiques sociales et l’inertie institutionnelle a des effets sur l’orientation des politiques dans le domaine sanitaire. D’autre part, le schéma intellectuel dominant est indispensable à la compréhension des problèmes sanitaires dans un environnement donné. L’avènement de l’État social est indissociable de l’âge industriel et les relations entre corps et travail se réfèrent le plus souvent à la dimension pathogène comme l’ont montré les différentes interventions de cette journée.

2Les historiens Nicolas Hatzfeld et Catherine Omnes ont ensuite proposé une synthèse autour des notions de savoirs et de pouvoirs dans la santé au travail. Trois temps marquants se profilent dans les agencements concernant la santé au travail, précédés par une prise en compte progressive des liens entre santé et travail au cours du siècle des Lumières. L’italien Ramazzini apparaît comme un précurseur en publiant en 1700 Des maladies des artisans. Dans ce traité, il s’est intéressé au métier exercé par les souffrants pour comprendre leurs maux, établissant une correspondance entre métier et pathologie.

3Après ce prélude, le premier temps est celui des débuts du xixe siècle et de la Révolution industrielle, au cours duquel de nouvelles inquiétudes naissent chez les travailleurs quant aux nuisances du travail. De nombreux médecins, comme Parent-Duchâtelet et Villermé, affirment, à travers des enquêtes de terrain menées dans des manufactures, que ce ne sont pas les activités qui sont nocives aux ouvriers mais leurs conditions de vie.

4Dans la deuxième moitié du xixe siècle, les médecins hygiénistes étudient les pathologies afin d’établir une classification des activités industrieuses susceptibles de les provoquer. Un projet de dictionnaire des métiers voit le jour et démontre les progrès de la médecine. Parallèlement, le monde ouvrier est de moins en moins passif quant à la santé et à la durée de travail. Les grèves et les campagnes d’information se multiplient pour dénoncer l’usage du phosphore blanc dans les manufactures d’allumettes, car il détruit le visage, puis s’attaque rapidement au corps tout entier. Son usage est finalement interdit en 1906. Il en va de même pour l’usage du blanc de céruse, matériau responsable du saturnisme, utilisé par les peintres et rapidement interdit à la suite des revendications ouvrières. Vers 1880, les ouvriers mènent des actions collectives, ouvrant des procès contre leurs employeurs pour dénoncer les maladies professionnelles et les accidents de travail. Ils deviennent ainsi des acteurs importants de la santé au travail. Des lois et des caisses d’entraide sont mises en place pour lutter contre l’instabilité et les conflits au travail.

5Le deuxième temps, qui s’étend du début du xxe siècle aux années 1970, voit apparaître une industrialisation plus mécanisée mais aussi plus dangereuse. Dès 1898, une loi concernant les accidents du travail est mise en place et fonctionne sur le principe du forfait pour la réparation. Mais l’indemnisation à la charge des ouvriers est beaucoup trop importante et ces derniers contestent la loi. Toutefois le patronat ne cède pas. Il faut attendre 1919 pour qu’une nouvelle loi soit promue. Elle est présentée comme un compromis et s’inscrit dans la continuité de la précédente, en insistant sur les maladies professionnelles. Le patronat la contourne encore aisément en licenciant les ouvriers, juste avant que n’apparaissent les symptômes de la maladie. Il ne faut pas oublier la loi de 1893 sur l’hygiène moderne qui oblige les entreprises à recruter un médecin chargé d’effectuer une visite médicale à l’embauche et de suivre les maladies des ouvriers. Cependant, l’autonomie du médecin est difficile à établir, car il reste subordonné au patron. Ces trois lois fondamentales construisent un modèle assurantiel en France qui donne lieu à d’importantes avancées, mais repose sur une vision idéaliste du progrès.

6Enfin, le troisième temps, qui correspond au glissement des années 1970 à nos jours, remet en cause l’agencement de la médecine du travail en vigueur. En effet, des français militants d’extrême-gauche dénoncent l’activité menée dans les houillères et sa responsabilité dans le développement de la silicose chez les travailleurs. D’autre part, des syndicats universitaires s’allient à des associations environnementales pour dénoncer les effets de l’amiante sur les ouvriers. Cette lutte débouche en 1977 sur une réglementation de l’usage de l’amiante. On assiste également aux premières mobilisations dénonçant les risques du nucléaire sur l’environnement. Cette époque voit l’approfondissement de la construction européenne et l’inflexion progressive des administrations françaises en ce qui concerne la prévention et la sécurité au travail. Plusieurs mesures sont prises dès 1976 et la loi oblige les entreprises à faire un inventaire annuel des risques encourus au travail. La question de la responsabilité patronale est donc revue dès les années 1970 et l’implication des ouvriers par rapport à la sécurité au travail est de plus en plus forte dès 1991.

7Catherine Omnes propose ensuite une réflexion sur l’influence du genre dans la santé au travail. L’approche genrée de cette question est assez tardive et l’image d’un emploi sécuritaire des femmes est inscrite dans les mœurs. Les secteurs d’emploi majoritairement féminins sont abordés de manière neutre jusqu’à la fin des années 1960. Avant cette date, les femmes occupent des postes déclarés adaptés à leur « nature », ce qui entraîne des valorisations salariales pour les hommes dont les postes exigent de la force physique. Dans les années 1950, des travaux basés sur la psychopathologie du travail démontrent un phénomène de névrose au travail, caractéristique des publics féminins. Le lent processus des mesures de prévention adoptées dans le monde du travail et le mode d’évaluation des maladies professionnelles dévalorisent les femmes. Les différents dispositifs, comme celui de l’inaptitude au travail promulguée dans la réforme de 1971, soulèvent des inégalités flagrantes entre hommes et femmes dans l’ensemble du système de l’emploi en France et favorisent la marginalisation des femmes tout au long de leur carrière. De nos jours, la notion d’usure globale des femmes doit prendre en compte les répercussions du travail sur leur santé et la situation hors du travail pour avoir une vision plus juste du monde du travail. Le problème des salaires et de la qualification des employées s’inscrit dans la question sociale actuelle et permet une analyse de l’analogie entre le travail des femmes et le travail des immigrés.

8L’après-midi débute par une introduction de Jean-Yves Bousigue qui cède ensuite la parole à la sociologue Valentine Helardot : celle-ci présente les configurations particulières et les caractéristiques générales des relations santé-travail contemporaines. Dans le domaine de la santé au travail, il existe un réel écart entre la réalité des faits et leur reconnaissance juridique et administrative. Différents modèles théoriques entre santé et travail cohabitent dans les domaines scientifiques. Le modèle le plus ancien concerne le travail pathogène et établit la relation entre la pénibilité du travail et l’espérance de vie. D’autres exemples, tels que les modèles de l’usure, du stress, de la souffrance au travail et des risques psycho-sociaux, constituent des modèles qui n’ouvrent pas sur les mêmes perspectives en termes d’action, d’individu et de faits de santé au travail. Le lien entre la santé et le travail se base sur plusieurs caractéristiques fondamentales comme son aspect pluridimensionnel et la réciprocité entre le travail et la santé. De plus, l’aspect diachronique est à prendre en compte dans l’étude de ce lien. En effet, la relation entre le travail et la santé dépend de l’âge du travailleur. La précarité de l’emploi participe également des conditions de travail défavorables à la santé. Par conséquent, il existe une interdépendance de fond entre l’activité professionnelle et la santé. Les dynamiques négatives, plus souvent verbalisées, freinent les dynamiques positives du travail. L’expérience du travail est peu analysée par les individus et se traduit généralement par des sensations corporelles. De plus, le discours verbalisé est émis lorsqu’un problème de santé survient. La santé constitue donc le lieu légitime des mauvaises conditions de travail et devient le lieu d’expression du mal-être des travailleurs.

9Nicolas Hatzfeld est à nouveau intervenu pour présenter une recherche portant sur les affections articulaires (TMS, troubles musculo-squelettiques) d’origine professionnelle. Au cours du xxe siècle, la réalité du lien entre les pathologies et le travail a considérablement changé et un lien fort s’est créé entre les atteintes physiologiques et corporelles des travailleurs et la question des traces de cas reconnus. Les TMS constituent un groupe de pathologies qui touche différentes parties du corps et elles peuvent constituer le reflet d’une époque. Avant 1972, il n’existe pas de déclaration de pathologies et aucun décret d’application ne permet la reconnaissance des maladies entre 1919 et 1982. Dans les années 1960, l’administration du Travail change d’attitude avec la construction de la CEE (Communauté Économique Européenne). Puis l’on découvre, entre 1985 et 1990, qu’en déconnectant le lien de cause à effet entre le métier et la pathologie spécifique, on met en évidence des pathologies communes à plusieurs métiers. De plus, cette décennie est marquée par la transformation du regard social sur les pathologies dans le milieu hospitalier. En effet, un débat social donne lieu à des enquêtes qui établissent le lien entre les conditions de travail et l’augmentation du nombre de pathologies. Ces nombreuses enquêtes permettent aux médecins et aux syndicalistes de dresser un tableau, intitulé Tableau numéro 57, qui regroupe à lui seul les trois quarts des maladies professionnelles connues à ce jour. Ces recherches ont également permis d’établir une frontière entre l’acceptable et l’inacceptable au travail dans le domaine de la santé. De fait, il résulte que les affections pathologiques péri-articulaires sont fortement liées au facteur stress.

10Pour finir cette journée, l’anthropologue Nicolas Adell est revenu sur la souffrance au travail et son expression à travers l’expérience des Compagnons du Devoir. Dans notre société, l’idée de la douleur peut être vue comme une forme de grandeur. En effet, les anthropologues ont montré que, dans les sociétés classiques, la souffrance s’exprime dans les rites de passage, est masquée et dénote un mutisme hyper-expressif. En ce qui concerne les sociétés modernes, les lieux privilégiés d’expression de la souffrance sont l’art et le travail, ce dès le xviiie siècle. Certes, la continuité des rites de passage dans le travail permet toujours de se forger une identité, mais la division des parcours de vie met en relief la différenciation des cultures de la souffrance dans nos sociétés. Quand la douleur survient, il est important de la signifier pour quelques catégories de travailleurs. Ils inventent alors des moyens de se construire une identité collective et individuelle à partir du corps blessé tout en gérant la souffrance. C’est une communauté de professionnels qui se donne à voir dans la recherche de la reconnaissance des pathologies dues au travail. La structuration collective de la souffrance a créé une véritable constitution de figures, intellectuelles et physiques, de métiers. En effet, les mutilations qualifiantes que portent sur eux les travailleurs leur permettent de se reconnaître. Les souffrants ont deux voies possibles pour faire signifier leur douleur. Les récits autobiographiques sont, certes, importants, mais le regard extérieur reste fondamental pour montrer la souffrance. Les témoins de cette douleur regroupent les collègues, les experts et la famille qui, respectivement, représentent les voix de la pratique, de la science et de la coutume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Jnib, « Journée d'étude « Le corps au travail. xixe-xxe siècles » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 08 mars 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://framespa.revues.org/1262

Haut de page

Auteur

Myriam Jnib

Etudiante en Master 2 Études Romanes, parcours ibérique, à l'Université de Toulouse-le Mirail (Atelier LEMSO, Thématique 1 FRAMESPA).
myriam.jnib@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org