Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Journée d’étude « Jornada México – IPEAT 2011 Materiales para un nuevo siglo – homenaje a Tomás Segovia »

Modesta Suárez (coord.), 8 décembre 2011, Université de Toulouse II-Le Mirail
Álvaro Ruiz Rodilla

Texte intégral

  • 1  Agence de presse indépendante : www.agenciasubversiones.org
  • 2  Documentaire réalisé à partir de sept entretiens avec les photographes ayant couvert l’événement d (...)

1La Maison de la Recherche de l’Université de Toulouse-Le Mirail a accueilli, le 8 décembre 2011, la Jornada México intitulée Materiales para un nuevo siglo, organisée à l’initiative de l’IPEAT (Institut Pluridisciplinaire pour les Études sur les Amériques à Toulouse) et par Modesta Suárez accompagnée d’un groupe d’étudiants de Master 2 Recherche. Comme tous les ans depuis 2004, la Jornada a pour but de réunir les professeurs invités dans le cadre de la Chaire Mexique, autour d’une discussion commune où puissent converger les différentes disciplines et les points de vue scientifiques des participants. En ce sens, une des priorités de la journée a été la mise en place de supports divers où les domaines de recherche se rencontraient. Le concept de matériaux a sans nul doute servi à rapprocher des propositions venant de l’histoire, la physique, la géographie, la littérature, la photographie, la sociologie ou encore l’informatique. La journée, rythmée par des lectures poétiques en hommage à Tomás Segovia (décédé à Mexico, le 3 décembre 2011), constitua une vraie tentative de reconstituer les réalités historiques, sociales et scientifiques du Mexique contemporain. Parmi ces matériaux, plusieurs supports furent privilégiés : une exposition de photographies (México : retratos de la indignación) par Jerónimo Díaz et la Agencia Subversiones1, la projection d’un documentaire (Palabra de fotógrafo. Testimonio sobre el movimiento estudiantil de México en 19682, en avant-première) et enfin l’utilisation de la vidéo-conférence pour accueillir virtuellement des chercheurs de Mexico et de Monterrey.

2Plusieurs communications se centrèrent sur une thématique qui parcourt les études en sciences sociales au Mexique, de l’économie à l’histoire, de la géographie à la sociologie, de la politique à l’ingénierie civile : les transformations du monde rural. L’exposé présenté par Javier Ramírez Juárez (Colegio de Postgraduados, Puebla) fit ainsi, et de manière synthétique, un point sur l’histoire de la vie agraire mexicaine et sur les relations à la productivité agricole, depuis les premières Réformes Agraires (après la révolution et la guerre de 1910) jusqu’à nos jours. Le point de vue de Valentina Campos Cabral (Universidad Nacional Autónoma de México) permit de compléter ce panorama en apportant des données graphiques et des statistiques autour des conflits sociaux entraînés par le transfert des eaux vers la région métropolitaine de la ville de Mexico. Les graves conséquences écologiques et sociales furent amplement démontrées ainsi que les erreurs dans la régie, la distribution et la sauvegarde de l’eau drainée vers la capitale. La réflexion écologique fut nourrie également par Juan Antonio Aguilar Garib (Universidad Autónoma de Nuevo León) qui sut – dans un effort de divulgation des sciences dures – évoquer les relations de la nation Mexicaine et un « sur-recyclage » inconscient, parfois tout aussi irrespectueux des droits de la nature que des droits d’auteur (dans le cas du « recyclage scientifique »).

3Un deuxième volet de l’actualité mexicaine fut ouvert autour du thème de la presse indépendante, la presse culturelle et la photographie en tant que supports féconds de la mémoire historique du pays. En évoquant la nature des mouvements sociaux qui s’opposent à la « guerre contre le trafic de drogues » (initiée par Felipe Calderón en 2006), les présentations d’Álvaro Ruiz et de Jerónimo Díaz ont montré, respectivement, l’importance de la poésie et son changement de statut dans la presse mexicaine (Proceso et La Jornada) ainsi que la création de nouveaux supports médiatiques et leur nécessaire indépendance vis à vis des grands consortiums de presse. Par ailleurs, les exposés montraient l’urgence d’historiciser, de répertorier et d’analyser ces nouvelles formes d’expressions contre-culturelles (presse culturelle, nouveaux médias, lectures de poésie publiques) dans le contexte actuel d’une destruction programmée du tissu social. Par la suite, la projection du documentaire et son introduction par Marion Gautreau (Université de Toulouse-Le Mirail) et Alberto del Castillo (Instituto Mora) fut un moment d’approfondissement de la réflexion sur les médias dans des contextes politiques tendus. À travers le témoignage, inédit lui aussi, des photographes des événements mexicains de 1968 et la lecture d’une anthologie de poèmes, le public a pu percevoir à quel point ce moment de l’histoire de la nation constitue encore une étape obscure, non dépourvue de censure et d’impunité, forgeant à jamais la conscience politique et culturelle et la mémoire de plusieurs générations.

4Finalement, les interventions par vidéo-conférence ont permis d’aborder le thème de la mobilité et de la mixité scientifique au Mexique, grâce, entre autres, à Pablo Valdés Ramírez (Universidad Autónoma de Nuevo León). Sa présentation résumait les catégories socio-professionnelles des cadres scientifiques mexicains, les modalités d’évaluation de leurs productions et les différents systèmes institutionnels qui valorisent la recherche au Mexique. Germán de la Reza (Universidad Autónoma Metropolitana), quant à lui, offrit une perspective politique de la situation de ces cadres scientifiques en dressant un tableau de nouveaux défis des politiques publiques dans le contexte des élections présidentielles de 2012. La journée fut clôturée par une synthèse au cours de laquelle Modesta Suárez et Alberto del Castillo soulignèrent la richesse des perspectives pluridisciplinaires mises à l’épreuve au cours de la Jornada, avec un spectre ample pour reconstituer la complexité et l’imbrication des réalités mexicaines. Ainsi, soulignèrent-ils la nécessité de prolonger ces efforts où les différentes disciplines académiques, loin de tracer des zones de démarcation, traversent la frontière à la rencontre de l’autre.

Haut de page

Notes

1  Agence de presse indépendante : www.agenciasubversiones.org

2  Documentaire réalisé à partir de sept entretiens avec les photographes ayant couvert l’événement de Tlatelolco en octobre 1968. Ces photographes sont : Enrique Metinides, Rodrigo Moya, María García, Daniel Soto, Héctor García, Aarón Sánchez, Enrique Burdes Mangel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Álvaro Ruiz Rodilla, « Journée d’étude « Jornada México – IPEAT 2011 Materiales para un nuevo siglo – homenaje a Tomás Segovia » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 08 mars 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://framespa.revues.org/1260

Haut de page

Auteur

Álvaro Ruiz Rodilla

Alvaro Ruiz Rodilla, doctorant, Université deToulouse-Le Mirail, Framespa, UMR 5136, balicc22@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org