Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

« Viajeros de esperanza »

Journées du Cinéma et de l’émigration organisées par la Fondation Largo Caballero (Almudena Asenjo et Manuela Aroca, coords.), Toulouse, Institut Cervantès (8-12 décembre 2011)
Élodie Das Neves

Texte intégral

1Qu’ils traitent des migrations au sein de l’Espagne, de l’émigration économique vers les puissances industrialisées de l’Europe ou bien de l’exil politique, les films La piel quemada de Josep María Forn (1967), El techo del mundo de Felipe Vega (1995) et En el balcón vacío de Jomi García Ascot (1961) ont tous la particularité de s’intéresser aux phénomènes migratoires qui ont profondément marqué l’histoire de l’Espagne au xxe siècle. Les trois angles d’approche adoptés par les réalisateurs proposent trois visions complémentaires des différentes formes d’émigrations que la Fondation Francisco Largo Caballero, en coopération avec l’Institut Cervantès de Toulouse, a souhaité mettre en évidence en organisant, du 8 au 12 décembre 2011, les Journées du Cinéma et de l’Émigration intitulées « Viajeros de esperanza ». Car c’est bien l’espoir qui motive les voyageurs mis en scène dans ces trois films : l’espoir d’améliorer leur situation soit par la conquête de la liberté s’ils émigrent pour des raisons politiques, soit par la conquête d’un travail s’ils émigrent pour des raisons économiques.

2La projection du premier film La piel quemada a eu lieu en présence du réalisateur, Josep María Forn, qui a présenté son film comme une « dénonciation sociale » rompant avec le cinéma sur commande qui primait sous la dictature franquiste. L’exode rural constituait alors un phénomène contemporain, à l’heure où la construction et le tourisme étaient en plein essor, en particulier en Catalogne. Tandis que des immeubles de briques fleurissaient sur la Costa Brava, le réalisateur s’est intéressé à « ceux qui se trouvaient derrière ces briques ». La piel quemada pose la Costa Brava comme destination de deux mouvements de populations bien distincts : « le mouvement de la faim », une migration économique qui fuit la misère des campagnes et se dirige vers le nord de l’Espagne, et « le mouvement du loisir », une migration saisonnière car essentiellement touristique, qui part du nord de l’Europe et se dirige vers le sud.

3Dès la première séquence, ces deux mondes s’opposent. Ils se croisent, s’observent sans pour autant se côtoyer : alors que les touristes brûlent leur peau au soleil, les ouvriers de la construction brûlent la leur sur un chantier surplombant la plage. En parallèle à l’action sur la Costa Brava, où José, un ouvrier du bâtiment, s’impose comme protagoniste, dans un village blanc de la province de Grenade, le frère, la femme et les deux enfants de José s’apprêtent à le rejoindre, espérant ainsi mettre un terme à la misère qui sévit dans le sud du pays. Ce long périple fait du train un espace de réflexion sur le changement de vie inhérent à l’émigration. Et pour cause, la côte catalane apparaît tout au long du film comme un espace urbain, moderne et en pleine expansion, où les mœurs sont en nette opposition avec celles de l’Espagne natale des migrants, que l’on découvre dans des flashbacks. La formation religieuse des personnages disparaît dès lors qu’ils font l’expérience de la liberté sur leur territoire d’accueil : les relations adultérines de José avec une serveuse espagnole, puis avec une touriste belge, en sont la concrétisation. Les ciseaux de la censure franquiste ont d’ailleurs supprimé une scène où cette dernière apparaissait nue : même si le spectateur ne voyait pas son corps, l’argument était que l’on pouvait « se l’imaginer ».

4Toutefois, ce territoire d’accueil et de libertés demeure un territoire d’inégalités sociales où les ouvriers qui édifient des résidences luxueuses sont condamnés à vivre dans des logements insalubres. Aussi cette dénonciation sociale pose-t-elle la question inhérente de la reconstruction de l’identité des migrants, un aspect que le personnage du voyageur andalou, catalan d’adoption, synthétise dans la phrase : « On est de là où l’on peut manger ».

5L’identité, tel est le noyau médullaire du second film de ce cycle, El techo del mundo, qui propose une fable sur une immigration individuelle qui acquiert une résonance collective. Tomás, le protagoniste, est un Espagnol qui a immigré en Suisse pour des raisons économiques et y a créé une entreprise de maçonnerie. Or, si pour lui, l’obtention de la nationalité du pays dans lequel il vit depuis vingt ans est une véritable consécration, en cela qu’elle matérialise sa reconnaissance en tant que citoyen, le regard des autres reprend le dessus puisqu’on lui rappelle : « T’es pas d’ici, ni de là-bas. T’es de nulle part ». Pour ses filles, adopter la nationalité suisse revient à faire table rase du passé, à oublier sa nationalité espagnole et par là même son engagement socialiste et l’engagement communiste de son père durant la Guerre Civile. La question de l’identité, voire des identités, dans l’émigration est posée également dans le domaine linguistique : au bilinguisme (espagnol et français) des personnages s’ajoute la langue des signes, puisque l’une des filles est muette.

6Mais la quête identitaire du protagoniste atteint son paroxysme lorsque, victime d’un accident du travail, il devient amnésique. Il oublie alors qui il est et ses convictions les plus profondes s’évanouissent. Sa seule certitude devient sa nationalité suisse. Lui qui avait fait de l’altruisme une militance, lui qui employait dans son entreprise des ouvriers immigrés, fait preuve d’une xénophobie primaire en particulier envers les personnes de couleur. De retour dans son village natal de la province de León, sa perte de repères s’accentue et se traduit par la peur de l’autre, notamment lorsqu’il cache ses yeux, à la vue d’un reportage sur l’immigration africaine, mais également par la frustration, quand il tente de violer une bergère du village.

7L’amnésie de Tomás renvoie à la perte de mémoire d’une partie du peuple espagnol - un peuple d’émigration - à l’heure d’accueillir des migrants sur son sol. Or, cette manifeste dénonciation d’une Espagne amnésique se voit teintée d’une lueur d’espoir quand Tomás, caché dans les bois, fait la rencontre d’un immigrant sans-papiers camerounais avec lequel il tisse une relation d’amitié, une fois la crainte de l’autre surmontée.

8Le troisième et dernier film de ce cycle, En el balcón vacío, est dédié aux « Espagnols morts en exil ». C’est en effet le seul film qui aborde le thème de l’exil espagnol au Mexique à travers une fiction. Ses conditions de réalisation - le fait que ses acteurs soient tous des exilés espagnols qui, loin d’être des professionnels, interviennent gratuitement et ce, pendant quarante dimanches, et aussi le fait qu’il ait été tourné exclusivement au Mexique et qu’il ait été financé par des dons - font de lui le film de l’exil par excellence. C’est à travers le regard et les souvenirs d’une petite fille, Gabriela, que se déroule l’intrigue. Elle vit dans une famille républicaine aisée quand la guerre éclate. Témoin des premiers balbutiements de l’Espagne en guerre, elle assiste depuis sa fenêtre à l’exécution d’un homme caché sur le rebord d’une fenêtre contiguë. Si Gabriela est peu prolixe, elle observe et intériorise ses expériences avec une grande maturité ; elle reste d’ailleurs impassible lorsqu’un inconnu tente de lui faire révéler le refuge de son père. Très vite, face à la menace, la mère de Gabriela fuit une nuit avec ses deux filles. S’il s’agit, dans un premier temps, de retrouver son mari « de l’autre côté », dans la zone encore républicaine, lorsque les nationalistes gagnent du terrain et que l’on apprend la mort du père de famille, l’exil s’impose.

9« Une aussi grande peur dans un aussi petit corps », c’est ainsi que la petite fille décrit ses sentiments alors que la ville qui les accueille est bombardée par l’ennemi. La famille s’incorpore alors à l’exil républicain massif vers la France, qui ne sera qu’un lieu de passage avant son départ vers le Mexique. À travers ce film et le regard de Gabriela, c’est une réflexion sur le temps qui passe et sur la mémoire qui est menée. Gabriela adulte redoute la mort de sa mère craignant qu’avec elle ne disparaissent ses souvenirs et l’histoire de sa famille. Sa quête d’identité passe alors par le retour dans sa maison d’enfance afin de s’imprégner à nouveau de son histoire et de ne plus jamais l’oublier.

10À l’issue des trois projections, Almudena Asenjo, directrice de la Fondation Largo Caballero, a ouvert la table ronde en réalisant un bilan du rapport qu’entretient l’Espagne à l’émigration et à l’immigration. Ainsi a-t-elle souligné que le thème des migrations est omniprésent dans les recherches menées par la fondation et a rappelé qu’avec 500 000 immigrés politiques et près de trois millions d’immigrés économiques, l’Espagne était un pays d’émigration avant de devenir un pays d’accueil dans les dernières décennies du xxe siècle. Or, malgré sa longue expérience de l’émigration, l’Espagne semble perdre la mémoire en ne voyant pas chez la jeune femme de ménage hispano-américaine le reflet de la domestique espagnole à Paris.

11Les participants - Almudena Asenjo, Eduardo Moyano, Josep María Forn et Felipe Vega - sont également revenus sur les films projetés : la puissance du réalisme social de La piel quemada, qui a obtenu la Caravelle d’argent du Festival de cinéma de Valladolid et le Fotogramas d’argent du festival de cinéma de Carthagène pour l’interpétation de l’acteur Antonio Iranzo, l’importance du thème de l’identité concomitant à celui de l’émigration dans El techo del mundo et la forte charge émotionnelle qui émane de En el balcón vacío malgré sa grande limitation technique sont autant d’aspects qui ont été abordés.

12En définitive, l’émigration configure, comme l’ont évoqué les réalisateurs, une histoire de l’Espagne hors d’Espagne, et ce cycle de cinéma contribue à mettre en lumière une identité espagnole présente hors de ses frontières. C’est en cela un bel hommage cinématographique qui est rendu à ces « Voyageurs de l’espoir » qui sont partis vers l’inconnu à la recherche d’une vie meilleure.

13Ce cycle de projections (qui a pour vocation de se déplacer en Europe : il se tiendra notamment à Hambourg du 2 au 28 février 2012) a été animé, à Toulouse, par Eduardo Moyano, journaliste pendant plus de trente ans à Radio Exterior de España et spécialisé dans les sections littéraires et cinématographiques. Il a par ailleurs publié une étude sur l’émigration et le cinéma en 2005, intitulée La memoria escondida (emigración y cine), dans laquelle il revient sur les plus de cinq cents ans d’émigration espagnole. Les organisateurs de cette manifestation et, en particulier, Almudena Asenjo, directrice de la Fondation Francisco Largo Caballero et modératrice de la table-ronde, ont mis un point d’honneur à convier les réalisateurs des films projetés, afin de mieux appréhender leurs motivations et de leur permettre de partager avec le public leur ressenti sur leur propre création. Josep María Forn, réalisateur, scénariste et producteur, a tenu à être présent sur l’ensemble du cycle, lui-même ayant été membre de jury de concours cinématographiques et ayant obtenu de nombreuses récompenses dans des festivals internationaux de cinéma. Felipe Vega, également réalisateur et scénariste, est aussi professeur à l’École de la Cinématographie et de l’Audiovisuel de Madrid. Ces deux invités de choix ont ainsi pu enrichir les débats sur ces projections, mais aussi commenter la place de ces films dans la trajectoire du cinéma espagnol.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Das Neves, « « Viajeros de esperanza » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 08 mars 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://framespa.revues.org/1259

Haut de page

Auteur

Élodie Das Neves

Centre Universitaire de Formation et de Recherche Jean-François Champollion, Albi
Agrégée d’espagnol, doctorante en Études Hispaniques (FRAMESPA), thématique « Identités, cultures, contacts ».
Elodie.das-neves-valente@univ-jfc.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org