Navigation – Plan du site
Varia

L’université toulousaine et l’outre-mer (1808-1945)

Toulouse's University and overseas territories (1808-1945)
La universidad de Toulouse y los territorios de ultramar (1808-1945)
Caroline Barrera

Résumés

Cet article a pour ambition d’analyser la façon dont l’université toulousaine s’est saisie de la problématique de l’outre-mer du xixe siècle jusqu’en 1945. Pôle éducatif majeur, on pourrait penser qu’elle entretient avec l’outre-mer des relations aussi dynamiques qu’avec nombre de pays étrangers. Cette hypothèse est d’autant plus probable qu’à partir des années 1880, le développement de l’université correspond à celui de la colonisation et que se met en place dans plusieurs villes, et notamment chez la voisine bordelaise, un enseignement supérieur colonial spécifique. Cette analyse est menée à travers le prisme des professeurs et des étudiants, acteurs différents, voire opposés, de la colonisation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Caroline Barrera, « Les recteurs et les relations internationales de l’université toulousaine (1808 (...)
  • 2 Pierre Singaravélou, « L’enseignement supérieur colonial », Histoire de l’éducation, Paris, INRP, 2 (...)
  • 3 L’école coloniale a été créée en 1889 et les classes préparatoires à cette école sont fondées, à Pa (...)

1L’université toulousaine est un pôle éducatif majeur en France et, à ce titre, intégrée aux relations que l’État entretient avec l’étranger. À l’échelle internationale, elle arrive, en conciliant les opportunités liées à son appartenance au dispositif national et celles autorisées par l’autonomie universitaire, à se développer de façon originale1. On pourrait penser qu’il en va de même avec l’outre-mer, davantage attaché à la France que l’étranger, et que l’université toulousaine a su nouer avec cet espace particulier du monde extérieur des liens originaux et conséquents. Cette hypothèse est d’autant plus légitime que, comme l’a rappelé récemment Pierre Singaravélou, la conjonction dans les années 1880-1900 entre le développement de l’université et la relance de l’expansion coloniale s’est traduite par la création d’un enseignement supérieur colonial spécifique2. La voisine bordelaise en fournit un exemple éloquent avec son musée colonial, ses cours coloniaux, son Institut colonial très lié à la faculté des Lettres. À Toulouse même, la ville possède une préparation à l’école coloniale depuis la fin des années 19203. Nous essaierons donc de voir comment, jusqu’en 1945, l’université toulousaine se saisit de la problématique de l’outre-mer, dans ses volets scientifiques mais aussi politiques, en gardant en tête qu’elle met en contact physique des acteurs différents, voire opposés, de la colonisation tels que les étudiants colons, les étudiants « indigènes », les Français de métropole ou encore des enseignants engagés dans l’Empire. Nous aborderons ces questions à travers le prisme de l’institution universitaire, envisageant la place, spécifique ou non, qu’elle fait à l’outre-mer, et par le biais de ses étudiants et de ses professeurs.

L’université toulousaine et l’outre-mer jusqu’en 1918

Les étudiants

  • 4 « Nom des lauréats qui ont été couronnés dans les divers concours de 1873 », Séance solennelle pour (...)
  • 5 Arch. dép. de Haute-Garonne, 4M108, rapport du commissaire central au préfet du 12 mars 1900.

2Les étudiants extérieurs à l’hexagone accueillis à Toulouse jusqu’en 1918 sont d’abord des ultramarins, plus rarement des étudiants étrangers, au moins jusqu’aux premières années du xxe siècle. Ce sont des fils de planteurs, de propriétaires ou de financiers, qui viennent principalement des Antilles, mais aussi d’anciennes colonies françaises (Louisiane, Haïti), longtemps après que ces territoires eurent quitté le giron français. Ils sont très peu nombreux, environ dix individus à la faculté de Droit tout au long de la période et un ou deux dans les autres facultés. Néanmoins, ces étudiants minoritaires s’insèrent dans la vie académique, d’abord parce qu’à partir de 1893, un Comité de patronage des étudiants étrangers et coloniaux s’occupe d’eux, mais également parce qu’on les voit participer aux rites universitaires. En 1873, par exemple, ce sont Amédée Bellan, de Bâton Rouge (États-Unis) et son camarade Roseveille Bibot-Letourneux, de Saint-Pierre en Martinique, qui reçoivent deux des huit prix décernés à la faculté de Droit. En Lettres, c’est Germain Sabatié originaire de Tlemcen, en Algérie, qui obtient la 4e mention d’un prix en littérature4. Cela n’empêche pas certains d’entre eux d’être stigmatisés, comme les étudiants juifs, quand les affaires d’outre-mer viennent alimenter les débats antisémites à Toulouse. C’est le cas en 1900 quand, lors d’une cavalcade caritative d’étudiants, des confettis anti-juifs sont lancés dans la foule5.

  • 6 Gaston Monnerville a été président du Sénat de 1959 à 1968.
  • 7 Gaston Monnerville, Témoignage. De la France équinoxiale au palais du Luxembourg, Paris, Plon, 1975 (...)

3Avec le temps, cependant, les figures de ces ultramarins se diversifient, notamment grâce aux bourses qui modifient la sociologie étudiante. On voit alors apparaître des jeunes gens, toujours français mais issus de milieux plus modestes, à l’image de Gaston Monnerville, né en 1897 à Cayenne. Le futur président du Sénat6 a d’abord été lycéen à partir de 1912 à Toulouse, puis étudiant à la faculté de Droit pendant le premier conflit mondial. Né dans une famille de petits fonctionnaires, il devait compléter ses revenus en travaillant dans les usines d’armement. À la fin de la Première Guerre mondiale, c’est la figure de l’étudiant-soldat indochinois qui émerge. Logé à la Poudrerie nationale ou en caserne, il concilie son engagement militaire (il est souvent interprète) et ses études. Ces étudiants d’outre-mer entretiennent des relations avec leurs enseignants, sur lesquelles nous avons peu de témoignages, si ce n’est celui de Gaston Monnerville, tout à fait positif7.

Les professeurs

  • 8 Statistiques élaborées à partir des données fournies par le Rapport annuel du Conseil des facultés (...)

4Les professeurs ont également des liens divers avec l’outre-mer. Certains enseignants en droit débutent ainsi à la faculté d’Alger. C’est le cas des professeurs Declareuil (1863-1938), Despiau (1833-1905), Gabolde (1892-1957), Perreau (1870-1943) ou Rouard de Card (1853-1934). Ils peuvent aussi s’associer aux actions liées à la coopération universitaire ou à la continuité du service public français dans l’Empire. Ces relations ne donnent cependant pas lieu à une production scientifique conséquente. Ainsi en 1907-1908, seuls 20 % de la production publiée de la faculté de Droit (1 livre sur les 5 travaux édités) concernent l’outre-mer, 1,8 % en Médecine (2 sur 110), 7,6 % en Sciences (4 sur 52) et 0 % en Lettres8. Cette indigence de travaux universitaires sur l’outre-mer n’est pas compensée par des communications faites dans les nombreuses sociétés savantes de la ville, pourtant très fréquentées par les professeurs de l’université, même à la Société de Géographie (1882), à l’exception notable du Dr Maurel.

  • 9 Cette statistique a été constituée à partir des travaux conservés dans les seules bibliothèques uni (...)
  • 10 Alexandre Mérignac, Précis de législation et d’économie coloniale, Paris, Recueil Sirey, 1912, 1 01 (...)
  • 11 Dr Jacques-Émile Abelous, « Éloge d’Édouard Maurel », Mémoires de l’Académie des Sciences, Inscript (...)
  • 12 Édouard Maurel, Traité de l’alimentation et de la nutrition à l’état normal et pathologique, Paris, (...)
  • 13 La vie au fond des mers : les explorations sous-marines et les voyages du Travailleur et du Talisma (...)
  • 14 Henri Molins, « Rapport sur les travaux de la faculté des Sciences de Toulouse pendant l’année scol (...)
  • 15 Paul Dop, Recherches anatomiques sur la fleur du Tanghin du Ménabé, Marseille, Institut colonial, 1 (...)

5L’université toulousaine possède cependant quelques figures professorales qui se saisissent de l’outre-mer comme thématique scientifique. La première d’entre elles prend les traits du juriste Rouard de Card qui publie une trentaine de travaux sur le sujet entre 1881 et 1929. D’abord chargé de cours à la faculté d’Alger, il arrive à Toulouse en 1885, y obtient la chaire de droit civil (1889) puis celle de droit international privé (1910). Ses recherches portent à 80 % sur l’Afrique du Nord et notamment sur le Maroc. Le reste concerne l’Afrique noire, la Guyane et Tahiti9. Il s’agit de recherches sur l’histoire du droit ou sur les accords internationaux. Son collègue Mérignac est moins prolixe sur le sujet. Arrivé en 1887, il obtient la chaire de droit international privé (1892), puis public (1903). Il publie en 1912 un Précis de législation et d’économie coloniale10 et assure des cours de droit administratif et de législation coloniale à la faculté et des conférences à destination des officiers. La troisième figure est médicale, il s’agit du Dr Maurel (1841-1918)11. Il fut d’abord médecin de la marine, où ses fonctions lui permettent d’acquérir une connaissance empirique de l’outre-mer en le faisant voyager en Cochinchine, au Cambodge, au Tonkin, en Guyane, ou aux Antilles. Il y soigne et y mène parallèlement des activités de recherche. C’est le cas au bagne de Cayenne, où il développe une théorie sur le régime alimentaire que l’Européen transplanté doit adopter pour ne pas être malade. En 1887, il prend sa retraite et commence alors une deuxième carrière au sein de l’université. Il y gravit tous les échelons et devient en 1903 professeur de pathologie expérimentale. Il doit, au départ, improviser un petit laboratoire chez lui pour continuer ses recherches en physiologie, en pathologie et en hygiène alimentaire. Celles-ci aboutissent en 1906 à la publication de son Traité d’alimentation12. Il est également actif à la Société de Géographie où il fait plusieurs communications qui sortent de son domaine de compétences : hydrographie, orographie et histoire de la Guyane, en 1888, poids et mesures de l’Indochine, en 1889, établissements français sur le Maroni et le système de la colonisation pénitentiaire, en 1892, question du Siam, en 1893, ethnographie des Khmers, en 1894… La faculté des Sciences possède également ses figures de l’outre-mer puisqu’elle compte dans ses rangs Henri Filhol (1843-1902), maître de conférences en Zoologie en 1878, qui a participé à plusieurs expéditions maritimes le long des côtes marocaines dont il a tiré un livre : La vie au fond des mers : les explorations sous-marines et les voyages du Travailleur et du Talisman13. Il explore également la Nouvelle-Zélande, l’île Viti, la Nouvelle-Calédonie où il inventorie 1 127 espèces de plantes et 85 espèces d’oiseaux14. Durant cette période, la faculté accueille aussi les premiers travaux de Paul Dop – chargé d’un cours complémentaire –, sur la botanique de Madagascar et de l’Indochine, qu’il publie dans des revues parisiennes ou provinciales, comme ses recherches anatomiques sur la fleur Tanghin du Ménabé (Madagascar), éditées par l’Institut colonial de Marseille15.

6D’une manière globale, on ne peut donc pas dire que l’université toulousaine donne une impulsion organisée ou institutionnelle aux travaux sur l’outre-mer. Ceux qui existent sont davantage liés à l’intérêt personnel de quelques individualités qui sont souvent intégrées à des projets extérieurs à la ville et qui généralement poursuivront leur carrière à Paris.

  • 16 Son approche de l’Empire se décompose ainsi : Cours 1 – La France coloniale. Étude sur la formation (...)
  • 17 Guide gazette des étudiants, 1894.

7L’indigence en matière de cours liés à l’outre-mer est encore plus flagrante. Il y a bien les leçons du géographe Dognon à la faculté des Lettres qui, selon les années, consacre quelques séances à l’Empire sans que cela constitue un certificat spécifique et pérenne. Ainsi, en 1907-08, il traite de la France coloniale, mais en 1910-11, il s’intéresse à l’Amérique du Sud16. À la faculté de Droit, la législation coloniale constitue bien un cours à part entière, assuré par le Pr. Mérignac, mais optionnel17.

Une évolution prudente pendant l’entre-deux-guerres

Les étudiants coloniaux

8Du côté des étudiants, la grande nouveauté de l’entre-deux-guerres concerne l’arrivée plus conséquente des coloniaux, au sens « d’indigènes ». Ils migrent en métropole parce que l’outre-mer manque cruellement d’universités qui sont, en outre, prioritairement ouvertes aux Français. Ces étudiants vivent grâce aux bourses dont l’objectif est de favoriser l’émergence d’intermédiaires éduqués entre la population colonisée et Paris. Pour les plus militants, la vie en France présente le double intérêt de les rapprocher d’idéaux et de compagnons favorables à la décolonisation, et de les soustraire partiellement à la surveillance de leur colonie d’origine, même s’ils demeurent sous celle des services de police locaux. Ces étudiants sont cependant très minoritaires. En 1932-33, l’université toulousaine qui compte 4 297 étudiants, accueille 460 étrangers et coloniaux (hors Français d’Algérie) dont seulement 1 Alaouite, 20 Indochinois, 5 Libanais, 7 Syriens, 6 Tunisiens. Ces coloniaux sont surtout inscrits à la faculté de Droit et dans les instituts techniques de la faculté des Sciences.

9Ces jeunes gens ne sont pas dans une situation identitaire simple, comme en témoigne cette conversation fictive entre un étudiant indochinois et un camarade français, reproduite dans le Journal des étudiants annamites en 1927 :

  • 18 Ly Binh Hue, Journal des étudiants annamites, Toulouse, Imprimerie du Sud-Ouest, 15 mai 1927, p. 19

- « Pardon, Monsieur, vous êtes Chinois, n’est-ce pas ?
- Non, Monsieur.
- Japonais ?
- Non plus.
- Et alors ?
- Je suis de l’Indochine.
- Vous êtes donc Annamite ?
- Pas tout a fait.
- Français.
- Pas toujours. C’est que nous autres, nous avons une nationalité variable. Elle change suivant les circonstances.
- Une nationalité variable ? Qui change selon les circonstances ? C’est la première fois que j’en ai entendu parler, et ce sera intéressant pour le droit, par exemple.
- Oui, Monsieur, nous sommes tantôt Français et tantôt Annamites. Quand nous nous fîmes inscrire à la Faculté, on dit que nous sommes Français, et comme tels nous devons présenter le bachot français. Mais plus tard, si nous demandons une place, un emploi dans l’Administration, ou même l’autorisation d’exercer une profession libérale, en présentant notre licence ou notre doctorat délivrés par la faculté, on nous répondra que nous sommes Annamites et comme tels nous ne pourrons les avoir. Ainsi que vous le voyez, Monsieur, nous sommes Français quand il y a des devoirs à faire et Annamites quand il s’agit de jouir des droits.
- Quelle situation compliquée !
- Nous le croyons aussi. C’est pourquoi nous attendons impatiemment qu’on nous en donne une plus nette »18.

10Quelles sont les relations de ces étudiants avec l’outre-mer pendant qu’ils sont à Toulouse ? Elles peuvent d’abord être scientifiques, comme en témoignent les dizaines de mémoires de doctorat qui se multiplient pendant l’entre-deux-guerres dans deux établissements, la faculté de Droit et l’école vétérinaire. En droit, ces travaux sont le fait de Français de métropole qui visent une carrière coloniale, de Français originaires des colonies, de coloniaux indigènes, d’étudiants étrangers dont le pays connaît des situations coloniales (Chinois) et enfin d’étudiants juifs de l’Empire russe qui s’intéressent à l’outre-mer non français (Palestine). Les zones géographiques privilégiées par les juristes sont celles d’Afrique du Nord, de Syrie, d’Asie et d’Indochine. À l’école vétérinaire, 76 % des mémoires concernent l’Afrique du Nord et principalement l’Algérie.

11Les relations sont également politiques. On ne s’étonnera pas que les étudiants ultramarins, selon qu’ils sont colons ou colonisés, n’aient pas le même point de vue sur la situation coloniale. Cette différence est particulièrement perceptible dans la vie associative, même si l’Association Générale des Étudiants de Toulouse (AGET) essaie sans succès, en 1935, de les regrouper. Généralement les associations d’étudiants n’intègrent que les Français et évitent d’aborder les questions politiques. Les coloniaux créent donc des associations qui leur sont spécifiques et qui n’éludent pas ces questions. Toulouse accueille ainsi trois groupements d’étudiants indochinois. Le premier, créé en 1924, se fixe des objectifs culturels mais c’est l’indépendance de l’Annam qui l’occupe et pour laquelle ses membres s’engagent (Parti Communiste, La nation annamite, organe européen du parti annamite de l’Indépendance). L’un d’eux, Tran Van Thah, est particulièrement actif. Propagandiste infatigable des idées anti-françaises, surveillé par la Sûreté nationale, il crée le Journal des étudiants annamites de Toulouse qui aborde les questions de l’indépendance et fédère les 500 lycéens et étudiants indochinois que compte la France en 1927. Il organise également le Congrès des étudiants annamites d’Aix, prend à cette occasion la direction du mouvement des Étudiants annamites de France. L’Association est dissoute en 1927, pour menées communistes et propagande antimilitariste parmi les tirailleurs indochinois de la région. Tran Van Thah

12Van Thah

19Journal

13Sarrage

2021

L’antenne universitaire de Rabat

  • 22 Voir à ce sujet l’article de Philippe Delvit, « Faire son droit sous protectorat. Le centre d’étude (...)

14Du côté institutionnel, c’est incontestablement l’antenne universitaire de Rabat qui constitue l’expérience la plus importante de l’université toulousaine et aussi la plus longue de la période puisqu’elle a duré des années 1927-1930 à l’indépendance du Maroc22. En 1920, un arrêté viziriel autorise l’installation d’un Institut des Hautes Études Marocaines qui n’est au départ qu’un lieu d’accueil pour des cours publics et des conférences. En 1927, il devient un centre d’examens et, en 1930, la transformation en lieu d’études juridiques est formalisée, sous la tutelle de trois universités tutrices, Alger, Bordeaux et Toulouse qui envoient des membres assurer les jurys. Les étudiants, qui sont tout de même nombreux (450 en 1944), sont surtout originaires d’Europe. Ce sont des fils de colons, de fonctionnaires civils, de militaires, beaucoup plus rarement des étudiants autochtones musulmans ou juifs. L’enseignement dispensé duplique d’ailleurs au plus près ce qui se fait en France jusqu’à la toute fin du protectorat et les cours magistraux sont assurés par des professeurs venus de Toulouse, de Bordeaux ou d’Alger, généralement par de jeunes professeurs agrégés.

Les professeurs

15Pour le reste, les professeurs demeurent dans la continuité de ce qui se passait avant guerre. Ils prennent toujours leur part de la présence française outre-mer, à Rabat, mais également à l’École française de Droit du Caire ou à l’École supérieure de Droit d’Hanoi où enseigne, par exemple, le futur directeur de l’Institut d’Études Politiques de Toulouse, Paul Couzinet. On trouve encore au Proche-Orient un ingénieur chargé de cours à l’institut électrotechnique de Toulouse, M. Crausse, qui est nommé en 1936 directeur de l’École française d’ingénieurs de Beyrouth, sous tutelle de l’université de Lyon.

  • 23 Il donne un cours à option en 3e année et en doctorat, financé par l’université, sur la législation (...)
  • 24 Raoul Blanchard & Daniel Faucher, Cours de Géographie. La France et ses colonies. Cours moyen. Clas (...)

16À Toulouse même, les cours consacrés à l’outre-mer sont toujours très peu nombreux, assurés par les Pr. Dognon, en géographie, et Mérignac23, cités plus haut. On note cependant que le Pr. Faucher, avec Raoul Blanchard, publie un cours de géographie, La France et ses colonies, régulièrement réédité à destination de l’enseignement primaire24.

La poursuite d’une activité scientifique

  • 25 Joseph Magnol, « Le problème des travaux forcés en France et la suppression des peines coloniales » (...)
  • 26 Pr. Dauvillier, « La répudiation en droit musulman », Revue de législation et de jurisprudence maro (...)
  • 27 Étienne Perreau, « Souvenir d’un voyage au Liban, en Syrie et en Palestine », Bulletin de la Sociét (...)
  • 28 Paul Dop, « Les Callicarpa de l’Indochine », Extrait du Bulletin de la Société d’Histoire Naturelle (...)
  • 29 Henri Lecomte, Henri Humbert, François Gagnepain (éds.), La Flore générale de l’Indochine, Paris, M (...)
  • 30 M. Mouton, La bilharziose à la Guadeloupe, thèse pour le doctorat de médecine, faculté de Médecine (...)

17Pendant l’entre-deux-guerres, l’activité scientifique sur l’outre-mer se poursuit mais, comme dans la période précédente, elle est tout à fait minoritaire, même si davantage de personnes s’y consacrent. Les figures marquantes qui s’en détachent peuvent se répartir entre différents pôles, et tout d’abord celui des juristes. Le Pr. Rouard de Card, on l’a dit, poursuit ses travaux jusqu’en 1929 et le Pr. Mérignac réédite son Précis de législation coloniale en 1925. Les juristes ont cependant la particularité, rare à l’époque à Toulouse, de publier dans des revues non hexagonales. C’est le cas du Pr. Magnol, qui s’intéresse aux peines coloniales dans la revue L’Égypte contemporaine en 193825, du Pr. Couzinet auteur de plusieurs articles dans la Revue indochinoise juridique et économique, du Pr. Dauvillier dans la Revue de législation et de jurisprudence marocaine sur la répudiation en droit musulman en 193726. Certains traitent de ces sujets dans des revues françaises, ainsi le Pr. Plassard dans Renaissance, en 1928, avec un article sur la colonisation et le droit international, ou le Pr. Perreau qui, en 1933, offre au Bulletin de la Société de Géographie de Toulouse, un récit de voyage au Liban, en Syrie et en Palestine27. Le pôle des scientifiques regroupe des personnalités comme le botaniste Paul Dop, déjà cité. D’abord chargé de cours, puis chef des travaux, il publie différents travaux28 et collabore à La Flore générale de l’Indochine29. Même s’il travaille avec Paris, il essaie à Toulouse d’entraîner ses étudiants sur les thématiques coloniales, comme on le voit avec Mlle Marquès qui travaille sur les rhododendrons de l’Indochine. D’autres professeurs s’investissent mais plus ponctuellement, comme le Pr. Nicolas en botanique agricole, qui intervient au congrès d’Alger de 1930 avec des Notes de tératologie végétale nord-africaine, comme Gaston Astre, alors assistant de géologie, sur Un arbre du Liban, toujours au même congrès, ou encore le maître de conférences Jeannel qui s’intéresse à la grotte des Beni-Add près d’Ain-Fezza, dans le Bulletin de la Société de Géographie de la province d’Oran en 1919. Mais c’est surtout le géologue Charles Jacob, titulaire de la chaire de géologie à la faculté des Sciences de Toulouse (1912-1928) qui, entre novembre 1918 et novembre 1922, est nommé chef du service géologique d’Indochine et qui développe des travaux spécifiques. Il quitte Toulouse en 1928 pour Paris et, en août 1940, il est nommé administrateur du CNRS, dont il devient le directeur en 1941. Il faut enfin souligner les travaux du zoologue Pierre Bonnet (1897-1990) sur les araignées de l’outre-mer. Le pôle médical est, lui, peu actif sur le sujet, même si l’on trouve ici et là quelques travaux, comme ceux du Pr. Serr sur les ressources thermales des Pyrénées et des Cévennes ainsi que leurs indications chez les coloniaux rapatriés, ou une thèse de médecine consacrée en 1938 à la bilharziose à la Guadeloupe30.

18Ces travaux, on le voit, ne sont pas seulement propagandistes, ils sont aussi scientifiques. L’analyse de leur contenu reste à faire.

Guerre, université et outre-mer (1939-1945)

Les étudiants ultramarins

19Avec la Seconde Guerre mondiale, la situation matérielle des étudiants ultramarins se complique à cause de la rupture des communications avec l’Empire, à tel point que l’Union des étudiants nord-africains met en sourdine sa dimension religieuse pour défendre les intérêts corporatistes de tous les coloniaux, français ou musulmans. L’AGET essaie également de remédier à ces nouveaux problèmes en créant, en décembre 1942, un Groupe des étudiants coloniaux de Toulouse qui intègre les étudiants coloniaux indigènes, mais, là encore, l’échec est au rendez-vous. Les étudiants ultramarins sont davantage surveillés. La plupart d’entre eux mettent d’ailleurs leurs revendications en sourdine, mais certains continuent leur combat. C’est le cas d’Abdelaziz Ben M’Hamed Mabrouk

20Ben M’Hamed Mabrouk

21M’Hamed Maarouf

31Section toulousaine des étudiants annamites

Les étudiants juifs et l’Université

  • 32 Caroline Barrera, Étudiants d’ailleurs. Histoire des étudiants étrangers, coloniaux et français de (...)

22La situation est encore plus difficile pour les étudiants juifs ultramarins qui tombent sous le coup de la loi du 21 juin 1941 qui impose un numerus clausus pour les étudiants juifs dans les universités françaises. Le doyen de la faculté de Droit essaie bien de savoir s’il peut y soustraire les étudiants de l’Empire, notamment ceux originaires de Tunisie et du Maroc qui vont naturellement s’inscrire à l’antenne de Rabat. Mais la réponse qu’il reçoit est formellement négative32. Les facultés toulousaines mettent donc en place les commissions de sélection qui traitent les dossiers d’étudiants ultramarins aux abois, refusés à Alger ou à Rabat, et qui frappent aux portes des facultés de métropole. Pour eux, comme pour les étudiants juifs de métropole, la sélection ne s’opère que sur des critères précis, prenant en compte la nationalité d’origine, la filiation avec un militaire et ses décorations militaires, leurs résultats scolaires, etc.

La résistance et l’outre-mer

  • 33 « L’expérience politique d’Alger », dans Les cahiers politiques, n° 9, avril 1945.
  • 34 Gabriel Nahas, La filière du rail, Paris, Éditions France-Empire, 1982, 243 p.

23Les figures résistantes de l’université toulousaine sont minoritaires. Deux cependant ont un lien avec l’outre-mer. L’une est étudiante en la personne de Gabriel Nahas, l’autre enseignante avec celle d’André Hauriou. Ce dernier est professeur de droit constitutionnel en 1933. Pendant la guerre, il constitue le groupe Vérité (futur Combat) dont il est le responsable régional. Activement recherché par les Allemands, il quitte la France en octobre 1943, pour Alger. Désigné par le mouvement « Combat » comme délégué à l’Assemblée consultative provisoire d’Alger, il en devient le vice-président et fait profiter ses collègues de ses connaissances en droit constitutionnel. En 1946, il est élu député de la SFIO33. Du côté étudiant, il faut souligner l’action de Gabriel Nahas (Georges Brantès), étudiant en médecine franco-libanais qui a raconté dans un ouvrage son aventure34 et, bien sûr, rappeler l’action d’anciens étudiants, comme Gaston Monnerville présenté plus haut.

La continuité des activités pédagogiques et de la recherche mise à mal

  • 35 Philippe Delvit, op. cit.

24Malgré la guerre, les universitaires, autant que faire se peut, continuent à aller faire passer les épreuves du baccalauréat. C’est le cas de Marcel Pichot, professeur de physique à la faculté des Sciences, qui préside les épreuves du bachot à Dakar et à Saint-Louis, en 1942. Dès 1940, la situation devient plus compliquée à l’antenne de Rabat. Le temps de trajet pour s’y rendre est démultiplié et, en 1941, il faut s’occuper des étudiants de Bordeaux qui se trouve désormais en zone occupée. À partir de novembre 1942, il n’est plus question d’échange : les Américains sont au Maroc et c’est la faculté d’Alger qui récupère les inscriptions, considérant de plus en plus Rabat comme l’une de ses annexes, au grand dam des Toulousains. Il faut attendre 1946 pour que les relations académiques d’avant-guerre se rétablissent35.

  • 36 Robert Bordaz, Paul Chamley, Max Cluseau, Eléments d’économie coloniale, Paris, Sirey, 1943, 422 p.

25Du côté de la recherche, l’activité, diminue également. Notons cependant la co-publication en 1943 par Max Cluseau, professeur d’économie, d’un ouvrage intitulé Eléments d’économie coloniale 36.

26Le bilan est donc mitigé. Si l’université toulousaine a incontestablement noué des relations avec l’outre-mer, elle est restée bien en deçà de ses consœurs bordelaise ou marseillaise, pour des raisons d’histoire, d’engagement de la société civile ou d’injonctions de l’État. Pour autant, ces relations sont durables et, paradoxalement, se développent à mesure que la perspective des décolonisations approche. La faculté des Lettres, peu présente avant 1945 sur le terrain de l’outre-mer, se pique, dans les années 1950, d’ethnologie en mettant en place en 1953 un certificat spécifique d’histoire de la colonisation française et étrangère, qui compte en 1954 six inscrits. À cette date, elle crée une licence d’outre-mer avec quatre certificats, en histoire coloniale, en géographie coloniale, en éthographie et ethnologie et en droits et coutumes d’outre-mer. Citons encore les travaux d’Henri Gaussen qui, dans les années 1950, s’intéresse à la végétation de l’AOF.

27Aujourd’hui encore, l’université toulousaine, entretient avec ce qui fut l’outre-mer des liens privilégiés. Ils concernent bien sûr les étudiants étrangers accueillis à Toulouse, majoritairement issus du continent africain (5 000 en 2008-09), et notamment d’Afrique du Nord. Ces liens peuvent aussi avoir été renoués, par exemple entre le Vietnam et l’université de Toulouse I en 2000, avec le master de la coopération économique développé en association avec l’université nationale de Hanoi. Ils peuvent aussi être créés ex nihilo, comme en Guyane, où l’université de Toulouse I, renouant avec sa tradition d’antenne (Cf. son expérience à Rabat) fait vivre une section d’Administration Économique et Sociale à Cayenne. Ils sont également devenus scientifiques, l’outre-mer et surtout l’histoire de la colonisation constituant un axe de recherche important pour les historiens de l’université de Toulouse-le Mirail.

Haut de page

Notes

1 Caroline Barrera, « Les recteurs et les relations internationales de l’université toulousaine (1808-1945) », dans Didier Foucault (éd.), Les recteurs et le rectorat de l’Académie de Toulouse, Toulouse, Méridiennes, 2010, p. 169-180.

2 Pierre Singaravélou, « L’enseignement supérieur colonial », Histoire de l’éducation, Paris, INRP, 2009, 122, p. 171.

3 L’école coloniale a été créée en 1889 et les classes préparatoires à cette école sont fondées, à Paris et en province, dans la deuxième moitié des années 1920.

4 « Nom des lauréats qui ont été couronnés dans les divers concours de 1873 », Séance solennelle pour la rentrée des facultés, 27 novembre 1873, Toulouse, Privat, 1874, p. 28.

5 Arch. dép. de Haute-Garonne, 4M108, rapport du commissaire central au préfet du 12 mars 1900.

6 Gaston Monnerville a été président du Sénat de 1959 à 1968.

7 Gaston Monnerville, Témoignage. De la France équinoxiale au palais du Luxembourg, Paris, Plon, 1975, p. 73-75.

8 Statistiques élaborées à partir des données fournies par le Rapport annuel du Conseil des facultés de l’université de Toulouse pour l’année 1907-1908.

9 Cette statistique a été constituée à partir des travaux conservés dans les seules bibliothèques universitaires toulousaines.

10 Alexandre Mérignac, Précis de législation et d’économie coloniale, Paris, Recueil Sirey, 1912, 1 012 p. , rééd. en 1925.

11 Dr Jacques-Émile Abelous, « Éloge d’Édouard Maurel », Mémoires de l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse, 11e série, tome viii, Toulouse, Douladoure, 1920, p. 7-13.

12 Édouard Maurel, Traité de l’alimentation et de la nutrition à l’état normal et pathologique, Paris, O. Douin, 1906 (plusieurs rééditions).

13 La vie au fond des mers : les explorations sous-marines et les voyages du Travailleur et du Talisman, Paris, G. Masson, [1885 ?], 352 p.

14 Henri Molins, « Rapport sur les travaux de la faculté des Sciences de Toulouse pendant l’année scolaire 1877-78 », Comptes rendus des travaux des facultés…7 décembre 1878, Toulouse, Privat, 1878, p. 29-30.

15 Paul Dop, Recherches anatomiques sur la fleur du Tanghin du Ménabé, Marseille, Institut colonial, 1904, 1 vol. , 70 p.

16 Son approche de l’Empire se décompose ainsi : Cours 1 – La France coloniale. Étude sur la formation de l’Empire français, sur chacune des colonies qui le composent, sur sa valeur économique et politique. Cours 2 – Le bassin occidental de la Méditerranée (il aborde l’Algérie et la Tunisie). Cours 3 – Les climats et la végétation du globe.

17 Guide gazette des étudiants, 1894.

18 Ly Binh Hue, Journal des étudiants annamites, Toulouse, Imprimerie du Sud-Ouest, 15 mai 1927, p. 19.

19 Il est nommé peu de temps après président du Comité de l’Indépendance annamite. Il semble avoir échappé aux arrestations toulousaines car il n’est pas communiste.

20 Son mémoire de doctorat porte sur la nécessité d’une réforme agraire en Syrie (Toulouse, Imprimerie du Sud-Ouest, 1935).

21 Idem, p. 112.

22 Voir à ce sujet l’article de Philippe Delvit, « Faire son droit sous protectorat. Le centre d’études juridiques de Rabat (1927-1957) », dans Patrick Ferté & Caroline Barrera (éds), Étudiants de l’exil. Migrations internationales et universités refuges (xvie-xxe siècle), Toulouse, PUM, 2010, p. 145-160, dont les idées sont ici résumées brièvement.

23 Il donne un cours à option en 3e année et en doctorat, financé par l’université, sur la législation coloniale.

24 Raoul Blanchard & Daniel Faucher, Cours de Géographie. La France et ses colonies. Cours moyen. Classe de 7e des lycées et collèges, Paris, Geldage Librairie, 1923, 70 p.

25 Joseph Magnol, « Le problème des travaux forcés en France et la suppression des peines coloniales », L’Égypte contemporaine, 1938.

26 Pr. Dauvillier, « La répudiation en droit musulman », Revue de législation et de jurisprudence marocaine, 1937.

27 Étienne Perreau, « Souvenir d’un voyage au Liban, en Syrie et en Palestine », Bulletin de la Société de Géographie de Toulouse, mars-avril, mai 1933.

28 Paul Dop, « Les Callicarpa de l’Indochine », Extrait du Bulletin de la Société d’Histoire Naturelle de Toulouse, t. lxiv, 1932-ii ; « Les Symphorémoidées de l’Indochine », Extrait du Bulletin de la Société d’Histoire Naturelle de Toulouse, t. lxv, 1933.

29 Henri Lecomte, Henri Humbert, François Gagnepain (éds.), La Flore générale de l’Indochine, Paris, Masson, 1907, rééd. régulières.

30 M. Mouton, La bilharziose à la Guadeloupe, thèse pour le doctorat de médecine, faculté de Médecine de Toulouse, Toulouse, 1938.

31 Arch. dép. de Haute-Garonne, 1945W143, minute du préfet de la Haute-Garonne au ministre de l’Intérieur du 21 mars 1940.

32 Caroline Barrera, Étudiants d’ailleurs. Histoire des étudiants étrangers, coloniaux et français de l’étranger de la faculté de droit de Toulouse (xixe-1944), Toulouse, Presses universitaires Champollion, 2007, p. 130.

33 « L’expérience politique d’Alger », dans Les cahiers politiques, n° 9, avril 1945.

34 Gabriel Nahas, La filière du rail, Paris, Éditions France-Empire, 1982, 243 p.

35 Philippe Delvit, op. cit.

36 Robert Bordaz, Paul Chamley, Max Cluseau, Eléments d’économie coloniale, Paris, Sirey, 1943, 422 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Barrera, « L’université toulousaine et l’outre-mer (1808-1945) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 08 mars 2012, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://framespa.revues.org/1254 ; DOI : 10.4000/framespa.1254

Haut de page

Auteur

Caroline Barrera

Caroline Barrera est maître de conférences en Histoire contemporaine à l’Université de Toulouse-CUFR Champollion. Elle appartient au laboratoire Framespa (UMR 5136, CNRS-UT2)
caroline.barrera@univ-jfc.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org