Navigation – Plan du site

Une famille transatlantique : les Fleuriau

La Rochelle, Saint-Domingue, Sénégal, xviiie-xixe siècles
A transatlantic family: the Fleuriaus (La Rochelle, Saint-Domingue, Senegal, 18th-19th Centuries)
Una familia transatlántica : los Fleuriau (La Rochelle, Santo Domingo, Senegal, siglos xviii-xix)
Jacques de Cauna

Résumés

Le personnage d’Aimé-Benjamin Fleuriau, planteur de Saint-Domingue issu d’une famille protestante de La Rochelle, est devenu une véritable légende dans sa ville natale depuis la thèse qui lui a été consacrée en 1982. Mais c’est le thème du métissage, à travers l’un des fils dominguois de sa « ménagère », qui a inspiré plus récemment un roman honoré du prix Renaudot, puis l’ensemble de sa famille de couleur qui vient de faire l’objet d’une thèse soutenue à l’Université du Michigan. On discerne bien aujourd’hui, dans le cadre nouveau des cultural studies, comment les familles françaises affrontent les contingences coloniales marquées notamment par la présence, à La Rochelle, de Noirs et Libres de couleur (il a ramené avec lui deux de ses filles de couleur et doté ses fils restés à Saint-Domingue de plantations et d’esclaves), avec une réelle flexibilité dans l’adaptation de leurs stratégies traditionnelles en matière de parentés, mariages, parrainages et successions. La famille rochelaise est, en quelque sorte, remodelée à la lumière de la société esclavagiste dominguoise, mais toujours dans la recherche de la préservation des intérêts de ses membres. Il s’agit de démontrer, dans un premier temps, que le trafic colonial en général marque et façonne aussi bien la France métropolitaine que ses colonies. Puis, réciproquement, à partir d’un large éventail de sources d’archives mais aussi iconographiques, que les relations familiales sur le mode affectif et intime modèlent les échanges transatlantiques et les relations entre Blancs et Noirs. Les catégories notionnelles de race, genre et religion sont ainsi revisitées par une analyse à la fois historiographique et culturelle qui, outre La Rochelle et Saint-Domingue, nous amène également, par un étrange retour, en Afrique, dans le droit fil de la tradition maritime et coloniale perpétuée par les descendants.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jennifer L. Palmer, Atlantic crossings : race, gender, and the construction of families in eighteen (...)
  • 2 Jacques de Cauna, Une habitation de Saint-Domingue à la fin du xviiie siècle : la sucrerie Fleuriau (...)

1Les progrès de l’historiographie amènent parfois à reprendre des travaux anciens pour les éclairer d’un jour nouveau. C’est ainsi que depuis quelques années, le développement des cultural studies dans les pays anglo-saxons et leur cortège de concepts opératoires autour de la race, du genre, de la religion, et plus récemment de l’agency (difficilement traduisible en français par l’entremise ou capacité d’action) des esclaves peuvent ouvrir quelques horizons nouveaux. Quelques colloques récents, et surtout une belle thèse (doctorate of philosophy) récemment soutenue à l’Université du Michigan1 nous ont ramené vers des travaux anciens datant des années 80 sur les esclaves et les gens de couleur de Saint-Domingue, et plus particulièrement sur la famille rochelaise des Fleuriau2 dont elle rafraîchit la perception par l’utilisation d’approches nouvelles en histoire des familles. L’auteur y examine en effet comment les familles françaises, rochelaises en l’occurrence, affrontent les contingences coloniales marquées notamment par la présence en France de Noirs et Libres de couleur avec une réelle flexibilité dans l’adaptation de leurs stratégies traditionnelles en matière de parentés, mariages, parrainages et successions. La famille rochelaise est en quelque sorte remodelée à la lumière de la société esclavagiste dominguoise, mais toujours dans la recherche de la préservation des intérêts de ses membres. Il s’agit de démontrer dans un premier temps que le trafic colonial en général marque et façonne aussi bien la France métropolitaine que ses colonies ; puis, réciproquement, à partir d’un large éventail de sources d’archives mais aussi iconographiques, que les relations familiales sur le mode affectif et intime modèlent les échanges transatlantiques et les relations entre Blancs et Noirs.

  • 3 Le personnage est régulièrement utilisé, en costume d’époque, par l’Office du Tourisme comme médiat (...)
  • 4 Dominique Bona, Le manuscrit de Port-Ébène, Paris, Grasset, 1998. Ma thèse sur la sucrerie Fleuriau (...)

2Les catégories notionnelles de race, genre et religion sont ainsi revisitées par une analyse à la fois historiographique et culturelle dont le focus est davantage placé sur la partie métissée de la famille que sur son protagoniste central, Aimé-Benjamin Fleuriau, sur lequel j’ai eu l’occasion de m’exprimer à plusieurs reprises depuis les années 80 et qui est devenu aujourd’hui une légende vivante à La Rochelle3. C’est aussi sur ce thème du métissage, et plus particulièrement autour du personnage du fils mulâtre d’Aimé-Benjamin, Pierre-Paul Fleuriau-Mandron, dans le cadre historique général et avec les éléments authentiques présentés par ma thèse sur l’habitation Fleuriau, que s’est bâtie l’intrigue d’un roman honoré du prix Renaudot il y a une dizaine d’années4.

Jeanne Guimbelot, « ménagère » d’Aimé-Benjamin Fleuriau, et ses enfants

  • 5 Voir Jacques de Cauna, « Les Fleuriau… le parcours de réussite », op. cit., et, pour plus de détail (...)

3On connaît le parcours de réussite d’Aimé-Benjamin Fleuriau que je me contenterai de résumer très rapidement : parti de La Rochelle à vingt-et-un ans en 1730 à la suite de la faillite de son père pour rejoindre un oncle américain à Saint-Domingue, il y passe un quart de siècle avant de se retirer fortune faite dans sa ville natale en 1755, à quarante-six ans. Il se marie, désintéresse les créanciers de son père, s’installe luxueusement et meurt très riche à 78 ans après avoir obtenu une charge anoblissante5.

4Ce qui nous intérèsse davantage ici, c’est son rapport personnel, en tant que colon blanc esclavagiste créolisé par 25 ans de présence à Saint-Domingue, à la question de couleur en général. On le retrouve une dizaine d’années après son arrivée dans l’île, à la Croix-des-Bouquets, dans la plaine du Cul-de-Sac où il est établi comme négociant dans le bourg. Après les années d’apprentissage sur le tas à Montrouis, c’est-à-dire sur la sucrerie de l’oncle Paul (aujourd’hui Delugé), cette période obscure de la vie dominguoise d’Aimé-Benjamin Fleuriau a une importance déterminante non seulement dans la constitution de fonds et l’établissement de solides relations économiques, mais surtout dans l’implantation locale, ou si l’on préfère la créolisation, matérialisée par ses enfants mulâtres dont certains auront un rôle important à jouer le moment venu.

  • 6 Papiers Chatillon, cités dans Jacques de Cauna, Au Temps des Isles à sucre, op. cit., p. 269 et pas (...)

5Le jeune homme, âgé maintenant d’une trentaine d’années, s’est affranchi de la tutelle de l’oncle Paul Fleuriau dit Chasseau et traite dorénavant ses propres affaires : ce sont celles d’un « commissionnaire » ou « consignataire » et elles consistent essentiellement en réception et chargement de navires, vente de cargaisons d’esclaves et négoce du sucre6 pour le compte d’armateurs et de négociants métropolitains ainsi que de grands colons propriétaires d’habitations dans la plaine dont le nom apparaît dans les parrainages de ses enfants.

  • 7 C’est ainsi qu’Aimé-Benjamin Fleuriau l’identifie dans sa « Déclarations de Police des Noirs » du 5 (...)
  • 8 Archives départementales de la Charente-Maritime [dorénavant ADCM], 1 Mi 255, J. de Cauna, op. cit. (...)

6En effet, et nous entrons là dans la question du genre autant que dans celles de la race et du statut des personnes dans le monde atlantique, Aimé-Benjamin a eu à cette époque-là, comme cela se pratiquait couramment et sans que cela paraisse lui poser le moindre problème, de nombreux enfants naturels de sa « ménagère », une « négresse libre »7 de la Croix-des-Bouquets, connue sous le nom de Jeanne dite Guimbelot, alias « Marie-Jeanne Gimbelot, Guimblot », sur les actes de naissance de ses enfants, née vers 1720, dont le nom apparaît dans ses comptes dès 1743, date à laquelle il lui verse 397 livres, puis 127 « au profit de sa petite » (sa fille sans doute). On ne peut douter, comme cela était souvent le cas, qu’elle était l’une de ses anciennes esclaves. On trouve en effet dans les comptes de l’habitation Fleuriau pour l’année 1777 une somme de 300 Livres comptée à « Jeanneton, ancienne esclave de M. Fleuriau pour remplir ses intentions »8.

  • 9 Anonyme [E.G.], « Les Fleuriau de La Rochelle », Variétés, II, Revue de la Saintonge et de l'Aunis, (...)

7Elle aurait eu alors presque une soixantaine d’années et avait dû être affranchie par Aimé-Benjamin en 1740 avant la naissance du premier enfant, mais sans qu’il y ait eu mariage, contrairement à ce qui est avancé dans la Revue de la Saintonge et de l’Aunis9, hypothèse bien improbable quand on connaît la force du préjugé de couleur à Saint-Domingue. Jeanne n’est d’ailleurs jamais mentionnée comme première épouse dans les actes officiels, y compris le testament qui au contraire la désintéresse, elle et ses enfants, de la succession. L’affranchissement au premier enfant peut se comprendre de plusieurs manières : pratique (la loi disant que « l’enfant suit le ventre », le seul moyen de voir ses enfants naître libre est pour le colon d’affranchir sa « ménagère » dès qu’elle est enceinte d’un premier enfant, d’où le plus grand nombre de femmes affranchies que d’hommes), ou même financière (il lui faudrait payer les taxes a posteriori pour l’affranchissement de chacun de ses enfants), et, ne l’oublions pas tout de même, affective (quel père aimerait voir ses enfants vivre dans l’esclavage ?). Quelle que soit l’interprétation, ou les raisons que l’on peut imaginer, le fait qu’Aimé-Benjamin ait affranchi Jeanne prouve seulement et surtout qu’il considérait dès cette époque en 1740 s’être engagé dans une relation de longue durée. On pourrait aussi se demander si cette esclave « personnelle » (il est bien dit dans les comptes qu’elle était « ancienne esclave de M. Fleuriau » et non de « l’habitation ») n’était pas déjà avec Aimé-Benjamin à Montrouis qui l’aurait amenée à la Croix-des-Bouquets. Nous allons voir que cela est peu probable, et que, par conséquent, elle a été très rapidement affranchie par son maître et concubin. Dans le même ordre d’idées, il faudrait alors se demander, en revanche, si Aimé-Benjamin n’avait pas eu une première « ménagère » qu’il aurait laissée (vendue ?) sur l’habitation de Montrouis, ou s’il s’était contenté de relations épisodiques dans l’atelier ou hors de l’habitation.

  • 10 AMLR, État-Civil, registres BMS, Saint-Barthélémy, idem.
  • 11 Archives nationales d’Outre-Mer [dorénavant ANOM], DPPC, État-Civil Saint-Domingue, Mariages, Sépul (...)
  • 12 « Because Guimbelot was a common name in La Rochelle, Cauna hypothesizes that Jeanne had originally (...)
  • 13 Papiers Chatillon, comptes, 1763.
  • 14 ANOM, DPPC Saint-Domingue, État-Civil, tables décennales 1693-1798 et Baptêmes La Croix-des-Bouquet (...)

8On se pose naturellement la question de l’origine du nom de Guimbelot. Les nombreux actes au nom de Guimbelot que 1’on trouve dans les registres paroissiaux de Saint-Barthélemy de La Rochelle au xviiie siècle font songer à une origine rochelaise de ce nom10, avec une souche probable à La Vallade, près Saint-Porchaire (17). Jeanne était très vraisemblablement née esclave d’un colon rochelais de ce nom. C’est peut-être ce Jacques Guimbelot que l’on voit épouser en 1729, à la Croix-des-Bouquets, Madeleine Sarrazin, veuve Barry, qui a vendu Jeanne à Aimé-Benjamin Fleuriau11. Ce qui conforte largement cette hypothèse, qui n’est pas de pure spéculation12, c’est que c’est d’ailleurs une demoiselle Guimbelot, Geneviève, veuve Cambre, qui recueillera à Saint-Domingue les petits-fils de Jeanne et Aimé-Benjamin à la mort de leur père, en 178513. Le premier enfant « illégitime » – mention portée sur les registres en concurrence avec celle d’enfant « naturel » – baptisé à la Croix-des-Bouquets, est Jean-Baptiste, né en 1740. Sept autres suivent : Marie-Jeanne, baptisée le 15 juin 1741 ; Marie-Charlotte, baptisée le 8 octobre 1742, âgée d’environ 1 mois, « fille naturelle du sieur Benjamin Fleuriau, négociant en ce bourg du Cul-de-Sac, et de Jeanne dite Guimbelot, négresse libre » ; Joseph-Benjamin, baptisé le 27 octobre 1743 et né le 29 septembre, « fils illégitime » comme les suivants ; Pierre-Paul, baptisé le 21 février 1745 et né le 8 janvier ; Jean, bap­tisé le 11 juin 1747 et né le 8 avril ; Toinette, baptisée le 1er octobre 1748 et née le 3 août, et enfin Marie-Madeleine, née en 174914.

9Les noms des parrains et marraines de ces enfants, que l’on baptise un à deux mois après leur naissance, nous renseignent sur les relations d’Aimé-Benjamin à cette époque et les milieux dans lesquels il évolue : celui du négoce représenté par le sieur Étienne Janin, dit La Fontaine, ou la Dame Toinette La Ruelle, épouse du sieur Ges­lin, négociant ; celui des « habitants », c’est-à-dire des colons propriétaires de grandes habitations voisines du bourg qui portent leur nom, comme la « dame Marie-Magdeleine Fernarde, épouse du sieur Chambon [Chambon de la Croze] », « dame Marie-Magdeleine Cuvilly, veuve Damiens », « demoiselle Marie Boissonniere [Boissonnière des Mor­nets, de l’Île de Ré] », Charles Turbé, son épouse « dame Suzanne Mer­ceron », Joseph Merceron, Jean Cazeaux, « demoiselle Louise Blanchard », Jacques Drouillard..., en quelque sorte les plus grands noms du voisinage ! Joseph Merceron et Jacques Drouillard sont par ailleurs respectivement lieutenant et officier de la milice dans laquelle Aimé­-Benjamin Fleuriau effectue, comme tout Blanc installé, un service régulier. Il est évident que ces parrainages sont aussi choisis dans l’intention d’établir pour ses enfants de couleur un solide réseau relationnel dans le petit monde blanc de la plaine du Cul-de-Sac.

10On ne voit finalement, dans tout cela, qu’un cas très habituel à Saint-Domingue à l’époque, mais révélateur d’une différence sensible avec la perception sociale des rapports coloniaux entre maîtres et esclaves que l’on pouvait avoir en métropole, où il était sans doute difficile d’envisager autre chose qu’une rupture relationnelle fondée sur la couleur et non un continuum, comme c’est le cas ici.

Héritiers rochelais et postérité africaine

  • 15 Voir sur ce point, Jacques de Cauna, L’Eldorado des Aquitains. Gascons, Basques et Béarnais aux Île (...)

11Une des particularités du milieu protestant, particulièrement visible à La Rochelle, est l’étroite imbrication des liens familiaux et des affaires commerciales. On sait que le triangle familial idéal est constitué d’un frère sur le bien de souche (généralement rural), un autre dans un grand port atlantique, et le troisième « aux Îles »15. Comme pour les Sépharades, les réseaux d’affaires autour de grands centres de regroupement dans l’espace atlantique bien identifiés sont cimentés par les liens religieux et familiaux. Pour ce qui concerne Madame Fleuriau, on peut se poser la question de la nature et de la qualité exactes du mariage d’Aimé-Benjamin avec elle (amour, raison, affaires, obligation, circonstances ?) et la rapporter à celle de la relation antérieure de son mari avec Jeanne.

  • 16 AMLR, État-Civil, reg. Décès, cité dans Jacques de Cauna, Au temps des Isles…, op. cit., p. 22, 45, (...)
  • 17 Henri Beauchet-Filleau et alii, Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, Poi (...)

12Marie-Anne-Suzanne Liège, était bien plus jeune que son mari (de 23 ans). Décédée en 1806, elle était née le 3 janvier 1733 et par conséquent âgée de seulement 23 ans lorsqu’il l’avait épousée le 17 août 1756 à Bordeaux à son retour de Saint-Domingue âgé de 46 ans16. Elle semble vivre dans son ombre et continue après sa mort à gérer l’habitation sur les bases qu’il avait définies et qui en avait fait un modèle de plantation bien tenue, comme le montre sa correspondance qui est celle d’une femme d’affaires dont la personnalité transparaît difficilement. Sans avoir jamais mis les pieds aux Îles, elle fut, en tout cas, par imprégnation maritale pourrait-on dire, une propriétaire avisée. Mais ce qui nous intéresse davantage ici, c’est qu’elle passait pour une « femme remarquable par les qualités du cœur »17 comme certaines de ses instructions relatives aux esclaves le confirment. On la voit en effet insister régulièrement dans sa correspondance avec les procureur et gérant sur les « petites récompenses » et les « rafraîchissements » à distribuer régulièrement aux « pauvres nègres « qu’il ne faut pas « surcharger de travail et les bien traiter » et dont elle ordonne de réparer les cases après un ouragan, recommandant de toujours « employer les moyens de douceur et de persuasion s’ils sont possibles ». Même si l’on peut estimer qu’il s’agit là de mesures de circonstances et d’habile politique au moment des premiers troubles, il faut bien voir que ce type d’attention est plutôt rare chez les propriétaires absents, généralement plus obnubilés par le revenu à faire. Et ce qui ne trompe pas, c’est qu’à côté des récriminations coloniales habituelles sur la « misérable Société des Amis des Noirs » qui « monte la tête des nègres » dans « un pays qui n’a existé jusqu’ici et qui ne peut guère exister que par l’esclavage », Madame Fleuriau ne cache pas ses craintes sur l’« exaltation des têtes américaines », notamment pour ce qui est du préjugé de couleur qui frappe les mulâtres : « Il est à craindre que les créoles ne fassent comme les gentilshommes… [Ils n’ont pas voulu accorder] des choses justes et on finit par les forcer à en accorder même qui ne l’étaient pas ». Elle désapprouve clairement par ailleurs, avec une grand lucidité, l’obstination des blancs dans le préjugé qui les fait s’opposer à l’égalité des hommes de couleur qu’elle estime relever de « la justice naturelle » :

Je ne puis m’empêcher de gémir sur le sort des malheureux mulâtres. Il me semble qu’on a eu bien tort d’exiger la formule de serment qu’on leur a demandée, la subordination ne s’était-elle pas conservée jusque-là ? Je souhaite que l’on n’ait pas à se repentir de cette faute-là et je prie pour la paix de la colonie.

13Aimé-Benjamin et Marie-Anne eurent en tout six enfants, nés entre 1757 et 1766 et tous baptisés à La Rochelle dans l’église catholique Saint-Barthélémy, comme leur mère : Aimé-Paul, né (prématurément, sept mois et dix jours) le 27 mars 1757 et décédé jeune en 1793 à Philadelphie à l’âge de 36 ans ; François-Charles-Benjamin, né le 17 août 1758 ; Suzanne-Catherine, née le 24 février 1760, décédée jeune (à Bédarieux, âgée de 23 ans), le 14 novembre 1783, après avoir épousé Aaron de Seymandry ; Louis-Benjamin, né le 24 février 1761 ; Marie-Anne-Sara, née le 18 janvier 1763, sans doute morte jeune ; et Marie-Adélaïde, née le 22 mai 1766.

  • 18 AMLR, État-Civil, registres de baptêmes de la paroisse Saint-Barthélémy, GG 286 et 298, relevés et (...)
  • 19 ADCM, B 230, Registre de débarquement, et B 6986, Registre des déclarations de l’Amirauté, 1753-175 (...)

14Au plan familial, outre ce que l’on vient d’observer pour les baptêmes, il faut noter deux autres habitudes des protestants rochelais. La première, qui rejoint l’observation sur les baptêmes, est celle qui consiste à se marier deux fois, la première au Temple à La Rochelle, et la seconde, afin d’officialiser leur union, à l’église catholique, seule garantie d’une existence légale. On remarque ici que, plutôt que de traverser la place pour cette officialisation d’union, Aimé-Benjamin choisit de l’effectuer beaucoup plus loin, dans la première grande ville voisine, celle de Bordeaux, où l’on pose sans doute moins de questions et où l’on doit obtenir plus facilement des preuves de catholicité. Raisons religieuses et raisons sociales peuvent ici s’entremêler. La seconde, dans le même esprit de discrétion, est celle d’effectuer la cérémonie dans le cadre étroit de la famille immédiate, et en l’occurrence d’utiliser au besoin les domestiques comme parrains à l’église. C’est ainsi, comme le relève avec pertinence Jennifer-L. Palmer, que Suzanne-Catherine a pour parrain, en 1760, Jean Gilbert, domestique travaillant chez ses parents, et surtout que Marie-Adelaïde a pour parrain, en 1766, « Jérôme Hardy, domestique dans la maison paternelle »18, qui n’est autre que ce « nègre nommé Hardy, de nation banguia, âgé de 27 ans » que son père avait amené à La Rochelle dans son voyage retour en 1755 pour « le servir dans son voyage, l’instruire dans le catholicisme et apprendre un métier [celui de « sellier », selon les archives familiales] », toutes raisons acceptables pour la « Police des Noirs » en France19. Nous voyons donc ainsi que dans la conscience dominguoise du chef de famille, l’appartenance au cercle familial étroit s’étendait aux domestiques, fussent-ils esclaves et noirs (c’est le sens du terme « nègre » à l’époque), ce qui montre bien à quel point la pratique coloniale pouvait bouleverser les normes d’exclusion métropolitaines.

  • 20 ADCM, 3 E 1698, « Dépôt du testament olographe de M. Aimé-Benjamin Fleuriau », 21 août 1787, Me Del (...)
  • 21 Sur tous ces points, voir Jacques de Cauna, Cadets de Gascogne. La Maison de Marsan de Cauna, Pau, (...)

15À la mort du père, les héritiers rochelais ne sont plus que trois à se partager une succession qui s’élève en tout à environ 4 millions de Livres estimées, mais dont seulement un million est en disponibilités immédiates, soit un peu plus de trois cent mille Livres par enfant survivant, après déduction de la portion d’usufruit maternel20. Le reste suit des règles de dévolution extrêmement précises et incontournables qui obligent quasiment la famille à continuer à œuvrer ensemble pour sa propre prospérité. Selon la coutume de Paris en vigueur aux Îles, les biens de Saint-Domingue (sucrerie, terrains et maisons en ville), qui avoisinent les deux millions de Livres, restent obligatoirement dans l’indivision, ce qui est parfaitement compréhensible pour leur gestion, notamment pour ce qui est des grandes habitations qui n’auraient pu continuer à fonctionner avec des terres, équipements et surtout ateliers fractionnés. Les coutumes métropolitaines, passées de la noblesse à la grande bourgeoisie, attribuent ensuite généralement au fils aîné les biens « avitins » ou de souche (le château familial lorsqu’il existe, ici l’hôtel particulier de la rue Fleuriau, aujourd’hui siège du Musée du Nouveau-Monde, où la dernière comtesse de Fleuriau a vécu jusqu’à sa mort) et le titre principal (ici la seigneurie de Touchelongue, le nom de terre de Bellevue allant au second fils) déclinant le reste en fonction des disponibilités entre les cadets, les filles ayant été généralement dotées en argent à leur mariage (avec le principe de tournedot, retour de la dot dans le giron familial, en l’absence d’héritiers)21.

  • 22 ANOM, DPPC, Dossiers de I'Indemnité : Fleuriau.
  • 23 Archives communales, Mairie de Périgny, État-Civil, Registre des Décès, aimablement communiqué par (...)

16Marie-Adelaïde, dernière fille du couple, née en 1766, « 1 m 60, cheveux, sourcils et yeux noirs, nez bien fait, menton et front rond, visage allongé »22, ne participe pas directement à la gestion de l’habitation. Elle n’écrit jamais et s’en remet sans doute à la famille pour défendre ses intérêts. Elle a d’ailleurs fait un beau mariage qui la met à l’abri du besoin, avec Charles-Pierre Pandin de Rommefort, un gentilhomme des environs. Elle meurt en 1833 âgée de 66 ans, dix ans après son mari, dans son château de Coureilles à Périgny23.

  • 24 ADCM, 1 Mi 239, Aimé-Paul Fleuriau [APF] à Michel-Joseph Leremboure [MJL], 6/9/1792.
  • 25 ADCM, ES 39, « Provision de Garde des Levrettes de la Chambre du Roi » pour Aimé-Paul Fleu­riau de  (...)

17Le fils aîné, Aimé-Paul Fleuriau de Touchelongue, s’intéresse au contraire de très près aux affaires coloniales. Il a épousé en 1783, à 30 ans, Julie Catherine Laval et vit depuis à Paris dans son hôtel particulier, 91 rue de Richelieu, après avoir longtemps habité « Rue des Postes, dans la maison de M. Fouchy, près l’Estrapade »24. Malgré son jeune âge, Aimé-Paul est déjà titulaire à Paris depuis 1775 d’une charge de « Conseiller secrétaire du Roi »25. Le voilà donc à même de suivre de très près par ses relations les circonstances politiques qui peuvent influer sur le sort de la colonie et sa correspondance est riche d’enseignements dans ce domaine. I1 devient plus tard « Receveur des Finances à Moulins et du district des Capucins et de la Chaussée d’Antin à la Commune de Paris ».

  • 26 Gabriel Debien, Essai sur le club Massiac, Paris, Armand Colin, 1953, p. 167-168.

18Il est, avec le comte Alexandre d’Hanache, le véritable fondateur de la filiale rochelaise du Club Massiac, son animateur infatigable et son premier agent de liaison avec Paris. Le vice-président en est son beau-frère, le chevalier de Rommefort, le premier secrétaire est François Liège, oncle ou cousin germain ; les frères Rasseteau et les Fraigneau, ses proches parents, en sont membres. Les liens de famille sont donc très forts dans ce club qui réagit, sous son impulsion, de manière très souple et politique aux événements de Saint-Domingue, en se montrant dès le début favorable aux réclamations des gens de couleurs sans pour autant oublier sa vocation de groupe de défense des intérêts du commerce colonial26. Il n’hésite pas à exposer des idées très avancées pour l’époque dans l’une des toutes premières séances du Club Massiac à Paris, le 29 novembre 1789 :

Il serait inhabile de refuser les propriétaires de couleur, c’est une concession nécessaire et juste malgré ses inconvénients. Il est de bonne politique de se les attacher si nous ne voulons pas les voir les premiers chefs de la rébellion de nos nègres. Évitons une hauteur et une raideur qui ont perdu la noblesse française. 

19Il faut voir là sans doute, dans cette écoute particulière à l’importante question de couleur dans sa composante liée aux droits des personnes, en l’occurrence l’égalité civique des Libres de couleur, l’une des traces de la possible influence de l’appartenance à une famille transatlantique métissée. Il meurt d’ailleurs, de manière significative, de l’autre côté de l’Atlantique, à Philadelphie le 18 septembre 1793, sans doute de la fièvre jaune apportée par la première grande vague de réfugiés dominguois, à l’escale d’un voyage qu’il avait entrepris à contre-courant de la désertion générale pour se rendre à Saint-Domingue où « les nègres réclamaient leur maître » sur la plantation de Bellevue.

20Encore plus remarquable peut-être sur ce plan est la curieuse destinée généalogique connue par son fils, Aimé-Benjamin Fleuriau (héritier de manière significative du prénom du grand-père fondateur), né le 13 juin 1785 à La Rochelle, marié à Paris en 1824 avec Geneviève-Françoise-Désirée-Elisa du Buc (1803-1879), de la célèbre famille créole des du Buc de la Martinique, et décédé le 3 décembre 1862 à Paris, inhumé, avec son épouse, dans la 21ème division du cimetière du Père Lachaise, avenue de la Chapelle. En dehors du fait qu’il fut un marin d’exception, Capitaine de vaisseau et Directeur au Ministère de la Marine, Grand-officier de la Légion d’Honneur et Chevalier de Saint Louis, on retiendra surtout pour notre propos qu’il avait épousé « à la mode du pays », lors d’une mission d’intérim du gouverneur Schmalz à Saint-Louis du Sénégal, et étant alors capitaine de frégate, une métisse qui lui donna une fille, Élisa Fleuriau (dont le prénom, curieusement, est celui de sa future épouse légitime créole), née le 10 juillet 1819 et mariée le 23 juillet 1841, sous la qualification d’« indigène » (appellation réservée à l’époque aux « enfants du pays » mulâtres), avec Sauveur Gasconi, « européen » (un capitaine au long cours marseillais faisant la traite annuelle de la gomme). Ils sont les parents, quatre mois après leur mariage, le 21 Novembre 1841, d’Alfred-Suffren-Benjamin Gasconi, futur député de la colonie (1879-1889), qui était donc un « octavon » et qui fut élu avec l’appui des mulâtres, du clergé et du commerce non inféodé aux Bordelais. Réélu trois fois, il fut finalement battu pour avoir mécontenté une partie de l’électorat en faisant parvenir à sa suite pour la première fois une majorité de mulâtres à l’assemblée et en les favorisant dans la vie publique et sociale. Il est à remarquer qu’il portait le prénom lignager des Fleuriau, Benjamin, comme son grand-père – qui fut sans doute aussi, en tant qu’officier supérieur de la Royale, à l’origine de son second prénom, en hommage au bailli de Suffren – et comme le grand-père de celui-ci, le colon de Saint-Domingue. Élisa Fleuriau disparaît de manière tragique, enlevée par une vague au moment où elle débarque sur la plage de Saint-Louis, enceinte de son septième enfant, ce qui nous indique la grande probabilité d’une postérité Fleuriau de couleur au Sénégal.

  • 27 ANOM, Dossier de l’Indemnité.
  • 28 Jean-Baptiste Perronneau, 1756, Archives privées, Fonds Jacques de Cauna.

21Quant au fils cadet du colon de Saint-Domingue, Louis-Benjamin Fleuriau de Bellevue, il est présenté ainsi dans son dossier pour l’indemnité : « 5 pieds, 3 pouces (1 m 70 envi­ron), cheveux châtains, yeux bruns, nez long, bouche petite, menton et front ronds, visage allongé..., absent depuis juillet 1788 pour s’intéresser aux Sciences Utiles jusqu’au 2 février 1793 »27, ce qui lui vaut quelques ennuis pour obtenir un certificat de non ­émigration. Sa part dans l’habitation est d’ailleurs mise sous séquestre à l’époque de la Révolution. Quelques années plus tard, son passeport du 15 juillet 1829 le présente d’une manière assez sensiblement différente : « 1 m 73, cheveux bruns, front haut, sourcils bruns, yeux roux, nez aquilin, bouche moyenne, barbe brune, menton rond, visage ovale, teint clair ». Un portrait d’époque permet de se faire une idée plus précise de 1’apparence physique du personnage28.

  • 29 ADCM, 1 Mi 343, cité dans Jacques de Cauna, Au Temps des Isles…, op. cit., p. 53 et 266.
  • 30 ADCM, 1 Mi 238. Lettre à Jean-Baptiste Arnaudeau [JBA], 11/11/1787.
  • 31 ADCM, 1 Mi 238, à JBA 5/11/1793 ; à son frère 12/10/1793 ; à MJL 19/1/1794 ; à Paul Mandron, An II (...)
  • 32 ADCM, 1 Mi 239, cité dans Jacques de Cauna, Au Temps des Isles…, op. cit., p. 53 et 266.

22Après son départ pour l’étranger, « en Italie »29, il trouva le temps de s’intéresser à l’habitation de Saint-Domingue et de mettre à profit ses connaissances scientifiques pour soumettre le gérant à un véritable examen de passage30. Il était en effet président de la Société d’Agriculture de La Rochelle. Les lettres écrites après son retour31, en particulier à son demi-frère de couleur Paul Mandron, sont truffées de considérations morales élevées qui reflètent le caractère profond du personnage. C’est en effet l’image d’un homme de bien et d’un grand philanthrope qu’ont conservée de lui ses concitoyens de La Rochelle, au point de lui ériger un buste et de donner son nom, de son vivant, à la rue Dompierre qu’il habitait. Louis-­Benjamin, chevalier de Saint-Louis, officier de la Légion d’Honneur, fut durant quarante-neuf ans député de la Charente-Inférieure. Il intervint à ce titre lors de la séance du 6 mars 1826 pour demander que l’on réduise au dixième de leur valeur les dettes des anciens colons de Saint-Domingue32. La Rochelle lui doit la fondation d’un musée et la création de la Société d’Histoire Naturelle. Il était aussi membre correspondant de l’Institut.

  • 33 Beauchet-Filleau, Dictionnaire… des familles du Poitou, op. cit., p. 288-293.

23Mais ce qui surpassait chez lui la science et les vertus civiques, c’était – nous dit son biographe – « son inépuisable charité ». Sa maison était ouverte à tous les pauvres de la ville et il soutenait que « la fortune devait se faire pardonner par une charité ardente et éclairée »33.

24À la mort du père, les héritiers d’Aimé-Benjamin Fleuriau étaient donc bien armés pour assurer la pérennité de l’œuvre entreprise. Á leur tête une femme d’affaires, formée à l’école familiale et à celle de son mari, assistée de deux fils très complémentaires : un politicien avisé et un homme de sciences doublé d’un grand philanthrope. En termes purs d’affaires économiques, ils ont de surcroît la chance d’appartenir à l’une de ces familles transatlantiques dont une branche naturelle métissée est restée aux Îles. En termes de connaissance pure, le biculturalisme né de l’expérience coloniale et du contact de races et statuts favorise et façonne l’évolution des idées en France dans un milieu communautaire plus ouvert que sclérosé. En termes de mentalités et de modes de vie, on a vu que les descendants d’Aimé-Benjamin ne répugnaient pas, à son image, à fonder une famille de couleur.

Les enfants de couleur dominguois et rochelais

25À la même époque, des enfants illégitimes de Saint-Domingue, deux seulement sont encore vivants : Jeanne-Marie et Pierre-Paul.

26Cette progéniture de couleur était connue sous le nom de Mandron, la loi de 1773 interdisant à Saint-Domingue aux affranchis de porter le même nom que leur père blanc et leur enjoignant expressément de trouver « un nom tiré de l’idiome africain [sic !] » ou d’une particularité physique ou morale. Or, ce nom de Mandron n’a rien d’africain, mais est très répandu à la fois à La Rochelle et à Bordeaux, et jusque dans les Landes. Mais en l’absence de tout lien avec la famille Fleuriau, on ne peut que s’interroger vainement sur son origine, qui est sans doute à chercher chez un colon aquitain de ce nom.

  • 34 ADCM, 3 E 1698, Me Delavergne fils, dépôt du testament olographe d’Aimé-Benjamin Fleuriau, 21 août (...)
  • 35 ADCM, E Sup. 535, registre des sépultures de la paroisse Saint-Barthélémy, et AMLR, 352/19, « Décla (...)
  • 36 ADCM, 1 Mi 237,et AMLR, Registre des décès de la paroisse Saint-Barthélémy.

27Aimé-Benjamin avait fait venir en France en même temps que lui en 1755, mais sans les déclarer – la loi n’y obligeait que pour les esclaves –, ses deux filles aînées, Marie-Charlotte et Marie-Jeanne, alias Jeanne-Marie, dite aussi Geneviève, respectivement âgées de 13 et 14 ans, qu’il avait installées dans une maison de la Place d’Armes, à côté du temple protestant34. La première, inhumée le 1er août 1773 « dans l’église des RR. PP. Récollets », est dite décédée « rue Sainte-Claire » à l’âge de 30 ans, avant son père donc, d’une pleurésie35, et la seconde « dans sa maison rue Sainte-Claire » le 24 novembre 1793 à l’âge de 53 ans36. Elles connurent ainsi le mariage de leur père, la naissance de six demi-frères et demi-sœurs qu’elles virent grandir, exceptés les deux morts en bas âge. On ne doit pas s’étonner de leur présence à La Rochelle, tout près de la maison familiale parentale, et des relations suivies que la famille légitime entretient avec elles. Le phénomène était fréquent dans les villes portuaires qui sont à l’époque peuplées de mulâtres et de noirs amenés en France par les colons pour faire leur éducation ou apprendre un métier, malgré les restrictions légales. Aimé-Benjamin avait en effet songé aussi en 1787 à faire venir à La Rochelle « une fille et une nièce de Paul Mandron », mais cela ne va pas sans difficultés comme le souligne son procureur à Saint-­Domingue :

  • 37 Papiers Chatillon, MJL à ABF, 22/3/1787.

La première s’est trouvée malade dans le temps où il aurait fallu les embarquer, sans être néanmoins bien assuré de réussir dans l’expédient que je me proposais de mettre en pratique pour cela. Vous ne sauriez vous imaginer, Monsieur, combien nos administrateurs sont aigris et il ne ferait pas bon de tomber sous leurs coups37.

  • 38 AMLR, 352/19, « Déclarations… » du 5 septembre 1763, citée par Jennifer-L. Palmer, op. cit., p. 198

28Les demoiselles Mandron, qui ont reçu une éducation soignée, comme de coutume, et ont été bien installées par leur père à La Rochelle, figurent d’ailleurs ostensiblement dans les comptes familiaux : des toiles, des chapeaux, des cadeaux divers et même des chargements de denrées coloniales à leur marque parviennent de Saint-Domingue « à l’adresse d’Aimé-Benjamin Fleuriau pour compte des demoiselles Mandron ». Mais on voit bien qu’il s’agit là de documents à caractère privé venant de la colonie et il faut noter qu’on ne les voit jamais mentionnées en tant que membres de la famille dans les papier officiels, quels qu’ils soient, y compris les actes notariés et, bien sûr, le recensement de la Police des Noirs de 1763 où leur père les identifie seulement comme « mulâtresses, nées libres [de] Jeanne Guimbelot, négresse libre [et] vivant sous son autorité » à La Rochelle38, alors qu’il les avait bien reconnues formellement à leur baptême à Saint-Domingue. De même, si Jeanne-Marie Fleuriau-Mandron assiste à l’office funéraire et signe bien de ses deux noms le registre paroissial reportant le décès de sa sœur Marie-Charlotte, en compagnie d’une certaine Élisabeth Morin, ni son père, ni sa belle-mère, ni aucun de ses demi-frères ou sœurs n’est présent. Il est clair qu’à la situation de fait s’oppose la question de droit, et notamment celle de la succession qu’il ne s’agit pas de compliquer en l’ouvrant aux enfants illégitimes au risque de contestations postérieures. S’il s’agit bien d’un choix délibéré, peut-on pour autant parler de volonté d’exclusion ? Les protestants évitaient naturellement d’avoir à assister aux offices catholiques et, en l’occurrence, cela permit à Jeanne-Marie de bien rattacher sa sœur cadette (et donc elle-même), dans la déclaration qu’elle fit auprès du curé de Saint-Barthélémy, autant à une origine « américaine » escamotant la marque infamante de la couleur servile chez la mère qu’à la prestigieuse famille paternelle des Fleuriau dont elle prend le nom :

  • 39 AMLR, GG 313, État-Civil, Saint-Barthélémy, 1773.

Marie-Charlotte Fleuriau, dite Mandron, fille de Sieur Benjamin Fleuriau, marchand, et de Jeanne, dite Guimbelot, native de la paroisse de Notre-Dame du Saint-Rosaire de la Croix-des-Bouquets, canton du Cul-de-Sac, juridiction de Port-au-Prince, île et côte de Saint-Domingue, en Amérique39.

  • 40 ADCM, 1 Mi 259, MJL à ABF, 22/5 et 31/7/1785, 1 Mi 238, Mme Fleuriau à AML, 10/2/1794, et 3 E 960, (...)

29C’est aussi sous le double nom de Fleuriau-Mandron et avec la qualité de « demoiselle [terme habituellement réservée aux jeunes filles nobles], demeurant à La Rochelle, Place d’Armes » qu’elle se présente dans son testament en 1788, forte sans doute de l’imprécision voulue et entretenue par le testament de son père qui la qualifie un an plus tôt de « Mlle Mandron, créole », éludant ainsi en même temps la question de couleur puisque ce terme, aux yeux de n’importe quel métropolitain, entraîne l’acceptation pour ces colons américains d’un teint un peu cuivré. En niant à nouveau la « macule servile », elle réaffirme ainsi à la fois son lien avec la puissante famille paternelle, au point de s’assimiler au second ordre, et sa qualité de fondatrice de lignée instituée par le père en instituant à son tour pour héritiers et légataires universels de tous ses « biens, immeubles, effets, or, argent, créances, et autres choses de nature mobilière », son frère et ses neveux Fleuriau-Mandron de Saint-Domingue (Pierre-Paul et les enfants de Jean-Baptiste), « comme héritiers de leur père ». Á sa mort en effet, Jeanne-Marie, l’aînée, laisse tout de même « 14 000 Livres en argent et assignats, des bijoux, une maison de 60 300 Livres, des immeubles et des effets divers », signes d’une aisance matérielle certaine qui se manifeste par des objets de luxe tels qu’une boîte noire contenant des curiosités en argent, trois miroirs dorés surmontés de peintures en grisaille et garnis de marbre, des chaises et cabriolets couverts de bleu damasquiné, une montre en or avec sa chaîne… Son exécuteur testamentaire n’est autre que l’un des propres fils légitimes d’Aimé-Benjamin Fleuriau, le philanthrope Louis-Benjamin, qu’elle a connu enfant et vu grandir et dont elle sait la notoriété que ses savants travaux lui ont conféré en ville. Celui-ci s’acquitte scrupuleusement de sa tâche, faisant procéder à un inventaire exhaustif40. Elle est toutefois portée dans le registre des sépultures de la paroisse Saint-Barthélémy le 4 Frimaire an II, sous une formulation qui, tout en lui reconnaissant l’usage des deux noms, ne laisse planer aucune ambiguïté, malgré le passage de la révolution, sur l’origine servile : « Fleuriau-Mandron, Jeanne-Marie, fille naturelle de feu Fleuriau, américain, et d’une négresse nommée Mandron, rue Sainte-Claire ».

  • 41 ADCM, 3 E 1698, testament olographe d’Aimé-Benjamin Fleuriau, 21 août 1787.

30Lorsque Aimé-Benjamin rédige son testament, un mois avant sa mort41, il lui a pourtant laissé, sans toutefois l’admettre au partage comme ses enfants légitimes, une généreuse donation de 12 000 Livres, argent de France, en rente viagère (à titre de comparaison, il ne laisse que 120 Livres de rente annuelle au domestique attaché à son service personnel). Les fils restés à Saint-Domingue ne sont pas non plus négligés et donnent l’impression, eux aussi, d’appartenir en toute légitimité « sociale », sinon de droit, à la famille. Il précise bien toutefois très clairement, en leur attribuant à chacun (Jean-Baptiste étant mort, ce legs doit revenir à ses enfants) une somme de 26 000 Livres, que par ce legs et ce qu’il leur a déjà donné, il « entend que sa succession soit entièrement libérée envers eux […] quels que soient les titres qu’ils pourraient présenter » de tout ce qu’ils pourraient réclamer. Que leur père ait ainsi voulu les désintéresser définitivement de sa succession par d’importants legs, eux et toute leur postérité, pour ne pas gêner ses héritiers légitimes, est une indéniable certitude, mais cela montre en même temps qu’il reconnaissait ainsi de fait ces enfants naturels comme ses héritiers et cette attitude n’a pu que renforcer leur propre capacité à se rendre indépendants de leur père blanc en développant sur de bonnes bases de départ leurs propres affaires (c’est l’agency du descendant d’esclave qui est ici en action). On se trouve là dans une curieuse situation qui revient à bousculer les règles habituelles de la succession légitime en créant de toute pièce un héritage particulier pour la lignée dominguoise de la famille que manifestement le père fondateur veut établir solidement, comme s’il ne pouvait se résoudre à disparaître de la scène créole où s’est exprimé l’essentiel de sa vie active d’homme mûr.

  • 42 ANOM, Me Lamauve, Cession de bail à ferme à Jean-Baptiste Fleuriau, habitation appartenant au dit F (...)
  • 43 Cette signature, ainsi que celle de Théodat Fleuriau et d’autres membres de la famille, est reprodu (...)
  • 44 ADCM, 1 Mi 259, MJL à ABF 22/5 et 31/7/1785.
  • 45 ADCM, Lettre du 26/1/1789 et Me Delavergne, Testament d'Aimé-Benjamin Fleuriau.

31L’aîné, Jean-Baptiste Fleuriau, dit Mandron, « mulâtre libre, demeurant au Port-au-Prince », avait déjà reçu de son père en 1777 quatre nègres achetés chez les Rochelais Garesché frères, présents dans la colonie sur une grande habitation sucrerie du Boucassin, tout comme son frère Paul. Le voilà à la fin de l’année, sous le nom de Fleuriau, à la tête d’une habitation (une caféière sans doute) au Mirebalais – un quartier des mornes dont le nom provient de la région poitevine du même nom, autour de Mirambeau – avec un atelier de six esclaves42. Il signe sur les actes notariés, « Jean-Baptiste Fleuriau, dit Mandron », d’une écriture aisée qui laisse entrevoir une éducation soignée43. Á sa mort, le 10 avril 1785, d’une « fausse pleurésie », on trouve « une succession passablement bonne : il s’était adonné au travail et commençait a réussir », selon le procureur Leremboure qui le regrette beaucoup. En juillet, sa femme meurt elle aussi de la petite vérole, laissant quatre enfants dont le plus jeune, « à la mamelle », comme on disait alors, est retiré sur l’habitation de Bellevue, un autre étant confié à l’oncle Paul Mandron, et les deux derniers à la veuve Cambre, qui n’est autre qu’une demoiselle Guimbelot, ce qui nous ramène à l’origine du nom de la grand-mère esclave, Jeanne Guimbelot44. À la mort d’Aimé-­Benjamin, ces petits-enfants reçoivent, selon les dernières volontés de leur grand-père, 26 000 Livres en argent de Saint-Domingue, tout comme le seul fils survivant, Paul Mandron45.

  • 46 ANOM, Me Baudoux, Paul Fleuriau, bail d’un terrain de 33 carreaux 1/3 à J.-F. Cazeau, 6 janv. 1788 (...)
  • 47 ADCM, 1 Mi 257, 6 mai 1788, à M. Fleuriau de Bellevue.

32Ce fils cadet, Paul Mandron, alias « le citoyen Pierre-Paul Fleuriau-Mandron », comme il sera appelé plus tard, est aussi habitant du Mireba­lais, mais au bourg, paroisse Saint-Louis46, où il est sans doute installé comme négociant. On le voit en effet fréquemment sur l’habitation où il vient se fournir, à raison de 50 livres par an, en sucre qu’il doit revendre au détail47. De son légitime mariage avec Victoire, « quarteronne libre » née en 1793, il paraît avoir eu au moins deux enfants qu’on connaît par les actes paroissiaux, un fils, dont le parrain est Jean-Baptiste Renard, procureur de l’habitation Fleuriau, et une fille, Louise Célestine Mandron, « quarteronne libre [en réalité octavonne] », née le 25 août 1773 et baptisée à la Croix-des­-Bouquets le 2 mars 1774 en présence de son parrain, Pierre-Charles-Joseph Rasseteau, procureur de l’habitation Fleuriau, de sa marraine Marie-Louise Blanchard, habitant au Mirebalais, et des frères Duval, Libres de couleur propriétaires d’une grande sucrerie au quartier de Bellevue, dans la plaine du Cul-de-Sac, en face de Fleuriau, sur l’autre rive de la Grande-Rivière. Elle décède en 1803 à Port-au-Prince sous le nom de « Fleuriau, veuve Miliet ».

33Ces petits-enfants octavons devaient avoir, par leurs parents, une nuance de peau très claire, très proche du blanc.

  • 48 ADCM, 1 Mi 239, Lettres du 12 décembre 1792 « à Paul Mandron », du 15 mai 1794 « à Pierre-Paul Mand (...)
  • 49 Jean Fouchard, Les Marrons du syllabaire. Quelques aspects du problème de l’instruction et de l’édu (...)

34On écrit beaucoup à Paul Mandron de La Rochelle au moment des événements insurrectionnels et on ne tarit pas d’éloges sur son compte48. Il était devenu en effet, depuis 1793, l’un des hommes de couleur les plus en vue dans la colonie par son activité politique en faveur des droits civiques pour ses congénères. Il avait signé, d’un beau paraphe « P. Fleuriau », qui témoigne d’une écriture aisée, l’une de leurs premières adresses aux colons49, et sa nouvelle stature politique lui permit de préserver l’habitation de son père de 1’émeute et du pillage, ce dont on le remercie vivement de La Rochelle. Comme bon nombre de ses congénères, il disparaît en 1800 dans les purges qui marquent la fin de la Guerre du Sud entre Toussaint Louverture et Rigaud et les baïonnettades des mulâtres partisans de ce dernier, ordonnées par Dessalines. « Mandron a été victime de la Révolution – écrit Arnaudeau en mars 1800 –, c’est son gendre Miliet qui en est l’auteur. Sa femme et ses enfants sont ici dans la misère, sa femme a l’esprit dérangé, sa fille aînée m’a prié de vous demander en quoi consiste la succession de sa tante [Jeanne-Marie, décédée à La Rochelle] ».

  • 50 ANOM, DPPC Saint-Domingue, Me Hacquet, Théodat Fleuriau et sa sœur Charlotte, bail d’une maison à J (...)
  • 51 Archives privées Jacques de Cauna, Précis historique des Annales de la colonie française de Saint-D (...)

35C’est d’une manière tout aussi tragique que s’éteint quelques années plus tard cette branche haïtienne de la famille Fleuriau. Des quatre enfants de Jean-Baptiste, deux mineurs étaient encore vivants en juillet 1801, Théodat et Charlotte50. En 1802, le dernier représentant mâle, le « jeune Fleuriau », qui avait assisté au massacre de toute sa famille par Dessalines en 1800, désespéré de voir ce même Dessa­lines procéder à l’enrôlement forcé des hommes de couleur du Mire­balais, préférait se donner la mort d’une balle de pistolet51.

  • 52 Le seul nom approchant, retrouvé en Haïti dans les années 1970-1980, était alors « Fleureau », port (...)

36Il n’existe plus apparemment aujourd’hui de famille porteuse du nom de Fleuriau en Haïti52, mais des descendants par les femmes, qui restent à identifier, subsistent certainement, comme pour bon nombre d’autres familles coloniales.

Conclusion

37Si l’adoption de catégories de réflexion issues des apports des cultural studies – race et genre notamment, dans leurs rapports au statut des personnes et à leur capacité d’action – peut effectivement rafraîchir l’étude de certaines questions, c’est davantage en déplaçant le regard et par conséquent la focalisation de l’analyse, et en les concentrant encore plus sur les aspects humains, qu’en mettant véritablement au jour de nouvelles interprétations.

38Au contraire, il n’est pas exagéré de dire qu’en forçant ce déplacement vers les catégories supposées les plus défavorisées, on tombe dans le risque d’imposer de nouvelles contraintes réductrices, en créant de nouveaux présupposés, dans des matières qui restent attachantes par leur extrême complexité même et les surprises qu’elles peuvent révéler dans les rapports personnels, comme tout ce qui relève de l’humain.

  • 53 « Jeanneton, slave of Aimé-Benjamin Fleuriau, likely had no opportunity to build a relationship wit (...)

39Penser, uniquement en termes de race et de genre, que la seule relation qui ait pu exister entre Aimé-Benjamin Fleuriau et Jeanne Guimbelot était de l’ordre du « service sexuel » d’esclave à maître serait, sans nul doute, extrêmement réducteur53. Imaginer que la seule motivation, dans l’attitude du père envers ses enfants de couleur, aurait pu être de leur interdire l’accès à toute voie de contestation successorale, face à ses héritiers légitimes blancs, le serait à coup sûr tout autant.

40On veut plutôt croire, pour ces personnages qui restent si vivants, que l’amour et l’affection ont ici aussi joué leur rôle.

Haut de page

Notes

1 Jennifer L. Palmer, Atlantic crossings : race, gender, and the construction of families in eighteenth-century La Rochelle, prof. Dena Goodman, chair, The University of Michigan, 2008.

2 Jacques de Cauna, Une habitation de Saint-Domingue à la fin du xviiie siècle : la sucrerie Fleuriau de Bellevue, thèse de doctorat de 3e cycle, Jean Tarrade (dir.), Université de Poitiers, 1982, condensée dans Au temps des Isles à sucre, Histoire d’une plantation de Saint-Domingue au xviiie siècle, Paris, Éditions Karthala, 1987, 288 p., prix de l'Académie des Sciences d’Outre-Mer, rééd. en 2003.

3 Le personnage est régulièrement utilisé, en costume d’époque, par l’Office du Tourisme comme médiateur de visites de la ville ou des musées. Sur Aimé-Benjamin Fleuriau et sa famille, voir, outre la thèse précitée, Jacques de Cauna, « Une réussite de planteurs-négociants à Saint-Domingue : les Fleuriau », Bulletin du Centre d’Histoire des Espaces Atlantiques, 1985, n° 2, p. 151-174 ; « De La Rochelle à Port-au-Prince : l’habitation Fleuriau de Bellevue (1743-1803) », Conjonction, Revue de l’Institut Français d’Haïti, 1986, n° 168, 59-88 ; « L'irrésistible ascension du Rochelais Aimé-Benjamin Fleuriau », dans « L'esclavage, un tabou français enfin levé », Historia thématique, n° 80, nov. déc. 2002, p. 22-27 ; « Les Fleuriau, de La Rochelle à Saint-Domingue : le parcours de réussite », dans Les Huguenots et l'Atlantique, Mickaël Augeron, Didier Poton, Bertrand Van Ruymbeke (dirs.), Paris, PUPS, Les Indes Savantes, 2009, p. 497-510.

4 Dominique Bona, Le manuscrit de Port-Ébène, Paris, Grasset, 1998. Ma thèse sur la sucrerie Fleuriau et son auteur sont nommément cités comme source p. 319 du roman en compagnie des grands ouvrages classiques de Moreau de Saint-Méry et Descourtilz. Voir aussi, sur ce point, Bernadette Rossignol, Bulletin de Généalogie et Histoire de la Caraïbe, « Compte-rendu de lecture », n° 113, mars 1999, p. 2463 ; Jacques de Cauna, « Coopération », n° 116, juin 1999, p. 2567 ; Germain Louis Viala, « Question », n° 223, mars 2009, p. 5843, et Jacques de Cauna, « Réponse », n° 224, avril 2009, p. 5875.

5 Voir Jacques de Cauna, « Les Fleuriau… le parcours de réussite », op. cit., et, pour plus de détails, Au temps des Isles à Sucre…, op. cit., passim.

6 Papiers Chatillon, cités dans Jacques de Cauna, Au Temps des Isles à sucre, op. cit., p. 269 et passim.

7 C’est ainsi qu’Aimé-Benjamin Fleuriau l’identifie dans sa « Déclarations de Police des Noirs » du 5 sept. 1763, à La Rochelle [Archives Municipales, dorénavant AMLR, 352/19].

8 Archives départementales de la Charente-Maritime [dorénavant ADCM], 1 Mi 255, J. de Cauna, op. cit., p. 29.

9 Anonyme [E.G.], « Les Fleuriau de La Rochelle », Variétés, II, Revue de la Saintonge et de l'Aunis, Saintes, 1897, p. 349-353.

10 AMLR, État-Civil, registres BMS, Saint-Barthélémy, idem.

11 Archives nationales d’Outre-Mer [dorénavant ANOM], DPPC, État-Civil Saint-Domingue, Mariages, Sépultures, registre 52, f° 48, 102, dans Jacques de Cauna, Au Temps des Isles à Sucre…, op. cit., p. 30, comme toutes les références qui suivent, sauf indication contraire [ne sera plus répétée].

12 « Because Guimbelot was a common name in La Rochelle, Cauna hypothesizes that Jeanne had originally belonged to another Rochelais settler in Saint-Domingue, and had been sold to Fleuriau (p. 30). This however is pure speculation », Jennifer L. Palmer, op. cit., p. 270.

13 Papiers Chatillon, comptes, 1763.

14 ANOM, DPPC Saint-Domingue, État-Civil, tables décennales 1693-1798 et Baptêmes La Croix-des-Bouquets, registre 53 f° 241, 262, 279, et registre 54 f°8, 21, 29, 39.

15 Voir sur ce point, Jacques de Cauna, L’Eldorado des Aquitains. Gascons, Basques et Béarnais aux Îles d’Amérique, 17e-18e s., Biarritz, Atlantica, 1998, p. 95-161 et passim.

16 AMLR, État-Civil, reg. Décès, cité dans Jacques de Cauna, Au temps des Isles…, op. cit., p. 22, 45, 51.

17 Henri Beauchet-Filleau et alii, Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, Poitiers, Oudin, p. 289.

18 AMLR, État-Civil, registres de baptêmes de la paroisse Saint-Barthélémy, GG 286 et 298, relevés et cités par Jennifer  L. Palmer, op. cit., p. 290-291.

19 ADCM, B 230, Registre de débarquement, et B 6986, Registre des déclarations de l’Amirauté, 1753-1756 : 2 août 1755, « un nègre, au sieur Fleuriau », arrivé il y a un mois (il était arrivé avec son maître le 30 juillet 1755).

20 ADCM, 3 E 1698, « Dépôt du testament olographe de M. Aimé-Benjamin Fleuriau », 21 août 1787, Me Delavergne, notaire, et « Partage de la dite veuve Fleuriau et ses enfants », du 24 Septembre 1787.

21 Sur tous ces points, voir Jacques de Cauna, Cadets de Gascogne. La Maison de Marsan de Cauna, Pau, Princi Negue, 2003-2006, tome 1.

22 ANOM, DPPC, Dossiers de I'Indemnité : Fleuriau.

23 Archives communales, Mairie de Périgny, État-Civil, Registre des Décès, aimablement communiqué par Maurice de Cauna au château de Coureilles (17).

24 ADCM, 1 Mi 239, Aimé-Paul Fleuriau [APF] à Michel-Joseph Leremboure [MJL], 6/9/1792.

25 ADCM, ES 39, « Provision de Garde des Levrettes de la Chambre du Roi » pour Aimé-Paul Fleu­riau de Touchelongue. 18 août 1775.

26 Gabriel Debien, Essai sur le club Massiac, Paris, Armand Colin, 1953, p. 167-168.

27 ANOM, Dossier de l’Indemnité.

28 Jean-Baptiste Perronneau, 1756, Archives privées, Fonds Jacques de Cauna.

29 ADCM, 1 Mi 343, cité dans Jacques de Cauna, Au Temps des Isles…, op. cit., p. 53 et 266.

30 ADCM, 1 Mi 238. Lettre à Jean-Baptiste Arnaudeau [JBA], 11/11/1787.

31 ADCM, 1 Mi 238, à JBA 5/11/1793 ; à son frère 12/10/1793 ; à MJL 19/1/1794 ; à Paul Mandron, An II et 11/2/1794.

32 ADCM, 1 Mi 239, cité dans Jacques de Cauna, Au Temps des Isles…, op. cit., p. 53 et 266.

33 Beauchet-Filleau, Dictionnaire… des familles du Poitou, op. cit., p. 288-293.

34 ADCM, 3 E 1698, Me Delavergne fils, dépôt du testament olographe d’Aimé-Benjamin Fleuriau, 21 août 1787.

35 ADCM, E Sup. 535, registre des sépultures de la paroisse Saint-Barthélémy, et AMLR, 352/19, « Déclarations de Police des Noirs », Fleuriau, 5 septembre 1763, cité par J.-L. Palmer, op. cit., p. 199.

36 ADCM, 1 Mi 237,et AMLR, Registre des décès de la paroisse Saint-Barthélémy.

37 Papiers Chatillon, MJL à ABF, 22/3/1787.

38 AMLR, 352/19, « Déclarations… » du 5 septembre 1763, citée par Jennifer-L. Palmer, op. cit., p. 198.

39 AMLR, GG 313, État-Civil, Saint-Barthélémy, 1773.

40 ADCM, 1 Mi 259, MJL à ABF, 22/5 et 31/7/1785, 1 Mi 238, Mme Fleuriau à AML, 10/2/1794, et 3 E 960, Me Farjenel, notaire à La Rochelle, « Dépôt du testament [olographe, du 24 mai 1788] de la citoyenne Mandron-Fleuriau », 24 nov. 1793, et « Inventaire Fleuriau-Mandron », 2 déc. 1793.

41 ADCM, 3 E 1698, testament olographe d’Aimé-Benjamin Fleuriau, 21 août 1787.

42 ANOM, Me Lamauve, Cession de bail à ferme à Jean-Baptiste Fleuriau, habitation appartenant au dit Fleuriau au Mirebalais, six esclaves, 30 nov. 1777 (2 p.).

43 Cette signature, ainsi que celle de Théodat Fleuriau et d’autres membres de la famille, est reproduite dans Jacques de Cauna, Une habitation de Saint-Domingue…, op. cit., thèse, I, 50 ter.

44 ADCM, 1 Mi 259, MJL à ABF 22/5 et 31/7/1785.

45 ADCM, Lettre du 26/1/1789 et Me Delavergne, Testament d'Aimé-Benjamin Fleuriau.

46 ANOM, Me Baudoux, Paul Fleuriau, bail d’un terrain de 33 carreaux 1/3 à J.-F. Cazeau, 6 janv. 1788 (5 p.).

47 ADCM, 1 Mi 257, 6 mai 1788, à M. Fleuriau de Bellevue.

48 ADCM, 1 Mi 239, Lettres du 12 décembre 1792 « à Paul Mandron », du 15 mai 1794 « à Pierre-Paul Mandron », du 11 février 1794 « au citoyen Pierre-Paul Fleuriau-Mandron ».

49 Jean Fouchard, Les Marrons du syllabaire. Quelques aspects du problème de l’instruction et de l’éducation des esclaves et affranchis de Saint-Domingue, Port-au-Prince, 1953, planches 34-37.

50 ANOM, DPPC Saint-Domingue, Me Hacquet, Théodat Fleuriau et sa sœur Charlotte, bail d’une maison à Jean-François Luce, 25 Messidor an IX (14 juillet 1801), au Mirebalais (2 p.).

51 Archives privées Jacques de Cauna, Précis historique des Annales de la colonie française de Saint-Domingue..., ms dactylographié et aimablement communiqué par Gabriel Debien, II, 232.

52 Le seul nom approchant, retrouvé en Haïti dans les années 1970-1980, était alors « Fleureau », porté par un épicier mulâtre de Pétionville.

53 « Jeanneton, slave of Aimé-Benjamin Fleuriau, likely had no opportunity to build a relationship with her owner except through her sexual service », J. L. Palmer, op. cit., p. 268.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques de Cauna, « Une famille transatlantique : les Fleuriau », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 08 mars 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://framespa.revues.org/1152 ; DOI : 10.4000/framespa.1152

Haut de page

Auteur

Jacques de Cauna

CIRESC, CNRS/EHESS, historien et ancien diplomate dans la Caraïbe pendant 25 ans, docteur d’État de la Sorbonne, Lauréat de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer, Commandeur de l’Ordre national Honneur et Mérite de la République d’Haïti, membre du conseil scientifique du Centre international de recherche sur les esclavages du CNRS à l’EHESS, est l’auteur de nombreux ouvrages sur les Antilles, dont Au Temps des Isles à Sucre ; Haïti, l’éternelle Révolution ; L’Eldorado des Aquitains ; Toussaint Louverture et l’indépendance d’Haïti ; La traite bayonnaise au 18e s…, et a collaboré notamment au Guide des sources de l’histoire de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions des Archives de France ainsi qu’à la conception, la mise en œuvre et le catalogue de l’exposition permanente du Musée d’Aquitaine Bordeaux, le commerce atlantique et l’esclavage.
Jdecauna40@aol.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org