Navigation – Plan du site
Les traités d'architecture à l'épreuve des monuments

La stéréotomie en Périgord à la Renaissance : un exemple de persistances architecturales reprises par la tratadistique française du XVIe siècle.

Stereomy in Périgord during the Renaissance (1480-1630). Exemple of architectural medival persistances taken over by the XVIth century’s French theory
Mélanie Lebeaux
Traduction de Henry Jullien

Résumés

En 1567, Philibert de L’Orme publie le premier tome de L’Architecture dans lequel il consacre les livres III et IV à la stéréotomie, science de tailler et d’assembler les pierres ensemble1. Son recueil de modèles s’appuie sur les formes architecturales traditionnelles mises en œuvre depuis l’époque romane et majoritairement reprises à la Renaissance. Le Périgord illustre cette réalité architectonique. Le passage de la pratique à la théorie de Philibert de L’Orme est analysé à partir de trois modèles de voûte : l’arc biais, en angle et la croisée d’ogives.

Stereomy in Périgord during the Renaissance (1480-1630). Exemple of architectural medival persistances taken over by the XVIth century’s French theory

In 1567, Philibert de L’Orme published the first tome of L’Architecture, in which books III and IV are devoted to stereotomy, the science of carving and assembling stones. His collection of figures draws on traditional architectural forms implemented since the Romanesque era and taken over for the most part during the Renaissance. Many examples of this architectonic reality are to be found in Périgord. The transition from practice to Philibert de L’Orme’s theory is based on the analysis of three types of vault : bias arc, arc in corner and rib vault.

Haut de page

Texte intégral

  • 2  Cette approximation est le résultat d’un recensement toujours en cours de réalisation.
  • 3  Ibid., Livre III, Chapitre IV, p. 57 : « Je ne veux m’arrester d’avantage sur ce propos, à fin de (...)
  • 4  Philibert De L’Orme, L’Architecture, Paris, Frédéric Morel, 1567.

1Entre la fin du XVe siècle et le début du XVIIe siècle, près de six cents châteaux, hôtels particuliers et églises furent réaménagés ou bâtis en Périgord2. Les formes architecturales employées y sont variées et découlent majoritairement d’une réflexion menée à partir des solutions romanes et gothiques. Pour édifier ces architectures complexes, les maîtres d’œuvre eurent recours à l’art du trait ou stéréotomie. Cette science de tailler et d’assembler les pierres n’était alors connue que des praticiens qui la véhiculaient oralement. Un changement s’opéra en 1567 lorsque Philibert de L’Orme publia Le premier tome de l’Architecture dans lequel il entendit révéler les « secrets »3 des maîtres maçons par les Livres III et IV  consacrés à la coupe des pierres4. Pour ce faire, il codifia sous forme de recueil des techniques empruntées pour l'essentiel à la tradition architecturale française.

2Le Périgord, par les arcs et les croisées d'ogives, illustre ce passage de la pratique à la théorie. L'analyse s’appuie sur un corpus d’œuvres civiles et religieuses, bâties entre la fin du XVe siècle et le milieu du XVIe siècle. Les berceaux biais et en angle, puis les voûtes d'ogives seront successivement mis en parallèle avec les méthodes de construction proposées par de L’Orme.

Les arcs biaisés et angulaires

3L'arc en berceau et ses déclinaisons occupent une place essentielle dans l’art du trait. Philibert de L’Orme leurs consacre ainsi l’ensemble du troisième livre de L’Architecture. Les maîtres maçons périgordins eurent quant à eux essentiellement recours aux arcs en biais et en angle.

4Dans le diocèse de Sarlat, au XIIe siècle, l’église abbatiale de Saint-Amand-de-Coly (fig. 1) et le chevet de l’église de Saint-Cyprien présentent les plus anciennes voûtes biaises du Périgord (fig.1).

Figure 1

Figure 1

Saint-Amand-de-Coly, église abbatiale, vers 1150.

Cliché M. Lebeaux

Figure 2

Figure 2

Saint-Cyprien, église Saint-Cyprien, chevet, XIIe siècle

Cliché M. Lebeaux

5Au XVIe siècle, deux typologies les déterminent. Les passages voûtés sarladais des hôtels de La Boëtie (1520-1525) (fig. 3) et de Vienne (vers 1540) récupèrent le façonnage roman en berceau plein cintre composé de claveaux autours d’une clé centrale. Cette conception, qui sera reprise par Philibert de L’Orme, est visible aux deux portes permettant l’accès au déambulatoire de la cathédrale de Sarlat, ainsi qu’au château de l’Herm, édifié dans le premier tiers du XVIe siècle, pour toutes les ouvertures qui donnent sur le logis principal.

6Mais le système le plus répandu reste l’arc plat ou en berceau taillé dans un seul bloc de pierre comme à l’hôtel de Vienne de Sarlat ou au château de Losse (1576) (fig. 4). Ces deux exemples ne font pas véritablement appel à la stéréotomie. Ils englobent néanmoins des questions liées au matériau, à la distribution et à l’esthétique, qui sous-entendent de bonnes connaissances techniques.

Figure 3

Figure 3

Sarlat, hôtel de La Boëtie, ca. 1520-1525.

Cliché M. Lebeaux

Figure 4

Figure 4

Thonac, château de Losse, 1574-1578.

Cliché M. Lebeaux

Figure 5

Figure 5

De L’Orme P., « L’artifice des traicts Geometriques, servir pour faire une porte, laquelle sera biaise par moitié… », L’Architecture, Paris, F, Morel, 1567, Livre III, chapitre IX, p. 69

www.architectura.cesr.univ-tours.fr/index.asp

7Philibert de L’Orme s'attachera davantage à la conception romane, constituée de claveaux avec clé centrale et proscrira la voûte plate, trop simple et trop fragile (fig. 5) :

  • 5  Ibid., Livre III, chapitre XII, p. 72.

« Mais je veux bien advertir que les choses qui sont biaises, et leur couverture quarrément droicte, sans estre voutée, sont plus sujectes à se rompre, et faire prendre coup aux bastiments, que les portes et fenestres qui sont voutées en forme ronde. […] Il ne fault oublier, que l’artifice n’est seulement propre pour les portes, mais aussi quand l’on est contrainct de faire une voute pour l’accommoder à un grand passage, voire de la largeur d’une gallerie, ou dans toute la largeur d’un corps d’hostel5. »

  • 6  Ibid., Livre III, chapitre XII, p. 72.
  • 7  Ibid., Livre III, chapitre XII, p. 73.

8Deux modèles d'arc en angle ou « voulte sous le coing » coexistent en Périgord au XVIe siècle6. Sur une maison de Sarlat (début du XVIe siècle), à l’hôtel Tenant de Périgueux (1518) et au château de Losse (1576) (fig. 6), les portes s'inscrivent sous un angle droit. Au château de l’Herm (première moitié du XVIe siècle), le maître d’œuvre a systématiquement recours à l’arc en angle obtus (fig. 7). Ces divers cas préfigurent indifféremment la théorie de Philibert de L’Orme. Ce dernier définit un principe commun aux deux procédés, où l’amplitude du coin détermine la forme de l’arc. « La forme du lieu » doit être « quarrée et poinctue  par le devant, pourveu qu’elle n’excède point l’angle droit et qu’il ne soit trop poinctu, mais bien tant obtus que l’on voudra, et la muraille d’assez bonne largeur […]7. » (fig. 8)

Figure 6

Figure 6

Thonac, château de Losse, 1574-1578.

Cliché M. Lebeaux

Figure 7

Figure 7

Saint-Cernin-de-Reilhac, château de l’Herm, premier quart du XVIe siècle.

Cliché M. Lebeaux

Figure 8

Figure 8

De L’Orme P., « De la porte et voute sur le coing qui se peult faire sur un angle de bastiment... », L’Architecture, Paris, F, Morel, 1567, Livre III, chapitre XII, p. 74.

www.architectura.cesr.univ-tours.fr/index.asp

Les voûtes d'ogives

  • 8  Ibid., Livre III, Chapitre VIII, p. 107.

9Au XVIe siècle, la croisée d'ogives continue d’être le système de voûtement le plus apprécié des maîtres maçons bien que son invention remonte au XIIe siècle pour les exemples les plus anciens. Ils en modernisent les traits, ajoutant des nervures aux formes et moulurations variées. Les exemples périgordins sont nombreux et diversifiés. Qualifiée de « moderne » par Philibert de L’Orme, cette voûte a droit à trois chapitres du Livre IV dans son ouvrage8.

  • 9  Les exemples abondent entre la fin du XVe siècle et la fin du XVIe siècle : les églises de Thivier (...)

10La voûte d’ogives à liernes et tiercerons ou à cinq clés comme au château de Puyguilhem (1524-1534) (fig. 9) et à la cathédrale de Sarlat (1532) est le modèle le plus répandu9. Dans Nouvelles inventions pour bien bastir publié en 1561 en préambule au premier tome de L’Architecture, Philibert De L’Orme recommande aux maîtres maçons d’y mettredes« augives, mais encore des formeretz et clefz suspendues, et autres sortes de rampantz :  tout ainsi que les maçons font aux voultes de pierre de taille pour esglises et chappelles qu’on faict aujourd’huy1. » (fig. 10) Seuls les doubleaux et nervures diffèrent de la pratique à l’écrit. Le berceau remplace l'arc brisé. Il est intéressant de noter qu’en Périgord, les doubleaux antérieurs à la publication du traité sont brisés, alors que les doubleaux postérieurs sont en berceau plein cintre ou surbaissés.

Figure 9

Figure 9

Villars, château de Puyguilhem, ca. 1524-1534.

Cliché M. Lebeaux

Figure 10

Figure 10

De L’Orme P., « Des voutes modernes que les maistres maçons ont accoustumé de faire aux églises et logis des grands seigneurs », L’Architecture, Paris, F. Morel, 1567, Livre IV, chapitre VIII, p. 108.

www.architectura.cesr.univ-tours.fr/index.asp

  • 10  Philibert De L’Orme, Nouvelles inventions pour bien bastir à petits frais, Frédéric Morel, 1561, p (...)

11Dans sa description de la croisée d’ogives citée précédemment, Philibert de L’Orme évoque les « clefs suspendues, et autres sortes de rampantz10. » Ces ajouts ne structurent pas les voûtes, ils les agrémentent seulement. Les maîtres maçons périgordins ont fait grand usage de ces liernes et tiercerons, nervures courbes et clés pendantes.

  • 11  La reconstitution de la voûte détruite de l’hôtel de Vienne de Sarlat vers 1540 confirme la présen (...)
  • 12  Philibert De L’Orme, L’Architecture, Paris, Frédéric Morel, 1567, Livre IV, Chapitre VIII, p. 107.

12Les liernes et tiercerons secondaires ou voûtes à neufs clefs couvrent les vis des châteaux de Beynac, de Lanquais, des Milandes (fig. 11) et de l’hôtel de Vienne de Sarlat (ca. 1540)11. Les nervures sont « en soufflet12 » à la chapelle baptismale Saint-Jean de Périgueux (fig. 12) ou en couronne aux châteaux de Mareuil et de l’Herm (fig. 13).

Figure 11

Figure 11

Castelnaud-la-Chapelle, château des Milandes.

Cliché M. Lebeaux

Figure12

Figure12

Périgueux, chapelle Saint-Jean-Baptiste, 1521-1535.

http://www.mediatheque-patrimoine.culture.gouv.fr/​

Figure 13

Figure 13

Saint-Cernin-de-Reilhac, château de l’Herm, premier quart du XVIe siècle.

Cliché M. Lebeaux

13Philibert de L’Orme fait brièvement référence à ces variations sans en développer la fabrication :

  • 13  Ibid., Livre IV, Chapitre VIII, p. 107.

« Aucuns y usent de liernes, formerets et tiercerons, avec leurs doubleaux, et plusieurs autres sortes de branches, lesquelles ils mettent dans les voutes : les unes en forme de soufflet, qui sont formes rondes, et rampent pour rencontrer les branches13 »

  • 14  Ibid., Livre IV, Chapitre X, p. 110

14Quant aux clefs suspendues, elles ornent la chapelle castrale de Mareuil-sur-Belle (vers 1520) (fig. 14) et probablement celle de Biron (1515). Philibert de L’Orme accorde plus d’importance aux clés qu’aux nervures secondaires. Plus complexes, elles requièrent un chapitre entier dans lequel il précise que les clés suspendues sont les « dernières pierres qui fermeront les voutes, et seront si longues qu’on voudra, et plus basses que la voute […]14. » (fig. 15)

Figure 14

Figure 14

Mareuil-sur-Belle, chapelle castrale, ca. 1519. POMMARÈDE P., Le Périgord des églises et chapelles oubliées, Périgueux, Pilote 24, 2002, 3 tomes

Cliché M. Lebeaux

Figure 15

Figure 15

De L’Orme P;, « D’une voute à croisée d’ogives, ayant une clef suspendue », L’Architecture, Paris, F. Morel, 1567, Livre IV, chapitre X, p. 111.

www.architectura.cesr.univ-tours.fr/index.asp

Usages et confrontation

15Le Périgord illustre une réalité architectonique que Philibert de L’Orme explicite à travers des textes et des images. Mais en Périgord, seules les voûtes biaises en angles et les croisées d'ogives représentent le passage de la pratique à la théorie de Philibert de L'Orme. Le reste du corpus n'est pas ou peu représenté dans le premier tome de L'Architecture. A l’issue de cette courte analyse, trois questions se posent.

16Comment évoluent les voûtes biaises, en angle et croisées d’ogives au fil du XVIe siècle ? Les modèles publiés dans le premier tome de L’Architecture influent-t-ils véritablement sur leur dessin ? L’analyse des doubleaux apporte un élément de réponse. Après 1567, les doubleaux et nervures en berceau se substituent aux doubleaux brisés comme l’illustrent les châteaux de Losse (1576) (fig. 16) et d’Excideuil (1586) (fig. 17).

Figure 16

Figure 16

Thonac, château de Losse, salle basse, 1576.

Cliché M. Lebeaux

Figure 17

Figure 17

Excideuil, château, chapelle, 1586.

Cliché M. Lebeaux

17Les voûtes à cinq clés des collatéraux de la nef de la cathédrale de Sarlat démontrent quant à elles que le berceau ne s’impose pas véritablement. Edifiées enter 1682 et 1685, elles mettent pourtant en œuvre des nervures en berceau et des doubleaux de forme ogivale. Ces changements sont-ils les témoins dans la pierre de l’enseignement de Philibert de L’Orme ou d'une adaptation logique des maîtres maçons aux formes de la Renaissance ? 

18Dans ce système à double vitesse, quel est la fortune des modèles de Philibert de L’Orme ? Dans l’état actuel de la recherche, un seul cas de voûte biaise, un autre en angle droit, et deux croisées d’ogives à liernes et tiercerons exécutées après 1567 ont été recensés. Ces formes disparaissent au terme du XVIe siècle, à l’exception de la croisée d’ogives qui persiste dans son dessin le plus simple (croisée quadripartite). On ne peut donc pas affirmer que le premier tome de L’Architecture fut suivi en Périgord. À travers les quelques exemples dénombrés se pose néanmoins la question de la fortune du traité face à la persistance des pratiques traditionnelles. Il y a en effet simultanéité entre application des traditions architecturales et formes normalisées par la théorie, ce qui rend difficile la lecture des édifices. Faut-il mettre ces derniers en parallèle avec les savoir-faire architectoniques ou avec les modèles théoriques ? Quel est la part des genius loci face aux normes imposées par la tratadistique ? 

  • 15  Ibid., 1567, p. I « De là il nous fault indubitablement penser, qu’il y a aujourd’huy peu de vrais (...)
  • 16  Arch. dép. Dordogne, 3 E 2601, Saint-Agnan, minutes du notaire Sarrazanes, 1616-1623. Arch. dép. D (...)
  • 17  Une inscription lapidaire au château de Losse atteste sa présence : « Jehan La Plaze maistre masso (...)

19Quel est le statut de l’artiste dans ce débat entre technique et théorie ? Le point de vue de Philibert de L’Orme est essentiel. Le bon architecte doit maîtriser la théorie et la pratique, contrairement au maître maçon défini comme simple exécutant15. En Périgord, la distinction entre les deux appellations n’est pas bien définie au XVIe siècle. Deux exemples contemporains sont significatifs. Nicolas Rambourg (ca. 1559-1649) et Jean Laplaze (doc. 1574-1578) allient références à la tratadistique moderne et procédés traditionnels. Le premier apparait dans les textes comme architecte16, le second comme maître maçon17. Ils soulèvent le problème complexe d’une vision idéalisée de l’architecte entre théorie et pratique définie par Philibert de L’Orme face à une réalité du métier toujours déterminée par la formation manuelle de l’artiste.

Haut de page

Bibliographie

BLUNT A., Philibert De L'Orme, Londres, Zwemmer, 1958 ; Paris, Julliard, 1963, 162 p.

BOLARD L., La Renaissance en Périgord. Châteaux et civilisation, Périgueux, Fanlac, 1996, 205 p.

Congrès archéologique de France. Périgord Noir, 137e session, 1979, Paris, Société Française d’Archéologie, 1982, 334 p.

Périgord. Congrès Archéologique de France, (Périgueux, 156e s., 1998), Paris, 1999, 387 p.

DE L’ORME P., L’Architecture, Paris, Frédéric Morel, 1567.

DE L’ORME P., Nouvelles inventions pour bien bastir à petits frais, Frédéric Morel, 1561.

PÉROUSE DE MONTCLOS J-M, « Introduction à Philibert De l’Orme », Traités d’architecture, Paris, Laget, 1988, pp. I-XXX.

PÉROUSE DE MONTCLOS J-M, Philibert de l'Orme : architecte du roi 1514-1570, Paris, Mengès, 2000, 387 p.

POTIÉ P., Philibert de L’Orme. Figures de la pensée constructive, Clamecy, Éditions Parenthèses, 1996, 173 p.

Haut de page

Notes

1  Nous remercions particulièrement Mercedes Gómez-Ferrer, professeure d’Histoire de l’Art moderne à l’Universitat de València, et Pascal Julien, professeur d’Histoire de l’Art moderne à l’Université de Toulouse II-Le-Mirail, pour leurs conseils et corrections.

2  Cette approximation est le résultat d’un recensement toujours en cours de réalisation.

3  Ibid., Livre III, Chapitre IV, p. 57 : « Je ne veux m’arrester d’avantage sur ce propos, à fin de repredre noz traicts, qui ne sont traicts d’arbaleste pour offenser, mais bien traicts et pratiques de Geométrie pour enseigner, et secrets d’Architecture dignes d’estre connus, et exécutez ».

4  Philibert De L’Orme, L’Architecture, Paris, Frédéric Morel, 1567.

5  Ibid., Livre III, chapitre XII, p. 72.

6  Ibid., Livre III, chapitre XII, p. 72.

7  Ibid., Livre III, chapitre XII, p. 73.

8  Ibid., Livre III, Chapitre VIII, p. 107.

9  Les exemples abondent entre la fin du XVe siècle et la fin du XVIe siècle : les églises de Thiviers, Chantérac, Carsac-Aillac, Salignac, Rouffignac, Saint-Germain-du-Salembre, Saint-Michel-de-Montaigne, Carlux ; le cloître de Cadouin; la chapelle Saint-Jean-Baptiste de Périgueux, celle de Mareuil-sur-Belle; les châteaux de l’Herm, Losse, Excideuil, etc.

10  Philibert De L’Orme, Nouvelles inventions pour bien bastir à petits frais, Frédéric Morel, 1561, p. 26.

11  La reconstitution de la voûte détruite de l’hôtel de Vienne de Sarlat vers 1540 confirme la présence d’une voûte à neuf clefs formées de quatre voûtes simples.

12  Philibert De L’Orme, L’Architecture, Paris, Frédéric Morel, 1567, Livre IV, Chapitre VIII, p. 107.

13  Ibid., Livre IV, Chapitre VIII, p. 107.

14  Ibid., Livre IV, Chapitre X, p. 110

15  Ibid., 1567, p. I « De là il nous fault indubitablement penser, qu’il y a aujourd’huy peu de vrais Architectes, et que plusieurs qui sen attribuent le nom, doibvent plustost estre appelez seulement maistres maçons, qu’autrement. Car les uns se sont seulement voulus exercer aux œuvres manuelles, sans se soucier de la cognoissance des lettres et disciplines, qui a esté cause qu’ils n’ont tant sceu faire par leurs labeurs, qu’ils aient acquis grande réputation. Les autres tout au contraire se sont arrestez aux lettres seules, et démonstrations Geométriques, sans les appliquer à l’œuvre, qui a fait que seulement ils ont suivy l’ombre de ce beau corps d’Architecture, sans aucunement parvenir à la vraye cognoissance et usage de l’art, ainsi que Vitruve a fort bien discouru commencement de son œuvre. Ceux qui ont voulu conioindre et accoupler l’un avec l’autre, c'est-à-dire les lettres et disciplines avec avecques l’usage et pratique de l’art, ou, si vous voulez, la théorique avecques ladicte pratique, ceux là, dis-je, comme gens bien garnis de toutes sortes d’armes et équipage, sont incontinent parvenus à grande réputation et au bout de leur attente »

16  Arch. dép. Dordogne, 3 E 2601, Saint-Agnan, minutes du notaire Sarrazanes, 1616-1623. Arch. dép. Dordogne, 3 E 2602, Saint-Agnan, minutes du notaire Sarrazanes, 1624-1629.

17  Une inscription lapidaire au château de Losse atteste sa présence : « Jehan La Plaze maistre masson de Gourdon fet (?) cet œuvre l’an 1578. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Saint-Amand-de-Coly, église abbatiale, vers 1150.
Crédits Cliché M. Lebeaux
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/107/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 2
Légende Saint-Cyprien, église Saint-Cyprien, chevet, XIIe siècle
Crédits Cliché M. Lebeaux
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/107/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 3
Légende Sarlat, hôtel de La Boëtie, ca. 1520-1525.
Crédits Cliché M. Lebeaux
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/107/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 4
Légende Thonac, château de Losse, 1574-1578.
Crédits Cliché M. Lebeaux
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/107/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 5
Légende De L’Orme P., « L’artifice des traicts Geometriques, servir pour faire une porte, laquelle sera biaise par moitié… », L’Architecture, Paris, F, Morel, 1567, Livre III, chapitre IX, p. 69
Crédits www.architectura.cesr.univ-tours.fr/index.asp
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/107/img-5.png
Fichier image/png, 8,2k
Titre Figure 6
Légende Thonac, château de Losse, 1574-1578.
Crédits Cliché M. Lebeaux
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/107/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 7
Légende Saint-Cernin-de-Reilhac, château de l’Herm, premier quart du XVIe siècle.
Crédits Cliché M. Lebeaux
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/107/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 8
Légende De L’Orme P., « De la porte et voute sur le coing qui se peult faire sur un angle de bastiment... », L’Architecture, Paris, F, Morel, 1567, Livre III, chapitre XII, p. 74.
Crédits www.architectura.cesr.univ-tours.fr/index.asp
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/107/img-8.png
Fichier image/png, 8,6k
Titre Figure 9
Légende Villars, château de Puyguilhem, ca. 1524-1534.
Crédits Cliché M. Lebeaux
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/107/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 10
Légende De L’Orme P., « Des voutes modernes que les maistres maçons ont accoustumé de faire aux églises et logis des grands seigneurs », L’Architecture, Paris, F. Morel, 1567, Livre IV, chapitre VIII, p. 108.
Crédits www.architectura.cesr.univ-tours.fr/index.asp
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/107/img-10.png
Fichier image/png, 11k
Titre Figure 11
Légende Castelnaud-la-Chapelle, château des Milandes.
Crédits Cliché M. Lebeaux
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/107/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure12
Légende Périgueux, chapelle Saint-Jean-Baptiste, 1521-1535.
Crédits http://www.mediatheque-patrimoine.culture.gouv.fr/​
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/107/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 13
Légende Saint-Cernin-de-Reilhac, château de l’Herm, premier quart du XVIe siècle.
Crédits Cliché M. Lebeaux
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/107/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 14
Légende Mareuil-sur-Belle, chapelle castrale, ca. 1519. POMMARÈDE P., Le Périgord des églises et chapelles oubliées, Périgueux, Pilote 24, 2002, 3 tomes
Crédits Cliché M. Lebeaux
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/107/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 15
Légende De L’Orme P;, « D’une voute à croisée d’ogives, ayant une clef suspendue », L’Architecture, Paris, F. Morel, 1567, Livre IV, chapitre X, p. 111.
Crédits www.architectura.cesr.univ-tours.fr/index.asp
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/107/img-15.png
Fichier image/png, 8,5k
Titre Figure 16
Légende Thonac, château de Losse, salle basse, 1576.
Crédits Cliché M. Lebeaux
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/107/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 17
Légende Excideuil, château, chapelle, 1586.
Crédits Cliché M. Lebeaux
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/107/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Lebeaux, « La stéréotomie en Périgord à la Renaissance : un exemple de persistances architecturales reprises par la tratadistique française du XVIe siècle. », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 5 | 2010, mis en ligne le 12 mai 2010, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://framespa.revues.org/107

Haut de page

Auteur

Mélanie Lebeaux

Doctorante en histoire de l’art moderne, 1ère année, FRAMESPA (UMR 5136), Université Toulouse II - Le Mirail. Direction : Pascal Julien (Professeur en histoire de l’art moderne, Université Toulouse II - Le Mirail ; cotutelle : Mercedes Gómez-Ferrer (Professeur en histoire de l’art moderne, Université de Valence). Sujet de thèse : Culture savante et architecture en Périgord à la Renaissance (1480-1630) : jeu d’influences entre la France et l’Espagne. melanie_lebeaux@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page