Navigation – Plan du site

Les premiers colons de l’ancienne Haïti et leurs attaches en métropole, à l’aube des premiers établissements (1650-1700)

The First Colonists of Ancient Haiti and their Ties with Metropolitan France in the Early Years of Settlement (1650-1700)
Los primeros colonos de la antigua Haití y sus vínculos con la metrópoli, en los albores de los primeros establecimientos
Philippe Hroděj

Résumés

Au moment où les premiers établissements durables voient le jour dans ce qui va devenir la partie française de Saint-Domingue, les colons ne sont qu’une poignée. Il est nécessaire d’abord de raisonner sur le nombre, source d’isolement, renforcé par le relief qui compartimente les différents quartiers, par l’éloignement des Petites Antilles, par des liens commerciaux longtemps aléatoires et par le fait dominant que sont les guerres quasi continues, du fait des délais d’application des traités et de l’anticipation dans les conflits. L’extraordinaire mortalité de la première année est un facteur supplémentaire : le climat est hostile et maître du jeu. Le résultat est révélateur de la propension d’une population à reconstruire des repères, à se rapprocher des autres nations européennes et provoquer des fusions inattendues : Français, Anglais, Espagnols se connaissent et connaissent parfaitement les marchands hollandais qui sont souvent les seuls à pouvoir assurer le ravitaillement. Entretenir un lien ne vaut donc que pour celui qui survit dans un univers encore neuf.
Cette population est hétéroclite. De l’engagé pour le pétun ou la chasse, à l’officier, du dégradé à l’Habitant, missionnaires, boucaniers, flibustiers ou forbans : autant de parcours qui diffèrent à l’origine pour se rencontrer au terminus américain. Un fait marquant, l’incroyable facilité à se déplacer sur de grandes distances. À ce sujet, traiter de l’Atlantique sans y mêler l’océan Indien et la mer du Sud n’a aucun sens, tant ces zones liquides sont familières et deviennent des prolongements naturels. Reste l’attachement au pays maintenu par les liens familiaux. Distendus, sans doute aussi occultés par les archives publiques, ils demeurent. Le besoin d’argent, l’obligation pour le colon d’avoir une personne de confiance de l’autre côté pour gérer ses affaires, en retour, l’intérêt d’avoir déjà quelqu’un sur place en Amérique pour y envoyer un cadet. Et puis, toujours, souvent (même si au fil du temps la chose est vue de loin en loin), il y a le projet, l’espoir d’un retour, fortune faite.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pierre Clément, Lettres, instructions et mémoires de Colbert, t. 3 II, 7 vols., Paris, Imprimerie i (...)
  • 2 Médéric Louis Élie Moreau de Saint-Méry, Loix et Constitutions des colonies françoises de l’Amériqu (...)
  • 3 Jean-Baptiste Dutertre, Histoire générale des Antilles habitées par les François, Paris, T. Jolly, (...)

1Le 26 mars 1670, Louis xiv écrit au gouverneur général des Isles de Baas la chose suivante : « La pensée que les habitants ont de retourner dans mon royaume ne se peut pas empêcher et il n’y aura que le temps qui dissipera cette espérance. Mais j’estime que pour parvenir à la fin principale, qui est l’augmentation des colonies, il faut que vous souffriez doucement les manquements dans lesquels les peuples pourraient tomber, que vous les mainteniez en repos en faisant bien administrer la justice et que vous travailliez à les faire marier le plus tôt qu’il se pourra et à en bien conserver les enfants1 ». Le roi rejoint ainsi une ordonnance du prévôt de Paris de 1663 qui voulait sévir contre les particuliers qui avaient arrêté des hommes et des femmes sous prétexte de service du roi pour les mener en Amérique, comme attentat à son autorité2. Mais pour ceux qu’on a pu convaincre de prendre le chemin du Nouveau Monde, il s’agit bien de favoriser un voyage aller simple, sorte de réponse à ce qu’écrit Dutertre qui parle de « flux et reflux continuel des voyages de l’Amérique en France et de France en Amérique3 » rendu d’autant plus aisé qu’il s’accompagne, selon le Révérend Père, d’un flux et reflux continuel de vaisseaux rendant inexistante l’arrière-saison.

2Ces réflexions quant à l’utilité de sédentariser les colons sont directement liées au nombre de ceux-ci. C’est avec une poignée d’hommes que s’établit une colonie, de quoi expliquer l’attrait de la Tortue initialement. Certes, la petite île septentrionale joue un rôle de plaque tournante du commerce local. Surtout, ses abords dangereux protègent une population resserrée, même si les chasseurs rayonnent sur la Grande Terre. Plus tard, lors du glissement vers cette dernière, le peuplement des quartiers du Nord et du Centre rend plus aiguës les craintes des autorités. Le potentiel de défense, outre les flibustiers, indociles, dépend du nombre d’hommes portant l’arme. La menace que représentent par terre et par mer les Espagnols puis les Anglais, sans parler de la déstabilisation favorisée par les Hollandais, empêche de penser à autre chose. Une défaite comme celle de Limonade en janvier 1691, où deux ou trois centaines de colons périssent sous les lances espagnoles, est, proportionnellement, bien plus grave que n’importe quelle bataille perdue en métropole. Encore faut-il des hommes acclimatés que seul un taux d’accroissement naturel positif peut procurer au bout de quelques générations. C’est la raison pour laquelle le cas des femmes est traité séparément. Elles représentent une valeur ajoutée inestimable pour le devenir de la colonie. Le déséquilibre des sexes, commun à toutes les situations coloniales, oblige à toutes les tolérances, ce qui aboutit à son tour à l’apparition rapide d’une population métissée. L’absence de régularisation juridique sera à l’origine de la crise, mais pour lors, il s’agit de croître. Cette colonie est formée d’un ramassis d’éléments divers destinés à forger la « Perle des Antilles ».

Les origines du peuplement blanc à Saint-Domingue

Les engagés de trois ou quatre ans

  • 4 Jean Tanguy, « Les premiers engagés partis de Nantes pour les Antilles (1636-1660) », 97e Congrès n (...)
  • 5 Pierre François Xavier Charlevoix, Histoire de l’île espagnole ou de Saint-Domingue, Paris, J. Guér (...)
  • 6 Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM) : Col C9 B1. Mémoire de Charritte pour le comte de Pontchart (...)
  • 7 ANOM : Col. C9 A4. Du Casse à Pontchartrain, lettre du 1er mars 1699.
  • 8 ANOM : Col C9 A2. Cussy à Seignelay, lettre du 27 août 1687.

3Même si les travaux sur les engagés sont anciens, le dépouillement des minutes notariales et des rôles d’équipage, partiel, laisse à penser, selon Jean Tanguy4, à l’envoi de 30 à 40 000 engagés essentiellement aux Antilles pour les xviie et xviiie siècles : chiffre qui n’inclut pas l’émigration libre qui peut également obéir à certaines contraintes. Une émigration où les citadins seraient bien plus nombreux que dans la représentation métropolitaine. Les engagés ou, comme disent les Normands, les alloués, ont été amenés aux Isles dès le début de la colonisation, les premiers contrats étant semblables à ceux qui, en France, servaient à la mise en valeur de terres incultes. Seule disposition qui diffère, le maître peut céder l’engagé sans le consentement de celui-ci. À l’origine, les premiers colons de Saint-Christophe recrutent des gens de leur province, allant même les chercher personnellement. Puis cela devient un objet de commerce auquel se livrent les capitaines marchands. Des Dieppois, selon Charlevoix, mènent à la Tortue des engagés vendus pour trois années5. Les contrats sont en blanc, le capitaine vend sa cargaison humaine pour trois années. L’engagement auprès des boucaniers est très éprouvant, les « valets » sont traités sans pitié. S’agissant du pétun, le pécule de 300 livres de tabac demeure, tandis que les cours s’affaissent. Au moment de la libération, cela permet à peine de survivre en attendant de récolter des vivres. Surtout, cela n’autorise pas le paiement du voyage retour. Il faut s’amateloter pour survivre, s’associer avec un autre alloué. Seuls quelques-uns s’en tirent convenablement, les autres disparaissent, emportés par les fièvres et les maladies pulmonaires. En 1710, Charritte écrit que « les trois quarts des engagés n’en réchappent point, parce que leur maître n’en prennent pas assez de soin, ne les ayant que pour trois ans6 ». Du Casse, dix ans plus tôt ne dit pas autre chose : « Les engagés meurent les trois quarts et, du reste, c’est un hasard lorsqu’il se rencontre quelqu’un qui projette un établissement. Ils sont tous si rebutés du travail de la terre et de la misère qu’ils ont soufferte qu’ils prennent plus volontiers tout autre parti par préférence7 ». Le Gascon fait allusion à la flibuste. La perte est donc énorme. « La succession de vingt en a établi un », écrit-il plus loin. Tarin du Cussy avait déjà abordé le problème des mauvais traitements : « il en coûte la vie à plusieurs, quelque soin et quelque application que je prenne à châtier les maîtres. Ce qui arrive souvent par la pauvreté du maître qui en veut tirer du travail et aussi par l’obstination de l’engagé qui refuse de le faire8 ».

  • 9 Pierre François Xavier Charlevoix, op. cit., p. 363. Une minorité de petits Blancs, souvent grâce à (...)

4Au vrai, les engagés, comme le remarque Gabriel Debien, sont d’abord des déracinés, sans aller jusqu’à suivre Charlevoix qui clame que « le peu de profit qu’en retira la colonie vint non seulement de ce que la culture du tabac étant tombée, il n’y avait plus pour ces malheureux aucune apparence de pouvoir devenir Habitants, mais encore du mauvais choix qu’on en fit. C’était des gueux ramassés dans les rues de Paris, qui n’ayant jamais fait que mendier, n’étaient bons à rien & périssaient d’abord de misère9 ». Faut-il alors, s’agissant de cette population, se fier à Dutertre ? Peu s’en sont retournés au pays, peu ont fait souche.

Les aventuriers, les dégradés et déserteurs

  • 10 Gabriel Debien, « Travaux d’histoire sur Saint-Domingue et les Antilles 1952-1954 », Revue d’Histoi (...)
  • 11 Gabriel Debien, « Les femmes des premiers colons aux Antilles (1635-1680) », Notes d’Histoire colon (...)

5Combien ont été poussés à l’expatriation par leur condition médiocre, pour soulager leur famille à laquelle ils sont à charge, parce qu’il n’y aura pas d’héritage, pour éviter le chômage ou pour se refaire une virginité. À ces raisons répulsives sont attachées des raisons attractives, liées à la propagande faite en métropole10, parfois à l’exemple d’un parent déjà parti et qui a donné de ses nouvelles, de bonnes nouvelles. « Nous vivons mieux ici de beaucoup qu’en France », écrit un Dieppois à sa femme pour l’engager à le rejoindre à la Guadeloupe11. La terre est l’eldorado du paysan dit-on. La propriété d’une concession vite rentable, aux revenus appréciables, a un effet attractif. Et puis, à Saint-Domingue, l’esclavage en grand n’a pas encore commencé, il y a encore de la place pour les Blancs. Jean Duquesnot, un Nîmois, finit conseiller au Conseil supérieur de Léogane (1686-1711) et riche planteur. Le postulant au départ se munit au préalable d’adresses de parents, de compatriotes, s’il n’est déjà recruté à un emploi. Il visite les notables pour obtenir des lettres de recommandation.

  • 12 Arch. départ. d’Ille-et-Villaine : 9B 441. Rapport de Charles Rivière marchand de Saint-Malo.
  • 13 Arch. départ. d’Ille-et-Villaine : 9B 445. Rapport d’Olivier de Launay sieur Duclos.
  • 14 Arch. départ. d’Ille-et-Villaine : 9B 446. Rapport de Denis Le Duc sieur Du Tertre.

6Dans une extrême misère, les marins désertent les vaisseaux du Roi mais plus régulièrement des navires marchands, à croire que des accords se négocient, tant la chose est déclarée naturellement dans les rapports remis aux greffes de l’amirauté. Cette fréquence, la même approximativement que celle de matelots tombés du mât et noyés, laisse imaginer des engagements discrètement négociés. À quoi il faut ajouter ceux qui, malades, n’ont pu se rembarquer et qui, le temps aidant, finissent par demeurer dans la colonie. Une population extrêmement mouvante qui s’éloigne de son devoir et y revient, qui forme les cadres de la flibuste et de la boucane. Un exemple sur mille. Le Charles de Saint-Malo, navire de 40 tx commandé par Henry Avego qui appareille en mars 1679 pour la Tortue et côte de Saint-Domingue ainsi que les îles Caïmans pour pêcher la tortue. Sa marchandise est humaine, composée de 23 passagers et engagés. Hors d’état de continuer sa navigation à cause de sa vieillesse, Avego doit vendre son rafiot au gouverneur Pouancey et faire décharger ses effets. Le capitaine marchand décède sur place « de sa mort naturelle », le charpentier et le reste de l’équipage demeurent à la côte, seul le maître trouve à se rembarquer12. Le Saint-Louis en 1683 : sur 25 hommes, un matelot du cap Fréhel demeure à Saint-Domingue « de son consentement », quatre autres désertent13. Les grandes heures de la flibuste, les rumeurs concernant la mer du Sud ont pu être un facteur actif. Le Saint-Hyacinthe de Saint-Malo, toujours en 1683, avec 24 hommes d’équipage, chargé d’eau-de-vie et de toiles, voit trois matelots et un charpentier déserter à Saint-Domingue. Le capitaine doit se résoudre à appareiller après avoir recherché ses hommes. Il a des attestations du gouverneur et du major14.

Les officiers, les soldats et autres « fonctionnaires »

  • 15 ANOM : Col. C9 A46. Lettre de La Chapelle au ministre du 28 juillet 1737.

7Le cas des officiers du Roi commandant à la colonie est éclairant de la volonté de ne pas faire souche. Levasseur, assassiné parce qu’il avait abusé d’une « garce » qu’entretenait l’un de ses lieutenants, Fontenay, chevalier de Malte, Jérémie Deschamps du Rausset, Laplace son neveu, Ogeron de La Bouère, Pouancey son neveu, Tarin de Cussy : ces gouverneurs sont tous célibataires. Du Casse, marié à Marthe Baudry, vient seul durant les dix années de son gouvernement. Il affranchit une Indienne à son départ, en même temps que tous ses autres esclaves sans que l’on puisse en savoir davantage. Une recherche semblable parmi les lieutenants de Roi aurait quasiment les mêmes résultats. Une infime minorité vit en famille. Même en 1737, l’intendant La Chapelle prévient le ministre que son épouse rentre en France : « il n’y a pas au Petit-Goave une seule compagnie en femmes qu’elle puisse voir15 ». Certes, de méchantes langues disent qu’elle aime trop les officiers mais...

8Sans famille ou avec un ou plusieurs neveux, ces hommes n’en gardent pas moins des relations étroites avec la métropole : elles sont politiques et commerciales. Ogeron, Pouancey, Cussy font venir des ouvriers, des engagés plutôt originaires du Val de Loire, de leur Anjou natal. Du Casse, comme Franquesnay, et tous les gens liés au calvinisme, sont plus attachés à la Normandie ou à la Gascogne. Sans doute une notion de pays se dégage-t-elle. Ceux qui arrivent peuvent donner des nouvelles et, en retour, on les protège et on les aide à s’établir. Des bribes de la correspondance ont été conservées entre ces officiers et leur procureur à Paris, Gabriel Apoil, ou, dans le cas de Du Casse, avec le premier commis de la marine, directeur du commerce et financier Jean-Baptiste de Lagny. Il est visible qu’à la notion de pays s’ajoute le respect du rang social. Du Casse, par ailleurs très libéral, aide particulièrement les officiers nouveaux arrivants, leur trouvant des épouses sur place parmi les nouvelles venues. Ainsi retient-il les sieurs Trenet et de La Bretêche, qui sont de passage, les incorporant dans les compagnies et les mariant séance tenante. Le taux de mortalité est tel que les vacances suite à un décès sont un phénomène courant parmi les officiers du Roi, de milice ou les magistrats des sièges ou du conseil souverain. Acquérir un rang, accéder à la noblesse sont des outils de pouvoir qui, en ces régions éloignées, apparaissent comme un gage de loyauté à l’égard du gouverneur à qui il revient de proposer au ministre tel ou tel nom, proposition acceptée dans la majorité des cas par Versailles. Le ressort, ici, n’est pas la marque d’un conservatisme fermé mais celle d’une élévation sociale qui récompense un service rendu et engage à continuer ainsi.

9L’espérance de survie pour qui ne fait que passer est faible. L’ingénieur Marc Payen, présent depuis cinq ans dans la colonie, meurt de maladie en 1697. Grivellé, arrivé six mois plus tard, décède à son tour en janvier 1699. Fleury qui lui succède en septembre meurt à son débarquement. J’ai pu faire une étude relative aux capitaines et lieutenants des compagnies franches de la marine qui finissent par être envoyées à Saint-Domingue en 1696. La mortalité est d’un tiers, souvent la première année. C’est pire chez les hommes de troupe.

  • 16 ANOM : Col C9 B1. Mémoire de Charritte pour le comte de Pontchartrain, 1710.

10Au bas de l’échelle, les soldats. Ils sont fauchés par la maladie dès leur arrivée. Charritte proposera l’envoi d’Auvergnats, de Limousins et de Périgourdins « plus laborieux et ceux qui résistent le plus dans ce pays16 ». En 1696, l’arrivée de nouvelles compagnies, s’ajoutant aux deux anciennes, porte à 400 les effectifs militaires de la colonie. Du Casse n’a pas attendu ce total pour autoriser beaucoup de soldats à se marier ; ceux-ci ont droit à leur solde et à une portion de farine pour six mois et vont grossir le nombre des habitants. Lorsqu’il propose l’envoi annuel de 100 recrues, soit le renouvellement d’un quart des effectifs, il exprime ce qui correspond quasiment à la mortalité moyenne. Il a aussi l’ambition d’assurer un flux migratoire régulier d’hommes plus efficaces que les engagés, notamment pour encadrer les milices. Un certain nombre de soldats sont également d’anciens ouvriers, aussi la proportion des hommes possédant un métier ira-t-elle en augmentant avec la paix. Sur 150 hommes envoyés en 1698, Pontchartrain affirme que 50 % connaissent un métier. Il est vrai que ce sont des boulangers, des tisserands et des meuniers, alors qu’on a besoin de charpentiers, de maçons, de forgerons, de scieurs de long, de menuisiers et de charrons. Tout se fait dans l’urgence qui masque souvent beaucoup de négligence, voire la volonté de conserver dans les arsenaux métropolitains la main d’œuvre qualifiée.

  • 17 ANOM : Col. C9 A3. Du Casse à Pontchartrain, lettre du 8 juin 1696.

11La qualité des recrues, y compris des officiers qui les commandent, est une autre servitude à laquelle il faut se soumettre ; c’est aussi un facteur prépondérant face à un climat inconnu. De l’obligation, pour les recruteurs, d’atteindre un quota sans réelle vérification résulte l’envoi de contingents, souvent au-dessous de l’acceptable, surtout en temps de guerre. La compagnie de La Rochebernière se compose de 34 hommes levés par ce capitaine. Le sieur de Menestrel, lieutenant, en recrute dix avant de se faire porter pâle. Six anciens soldats sont promus directement sergents et caporaux, malgré leur inexpérience. Les recrues sont enfermées sur l’île d’Oléron, et embarquées sans préparation. Cette compagnie sera décimée par la maladie à son arrivée au Petit-Goave : capitaine, lieutenant, sergent, caporaux et 30 soldats meurent. Le « mal du pays » oblige le gouverneur à disperser la compagnie, affectée à Léogane sur les habitations, à peine de disparaître elle aussi. « J’ai connu, écrit-il au ministre, qu’ils étaient très mauvais, la grande moitié ayant été faite de gueux sous les halles, on les a envoyés avec la seule chemise qu’ils avaient sur le corps, et les seuls souliers qu’ils portaient. Toute l’intempérance du climat et de la saison, le propre naturel joint à leur misère, les rendent presque tous inutiles. De la maladie, il en meurt journellement et, en apparence, cela continuera pendant la rigueur de l’été17 ».

12Quels liens entretient la troupe avec son pays d’origine ? Sans doute autant qu’à l’époque romaine avec les légions expédiées aux marges de l’Empire. Sauf qu’en plus, ces gens sont d’emblée des déclassés dont la seule chance est d’avoir survécu.

Le peuplement pénal et la transportation aux colonies

Le peuplement féminin

Les femmes européennes : très minoritaires

  • 18 Gabriel Debien, Les engagés pour les Antilles (1634-1715), Abbeville, Paillart, 1951, p. 81. Voir a (...)
  • 19 Philippe Hroděj, « Les esclave à Saint-Domingue aux temps pionniers (1630-1700) : la rafle, la trai (...)
  • 20 Philippe Haudrère, « Les premiers colons de Léogane 1666-735 », Commerce et Plantation dans la Cara (...)

13Si les Petites Antilles ont éprouvé des difficultés pour surmonter le différentiel entre hommes et femmes, la chose était bien plus ardue à la Tortue et côte de Saint-Domingue. Le peu de documents relatifs à des dénombrements fait que la distinction entre les sexes est rare, impliquant, par là, que les femmes sont extrêmement minoritaires. Lorsqu’en 1639, un contingent anglais vient de Nevis, on parle de 300 hommes, 40 femmes et 20 esclaves nègres. À l’époque de Levasseur (1641-1650), des familles françaises entières s’installent et Gabriel Debien remarque que « peut-être, aucun autre établissement français des Antilles n’eut à ses débuts une proportion aussi forte de femmes »18, mais lorsque les Espagnols s’emparent de l’île en janvier 1655, on mentionne 385 hommes portant l’arme et 200 esclaves nègres, adultes, femmes et enfants et 250 esclaves indiens eux aussi groupés en familles. Il n’est rien indiqué de précis sur d’éventuelles Blanches. Il faut attendre le recensement de 1681 pour avoir le premier chiffre officiel de 435 femmes, un peu moins d’un quart des hommes libres, mais seulement 11 % de la population blanche totale, en ôtant les enfants. Il y a donc 8, peut-être 9 hommes pour une femme blanche19. En 1692, un dénombrement ne concernant que les quartiers du Nord (le Cap et le Port-de-Paix), montre un total de 386 hommes, 268 femmes, 490 enfants, 175 garçons armés et 120 qui ne le sont pas. De 25 % on est passé à 40. Le recensement du Port-de-Paix montre que sur 83 hommes, seuls 34 sont mariés et un est veuf. Si l’on ajoute 6 veuves (une curiosité aux Antilles !) et la sœur de l’une d’entre elles, cela fait 41/83, pratiquement 33 %, et seuls 44 % des hommes sont mariés. En 1700, le dénombrement officiel laisse apparaître une timide progression : les femmes comptent alors pour 44 % de la population. Mais dès qu’une nouvelle zone s’ouvre à la colonisation, comme c’est le cas à partir de 1698 pour les quartiers du Sud, le fossé se creuse à nouveau : en 1703, les femmes ne sont que 30 % à l’île-à-Vache, Jacmel et Saint-Louis. Cette proportion d’un tiers d’Européennes pour deux tiers d’Européens correspond également au chiffre trouvé par Philippe Haudrère dans le dépouillement des mariages des libres de la paroisse Sainte-Rose de Léogane20. De ce déséquilibre découle le remariage des veuves (104 remariages pour 13 remariages de veufs entre 1666 et 1735). Bien au-delà de la période qui sera traitée, les autorités coloniales réclament l’envoi de filles à marier. S’ajoute à cela la date de 1700 qui n’est pas innocente. L’union de Versailles et de Madrid, l’avènement d’un Bourbon en Espagne éloignent définitivement la menace qui pesait sur la colonie domingoise depuis ses origines. Alors qu’un gouverneur comme Du Casse ne voulait s’embarrasser de femmes, privilégiant la formation d’une colonie militaire susceptible de passer à l’offensive, le xviiie siècle permet de penser à un programme de peuplement qui obéit à une stratégie économique. En 1704, Charritte demande à Pontchartrain 150 ou 200 filles pour les marier. En 1713, Blénac et Mithon en demandent 150. Versailles promet l’envoi d’un contingent en 1716.

Les Mulâtresses, les Indiennes et les Noires

  • 21 ANOM : Col. C9 A1. Lettre de Cussy à Seignelay, du 18 octobre 1685.
  • 22 ANOM : Col. C9 A7. Lettre d’Auger à Pontchartrain, du 22 mars 1704.
  • 23 ANOM : Col. C9 A10. Lettre d’Arquian au ministre, du 20 février 1713.
  • 24 ANOM : Col. C9 A22. Lettre de Montholon à Maurepas, du 20 février 1723.
  • 25 ANOM : Col. C9 A33. Lettre de La Rochalar au ministre, du 5 juillet 1734.

14Avant de parler des Blanches, il faut comprendre qu’une population féminine sans doute plus nombreuse est présente à Saint-Domingue : les femmes de couleur. La flibuste a cette utilité que les opérations servent à rafler des esclaves noires le long des côtes espagnoles, puis à la Jamaïque. Les raids visent également à capturer des Indiennes en Amérique centrale. Le résultat est la pratique à grande échelle du concubinage et du libertinage, ainsi que le constate Tarin de Cussy. « La plus grande partie de ces Indiennes, Mulâtresses et Quarteronnes sont mariées dans leur pays et, ne trouvant pas à subsister, deviennent les plus grandes louves du monde et infectent tous les jeunes gens flibustiers et autres en sorte qu’ils sont tous perdus quand ils demeurent un mois avec elles, et par ce moyen les empêchent de se marier en vivant dans un perpétuel concubinage »21. Le gouverneur se défend de favoriser de telles pratiques. Il excite les procureurs du Roi des quartiers à obliger les fauteurs à régulariser leur situation, la plupart du temps par le mariage. « Depuis quatre mois, il s’est fait plus de vingt mariages d’habitants avec leur Mulâtresse ou Négresse, qu’ils ont mieux aimé épouser que de les quitter ». Les officiers ne donnent pas plus l’exemple. Galiffet, lieutenant de Roi au Cap est inquiété pour s’être emparé violemment d’une Négresse, « la plus belle de quatre ou cinq qui le gardent au four de son lit22 ». De l’aveu du père Le Pers, après l’affaire de la Vera Cruz en 1683, nombre de Mulâtresses ramenées par les flibustiers trouvent à se marier dans la colonie et laissent une nombreuse postérité. La chose se prolonge au xviiie siècle. En 1713, Arquian écrit à Jérôme de Pontchartrain qu’on ne voit dans le pays « que Négresses et Mulles (Mulâtresses) à qui leurs maîtres ont troqué la liberté en échange de leur pucelage23 ». En 1723, Montholon écrit à Maurepas que par rapport à un grand nombre de garçons, « le défaut de Blanches leur paraît un juste prétexte pour les engager à rester dans leur libertinage avec les Négresses24 ». Il est vrai, comme le constate Charles Frostin, que le mariage avec une pauvresse blanche ne procure pas les capitaux suffisants pour un établissement. Le résultat, ou une dimension de celui-ci : La Rochalar, en inspectant le quartier de Jacmel, constate que « presque tous les habitants sont mulâtres ou en descendent ». Le même affirme que les Blancs désargentés préfèrent épouser des « Négresses », par « le désir des biens que l’espèce noire acquiert plus aisément par économie25 ». Si ce motif de richesse concerne plutôt le xviiie siècle, la pénurie de Blanches explique ces unions nombreuses au siècle précédent. Dès lors, quelles relations sont conservées avec la métropole ? L’un des époux ou concubins n’ayant aucun lien, cela ressemble assurément plus à un nouveau départ dans un nouveau monde où le retour en arrière s’estompe avec le temps. Seules les lignages bien assis en métropole conservent des liens où les questions d’alliances matrimoniales, de transmissions de biens, d’éducation et de carrière restent au cœur des stratégies familiales. Pour les plus modestes des ménages coloniaux, l’incertitude devient trop importante avec le temps. Une étude à ce sujet pourrait assurément apporter des éléments statistiques intéressants.

Des Blanches mais pas celles-là !

  • 26 Alexandre-Stanislas de Wimpffen, Haïti au xviiie siècle. Richesse et esclavage dans une colonie fra (...)
  • 27 ANOM : Col. C9 A10. Lettre de Blénac et Mithon au ministre, du 10 août 1713.
  • 28 ANOM : Col. C9 A60. Lettre de Larnage au ministre, du 22 avril 1743.
  • 29 ANOM : Col. C9 A1. Lettre de Pouancey à Colbert, du 30 janvier 1681.

15Par ailleurs, les convois de filles sont loin de faire l’unanimité. Le baron de Wimpffen déplore qu’au lieu de « filles pauvres, laborieuses, modestes, dont la douceur et l’ingénuité même eussent poli, eussent épuré des mœurs plus dépravées que corrompues […], on leur envoya des catins de la Salpétrière, des salopes ramassées dans la boue, des gaupes effrontées26 ». En 1713, Blénac et Mithon supplient le ministre de n’envoyer aucune fille « comme à l’ordinaire des mauvais lieux de Paris ; elles apportent un corps aussi corrompu que leurs mœurs, elles ne servent qu’à infecter la colonie et ne sont nullement propres à la génération27 ». Larnage va dans le même sens : « leur aptitude à la génération est pour la plupart détruite par un trop grand usage28 ». À l’origine, il semble que ce soient les gouverneurs eux-mêmes qui fassent venir des colons et donc un certain nombre de femmes. Ogeron, en 1667, achemine deux navires chargés chacun de 50 filles à marier tirées des orphelinats. Son neveu Pouancey, en 1681, assure qu’il vaut mieux ne point envoyer de femmes « que d’en faire passer des débordées comme l’on fait. Elles ruinent la santé des hommes et leur causent tant de chagrin que souvent ils en meurent, outre qu’elles font cent autres désordres29 ». Mais lui aussi recrute dans son Val de Loire natal sans que l’on sache quels sont les critères choisis ni le mode opératoire. Après ces gouvernements, des convois sont organisés, avec retard par rapport aux Petites Antilles où ce type de passages massifs est organisé autour de 1640 à Saint-Christophe.

  • 30 ANOM : Col. F3 142. Lettre de Seignelay à Cussy, du 30 novembre 1685.
  • 31 ANOM : Col. C9 A33. Lettre de Cussy à Seignelay, du 13 août 1689.
  • 32 ANOM : Col. B18. Pontchartrain à Begon, lettre du 10 mai 1695.

16Tarin de Cussy, lorsqu’il prend ses fonctions en 1684, en amène avec lui sur la Favorite. Il déclare que la plupart ont été avantageusement mariées, mais apprenant qu’il a obtenu une permission pour cette frégate, il affirme ne plus avoir besoin d’un si grand nombre, les habitants préférant les créoles plutôt que celles de France « dont ils ne connaissent ni les noms ni leur famille ». Bien que Seignelay prenne acte de cette volonté, une centaine d’autres filles arrivent, tirées des hôpitaux de Paris. « On a soigneusement observé qu’il ne fût envoyé que des filles très sages et très bien élevées dans les hôpitaux de Paris depuis leur enfance. Ainsi, ajoute le ministre, l’intention de Sa Majesté est que vous en preniez un très grand soin et que vous leur fassiez fournir le logement et la nourriture nécessaire jusqu’au temps de leur mariage30 ». Pour les entretenir en attendant, un nègre tiré des galères est vendu. Quant aux bonnes mœurs et à leur éducation « dans la crainte de Dieu », Cussy ne peut s’empêcher de remarquer que « néanmoins, il s’en est trouvé quelques-unes qui ne s’en ressentent nullement31 ». Sous le gouvernement de Du Casse, un convoi est organisé en 1696 : aux côtés de 150 garçons, 100 filles de plus de 15 ans, « tirées de l’hôpital où elles étaient rentrées dès leur bas âge32 », parquées à Rochefort. 48 embarquent vraiment, moitié est mariée au Cap, l’autre à Léogane. Mais Du Casse rappelle qu’il y a suffisamment de filles créoles non pourvues sans compter celles venues de Saint-Christophe en 1690.

17Restent les engagées. Le recensement de 1700 montre bien qu’elles sont minoritaires (10 %). Gabriel Debien, sur 6 200 contrats, n’a trouvé qu’une quarantaine concernant des ménagères, filles de basse-cour, torqueuses de tabac ou fouilleuses de terre. À Dieppe, l’abbé Le Ber en a trouvé cinquante sur 1 900 départs. Quelques-uns, tardifs, concernent Saint-Domingue : le cas, en 1676, de Catherine Bunel de Rouen, fillette de 12 ans qui s’engage trois ans à Pierre Hébert contre le passage et les hardes ; celui de Marie Lacaille, près de Dieppe, en 1664, qui s’engage pour 75 livres tournois pour ses trois ans, ou encore ce marchand de Dieppe qui recrute cinq jeunes filles de 16 à 22 ans pour le Petit-Goave, sans doute « pour la peuplade », tout comme les veuves, relativement nombreuses qui embarquent comme passagères quand elles peuvent payer leur transport. À Saint-Malo, certains navires ont pour chargement des engagés ou des passagers, jusqu’à 60 parfois. Lorsque les rôles sont précisés, peu de femmes au final : sur le Charles de 45 tonneaux, en février 1679, 23 passagers, aucune fille ; sur le Saint-Louis en 1679, 17 passagers, que des hommes. À Nantes, des contrats particuliers concernent des orphelines qui s’engagent auprès de colons domingois et promettent de se laisser marier. Les compagnies de commerce ont également accordé la gratuité de passage aux artisans partant en couple. Le point commun de ces catégories : femmes rejoignant ou accompagnant leur mari, engagées, veuves et autres passagères, orphelines, prostituées. La plupart de ces femmes sont d’origine urbaine. On peut en déduire que les attaches familiales, les liens communautaires sont plus lâches. L’analphabétisme aidant, ont-elles pu survivre longtemps ? C’est encore une fois l’histoire des retours en Europe qu’il faudrait privilégier.

  • 33 Philippe Hroděj, « Et le sucre fut : l’apparition de l’or blanc à Saint-Domingue à la fin du xviie (...)
  • 34 Pierre Pluchon, Histoire de la colonisation française, Paris, Fayard, 1991, p. 397.

18Dès 1700, à défaut de la paix, l’environnement est moins hostile pour la colonie de Saint-Domingue en devenir. Certes la Jamaïque voisine reste menaçante. Plus riche, plus peuplée, sa réussite s’affiche aux portes de la colonie française. Mais l’héritage espagnol de Charles ii, accepté par Louis xiv, dénoue ce terrible rapport de force (Espagnols + Anglais) qui obligeait la Partie française à vivre dans une perpétuelle défensive, en témoignent les ravages des quartiers du Nord en 1691 et 1695. L’étau se desserre et les conditions économiques évoluent. La mise en place du cycle sucrier33 et, quelques décennies plus tard, de celui du café, lui assure une prospérité durable, qui génère un mieux-être, pour ne pas dire plus de confort. Cette stabilité assure-t-elle un peuplement blanc durable ? Non, du fait de la très faible natalité blanche, alors que le métissage s’accompagne d’un taux d’accroissement naturel bien plus important. Le recensement de la population blanche, en 1788, montre un total de 9649 hommes pour 4482 femmes (mariées et veuves). Il y a toujours deux fois plus d’hommes que de femmes, ce qui n’est plus le cas aux Petites Antilles34. Le préjugé de couleur, qui se développe au xviiie siècle, n’intéresse le sujet que dans la modification de la vision créole de la métropole. La nature des liens change, alors que les arrivées dans la colonie obéissent désormais à la volonté de faire fortune rapidement. D’autres réseaux se mettent en place, les anciens évoluent, dont les racines sont à chercher non pas après la mort de Louis xiv ou durant la Régence, mais dès Ryswick (1697) et l’accession d’un Bourbon sur le trône de Madrid (1700).

  • 35 Philippe Hroděj, L’amiral Du Casse : l’élévation d’un Gascon sous Louis xiv, Thèse, Paris, Librairi (...)

Tableau n° 135 : Les officiers commandant aux compagnies franches de la marine (1688-1697)

Officiers

Grade

Décédé en service

Revenu en France

Devenu Habitant

Année de décès

AUX (d’)

capitaine

X

1720

BERTHERECHE (de La)

lieutenant

X

1703

BIDE de CHEZAC

capitaine

X

1698

BINEAU

capitaine

X

1712

BOUCHAULT de BOURY

lieutenant

X

1698

BREDA (GUIBERT de)

lieut. de roi

X

BUTERVAL (de)

capitaine

X

CHASTENOYE (COCHARD de)

lieut. gouv

X

CHAUNY (de)

capitaine

X

DAIRE de VERDALLE

lieutenant

X

1696

DESCOYEUX-CHESNEL

lieutenant

X

1696

DESPOUSSES (de ROMEJOIE)

capitaine

X

1716

DU LYON

capitaine

X

1696

FENIX de la BOISSIERE

capitaine

X

1720

GABRIAC de SAINT-PAULET

milice

X

GALIFFET (de)

lieutenant

X

GIRARDIN

capitaine

X

GRIFFOLET (de)

capitaine

X

1712

GUAST d’ARTIGNY (du)

major

X

1698

HENNEQUIN

lieutenant

X

1696

LEFEVRE d’ALBON

lieut. roi

X

1727

MOTTE-BEAUMONT (de La)

capitaine

X

1698

NICEVILLE (de)

capitaine

X

1695

PATY (de)

lieut. gouv

X

PERSY

capitaine

X

1698

ROCHE-BERNIERE (de La)

capitaine

X

1696

SAINT-WANDRILLE (de)

milice

X

SANTO-DOMINGO

lieut. roi

X

1729

SOULAIGRE de MONTFERRAND

capitaine

X

1705

THOUMIN de VILLAROCHE

milice

X

30

10 = 2/6

5 = 1/6

15 = 3/6

Document auteur

  • 36 Bibliothèque Nationale : naf n° 9325, f°305.

Tableau n° 2 : Dénombrement général de l’île de Saint-Domingue et de la tortue (mai 1681)36

quartiers

maîtres

femmes

enfants

serviteurs

engagés

Tortue

Le Cap

Port-de-Paix

75

451

88

33

142

42

72

137

57

19

137

93

69

772

160

Léogane

Petit-Goave et

Grand-Goave

Nippe et

Rochelais

Grande –Anse et

Grande-Rivière

356

237

122

71

91

68

33

22

77

42

29

24

68

118

26

16

381

119

24

30

Île-à-Vache

21

4

0

0

10

TOTAL

1421

435

438

477

1565

Document auteur

  • 37 ANOM : G1 509.

Tableau n° 3 : Recensement de la population de Saint-Domingue en 170037

CATÉGORIES

Le Cap

Port-de-Paix

Léogane

TOTAL

Hommes

449

133

554

1136

Femmes

373

125

410

908

Garçons

408

95

335

838

Filles

342

103

307

752

Garçons à louage

114

78

201

393

Filles à louage

22

10

15

47

Engagés

241

84

138

463

Hommes portant l’arme

854

295

967

2116

Document auteur

Carte de Saint-Domingue

Carte de Saint-Domingue

Document auteur

Haut de page

Notes

1 Pierre Clément, Lettres, instructions et mémoires de Colbert, t. 3 II, 7 vols., Paris, Imprimerie impériale, 1861-1873, p. 478. Voir en note.

2 Médéric Louis Élie Moreau de Saint-Méry, Loix et Constitutions des colonies françoises de l’Amérique sous le Vent, t. I, Paris, Quillau, 1784-1790, p. 93. Ordonnance du prévôt de Paris du 17 avril 1663. « Sur ce qui nous a été remontré par le procureur du Roi qu’aucuns particuliers depuis peu de jours, de leur autorité privée, et sans aucun pouvoir, ont arrêté des jeunes hommes, même des femmes, sous prétexte de les faire conduire en Amérique pour le service du Roi […], et après les avoir tenus enfermés en des maisons particulières pendant quelques jours, ils les ont fait sortir nuitamment hors de cette ville de Paris pour les mener en des lieux inconnus [...] ».

3 Jean-Baptiste Dutertre, Histoire générale des Antilles habitées par les François, Paris, T. Jolly, 1667-1671, t. II, p. 443.

4 Jean Tanguy, « Les premiers engagés partis de Nantes pour les Antilles (1636-1660) », 97e Congrès national des sociétés savantes, Nantes, 1972, t. II, p. 53-81.

5 Pierre François Xavier Charlevoix, Histoire de l’île espagnole ou de Saint-Domingue, Paris, J. Guérin, 1730, vol. 2, p. 9. « On [en] tirait les mêmes services qu’on aurait pu tirer des esclaves en vertu de bons contrats que ces malheureux avaient passé par devant notaires avant leur départ de France ».

6 Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM) : Col C9 B1. Mémoire de Charritte pour le comte de Pontchartrain, 1710.

7 ANOM : Col. C9 A4. Du Casse à Pontchartrain, lettre du 1er mars 1699.

8 ANOM : Col C9 A2. Cussy à Seignelay, lettre du 27 août 1687.

9 Pierre François Xavier Charlevoix, op. cit., p. 363. Une minorité de petits Blancs, souvent grâce à l’argent de la course, a pu se constituer un bien, qui permet à son tour d’accéder à des fonctions dans la milice ou la magistrature. Ce pouvoir financier et politique relatif permet de réunir des terres et de passer à cette culture de transition qu’est l’indigo puis à celle de la canne à sucre. Le propriétaire de la plantation est alors qualifié d’Habitant, la majuscule marquant son rang au sein de la société coloniale.

10 Gabriel Debien, « Travaux d’histoire sur Saint-Domingue et les Antilles 1952-1954 », Revue d’Histoire des colonies, 1955, p. 32. Depuis Richelieu jusqu’à Colbert, les Compagnies de commerce utilisent les mêmes supports : « au son de trompe, aux prônes, par des affiches, sous les porches des églises, aux carrefours principaux, les jours de foire, dans les auberges, les tavernes, par l’action des notaires, des hôteliers et des commerçants des ports, par les récits des missionnaires ». Voir aussi Abbé Le Ber et Gabriel Debien, « Propagande et recrutement pour l’Amérique au xviiie siècle », Notes d’Histoire coloniales, n° 34, 1954, p. 60-90.

11 Gabriel Debien, « Les femmes des premiers colons aux Antilles (1635-1680) », Notes d’Histoire coloniale, n° 24, 1952, p. 17.

12 Arch. départ. d’Ille-et-Villaine : 9B 441. Rapport de Charles Rivière marchand de Saint-Malo.

13 Arch. départ. d’Ille-et-Villaine : 9B 445. Rapport d’Olivier de Launay sieur Duclos.

14 Arch. départ. d’Ille-et-Villaine : 9B 446. Rapport de Denis Le Duc sieur Du Tertre.

15 ANOM : Col. C9 A46. Lettre de La Chapelle au ministre du 28 juillet 1737.

16 ANOM : Col C9 B1. Mémoire de Charritte pour le comte de Pontchartrain, 1710.

17 ANOM : Col. C9 A3. Du Casse à Pontchartrain, lettre du 8 juin 1696.

18 Gabriel Debien, Les engagés pour les Antilles (1634-1715), Abbeville, Paillart, 1951, p. 81. Voir aussi « Les femmes des premiers colons des Antilles (1635-1680) », Notes d’Histoire coloniales, n° 24, 1952, p. 1-25. L’auteur cite le cas de Jacques Laval, 29 ans, engagé avec son épouse Léonarde Renould, originaires de Luçon, en Poitou, en mai 1647, ou encore Clément Delatouche de La Rochelle, avec sa femme et ses trois enfants, en mai 1644, ou Jean Berdelot, maître serrurier de Rennes, qui vient à Saint-Domingue en 1648, avec sa femme et sa belle-mère. L’homme reçoit 600 livres de tabac, les femmes chacune 300.

19 Philippe Hroděj, « Les esclave à Saint-Domingue aux temps pionniers (1630-1700) : la rafle, la traite et l’interlope », L’esclave et les plantations, de l’établissement de la servitude à son abolition. Hommage à Pierre Pluchon, Philippe Hroděj (dir.), Rennes, PUR, 2008, p. 59-84.

20 Philippe Haudrère, « Les premiers colons de Léogane 1666-735 », Commerce et Plantation dans la Caraïbe, xviiie et xixe siècles, Maison des Pays ibériques, Bordeaux, 1992, p. 71-79.

21 ANOM : Col. C9 A1. Lettre de Cussy à Seignelay, du 18 octobre 1685.

22 ANOM : Col. C9 A7. Lettre d’Auger à Pontchartrain, du 22 mars 1704.

23 ANOM : Col. C9 A10. Lettre d’Arquian au ministre, du 20 février 1713.

24 ANOM : Col. C9 A22. Lettre de Montholon à Maurepas, du 20 février 1723.

25 ANOM : Col. C9 A33. Lettre de La Rochalar au ministre, du 5 juillet 1734.

26 Alexandre-Stanislas de Wimpffen, Haïti au xviiie siècle. Richesse et esclavage dans une colonie française, éd. présentée et annotée par Pierre Pluchon, Paris, Karthala, 1993, p. 101. « Gaupe » : ‘femme de mauvaise vie’.

27 ANOM : Col. C9 A10. Lettre de Blénac et Mithon au ministre, du 10 août 1713.

28 ANOM : Col. C9 A60. Lettre de Larnage au ministre, du 22 avril 1743.

29 ANOM : Col. C9 A1. Lettre de Pouancey à Colbert, du 30 janvier 1681.

30 ANOM : Col. F3 142. Lettre de Seignelay à Cussy, du 30 novembre 1685.

31 ANOM : Col. C9 A33. Lettre de Cussy à Seignelay, du 13 août 1689.

32 ANOM : Col. B18. Pontchartrain à Begon, lettre du 10 mai 1695.

33 Philippe Hroděj, « Et le sucre fut : l’apparition de l’or blanc à Saint-Domingue à la fin du xviie siècle », Actes du colloque Techniques et Colonies, Paris, SFHM, 2005, p. 202-223.

34 Pierre Pluchon, Histoire de la colonisation française, Paris, Fayard, 1991, p. 397.

35 Philippe Hroděj, L’amiral Du Casse : l’élévation d’un Gascon sous Louis xiv, Thèse, Paris, Librairie de l’Inde, 1999, p. 195.

36 Bibliothèque Nationale : naf n° 9325, f°305.

37 ANOM : G1 509.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte de Saint-Domingue
Crédits Document auteur
URL http://framespa.revues.org/docannexe/image/1050/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 863k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Hroděj, « Les premiers colons de l’ancienne Haïti et leurs attaches en métropole, à l’aube des premiers établissements (1650-1700) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 08 mars 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://framespa.revues.org/1050 ; DOI : 10.4000/framespa.1050

Haut de page

Auteur

Philippe Hroděj

Maître de conférences et Directeur du Département Histoire de l’Université de Bretagne-Sud, Laboratoire CERHIO CNRS UMR 6258
Recherche en cours : course et piraterie xviie et xviiie siècle, liens entre l’océan Atlantique et l’océan Indien, économie et action de l’État à Saint-Domingue sous Louis xiv, hrodej.philippe@neuf.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Les cahiers de Revues.org